C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   Jeu 10 Mai - 11:12



Yoyogikoen - 2011/10/25 à 21h45



« Malgré les apparences... Je te désires, petite fleur de lune »


Ces derniers temps, Takeru est plus soucieux que d'ordinaire... Quelques rencontres assez importantes ou du moins intéressantes lui font prendre conscience de certaines choses peut-être. Une surtout. Cette soirée en compagnie de Seijûrô, son Prince Ténébreux, lui a permis de réaliser qu'il n'était pas si secret que ça avec certaines personnes, et qu'il avait finalement envie et besoin qu'on connaisse son autre visage. Rares sont ceux qui connaissent ''Akira'', celui qui est le plus proche de ce qu'il était à l'origine. Takeru aujourd'hui est une version moderne de cet Akira, et c'est lui qu'il désire être aujourd'hui.

Ça fait un petit moment, enfin quelques jours à peine, qu'il n'a pas vu son petit emmerdeur... Il s'inquiète... Il lui manque. N'ayant pas non plus échangé de messages via les moyens modernes de communication, il ne sait pas si il va bien ou pas. Attendant le bon vouloir de cette petite peste, mais il soupire. Lui a l'éternité, pas Yuki... Finalement, il cède. Sans doute que ça fera sourire ce diable, de voir que Takeru est le premier à le contacter mais des fois il faut savoir ranger son ego et sa fierté. Il pourra toujours détourner la vérité le moment venu mais il ne veut qu'une chose, avoir une réponse. Le voir. Il ne lui demande pas comment il va, non, il impose une rencontre, digne de leur relation, il propose et si l'autre ne vient pas alors tant pis.

''Alors le mioche, on fait la gueule dans son coin ? Si ça te dit de prendre l'air, je serais au Parc Yoyogi dans une heure, à l'entrée où les Rockabilly boy s'éclatent le dimanche matin. Sinon, à plus."

Court, net, on ne peut plus explicite. Comme d'habitude, il n'attend pas de réponse, mais de le voir. C'est leur petit jeu.
Une heure... Il réalise que ça ne lui laisse que peu de temps pour se préparer puisqu'il lui faut une demi heure de trajet. Idiot... Si t'arrive en retard, tu vas en plus en prendre plein pour ton grade puisque c'est toi qui a lancé l'invitation... Soit... Il décide malgré tout de se changer, il a envie d'en mettre plein les yeux à Yuki ce soir. Qu'il lui dise encore qu'il est moche est une chose, mais il veut voir le contraire dans ses yeux. Une tenue sombre, mais plus soft que porterait Kurokami. Il veut être lui même, tout en ayant cette touche fascinante que lui offre l'audace de son personnage. Les cheveux, naturellement longs et noirs, c'est parfait, ondulant un peu suite à une coiffure qu'il a fait il y a quelques nuits. Des vêtements noirs qui mettent sa silhouette en valeur, un maquillage à peine visible mais qui accentue son regard. Si le petit Yu ne craque pas avec ça... Mais il soupire, sachant pertinemment qu'il trouvera une belle insulte ou une remarque désobligeante... Ça l'amuse mais parfois ça commence à lui gonfler, à le blesser même. Ne parvient-il donc jamais à avoir grâce aux yeux de cet humain ? Soit, ce soir il a décidé de le charmer, sérieusement ! Oh pas question de coucher avec lui, ça non ! Pas qu'il n'en ai pas envie mais ce n'est pas le but de sa manœuvre ! Non, il veut le faire céder, lui faire dire au moins un compliment ! Il ne peut pas tricher en usant de son statut, de sa nature, il veut le séduire en étant lui même, pas en étant cette créature qu'il rêverait de rencontrer.

Spoiler:
 

Il est temps d'y aller, il lui reste finalement un peu moins de 30 min... Heureusement il n'habite pas loin, enfin... Tout est relatif... De la station de Shibuya, il est quand même à un bon quart d'heure. Soit... Pas question de prendre un taxi, ce serait pire... Il y a du monde comme souvent le soir, mais sans aucun doute moins que si c'était le weekend. Il s'aventure parfois dans les transports le vendredi soir... Il a vécu l'expérience de la sardine même à 23h... C'est hallucinant. Les temps ont bien changés, oui l'époque a bien changé de celle où il a prit le tramway ce soir fatidique, avec cet ange à la chevelure dorée. Son Père... Il ferme parfois les yeux quand il y a trop de monde, repensant à lui, ce soir là il ne l'oubliera jamais, comment le pourrait-il. Aucune créature sur terre ne pourra jamais briser ce lien. Jamais il n'éprouvera de la haine pour lui. Il n'y a et n'aura jamais que de l'amour... De la frustration aussi, de la colère mais à cause des deux premiers. Soit... Il doit cesser de penser à son père, il le verra bientôt, il le sait, et ce soir il espère voir cette petite teigne de Yuki...

20 min... Ce qu'il est long ce train... C'est pas vrai... Il accélère un peu. Le temps d'arriver à la station, une fois arrivé à l'entrée, il ne lui faut que 5 min pour arriver sur le quai s'il y a du monde, moins si c'est fluide... Avec sa carte, pas besoin de perdre du temps à la machine... Bien... Enfin la station n'est plus qu'à 5 min... Il accélère encore un peu... Le feu... Le carrefour... Put** ! C'est quoi ce feu qui met 3 heures à changer ! Trépignant d'impatience, il est le premier à traverser dès que le feu est vert. De toute la diagonale, peu importe, il y a le passage... Il court un peu pour ne plus perdre de temps... Enfin il y est, sur le quai, le train va arriver. Finalement il sera à l'heure... Finalement, ce soir il ne donnera pas l'occasion à Yuki de lui reprocher ça mais... Il aura payé de sa personne, courir un peu, ce n'est pas si grave. Il fait un peu attention, pas de coin fumeur là mais ce n'est rien, il y a un peu de monde mais pas de policier... Et quand bien même... Il se ferait juste réprimander, non ? Il regarde son portable... Pas de message... Yuki va-t-il bientôt arriver ? Il l'espère sincèrement... Il veut que son plan marche... Pas seulement par défi, mais bien parce qu'il a envie, ce soir, de le prendre dans ses bras.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   Jeu 10 Mai - 14:20


Yuki était un jeune homme des plus étranges. Il n’avait pas donné signe de vie depuis plusieurs jours. Il ne voulait voir personne, discuter avec personne. Le temps de son silence, il n’était pas sorti de sa chambre. Il n’avait dit que quelques mots à sa famille pendant ces jours, ces nuits où il était là, éclairé par la lumière de sa chambre, puis la lumière de la lune quand la nuit tombé. Devant son pc, il ne cessait de naviguer, de travailler sur son film, son clip comme si rien d’autres ne comptait. Mais en fait, rien d’autre ne compte réellement à ses yeux. Il avait pourtant rencontré ce dernier mois des gens intéressant, surprenant… amusant aussi. Il s’était montré ouvert, doux et souriant, mais était-ce réellement lui ? Devant les images de son passé et de son présent, il ne cessait de se demander. Etait-il encore Yuki ? Il avait l’impression d’inconsciemment devenir Fuyu, et cette impression le dévorait, le détruisait plus rapidement encore que la maladie.

