C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 In the Air Tonight [Yasuhiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: In the Air Tonight [Yasuhiro]   Dim 25 Nov - 20:24


29 novembre, 2012 à 2 heures du matin...

« Il aimait la mort et ses sombres promesses,
Avenir incertain d'un garçon en détresse,
Il voulait mourir, laisser partir sa peine,
Oublier tous ces jours à la même rengaine...

Elle aimait la vie, heureuse d'exister,
Voulait aider les gens et puis grandir en paix,
C'était un don du ciel, toujours souriante,
Fleurs et nature, qu'il pleuve ou qu'il vente.

Mais un beau jour, la chute commença,
Ils tombèrent amoureux, mauvais choix,
Elle aimait la vie et il aimait la mort,
Qui d'entre les deux allait être plus fort ?

Ils s'aimaient tellement, ils auraient tout sacrifié,
Amis et famille, capables de tout renier,
Tout donner pour s'aimer, tel était leur or,
Mais elle aimait la vie et il aimait la mort...

Si différents et pourtant plus proches que tout,
Se comprenant pour protéger un amour fou,
L'un ne rêvait que de mourir et de s'envoler,
L'autre d'une vie avec lui, loin des atrocités...

Fin de l'histoire, obligés de se séparer,
Ils s'étaient promis leur éternelle fidélité.
Aujourd'hui, le garçon torturé vit pour elle,
Puisque la fille, pour lui, a rendu ses ailes...

Il aimait la mort, elle aimait la vie,
Il vivait pour elle, elle est morte pour lui... »


Poème que j’ai écrit quand j’étais en Angleterre en pensant à elle. J’ai écrit des poèmes et des chansons que j’ai signé en sa mémoire à l’intérieur de moi. J’ai beau l’avoir écrit dans les livres jamais son prénom ne fut divulgué comme le mien. Ce poème que j’ai dans ma tête et que je cite doucement ce soir à l’abri des regards et oreilles indiscrètes. La vue était magnifique. Cela fait plaisir de savoir qu’on pouvait encore trouver de magnifiques paysages de nos jours malgré la pollution et les constructions de buildings. Je suis certain Rin que tu aurais adoré vive dans cette époque. Tout le monde disait que tu n’étais faite pour être ninja parce que tu étais trop gentille. Tu aspirais à autre chose n’est-ce pas ? J’aurais vraiment tout sacrifié pour toi si tu me l’avais demandé même si, ne plus être shinobi aurait été difficile pour moi. La mort ne m’effrayait pas mais, toi… Ce monde ensanglanté n’était pas pour toi. Tu méritais un monde meilleur. Aujourd’hui c’est notre anniversaire de fiançailles.. Mais, aussi le jour de ta disparition. J’aurais réellement voulu te sauver notre enfant et toi ce jour-là. Si seulement j’avais été plus vif pour te sauver. Je n’ai plus rien de toi si ce n’est que les souvenirs. J’ai peur de t’oublier Rin. Tu sais il n’y a eu personne d’autre que toi dans ma vie. Je n’ai pas eu d’aventures avec quelqu’un d’autre excepté toi. Je sais bien que tu me dirais d’être heureux mais, sans toi cela me parait difficile….

C’est ce que j’aimerais dire de vive voix.. Mais, je paraitrais sûrement pour un fou. Alors je récite ce poème assis sur la berge les jambes dans le vide à regarder l’horizon. C’est bientôt l’hiver.. Et mon anniversaire.. Un anniversaire que je vais fêter encore sans elle et probablement seul. Quoi que j’ai entendu la rumeur sur le fait qu’un certain Kôtaro Fûma serait au Japon.. Est-ce que mon maître est de retour ? Cela me réjouit, il m’a tant manqué et j’aimerais vraiment avoir son avis sur le fait de mon entrée au Conseil Vampirique. Finalement, j’aurais peut-être la chance de le « fêter » même si c’est vite dit… Je me demande si j’étais à cette époque est-ce que ma vie aurait eu plus de sens. Je ne dis pas qu’elle n’en a pas mais, parfois les sentiments que je portais sur le champ de bataille reviennent me hanter. J’étais absent quand mon père est mort, pour mes amis, les villageois, les enfants. Ils souriaient tous quand Nobunaga Oda s’est manifesté avec ses 46000 soldats pour mettre un terme à notre existence. Cela me fait penser aux chasseurs par rapport à ma nouvelle appartenance. Je ne suis plus humain depuis bien longtemps. Parfois, je me demande si je l’ai été. Nous, shinobis n’avons jamais été considérés comme des êtres humains mais, plutôt des démons. Assassins aussi.. Finalement à faire le point de ma vie n’est pas la meilleure idée que j’aie eue ce soir.

