C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]   Mer 7 Nov - 11:32


Samedi 10 novembre, 23 heures.

« Symbole de liberté
Depuis l'antiquité
Symbole d'éphémérité
A cause de sa fragilité
Voici le papillon.

 Il espère vivre assez longtemps
Pour trouver sa moitié
En attendant les bruissements d'ailes
De son âme sœur
Il est le symbole de la frivolité.
 
A votre avis quel point
Me diffère de lui ? »

La réponse ? Elle est simple mais si je répond-moi-même, la question posée n'a plus de raisons de d'être. Cela fait une semaine que je suis à Tokyo pour retrouver le fondateur de ma « province »: Omura Shino. Seulement, il aurait peut-être été préférable pour lui et pour un autre et jeune vampire que j'arrive plus tôt. Certes, ma voix, mon opinion, n'aurait sans doute pas changé le sort de ce pauvre vampire mais, j'aurais aimé être là pour montrer clairement mon désaccord. Tout le monde à des faiblesses et pas une seule. Même pour le vampire le plus puissant qu'il puisse exister. C'est une règle fondamentale que m'a apprise mon « père » vampirique. Dans ce monde, rien n'est éternel même nous les vampires. Cela va faire près de deux siècles que je ne l'ai pas vu et, parfois j'aimerais qu'il soit là près de moi. Qu'il me conforte sur le fait que j'ai pris la bonne décision en faisant partit du conseil vampirique ou bien, qu'il me dise qu'il est fier de moi... Il n'est pas là et tout ce que je peux faire, c'est de rester dans l'ombre et continuer de sourire comme si c'était mon dernier jour sur terre. Adossé contre le tronc d'un vieux cerisier, une clope pincée entre les lèvres je regarde le ciel me demandant bien où il se trouve en ce moment et ce qu'il fait. Regarde t-il le ciel étoilé comme moi à cet instant ? Ou bien est-il trop occupé pour le faire ou au pire des cas est-il dans un état critique ? Je sais qu'il n'est pas mort, qu'il est bien en vie s'il avait disparu de ce monde je l'aurais senti malgré la distance qui nous sépare.. Je joue avec mon briquet pendant quelques secondes avant de le porter à mes lèvres pour allumer cette cigarette qui ne m'apportera rien si, ce n'est que me donner un style « bad boy ». Une vieille habitude que j'ai pris des humains. Une fois allumée, je range ce briquet que j'ai volé à ma dernière victime dans la poche avant de ma veste en jean. Quand cette dernière fut allumée, je laisse la saveur du goudron s'apposait sur ma langue pendant que la fumée bleutée s'élève doucement dans l'air. Il n'y a pas à dire même si la cigarette ne m'apporte rien de particulier en vérité, elle me permet quand même de me détendre tout en pensant à ce que mon aîné m'a dit par rapport aux dernières informations et décisions qui se sont déroulées et prises. Pourquoi je n'arrête pas de me prendre la tête avec ça ? C'est du passé et je dois passer à la suite. C'est ce que je devrais faire mais je n'y arrive pas. Je me demande bien ce qu'a pensé ce pauvre vampire ? Lui qui n'a rien demandé mais qui a été pris pour cible pour les fautes de son paternel vampirique !

Est-ce que cela était absolument nécessaire d'en arriver à telles extrémités ? Est-ce que cela a fait souffrir ce vampire qui, par son idée saugrenue d'emmener un humain au bal des vampires a bouleversé les règles instaurées par nos prédécesseurs ? Je ne les connais pas et, pourtant, je suis malgré tout touché. Pour la première fois je suis déçu du Conseil. C'est une technique lâche que nous avons utilisé et, l'humain qui a été emmené a été exempté de la moindre punition du Conseil. Tout simplement parce qu'il est proche de Kuromiya Sensui et que personne ne veut se retrouver être son ennemi. Finalement, c'est à se demander à quoi cela sert d'être fondateur ou même grand fondateur si, finalement le pouvoir de décision est réduit à faire des concessions pour un vampire qui, certes est ancien et mérite respect se permet de contourner le règlement ? Lui ou bien ceux qui lui sont proches ? Heureusement pour ma "vie" que je ne suis pas à la tête de ce grand conseil car je crois que je ne ferais pas long feu. J'ai appris à garder mes pensées pour moi et de faire comme si rien n'avait d'importance. Fermant les yeux pendant quelques secondes, j'écarte de mes lèvres la clope bien consumée en la coinçant entre l'index et le majeur de ma main gauche pour pouvoir recracher la fumée en formant des ronds.

Un bruit attrapa mon attention. Gardant toujours les paupières closes, mes sens en alerte, je me concentre sur ce bruit pour savoir d'où il vient. Quand je sens une odeur étrangère chatouillait légèrement mes narines, j'ouvris les yeux et fit tomber la cigarette au sol que j'écrase avec mon pied dès que celle-ci toucha le sol dur du parc dans lequel je me trouve. L'individu qui venait de me « rejoindre » dans le parc n'était pas si loin de moi au contraire, il était là à quelques mètres où mon regard pu l'attraper sans la moindre difficulté. Cette fine silhouette qui se dessinait devant moi m'était totalement inconnue. Une chose était certaine cependant, cette présence n'était pas humaine. Un vampire comme compagnon du silence en cette douce soirée du 10 novembre ? Un sourire étira mes lèvres et, je me décolle du tronc d'abre sur lequel j'étais appuyé pour m'approcher à pas de loup vers ce vampire les mains dans les poches de mon jean.

-Belle soirée n'est-ce pas ? Tu viens toi aussi profiter de la beauté du parc ? Ou alors tu viens chasser ?

Je suis amical comme à mon habitude mais, peut-être que je suis trop directe ? Je ne veux pas l'effrayer ou encore démarrer un combat avec lui. Je sors une de mes mains pour me la passer dans mes cheveux avant d'afficher un petit air penaud et de reprendre :

-Désolé je parle un peu trop et j'ai manqué de politesse ! Je me prénomme Tsuzuki Hayato enchanté !

Fis-je tout en lui tendant la main qui était dans ma chevelure en guise de salutation. Je pris un air enjoué devant mon interlocuteur attendant ne serait-ce qu'un geste ou une parole de sa part même si, j'ai la mauvaise impression que je m'y suis pris comme un pied encore une fois. Sérieusement si père me voyait ainsi, je suis certain qu'il serait désespéré de me voir agir de façon si irréfléchie et impulsive. Tant pis, c'était trop tard maintenant pour me changer. Je ne suis pas de ces personnes calmes et froides ou bien encore réservées. J'aime faire de nouvelles connaissances et aller vers les autres même si cela peut me porter préjudice. Si cela avait été un humain face à moi aurais-je agis de la même façon ? La réponse est non évidemment ! Cependant, cet inconnu se révélant être un vampire il y avait moins de risques pour moi que je me fasse attaquer n'est-ce pas ? Quoi que l'habit ne fait pas le moine et que vampires ou non, je n'étais pas pour autant à l'abri que je le serais devant un chasseur. Après tout, les guerres Vampiriques sont là pour le prouver. Clignant des yeux, je reporte mon regard sur le vampire en face de moi observant ses moindres faits et gestes sait-on jamais s'il se montre antipathique à mon égard et esquisse un geste agressif.

Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 49 ans. 18 au moment de la mort.
Allégeance : Ketsueki, définitivement et aveuglément...
Messages : 29
Pseudo : Pandaa
Avatar : Shino [Lustknot]
MessageSujet: Re: Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]   Ven 9 Nov - 16:30




Haine était « enfin » sortit de sa chambre, dans les sous-sol du Candies & Leather. Ca faisait une dizaine de jours qu’il se traînait littéralement, refusant de sortir de sa cellule, parlant peu… Il était effectivement passé par une longue période de déprime. Lui qui d’ordinaire était des plus souriant, positif et enthousiaste avait semblé plus mort que vif ces derniers jours, allant jusqu’à refuser de se nourrir. Et c’était sous l’insistance d’un Ketsueki plus prévenant qu’il ne l’avait jamais été que Haine avait consentit à mordre un être humain pour en aspirer toute l’essence vitale. Pourtant son cœur avait levé à ce simple geste pourtant si ordinaire pour lui…

C'est-à-dire que la morsure était devenu un synonyme de peur et de honte dans l’esprit d’Haine depuis que Kuromiya Seijûrô s’était penché sur sa propre jugulaire. Sans doute qu’il n’aurait pas été à ce point traumatisé si l’éducation qu’il avait reçu de son père vampirique n’avait pas été aussi aseptisée et n’avait pas tant tendu vers une préservation quasi maladive de sa vertu.

Ca allait lui passer… C’était ce que Ketsueki tentait de lui faire comprendre, essayant peut être même de s’en convaincre lui-même et c’était aussi ce que Haine avait commencé à se dire. Dans un premier temps, il avait été si bouleversé qu’il en avait perdu ses moyens et pendant des jours, Haine avait été rigoureusement incapable de cicatriser la plaie dans son cou. Ces deux points, signe de ce que sa peau avait été transpercé par les crocs de Seijûrô l’avaient fait éclaté en sanglot à de très nombreuses reprises, chaque fois que son regard tombait dessus dans le miroir ou qu’il passait nerveusement le bout de ses doigts dessus.

A présent, cependant, les deux trous avaient disparus, ne laissant plus là que sa peau pâle, comme si jamais elle n’avait été souillé. Et Haine avait commencé à essayer d’oublier…

Il avait entreprit cette thérapie seul dans sa tête, avec plus ou moins de succès. Le fait est que bien qu’il soit en bas de la chaîne alimentaire des vampires et qu’il soit entièrement dépendant à Ketsueki, Haine avait malgré tout des épaules plus larges qu’on ne le supposait. Il n’avait sûrement pas pensé à la mort et s’il était toujours dans un état traumatique entre peur, honte et répulsion, saupoudré de beaucoup de nervosité, Haine tentait malgré tout de reprendre le dessus.

C’était absurde. Il n’était pas le premier vampire que l’on mordait sans son consentement. C’est juste que Ketsueki avait passé sa vie à le mettre en garde contre de telles choses et de fait, on l’aurait violé qu’Haine ne se serait pas sentit plus atteint qu’à ce moment là.

Mais la terre ne s’arrêtait pas de tourner et Haine avait finalement dû quitter sa chambre. Il était partit pendant un moment où Ketsueki lui-même était occupé ailleurs dans le Candies afin de ne pas devoir se justifier ni le convaincre qu’il « devait » sortir. Prendre un peu d’air frai même si pour les vampires, bien sûr, ça ne signifiait pas grand-chose. Mais psychologiquement, c’était important pour lui et effectivement, lorsque le vent froid de novembre avait fouetté son visage, Haine avait soupiré. Et tant pis si ça ne se faisait pas pour un vampire. Tant pis si c’était trop « humain » comme réflexe. De toute façon, en ce moment Ketsueki évitait de crier ou de se montrer méprisant. Ca aussi ça passerait sans doute…

Haine ne pouvait pas nier que ces derniers jours, Ketsueki avait été une source de beaucoup de réconfort. Et c’était tant mieux parce qu’il en avait réellement eu besoin…

Les pas de Haine l’entraînent sans qu’il y repense à deux fois vers le parc de Ueno. Ce parc, c’était un peu le « noob park » de la société vampirique. Beaucoup de parents y amenait leur progéniture pour leur permettre de faire leurs classes en y vivant leurs premières chasses. L’endroit était vaste, assez découvert pour surveiller et ceux qui y traînaient aux heures les plus tardives ne se défendait généralement pas très bien, ivresse ou insouciance oblige.

Lui-même avait beaucoup apprit dans cet endroit… Bref… Tout en marchant, Haine se fait pour le moins distrait. Ketsueki ne serait pas content s’il voyait comme il ne faisait plus attention à ce qu’il y avait autour de lui n’est ce pas ? C’était d’autant plus absurde qu’il aurait au contraire dû être « aux abois » presque. Pourtant c’était tout le contre. Il était tellement dans sa petite bulle pour se convaincre que tout allait bien qu’il ne remarquait… Plus rien !