Pourtant, il ne voulait pas s’apitoyer sur son sort. Sa soirée au Monsoon café, sa rencontre avec Sensui lui avait fait ouvrir les yeux, il ne devait pas … Il ne fallait pas qu’il perde son temps à se poser des questions à regretter ce qu’il faisait. Il avait fait un choix, il devait maintenant l’assumer. Il tourna alors la tête vers l’urne de son frère. Etre au quotidien près de lui, voilà ce dont il avait le plus besoin. Surtout dans ces moments là où il se rendait compte qu’il ne fut jamais aussi fort que son frère. Le caractère fort, le plus tenace n’était pas toujours celui qu’on pensait. Et, ce n’était pas parce qu’il était grande gueule qu’il était courageux. Il avait toujours eu besoin de son frère et le manque devenait parfois presqu’étouffant. Mais, regardait l’urne ne le ferait pas revenir, comme rester sur sa chaise. Il le savait, il s’étira un peu en retournant à son montage.


Nouveau message a écrit:

Alors le mioche, on fait la gueule dans son coin ? Si ça te dit de prendre l’air, je serais au Parc Yoyogi dans une heure, à l’entrée où les Rockabilly boys s’éclatent le dimanche matin. Sinon, à plus.

Yuki regarda son téléphone portable et fut légèrement surpris en voyant le message. Il n’avait pas besoin de regarder l’expéditeur pour comprendre que c’était Takeru. Il n’était pas possible, le traité lui de sale mioche ? De quel droit se permettait-il de lui parler de la sorte… Yuki savait qu’il lui parlait de la même manière qu’il lui parlait aussi. Il n’avait jusqu’à présent jamais eu un mot tendre, pas le moindre mot gentil pour lui. Non, ce n’était que railleries et insultes à répétition comme si Yuki voulait être sur de le tenir à une bonne distance. Pourtant, l’un comme l’autre ne cessait de se chercher, de se repousser violemment, et … l’un comme l’autre ils revenaient comme un réel besoin. Yuki n’était pas dur, rien de bons ne sortirait de ce type de relation, c’était sa vision des choses, pourtant …

Il regarda alors la photo de Takeru qui allait avec le message. Une photo qu’il avait prise lui-même un jour, quand il avait entré le numéro du drôle de personnage. Il n’était pas différent de quand il le voyait et qu’il ne cessait de dire qu’il était moche. Mais… cette photo avait quelque chose de spécial, quelque chose qui lui plaisait. Il ferma toutefois son portable ne perdant pas de temps à répondre. Il verra bien lui-même s’il comptait venir ou non. C’était toujours comme ça entre eux, on ne donne pas de nouvelle, on voit si l’autre vient… on se cherche, un jeu, un chat perpétuel… Il était le chat, il devait venir attraper la souris, puis se serait au tour de l’autre. Le jeu ne finirait qu’avec la mort d’un des participants. C’était ça qui plaisait à Yuki, ils ne cherchaient rien dans cette relation, ils ne demandaient rien de l’autre… Mis à part la présence.

Toutefois, avant de partir Yuki ne comptait pas rester en pyjama rayé. D’ailleurs, en sentant celui-ci il se dit qu’une bonne douche ne lui ferait pas de mal avant d’avoir une réflexion sur son odeur corporelle plus que … musqué dirons nous, pour ne pas dire qu’il puait ! Il alla donc prendre une bonne douche, et, une fois qu’il l’eut fini, il s’habilla de manière à être beau, canon, … bref regardable ! Il ne voulait pas que Takeru lui fasse des remarques comme une fois. Il se souvenait de la fois où il avait osé lui dire qu’on aurait cru qu’il avait été attaqué par un chien féroce à cause de sa tenue grunge. Depuis ce jour, il ne se rendait plus à ses rendez vous vêtus comme Fuyu, mais bien avec son propre s’il qu’il assumait parfaitement.

Il s’attarda même un peu devant la glace pour se maquiller. Il ne voulait pas avouer qu’il trouvait Takeru beau, mais pour être franc, il voulait que celui-ci lui fasse un compliment. Il voulait une fois qu’il lui dise quelque chose de gentil, alors, il venait de décider de ne pas parler en premier. Le premier qui parlait donner de toutes manières le ton de la soirée l’autre suivant. Jamais, Takeru ne ferait un compliment après une phrase blessante et acidulé de Yuki. Quant à Yuki… non mauvais exemple lui pouvait dire des méchancetés même après le plus beau compliment de la terre.

Mais, pour le moment, la seule chose à laquelle il pensait, c’était arraché un compliment à Takeru. Il enfila donc une toute nouvelle tenue. Il avait mis du temps à trouver la personne capable de réaliser en tissus le dessin qu’il avait fait avec son frère quelques années plus tôt. Cette personne avait eu la patience de tout faire, jusqu’au moindre détail. Il enfile donc le mini short de soie donc une ouverture était faite sur son côté droit et laisser ainsi voit une partie de son dessous, ce n’était pourtant pas vulgaire grâce au tissus blanc qui dissimulait tel un voile entre sa peau et le lacet. Il prit ensuite le temps de mettre son haut, un magnifique haut blanc presque transparent, qui laissait tout deviner – du notamment au fait qu’il était extrêmement court, et il ajouta au dessus une veste du même tissu que son short.

Puis, cette tenue qui se devait d’être irréprochablement sexy, fut complétée par ses bottes noirs, un peu à l’allure de New Rock mais en beaucoup moins lourd à porter. Il se regarda ensuite, une coiffure simple, un très faible maquillage… il était sur qu’il n’aurait aucune réflexion sur son allure ce soir. Et, si jamais Takeru lui en faisait une seule, il s’en irait sans plus de dialogue, non pas fâché, mais juste blessé car cette tenue, faite dans le même tissu que les plus somptueux kimonos, était pour lui la chose la plus importante. La tenue de ses délires, la tenue qu’il voulait porter le jour de sa mort car c’était de loin son plus bel apparat.


Il se mit en route ensuite, il allait être en retard, il n’était pas idiot, il le savait. Mais quel importance d’être dix minutes en retard. Il voulait entendre son compliment ! Il ne se pressa pas, il voulait prendre son temps, pouvoir faire son entrée. Mais un peu avant d’arriver au parc, il traversa et il prit conscience qu’en fait … il n’aurait rien ! Il ne méritait pas plus qu’un faible regard. Quel intérêt de faire ça ? Quel intérêt de chercher à plaire à quelqu’un qu’on insulte. Il déglutit, et il rebroussa chemin, se disant que ça ne servait à rien de se donner tant de mal. En marchant, il vit une boutique, il entra et s’acheta un immense protège pluie. Il l’enfile, et on ne voyait alors plus qu’une partie de ses bottes et sa coiffure et il alla cette fois au rendez-vous. Il regarda l’heure en allant jusqu’au point de rendez vous… Vingt minutes de retard ? Il espérait qu’il n’était pas encore parti.

Il avança et le vit encore là, il sourit et s’approcha de lui, comme à son habitude, malgré son envie de dire quelque chose sur sa tenue, sur son allure, sur quoique ce soit… les mots glisseront sans laisser percevoir la moindre considération pour la personne à laquelle il tenait pourtant.

