C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Null Moon feat. Murakami Fubuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



☩ Pure Soul ☩

Âge : 24 ans
Allégeance : À la justice...!
Messages : 148
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Joon (MBLAQ)
MessageSujet: Null Moon feat. Murakami Fubuki   Mar 22 Nov - 7:52


Le 2 octobre à 00h05
La section ancienne du cimetière d'Aoyama

Le fond de l'air était frais, mais loin d'être encore froid. Ils auraient droit à un automne pluvieux, cet année. D'ailleurs, Tôkyô était encore recouvert d'une fine couche de pluie bien qu'elle ne tombe à présent plus depuis une petite heure. La soirée était calme, mais les bruits bas. Aussi, à chaque fois qu'une voiture passait tout près du grand cimetière de l'arrondissement de Minato dans lequel se trouvait présentement Madara. Il y avait des endroits plus joyeux pour terminer une soirée, il en était conscient... Surtout qu'il s'aventurait à présent dans un coin plus reculé de l'endroit, celui où généralement il trouvait toujours une proie à traquer, puis éliminer. Ce soir encore, Madara était de sortie... et c'est arme bien campée dans ses deux grandes mains qu'il avançait avec précaution entre les tombes savamment disposées du cimetière d'Aoyama. Au aguets, le souffle bas, Madara tentait de percevoir le moindre petit son qui pourrait lui indiquer qu'il n'était pas seul en ce lieu.

Si la partie du cimetière qu'il venait de quitter était bien entretenue, jolie et accueillante même une fois la nuit tombée, il n'en était rien de celle dans laquelle il venait tout juste de pénétrer. L'endroit était sombre, dépourvu des réverbères qui éclairaient un peu le lieu près des rues. De grands arbres dont le feuillage dense était à présent presque complètement tombé au sol agitaient leurs longues branches maigres et griffues dans une fine brise qui se levait lentement. Plusieurs pierres tombales étaient sales, usées, brisées... et certaines même n'avaient aucune inscription. Il y avait sûrement plusieurs corps sous ses pieds qui ne possédaient même pas leur propre pierre tombale. Cette section de ce cimetière très fréquenté en journée ne l'était jamais que par des adolescents qui faisaient des paris entre eux à savoir lequel tiendrait le plus longtemps en ce lieu austère.

Et justement, quelqu'un se tenait un peu plus loin sur sa gauche, presque dans une position de recueillement. Madara fronce les sourcils, agrippant plus fermement sa longue épée double, long bâton pourvu de deux lames affilées à chacun de ses bouts. Ce n'était pas le genre de truc qu'il pouvait cacher facilement... Alors, il espérait seulement que ce soit réellement ce pourquoi il était là qui se tenait non loin et pas seulement un jeune qui avait encore perdu un pari et tentait de racheter son honneur auprès de ses amis débiles. Combien de gamins avaient pu perdre la vie aussi bêtement aux mains de vampires assoiffés qui traînaient dans les environ ? Sûrement trop... Madara ne voulait même pas en connaître le nombre. Quoi qu'il en soit, ce qu'il avait d'abord identifié comme étant une jeune femme ne semble pas animé par la peur, alors que pourtant ce lieu est tout bonnement effrayant. Il avait pris à Madara de nombreuses années pour ne plus avoir peur de ce genre de lieu... et pourtant, il savait se défendre.

Il s'avance jusqu'à ce que l'autre lui soit facilement visible. Ce n'était pas une femme, d'ailleurs. À voir les mains trop puissantes pour ça bien que tout de même bien plus fines que les siennes, le chasseur comprend. Cependant, ça ne rend toujours pas la présence de ce singulier personnage ici légitime... Et à la vision de ce teint de porcelaine et de ces traits parfaitement dessinés, Madara commence sincèrement à penser qu'il est tombé sur le gros lot : un vampire trop bête pour sentir sa présence, le sang qui pulse dans ses veines et le bruit qu'il fait. Car, les sens de ces êtres particuliers sont généralement exacerbés. Pas ceux de cet étrange jeune homme, en tout cas. Et c'est ce qui continue de le faire douter... D'ailleurs, tout en conservant un rythme prudent qui l'empêche d'être entendu facilement, Madara prend la décision d'attendre un peu avant d'attaquer. S'il prend la parole et surprend l'autre, après tout... Peut-être réalisera-t-il sa méprise.

Madara détestait douter ainsi ! Habituellement, les vampires ne se laissaient pas prendre pour des humains bien longtemps, mais celui-là persistait... Cette peau diaphane aurait pourtant vraiment pu appartenir à l'un d'entre eux ! Ce que c'était chiant... Néanmoins, il ne se décourage pas, prenant simplement la parole. Son ton plus rauque que la voix chaleureuse dont il usait habituellement s'élève dans l'air silencieux de cet endroit trop morbide pour convenir à un jeune humain comme ce garçon si vraiment il l'est.

« Qu'est-ce que tu fais là ? C'est dangereux de sortir ainsi pendant la nuit... Tu pourrais tomber sur des ennuis plus gros que toi. », commence le chasseur, s'adoucissant néanmoins malgré lui au fur et à mesure qu'il parlait. C'était bien lui ça... Être gentil avec un « peut-être » vampire. Ridicule... « Rentre chez toi si tu n'es pas là pour dans un but intéressé... »

Un ordre ? Oui, carrément, bon sang ! On avait pas idée de traîner dans un tel lieu ! Tout en se glissant dans l'ombre d'un arbre, Madara tend assez le bras pour camoufler sa longue arme à la vue du jeune homme, tout en parlant. Il n'avait pas envie de lui montrer ça s'il n'était pas vampire ! Et ses doutes étaient malgré tout tellement forts qu'il y croyait de moins en moins...

« Tu sais tout de même que tu pourrais tomber sur des fous ? », demande Madara, reprenant la parole après un bref temps d'arrêt. Lui-même pourrait sûrement passer pour fou présentement, mais soit... « J'espère que tu traînes au moins une bombe poivre sur toi, petit inconscient. »

Là, c'est certain... S'il avait affaire à un vampire, ce dernier ne se laisserait pas longtemps insulter de la sorte ! Toutefois, Madara prend un ton beaucoup plus doux alors qu'il offre un joli sourire comme il sait si bien les faire à ce grand jeune homme.

« Je m'appelle Madara. », se présente-t-il. « Quel est ton nom ? Je ne te ferai aucun mal, ne t'inquiète pas... Mais tu dois vraiment rentrer chez toi. Les rues de Tôkyô sont plus dangereuses que tu ne le crois une fois la nuit tombée. »

Oui ça... peu de gens croiraient les chasseurs si ceux-ci décidaient de révéler la vérité !


_________________

Spinning round in my head.
How I regret everything that I said.
Have I lost the fight ?
Where were you last night ?

I think I'm losing my mind.
Where did you go and what did you find ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Striking Reckless ☩

Âge : Vingt-quatre ans.
Allégeance : Collé aux basques de Sensui.
Messages : 3064
Pseudo : Myu.
Avatar : Uruha [the GazettE]
MessageSujet: Re: Null Moon feat. Murakami Fubuki   Ven 25 Nov - 18:50




Il n'y avait pas bien longtemps que Fubuki avait terminé sa dure journée de labeur au Bloody Sunday. Un jour de travail comparable à tant d’autres, où il avait travaillé à la sueur de son front – pourtant consciencieusement essuyée par un mouchoir pour éviter que les reflets brillants ne gâchent son splendide minois – durant laquelle il avait une fois de plus essayé de prouver sa valeur à son supérieur. C’était une première, tout de même. Quatre ans qu’il travaillait durement dans ce bar, depuis qu’il était âgé de dix-huit ans, et pourtant c’était une conduite on ne peut plus paradoxale avec son caractère habituel ; comment une personne aussi magnifique que lui devait elle prouver sa valeur ? Son visage lui-même était la preuve qu’il était une personne d’exception, n’est ce pas ? Enfin, il ne rechignait pas la tâche pour autant, bien trop déterminé à ne pas lâcher l’affaire. Il avait un objectif, qu’il ne comptait pas laisser quitter sa ligne de mire.
Ce fut finalement aux alentours de vingt trois heures qu’on lui accorda congés, la nuit commençant à revêtir les cieux de son obscur manteau. A voir les horaires qu’on exigeait du jeune japonais, c’était à se demander si son supérieur ne voulait pas l’exploiter en journée, pour que finalement un de ses semblables lui tombe dessus pour assouvir sa soif de sang… Ceci dit, ça aurait put être le cas ; Fubuki pouvait être pire qu’encombrant, avec ses minauderies à longueur de journée, aussi se débarrasser de lui n’aurait pas été une mauvaise chose dans un sens… Mais ça aurait été au péril de l’établissement.
 