De fait, quand une voix se fait entendre à proximité, Haine sursaute, faisant même un bon sur le côté, les muscles brutalement tendu, prêt à sauter à la gorge de celui qui s’était avancé trop prêt, le prenant peut être pour une femme et/ou une victime alors qu’il n’était… Ni l’un ni l’autre, assurément !

Mais celui qui s’était approché ne semblait pas agressif, même s’il laisse Haine sur la défensive ! Grand… Mais quand on faisait 1m60, tout le monde nous semblait grand… Bel homme avec son attitude nonchalante et sa démarche chaloupée… Et tout comme Haine repasse la bobine du film, il réalise qu’il lui avait parlé de chasse… Vampire ? Là, il est tant en émoi de sa surprise qu’il peine à se concentrer sur les battements de cœur ou la respiration de l’homme ! Il pouvait tout aussi bien être chasseur… Mais s’aurait été risqué de s’approcher de cette façon, n’est ce pas ?

❖ Pardon… ?

Il était confus certes… Mais encore prudent… Et si l’adrénaline avait réellement pu courir dans ses veines, elle l’aurait fait à une vitesse prodigieuse, présentement. Il se présente, toujours sans avancer plus, gardant une distance respectueuse et sans que rien chez lui ne permette d’identifier une quelconque attitude nuisible. Et le nom lui dit quelque chose même si présentement, Haine peine un peu à le remettre. Poli, toute fois :

❖ Kindaichi Haine…

Puis toujours sur la défensive, un peu suspicieux, Haine se permet de demander :

❖ Je peux savoir qui vous êtes ?

Il doutait de plus en plus avoir à faire à un chasseur. Un humain qui « savait » peut être… Ou un vampire. C’est là qu’il regrettait d’être encore un novice dans son domaine. Mais pour ce qui était des précédentes questions posées :

❖ Je suis venu ici sans réfléchir. Parce que c’est un endroit calme en général. Enfin je suppose…

Parce que là c’était raté ! Il ne semblait pas y avoir âme qui vive dans le secteur et pourtant BAM, il s’était dirigé droit vers le premier être vivant (ou pas) du coin.

❖ Vous avez un accent d’ailleurs.

Ca oui ! L’accent n’était pas tout à fait Tôkyôite pour tout dire ! En tout cas, nerveux, Haine prévient :

❖ Excusez-moi de le faire… Mais je tiens à vous prévenir que si vous êtes nuisible, il y aura des représailles…

Les siennes, parce qu’il ne comptait pas se laisser attaquer… Et celles de Ketsueki, peut être plus imposantes malgré tout !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]   Lun 12 Nov - 13:06


L'approcher plus ? Un risque que je ne veux pas encourir. L'habit ne fait pas le moine. Il paraissait jeune, tout comme mon maître, celui qui m'a ramené à la « vie » il était peut-être aussi âgé. Un vampire puissant que je n'ai jamais eu l'occasion de rencontrer. On ne peut pas dire que j'ai rencontré énormément de vampires présents dans le pays et pour ce qui est de mon cercle d'amis ils sont rares si ce n'est rarissime. Se méfier des apparences est une des devises que l'on m'a inculqué dès mon plus jeune âge, quand je fus apte à comprendre le sens. Étrangement, mon instinct me disait qu'il n'était pas de ces vampires qui avaient vu tant de choses sinon, je l'aurais rencontré au conseil. Peut-être était-ce un ennemi du conseil. Tant de questions qui perturbaient mon esprit en cet instant même en attendant une réponse de ce jeune homme d'apparence qui était méfiant à mon égard. Quand j'entendis pour la première fois sa voix, mes doutes furent dissipés complètement. Apprendre son identité fut pour moi comme un déclic et, mes pupilles s'agrandirent subtilement sous la surprise que ce nom vient de créer sur moi. Kindaichi Haine ! Alors c'était lui ? Ce jeune vampire dont le nom ne quittait jamais mes pensées depuis que je fus mis au courant.. Je l'observe sans trop appuyer mon regard pour qu'il ne se sente pas gêné et mal à l'aise. La raison d'être sur ses gardes était compréhensive.. Qui ne l'aurait pas été à sa place ? Quelles étaient ses pensées concernant le conseil ? Leur en voulait-il ? Etait-il encore trop secoué, effrayé ou pire encore était-il en dépression ? Tant de questions mais, aucun son ne voulurent sortirent de ma gorge. Ne serait-ce qu'esquisser un mouvement de lèvres m'était paru difficile. Je n'étais pas en droit de lui poser autant de questions et, je le laisse parler jusqu'au bout sans le couper une seule fois. Je lui dois bien mon respect. Je perds de mon sourire et,de ma bonne humeur pendant quelques minutes puisque que Haine, était en train de me renvoyer à pleine face l'horreur de la décision. Comment mon fondateur avait-il pu accepter un tel choix ? Je suis certain que si nous, vampires du conseil nous nous étions penchés plus en profondeur sur le cas de son père, nous ne serions pas arrivés à prendre de telles décisions dérisoires. Des décisions qui pourraient nous être fatales dans un avenir prochain. Ramenant ma main vers moi en même temps que mon sourire regagne mon visage, un sourire doux et compatissant je fis une courbette envers ce jeune vampire pour me présenter entièrement avec le respect que j'accorde à tous vampires. Ma voix était posée, calme et formelle.

-Tsuzuki Hayato, membre du Conseil vampirique du Kansai enchanté de vous rencontrer en personne Kindaichi Haine.

Ce n'était pas un ton que j'aimais utiliser et que j'aurais dû utiliser pour un tel vampire de son rang.. Il était mon cadet de plusieurs siècles, un enfant dans la catégorie vampire et, son physique ne faisait qu'accentuer cette impression de fragilité qui émane de cet être. Peut-être que j'étais trop formel en cet instant et, que l'effet désiré ne fut pas celui escompté. Peut-être qu'il pensait en cet instant que je voulais me donner de l'importance à ses yeux. Que je ne craignais pas ses menaces. Venant de lui, il est vrai que je ne les crains pas, pour son père, pas réellement non plus. En fait, ce que je craignaiss ce sont celles en provenance du Conseil. De plus, je pense que Ketsueki et l' « enfant » se tenant face à moi ont déjà bien assez soufferts. Il n'y avait rien à rajouter. Me redressant, je finis par me courber de nouveau face à lui pour m'excuser cette fois. Des excuses qui n'auront comme conséquences d'alléger peut-être seulement ma conscience. On ne pouvait défaire ce qui avait été fait. Je ne devrais pas me sentir coupable de cette décision puisque, je n'y ai pas participé seulement.. Je détestais l'injustice. Que j'ai été absent ou non, je faisais partit du Conseil, je ne suis qu'un membre, un simple membre et, quand une décision est prise par le grand Fondateur, la décision est prise par tous. Excepté si un membre veut se rebeller et prendre le risque d'avoir tout le conseil sur le dos.. Pour le moment personne ne s'est dressé sur « notre » chemin. Les vampires qui composent le Conseil sont puissants et, je ne parle pas de moi. Toujours sur un ton doux et, bien moins formel qu'utilisé auparavant j'élève de nouveau la voix :

-Je suis désolé d'avoir dérangé tes plans pour la sortie nocturne calme ! Je ne suis pas le vampire le plus silencieux qui soit !

Je ne voulais pas remettre sur le tapis le souvenir pénible de la morsure d'Haine. Cela aurait été maladroit de ma part et, ce que je voulais c'est qu'il me fasse confiance du moins, pour ce soir. Je ne demandais pas grand-chose. Dire que je voulais avoir l'occasion de le rencontrer pour lui présenter des excuses maintenant que je l'avais en face de moi... Cette idée me paraissait superflu. Je dois supporter cette décision et passer outre, que je le veuille ou non. Un autre poids sur la conscience qui va me peser mais, je peux bien le supporter. Par rapport à lui, lui qui a dû souffrir de ce "châtiment" ce poids, n'est rien. D'où le fait que mes excuses ne s'élargissent pas plus loin dans mes paroles bien que, je n'en pense pas moins. Les deux mains dans les poches et retrouvant mon ton amical, je décide à nouveau de briser le silence qui était tombé entre nous :

-Ano.. Je te félicite de t'être rendu compte que je ne venais pas de Tokyo ! Laisse-moi deviner c'est à cause de mon accent c'est ça ?

Fis-je un peu gêné ? Non pas que j'avais honte de mes origines mais, je devais avouer que c'était assez gênant pour les années que j'ai passé à m'entraîner à le masquer. C'était ça d'avoir passé sa vie dans des pays étrangers. En plus d'avoir l'accent de la région dont je proviens je m'amuse à garder mon accent anglais tu m'étonnes que cela n'arrange en rien mes affaires mais, bon j'ai abandonné depuis un moment de faire l'effort de parler sans accent. Je trouve même que c'est terne de parler sans accent.

-Ne t'en fais pas, je ne vais pas t'en vouloir si tu me le dis !


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 49 ans. 18 au moment de la mort.
Allégeance : Ketsueki, définitivement et aveuglément...
Messages : 29
Pseudo : Pandaa
Avatar : Shino [Lustknot]
MessageSujet: Re: Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]   Mer 14 Nov - 11:48


Spoiler:
 





L’autre ne bouge pas et Haine le tient en respect. Enfin… En tout cas, il pouvait toujours se faire croire qu’il le faisait n’est-ce pas ? Ca faisait un moment qu’il n’avait pas remit le nez dehors et de fait, cette rencontre « inopinée » ne le mettait pas en confiance, qu’importe si l’homme –le vampire, ça faisait peu de doute- en face de lui se montre amical. A présent, Haine avait bien conscience que son père ne lui avait pas mentit et n’avait pas exagéré la vérité : on ne pouvait faire confiance ni aux hommes ni aux vampires.

Ho ça va… Il se connaissait un peu quand même et nul doute que lorsqu’il aurait réellement tourné la page, il serait à nouveau le Haine qui se laissait embobiner facilement et qu’un rien émerveillait. En sommes, le Haine que Ketsueki sermonnait en permanence parce qu’il était infiniment trop facile à amadouer. Il était sociable… C’était un trait de sa personnalité et ça reviendrait… Il fallait juste un temps de réadaptation quoi…

Plusieurs émotions passent sur le visage de son vis-à-vis. Le sourire se perd… Revient… Et puis il y avait même eu un peu de compréhension dans son regard. Haine avait eu un peu honte parce qu’il n’était pas idiot : son nom avait dit quelque chose à l’inconnu. Assurément et définitivement un vampire donc. Il ne semblait pas vouloir rire du sujet, grand bien lui fasse ! Mais c’était gênant que d’être ainsi connu pour avoir eu le rôle « d’exemple » lors d’une punition vampirique opéré par les différents Conseils. Heureusement, Haine savait que si pour le moment tous les esprits avaient été marqués, ils oublieraient vite. A l’échelle de l’éternité, cette nuit entre le trente-et-un octobre et le premier novembre, ce n’était pas grand-chose… Pour lui oui… Mais pour le reste du monde…

Haine cille lorsque l’homme lui donne finalement son nom et surtout, son grade. Tsuzuki Hayato. Un membre du Conseil du Kansai. Un éclair douloureux était passé dans son regard à cette mention mais Haine s’était fait beaucoup moins sauvage. Bon… Il était un peu crédule encore parce que Tsuzuki n’avait apporté aucune preuve de son identité et voilà qu’il le croyait sur parole. Néanmoins, l’intérêt d’un tel mensonge était moindre n’est ce pas ? Lui faire croire que le Conseil avait quelque chose à lui dire ? Non, pas la peine. Jeune, pas très malin… Mais pas stupide non plus.

❖ Excusez-moi…

Pour son impolitesse et… Un peu tout, en fait ! Soudainement, c’était comme si Hayato avait prit vingt centimètres aux yeux d’Haine ! Il avait toujours été impressionné par les grands hommes qui alliaient pouvoir, charisme et intelligence. Tsuzuki ne possédait peut être pas toutes ces qualités mais bien qu’Haine soit plutôt revêche contre les différents Conseils, il n’était pas borné au point d’imaginer que les hommes et femmes vampires qui les composaient soient tous des incapables.

Tsuzuki lui-même s’excuse et Haine hoche négativement la tête, assurant finalement :

❖ Ce n’est rien. Le parc est à tout le monde de toute façon. Si j’avais voulu être sûr de ne voir personne, je serais allé ailleurs.