  • Yuki – « Tu aurais pu prévenir plus tôt ! J’étais encore en pyjama je te signale ! Et pourquoi donc messire m’a-t-il demandé de venir ? »



Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   Ven 11 Mai - 0:40


Impossible de savoir ce que font les gens, à moins d'aller les espionner directement. Cependant Takeru n'est pas de ce genre là. Pas si on ne lui en donne pas la mission officiel, tel un ordre fait à un officier, mais il a rangé son uniforme, ses uniformes il y a plusieurs décennies. Impossible de rester dans l'armée quand chaque rayon de soleil vous rapproche de la mort, quand marcher en plein jour vous brûle en quelques instants à peine. Officiellement, Tenshi Akira est décédé la nuit de sa transformation. Il a été porté disparut puis déclaré mort. A l'époque on ne se prenait pas vraiment la tête à rechercher l'identité réelle des gens grâce à leurs empruntes, leurs dents, leur ADN, c'était tout bonnement impossible. Une identification militaire posée sur un cadavre brûlé à suffit pour le faire disparaître à tout jamais.
Si Takeru avait pu voir Yuki ces dernières nuits, il lui aurait probablement collé son pied aux fesses pour le remuer et porté ce sale gosse sous la douche. Se laisser aller, c'est mal. Il comprend parfaitement que parfois on déprime, mais il ne faut pas se laisser abattre. Il ne peut pas dire si Yuki est ou n'est pas Fuyu, car il ne le connaît pas, malheureusement. Mais si Fuyu était patient, alors cet espèce de râleur n'a absolument rien à voir avec le gentil frère. Il veut l'aider, mais pour ça il faut qu'ils arrêtent de se tirer dans les pattes et penser à discuter plus sérieusement. Pourquoi Yuki le fait avec de parfaits inconnus mais est incapable de s'ouvrir à ce grand dadet qui lui est tout dévoué ? Car il faut le reconnaître, malgré toutes les insultes, il est toujours là. Il l'aide même pour son film. Finalement ils ne font pas que s'engueuler, Takeru apprécie aussi les moments où ils se parlent gentiment même si ce n'est pour le moment que vis à vis du film.

Si le vampire savait que son petit démon était plus gentil avec les autres qu'avec lui, sans doute bien que ça le blesserait. Peut-être qu'il passerait l'éponge et sans pourtant l'abandonner, il ne jouerait plus à ce petit jeu, il le laisserait l'insulter tout seul et ferait autre chose. Il s'en désintéresserait finalement peut-être. Si lui ne l'intéresse pas alors c'est qu'ils ne sont pas fait pour s'entendre. Takeru ne cherche pas à s'imposer aux autres, du moins pas comme ça. Mais si au fond ça fait du bien au jeune homme... Soit... C'est ce qui importe le plus.

Takeru ne l'a pas traité de ''sale'' mioche mais de mioche tout court... Yuki a toujours tendance à interpréter les mots à sa sauce. Mais bon... Takeru est habitué, il le laisse dans son délire, puisque ça l'amuse tant. En fait, il réalise que ni l'un, ni l'autre n'ont jamais manqué un rendez-vous spontané, sans une réellement bonne raison, et encore, Takeru a refusé une seule fois et lui avait expliqué pourquoi il ne pouvait pas. Au fond ils se respectent quand même un peu, sous les apparences. Les paroles dures n'empêchent pas un minimum de respect après tout. Du moins venant de Takeru.

Lorsque Yuki avait pris la photo sur son téléphone, Takeru avait au départ fait une tête digne de leur relation, mais au moment où la photo a été prise, son regard s'est adoucit, un petit clin d’œil, un petit sourire à peine perceptible et le V de victoire bien connu de nos amis nippons. Oui cette photo représente la réalité, le vrai visage de Takeru. Doux, gentil, attentionné, si seulement Yuki lui laisser la possibilité de l'être, au moins de temps en temps. Mais ce soir Takeru a décidé de ne pas céder, il a décidé de faire évoluer cette relation un peu trop brutale à son goût. Yuki ne comprendra peut-être pas, mais qu'importe, ce soir il va le dompter, ou définitivement abandonner tout espoir... Quoi qu'il est plus déterminé que ça... Après une baisse de régime et une période de déprime vis à vis de cet odieux petit humain, il serait d'attaque à reprendre les hostilités et sa mission d'apprivoisement. Enfin... Il espère bien que ça n'arrivera pas. Le jeu du chat et de la souris, pour être honnête, Takeru s'en est lassé. Si Yuki n'attend rien de cette relation, maintenant, Takeru, si.

Ce soir Yuki sera sans doute surpris de l'attitude du beau ténébreux, il a décidé réellement de ne plus répondre comme à son habitudes, aux hostilités de Yuki. Peut-être que ça aura l'effet inverse, mais il veut essayer. Il a déjà un plan bien encré dans sa tête.

Take aurait eu une réaction dépitée en voyant tant d'effort pour finalement se couvrir d'un sac poubelle... Il est arrivé depuis quelques minutes déjà, mais il patiente... En temps normal, Takeru aurait probablement fait une réflexion sur la ponctualité du jeune homme. Mais après une bonne dizaine de minutes, il commence à s'impatienter. Plusieurs cigarettes y passent. Le quart d'heure est franchit, mais il patiente toujours. Après la quatrième cigarette, il commence à se demander si Yuki va finalement venir... Ce serait la première fois qu'il lui poserait réellement un lapin... Plutôt que de la colère, il commence à ressentir de la tristesse, mais aussi de l'inquiétude... Et s'il était arrivé quelque chose sans qu'il ne le sache ?... Il ferme les yeux pour chasser cette pensée.

Finalement sa silhouette fait enfin son apparition. Voir ce Pikachu arriver lui arrache un petit sourire, amusé mais pas moqueur.

« Tu es vraiment mignon ce soir, on dirait un adorable petit poussin. »

Avant qu'il ne puisse dire quelque chose ou faire la moindre réflexion, il lui prend la main pour l'emmener dans le parc. Cette partie reste ouverte tout le temps, même la nuit.

« Je voulais te voir, avoir de tes nouvelles. Mais dis moi... Pourquoi portes-tu ce sac poubelle ?... Il ne va pas pleuvoir ! Mais c'est bien, ça nous fera une protection pour s’asseoir dans l'herbe. »

Il ne laisse visiblement pas un instant à Yuki, de réfléchir, de réaliser, de réagir. Si bien qu'il s'arrête enfin dans un coin plutôt sympa où parmi les arbres, on peut apercevoir des lumières de différentes couleurs. Un petit groupe est en train de s'amuser à danser avec des bâtons lumineux. C'est plutôt joli. Mais avant de s’asseoir, il entreprend de dévêtir Yuki. Il est vif, il triche juste un tout petit peu, pour pouvoir dé-zipper d'un seul geste, cette toile imperméable. Une vision alors qui lui fait changer d'expression. Il est comme hypnotisé. Bon là comme ça, la scène vu de l'extérieur ferait passer Takeru pour un pervers mais en fait il est tout simplement admiratif devant cette tenue que Yuki lui cachait. C'était une surprise ? Takeru aurait-il gâché les plans du jeune homme ?... Il se le demande mais c'est un peu comme si le temps était arrêté. Il sourit finalement légèrement, desserrant ses doigts de la toile, laissant un peu glisser, puis il relève les yeux sur ceux de son vis à vis.

« Ça te va très bien... Tu ne devrais pas le cacher. Il fait exceptionnellement bon ce soir. »

Il se mord un peu la lèvre, se penchant pour venir murmurer à l'oreille du jeune homme.

« Et puis si tu as froid, je te réchaufferais. »

Bon avec tout ce qu'il vient de faire subir à Yuki, il risque fort de se prendre une gifle, un coup dans les parties intimes même et accessoirement faire partir Yuki avec un flot d'insultes. Mais il est sincère, il est peut-être bizarre mais il est comme il est. En plus la nuit est belle, il fait vraiment bon, le parc est plutôt sympa à cette heure-ci, alors que demander de plus ?