Bref, c’est après avoir enfilé une longue veste sombre adaptée à la saison, et révisé sa longue chevelure, que le jeune homme se laissa aller dans les rues de Tôkyô afin de rejoindre une station de métro proche du Bloody Sunday. Autant dire que ce trajet fut tout ce qu’il y avait de plus épique pour lui, et de plus désagréable. Longer ces rues, humides et froides, cette moiteur glaciale qui vous prend la gorge, insupportable. Humer ces odeurs environnantes, s’échappant des restaurants environnants, supporter ce bruit de fond… Et puis devoir subir la vision des autres, surtout. Car certes, si le climat et les lieux n’arrangeaient en rien l’humeur du japonais, il n’en était rien comparé à l’endurance dont il devait faire preuve, selon lui, lorsqu’il croisait des gens. Certains, qui tâchaient de se montrer sous leur meilleur jour, d’autres qui ne tâchaient pas même de faire ces minimes efforts, aussi vitaux soient ils… Tout n’était que risibilité dans la prétendue beauté humaine. Lui, il était splendide oui, mais il était bien le seul à l’être réellement. Les autres avaient des qualités, seulement. Des traces de ce qui pourrait sembler être apparenté à de la beauté, mais rien d’autre. Aussi, tel un roi en présence du peuple, il considérait ces individus d’un œil hautain et méprisant, laissant un rire déplaisant à quiconque aurait un visage qui porterait à rire, assis sur un fauteuil de métro comme s’il eut s’agit du plus splendide des trônes, dans toute sa superbe.
 
Ce fut finalement dans l’arrondissement du Minato qu’il décida d’aller s’aventurer en cette soirée. Comme à son habitude, Fubuki ne rentrait pas directement chez lui après son travail, préférant daigner honorer le monde de son auguste présence. Enfin le monde, comprenons nous bien ; il n’en pouvait plus de voir tous ces visages humains et dénués de splendeur, en voyant déjà bien assez dans la journée. Non, en cette soirée il improvisa une escapade au cimetière d’Aoyama, où il n’avait jamais mit les pieds auparavant. Loin de lui l’envie de se faire une quelconque frayeur… Non, juste une aspiration à du calme et du silence, quitte à tomber sur des indésirables, bien qu’en cette heure tardive, il ne pensa pas tomber sur qui que ce soit en ces lieux macabres.
 
Traversant avec nonchalance les allées décorées de fleurs et autres objets déposées sur des tombes de marbre, Fubuki se dirigea vers un petit muret au fond du cimetière, interrompu par un petit portail de fer, qu’il fit grincer pour rejoindre les lieux destinés aux fosses communes. Pourquoi ? Il n’en savait trop rien, mais il songeait juste que cet endroit serait plus calme… Et en effet, les lieux étaient déserts. Rien ne se trouvait ici, tout juste un arbre dégarni aux longues branches sombres, dont l’ombre se dessinait tout juste au sol, du fait qu’il n’y avait aucun éclairage daignant apporter un peu de réconfort en ce cimetière. Seule la lumière blafarde et lointaine de la lune, pour tenir compagnie au jeune homme, qui soupira de contentement. Enfin du silence, de la tranquillité. Et pourtant il était toujours aussi obsédé par son image, non pas par envie d’être présentable aux autres, mais par simple respect pour lui-même. Ne se souciant pas même un instant qu’il n’était pas dans le bon lieu pour se permettre une telle chose, il sortit néanmoins un petit miroir d’une de ses poches, qu’il mit au creux de ses mains pour pouvoir s’observer comme il le souhaitait malgré l’obscurité des lieux.
C’est ainsi que, bien trop focalisé sur le semblant d’image que pouvait lui renvoyer ce petit miroir, il sursauta à l’entente d’une voix derrière lui. Il n’avait pas entendu le moindre bruit qui aurait put lui signaler une autre présence que la sienne.
Rangeant l'objet dans sa poche, le jeune japonais se tourna vers le sombre inconnu dont il ne distinguait guère le visage. Tout juste bon à voir une sombre silhouette, une moitié de visage à moitié dissimulé par les ombres, il n'aurait su juger si cet homme était un simple individu, ou non... Et pire, il ne savait dire si cette personne était belle ou non.

Alors, un schéma au raisonnement on ne peut plus simpliste se mit en place dans la tête du jeune homme ; les individus assez étranges pour venir sa balader dans un cimetière aussi tard la nuit ne pouvaient être que des gosses qui cherchaient à se faire de petites frayeurs qui pourraient tourner à leur défaveur, soit des vampires, soit des chasseurs... Schéma, qui fut tout de suite compliqué par sa logique quelques peu tordue ; les propos de cet inconnu lui semblaient bien trop bienveillants pour être honnêtes... Et de toute évidence, sa voix vibrait d'un ton grave et calme, il ne pouvait donc pas être un adolescent. Une personne qui conseillait ainsi Fubuki de se retirer avec tant d'insistance ne pouvait être honnête, selon ce dernier... Aussi le jeune androgyne en vint à la conclusion suivante ; il se trouvait en face de l'un de ces êtres qui le fascinait tant. Et le fait était que vu le peu de lumière, rien ne pouvait permettre au jeune homme de démentir cette impression dont il n'était pas prêt de se séparer.
Affichant un sourire aux paroles du présumé vampire, il répondit d'une voix mielleuse et faussement innocente ;

« Quelle charmante compagnie... »

Car oui, un vampire ne pouvait être que charmant, selon Fubuki, même s'il n'aurait pu juger de la beauté du visage de son interlocuteur. Poursuivant sur le même ton, il n'attendit guère pour ajouter ;

« Peut-être suis je ici dans un but intéressé, comme vous le dîtes. Et vous savez, je ne crains absolument pas la compagnie des fous... Après tout, j'en fréquente tous les jours vous savez. Alors loin de moi le besoin de me sentir en sécurité. »

Le jeune androgyne allait droit au but, sans pour autant prononcer directement le terme « vampire ». A quoi bon ? Il se trouvait bien en compagnie d'un d'entre eux, ou tout du moins d'une personne qui connaissait leur existence.
Certes, la perspective de mourir ne lui plaisait guère... Mais mourir aux dents d'un vampire atténuait les faits pour lui, d'où ses paroles, même si malgré lui elles pouvaient sous entendre qu'il faisait partie de ces êtres nocturnes.

« Je suis Fubuki. » dit il simplement en guise de présentation. Et oui, il disait les choses de sorte à se rendre unique, comme si personne en ce bas monde ne pouvait ignorer son identité. « Vous êtes gentil Madara, mais essayerez vous de me fausser compagnie ? Je ne suis pas déplaisant à tel point me semble t-il. »



_________________

My mama told me when I was young ; « We are all born superstars. » She rolled my hair and put my lipstick on in the glass of her boudoir. « There's nothin' wrong with lovin' who you are », she said, « Cause he made you perfect, babe, so hold your head up boy and you'll go far, listen to me when I say... » I'm beautiful in my way, 'cause God makes no mistakes. I'm on the right track, 'cause I was born this way. Don't hide yourself in regret, just love yourself and you're set..

▬ Born this way



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Pure Soul ☩

Âge : 24 ans
Allégeance : À la justice...!
Messages : 148
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Joon (MBLAQ)
MessageSujet: Re: Null Moon feat. Murakami Fubuki   Mer 30 Nov - 4:23


FUBUKI Quelle charmante compagnie...

Ouch... Je vous arrête tout de suite : lorsqu'on est beau comme un coeur, on ne s'adresse pas sur ce ton roulant comme une vague sur la mer toute prête à déferler sur le rivage à un homme qui s'intéresse de près à la gente masculine, c'est clair ! Et surtout pas à minuit lorsqu'on semble plutôt sortit tout droit d'un conte de fée que probablement d'un petit boulot assez minable pour être de soir en plein coeur de Minato. L'éclat aussi minime soit-il de cette lune blafarde semblait danser sur la peau de porcelaine de l'individu. Et armé de cette voix douce pourvue d'une petite teinte d'hypocrisie... C'était tellement vampirique qu'un frisson désagréable s'élève tout de même malgré lui dans le dos de Madara, remontant lentement son échine jusqu'à se perdre dans sa nuque. Il n'était pas friand de cette situation... du tout, même. Cette fausse innocence l'aurait facilement berné et il aurait déjà accouru au secours de ce délicat jeune homme s'il n'avait pas été informé du vrai visage du monde de la nuit.