Son regard remonte au visage du Conseiller, à la fois curieux et un brin admiratif malgré lui. Peut être un peu craintif aussi ! Disons que l’expérience jouait en sa défaveur. Ceci étant dit, chaque Conseiller qu’il avait rencontré jusqu’à présent était digne d’intérêt et Tsuzuki ne semblait pas déroger à la règle. Par contre, il avait l’air… Pas banal, ce serait un mensonge et en plus ce serait péjoratif ! Non, plutôt… Accessible. On allait le dire comme ça. Quel âge avait-il pour lui sembler aussi facile à atteindre ? Ca ne se demandait pas… Et Haine ne pose donc pas la question dans l’immédiat.

Au sujet de l’accent, Haine hoche positivement la tête. L’accent du Kansai était plutôt fort en général pour les tokyoïtes. Cependant, il était moins prononcé chez Tsuzuki. Peut être qu’il n’allait plus que peu dans sa région associée. En tout cas, puisque l’homme insiste, Haine en rajoute un peu :

❖ J’ai brièvement rencontré votre Fondateur pendant la réunion annuelle. Il avait un accent plus prononcé que le votre.

Mais relativement identique, malgré tout. Ceci dit, ils dégageaient tous les deux quelque chose de fort différent.

❖ Vous êtes à Tôkyô pour le Grand Conseil ? Ou pour… Heu… Du tourisme ?

Ok, il se sentait un peu crétin avec cette dernière question ! Du… Tourisme quoi ! Il pouvait être salement con quand il voulait ! Pas étonnant que Ketsueki lui dise souvent qu’il présentait très bien… Tant qu’il n’ouvrait pas la bouche !

Haine a un petit sourire embarrassé pour sa question stupide, se mettant encore plus les pieds dans le plat alors qu’il ajoute :

❖ C’est la première fois que vous venez ?

Bien sûr. Les membres des différents Conseils étaient généralement plusieurs fois centenaires mais Tsuzuki n’avait probablement JAMAIS vu Tôkyô. Bravo Haine !

❖ Enfin depuis que c’est… Moderne…

Il s’enfonçait non ? Haine vient passer une main sur son visage, demandant :

❖ Il ne faut pas m’écouter, je dis toujours n’importe quoi !

Néanmoins, s’inclinant cette fois respectueusement devant son aîné :

❖ Je suis désolé, je dois reconnaître que je ne vous connais pas mais je suis sûr que vous êtes mon aîné et si je vous ai manqué de respect…

Il en était vraiment vraiment désolé ! Haine ne se redresse pas tout de suite, se demandant un peu ce qui lui passait par la tête pour faire des courbettes à un membre d’un Conseil alors qu’il avait la dent dure contre ces derniers… Même que se flagellant mentalement, il s’entend proposer :

❖ Si vous avez besoin de quelque chose… Je connais plutôt bien la ville. J’y suis né et je l’arpente depuis bientôt cinquante années.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]   Ven 16 Nov - 23:11


Spoiler:
 

Je suis soulagé de ne pas avoir gâché sa sortie. Il a l'air encore plus fragile que je ne le pensais. Et, cela est d'autant plus douloureux de penser qu'on a pu s'en prendre à un « gamin ». Certes, il est vrai qu'il devait être plus âgé qu'un jeune homme de trente ans mais pour les vampires, être en dessous du centenaire c'était être considéré « jeune » dans la communauté. Il possédait une aura douce et innocente. Il ne dégageait pas la même aura que la majorité des vampires projettent généralement. Probable qu'il puisse changer dans l'avenir à cause de son manque d'expérience. Qui sait ce que l'avenir réserve ? A cause de son expérience de cette morsure, il est possible que sa rancœur devienne forte, car il n'aurait pas supporté ce traumatisme causé par une décision des plus hâtives. Ils n'ont pas mis longtemps pour décider du sort de ce jeune vampire. Lui ont ils déjà parler ? Je me demande même comment, ils n'ont pas changé d'idée quand ils l'ont vu. Probablement par orgueil et, pour ne pas perdre la face devant le Comité Vampirique. Être chef était réellement trop contraignant. Pourtant, ils ne sont sûrement pas projetés dans l'avenir et qui sait si son père ne décide pas de monter une vendetta contre-nous ? Il en aurait le droit. Après tout, quel père laisserait l'affront fait à son fils impunis ? Je ne connais pas son père comme tant d'autres vampires plus âgés même si, certains je les reconnaîtrais pour les avoir croisé au moins une fois ou alors, grâce à de vieilles photographies. Je suis resté réellement trop humain.. Si Kôtaro sama était là à mes côtés, il ne cesserait de me répéter que je devrais me renforcer. Cependant, j'ai perdu un enfant. J'aurais tellement aimé l'avoir, avoir la chance de devenir père.. Mon regard posé sur lui, doit ressembler à un regard que pourrait avoir un parent envers son enfant, je le couve probablement d'un regard bien veillant. Je souris à ses paroles ne faisant que renforcer ma pensée sur le fait qu'il était réellement innocent et, cela me faisait vraiment fondre.

On a beau dire que je ne dégage pas la même image que nos comparses, je n'ai jamais été innocent même quand j'étais un être humain ! Si on peut dire cela ainsi. Je chasses ces pensées négatives que sont les miennes pour mieux observer son comportement et être son écoute. Il était vraiment adorable. Sa réponse me fit plaisir mais, c'était purement par fierté !! Mon accent était meilleur que mon Fondateur !!

-Vrai ? YEAAAAAAAAAAAAAAH !! Je vais pouvoir narguer les autres et mon fondateur pour lui dire que je suis plus doué que lui niveau langue héhéhé !!

J'avais les deux bras en l'air et, j'agissais tel un enfant ! Mes doigts formaient un V de la victoire et si, j'étais plus jeune je sautillerais certainement sur place. Bien que c'est ce que je suis en train de faire après avoir laissé explosé librement ma joie. Peut-être que je devrais véritablement me reconvertir en tant que professeur de langue pour les prochaines cinquantaines d'années à venir si je suis encore de ce monde. Une idée que je dois noter dans un coin de mon esprit. D'ailleurs n'est-ce pas le fantasme de toutes femmes d'avoir une liaison avec son professeur particulier ?? Je dois revenir sur terre ne ? Heureusement que la douce voix de mon jeune interlocuteur me ramène à la réalité. Ces questions me font sourire très naturellement et, ce n'est pas moqueur loin de là. Je peux comprendre mieux le choix de son père vampirique pour l'avoir choisit. Il était une vraie perle rare et, une vraie bouffée d'air frais. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas eu l'occasion de faire une rencontre dès plus agréables. Abaissant doucement mes bras que j'avais levé sous le coup de l'enthousiasme enfantin dont j'ai fais preuve devant lui je le regarde chaleureusement.

Je me sens de nouveau gêné de par mon comportement envers-lui et, je penche légèrement la tête sur le côté toujours le sourire doux et amusé plaqué sur mon visage. En même temps, j'étais de plus en plus écœuré que je n'aurais pas crus possible de cette décision. Pourtant, je ne démontre rien de l'extérieur comme à mon habitude qui date depuis ma naissance.

-Hahahaha !!

Je laisse un rire sortir d'entre mes lèvres étirées et fermées jusque là pendant que j’enfouis mes mains dans chacune de mes poches. Il était vraiment amusant. Je me mis à finir par rire doucement pour me reprendre avant de relever mes yeux à nouveau sur lui pour lui dire chaleureusement :

-Désolé ! Je ne voulais pas me moquer de toi !

Puis, je me penche vers lui où mon visage se trouva au-dessus du sien de quelques centimètres de hauteur à cause de notre différence de taille.

-Ne t'en fais pas ! Dans le genre dire n'importe quoi je crois que je ne suis pas mal dans mon genre ! Sois naturel avec moi ! Et puis ne te sous-estime pas. Je te trouve très intéressant et drôle ! Je suis certain que Ketsuaki-san pense la même chose te concernant !

Est-ce que je voulais lui remonter le moral ? Fort possible à ma manière évidemment ! Cela doit sembler maladroit d'un point de vue extérieure mais, j'étais du genre très franc sur certaines choses. Il y avait des sujets sur lesquels j'émettais de nombreuses réserves. Le dernier sujet actuel concernant mon vis-à-vis par exemple. Je n'ai rien dis de ce que je pensais à Shino san. Que pouvais-je lui dire alors qu'il a pris sa décision en son âme et conscience ? Ne parlons-pas non plus des autres membres du conseil qui soutenaient la décision prise. D'ailleurs je me suis pris un coup sur la tête pour n'avoir pas pris part à la conversation en restant étrangement silencieux. Je me redresse en gardant toujours la même attitude :

-Ne t'inquiète pas tu ne m'as pas manqué de respect c'est moi qui doit m'excuser si je t'ai ou te fais sentir mal à l'aise. Pour répondre à tes questions je connais Tokyo et je suis là oui et non pour le conseil ! Disons que j'ai commencé à devenir une « idole ». Je suis certain que le Conseil n'a pas réellement besoin de moi. Je suis probablement juste un crétin à leurs yeux ! Enfin ils n'ont peut-être pas tord !!

De l’auto-dérision voilà ce que c'était et, je dois avouer que c'était mon point fort. En même temps, je n'ai pas honte de dire que comparé aux autres membres du conseil j'y ai peut-être moins ma place. Je n'aime pas me mettre au-dessus des autres et de plus, je suis loin d'être aussi calme et sévère tout le temps. Je passe mon temps à taquiner, à agir comme un véritable enfant en m'extasiant sur tout et rien. Et, ne parlons pas que je sais très bien me servir de ma langue vu le nombre de bêtises que je peux laisser échapper en un temps recors. Non, vraiment.. Je me rapproche plus du vilain petit canard qu'un canard. Ce qui me conforte c'est que le vilain petit canard qu'ils dénigrent tous, devient un magnifique cygne à la fin du conte. Seulement, je ne pense pas que je vais pouvoir hérité d'une telle transformation. J'ouvre la bouche en grand à cause de mon sourire et de ma joie suite à sa proposition si gentiment proposée !

- Merci tu es vraiment une poule aux œufs d'or tu sais ça ? Dis-moi.. Est-ce que tu connaîtrais un endroit où on peut observer bien la ville tranquillement ? Mais avant-ça.. Cela te dérange qu'on se promène tous les deux pendant un moment ? Je ne veux t'obliger en rien hein ? Si tu veux rentrer tu me le dis no soucis !!

Fis-je après lui avoir pris ses deux mains dans les miennes me rapprochant à nouveau de lui sans mauvaises arrières pensées.

Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 49 ans. 18 au moment de la mort.
Allégeance : Ketsueki, définitivement et aveuglément...
Messages : 29
Pseudo : Pandaa
Avatar : Shino [Lustknot]
MessageSujet: Re: Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]   Dim 18 Nov - 12:08




Ca lui laissait une sensation étrange, pour être honnête, que d’être là à bavarder avec un inconnu. Un inconnu qui venait d’un Conseil en plus ! Lui qui s’était presque dit qu’il leur en voudrait toute sa vie… Et pourtant, c’était actuellement difficile d’avoir un grief quel qu’il soit contre Hayato. Il semblait être un homme positif et pas brusque pour deux sous. En même temps… Il y avait peu de vampires du Conseil dont il aurait affirmé qu’ils lui faisaient peur à l’origine. Disons que l’habit ne faisait pas le moine et qu’il aurait peut être dû être plus méfiant, voir se carapater au plus vite…

Mais non. Ses pieds sont coulés dans le béton, il prend racine et ne bouge pas, ayant quelques sourires un peu timides et incertains mais plutôt sincères. Ca ne l’empêche pas de sursauter en écarquillant les yeux, surprit, lorsque le vampire a soudainement une exclamation joyeuse ! Et s’il vous plaît… Quelle exclamation ! A grand renfort de gestes et de gesticulations, le voilà qui s’extasie sur ce tout simple sujet d’accent… ! Ca fait finalement rire Haine qui se détend un peu, songeant comme finalement cet homme était un original. De fait, il pouvait être moins dur envers lui-même non ?