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   Ven 11 Mai - 10:15


Yuki arriva donc en retard d’une bonne vingtaine de minute. Il espérait qu’il était encore là, mais dans le fond, ne se faisait que peu d’illusion. Ces rendez-vous nocturnes étaient importants pour tous les deux, au point qu’aucun ne les loupait sans raison. Yuki ne savait pas pourquoi il avait tant besoin de ces rendez-vous, cela devenait à chaque fois plus vital à ses yeux. Une bouffée d’air frais, pourtant … il n’en donnait pas l’impression au vu de son comportement. Il ne cessait, pendant ces rendez-vous de dire des mots blessants, vexants… A croire que la seule chose qu’il cherchait était de blesser Takeru. Pourtant, il était la personne qu’il estimait le plus en ce monde. En s’approchant du point de rendez-vous, il ne cessait de se demander s’il était encore là. Est-il capable de l’attendre vingt minutes, juste pour lui… juste pour le voir. Yuki avait un peu de mal à croire que quelqu’un face tant d’effort, mais, il n’avait pas reçu de message. Il était persuadé que Takeru lui en aurait envoyé un avant de partir quand même.

Ses pas ne changèrent cependant pas d’allures. Il s’était légèrement maquillé, et s’il se mettait à transpirer, il aurait un visage réellement affreux. Déjà qu’il se trouvait ridicule, il était maquillé dans des tons bleuté, telle la nuit qui descend dans leur monde de ténèbres et il portait une toile jaune. Il était persuadé qu’il allait lui dire quelque chose à ce sujet, il n’avait plus le sens des couleurs ? Etc. Dans sa tête, Yuki se passait toutes les phrases que pouvaient lui sortir Takeru. Et, il se blessait lui-même en se disant qu’il avait finalement été en retard pour rien, il aurait mieux fait de sortir avec son pyjama, ou en grand pull qui couvre absolument tout. Il se mordit la lèvre, et il le vit, il était donc encore là. Yuki ne put retenir un petit sourire à le voir toujours là, en train de l’attendre.

Il se sentit soudainement ridicule de s’être caché en voyant la tenue de Takeru. Cette tenue bleue nuit, ce tissu qui couvrait son corps laissait deviner avec une exactitude déconcertante chaque courbe du magnifique corps de Takeru. Pour être franc, en cet instant, Yuki le trouva même plus beau, plus envoûtant encore que leur première rencontre où il était déjà d’une beauté qu’il n’avait su ensuite inégalé. Malgré ses mots, malgré ce qu’il avait put dire ce jour là, à ses yeux, Takeru avait tout pour être un vampire, il était d’une beauté ténébreuse… presque surnaturelle. Pourtant, ce jour là, il ne lui avait pas dit ça. Bien au contraire, il lui avait clairement fait comprendre qu’à ses yeux il était trop laid pour être un vampire.

Yuki continua de marcher, s’avançant vers lui. Il changea de visage pour ne rien laisser paraître de ce qu’il pensait. Il ne voulait pas qu’il se rende compte. Il préférait rester dans le rôle du chat plutôt que de devenir le jouet de Takeru, il craignait le jour où il réaliserait les autres côtés de Yuki. Une fragilité que Takeru ne voyait pas, mais qu’il pouvait facilement deviner. « Tu es vraiment mignon ce soir, on dirait un adorable petit poussin. ». Le ton était donc donné ! Il le laissa cependant prendre la main, il n’avait aucune idée de ce qu’il avait en tête. Il se mordit la lèvre et le regarda, admira un instant les cheveux qui tombaient sur sa nuque et il l’écouta. « Je voulais te voir, avoir de tes nouvelles. Mais dis-moi… pourquoi portes-tu ce sac poubelle ?... Il ne va pas pleuvoir ! Mais c’est bien, ça nous fera une protection pour s’asseoir dans l’herbe. ».

Il n’en revenait pas, il avait osé dire qu’il s’habillait avec un sac poubelle ? Il voulait réellement le mettre en colère. En même temps, il se rendit compte qu’il aurait dit la même chose si Takeru s’était présenté devant lui avec une horreur pareille. Il soupira un peu, et ils arrivèrent dans un petit endroit tranquille du parc où ils allaient sûrement pouvoir passer toute la soirée. Cependant, Yuki ne voulait pas enlever son parka. Il le regarda en tentant donc de protester.

    Yuki – « Ce n’est quand même pas un sac poubelle… Et j’aimerais bien le garder sur… »


Moi… ? Il n’avait pas eu le temps de dire quoique ce soit qu’il se retrouva face à Takeru qui, d’une habilité déconcertante retira son haut. Il se mordit l’intérieur de la joue, et il le regardait faire, il vit alors le jeune homme devant lui s’arrêtait, et ne pas finir son geste. Il savait que du coup il pouvait voir la tenue qu’avait choisi Yuki. Un léger frisson le parcourut d’être ainsi face à son regard. Avant même de pouvoir réagir, de lui parler, il fut décontenancer légèrement par ce que lui avoua Takeru. « Ca te va très bien… Tu ne devrais pas le cacher. Il fait exceptionnellement bon ce soir. ».

Il ne sut quoi dire réellement. Répondre à une telle chose était tout bonnement impossible. Il se mordit un peu la lèvre en l’entendant murmurer au creux de son oreille « Et puis si tu as froid, je te réchaufferais. ». Les pensées de Yuki ne restèrent pas réellement sages longtemps. Il frissonna une nouvelle fois en fermant un peu les yeux. Ne sachant que dire, les joues rosies, il prit des mains de Takeru la tenue jaune vif qu’il venait de lui ôter et il la posa lui-même au sol pour poser ses fesses dessus. Il n’avait pas envie de se montrer faible, et encore moins touché par ce qu’il lui avait avoué. Pourtant, malgré les apparences, il était plus que touché, c’était pour lui, pour avoir un compliment de lui. Et maintenant qu’il l’avait, que faisait-il ? Rien !

Yuki ne savait plus quoi dire, c’était la première fois que Takeru devait voir le jeune homme se taire, ne pas réagir non plus. Il avait l’impression … mais ce n’était qu’une impression, la caresse qu’il avait senti n’était que celle du vêtement qu’on ôte. Il ne disait rien… Il était simplement calme. Et une fois assis, il se mit à regarder au loin, les gens jouaient avec leur lumière et il se mit à parler.

    Yuki – « En même temps, ce serait la moindre des choses que de me réchauffer si jamais j’ai froid ! »


Evidemment, que ce serait la moindre des choses, après tout Takeru lui avait ôté son parka jaune pour qu’ils le mettent par terre. Il sourit, et le regarda un instant avant de se décaler pour qu’il puisse aussi s’installer près de lui. Il se mordit la lèvre, avant de continuer à parler avec lui, il laissa son regard se promener sur le parc, il se souvint alors de son frère qui l’avait traîné et il murmura.

    Yuki – « Je n’y suis venu qu’une fois ici … Avec Fuyu … »


Tout en continuant de parler, il rapprocha ses jambes sur lui, replié comme ça, le menton sur les genoux, il avait un petit air … enfantin.

    Yuki – « En fait, vous vous ressemblez, vous avez les mêmes goûts ! »


Le ton de Yuki était doux, un sourire triste sur le visage pendant qu’il disait ça. Ce parc, il avait adoré y aller. Il avait alors découvert une cérémonie de lumière, et il avait été touché. Il était resté longtemps après tout le monde pour regarder les flammes s’éloigner. Fuyu l’avait regardé longtemps, lui demandant à quoi il pensait, mais son jumeau ne lui répondait pas, contemplant simplement les lumières en rêvant… en espérant. Yuki avait prié durant ce long moment où la magie était reine. Son frère quant à lui, attendait patiemment de voir Yuki revenir, il était d’une patience d’ange, un peu comme Takeru. Depuis tout ce temps, toutes ces insultes beaucoup auraient lâché prise, beaucoup aurait arrêté… mais ces réactions étaient à l’image de leur relation : masochiste. Tous les deux ne pouvaient se passer l’un de l’autre, cette tenue le prouvait un peu. Il l’avait mis pour Takeru, mais n’a juste pas su assumer jusqu’au bout.