Ressasser le passé ne sert à rien si ce n’est que souffrir. Ce sont les épreuves qui forgent le caractère. Je suis ce que je suis parce que je l’ai décidé. Ne jamais revenir sur sa parole et regarder en arrière tel est mon Nindo. Ma philosophie de vie. Je ramène un genoux vers moi avant d’enfoncer une main dans la poche arrière de mon jean pour sortir un paquet de clope et le briquet. Un bruit arrête mon geste et, je me retourne la clope entre mes doigts de la main droite et le briquet dans la main gauche où je joue avec le capuchon pour voir une silhouette qui me donna le sourire dès que je le reconnus et me précipita pour lui dire :

-Tiens cela faisait un bout de temps qu’on ne s’était pas vu ! Je t’ai tellement manqué que tu es partit à ma recherche chaton ? Je suis flatté mais, je te l’ai dit.. Je ne suis pas de ce bord !

Saluer de façon normale ? Impossible pour ma part. De plus perdu dans mes pensées à réciter ce poème que j’ai écrit je me demande s’il m’a entendu. Vrai que j’ai senti sa présence mais, je ne me suis pas focalisé sur l’odeur. Pour ce qui était du fait que cela faisait un bout de temps qu’on n’est pas vu c’est bien vrai mais, c’est de ma faute. J’ai eu beaucoup à faire entre ma vie d’idole et au Conseil que depuis la dernière fois au cimetière je n’ai pas cherché à aller l’embêter. Je ne suis pas retourné à la boîte où il travaille et ce soir.. J’étais plus focalisé sur la date de « nos » fiançailles. Pour rajouter une couche vu le silence qui vint de s’installer entre nous :

-Oh tu es tellement subjugué par ma beauté que tu en restes sans voix !! Hahahahahaha je te comprends moi-même j’en perd mon latin !

Fis-je fièrement en bombant le torse et riant de façon fière me donnant plus l’apparence d’un idiot qui est prêt à se faire frapper ou casser comme dans les dessins animés ou séries aux choix.


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: In the Air Tonight [Yasuhiro]   Mer 28 Nov - 8:54


    C'était aux abords de la ville qu'il avait quitté ses amis. Trainé dans un izakaya pour fêter les fiançailles de l'un, si lui était un peu ivre, les autres étaient complètement torchés. Il avait trop abusé de l'alcool par le passé pour ne pas en être rapidement dégouté. Ils avaient tenté par tous les moyens de le faire continuer la soirée avec eux. Mais il n'avait aucune envie d'aller en boîte. Il avait prétexté un engagement le lendemain matin, mais promettant de se rattraper au mariage. Pas qu'il ne se réjouissait par pour son ami, mais il n'avait pas la tête à la fête. Non pas qu'il soit malheureux, il était même étrangement serein depuis quelques temps. Il avait simplement envie de profiter du calme de la nuit, le long de la baie de Tokyo. Il enfila son manteau, ce manteau qui portait l'odeur d'un vampire et éloignait les autres. Il était devenu son bouclier depuis qu'un soir, il y a moins d'une semaine un vampire lui était tombé dessus. Sorti de nulle part il s'était jeté sur lui, le plaquant sans douceur contre un mur, avant de se figer. Il avait humé l'air, et une expression contrariée avait remplacé la concupiscence qui marquait ses traits. Il avait détallé. Il était bien décidé à ne plus quitter ce blouson. La protection lui avait parut maigre quand cet étrange énergumène le lui avait laissé, mais il lui en était dorénavant reconnaissant, cela faisait tellement longtemps qu'il ne s'était pas senti dans un semblant de sécurité.

    Depuis leur étrange rencontre au cimetière, il ne s'était pas représenté. Yasu avait été déçu par son absence, même s'il préférait se faire arracher les dents par une tenaille que de l'avouer. Le ton taquin, les moqueries et même son insupportable gaminerie lui manquait plus qu'il ne l'aurait cru. De monstre potentiellement dangereux, il était passé à protecteur inattendu, et bien qu'il ne puisse totalement baisser sa garde, il se sentirait plus en sécurité en le sachant dans les parages.

    L'air était froid, novembre et ses bourrasques glacées, ses pluies diluviennes décourageaient les promeneurs. Mais pas Yasuhiro, un bonnet enfoncé sur la tête, une écharpe couvrant sa bouche, il avançait sur le long du chemin. Il haïssait le froid, mais il n'avait aucune envie de rentrer pour le moment. Profiter des lumières nocturne et de la brise marine. Et puis la perspective d'une douche brulante et d'un thé fumant était d'autant plus réjouissante. Un murmure dans la nuit lui fit interrompre ses pas, une fraction de seconde. Il reprit la marche, les mots étaient indistinct emporté par le vent, il n'y avait que le rythme, le ton, et une voix familière. A peine fut-il en vue que la silhouette fonça vers lui. A nouveau cette joie quasi enfantine, cette façon de ne rien prendre au sérieux, de l'appeler par ce surnom qui l'agaçait. Et encore une fois, cette insinuation qu'il ne savait comment prendre. Pourquoi ramener ça sur le tapis à chaque fois ? Il n'avait pas eu le temps d'y réfléchir, le débit de parole du vampire était impressionnant, et celui-ci reprit. Faisant hausser un sourcil à Yasuhiro.