En tout cas, Hayato avait le rire facile car sitôt ses bras de retour le long de son corps, il part à nouveau à rire ! Visiblement, il lui en fallait peu pour s’amuser et en même temps, Haine pouvait parfois avoir l’air d’une belle huître, créant perle sur perle… De quoi se faire des colliers de bêtises ! Mais du coup, son sourire prend un peu d’aplomb et lui-même à un nouveau petit rire, sans doute beaucoup plus retenu que celui de son vis-à-vis mais pas moins amusé !

Le rouquin secoue la tête de gauche à droite lorsqu’Hayato s’excuse de donner l’air de se moquer de lui, lui signifiant qu’il n’y avait pas de problème. Il préférait au contraire ce genre d’attitude qu’à celles plus solennel qu’avaient la plupart des membres du Conseil qu’il avait rencontré. Peut être qu’au final, Hayato ne siégeait pas au sien depuis longtemps ? Difficile à dire. En même temps, au jeu du pifomètre, il avait toujours sur se classer bon dernier.

Hayato en rajoute sur son propre caractère et Haine rosit légèrement de plaisir grâce au sang ingurgité plus tôt dans la soirée. Il tique un peu à cette façon que l’homme avait d’ajouter le suffixe de politesse au prénom de son père mais… Finalement, ce n’était qu’un autre de ces détails qui faisait d’Hayato un original de la meilleure espèce. Ceci étant dit, il corrige tout de même :

❖ Ketsueki. Abarai Ketsueki. Pas « Ketsuaki ».

C’était mieux de ne pas se tromper si un jour il rencontrait son père parce que Ketsueki était… De toute évidence moins sympa que lui ! Autoritaire, glacé, rarement satisfait par quoi ou qui que ce soit… Et alors en plus si c’était un membre d’un Conseil qui écorchait son prénom, ça allait faire des étincelles ! Lui s’en fichait un peu évidemment. Ca restait une petite « faute de frappe », façon de parler évidemment.

Hayato lui parle des raisons de sa venue à Tôkyô… Et à propos de cette histoire d’Idole, Haine a un « ho ! » enter curiosité et ravissement, teinté d’un petit quelque chose d’admiratif. Ca lui faisait penser qu’à la soirée d’Halloween il avait rencontré Tachibana Kanesuke, un grand nom du mannequinat. Et voilà qu’à présent il rencontrait une Idole ? D’habitude il avait l’œil et comme il feuilletait pas mal de magasine, il reconnaissait ! Du coup là il se sentait très bête de n’avoir pas fait le lien !

❖ Désolé, ça doit être un peu frustrant que je ne vous ais pas reconnu… ?

Ou pas… Mais disons que lui s’en voulait un minimum !

❖ Qu’est ce que vous faites exactement ?

Des Idoles y en avait de tous les genres… Dans la chanson, dans la comédie, la mode… Parfois plusieurs en même temps, voir tout ça à la fois. Pour ce qui était de passer pour un crétin et d’en être peut être un, Haine a une petite grimace entre contrition et amusement avant d’assurer :

❖ Ca c’est l’histoire de ma vie.

Bon il exagérait évidemment ! Et le petit sourire qu’il retourne à Hayato en est la preuve ! Du coup, il se demandait si le père du vampire avait été aussi sévère avec lui que ne pouvait l’être Ketsueki ! Mais y avait de ces choses qui ne se demandaient pas… ! D’autant que lui-même, compte tenu de toute l’affection qu’il portait à son géniteur vampirique, n’aurait pas vraiment apprécié qu’on vienne lui demander si son père était aussi désagréable qu’on le disait ! Ces gens ne comprenaient juste pas Ketsueki, voilà tout !

Pour ce qui était d’un endroit depuis lequel on pouvait bien voir la ville, il y en avait plusieurs. Haine est sur le point de lui en citer deux ou trois comme ça, de tête, lorsqu’Hayato embraie immédiatement sur le fait qu’il aimerait marche un peu en sa compagnie. Surtout, il vient saisir ses mains et si le cœur d’Haine avait battu, il aurait soudainement battu la chamade ! Une pointe de stress remonte le long de son corps et plus vivement qu’il ne le voudrait, il retire ses mains de celles d’Hayato, faisant un pas en arrière, alarmé !

Pourtant la prise avait été douce, naturelle… Mais là, il en avait frémit. Déjà qu’avant la réunion vampirique il avait pu être sévèrement coincé avec les autres vampires, confère sa rencontre avec Izumi, là il était un peu à fleur de peau et cette proximité tactile, il ne s’y était juste pas attendu !

❖ Je… Dé… Désolé… Je suis un peu tendu…

Parce qu’avec un soupçon de recule, Haine se rendait bien compte qu’Hayato n’avait pas pensé à mal ! Mais pour le moment, il préférait s’éviter ce genre de gestes inattendu venant d’un inconnu ! Et ce même si l’inconnu était tout à la fois aussi agréable que sympathique et délicat !

❖ Je dois donner une très mauvaise image de moi… Mais oui, on pourrait marcher pour discuter si vous voulez.

Haine fait quelques pas pour encourager Hayato à démarrer, parce qu’il avait sincèrement envie de bavarder avec quelqu’un dans son genre. Et finalement, n’y tenant plus :

❖ Je sais que ça ne se demande pas, mais vous avez quel âge, à peu près ?

Et puis retrouvant un petit sourire, il demande encore :

❖ Vous êtes toujours aussi enthousiastes avec les inconnus ?

Parce que c’était tout un phénomène !




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]   Dim 18 Nov - 21:40


-Ah quel bel imbécile je fais ! Je savais bien que j'avais fais une erreur ! Cela m'apprendra d'écouter mon ami parlait avec son accent hyper fort ! Merci de m'avoir repris et désolé ! Vraiment ce n'était pas volontaire d'écorcher le nom de ton père !

Père que j'aimerais bien rencontrer une fois dans sa vie ! Peut-être qu'à l'occasion dans un futur proche j'en aurais la possibilité même si, il était possible que ce ne soit pas une rencontre des plus courtoises entre-eux nous deux. Vraiment .. Comment j'ai pu faire une faute aussi stupide ! Pour la peine il vaut mieux que je me pince la joue en priant que les autres de mon conseil ne soit jamais au courant de cette gaffe ! Ce serait un sujet supplémentaire pour eux de se moquer de moi m'enfin, j'aime faire rire les gens. Et puis, si j'agis ainsi c'est aussi pour des raisons plus personnelles. Je ne suis pas non plus inoffensif. Il ne faut pas oublier ma condition vampirique. Il est vrai que mon comportement laisse sérieusement planer quelques doutes. En tout cas, le fait d'entendre le rire cristallin d'Haine me rend heureux. C'est un drôle de sentiment mais, voir son visage de poupée de porcelaine rayonnait à cause d'un sourire « réchauffe » un peu ce cœur glacé depuis si longtemps. Mon cœur ne bat plus depuis des lustres mais, je peux ressentir malgré tout des sentiments. J'avais envie de lui ébouriffer les cheveux seulement, je me retiens. Je ne voulais pas lui faire peur. Ou lui faire croire que j'étais un pédophile. Car, il fallait quand même quand l'avouer si physiquement nous n'avions pas l'air d'avoir tant de différence d'âge la réalité était toute autre. Bien qu'aucun sentiments ou idées de ce genre n'avaient germé. Il donnait vraiment envie de le protéger. Le problème, c'est que les êtres « purs » se font vite manger dans notre société et, peut-être que cette morsure infligée lui a permis de s'en rendre compte ? Pour qu'il devienne plus « fort » à l'avenir. Ce serait le seul effet positif de cette punition infligée que je ne digère toujours pas. Punir le fils pour les fautes de son père ? Mon maître me disait bien souvent qu'il ne permettrait jamais que je sois victime de ses fautes commises. Fautes dont je ne suis pas au courant. Je ne le connais pas des masses en réalité. Son âge m'est totalement inconnu. Je me doute bien qu'il soit plus ancien que ce qu'il en dit. Je ne suis pas né de la dernière pluie non plus. Je l'observe toujours et, je me rends compte qu'à la révélation de mon deuxième travail si on peut dire ça comme ça.. Il est légèrement admiratif ? Non parce qu'au conseil on ne se tourne pas que les pouces..Sinon ce serait trop facile et, je crois que je m'ennuierais à mourir. Je devrais être appeler Joker au lieu de Blackjack quoi que.. Ce surnom que j'utilise porte un peu le même sens... Il s'excuse encore ? Il est vraiment trop mignon mais, là encore mieux vaut que je tourne ma langue sept fois dans la bouche avant de parler trop vite, de commettre encore une erreur et qu'il se ferme ensuite comme une huître.

-No Problemo ! Ce n'est pas grave si tu ne m'as pas reconnu ! Je ne suis pas célèbre non plus !! En même temps, je n'aime pas trop me montrer ! Je suis musicien, chanteur, compositeur et parolier j'utilise le pseudonyme BlackJack !

Peut-être qu'il a déjà entendu mon pseudonyme.. Et si ce n'est pas le cas ce n'est pas si grave. Je dois dire que je n'aime pas être sous les projecteurs et, en même temps j'ai toujours adoré la musique. Bon ok, je dois avouer que j'ai fais autre chose que musicien quand j'étais en Europe. Le problème est que mon manager ne me laisse aucun répit. En y pensant il faudrait que je pense sérieusement à commencer à écrire des chansons pour les présenter à l'agence tiens... Tsssk ! Mes pauvres oreilles vont morfler je sens !! Mon sourire ne faiblit en aucun instant grâce aux paroles de mon cadet ! Au moins j'ai trouvé un autre vampire qui ne donne pas l'impression d'en être un. Avec les années, ce sera peut-être différent. Je pourrais devenir plus aigris et, lui plus sombre. On ne peut prévoir ce qui va se passer demain alors dans quelques années voir siècles ? Impossible. Profitons juste de l'instant présent. C'est ma philosophie. Immortel ou non, nous mourrons tous un jour, nul n'est invincible même ceux qui se donnent de grands airs.

Seulement une ombre au tableau et c'est moi qui la comment ! Quand je le vois se reculer vivement et retirer ses mains des miennes je me mord l'intérieur de la joue tout en m’insultant de tous les noms d'oiseaux possible. Je dois avouer que sa réaction m'a surprise sur le coup et, légèrement blessé ? Mais, avec le recul je me rends compte que c'est moi qui suis en faute. C'est tout moi bien que cela parte de bonnes intentions je fais tout de travers en oubliant bien ce que peuvent ressentir les personnes en face de mon comportement. Avec le traumatisme qu'il a vécut c'était de sa légitimité de réagir ainsi. Quel imbécile. Et, le pire dans tout ça est, qu'il s'excuse.. Alors que le seul coupable c'est moi. Je secoue la tête de gauche à droite très vivement pour l'empêcher de continuer à se rabaisser ou autre. Il n'a pas à le faire ! Il devrait avoir plus confiance en lui !

-Non, le seul fautif c'est moi ! Je suis désolé j'aurais dû réfléchir à deux fois. C'est tout moi ! Je suis trop expressif et enthousiasme. Je n'ai pas pensé à tes sentiments. Je suis celui qui s'excuse ! Je ne le referais plus promis !

Je ne voulais pas qu'à cause de cette action, il refuse mon invitation de marcher dans le parc et de parler. Dire que plus tôt je m'étais promos de ne rien faire pour le gêner. Je m'ébouriffe vivement cette tignasse qu'est la mienne en grimaçant légèrement pour me punir d'être aussi idiot !! Heureusement pour ma tête, je retire assez vite mes mains quand Haine reprend la parole et, accepte de marcher en ma compagnie. Mon sourire revient et, mon regard brille de joie. Nous commençons à marcher et, je me demande bien sur quel sujet je peux commencer à l'aborder mais, fort heureusement pour moi, c'est lui qui prend l'initiative et, j'en suis heureux. Cela signifie que je n'ai pas fait tout foiré alors et le petit sourire que je vois apparaître sur son visage fait envoler tous mes doutes même si un petit gêné s'échappe contre mon grès de mes lèvres.