Face à tant de douceur, Yuki se rendit soudainement compte que Takeru risquait de rire, de le juger d’être soudainement sentimental. Certes, le jeu commençait à changer, Takeru faisait des compliments, et … il donnait presque l’impression que Yuki était à son goût, mais ce n’était pas encore assez pour que Yuki pense qu’il aurait mieux fait d’être naturel et de ne pas lutter contre lui-même. Le but était de repousser Takeru, mais il devait quand même se rendre compte que cela ne fonctionnait absolument pas. Il tourna alors la tête vers lui, le visage de nouveau fermé comme à son habitude.

    Yuki – « Enfin, ne t’imagine pas qu’il suffit trois compliments pour pardonner l’affront que tu m’as fait, depuis quand tu t’amuses à déshabiller en public de surcroit les jeunes gens… Et avec une telle habilité ! Je crois que le pervers s’ajoute à tes innombrables défauts. »


Cette manière de parler, de dire les choses… Evidemment que Takeru avait des défauts, mais Yuki se rendait compte, que pour chaque défaut qu’il lui trouvait, une qualité lui correspondait. Il n’allait pas lui dire ça, il n’allait pas lui parler de qualité, sinon ce ne serait plus Yuki, il préféré de loin appuyer là où ça faisait mal avec tous les défauts qu’il pouvait avoir. Le regard de Yuki s’attarda un instant sur Takeru, comme s’il le jugeait. Pourtant, ce qu’il essayait de faire voir, n’était pas ce qu’il ressentait. Il donnait l’impression de juger, de dire « non mais franchement, quel malade ! »… Alors qu’en réalité, le fond de ses yeux admirait une nouvelle fois sa tenue, et le corps majestueux de Takeru.


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   Sam 12 Mai - 3:05


Takeru est parfois plein de surprises, mais ce que Yuki ignore probablement encore, c'est que quand le grand machin a quelque chose en tête.... Il fait preuve d'une détermination à toute épreuve. Certains en ont fait les frais et en font encore d'ailleurs. Il patiente, il est même prêt à rester là toute la nuit s'il le faut, attendre jusqu'à la limite de l'aurore, justement parce que Yuki pourrait arriver à tout moment, parce qu'il a eu tel ou tel empêchement. Ça lui fait mal au cœur d'imaginer ce sale gosse finalement arriver et ne trouver personne. Poser un lapin il n'aime pas ça. Alors oui il attend. Qu'est-ce que c'est vingt minutes après tout ? Dans une vie qui n'a pas de limite temporelle comme la sienne, ce n'est même pas un grain de poussière dans l'univers. D'ailleurs le voilà, son petit Pikachu.

Il a remarqué le maquillage, si bien que ça lui a mit la puce à l'oreille. Il sait que Yuki a parfois des idées bizarres mais à part emprunter le style étrange de son frère... Il a un certain goût esthétique vestimentaire. Bon c'est sûr qu'il n'est pas fashion victime comme Buki et lui mais... Un soir il irait bien l'emmener faire les boutiques.

C'est bien pour mettre un terme à ces paroles qui au fond ne l'amusent plus, qu'il a décidé ce soir d'être hermétique à toutes les méchancetés que pourrait lui dire son petit protégé, le faire céder et une bonne fois pour toute, savoir ce qu'éprouve réellement Yuki pour lui. Si c'est du réel dégoût et du mépris, alors peut-être qu'il le laissera tranquille même si ça lui fait mal de penser ça. Mais il sait, il est convaincu que Yuki ne le déteste pas. Pourquoi viendrait-il à chaque fois après tout ? Par pur besoin de se défouler et d'être méchant ? Il n'y croit pas un instant. Il n'est pas toujours le plus doué pour déceler qui sont réellement les gens mais il a perçu cette pointe dans le regard de Yuki qui le fait s'accrocher encore et encore. Masochiste ? Peut-être pas, juste patient. Amadouer la bête, se familiariser pour mieux le dompter et se faire accepter. C'est pourquoi, ce soir, Takeru risque de se prendre des coups et des vilaines paroles mais il ne se laissera pas démonter, il veut le déstabiliser. Yuki arrivant enfin, le défi commence.

Si Yu était venu en grand pull, ça n'aurait rendu Take que plus désireux de le prendre dans ses bras. Il craque pour les petites choses fragiles, c'est comme ça. Sans doute est-ce ce qui l'a fait fondre pour celui qui est devenu son père. Il se demande d'ailleurs comment se passera la rencontre entre son papa tant adoré et Yuki. Bah, c'est pas encore pour tout de suite.

La notion de beauté est bien toute relative. Yuki trouve peut-être Takeru beau comme un vampire, évidement il l'est, mais Takeru lui ne se sent pas du tout à la hauteur de certains de ses congénères. Ne serait-ce que son père... Bien sûr les sentiments qu'il a toujours eu pour lui jouent beaucoup dans son jugement mais... Il sait que la beauté de son cher Papa a toujours été au dessus de la moyenne. Bien au dessus. Yuki fera un magnifique vampire aussi... Il le sait. Cette pensée le fait à la fois sourire et mal au cœur. Il espère pouvoir le sauver, il l'espère du fond du cœur.

Sa remarque bien que taquine, n'est en rien méchante. Ça se voit dans le regard du vampire qu'il le trouve réellement mignon, comme les enfants qui portent ce genre de tenues et qui sont réellement adorables.

Yuki ignore lui aussi beaucoup de choses sur Takeru et en voilà une qu'il montre sans hésitation, la détermination. Il ne VEUT PAS voir cette chose sur Yuki... Il y a quelque chose qui cloche vu le maquillage, c'est tout simplement impossible qu'il porte ça alors qu'il s'est maquillé. Et oui, Takeru n'est pas dupe. Et en voyant la tenue, il est plus que surpris. Il avait vu Yuki dans des vêtements qui le mettent en valeur, mais ce soir... Il ne sait pas, il a le sentiment que c'est spécial. Aurait-il en fait tous les deux décidé de faire changer les choses ?