Madara bombe légèrement le torse, ses épaules solides paraissant d'autant plus, non pas pour faire le paon devant ce jeune homme, seulement pour lui montrer implicitement qu'il n'était pas en position de faiblesse... Car la ruse de la cible sans défense n'était pas de celles de Madara ! De toute façon, avec son long mètre quatre-vingt et sa silhouette athlétique, c'eût été idiot que de faire croire qu'il était une petite souris grise prise entre les grosses pattes d'un matou sauvage. Néanmoins, le ton de cette douce apparition, bien que séduisant, possédait une petite pointe désagréable pour son oreille exercée à résister à l'appât du démon.

FUBUKI Peut-être suis je ici dans un but intéressé, comme vous le dîtes. Et vous savez, je ne crains absolument pas la compagnie des fous... Après tout, j'en fréquente tous les jours vous savez. Alors loin de moi le besoin de me sentir en sécurité.

La main tenant toujours son épée double se resserre contre celle-ci alors que Madara étrécit légèrement les yeux comme s'il tentait de mieux discerner la silhouette fine. Quelle étrange façon de dire les choses... et le chasseur n'était pas du tout rassuré par les propos que tenait ce mystérieux personnage. Quoi qu'il en soit, malgré la lueur faible de la lune, il était certain d'une chose : jamais il n'avait vu ce garçon auparavant, que ce soit dans la ville ou dans les fichiers de Requiem. Il se souviendrait de ce visage royal, de ce port altier, de ces manières efféminées et pourtant indéniablement nobles. Avait-il réellement affaire à un humain ? Ça commençait à être à la limite du tolérable, comme questionnement ! Au moins le jeune homme se présente-t-il. Fubuki. Un joli prénom pour un joli garçon... mais rien qui ne permettait à Madara de mettre le doigt sur ce qui clochait chez cet individu.

FUBUKI Vous êtes gentil Madara, mais essayerez vous de me fausser compagnie ? Je ne suis pas déplaisant à tel point me semble t-il.

Tout comme l'homme un peu maladroit qu'il était dans ce genre de rencontres qui tournaient soudainement à quelque chose de plus romanesque qu'il ne l'aurait voulu, Madara rougit légèrement, son teint étant fort heureusement sûrement caché par les ombres dansantes du cimetière. Avait-il vraiment laisser croire à Fubuki -pour utiliser le prénom qu'il lui avait donné, tiens !- qu'il se déplaisait en sa compagnie ? C'était tellement ingrat ! Et dans ses suspicions à n'en plus finir, Madara se rend même compte qu'il s'était permis de le tutoyer comme s'il n'était qu'un vulgaire enfant. Ou vampire, au choix... Peut-être était-ce le cas, mais jusqu'à preuve du contraire...

MADARA Pardonnez-moi si je vous ai offensé. Je suis un peu à cran ce soir, mais ce n'est pas à cause de vous ! Mais ce cimetière est vraiment dangereux, alors je dois vraiment insister... Si vous voulez, on fait un bout de chemin ensemble pour vous prouver ma bonne foi ? Enfin... non... ça semble louche, du coup...

Madara peste un peu contre lui-même. Un peu plus et il serait malheureux comme les pierres à ne jamais savoir s'exprimer en présence d'un joli garçon ! Il se mettait toujours les pieds dans les plats et forcément, ça perdait de son chic, quoi ! Ça et lorsque venait le temps d'avouer qu'il vivait encore avec son ex, forcément... Mais on en était pas là et on en serait jamais là sûrement car Madara n'en démordait pas... Ce garçon avait quelque chose qui lui déplaisait même s'il était indéniablement attirant. Quel casse-tête !

D'ailleurs, histoire d'y voir plus clair -ou encore moins, dépendamment de la réponse qui lui sera fournie sûrement-, Madara en revient à ce que Fubuki lui avait déclaré un peu plus tôt...

MADARA Qu'est-ce que vous vouliez dire en prétendant travailler parmi les fous ? Vous êtes infirmier en centre de soins mentaux ? Désolé, je suis un peu trop curieux et sûrement très indiscret, du coup... Je jure que je ne suis pas en train de vous traquer, pour ce que ça vaut ! Je ne suis pas comme ça, même si vous êtes très... Vous êtes... Eh bien... Oui, voilà...

Très « joli », Madara... C'est pas si dur. Mais non ! Ça lui était impossible pour l'instant ! Madara gronde un peu contre lui-même... et il réalise tout juste que son plan pour raccompagner Fubuki était tout simplement idiot pour la bonne raison qu'il ne pouvait cacher sa longue épée à double tranchants dans ses pantalons, au risque de s'amputer de quelques parties essentielles à son bon développement physique et moral ! Vraiment... il avait deux pieds gauches dans ce genre de situation.. À se demander comment Hana avait pu tomber amoureux de lui !


_________________

Spinning round in my head.
How I regret everything that I said.
Have I lost the fight ?
Where were you last night ?

I think I'm losing my mind.
Where did you go and what did you find ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Striking Reckless ☩

Âge : Vingt-quatre ans.
Allégeance : Collé aux basques de Sensui.
Messages : 3064
Pseudo : Myu.
Avatar : Uruha [the GazettE]
MessageSujet: Re: Null Moon feat. Murakami Fubuki   Lun 5 Déc - 21:41




C'était pour le moins une singulière situation, qui avait pour mérite d'attiser l'amusement de Fubuki. Il n'était pas effrayé le moins du monde, et prenait un malin plaisir à constater qu'il était on ne peut plus à l'aise par rapport son vis-à-vis, qui semblait relativement gêné. Cependant, le jeune androgyne faisait preuve d'une tolérance à toute épreuve quand les gens étaient embarrassés de la sorte, songeant qu'il était normal de se sentir ainsi intimidé face à une beauté et une prestance telles que siennes. Aussi, dans une telle situation se contentait il de sourire comme tout souverain ému par l'admiration que lui porte son peuple, le considérant néanmoins avec d'un œil suffisant. Laissant ce sourire amusé et charmeur orner ces lèvres, il écouta patiemment son interlocuteur qui lui présenta de plates excuses, s'adressant d'ailleurs à lui d'une manière plus polie qu'auparavant. Voilà qui était mieux, Fubuki étant silencieusement reconnaissant à cet inconnu de lui adresser la parole tout comme il le méritait.
Quelque chose pourtant, attisait véritablement la curiosité du jeune homme ; comment un vampire pouvait-il ainsi en venir à supplier quasiment un humain de quitter ce lieu malfamé ? L'androgyne n'en savait trop rien, mais c'était justement un sujet qui l'intriguait véritablement. Ce vampire était tout à fait différent de ceux qu'il pouvait fréquenter en temps normal, se dévoilant fébrile dans la parole, et trop implorant pour être honnête... Au moins, Madara pouvait se vanter de semer le trouble dans l'esprit du serveur, qui était dans un état de totale hésitation qu'il ne laissait néanmoins pas paraître. C'était assurément un jeu de maître que jouait là le présumé vampire, à tel point que Fubuki eut presque put en être admiratif.

Un soupire amusé fut lâché quand Madara proposa alors au jeune homme de le raccompagner. Outre le fait que cette proposition put en effet passer pour déplacée, un point attira tout de même son attention. C'était certes un détail, mais un point que Fubuki considérait comme amusant, gardant toujours à l'esprit que son interlocuteur était un vampire.

« Êtes vous croyant ? »

Presque rien à voir, je l'accorde. Mais l'emploi de l'expression « bonne foi » avait interpellé Fubuki. Et mine de rien, c'était une excellente façon de voir ses soupçons confirmés, gardant à l'esprit que les vampire avaient la foi en travers de la gorge. Certes, rien n'empêchait Madara de mentir sur ce point en question, mais rien qu'observer la réaction qu'il pourrait avoir à une telle question pourrait en dévoiler plus que n'importe quel discours. Et par ailleurs, c'était une nouvelle fois l'occasion de repousser poliment la proposition, tout en changeant de sujet dans les règles de l'art.