-Toujours.. Enfin, j'aime aller vers les autres même si, tu dois t'en douter je me fais renvoyer sur les roses mais, bon je trouve que le monde est déjà bien noir. Que ce n'est pas la peine que nous, on doit afficher des expressions sombres et froides ou se prendre trop au sérieux en restant solitaire.

Les mains dans les poches je regarde droit devant moi. En effet, ils sont tous trop sérieux. Je ne dis pas qu'il ne faut pas l'être mais, j'ai l'impression qu'ils ont oubliés depuis longtemps ce qu'ils étaient avant la transformation. Pour ma part, je ne peux pas l'oublier. Je ne peux pas tourner la page sur mon passé ainsi que les cadavres qui s'y trouvent. Agitant un peu la tête pour chasser ses images qui commençaient à apparaître dans mon esprit je repris d'un air enjoué :

-Sinon pour répondre à ta question d'avant je pense que j'ai presque 4 sicèles de plus que toi ! Je vais faire mes 457 ans prochainement enfin.. Pas trop non plus..

Parler de mon âge ? Cela ne me déranger pas. Ce n'était un secret pour personne alors bon. Il pouvais bien le savoir. Par contre, il y avait quelque chose qui me gênait un peu.

-Ne, je sais que je suis plus âgé que toi mais, tu peux utiliser le tutoiement! Je déteste le vouvoiement ! J'ai l'impression d''être vieux ! Bon ok je le suis effectivement.. Ah j'ai l'impression de m'enfoncer tout seul !!

Et, voilà que je parlais de nouveau avec spontanéité et reprit la marche que j'avais stoppé pour le regarder mais, mon regard se fixa de nouveau en face de moi avant de lever la tête vers les étoiles et de reprendre :

-Et toi ? Tu es vampire depuis peu du coup. Je ne te force pas. Si tu ne veux pas en parler ne le fait pas comme sur ce que tu fais comme métier ! ?


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 49 ans. 18 au moment de la mort.
Allégeance : Ketsueki, définitivement et aveuglément...
Messages : 29
Pseudo : Pandaa
Avatar : Shino [Lustknot]
MessageSujet: Re: Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]   Mer 21 Nov - 14:05





Haine lève une main, ayant une petite moue tranquille pour signaler qu’il n’y avait pas de mal, pour Ketsueki. Et en même temps, ce n’était que dû au caractère très difficile de ce dernier qu’il était délicat de faire ce genre d’erreur. On aurait dût pouvoir avoir le droit à l’erreur… Mais… Disons que certains êtres étaient plus difficiles à combler que d’autres. Pas parce qu’ils avaient tout, même pas vraiment parce qu’ils étaient exigeant… Juste parce qu’un jour, tout avait cessé de les émerveiller et de les éblouir. Haine avait longtemps cru que c’était un effet du temps… Avant de réaliser que non, c’était plutôt les conséquences du fruit trop mûr de l’expérience. Preuve en était qu’Hayato, qui devait quand même cumuler quelques siècles à lui tout seul, était quelqu’un encore capable de s’enthousiasmer pour la plus insignifiante des choses.

Il ne semblait pas froissé non plus qu’Haine n’ait pas remit son visage. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’Hayato portait un certain nombre de casquette… ! Sa vie professionnelle semblait tout autant remplie qu’épanouie et Haine demande donc, au passage :

❖ Mélomane ?

Ca semblait effectivement être le cas ! Quant au pseudo, Haine le murmure un instant, comme interrogeant sa propre mémoire… Et finalement, il convient :

❖ Ca me dit effectivement quelque chose… Vous avez sortit un album ?

Parce que si c’était le cas, il aurait bien jeté une oreille, ne serait-ce que par curiosité. Et puis bien qu’il ne soit pas musicien pour deux sous et que ses goûts soient assez éclectiques pour affirmer qu’il n’en avait quasi aucun, Haine ne rechignait jamais à passer un moment étendu sur son lit, simplement à écouter un peu de musique. Un genre différent selon l’humeur. En tout cas :

❖ Je ne sais pas si vous avez entendu parler de Katsura-san ? Un chanteur plutôt rock et pas mal célèbre.

Oui c’était peu de le dire mais bref, ce n’était pas à la célébrité qu’il voulait en venir !

❖ Il est des nôtres lui aussi. Et j’ai entendu dire que Beaudoire Charlotte, une musicienne de talent venue d’Europe était en ce moment à Tôkyô. Elle aussi serait des nôtres.

Dans le cas de cette dernière, Haine n’aurait pas pu dire si ce qu’on lui avait dit était vrai… Mais mentir sur la question aurait été un peu absurde. Quoi qu’il en soit, c’est un peu là que l’incident se produit et si Haine s’était sentit alerté et alarmé, Hayato semble lui-même déçu de la situation tout comme de lui-même. Finalement, cette constatation était plutôt rassurante ou agréable, bien que ce ne soit pas très sympa de sa part de le penser. Toute fois, ça avait le mérite de signaler qu’Hayato n’avait réellement pas pensé à mal. Il avait une part de cette spontanéité que lui-même possédait. Compte tenu de la force avec laquelle Ketsueki avait pu, par le passé, lui reprocher son attitude, Haine était tout à sa curiosité de découvrir qu’un membre d’un Conseil puisse avoir la même, à peu de choses près !

Hayato s’excuse, promet… Et Haine acquiesce. Finalement, il était soulagé, à cette occasion, de se rendre compte que sa capacité à accorder sa confiance n’avait pas entièrement disparue. Au fond, c’était un de ces signes qu’il attendait et qui lui confirmait que dans la nuit du 31 au 1er, Kuromiya fils ne lui avait pas tout prit. Et peut être qu’un jour, avec plus de recul, il se rendrait compte que ce qui lui avait été dérobé l’avait rendu meilleur. Pour le moment, c’était un constat encore trop difficile et douloureux à faire. Mais son confort sociale grimpait doucement à bavarder avec Hayato et fait, disons que c’était une petite lumière. Ketsueki en était une lui aussi… Mais différente. Plus proche du cœur, d’une certaine façon.

L’homme lui parle donc un peu de lui et de son côté enthousiaste, confirmant ainsi ce qu’il avait déjà constaté. Et cette philosophie du « tout est déjà trop sombre pour que je le sois moi-même » faisait à nouveau écho à la sienne, quoi qu’il puisse éventuellement donner une toute autre impression. De fait, il à un petit mouvement de la tête en répondant très simplement :

❖ Je suis d’accord.

Et jamais membre du Conseil ne lui avait paru plus accessible. En fait, peu de vampires lui avaient jamais semblé aussi faciles à aborder. Izumi avait été comme ça. Mais la situation avait été autrement plus délicate, essentiellement parce qu’ils n’avaient pas comprit immédiatement qu’ils étaient tout deux vampires. Et sans doute qu’Haine était un peu plus dans les jupes de Ketsueki à ce moment là. Pas qu’aujourd’hui il ait particulièrement prit son indépendance… Il était toujours dans les jupes de son père !!! Mais il abordait les choses sensiblement différemment.

Ils marchent… Et Hayato lui parle ainsi de lui à nouveau, répondant à ses questions sans s’en froisser. 457 ans, ce n’était quand même pas rien. Ca signifiait en revanche que lui non plus n’avait pas connu la guerre vampirique. Quelque part, c’était un peu un point de repère. Mais il avait fait partit de ces vampires nés « d’après guerre ».

❖ C’est impressionnant. Je sais que c’est bête parce que j’ai rencontré des vampires plutôt vieux au cours de ma vie… Mais ça me donne toujours le tournis de songer à toutes ces années. Parfois, rien que de me dire que j’ai vécu cinquante ans, j’ai des vertiges ! Alors plus de quatre cent…

Ca le laisse silencieux et pensif un instant, jusqu’à ce qu’Hayato lui demande de passer… Au tutoiement. C’est un peu gênant pour lui ! Mais ça semble lui tenir à cœur et le revoilà à faire le pitre, plus ou moins volontairement ! De coup, finalement plutôt encouragé par ce comportement, Haine acquiesce rapidement.

❖ D’accord. Excuse-moi, c’est que tu es tellement… Important !

Hé bien… Oui ! Il avait de bonnes valeurs lui monsieur ! Non seulement Hayato était son aîné et de fait il lui devait le respect… Mais il était aussi membre d’un Conseil. Ces deux raisons à elles seules valaient qu’il montre patte blanche. Mais pas seulement. Parce que c’était un homme de bien aussi, à ce qu’il lui semblait.

En tout cas, ses questions lui sont plus ou moins retournées et Haine à un sourire, assurant :

❖ Ca va, je n’ai pas de problème à dire quelques mots sur moi !

Du coup, prenant un moment pour réfléchir, Haine finit par se lancer, ne racontant pas dans les détails mais faisant néanmoins quelques précisions :

❖ J’ai toujours su que les vampires existaient. En réalité, mon père biologique a abandonné ma mère tôt, si l’on peut dire. Elle est devenue calice d’un vampire qui l’aimait énormément… Et qui m’a élevé comme son propre fils. Mais un jour… Il a disparu. Sans doute est-il mort à présent, je n’en suis même pas sûr.

En tout cas, sa mère avait finit par succomber au manque que sa condition de calice provoquait. Si son père avait perdu la vie, elle y aurait survécu alors… S’il était mort, c’était depuis « peu » malgré tout. Ce « peu » restant tout relatif évidemment.

❖ Ketsueki a finit par me mordre sous ma trop grande insistance. Il l’a fait parce qu’il me trouve « joli » et que ça aurait « été dommage de me laisser faner ». Mais il me trouve souvent –à raison je crois bien- un peu trop écervelé.

Mais bon… Ca ne le frustrait pas… Sûrement qu’il était aussi un peu « trop bon trop con » ! Ou quelque chose du genre !

❖ Et je travail au Candies & Leather. C’est un Love Hotel huppé de Shinjuku.

Comme d’habitude, le même bug avant qu’il bafouille, particulièrement gêné :

❖ Je suis dans le domaine de l’administratif ! Je ne fais pas… Ce genre de chose…

Ce genre de chose que faisaient les hôtes dans les catalogues que Ketsueki triait sur le volet !

❖ Je suis devenu vampire trop jeune pour avoir réellement fait autre chose de ma vie. Et toi ? A quoi ressemblait ta vie en 1554 et suivante ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]   Jeu 22 Nov - 9:20


-Hai !! J'adore la musique entre autres choses évidemment !

Je l'affirme en lui offrant un grand sourire. J'adorais la musique et ce fut mon amour pour ce domaine qui m'a poussé à vivre en France qui pour moi représente le Pays avec un grand P de la musique classique. Tous les grands compositeurs de toutes origines sont venus en France. L’Angleterre peut être comprise dedans. Ce sont les deux pays qui possèdent une grande richesse au niveau de la culture. L'histoire de leurs pays respectifs m’a toujours fasciné. J'aime le Japon mais, je possède un attrait particulier pour ces deux pays bien que j'ai pu avoir un pied à terre dans d'autres et voir divers horizons tous différents des uns et des autres. Je l'écoute avec attention sans m'offusquer sur le fait que même mon surnom ne semble pas lui revenir. Je ne suis pas non plus l'idole du siècle qui travaille même la journée. Si les vampires pouvaient survivre à la lumière du jour, je serais plus souvent à l'agence et je ferais de nombreuses heures supplémentaires. Mon travail au Conseil et mon statut d'idole n'étaient pas des plus compatibles mais, je prenais les deux très au sérieux. Je ne vivais que pour ça quasiment. Difficile de m'imaginer assis dans un de mes confortables sièges avec des lunettes pour lire attentivement d'innombrables feuilles qui formaient des dossiers et de l'autre, composer et écrire des chansons sans parler de certains enregistrements que je faisais. Gagner du temps en étant organisé était la clé de la réussite. Il est vrai qu'il m'est arrivé de mélanger certaines feuilles entre mes deux postes m'obligeant à m'excuser sans parler de l'état de l'appartement... D'ailleurs, me parlant d'album cela me rappelle la date butoir où je dois rendre mon travail.. Tss je vais me faire encore incendier au téléphone. Pas dur dur d'être bébé mais dur dur d'être un vampire qui mène une double vie en cachant sa vraie nature !