Un petit sourire au coin des lèvres après cette troublante proposition, bien sûr qu'il veut le réchauffer, mais il veut surtout réchauffer son cœur. Le voir agir ainsi le fait un peu plus sourire, le silence, aurait-il réussit à le déstabiliser un peu ? Une première victoire ? Si c'est le cas alors il n'est pas si mauvais que ça. Enfin, Yuki reprend la parole et ça le fait rire cette réaction. Sacré Yuki, décidément aussi déterminé hein ? Mais Takeru n'a pas dit son dernier mot, il n'a pas abattu toutes ses cartes, le jeu ne fait que commencer. Enfin... jeu n'est pas le mot car il ne joue pas, il veut sincèrement parvenir à briser cette foutu coquille de glace qui le garde éloigné de son petit démon.
Un sourire ? C'est bien un sourire qu'il voit ? Le premier qui n'est pas cynique depuis qu'ils se connaissent. Bien sûr il accompagne cette petite pique d'autorité, mais il sent que Yuki est sincère et même peut-être amusé ? Il lui fait même une place. Il ne se fait pas prier pour venir tout près de Yuki, en fait il se met tout contre lui, après tout le tissus n'est pas si grand vu la petite taille de crevette de Yuki, tant mieux, il veut cette proximité. Si Yuki le repousse alors tant pis mais... Il en profite ainsi pour l'écouter, regarder le parc et le groupe qui s'amuse avec les lumières. Même s'ils ne peuvent en voir beaucoup, il y a aussi quelques étoiles visibles. Le voyant un peu se recroqueviller en parlant de son frère, Takeru voit pour la première fois ce visage fragile et triste de Yuki. Sans lui demander son avis ou la permission, il se rapproche encore pour l'enlacer de ses bras. Lui tenir chaud, le réconforter, rester silencieux. Peut-être que ce n'est pas ce que Yuki voulait dire mais le fait qu'il le compare à Fuyu c'est comme un aveu finalement qu'il l'apprécie, et ça représente beaucoup. Avoir l'honneur d'être comparé à ce frère si spécial. Takeru ne veut pas le remplacer, c'est impossible, mais s'il peut le réconforter déjà c'est beaucoup.
Ses bras autour de Yuki qu'il trouve si petit contre lui, une simple impression, petit et fragile, ses mains entourant les bras du jeune homme, il caresse doucement la peau nu, toujours dans un parfait silence. Il ne veut pas rompre la rêverie et le souvenir de ce frère. Il sait que ce n'est pas bon mais il ne peut pas non plus lui dire de chasser un peu l'image de ce frère, on ne peut pas dire à quelqu'un d'oublier un être aimé, même si cette personne n'est plus.

Il allait dire quelque chose mais il sent Yuki se tourner, et ne l'empêche pas, si bien qu'il recule un peu, mais pas tellement. Son étreinte se retire, laissant peut-être Yuki en proie à une différence de température. A défaut d'être réellement chaud, Takeru fait barrière à la brise un peu fraîche. Bien sûr il s'est bien nourrit avant de venir alors son corps n'est pas froid. Ah décidément... Yuki... Sa remarque le fait rire, et sans détourner le regard, il vient poser son menton au creux de la main, son coude en appui sur son genou replié. Répondre à cette provocation ? Certainement pas... Il sourit un peu et change tout simplement de sujet.

« Tu as des yeux vraiment magnifiques tu sais ?... »

Un nouveau compliment, sincère, mais il perçoit cette petite étincelle qui malgré les efforts de son propriétaire, refuse totalement de disparaître. Cette petite étincelle qui hurle tout le contraire de ce que peut dire ou montrer Yuki. Ce soir il a décidé de ne plus l'ignorer, mais bien de l'attiser pour en faire un vrai brasier. Takeru n'a pas peur de se brûler car il n'abandonnera jamais.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   Sam 12 Mai - 10:42


Yuki l’avait invité à venir près de lui, c’était en même temps un peu pour ça qu’il l’avait déshabillé. Il n’allait pas le laisser le défringuer pour ensuite s’asseoir sur l’herbe. De toutes manières, il n’aurait pas pu, il n’aurait pas supporté d’abîmé sa magnifique tenue. Il était rare que Yuki apprécie réellement ce qu’il mettait, mais aujourd’hui, il avait fait un effort, et devant sa glace, il avait senti de l’assurance, une certaine fierté à porter ce genre de tenue. Malheureusement, il avait été incapable de continuer sur cette lancée, de chercher plus… Quelle bêtise ! Il se sentait idiot, car subitement, il se demanda comment ils auraient fait si jamais il n’avait pas acheté ce parka. Avec des si, on refait le monde après tout ! Car ils auraient sûrement changé de projet, ou ils se seraient assis là où des gens pouvaient les voir, c'est-à-dire sur un banc dans les allées du parc. Finalement, l’idée d’être là, dans les ténèbres, juste tous les deux lui plaisait bien plus.

Pourtant, sa tenue n’était pas adaptée au froid qui était en train de se lever. Et, il ne rechigna pas à le sentir le prendre contre lui. Takeru avait sans doute l’impression qu’il était triste en pensant à son frère, c’était évidemment le cas, mais ce n’était pas les bras de Takeru qui le consolerait, car il ne pourrait le ramener. Alors, ce qui apaisa doucement Yuki c’était finalement la chaleur, le fait qu’on le serre, qu’on fasse quelque chose pour lui sans rien attendre réellement de lui. Non parce que Take n’était pas dupe, obtenir quelque chose de Yuki était une des plus périlleuses missions qu’il lui eut été confié. Il ferma cependant un instant les yeux, s’oubliant contre la douce et faible chaleur de son compagnon, protégé du froid il se sentait déjà mieux.

Lorsqu’il se met à lui parler de nouveau, il regrette de sentir Takeru lui échappait, il aurait aimé qu’il reste, pouvoir plus longtemps encore sentir sa chaleur. Un frisson ce mit à le parcourir d’ailleurs du à ce changement brutal de température. Mais il n’allait pas demander à Takeru de revenir. Non, il n’était pas de ce genre là, il l’aurait plutôt exigé dans une phrase encore acidulé. Mais qu’importe, de toutes manières son odeur de jasmin pouvait ne pas plaire à Takeru. Lui adoré son shampoing et son gel douche qui étaient assorti, mais ce n’était sûrement pas le cas de son compagnon qui n’en avait de toutes manière que faire de l’odeur de Yuki. Il le regarda se mettre dans la position qu’il voulait, attendant une réponse, mais rien ne venait… Enfin si… quelque chose, qui n’était pas ce qu’il attendait.

« Tu as des yeux vraiment magnifiques tu sais ?... », non, Yuki ne s’attendait vraiment pas à ce genre de réparti, qu’est-ce qui prenait subitement à Takeru de lui parler de la sorte ? Pourquoi maintenant ? Yuki n’avait jamais eu ce genre de compliment et ses joues s’empourprèrent assez rapidement. Il était touché qu’on lui dise ça, loin d’être un cœur de pierre comme il voulait si souvent le faire croire, il était touché, attendrit même à ces dires, ces paroles. Il se mordit un peu la lèvre, et Takeru put voir un visage légèrement décontenancé, il avait pris le jeune homme au dépourvu. Et, même si le but de ce jour avait été d’avoir un compliment, maintenant qu’il en avait, il ignorait comment réagir. Il se sentait perdu se demandant où était le Takeru qu’il connaissait, celui qui se moquait, qui … le rabaissait et le blessait parfois sans s’en rendre compte, aussi assurément que Yuki pouvait le blesser.

Le temps d’un instant, Yuki se dit que c’était sûrement sa manière de lui dire au revoir, ce ne serait pas la première fois que finalement on lâchait prise. Takeru avait mieux à faire que de traîné avec un sale mioche comme il le disait si bien. Il n’était pas idiot, il savait que cette amitié ne pouvait durer. Yuki eut alors la sensation de tout perdre, que tout s’échapper, filé comme le vent loin de lui. Takeru voulait lui en mettre plein la vu avant de partir, avant de disparaître… Tout était en train de s’expliquer dans l’esprit de Yuki. Il avait bien vu, à ses yeux, ce ne pouvait être que la seule explication. Il pouvait donc le retenir, faire en sorte de s’accrocher et le supplier aussi pitoyablement que possible de rester… ou… il pouvait le laisser partir. Dans l’esprit du jeune nippon pourtant aucune des deux solutions n’étaient acceptable !

