C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Démystification des superstitions à propos des Loup-garou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Profil Supprimé



☩ ☩

Messages : 21
Pseudo : Utilisateur inconnu
MessageSujet: Démystification des superstitions à propos des Loup-garou   Dim 4 Déc - 8:01



Sujet déplacé et archivé par : Watanabe Haruhisa

Note : Issu d’un texte qui avait été mainte fois traduit de façon approximative, l’Ordre de Tenkyû vient de nous faire parvenir la dernière version traduite de ce document.

Traducteur : Abe Satoru

Auteur original : Yui (membre originel de l’Ordre)

Titre : Démystification des superstitions à propos des Loup-garou.

Dans la nuit du septième jour du quatrième mois, je fus témoin d’une affaire sordide. Comme tout le monde au sein de l’Ordre, j’avais entendu parler de ces bêtes sauvages qui sévissaient dans les plaines. Les villageois parlaient de chiens ou de loups aux babines retroussées et écumantes, mais personne n’en avait jamais réellement vu.

Pendant longtemps considérés comme des êtres qui n’existaient que pour effrayer les enfants et les plus crédules, l’Ordre ne prit donc pas la peine de se pencher sur ces quelques très rares cas. Nous mettions ces crimes barbares sur le compte d’un quelconque animal affamé qui sévissait trop proche des remparts de la ville, attiré par les odeurs de nourriture.

Néanmoins, cette nuit sus-citée, alors que je décidai de tuer ce loup qui rôdait trop près des temples, je ne trouvai guère de trace de son passage. La faune ne semblait pas perturbée par une présence aussi néfaste et je ne trouvai de cadavre, ni de lapins ou de chevreuils, ce qui était étonnant compte tenu de l’appétit sauvage de la bête.

C’est alors que je le vis. Je l’identifiai immédiatement comme un vampire. Son sexe était féminin et ses vêtements comme sa coupe bonne facture. Son regard était presque écarlate et entre ses bras, comme une poupée de chiffon, gisait une enfant de six à huit années. Sa gorge avait été presque arrachée et ce avec une telle force que son petit bras blanc et maigre ne semblait plus rattaché à son corps que par une intervention divine.

Le kimono de la petite était imbibé de son sang et le mien ne fit qu’un tour ! Comment un vampire pouvait-il être ainsi barbare ? De nature habituellement discrète, même ses membres les plus belliqueux n’étaient pas de tels ogres.

Je l’ai attaqué alors que les petites lueurs de l’aube menaçaient déjà au-dessus des feuillages. La vampire avait lâché sa proie, grondait comme l’aurait fait un chien qu’on aurait dressé au combat et ses forces étaient grandes, mais désordonnées. Pourtant, l’effroi ne me permettait pas d’être en pleine maîtrise de mes moyens non plus au départ. Le combat dura puis le jour fit apparition de ses premiers rayons. La vampire, que je jugeais fort imprudente, se mit à hurler de douleur mais comme je m’attendais à la voir tomber en petit tas de cendre, sa peau se mit à gonfler, formant des cloques parfois sanglantes.

Tel un hurlement à la lune encore visible et ronde, elle s’enfuit dans ce hurlement de bête blessée…

Plus tard, je décidai de la chasser encore. Mais ce ne fut que le treizième jour du quatrième mois que je la trouvai encore, avant qu’elle-même ne prenne une proie. Son visage et ses mains n’étaient plus marqués par le feu du soleil mais elle n’était pas « seule ». Il y avait là un autre vampire que je reconnaissais pour l’avoir vu plusieurs fois s’entretenir avec un de mes supérieurs. Il était de ces vampires avec lesquels nous avions des intérêts d’équilibre et lui-même tentait de chasser ce vampire que je supposais aux prises avec son propre démon. Sans doute son géniteur l’avait-il abandonné ? Pourtant, j’avais déjà vu un vampire non pris en charge et ceux-ci étaient trop sauvages pour s’habiller et s’apprêter avec ce soin. Ils l’étaient aussi trop pour se retenir de faire plus de quelques victimes dans la nuit et pour s’isoler avec ces dernières.

J’appris ce soir là que le « Loup-garou », tel qu’il –elle- s’était fait surnommer en ville, n’avait de cette légende que le côté « mi-humain, mi-animal ». C’était une aberration vampirique. Un vampire « non terminé » en quelque sorte. Le vrai vampire ne voulu pas m’en dire beaucoup plus si ce n’était que le cœur de cette bête pompait encore du sang parfois.

Il me demanda cette nuit de le laisser régler ce « problème » qui lui appartenait et je n’insistai pas.

Par la suite, je fis quelques recherches, sans trouver néanmoins de précédent à cette affaire. Personne autour de moi ne comprit exactement comment une telle chose avait été possible mais nous supposions que cet état de vampire « non aboutit » était la cause de tant de barbarie. Sans doute que les instincts et les capacités vampiriques n’étaient pas encore toutes développées et que la créature ne domptait que trop mal sa faim, la rendant hâtive et donc, sanglante.

On parle d’une autre bête, sur l’île la plus au sud de notre archipel. J’aimerais qu’il me soit possible de m’y rendre pour savoir s’il s’agit d’un autre de ces « Loup-garou » mais je suis trop occupé ici.

Toutefois je mets en garde les chasseurs qui affronteraient ces créatures imparfaites. Si elles n’ont pris qu’une chose aux vampires, c’est leur incroyable pugnacité et leur force exceptionnelle dans le combat… Ils n’attaquent jamais pour seulement blesser et tuent toujours –je le pense- dans la douleur.

Yui, *date illisible*


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Démystification des superstitions à propos des Loup-garou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Les Dossiers Techniques :: Les Archives-