-Oui j'ai sorti un album il s'appelle Bandage ! Si tu veux à la prochaine occasion que l'on se croise je pourrais t'en donner un !

Je lui offris un clin d’œil pour lui faire garder son sourire qui lui sied si bien. Nous étions un peu similaires, raison pour laquelle je voulais un peu le protéger. Bien que cela commence mal à cause de la boulette que j'avais commise. Mon impulsivité venait de me faire commettre encore une fois une faute. Trop spontané. Je sais que je dois y remédier mais, je trouve que trop réfléchir renforce l'impression de fausseté. La bonne humeur me regagne quand Haine accepte de marcher à mes côtés et, qu'il me parle avec tant de spontanéité et franchise qu'il me permet de « respirer » à nouveau. Je fis mine de réfléchir à l'énonciation du prénom Katsura.. Puis, le visage de ce dernier me revient et hoche d'un simple mouvement de la tête pour lui répondre par l'affirmatif. Tiens.. Une information intéressante et je me tourne vers lui sans cacher ma surprise laissant mes iris parlaient pour moi en montrant mon soudain élan de curiosité. Alors une autre idole qui était aussi vampire ? Peut-être qu'à l'occasion j'aurais la chance de le rencontrer ? Ce serait chouette mais, avant d'aller plus loin dans mes pensées un autre nom m'interpella et je relève un peu la tête pour le regarder. Un fin sourire étire mes lèvres et, je laisse planer un peu le silence avant de reprendre gaiement en regardant droit devant moi :

-Je confirme pour Madame Beaudoire Charlotte ! J'ai eu la chance il y a quelques siècles d'assister à quelques-unes de ses représentations et c'était tout simplement jouissif pour les oreilles pour ceux qui comprennent l'art évidemment ! Quand elle joue, elle a une telle prestance qu'on dirait qu'elle est habitée. Je ne la connais cependant pas personnellement mais, je connais sa fille vampirique qui est une très bonne amie à moi. Je suis certain que vous vous entendriez tous les deux ! Vos personnalités étant identiques et possèdent la même similitude quant à la beauté de votre âme !

A quelques choses près. Mais tous deux étaient des êtres candides malgré leur nature qui était la même que la mienne. C'est ce qui me différencie nettement d'eux. Je ne suis point candide. Et je ne possède pas de cœur « pur ». Je ne pense pas ne serait-ce qu'un jour posséder une âme pure. Mon âme et mes mains ont été souillées dès mon plus jeune âge par le sang. Mes mains sont tâchées de sang que je ne pourrais jamais lavé. Tant de personnes ont péri de mes mains... Je ne suis pas un sait et si je dois mourir j'irais probablement directement en Enfer. Le paradis je ne me fais pas d'illusion. S'il existe bel et bien alors je n'aurais jamais ne serait-ce qu'une chance d'y poser un pied. Je devrais répondre de mes actes devant les trois juges des Enfers et serais certainement torturé jusqu'à la fin des temps. Marie..La petite Marie comme j'adorais la taquiner avec ça. J'étais au courant qu'elle vivait au Japon plus précisément ici mais, je n'ai jamais eu l'occasion d'aller lui rendre visite. Quant à sa mère.. Je m'étais emballé en parlant d'elle à Haine. Cette femme était une grande musicienne. Elle m'a toujours fasciné, une musicienne avec qui j'ai toujours nourris le souhait de partager une scène à ses côtés. Mais, n'y pensons pas. Notre marche continue et je réponds à ses autres questions sans aucune hésitation dans mes paroles. Le fait que le monde était trop sombre, j'étais content de constater que je n'étais pas le seul à partager cet avis. Dire que je commençais à penser que j'étais le seul imbécile sur cette planète !

-C'est vrai tu penses la même chose ? Tu ne peux pas savoir comment je suis soulagé d'apprendre qu'il y ait au moins une personne qui partage mon avis !! Tu ne trouves pas que cela leur donne un air de vieillard en étant aussi austère ?

Et pour affirmer mes dires dans la bonne humeur je me mis à tirer mes yeux tout en creusant mes joues. Évidemment j'étais encore en train de faire le pitre et de me moquer gentiment de nos aînés. Disons que je voulais entendre de nouveau le rire d'Haine et surtout qu'il soit de nouveau à l'aise avec moi. Avec le geste que j'ai eu plutôt envers-lui c'était une erreur que j'ai promis de ne plus commettre. Je finis par mettre un terme à mes bêtises avant de laisser un léger rire s'échapper d'entre-mes lèvres parce que mon interprétation personnelle m'a amusé. Il m'en faut peu pour rire ou pour m'amuser je l'avoue mais, dans ce monde entouré de ténèbres, je pense que le peu qui puisse faire rire je ne dois pas rater une occasion de le prendre. Peut-être même que cela pourrait emmener un peu de chaleur dans tous ces « cœurs » bien gelés. A force d'être vampire depuis très longtemps, j'ai l'impression que beaucoup ont oublié ce qu'étaient de vivre véritablement. D'où leurs côtés froids et impassibles.

-Ah tu peux le dire je suis un vrai cas mais, je suis content de revoir un sourire sur ton visage ! Le sourire te sied merveilleusement ! Je pense que ce sourire pourrait un jour, peut-être dans un avenir proche qui sait à apporter un peu d'espoir. Je pense que le premier touché doit être Ketsueki san. Alors qu'importe si les temps sont durs et difficiles. Ne le perd jamais.

Je parle avec sérieux et douceur la preuve en est mon sourire chaleureux que je lui adresse. Il ne devait pas perdre ce sourire. Car rien ne vaut l'apparition d'un sourire quand on est perdu dans un monde de violence où le désespoir est partout. En même temps sourire était aussi une arme redoutable. Cacher ses sentiments, un sourire pouvait aussi masquer un mauvais coup de notre part en mettant l'autre à l'aise. Un sourire pouvait permettre un peu de douceur de la part de ceux qui ne sont en aucun cas démonstratifs. Continuant notre route, je m'amuse de la réponse de mon jeune partenaire de marche par rapport à mon âge mais, pas seulement. Sur mon rang dans le Conseil.. Pour être honnête je n'arrive pas à comprendre comment il puisse me trouver important. Je n'ai qu'un rôle mineur et à part sortir mon fondateur des abysses de son âme quand il pense au passé je n'ai pas de grands pouvoirs. Ma parole ne sera jamais prise en compte. Étrangement, il serait étonné de voir que lors des rares réunions je ne prends pas la parole. Ils l'ont déjà leur réponse la majorité du temps alors, je passe mon temps à piquer un somme. Du moins, pour ceux qui m'entourent alors qu'en réalité, j'enregistre tout. Je me mets à rire de nouveau pendant quelques secondes avant de reprendre :

-Ne t'excuse pas tu n'as rien fait de mal ! Si tu veux savoir je n'ai jamais pensé qu'être membre du Conseil m'octroie le droit d'être supérieure à toi ou aux autres vampires. De toute, je ne joue qu'un petit rôle. Je ne suis pas indispensable je suis certain que mon Fondateur trouvera probablement un être plus doué que moi pour me remplacer. Pour ce qui est de l'âge je pense que comparer à ton père ou à d'autres je suis encore jeune ! Et, je vais te faire une confidence je tutoie Shino san mon fondateur qui déteste qu'on le vouvoie!

Haine était la première personne à qui je parlais de mon maître. D'un côté c'était venu naturellement. Cet homme à qui je devais tout mais, physiquement quand il n'était pas déguisé il faisait tellement jeune que j'ai jamais pu m'empêcher de vouloir avoir un peu le rôle de grand frère. Il est plus grand que moi en taille mais, il semblait si frêle qu'il m'a toujours donné envie de le prendre dans mes bras. C'en était de même quand il était déguisé en personnes âgées. J'adore les personnes âgées. J'ai toujours envie de les prendre dans mes bras mais, je m'égare un peu là. Reprenant ma marche de bonne humeur tout en chantonnant dans ma tête je l'écouter parler de lui ! Il me semble ne pas avoir eu une vie si facile et paradoxalement, j'ai l'impression qu'il n'était pas totalement malheureux. Perdre sa mère.. Cela a dû être difficile. Savoir qu'un vampire s'est occupé de lui comme son propre fils cela ne fait que confirmer que vampires et humains peuvent cohabiter ensemble. Mes lèvres s'étirent doucement quand il me révèle la raison pour laquelle Ketsueki l'a transformé. Je ne peux qu'acquiescer silencieusement avec un hochement de tête avant de reprendre la parole :

-Je confirme. Cela aurait été vraiment regrettable pour le monde de perdre une personne aussi jolie que toi ! Mais, pas seulement physiquement.. Tu as un cœur pur et c'est très rare de nos jours de rencontrer des personnes comme toi. Ce qui est rare te rend unique et du coup tu es irremplaçable. Personne ne pourra te remplacer. Pour la peine je me sens presque jaloux parce que tu ne trouves pas ça classe toi d'être unique ?

Je lui disais ça avec un grand sourire qui montait presque aux oreilles !! Je voulais lui redonner confiance mais, il ne fallait pas s'y tromper j'étais sincère dans mes paroles. Rare étaient les personnes qui pourraient le remplacer. La preuve étant que même s'il a subit le pire affront pour un vampire je peux apercevoir une lumière. Il n'a pas l'air d'avoir perdu de sa personnalité candide et cela montre qu'il est fort. Je devais donner l'air d'être un véritablement gamin en cet instant qui s’émerveillait pour un rien. Pour tout dire même si, son père vampirique le trouvait écervelé n'est-ce pas ce qui faisait son charme ? Je ne répondrais pas à cette question et ne le lui dirait pas car, je suis certain qu'il serait plus enthousiaste si c'était Ketsueki qui le lui disait. Reprenant ma marche je m'arrête en beugant sur ce qu'il vient de dire par rapport à son travail. Ai-je bien entendu ? Mes yeux deviennent ronds comme des bille avant qu'ils se détendent quand la suite arrive et voir l'air gêné de mon cadet qui offre une scène des plus adorables. Un sourire rieur fait son apparition et je me retiens de rire cette-fois pour ne pas l'enfoncer davantage dans sa gêne.

-Je vois... Alors tu travailles dans ce Love Hôtel ? Il est très aimé je connais des personnes qui s'y sont déjà rendues ! Quant à moi je n'ai jamais eu l'occasion d'y mettre un pied ! Tu crois que je pourrais ?

Quelle question idiote je viens de lui poser mais, je suis ainsi et même si on ne se connaît pas je suis convaincu qu'Haine le sait déjà pour le peu que je lui ai montré si ce n'est pas tout. Du moins.. Ce côté extravagant de ma personnalité. Je possède aussi un côté plus sombre que je n'ai montré qu'en de rares occasions et j'ai envie que cela continue ainsi. Puis, vint la question fatidique. Comment était ma vie ? Je ne peux pas lui dire que j'ai passé mon temps à tuer, voler, espionner des gens si ? Il est vrai que je n'ai pas fait ça tout le temps et que c'était pour le compte d'autres seigneurs mais.. Parler de mon passé.. Je ne le peux pas. Je ne veux pas qu'on sache pour moi.. Alors, je vais être à moitié sincère dans mes réponses en parlant par omission ce qui au final ne le pousserait pas à mentir ne ? Ébouriffant doucement mes cheveux je fis une moue avant de lui répondre une fois que j'avais trouvé la réponse adéquate.

-A quoi ressembler ma vie ? Hmm.. A rien de bien exceptionnel. J'ai passé ma vie à voyager. Au début c'était tout le Japon avant que je ne rencontre mon père vampirique que je n'ai jamais considéré comme tel mais, plutôt un maître. Je n'ai jamais crus au vampire jusqu'à ce que je me réveille transformé par lui. Après je suis resté un peu au Japon et ensemble nous sommes partis à divers endroits du globe avant que je ne décide de rester en France étudier la musique alors que mon maître a continué sa route je ne sais où. J’ai vécu aussi en Angleterre pendant de longues années. Je ne suis de retour que sur le sol nippon depuis les années 1960 approximativement... Waouh Rien que d'y penser j'ai l'impression que c'était hier !!!