Enfin, la suite de la conversation, tout aussi pacifiste soit elle, eut le don d'agacer légèrement le jeune homme. Tout du moins, les paroles ajoutées par Madara, eurent le don d'irriter le jeune homme, qui eut la soudaine impression d'être prit légèrement pour un imbécile qui doit tout expliquer sans cesses, sans faire de détour ou sans aborder de thème qui serait tabou ou impensable pour la plupart du commun des mortels... Précisons quelques peu ; à vrai dire, il trouvait que le jeu de maître que l'individu face à lui mettait en œuvre jusqu'à là était quelques peu exagéré lors de ses dernières paroles. Pourquoi tant de fausse naïveté ? Fubuki était certain que son vis-à-vis voyait à quoi il faisait référence, donc à quoi bon poser une telle question ? Et bien sûr, le fait qu'il s'embrouille lui même sur la fin de ses paroles n'arrangea rien, même si ces bredouillements laissaient deviner un compliment mal dissimulé... Sur lequel l'androgyne ne s'attarda guère, sans demander ce que voulait dire. Après tout, il savait parfaitement lui même qu'il était très... ! Enfin bref voilà quoi.
Certes, certes, la plupart des personnes vous aurait sûrement assuré que ça aurait dût être Madara qui aurait à se sentir stupide à poser des questions et réclamer des explications, mais dans la logique de l'androgyne, c'était tout autre. Il avait la fâcheuse impression qu'on essayait de lui faire comprendre qu'il ne savait pas ce qu'il disait, et qu'il avait à fournir justification pour appuyer ses affirmations, ce qui lui était tout à fait agaçant. Ne laissant pas pour autant un rictus désapprobateur abîmer son doux visage, il se contenta d'une expression plus suffisante que jusqu'à dès lors ;

« Vraiment, me verriez vous arborer une blouse blanche ? Cela ne m'irait absolument pas. »

Encore et toujours, cet éternel rapport à son image et sa beauté. Peu importait si Madara en gardait un goût amer, de toute façon il n'aurait pu que remarquer ce trait de caractère pour le moins essentiel chez Fubuki. Et puis, aurait il eut une telle prestance et autant de charme s'il n'avait pas autant confiance en lui ? Certainement pas. Enfin, revenant au vif du sujet pour répondre à sa question, il dit en toute honnêteté ce qu'il pensait des paroles de son interlocuteur, d'une voix plus basse et doucereuse ;

« Pitié épargnez moi votre fausse naïveté, Madara, cela m'incommode au plus haut point. Cela m'étonne même que vous me posiez la question quant à ma profession, il me semble pourtant que je ne passe pas inaperçu au Bloody Sunday, n'est ce pas ? »

Posant quelques secondes de silence, il reprit pourtant la parole bien rapidement, ajoutant d'un ton plus audible, déportant son attention du japonais, pour contempler les alentours en faisant quelques pas ;

« Les prétendus fous en votre genre fréquentent bel et bien ce bar, n'est ce pas ? »

S'arrêtant soudainement, il planta son regard dans les yeux de la présumée créature nocturne, ajoutant avec un sourire amusé, dévoilant son ravissement de se retrouver en telle compagnie, pour enfin répondre à sa question quand Madara avait demandé ce que Fubuki signifiait par fou ;

« Vampire. »



_________________

My mama told me when I was young ; « We are all born superstars. » She rolled my hair and put my lipstick on in the glass of her boudoir. « There's nothin' wrong with lovin' who you are », she said, « Cause he made you perfect, babe, so hold your head up boy and you'll go far, listen to me when I say... » I'm beautiful in my way, 'cause God makes no mistakes. I'm on the right track, 'cause I was born this way. Don't hide yourself in regret, just love yourself and you're set..

▬ Born this way



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Pure Soul ☩

Âge : 24 ans
Allégeance : À la justice...!
Messages : 148
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Joon (MBLAQ)
MessageSujet: Re: Null Moon feat. Murakami Fubuki   Mer 7 Déc - 2:33


Les sourcils de Madara se froncent alors qu'il ne lâche pas la silhouette longiligne du regard, plus perplexe que jamais. Et la raison est fort simple... Les mots qui franchissent soudainement ces lèvres aux courbes quasi indécentes, s'élevant doucement dans le silence de cette partie ancienne du cimetière d'Aoyama, saisissent réellement le chasseur tant il n'aurait pu les prévoir.

FUBUKI Êtes vous croyant ?

Mais quelle idée saugrenue que de poser soudainement cette question certes fort personnelle... mais aussi assez déplacée ! Décidément, ce jeune homme ne manquait pas d'air et n'hésitait pas à sortir ce qui pouvait bien lui passer par la tête lorsqu'il le jugeait nécessaire. Est-ce que Madara allait répondre à cette fort singulière demande ? Probablement, oui, pour la simple et bonne raison qu'il ne pouvait refuser quoi que ce soit à un si joli minois ! Oh, il n'était certes pas de ces hommes imbéciles qui étaient vraiment prêt à tout pour un sourire aguicheur, mais il appréciait et respectait la beauté à sa juste valeur... jusqu'à ce qu'on lui montre que cette beauté ne trouvait pas écho dans le coeur et l'esprit. Car s'il y avait quelque chose de bien plus important que l'apparence, c'était assurément ça !

Or, ce garçon ne lui avait encore prouvé rien qu'il ne cru bon de relever, mis à part cette audace qui n'était décidément pas commune à tous les Japonais qui se respectent. Mais ça pouvait être plaisant, dépendant du point du vue, assurément... et finalement, après un petit hochement de tête, Madara ouvre la bouche, tout prêt à répondre par l'affirmative. Néanmoins, la parole lui est retirée par Fubuki qui laisse à nouveau filer cette voix bien modelée dans l'atmosphère lourd du cimetière.

FUBUKI Vraiment, me verriez vous arborer une blouse blanche ? Cela ne m'irait absolument pas. 

Encore une fois, c'était une réflexion bien étrange ! Néanmoins, Madara prend le parti d'en rire, cette fois pour la simple et bonne raison qu'il évoque derechef :

MADARA C'est exactement le genre de propos que mon ex tient sans cesse. Vous vous entendriez fort probablement à merveilles... Ou ce serait tout le contraire !

Plutôt le contraire, en effet, mais Madara ignorait complètement que ce bel androgyne était, en fait, le voisin de pallier dont Hana n'avait cesse de se plaindre. En fait, il ne l'avait jamais aperçu et n'en avait pas grand chose à faire. Après tout, son petit blond d'ex copain était doué pour se crêpé le chignon ! Ce n'était pas une très grande nouvelle pour Madara qui avait simplement laissé filer. Bref, il n'aurait jamais pu reconnaître, en Fubuki, ce voisin dérangeant au bien-être d'Hana. Et même s'il l'eût fait, c'eût seulement été pour lui une étrange coïncidence. Pour le moment, il ne songeait que peu à son ex, de toute façon. Ce jeune homme le fascinait un peu trop. D'ailleurs, ça lui rappelait qu'un matin, Hana lui avait justement demandé s'il avait rencontré quelqu'un. Eh bien ! Pas vraiment, mais il ne pouvait s'empêcher d'admirer, du moins !

Cependant, la suite le fait désenchanter net... Et l'aurait assurément fait pour n'importe quel chasseur.

FUBUKI Pitié épargnez moi votre fausse naïveté, Madara, cela m'incommode au plus haut point. Cela m'étonne même que vous me posiez la question quant à ma profession, il me semble pourtant que je ne passe pas inaperçu au Bloody Sunday, n'est ce pas ? 

Le beau sourire sur le visage de Madara disparaît peu à peu, sans pour autant laisser sa place à un air sévère. Il était seulement... surpris ? Et il y avait de quoi l'être, assurément... Il connaissait très bien le Bloody Sunday sans pourtant y avoir mis le pied un jour. Et il ne comptait pas le faire de sitôt, si ce n'était pour exterminer la vermine qui s'y tenait... Il n'était pas sans savoir que cet endroit était bondé de vampires en tout genre et il fallait vraiment être un débutant pour l'ignorer. Mais qu'est-ce que ce jeune homme essayait donc de lui faire comprendre en parlant ainsi de ce lieu ?

Madara ne tarde pas à le savoir... et c'est un peu un choc, pour être honnête. Car après avoir prétendu que le chasseur allait souvent dans ce genre d'endroit, Fubuki murmure un petit mot qui, à lui seul, durcit les traits de Madara, lui donnant cette apparence sévère qu'il revêtait lorsqu'il chassait.

FUBUKI Vampire.

Madara affermit sa prise sur sa longue épée à double tête. Il lance un petit regard foudroyant au jeune homme qui est certes toujours aussi séduisant, mais vient de gagner un intérêt pour lui qu'il aurait sûrement préféré ne pas avoir. C'était clair... Ou du moins, Madara le déduisait ainsi. Ce garçon n'était pas vampire... Car il ne s'était pas inclut dans le lot en parlant de ces bêtes sanguinaires. Néanmoins, il connaissait leur existence et ne semblait pas en être terrorisé, au contraire... Ainsi, il ne pouvait être que fou... Un de ces adorateurs de vampires, peut-être ? Madara ne voulait pas s'avancer, mais ça augurait mal pour Fubuki...