    « Comme si tu parlais latin. »

    Il ponctua sa phrase d'une petite tape sur sa tête. Il préférait laisser passer son pseudo narcissisme, qui l'amusait plus qu'il ne l'agaçait. Il se permettait des familiarités, puisque pour la première fois, avant de le considérer comme un vampire et donc comme un danger potentiel, il l'avait vu comme Hayato, le type qui lui avait permis de se sentir un peu mieux après l'enterrement de son père, et le type qui lui avait laissé son blouson.

    « Arrête de répéter que t'es pas de ce bord, les gens vont finir par pensé que t'es refoulé. »

    Une autre petite pique, Yasuhiro s'amusait, peut être était-ce du à l'alcool qui émoussait sa méfiance, ou simplement était-il épuisé de toujours rester sur ses gardes, toujours était-il qu'il avait pour une fois envie d'avoir confiance, envie de croire que ce vampire était ce qu'il paraissait être. Par ailleurs il en avait assez de courir, il était épuisé d'attendre l'heure ou le monstre qui le poursuit s'abattra sur lui, il savait qu'il risquait à tout moment de mourir entre des crocs féroces, il préférait avoir l'illusion de choisir lesquels.


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: In the Air Tonight [Yasuhiro]   Mer 28 Nov - 10:45


  • -Mouuhh tu n’es pas drôle Yaya !!!! Bien sûr que je sais parler latin attend… Il faut que je me rappelle.. I am beautiful !!

    J’étais fière en plus car j'avais mis l'accent. Tout aurait été parfait si cela avait été du latin ! Hors ce n'en est point. Loin de là même, la vérité était que c’était de l’Anglais avec un grand A. Je lui avais offert une moue légèrement vexée en gonflant mes joues à cause de sa réflexion sur mes connaissances en latin et là, j’étais au bord de la joie fière de ma petite démonstration. En même temps, il ne fallait pas être réellement intelligent pour savoir que j’avais tout sauf parler latin. Je m’étais remis debout d’un mouvement rapide pour m’approcher près de lui les yeux brillants heureux de le voir mais, aussi parce que je voulais qu’il me complimente. Il n’y avait rien à complimenter du tout. Sérieusement, j’étais doué pour donner le bâton avec lequel j’allais me faire battre. Heureusement qu’il n’y avait pas mes aînés du conseil et même cadets ils tourneraient probablement de l’œil. Pfiouuu tous de vieux grands – pères qui ne savent même plus comment s’amuser même mon maître est plus marrant… Ok je peux être catalogué dans les ancêtres moi aussi au vu de mon âge…. Bouh que cela me déprime. M’enfin ne pensons pas aux choses qui fâchent surtout que je viens d’avoir la chance de le voir apparaître devant moi. Yasuhiro se portait bien apparemment. Une odeur d’alcool émanait de lui mais, ce qui me fit tilter fut le blouson qu’il portait. Ce blouson était loin de m’être inconnu. Un petit sourire victorieux apparut sur mon visage, il fallait que je réponde à cette pique malgré tout.

    -Mais… Mais.. C’est parce que je sais que tu es attiré par moi c’est tout chaton !! D’ailleurs beaucoup tueraient pour avoir mon blouson avec mon odeur… Je t’ai manqué avoue ?

    J’adorais le gêner mais, c’était peut-être de famille. S’il y avait une certaine personne à mes côtés, cette dernière aussi aurait tout fait pour mettre mal à l’aise son auditoire. Pour ma question je n’attendais pas spécialement de réponse. Trop peur de cette dernière qui pourrait briser mon petit cœur du moins façon de parler vu que ce dernier ne bat plus depuis des siècles. Cela n’empêchait pas que je puisse ressentir malgré tout un pincement au cœur. Je lui fis un clin d’œil avant de me griller la clope qui se trouvait toujours entre mes doigts devant ses yeux. Je m’amusais mais, il était arrivé au bon moment. Cela faisait drôle d’avoir de la compagnie en cette journée. D’habitude j’étais habituellement seul. Des amis je n’en ai pas réellement. Ce ne sont que des connaissances si on excepte mon maître et mon deuxième maître bien que pour le deuxième c'est spécial. Il y avait évidemment mon fondateur Shino que j’adore par-dessus-tout et que je respecte sauf que ce n’était pas la même chose. Il passe beaucoup de temps avec la grande Fondatrice alors je ne peux lui en vouloir. Je me suis fait des amis malgré tout mais, la majorité ont passé l’arme à gauche à cause de l’âge ou de la maladie. Toujours difficile de perdre des personnes avec qui vous avez tissé des liens. C’est le plus gros inconvénient d’être « immortel ». Il y en a certains qui ne peuvent plus le supporter et se donnent la mort ou deviennent littéralement fous qu'ils se font tuer. Mettant la clope au bec je lui tends quand même le briquet où brille toujours la flamme éclairant légèrement nos visages :

    -Tu en veux une ?