Je venais de faire un rapide résumé de ma vie. Ce n'était pas réellement un résumé car, je n'avais rien dit de particulier sur moi. A part que j'avais étudié la musique ! Je n'ai même pas épilogué longtemps dessus. Je n’ai rien dit sur mon parcours en tant que musicien de rue. J'ai même écrit des chansons pour d'autres artistes dans l'ombre. J'ai rencontré certaines personnes célèbres. Des rencontres que je ne peux pas oublier. Je m'en voulais un peu de ne rien dire sur moi mais, c'était le mieux pour le jeune vampire d'après-moi. Il était parfois préférable de rester dans l'ignorance pour son propre bien. J'en sais quelque chose et bien que ma vie fut des plus mouvementées, je préférais garder chaque souvenir de mon époque en tant qu'humain égoïstement pour moi.

-Depuis j'ai fait mon bout de chemin et suis devenu idole après être entré au conseil du Kansai ! Je n'occupe du coup ce poste pas depuis très longtemps contrairement à certains et... Tiens ! J'ai l'impression que nous avons de la Compagnie ce soir..

Je finis ma phrase dans un murmure en voyant cet « homme » s'avançait vers nous. Cet homme qui possédait une aura charismatique. Ce n'était pas un être humain lambda. Soit c'était un vampire soit un chasseur un des deux. Finalement, j'attendais de savoir qui était cette nouvelle apparition. Si c'était un chasseur je ferais tout pour protéger Haine. Quant au fait que ce soit un vampire cela pourrait être aussi un ennemi. Restant nonchalant et les sens en alerte je m'étais arrêté dans ma marche pour attendre les réponses à mes questions sans pour autant baisser ma garde. Qui sait un mauvais coup pouvais si vite arriver ~


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 49 ans. 18 au moment de la mort.
Allégeance : Ketsueki, définitivement et aveuglément...
Messages : 29
Pseudo : Pandaa
Avatar : Shino [Lustknot]
MessageSujet: Re: Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]   Mar 4 Déc - 13:25


Spoiler:
 



Toujours aussi enjoué et dynamique ! Haine en déduisait un certain style de musique même si l’habit ne faisait pas le moine ! Hayato semblait le genre d’homme à chanter de la hop dans une tenue coloré mais qui savait le mettre en valeur ! Ok, c’était fondé sur… Rien ! Mais Haine aurait été bien surprit d’apprendre qu’en réalité il était chanteur de gospel ou de gros métal qui tâche quoi !

En tout cas, qu’importe le style, Hayato lui en propose un et Haine acquiesce, acceptant de bon cœur ! Ceci étant dit, vu qu’il recevrait l’album des mains même de l’artiste, il se permet :

❖ Dédicacé alors ! Tant qu’à ce que ce soit toi qui me l’offre en personne !

Il aurait tort de se priver hein ! Et même si Haine n’était pas une grosse victime de la presse people ou quoi, fallait admettre qu’il était encore plutôt jeune dans sa tête de ce côté. La possibilité d’avoir cet album dédicacé, même s’il n’avait pas la moindre idée du genre musical ni même du talent de l’homme avec lequel il marchait, ça lui plaisait. C’était nul et superficiel, il savait bien… Mais on ne se refait pas quoi.

Hayato semble surprit pour Katsura… Et Haine n’y répond pas, se contentant de sourire. Il avait eu un accro au Candies & Leather celui là ! Ketsueki ne voulait plus jamais le revoir y mettre les pieds d’ailleurs… C'est-à-dire qu’il avait commit l’erreur de le prendre pour un des hôtes de l’endroit et la jalousie absolument maladive et envahissante de son père vampirique avait prit le dessus. Dire que c’était justement ce qui leur avait causé tant de soucis… Enfin. Pour Charlotte, Haine a un « ho ! » surprit mais charmé tandis qu’il apprend que l’homme la connaissait déjà ! Il avait donc dût la connaître en Europe si c’était « il y a quelques siècles » non ? Ou alors elle était déjà venue au Japon ?

En tout cas, le monde était… Incroyablement petit. Ou peut être juste qu’avec des siècles de vie on apprenait à multiplier les contacts… De fait, on croisait des centaines, voir des milliers de personnages tous les ans et parmi eux, des vampires qu’on serait probablement amené à revoir un jour ou l’autre. La preuve. Du coup, Haine imaginait ce que ça pourrait être que de quitter Hayato ce soir pour ne plus le revoir que dans un siècle ou deux minimum. Oulà… Encore un truc qui lui donnait le tournis !

❖ Je ne l’ai pas entendu pour ma part. Mais j’ai bien l’intention d’y poser une oreille. Et puis j’aime le violon, c’est un instrument noble.

Comme beaucoup d’autres instruments et il était probable qu’Haine aurait dit la même chose de n’importe quel autre mais bon… En tout cas, au compliment, Haine baisse les yeux et légèrement la tête pour remercie son interlocuteur. C’était agréable de l’entendre dit comme ça. Ca sonnait doux et comme une caresse. Et lui qui se sentait un peu « sale » depuis le trente-et-un au soir… Hé bien il appréciait entendre ça quoi.

❖ Merci, j’apprécie tes bons mots. Surtout que je me doute bien que tu as entendu parler de ce qui s’est passé à la dernière réunion à Aokigahara.

Mais Haine ne s’éternise pas sur le sujet. Il était simplement touché et avait tenu à le signaler. Par contre, pour ce qui était de la rencontre (Marie), Haine explique :

❖ Je doute qu’on en ait réellement l’occasion. Elle travaille au Bloody Sunday et semble en très bons termes avec le gérant de l’endroit. Ketsueki et lui sont à couteaux tirés, ce serait jeter de l’huile sur le feu.

Sans parler du fait que du coup, Marie avait dans ses relations quotidiennes Kuromiya Seijûrô quoi… Et ce vampire était un peu le monstre caché sous son lit.

Le sujet change et Haine a un bref éclat de rire à propos des vieux vampires trop austères. Il lève les deux mains, paumes en avant, comme pour se défendre de répondre sur ce point ! Mais c’est vrai que parfois, sans mauvais jeux de mots, certains vieux vampires étaient « mortels » quoi… Hayato était très différent à ce niveau et à la suite, quand il lui parle de sourire, haine ne perd pas le sien mais il est un peu gêné par cette façon franche de dire les choses. Surtout des choses aussi… Positives sûrement. En tout cas, une chose était sûre :

❖ J’en ai autant à ton service. Et j’ai beaucoup de curiosité quant à ce à quoi peuvent ressembler les réunions du Kansai.

Sérieusement ! Lui s’imaginait toujours un vieux truc un peu glauque dans une cave défraîchit... Mais Hayato, franchement, aussi bête que ce soit, il l’imaginait presque avec des ballons, du jus de fruit de toutes les couleurs et des canapés quoi !

L’homme lui en parle justement, faisant preuve de beaucoup de modestie et Haine l’interrompt :

❖ Moi je suis bien heureux de savoir qu’il y a des personnes comme toi aux Conseils. Et je suis sûr qu’Omura-san est bien assez sage pour mesurer la chance qu’il a d’avoir une personne motivée et chaleureuse. C’est un homme bon, en général.

Il y a encore un mois il n’aurait jamais ajouté ce « en général ». Mais les choses étaient ce qu’elles étaient, malheureusement…

Ils bavardent encore, surtout lui, et une fois n’est pas coutume, Hayato complimente. De fait, rapidement, Haine signale :

❖ Arrête, je crois que je vais tellement enfler que je n’entrerais plus nulle part !

Mais ça le fait rire et quelque part, ça lui fait vraiment du bien quoi ! En sommes, Hayato était bon pour son orgueil ! Ca faisait plaisir que d’entendre parler de nos qualités, surtout quand la personne qui comptait dans notre vie avait tendance qu’à ne voir nos défauts ! Mais Ketsueki n’était pas que ça… S’aurait été très réducteur que de le cantonner au rôle de l’éternel insatisfait. Pour Hayato… Hé bien là, il était en plein bug à propos du Candies & Leather !! Du coup, lorsqu’il se reprend pour en parler, Haine confirme : c’était un endroit très en vogue et pas mal réputé dans le milieu. Quant à s’y rendre :

❖ Bien sûr. Pourquoi est-ce que tu ne pourrais pas ? Seul ou accompagné d’ailleurs. Les chambres sont très belles, propres et entretenues. Confortable aussi ! Bon, désolé, je ne suis pas un dépliant ambulant pour vanter le Candies mais le cœur y est ! Tu ne seras pas déçu j’en suis sûr ! L’essayer c’est l’adopter !

Haine a un clin d’œil pour Hayato, lui tirant brièvement la langue avant de s’intéresser à la suite. Ainsi donc, il avait été un peu globe-trotter. Et lui aussi avait un « père » vampirique. Du coup, curiosité oblige :

❖ Qui est ton père ? Il doit être plutôt vieux vu ton âge non ? Peut être que je le connais, au moins de nom.

Quant à ce « 1960 » qui faisait « comme si c’était hier », ça le fait rire à nouveau alors qu’il signale :

❖ Ne dis pas ça ! Je n’étais même pas né !!

Mais pas loin !

❖ En tout cas, tu as beaucoup voyagé tout de même. J’aimerais faire ça mais en même temps, ça me fait peur. Je trouve déjà Tôkyô trop grand certaines nuits… Alors le reste du monde ? Ca ne t’a pas inquiété ?

Un homme arrive dans le sens inverse… Hayato se tend et lui aussi, autant par mimétisme que par instinct. L’homme qui leur arrive dessus est pourtant petit… Ils font approximativement la même taille… Mais ils ne dégagent de toute évidence pas du tout la même chose. Un petit sourire un brin suffisant passe sur les lèvres du vampire –il en était convaincu- alors qu’il passe près d’eux, sa tignasse bicolore suivant rapidement un mouvement du vent. Haine vient enrouler ses doigts autours du bras de Hayato, comme cherchant un brin de sécurité et finalement, l’homme se contente de passer sans rien dire…

Le souffle coupé –façon de parler-, Haine à un regard par-dessus son épaule, demandant :

❖ Quelqu’un que tu connais… ?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]   Mer 5 Déc - 11:15


Spoiler:
 

    -Hahahaha ! Pas de problèmes ce sera avec plaisir tu auras même le poster en bonus !

    Une couche de rajoutée comme à son habitude. Hayato n’aurait jamais crus qu’il voudrait une dédicace de sa part alors qu’il ne connaissait pas le style de musique qu’il faisait. Pour le poster, c’était une blague bien qu’un peu de pub n’était pas un crime. Hayato se demandait si le père vampirique de son « jeune » ami était au courant de son escapade nocturne. Il ne voulait pas que ce dernier s’inquiète pour lui ou alors qu’il croit qu’il lui était arrivé quelque chose avec les dernières péripéties qui lui étaient tombées dessus, la méfiance devait être à son paroxysme. Pour en revenir au sujet sur les vampires qui faisaient le même boulot « humain » que lui, le plus âgé se disait que cela pourrait être sympa s’ils offraient un concert tous ensemble pour les fêtes de noël qui arrivent. Une œuvre de charité, peut-être qu’il était trop idéaliste et il le savait mais, il avait toujours voulu offrir un petit concert pour les enfants orphelins de surcroît ou ceux qui étaient dans l’obligation de rester à l’hôpital. Le vampire de plus de 4 siècles hoche vivement la tête pour encourager Haine qui fut surpris qu’il « connaisse » Charlotte d’écouter sa musique. Le violon était un instrument magnifique mais, Hayato adorait la musique, il écoutait de tout alors l’instrument importe peu. Il ne possédait pas de préférences particulières bien que la techno ou les musiques qui font du bruit et qui ne possédaient aucuns instruments, à part lui donner des maux de crânes infernaux cela ne lui faisaient aucun effet. Tsuzuki souriait à l’innocence visible de Haine, c’était amusant parce qu’il ne le connaissait pas tellement mais, il l’adorait déjà. C’était rafraîchissant de rencontrer des vampires qui sont encore pleins de « vivacité ». Tels de véritables enfants. Dans son milieu malheureusement, il n’avait pas la chance de rencontrer des vampires qui partageaient sa même joie de « vivre ». Même ses blagues carambars ne faisaient que désespérer ses pairs du Conseil du Kansai.