Le chasseur fait un pas de côté, sortant son arme de derrière cet arbre qui l'avait caché du regard du jeune homme jusqu'à présent. Il pose une des extrémités au sol, se tenant droit tout en maintenant l'épée double à ses côtés avec fierté et sévérité. L'arme semblait pile faite pour son long mètre quatre-vingt, s'arrêtant tout juste à l'extrémité de son crâne. D'une voix peut-être un peu trop froide, Madara annonce seulement :

MADARA Chasseur.

Mauvaise pioche... Et heureusement qu'il avait encore des valeurs, lui, car plusieurs chasseurs de sa connaissance auraient déjà fondu sur cet humain pour le réduire au silence. Il était dangereux de laisser ce genre d'individu fanatique courir les rues. Généralement, ils finissaient vampires lorsqu'ils n'étaient pas tué par un d'entre eux... Et personne ne voulait de ce genre de transformation, pas vrai ? Néanmoins, Madara n'était pas homme à chasser les êtres humains, c'était une évidence. Aussi ne bouge-t-il pas de l'endroit où il est planté, jugeant néanmoins gravement le garçon de son regard sombre.

Et finalement, après ce petit moment de silence, il répond à la question précédente du jeune homme, bien qu'elle n'ait probablement plus d'intérêt à présent.

MADARA Oui, j'ai la foi. Et s'il y a bien quelque chose qu'on ne m'enlèvera pas, c'est ça.

Fubuki l'avait-elle ? Madara supposait que non, bien que ce soit un jugement un peu hâtif et peu digne de lui. Quoi qu'il en soit, il était difficile de donner des qualités à ce genre d'individu, fussent-ils beaux comme la lune.

MADARA Sais-tu seulement de quoi tu parles ? Ces êtres sanguinaires n'hésiterons pas le jour où Kuromiya se lassera de toi parce que tu seras devenu trop vieux, trop fade. Ils se jetteront sur toi comme si tu étais un trophée vivement convoité. Un trophée sous forme de steak bien saignant...

Car s'il avait bien compris, ce jeune homme fréquentait le Bloody Sunday ? Il ne pouvait être que sous la protection de Kuromiya Sensui et donc, y travailler. Oui, ils en savaient beaucoup sur l'endroit. Ou du moins, même si ça le tuait de l'admettre, ils savaient ce que Kuromiya avait bien voulu qu'ils sachent, en grande partie. Un des leurs s'était déjà infiltré pendant un moment et avait collecté des informations intéressantes, mais il avait été découvert peu de temps après... C'était la dure loi du métier. Ils n'avaient rien pu faire pour lui.

Madara prend une petite inspiration avant de pousser un soupir calme, murmurant plus doucement :

MADARA Tu es jeune, tu as encore le temps de changer de vie. Crois-moi, rien ne vaut l'aspect éphémère de celle-ci, même si ça peut sembler injuste. Ces êtres sont des démons. Ils sont souillés... Et ne t'apporterons rien de bon. Le sais-tu au moins ou suis-je en train de m'adresser à un mur ?

Il ne voulait rien parier... Mais Fubuki ne semblait pas vraiment convaincu, pas vrai ?


_________________

Spinning round in my head.
How I regret everything that I said.
Have I lost the fight ?
Where were you last night ?

I think I'm losing my mind.
Where did you go and what did you find ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Striking Reckless ☩

Âge : Vingt-quatre ans.
Allégeance : Collé aux basques de Sensui.
Messages : 3064
Pseudo : Myu.
Avatar : Uruha [the GazettE]
MessageSujet: Re: Null Moon feat. Murakami Fubuki   Jeu 22 Déc - 0:52




Le jeune homme ne crut pas si bien bien penser, lorsqu'il demeura dubitatif à la remarque de Madara lorsque que ce dernier fit allusion à son ex, en guise de réponse à la remarque de Fubuki. En effet, malgré l'air amusé du plus âgé, l'androgyne était loin d'être convaincu quand la supposition fut faîte qu'il aurait put bien s'entendre avec la personne dont il était question... Si le serveur était bel et bien narcissique à souhait, à toujours faire en sorte que son apparence soit sujet de conversation, il avait tout autant horreur quand quelqu'un d'autre faisait de même. Honnêtement, quel autre question méritait d'être abordée, quand une autre, tellement plus intéressante était déjà d'actualité ? Ça n'avait selon lui absolument aucun intérêt. Et si seulement il avait sut que cet ex en question n'était autre que son horripilant voisin de pallier, il se serait sûrement enflammé sur le champ, clamant haut et fort que ce petit nabot blond n'était digne de rien... Même si en réalité, Fubuki ne pouvait nier une certaine jalousie à son égard, du fait que Hana était malheureusement plus souvent sujet de curiosité que lui ne l'était. Un véritable supplice pour l'androgyne. Aussi se contenta t-il de rester silencieux à de telles révélations, un masque de stoïcisme s'insinuant sur son doux visage.

Fort heureusement, la conversation tourna à quelque chose de plus intéressant que les chiffons, malgré la tension qui devint soudainement palpable lorsque le sombre regard de Madara se fit assurément plus dur que jusqu'à dès lors. Un silence, tout juste perturbé par la brise sifflant dans les pauvres branches d'un arme, et d'une lame crissant sur le pauvre sol de terre... Flegmatique, le regard se posa sur le reflet d'une lune blafarde sur le fer brillant aiguisé d'une arme. Le calme de l'androgyne demeurait, même s'il put entendre lui même le bruit peu reluisant d'une déglutition sous l'effet d'une peur soudaine qui lui nouait la gorge. Aurait-il, par le plus grand des hasards, dit ce qu'il ne fallait pas, à la mauvaise personne ? Assurément. Le chasseur ne tarda d'ailleurs pas à dévoiler son appartenance à ses prédateurs de vampires, d'un ton pour le moins glacial qui ne rassura pas le moins du monde Fubuki, qui pourtant ne regrettait pas totalement ses tords ; après tout, il avait clairement annoncé qu'il n'était pas de ces créatures nocturnes qui le fascinaient tant, ce qui le sauvait de l'exécution immédiate. Son souffle se fit plus long, afin qu'il puisse garder cette impassibilité dont il avait fait preuve jusqu'à maintenant, tandis que ses battements de paupières, plus rapides et présents, trahissaient cette anxiété qu'il ne pouvait nier.
Les quelques instants de silence imposées par son vis-à-vis semblaient alors être la plus vile des tortures, plongeant le jeune homme dans une hésitation certaine ; qu'allait il advenir de sa personne, maintenant ? Et même s'il tâchait de se convaincre que ce quasi-inconnu ne lui ferait pas de mal, le doute demeurait, à la vue de cette arme pour la moins impressionnante, face à laquelle Fubuki ne se risquerait sûrement pas à faire le malin, en dépit des apparences qu'il tâchait tant bien que mal de sauver. Le regard parcourant toujours de haut en bas cette épée à double tranchant, c'est d'un vif geste de la tête qui trahit un quelconque sursaut qu'il reporta son attention sur son interlocuteur qui confirma sa foi d'un timbre de voix toujours aussi froid. Mais à vrai dire, le jeune androgyne ne se formalisait plus sur la question, désormais trop curieux de savoir de ce qu'il allait advenir du reste de la soirée.