Takeru n’avait juste pas le droit de s’en aller, pas le droit de l’abandonner, il était à lui ! Cette pensée terrifia alors légèrement Yuki. A lui ? Depuis quand avait-il se genre de penser pour un ami ? Il était en train de devenir fou, mais avant que ces yeux ne trahissent tout le tumulte qui était en train de se produire dans sa tête, il voulut parler, ne pas lui laisser le temps de voir ce qu’il ressentait, ce qu’il pensait car ce serait la fin de tout ! Yuki ne devait pas s’attacher, il devait mettre une distance entre lui et le monde … Partir sans regretter et sans être regretté, c’est ce qu’il s’était juré. Il le regarda alors dans les yeux pour parler ne se doutant pas qu’au fond, c’était justement eux qui depuis le début de leur relation le trahissait.

    Yuki – « Whoua, tu es si désespéré que tu essayes de voir si ces vieilles techniques fonctionnent ? »


Yuki posa alors ses mains sur l’herbe qui était fraîche et il en profita pour basculer la tête en arrière toujours avec un petit rire moqueur. Il regarda un instant le ciel, ce ciel si peu étoilé, mais pourtant, à ses yeux, c’était le plus beau ciel qu’il n’avait jamais vu. Takeru était un peu comme Fuyu, sur bien des aspects, il était capable de calmer Yuki, de le rendre simplement heureux par sa présence. C’est ce qui d’ailleurs effrayait d’autant plus le jeune homme. Comment cet être, qu’il ne connaissait pas si bien que ça… pouvait agir de la sorte sur lui ? Il se sentait vivant à ses côtés… Pourtant il n’avait pas le droit, par respect, la distance devait continuer d’exister. Cette distance qui lui fera perdre Takeru. Il le savait, le jeu devait cesser, et dans ce cas deux solutions : le chat avale la souris ou … le chat se trouve une autre souris.

Il bascula alors la tête pour regarder Takeru, il ne devait pas empêcher son chat de se trouver une autre souris. Il était de son devoir de l’aider. Et c’est avec un regard déterminé, et plus que sur de lui et de sa décision qu’il s’exclama avec une assurance presque … déconcertante tant il semblait sûr de sa bonne idée.

    Yuki – « Tu sais quoi, en prévision de ton anniversaire, je veux bien faire un effort, et entrer dans ton petit jeu… »


Il souriait, comme un enfant, fier de pouvoir rendre service à Takeru. Après tout, il ne pouvait pas se trouver une bonne souris avec ce genre de phrase, il allait ainsi devenir son coach ! Yuki était déterminé à faire en sorte que Takeru devienne un véritable bourreau des cœurs. Dans le fond, il avait déjà l’allure, il savait comment s’y prendre pour approcher et charmer, mais dès qu’il ouvrait la bouche… comme pour dire ce genre de phrase qu’il aurait mieux fait de ne pas dépoussiérer il se vieillissait d’au moins 60 ans … Ce n’était pas une bonne chose ! Certes, le ringard revenait à la mode forcément un jour, mais ça non, c’était impossible qu’un jour cela retrouve sa place dans les manuels de drague.

Yuki voulait aussi un peu ce la jouer. Il était loin d’être le mieux placer pour parler de drague. Il ne savait pas comment ça faisait pour ne l’avoir ni pratiqué, ni même jamais subit. A contrario de son frère qui s’était fait courtiser une ou deux fois par de ravissante jeunes filles qui vivaient près de chez eux et les voyait sortir. Il avait toujours refusé à cause de lui. Il savait qu’il avait été un frein à bien des choses pour Fuyu. Lui, n’avait jamais attiré personne, et son frère, par respect ne voulait pas mettre sous son nez le charme qu’il avait et qui provoquait l’émoi chez les demoiselles de son âge. Ce que Yuki ne lui avait cependant jamais dit, c’est que de toutes manières, il était plus du genre à regarder les grands frères des demoiselles que celles-ci !

Quel doux moment de rêverie que de repenser à son tout premier coup de cœur, un jeune homme … tellement beau et tellement classe qu’il en fut ébahi. Cet homme, il l’avait vu pendant sept mois durant passait devant sa fenêtre pour rejoindre sa dulcinée. C’était quoi cette mode d’être hétéro franchement ? Puis, plus rien, il avait disparu, tout comme elle qui avait déménagé. Yuki restait de nouveau seul. Finalement, repensait à tout ça n’était pas une bonne idée car cela le renvoyait à une nouvelle fois à la solitude. Solitude qu’il voulait quitter au fond de son cœur, mais son esprit s’y refusait. Toutefois, à cet instant, il faisait preuve d’humanité, d’amitié envers Takeru.

    Yuki – « Comme ça, tu ne pourras pas dire que je ne te gâte pas, alors vas-y continue … entraine toi, peut-être qu’un jour tu sauras plaire à quelqu’un ! »


Enfin, cette gentillesse ne pouvait que s’accompagnait d’une petite pique … Légère et faible, presque pas pensé, car à ses yeux … il aurait pu faire tomber qui il voulait. Mais, sa langue, pire que cette d’une vipère ne pouvait tout bonnement pas accepter de laisser transparaître l’idée que Takeru pouvait avoir qui il souhaitait !

    Yuki – « Même si c’est loin d’être gagné franchement ! »



Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   Mar 15 Mai - 8:49


Takeru aime être près de Yuki, ça se voit, ravi d'être là ce soir, près du petit emmerdeur qu'il apprécie plus que la raison humaine permet de comprendre, quoi que c'est bien connu, les gens sont plus attirés par les enfoirés, même si Yuki n'en est pas encore là. C'est bien ce petit quelque chose au fond des yeux que Takeru veut faire sortir. D'ailleurs il ne se serait pas assit sur l'herbe, soit il serait resté debout, soit il aurait poussé le vice à prendre Yuki sur lui pour lui prendre sa place. Au moins à cet endroit ils peuvent faire un peu tout ce qu'ils veulent. Et le spectacle des lumières est plus beau vu d'ici.

A défaut d'avoir le petit démon sur lui, il le prend dans ses bras, savourant sa chaleur, les battements de son cœur, son odeur aussi, car même si Takeru ne l'a jamais dit, il adore l'odeur de Yuki, son parfum, sa saveur. Au contraire, il adore vraiment, malgré ce que visiblement peu penser Yuki. Mais la réciproque est-elle de mise ? Le vampire aussi apprécie les senteurs fleuries, tant que ça ne fait pas filles, en fait, lui sent plutôt le cèdre, il adore ce parfum.

Takeru se retient difficilement de poser les lèvres sur la nuque délicate, sur le cou du jeune homme, pour le plaisir de sentir la douceur de sa peau sur ses lèvres, mais il patientera encore un peu, déjà pouvoir le prendre ainsi est quelque chose d'appréciable. Lorsqu'il le laisse finalement, il voit le frisson et vient poser son espèce de châle sur les épaules, ce n'est pas très chaud car il est fort ajouré mais ça apporte quand même un peu de chaleur, grande étole de laine, pliée en deux ça couvre un peu plus.

Il s'attendait bien à des reproches, alors il laisse dire... Lui offrant plutôt un compliment. Bien entendu, cela ne fait que provoquer une réaction digne de Yuki... Quelle plaie... Ce ne sera pas facile... Mais il ne compte pas se laisser abattre comme ça. Il a bien conscience que ce changement d'attitude ne peut que troubler et décontenancer Yuki mais pas spécialement dans le bon sens... Alors il va redoubler d'effort et de patience. Voir les joues de Yuki prendre une adorable couleur rose lui assure, malgré les paroles qui vont suivre, que tout ça le touche, et qu'il apprécie, sinon, s'il s'en fichait, il ne réagirait pas.