    Je suis gentil n’est-ce pas ? Oui ce soir j’allais être plus calme bien que cela ait mal commencé. Mais, c’est plus fort que moi. Il me donne toujours envie de le taquiner, de le prendre dans mes bras ou alors de lui ébouriffer les cheveux. Une fois que je lui passa et grilla une clope, je finis par lui demander avec un sourire mi-intéressé et amusé :

    -Je vois que quelqu’un a fait la fête et a bu ! Tu t’es amusé ? Tu as trouvé la perle rare ? Tu as serré une fille un mec ? Tu peux tout me dire tu sais !! C’était comment ?

    Mes iris doivent briller donnant l’impression d’être habité par des étoiles comme dans les mangas tellement j’étais curieux. Je sautille même sur place tel un enfant pour avoir une confidence de sa part. J’ai l’impression que je pouvais me le permettre. Son regard envers-moi posséde une lueur différente de nos précédentes rencontres. Est-ce qu’il me fait confiance désormais ? C’est la première fois qu’on se rencontre depuis l’évènement au cimetière. Apparemment il a l’air d’être en forme. J’avoue que j’étais paniqué à l’idée qu’il se renferme encore plus sur lui-même et, qu’il sombre dans la dépression mais, s’il est sorti cela signifiait qu’il avait repris du poil de la bête non ? Extirpant de la fumée par les narines pour garder ma clope entre mes lèvres je tire doucement sur sa manche pour lui offrir des yeux de chien battu :

    -Allez dis tout à tonton à Haya’… Pleeeeeeeeeeeeaaaaaaaase !!

    On peut se demander sérieusement qui de nous deux est le plus âgé. M’enfin j’aime bien donner l’impression d’être un gamin. Puis bon, ce soir j’avais envie d’entendre de bonnes nouvelles. Au moins cela aurait le don de me sortir de cette mélancolie qui s’était emparée de moi. Même si je ne le montrais pas et que comme à mon habitude; je ne montre que mon côté gamin. On ne peut pas dire enfantin vu mon pauvre cas et mes agissements. Un énorme sourire orna mon visage à sa réponse avant de crier :

    -YATTAAAAAAAAAAAAAA

    Je fis tomber même ma cigarette de ma bouche suite à cette explosion de joie mais, c’était le dernier de mes soucis !! Je me mis à faire la danse de la victoire devant ses yeux. J’allais avoir des informations croustillantes sur mon protégé. Bon ok, même s’il n’avait rien fait ce n’était pas grave. Savoir qu’il s’était amusé était le principal. En même temps on ne boit pas sans raison non ? Ou alors il avait bu juste pour boire et noyer sa détresse… ? Ah non, si c’était ça je n’allais pas le lâcher ce soir !! Il ne fallait pas qu’il noie sa peine dans l’alcool mais, bon mieux valait le laisser d’abord parler avant de lui poser encore des questions. Enfin si j’étais heureux c’est surtout parce que j’ai l’impression d’avoir gagné une petite bataille personnelle. Le fait qu’il porte mon blouson signifie qu’il ne refuse pas mon aide si ? Qu’il ne haïsse plus ma présence n’est-ce pas ? Parce que qui porterait le blouson d’un mec qu’on ne peut voir en peinture où son odeur y est imprégnée ? Evidemment, peut-être qu’il n’y a qu’aujourd’hui qu’il porte ma veste… Bah, c’était déjà ça.. Sentant que le silence était tombé je m’arrête subitement de danser et me passant une main à l’arrière de ma nuque je finis par dire :

    -Promis je ne dirais pas un mot je vais rester très silencieux !

    Pour le lui prouver je fis mine de mimer une fermeture de mes lèvres avec ma main en tournant une clef imaginaire que je jette de suite après. Bon… Ce n’était pas très crédible car, il était difficile pour moi de garder le silence. Enfin on va essayer jusqu’à la fin de son histoire de me tenir à carreaux. Ne pas prononcer un mot pendant plusieurs minutes… Ouais.. me connaissant je redeviendrais un moulin à parole à la fin… Ben quoi c’est dur de ne pas dire un mot si si..


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: In the Air Tonight [Yasuhiro]   




Revenir en haut Aller en bas
 

In the Air Tonight [Yasuhiro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Baie de Tôkyô :: Les Rives-