Par la suite, Madara tâcha vraisemblablement de raisonner Fubuki quant à sa dérangeante fascination pour les vampires... En effet, peut-être Sensui cherchait il à exploiter le serveur jusqu'à ce qu'il ne soit plus utile, avant de le faire ensuite passer au vulgaire statut de barbaque à manger en cas de petit creux... Tentative qui n'eut guère d'impact sur l'androgyne, qui avait naturellement envisagé cette réalité un bon nombre de fois, et qui pourtant ne l'avait jamais dévié de son objectif premier. Placide tant qu'il le put pour ne pas laisse paraître sa crainte, bien que ce ne fut chose aisée, il annonça d'une voix plate, mais également plus froide que jusqu'à maintenant, tandis que toute expression charmeuse ou amusée avait filé de son minois ;

« Je sais parfaitement de quoi je parle. Trois opportunités s'offrent à moi ; la mort immédiate par votre lame, la mort par les crocs de Sensui ou de l'un de ses semblables... Ou la vie éternelle, éventuellement conclue par une mort causée par un quelconque chasseur. Les finalités sont réduites, n'est ce pas ? »

Ce n'était qu'une réalité qu'énonçait là Fubuki. Dans les trois quarts des cas, il était sûr de mourir, à moins que sa vie éternelle en tant que vampire ne se solde jamais. Néanmoins, il ajouta ;

« Mais je préfère encore mourir aux crocs d'une de ces splendides créatures, plutôt qu'à l'arme d'un vulgaire chasseur. »

Mourir dans la dignité, en quelques sortes. Maintenant que Fubuki avait connaissance des faits, l'image qu'il avait de son interlocuteur était nettement différente, l'ayant immédiatement catégorisé dans une expression peu glorieuse, et mourir dans une de ces mains aurait sûrement été le plus grand déshonneur que l'on puisse lui faire. Rassuré par ses propres propos, sa voix était quelques peu plus assurée, et plus provocatrice sûrement. Il avait parfaitement conscience que c'était jouer avec le feu, que d'assurer de telles affirmations, mais il ne pouvait nier ses plus fines ambitions, même s'il espérait sincèrement que tenir un tel discours ne lui vaudrait pas un aller direct pour la tombe dans les minutes qui suivraient.
Toujours plus moralisateur, Madara poursuivit en expliquant que l'androgyne était encore jeune, et qu'il avait encore tout le temps de réaliser l'absurdité de ses souhaits les plus chers, et que rien n'avait d'égal que la fugacité de l'existence humaine... Avant de faire la pertinente remarque que ses paroles n'atteignaient sûrement pas son interlocuteur, qui répondit ;

« En effet, je suis jeune. Et magnifique. Pourquoi ne pas le rester indéfiniment ? En quoi la beauté éternelle est elle quelque chose de mauvais, quitte à devenir un démon, comme vous le dîtes si bien ? »

Évidemment, sûrement le chasseur allait sûrement expliquer que les vampires étaient à l'origine de crimes absolument atroces, et que c'était la principale raison pour laquelle ils étaient des monstres... Mais à cette potentielle réponse, Fubuki eut une réaction toute faite qui n'attendit davantage pour être énoncée ;

« J'imagine que si vous êtes chasseur, c'est pour éviter aux vampires de nuire aux humains, n'est ce pas ? Mais en ce cas, pourquoi ne pas faire un travail plus gratifiant ? Après tout, vous travaillez dans l'ombre, et vous n'avez ainsi la reconnaissance de personne. »

Mais bon, Fubuki se lançait quelques peu dans des suppositions faîtes sur le tas, et peut-être n'était ce absolument pas le cas. Finalement, il cherchait potentiellement à détendre l'atmosphère d'une quelconque façon, allez savoir.
Et enfin, il posa une dernière question ;

« Vous sembler affectionner la fugacité de la vie... Pourquoi ? N'avez vous jamais aspiré à l'éternité, dans la crainte de la mort ? »

Interrogation qui méritait d'être posée, n'est ce pas ? Car quel être humain n'avait jamais appréhendé l'approche de ce moment fatidique qu'était la mort, songeant qu'il serait sûrement mieux de s'inscrire dans l'immortalité ?



_________________

My mama told me when I was young ; « We are all born superstars. » She rolled my hair and put my lipstick on in the glass of her boudoir. « There's nothin' wrong with lovin' who you are », she said, « Cause he made you perfect, babe, so hold your head up boy and you'll go far, listen to me when I say... » I'm beautiful in my way, 'cause God makes no mistakes. I'm on the right track, 'cause I was born this way. Don't hide yourself in regret, just love yourself and you're set..

▬ Born this way



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Pure Soul ☩

Âge : 24 ans
Allégeance : À la justice...!
Messages : 148
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Joon (MBLAQ)
MessageSujet: Re: Null Moon feat. Murakami Fubuki   Sam 31 Déc - 3:19


La peur... Madara ne la sentait pas fortement, comme les vampires semblaient pourtant le faire sans hésitation aucune. Néanmoins, alors que les secondes s'égrainent et même si le beau visage de son vis-à-vis reste d'apparence calme, il voit quelques signes chez ce dernier qui le mènent logiquement à ce sentiment. À quel degré ? Madara n'en avait aucune idée. Tout ce qu'il savait, c'est que bien qu'il veuille se montrer fier et maître de la situation, le pâle androgyne n'en menait pas large, comme n'importe quel humain normalement constitué face à un chasseur à qui il venait tout juste d'affirmer vouloir devenir vampire. Car le plus simple pour Madara, c'était encore de lui trancher la gorge avant qu'il ne devienne un réel danger, pas vrai ? Naturellement, il n'allait pas le faire... Or, Fubuki n'en avait aucune idée, lui, ne le connaissant pas assez pour pouvoir porter à coup sûr un tel jugement. Les chasseurs étaient généralement des hommes sans foi, ni loi... Des hommes très emportés. Pas tous, il y avait des exceptions, mais voyons tout ça comme la majorité...

La bouche pâle et généreuse, quoique délicatement dessinée, s'ouvre à nouveau et Fubuki reprend la parole. Peut-être se trouvait-il profondément mature. Et nul doute que lorsqu'on évolue parmi les vampires, mieux vaut développer ce mode de pensée, mais Madara n'est guère impressionné.

FUBUKI Je sais parfaitement de quoi je parle. Trois opportunités s'offrent à moi ; la mort immédiate par votre lame, la mort par les crocs de Sensui ou de l'un de ses semblables... Ou la vie éternelle, éventuellement conclue par une mort causée par un quelconque chasseur. Les finalités sont réduites, n'est ce pas ? 

Madara hoche lentement la tête de gauche à droite, pas tant pour marquer sa désapprobation que pour montrer qu'il est découragé par ce manque de perspective. Car oui... c'en est un. D'ailleurs, ses lèvres généreuses s'entrouvrent, histoire de le faire remarquer au fin jeune homme, mais pas le temps d'en ajouter une que son singuliers compagnon reprend la parole.

FUBUKI Mais je préfère encore mourir aux crocs d'une de ces splendides créatures, plutôt qu'à l'arme d'un vulgaire chasseur.
MADARA Ainsi donc, le vampirisme ne t'apportera aucun bien puisque c'est ainsi que tu finiras et probablement plus vite que tu ne le souhaites.

Ça lui semblait évident comme le nez en plein milieu du visage, à lui. Mais pire encore, plus il insistait, plus le jeune homme semblait emprunt de ce feu sacré qui fait brûler la passion des fous. La peur s'étirait doucement jusqu'à devenir un unique fil si facile à briser qu'il n'en résulterait assurément rien de bon. Ce gamin était prêt à le poignarder dans le dos si jamais un vampire déboulait ici et qu'il l'attaquait, pas vrai ? Certes, son rang auprès de Kuromiya lui assurait une très bonne protection, mais même les vampires n'échappent pas à la folie. Si ce garçon cherchait les ennuis, il allait les trouver, même au sein du monde vampirique. Madara avait un peu mal au coeur de le laisser partir ainsi, sans essayer davantage de mettre un peu de plomb dans cette cervelle de moineau.

Néanmoins, Fubuki semblait être fait du roc de ceux qui ne se laissent pas si facilement convaincre. Ceux qui ont la science infuse... et le pied tout prêt à sauter dans le vide sans même un regard en avant. C'était dangereux, cette attitude si sûr de lui. Et Madara a une petite grimace alors que le jeune homme lui parle de beauté éternelle. C'était tout ce qui l'attirait ? La beauté ? Quel gaspillage de ressource...

FUBUKI J'imagine que si vous êtes chasseur, c'est pour éviter aux vampires de nuire aux humains, n'est ce pas ? Mais en ce cas, pourquoi ne pas faire un travail plus gratifiant ? Après tout, vous travaillez dans l'ombre, et vous n'avez ainsi la reconnaissance de personne. 

Le grand chasseur a un petit rire emprunt d'une certaine amertume à ces paroles... et complètement dénudé de joie. Que croyait-il, ce joli gamin ? Qu'il le connaissait parce qu'il se connaissait lui-même ? Madara n'avait pas les mêmes aspirations que Fubuki, c'était clair... Mais, il ne parle pas encore, laissant au jeune homme le soin de finir ce qu'il avait à dire, ce qui ne tarde pas. Le petit serveur ne semblait pas être de ceux qu'on doit prier pour qu'ils prennent la parole.

FUBUKI Vous sembler affectionner la fugacité de la vie... Pourquoi ? N'avez vous jamais aspiré à l'éternité, dans la crainte de la mort ? 
MADARA Non... L'éternité loin de ceux que j'aime, c'est mille souffrances que je ne veux connaître.