    -Tu sais, je pense qu’il y a plusieurs vampires qui sont dans le milieu. Après tout ce ne serait pas étonnant. Ce serait bien qu’on fasse tous un concert permettant ainsi de faire connaissance. J’ai vraiment envie de les rencontrer ce serait amusant !!

    Pourtant, il ne se faisait pas d’illusions. Pour qu’un tel évènement arrive il faudrait vraiment un ordre venu de plus haut. Peut-être de la Grande Fondatrice ou bien de ces vieux du Temple. Hayato se donnait un genre d’être trop idéaliste mais, il ne l’était pas tant que cela. Il était un « espoir » à lui tout seul même s’il ne se rendait pas compte de cela. Il était différent des autres vampires qui étaient plus âgés ou bien plus jeunes que lui. Beaucoup se prenaient trop au sérieux et, il détestait cela. Il ne comprenait pas comment ils pouvaient tous porter des visages d’enterrement. La génération plus jeune prenait le même chemin que la plus âgée à son grand désarroi. La vie vampirique ne lui plaisait plus des masses si c’était pour continuer d’être entouré par de tels zombies. Sans vouloir faire de mauvais jeux de mots. Il soupira intérieurement et se concentra sur la discussion. Quand le jeune Haine lui fit part du fait qu’il lui sera impossible de rencontrer Marie, Hayato se mordit la lèvre inférieure et, en effet il valait mieux qu’Haine ne la rencontre jamais. C’était dommage mais, il ne désirait pas que par sa faute, ce dernier se mette en danger une nouvelle fois. Qu’il rencontre le père du vampire qui avait été désigné pour le mordre. Ne voulant pas montrer son malaise, le jeune homme finit par se « moquer » gentiment de leurs aînés et, cela ne fit qu’agrandir son sourire quand il entendit le rire de son cadet. Il le rejoignit sans attendre avant de lui louer des éloges. Le sourire était très important pour Hayato et ce dernier espérait par ses paroles que le concerné se rende compte de ce qu’il avait. Ce n’était rien pour la majorité mais, le sourire changeait tout. Bien qu’il ne s’attendait pas à ce que le compliment lui soit retourné et il se sentit soudainement un peu « con ». A quoi ressemblaient les réunions du Kansai ? L’aîné fit mine de réfléchir pour répondre parfaitement à la question.

    -Disons que nous sommes généralement assis en cercle devant des tables mais, j’apporte toujours des gâteaux mais, personne n’en veut. Je me fais même maltraiter par les autres en me traitant d’imbécile tu crois que je devrais intenter un procès pour maltraitance ?

    Il finit par rire à nouveau par sa propre remarque après avoir offert une moue de chien battu en gonflant ses joues. Il est vrai qu’il emmène toujours un gâteau qu’il mange généralement seul. Ce n’est pas étonnant puisque les vampires, lui y compris ne ressentent plus aucun goût. Mais, c’est juste pour partager quelque chose en parlant de choses sérieuses. Hayato ne pouvait plus décrire les saveurs de chaque sucrerie qu’il prenait pour tout le monde, il dépensait même des sous pour ce qui ne servait strictement à rien puisque personne ne partageait réellement ses idées. Alors, tant pis il bouffait tout sous leur nez les laissant parler et donnant l’impression qu’il n’écoutait rien en faisant mine de se régaler alors que c’était loin d’être le cas.

    -Sérieusement… C’est différent du grand Conseil d’ici. Disons que j’ai plus l’occasion de faire la mariole genre, j’ai même peint nos locaux une fois car les couleurs ont un effet sur notre mental. J’en avais marre du blanc alors, je les ai peint en mauve seulement, le pinceau m’a échappé des mains et est allé dans le visage d’un membre de mon conseil… Si tu avais vu sa tête c’était bien marrant !!

    A ce souvenir il n’avait pu s’empêcher de rire. C’était réellement marrant pour lui-même si, cela ne l’avait pas été pour le pauvre membre qui s’était pris le pinceau. Des péripéties à raconter à Haine il en avait même si, cela ne faisait pas longtemps qu’il y était. Il était tel un ouragan personne n’arrivait à le contrôler. Se calmant, il continue ses éloges et, se sent gêné par ses compliments malgré sa remarque sur Omura san car, il l’a bien sentit il y avait une certaine « méfiance ou rancœur » à son égard même minime voir crainte. Cela lui faisait drôle qu’on lui fasse des éloges et c’était d’autant plus plaisant de les entendre d’une personne inconnue. Pour en revenir à Omura les paroles qu’il a eu par rapport à la dernière réunion dont il n’a pas pris la peine d’y répondre pour ne pas s’éterniser sur le sujet, lui reviennent en pleine mémoire.

    -Tu sais… Pour ce qui s’est passé pour toi… Je suis désolé… J’étais absent mais, je me sens désolé malgré tout parce que mon fondateur y a participé et a accepté la décision alors, étant un de ses conseillers je partage aussi sa faute. Tu me flattes trop, je n’en mérite pas tant mais, je t’en remercie. Je ne suis peut-être pas en droit de te demander ça mais.. Ne te laisse jamais envahir par la haine je ne te demande pas de pardonner au Conseil ni à moi mais, ne laisse personne t’enlever ta joie de vivre ni ton sourire surtout pas par la haine. D’ailleurs c’est une vraie mélodie d’entendre ton rire. Ah voilà que je parle un peu trop et que je me répète.

    Il s’était excusé réellement pour cet acte dont il n’avait pas osé dès le départ aborder. Il lui avait offert un regard doux même s’il était sérieux dans ses propos pour finir par reprendre son air enjoué habituel. Avant de lui offrir un immense sourire jusqu’aux oreilles quand il entendit la remarque de Haine comme quoi il allait gonfler et, surtout sa remarque par rapport au Candies à croire que c’est un tour chacun de vanter les mérites de ce qui leur tient à cœur. La musique et son album pour Hayato et le Candies pour Haine. Le clin d’œil ne lui passa pas inaperçu et il le lui rendit bien :

    -C’est si gentiment proposé que ce serait impolis de ma part de ne pas l’essayer ne ?

    Leur marche continua et la conversation avait dévié sur un sujet plus personnel. L’âge de son père ? Hayato ne le savait même pas. Il s’en doutait mais, il n’avait aucune preuve de ce qu’il avançait. Pour ce qui était de son nom, ce n’était même pas sûr que Haine l’ait entendu. A part s’il adorait l’histoire mais, tout le monde a toujours pensé que c’était une histoire à dormir debout. Le seul ninja qui a pourtant laissé une trace de lui mais, dont personne ne connait l’information.

    -Etto… Aucune idée !! Disons.. Que mon maître n’est pas de ceux qui aiment parler d’eux. Et encore moins de l’âge. Pour ce qui est de son prénom c’est un secret mais qui sait… Peut-être que je te le présenterais un jour ~

    Encore fallait-il que son maître se manifeste ce qui semblait être difficile. Puisque ce dernier n’était pas dans le pays normalement. Il se doutait qu’il devait être en Chine et, il pourrait le rejoindre mais son statut au Conseil complique un peu les choses. Un autre rire retentit de sa part à la remarque de son « nouvel » ami. C’est vrai que cela semblait lointain et en même temps pas tant que cela. Ses questions le calmèrent un peu. Peur ? La seule peur qu’il avait c’était de se faire tuer à l’entraînement. Sérieusement, ils n’y allaient pas de mains mortes tous les « deux ». Il y avait son maître et celle qu’il nommait « Obachan » à ses risques et périls.

    -Peut-être devrais-tu demander à ton père non ? C’est toujours plus agréable de visiter avec les personnes qui nous sont proches et tu serais plus rassuré. Moi j’ai toujours rêvé d’explorer le monde. J’ai même encore envie de partir si, j’en ai l’occasion à nouveau j’irais probablement en Mongolie ou au Tibet quoi que l’Australie aussi me tente bien ou une île pour voir de jolies filles en bikinis !

    Il fit de nouveau un clin avec un sourire légèrement rêveur en imaginant de belles haïtiennes dansaient en maillots deux pièces. Bien entendu, il se donnait surtout un genre. Car, il ne s’était jamais lié à quelqu’un dans sa vie vampirique. Il était toujours célibataire. A part flirter, il n’a jamais rien fait d’autre mais, c’était pour accompagner sa personnalité « stupide » et « nonchalante » qu’il se donnait. Cependant, la conversation ne s’éternisa pas puisqu’une personne fit son entrée dans le parc. Elle était menu et semblait fragile si on compare son gabarit et le sien mais, cette aura qui émanait de ce vampire était forte. C’était un vampire. Hayato était sérieux et calme surtout quand il sentit Haine s’agrippait à son bras. Hayato suivit le nouvel arrivant du coin de l’œil passait juste à côté d’eux. Si au début il s’était tendu quand, ce dernier les dépassé et, ne parlons pas de ce sourire.. Cette impression de déjà vu s’était fait ressentir. Il était « jeune » mais, avait côtoyé deux personnes qui dégageaient ce magnétisme quand ils ne cachaient pas leurs personnalités sous de faux semblants comme lui. Il se détendit et, était même curieux de savoir de qui il s’agissait. Il entendit la question d’Haine et fit non de la tête bien qu’en réalité, il lui disait vaguement quelque chose. De plus, ce genre d’auras et de magnétisme dégagé naturellement se gagnait avec les siècles. Il devait être un vampire âgé et, les vampires âgés ne courraient pas les rues non plus. Et ceux qu’ils connaissaient il les avait vus de loin… Ce fut plus fort que lui. Hayato décida d’agir naturellement comme à l’accoutumée même si, la personne en face de lui était dangereuse :

    -Excusez-moi de vous déranger.

    Hayato fit un regard doux à Haine pour lui dire de faire confiance et se retourna vers le dernier venu avec un sourire aux lèvres comme il a abordé Haine après s’être remis de la surprise qu’il avait eue en apercevant ce vampire. Un chasseur aussi expérimenté ne pourrait pas dégageait autant d’aura.

    -La pierre de mon briquet ne marche plus vous n’en auriez pas un ? Si vous n’en avez pas ce n’est pas grave ! Je ne veux pas vous déranger !! Surtout que vous avez probablement des choses plus intéressantes à faire. Gomen ! Gomen !!

    Fit-il en mettant une main ouverte de profil devant son visage et le pouce replié signe d’une excuse. Puisque son deuxième bras était prisonnier par celui d’Haine. Comme à son habitude il fallait toujours qu’il parle avec insouciance bien qu’il n’était pas non plus idiot. Cependant, il ne sentait aucune envie meurtrières venant de ce bel inconnu aux cheveux décolorés. Il lui avait même offert un sourire. Entre lui et Haine il devait être le plus décontracté. Il se rapprocha même de l’homme plus petit que lui mais, il resta quand même à un bon mètre de séparation par rapport à Haine. Car, il était certain d’avoir déjà vu les traits de cet homme quelque part. Ce visage ne lui était pas inconnu.

    -Désolé de cette observation !! J’ai l’impression de vous avoir déjà vu mais, je crois m’être trompé. Je ne vous importune plus ! Bon mon jeune ami et moi on va vous laisser continuer votre route ! Ne faites pas attention à ce que j’ai dit et pardonnez-moi de cette observation mal placée mon intention n’était pas de vous offusquer !!

    C’est ainsi qu’il se retourna pour entraîner Haine plus loin oubliant complètement cette histoire de pierre de briquet qui ne marche pas qui n’était qu’un prétexte pour s’approcher de lui. Il allait réellement falloir qu’il se rappelle où il avait bien pu voir ce vampire. Une telle prestance cela ne s’oubliait pas. Ni un tel jolis visage comme celui d’Haine. S’il avait été seul il aurait bien voulu continuer cette conversation mais, il y avait le jeune Kindaichi avec lui et risquer de lui faire encourir un danger alors que le Conseil avait déjà osé lui faire du mal très peu pour lui. Il fallait qu’il pense avant tout à ce dernier. C’est ainsi qu’il commença à entraîner Haine à reprendre la marche là où ils s’étaient arrêtés..



Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]   




Revenir en haut Aller en bas
 

Sous le clair de lune un début d'amitié ? [Pv Haine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shibuya :: Le Parc Yoyogi-