L'homme prend une profonde inspiration, s'imprégnant des parfums de l'automne, de la terre meuble probablement retournée dans la journée pour enterrer un vieillard, des feuilles au sol, gorgées d'eau et qui ne tarderaient pas à retourner à l'état d'humus. Cette simple inspiration, c'est la vie. Et la vie, c'est ce qui est sacrifiée lorsqu'on devient vampire. Qui serait réellement prêt à donner de bon coeur la seule chose qui nous appartienne vraiment ? La vie, c'est ce qui faisait le monde. Même les plantes étaient vivantes... Il n'y avait que les vampires pour ne pas goûter à ce bonheur...

Madara prend un long moment de silence. Il décrit une petite courbe qui semble un moment l'éloigne de Fubuki, sa longue lame traînant doucement sur le sol, faisant crisser quelques pierres dans son sillon. Néanmoins, sa trajectoire fini par l'en rapprocher et s'il reste à une distance respectable, il n'en est pas moins à seulement quelques pas du fin androgyne.

MADARA Je n'ai pas besoin de reconnaissance. Sortir pendant la journée pour aller travailler normalement et croiser des enfants qui vont à l'école, tout sourire, sur ma route, c'est le genre de présent qui m'est fait en contrepartie. Et ça me suffit largement. Mais toi, je ne crois pas que tu sois à même de comprendre ça. La superficialité te conduira à ta perte. Peut-être un jour comprendras-tu qu'il y a plus important que de paraître. Or, il me semblerait que tu sois de ceux qui n'admettent pas si facilement avoir tort.

Puis, après quelques secondes qui s'égrainent dans le plus total des silence, Madara confirme :

MADARA Tu as tort.

Madara humecte ses lèvres, sa grande main se refermant un peu plus solidement sur le long bâton reliant les deux épées alors que brièvement, son regard se pose sur un endroit plus dense de la petite forêt s'étendant à leur gauche. Il lui avait semblé entendre quelque chose... mais quoi que ce fut, ça ne semblait pas prêt à attaquer. Alors, non sans garder une oreille attentive, le grand chasseur en revient à Fubuki.

MADARA C'est triste de te voir considérer la vie sous un seul angle : celui de la mort qui sera possible pour toi. On ne sait peut-être pas tout à fait si la mort, c'est réellement la fin... mais il me semble que la vie vaut largement la peine d'être vécu pour ne pas y penser avant un bon moment.

Puis, après une seconde petite inspiration plus marquées que les autres, Madara demande :

MADARA Ainsi, nous recroiserons-nous une nuit en tant qu'ennemis, Fubuki ? Je n'y tiens pas, pour ma part...

Et en même temps, se laissaient-ils le choix, autant l'un que l'autre ?


_________________

Spinning round in my head.
How I regret everything that I said.
Have I lost the fight ?
Where were you last night ?

I think I'm losing my mind.
Where did you go and what did you find ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Striking Reckless ☩

Âge : Vingt-quatre ans.
Allégeance : Collé aux basques de Sensui.
Messages : 3064
Pseudo : Myu.
Avatar : Uruha [the GazettE]
MessageSujet: Re: Null Moon feat. Murakami Fubuki   Lun 9 Jan - 18:57




Bien que rassuré, Fubuki préférait néanmoins rester sur ses gardes. Il n'avait jamais eut affaire à un quelconque chasseur, aussi ne savait il absolument pas quel genre de conduite adopter en la présence de l'un d'entre eux... Sûrement n'y avait il rien à faire, maintenant que le mal avait été avoué. Mais pour sûr, si on l'avait averti qu'il était en compagnie d'un de ces individus, il aurait tourné la langue sept fois dans sa bouche avant de parler, et d'affirmer ses penchants pour le côté obscur de la force. Toutefois, il était sûrement trop tard pour se rattraper aux branches, et assurer maintenant que tout ce qu'il avait dit jusqu'à dès lors n'était qu'une plaisanterie lui apparaissait comme peu convaincant, et impossible. Il n'avait nullement l'intention de nier ses opinions, et ce même si on lui avait demandé de garder sa langue ou de mentir en compagnie de Madara. Car si Fubuki avait sut dès le commencement que cet autre japonais était un chasseur, et qu'il lui aurait demandé son avis sur les vampires, nul doute que l'androgyne aurait tout de même affirmé son avis, sans la moindre honte. Stupide et suicidaire ? Sûrement, admettront certains. Mais lui vous confiera qu'il n'est qu'une personne honnête, qui n'a pas à cacher ses différents opinions... Donc à quoi bon mentir ?
Et à vrai dire, si la peur lui nouait toujours ventre et gorge en cet instant présent, il lui semblait pourtant évident que le chasseur ne lui ferait rien... A moins que ce dernier ne soit assez sadique pour le faire douter le plus longtemps possible avant de l'achever. Le doute persistait dans son esprit, aussi se contenta t-il de savourer chacun de ces laconiques instants comme s'ils eurent put être les derniers, ce qu'il n'espérait absolument pas.

Quoi qu'il en soit, il ne se formalisa pas sur ce mouvement de tête quasiment imperceptible que le chasseur eut suite à ses déclarations. Une fois encore, ce n'était qu'une question d'honnêteté et d'avis, même si le dépit apparent de Madara laissait plus laisser comprendre que c'était une vision bien étroite des choses. Bien qu'indiffèrent à cette réaction, Fubuki ne put cependant pas rester de marbre à l'entente des prochains mots du chasseur, qui lui expliqua tout bonnement qu'il y avait de fortes chances qu'en tant que vampire, il meurt lors d'une chasse...
La fierté de l'androgyne en prenait très certainement un coup. Certes, malgré les paroles qu'il avait énoncé quelques instants auparavant, il n'avait pas envisagé les choses sous cet angle, néanmoins, il était trop fier pour admettre son tord, aussi leva-t-il légèrement le menton afin de regarder son vis-à-vis en coin, lâchant un léger soupir de mépris.

Si en tout cas, Madara apparaissait comme bien plus déplaisant au jeune androgyne depuis quelques minutes, il semblait que l'inverse était tout aussi vrai. La preuve en fut le petit rire que le chasseur laissa échapper, signe qu'il n'appréciait sûrement pas la prétention de Fubuki à deviner les plus fines inspirations du genre humain en se focalisant sur son seul et unique cas... Et ceci, le plus âgé ne tarda guère à le confirmer une fois encore à son vis-à-vis en répondant que l'éternité loin des personnes chères était sûrement ce qu'il convoitait le moins. Attentif à cette réponse, l'androgyne ne put néanmoins pas retenir un sourire, peut-être légèrement moqueur malgré lui. Avait il pitié de cette parole qui lui semblait terriblement niaise, ou ressentait il un quelconque sentiment de regret quand à sa propre vie ? A vrai dire, Fubuki n'avait personne à qui s'accrocher à part lui même, ce dont il ne se plaignait absolument pas ! Tout juste quelques personnes qu'il appréciait dans son entourage, certes, mais sûrement pas des individus qui vaudraient la peine qu'il sacrifie ses plus fines ambitions pour eux.
Le chasseur posa alors quelques instants de silence, tout juste dérangés par le crissement de la lame sur le sol, qui resta à une certaine distance de Fubuki, qui quant à lui se contentait d'observer son interlocuteur d'un œil méprisant et railleur, parfaitement détendu, bien que le bruissement du fer sur la terre lui semblait être la plus détestable et crispante des mélodies. Madara reprit néanmoins la parole pour admettre que la seule présence d'enfants insouciants et à l'écart du danger était sûrement le meilleur des présents qu'il pouvait avoir en échange de son travail nocturne... Avant de dénoncer une fois encore la superficialité de l'androgyne, et de son entêtement certain. Et si jusqu'à là, Fubuki endurait relativement bien les critiques que pouvait lui faire le chasseur, tant son amour propre était important, il ne put cependant pas tolérer que son interlocuteur assure tout simplement qu'il avait tord.
Le regard se fit plus amer, glacial, tandis que toute expression d'amusement et d'éventuelle provocation disparaisse du charmant minois dont les traits se durcirent en l'espace de quelques secondes. Ne bougeant néanmoins pas, toujours dans la crainte de finir dans la tombe le temps d'un mouvement, le serveur se contenta de dire d'une voix sévère, mais basse ;

« De quel droit vous permettez vous d'assurer de la sorte que j'ai tord ? »

Parfaitement calme, bien que la tension entre les deux jeunes hommes ait encore augmenté d'un cran, nul doute que le jeune serveur bouillonnait de l'intérieur. Pourtant, hors de question de se départir de son calme implacable... De toute façon, qu'aurait il fait ? Frapper Madara de ses petites mains ? En plus d'être tout à fait inefficace, nul doute que ça lui aurait valu son allé pour un beau cercueil de bois. Et puis se casser la voix en tempêtant n'était nullement utile non plus... Ainsi se contenta t-il de dire d'une voix parfaitement posée, bien que toujours aussi froide ;

« Peut-être suis je prétentieux à estimer certaines choses à votre sujet, mais ne l'êtes vous pas tout autant à dire que j'ai tord ? »

Dans l'esprit de l'androgyne, les choses étaient parfaitement claires ; bien qu'il ne soit guère un grand philosophe dans l'âme, il avait néanmoins son avis sur certaines choses de ce bas monde. Et une de ses grandes théories était que la raison ne s'acquérait qu'à travers un vécu propre à chacun... Donc de ce fait, Madara n'était en aucune mesure capable de juger de ses ambitions, ne connaissant rien à sa vie.

« Vous ne savez strictement rien de moi, tout comme je ne sais rien de vous. J'ai mes propres raisons liées à mon passé pour vouloir devenir un vampire... Tout comme vous avez certainement les vôtres pour vouloir en débarrasser ce monde. »

Argument à l'appui ? Sa propre mère, qui l'avait chéri durant de longues années, faisant les louanges de sa beauté, qu'elle aurait sûrement voulu voir croître au fil des ans, sans que jamais elle ne se fane. Ainsi le serveur en concluait lui même que sa génitrice aurait sûrement les mêmes aspirations que lui à son égard.
Plus piquant, il ajouta simplement avec un sourire quelques peu hypocrite ;

« Ne jugez pas ma superficialité, et je ne jugerai pas votre niaiserie. »

Ne portant guère d'intérêt aux paroles ajoutées par son vis-à-vis, il répondit néanmoins quand Madara ajouta qu'il ne souhaitait pas que la prochaine entrevue ne soit plus déplaisante ;

« Nous ne nous laissons guère le choix. »

C'est d'une voix blanche, sans froideur aucune que ceci fut prononcé. Ce ton ne laissait rien deviner, si ce n'était le fait que cette phrase était un simple constat. Et si la moindre once de regret ne déformait la voix placide du jeune homme, ce n'était certainement pas car il était un excellent comédien, mais tout simplement car il ne regrettait rien. Les choses étaient on ne peut plus claires pour Fubuki ; chacun avait dit et fait ce qu'il avait à faire, donc à quoi bon s'en mordre les doigts ? Aussi ajouta t-il seulement ;

« Le destin n'en aurait voulu autrement, de toute évidence. Car, admettez que cette rencontre ne tient qu'à un amas de circonstances hasardeuses... Donc, qu'il en soit ainsi. »



_________________

My mama told me when I was young ; « We are all born superstars. » She rolled my hair and put my lipstick on in the glass of her boudoir. « There's nothin' wrong with lovin' who you are », she said, « Cause he made you perfect, babe, so hold your head up boy and you'll go far, listen to me when I say... » I'm beautiful in my way, 'cause God makes no mistakes. I'm on the right track, 'cause I was born this way. Don't hide yourself in regret, just love yourself and you're set..

▬ Born this way



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Pure Soul ☩

Âge : 24 ans
Allégeance : À la justice...!
Messages : 148
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Joon (MBLAQ)
MessageSujet: Re: Null Moon feat. Murakami Fubuki   Ven 20 Jan - 5:28


Fubuki reprend la parole, peut-être pas aussi assuré que lorsqu'ils s'étaient rencontré, mais croyant visiblement toujours autant en ce qu'il professait. Madara soupire longtemps, déçu de voir de ses propres yeux que ce genre de personnes existait réellement. Il n'avait jamais rencontré en personne quelqu'un qui vouait un véritable culte aux vampires. Mais... ce n'était pas totalement le cas de Fubuki non plus, n'est-ce pas ? Madara prend deux minutes pour y songer, le regard perdu sur les lignes courbes de ses lèvres mouvantes, puis sur celles toujours de cette forme qui rappelait plutôt la femme que l'homme de ses yeux bridés. En fait, ce garçon était fort différent en un sens des jeunes qui vénèrent le premier vampire qui croise leur route. Il voulait la vie éternelle pour lui-même. La jeunesse éternelle pour ce qu'elle lui rapporterait... C'était probablement un point qui se défendait davantage, mais aux yeux de Madara, jamais il ne trouvera grâce.

L'homme soupire d'ailleurs à nouveau alors que Fubuki lui assure qu'il n'a pas le droit de lui déclarer qu'il a tort, carrément. Pourtant, l'expérience parlait... Mais visiblement, ce n'était pas le genre de considération qu'avait le joli garçon. Tant pis. Madara hausse les épaules, un peu las, perdant un peu foi en l'humanité. Il retrouverait rapidement son bonne humeur naturelle et sa propension à croire l'humain bon, mais présentement, l'irritation et la lassitude engloutissaient carrément ses bonnes dispositions naturelles.

FUBUKI Vous ne savez strictement rien de moi, tout comme je ne sais rien de vous. J'ai mes propres raisons liées à mon passé pour vouloir devenir un vampire... Tout comme vous avez certainement les vôtres pour vouloir en débarrasser ce monde.
MADARA Tu me sembles bien jeune pour considérer que tes expériences valent largement les miennes. J'ai combattu ces êtres. Je les combat encore aujourd'hui. J'ai vu des familles décimées par elles. Ça ne te touche donc pas ? Il n'y a personne à qui tu tiens suffisamment pour craindre qu'une de ces créatures le tue ?

Si vraiment c'était le cas, alors Madara avait pitié. Lentement, le chasseur continue de marcher, traînant sa longue arme à ses côtés, décrivant un cercle tout autour de Fubuki sans jamais s'en approcher, pourtant.

FUBUKI Ne jugez pas ma superficialité, et je ne jugerai pas votre niaiserie.

Le chasseur fronce les sourcils, se demandant pendant un instant s'il avait bien compris. Mais c'était visiblement bel et bien le cas... Comme quoi, ce jeune homme n'arrêterait pas de le surprendre et pas de la meilleure des façons qui soit... Madara cesse finalement de marcher, s'assoyant contre une pierre tombale encore en assez bon état pour soutenir son poids. Il penche légèrement la tête sur le côté alors que Fubuki finit par déclarer qu'ils devaient imputer cette rencontre au destin. Madara croyait effectivement que quelque chose guidait les hommes... mais ce soir, c'eût malheureusement été un bien mauvais tour du destin que de les faire se rencontrer, n'est-ce pas ? L'homme secoue donc lentement la tête de gauche à droite, préférant conserver ses belles illusions d'un destin un peu plus charitable à son encontre !

MADARA J'ai seulement été bien mal inspiré de venir dans ce cimetière ce soir. Ta vue m'attriste.

Voilà des mots qui ne devaient pas souvent être prononcés pour ce charmant jeune homme. Mais, la beauté physique ne fait pas tout et il est évident que moralement, Fubuki n'arrive pas à la cheville de sa beauté plastique. L'homme soupire une nouvelle fois avant de se remettre sur ses pieds, faisant un petit pas vers l'arrière sans néanmoins oublier les bonnes manières. Il s'incline poliment devant Fubuki en parfait petit Japonais qu'il est.

MADARA Alors soit. Notre prochaine rencontre, je la laisse aux mains du destin. En espérant que d'ici là, tu constates par toi-même l'horreur de l'existence des vampires.

C'est tout ce qu'il pouvait encore souhaiter pour ce garçon. Et il prierait pour son âme si c'est tout ce qui lui restait. Ainsi donc, après un petit moment de silence à observer cette pâle beauté qui, devait-il lui donner cela, serait magnifique dans la mort artificielle qu'offrait le statut de vampire, Madara se détourne complètement pour continuer son chemin. Il n'allait pas lever la main sur ce garçon même s'il commençait à craindre qu'il ne fut pas assez toqué -comme tous les autres...- pour ne pas arriver à ses fins. Seul l'avenir le leur dirait...


Hors Jeu:
 


_________________

Spinning round in my head.
How I regret everything that I said.
Have I lost the fight ?
Where were you last night ?

I think I'm losing my mind.
Where did you go and what did you find ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: Null Moon feat. Murakami Fubuki   




Revenir en haut Aller en bas
 

Null Moon feat. Murakami Fubuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Minato :: Le Cimetière d'Aoyama-