Idiot... Yuki tu n'es qu'un idiot... De penser que Takeru pourrait songer à partir, à quitter. Visiblement il ne le connaît pas si bien que ça... Évidement, il ne peut pas lire les pensées mais il voit dans le regard tout ce que peut laisser passer Yuki malgré lui. Voir le désespoir même passer dans le regard de Yuki une fraction de seconde avant qu'il ne reprenne contenance, ça lui fait mal au cœur. Mais à quoi peut-il bien penser à cet instant ?! Il ne peut poser la question car ça pourrait être suspicieux, mais ça lui coûte franchement ! Il a beau essayer de le cacher, la capacité d'observation d'un vampire est beaucoup plus rapide qu'un humain. Ce qui peut sembler une fraction de seconde pour un humain est pour les sens vampiriques, presque une éternité. Bien sûr ce n'est pas tout à fait le cas mais... Takeru l'a aperçut, ce trouble, une partie de ce trouble en tout cas.

Désespéré ?... En un sens... Oui... Takeru est désespéré... Il a peur chaque crépuscule d'apprendre que l'état de santé de son petit démon s'est aggravé, qu'il n'ai le temps de trouver une solution, qu'il n'ai le temps de trouver quelqu'un qui puisse le sauver. La solution extrême du vampire n'est pas si facile à prendre. Lui ne peut pas le faire, il faut donc obligatoirement passer par quelqu'un. Son père refusera, alors qui ?... C'est ça qui désespère Takeru.

« Je ne suis pas désespéré, loin de là, je n'ai aucun soucis à ce niveau là pour avoir qui je désire si je le désire. Et puis je suis peut-être plus vieux que tu ne le crois... »

Chat... Souris... Oui Takeru adore les chats et il peut parfois en être un mais il n'en a rien à faire d'une prétendue autre souris. Ce n'est pas un jeu, il ne veut pas dévorer le jeune homme pour passer au suivant. Visiblement Yuki se donne une image de Takeru totalement erronée, et ça pourrait profondément blesser le vampire. Que les autres croient ça il s'en moque, mais pas ses amis, pas ses proches.

Qu'est-ce qu'il raconte maintenant avec son histoire d'anniversaire ? Yuki ne connaît pas la date, car Takeru n'en a jamais parlé, il refuse de parler d'anniversaire car le seul qui compte c'est celui de sa naissance vampirique. Sa naissance humaine appartient à une autre vie, et cet anniversaire là il ne le célèbre qu'avec son père. Loin de sourire, le regard de Takeru s'endurcit un peu. Il n'aime pas du tout ce qui est en train de se passer, de se dire. Il se redresse un peu plus, le laissant finir, mais il n'est pas QUESTION qu'il le laisse penser n'importe quoi. Ce jeu là Takeru n'est pas prêt du tout de se laisser embarquer dedans ! Il ne voulait pas le blesser il ne voulait pas dire de méchanceté ce soir et rester patient mais la réaction impulsive à ce genre d'attitude il ne peut pas le contrôler. Cependant il refrène son impulsivité. Pas question de céder... Non il doit se contrôler, il ne veut pas perdre le défi qu'il s'est lui même lancé. Pas un seul compliment il n'a eu encore et ça commence sérieusement à lui faire mal, alors sa réaction risque d'être un peu brusque. Takeru ignore tout de la vie amoureuse ou non de Yuki ou de son frère, ce sont des choses qui ne sont encore jamais venue dans leurs conversations. N'a-t-il donc pas plus de valeur qu'un vieux souvenir ? N'est-il dont pas assez bien pour lui ? Yuki croit-il réellement qu'il fait preuve d'humanité et d'amitié à dire ce genre de vacheries ? D'agir ainsi ? C'en est trop, réellement trop cette fois pour Takeru, même lui a ses limites et ce soir cette limite a été franchie.

Puisqu'il est si borné, si aveugle, il est grand temps qu'il lui ouvre les yeux, qu'il mette un terme à tout ça et qu'il lui mette les points sur les I comme on dit. Saisissant Yuki par les épaules, d'un geste aussi vif que rapide et habile, comme lorsqu'il lui a ôté son ''sac poubelle'', Takeru se retrouve sur Yuki, et le jeune humain couché sur le sol. Pas sur l'herbe, Yuki pourrait d'ailleurs se demander ce qui lui est arrivé et bien que ce ne doit sans doute pas être le cadet de ses soucis à l'instant, Yuki est protégé de sa parka mais aussi du châle, qu'il ne soit ni salit ni qu'il ai froid. Takeru le dominant, à califourchon, les genoux de chaque côté de lui. Son regard est plus que sérieux, plus qu'intense, presque furieux et inquiétant. Si Yuki n'avait pas réalisé que ce grand machin pouvait en effet réellement être un vampire, à cet instant on pourrait franchement se poser la question. Même pas la peine d'essayer de te débattre, de te rebeller, d'essayer de te sauver, ce regard là on ne peut que rester calme et écouter. Oui c'est le genre de regard pénétrant et envoûtant qui immobilise n'importe qui. Pourtant il n'use d'aucun pouvoir à cet instant. C'est juste que là Yuki a dépassé les bornes...

« Écoutes moi bien maintenant, imbécile. Déjà tu ignores totalement quand est mon anniversaire. Cet événement je ne le réserve qu'à une seule personne et c'est mon père. Ensuite, que peux-tu bien savoir de moi, tu ne fais que m'insulter, me dénigrer, me repousser et m'enfoncer. Mais j'en ai assez de ce petit jeu là. J'ai vu dans ton regard une étincelle qui me dit tout le contraire. A quoi tu joues sincèrement ? Qu'est-ce que tu espère à agir de la sorte ? Que je finisse par me tirer en te laissant seul ? C'est ça que tu espères ? Et bien tu peux toujours attendre car je ne suis pas ce genre qui se laisse manipuler. Je suis entré dans ton jeu lors de notre rencontre parce que je trouvais ça distrayant et amusant, mais là c'est fini. Je ne joue plus ! J'en ai rien à cirer d'apprendre à charmer les autres, je n'ai pas besoin de toi pour ça, crois moi. C'est TOI que je veux, ton cœur que je veux toucher, ton âme que je veux voir ! C'est donc trop te demander ? Tu ignores tellement de choses à mon sujet mais peut-être qu'après tout je suis le seul à vouloir réellement voir ce qu'il se cache derrière les apparences ? Tu pourras essayer autant que tu le voudras de me rejeter, je ne lâcherais pas l'affaire. Tu peux même disparaître d'une nuit au lendemain, je te retrouverais. Il est temps que les choses changent, et que tu comprennes que tu n'es pas seul... Que tu ne le seras plus jamais ! »

Oui il fallait que ça sorte. Qu'il n’essaie pas de protester non plus, qu'il n'essaie pas de dire quoi que ce soit. Takeru relâche finalement une les épaules de Yuki, ne le bloquant ainsi plus, même si au fond il n'avait pas mit son poids sur le jeune homme pour ne pas lui faire mal. Le prenant dans ses bras, comme si ce n'était qu'une poupée docile, le tenant d'un bras autour de la taille, l'autre main sur l'arrière de la tête, le tenant fermement. Non, Yuki ne peut rien faire, Takeru est trop.... ''fort'' ? Trop ''rapide'' ? En tout cas Yuki peut sentir une certaine puissance dans ce ténébreux, une puissance plutôt étrange. Une rapide hésitation, mais si Yuki tente la moindre parole de protestation, il le fera taire immédiatement, scellant ses lèvres à celle de l'humain. Pas juste un baiser impulsif comme pour dire ''tais-toi'', mais un baiser qui semble avoir été retenu depuis longtemps. Sans doute que ça ne plaira pas à Yuki mais il y a des moments où même les créatures à la patience d'ange comme Takeru, atteignent leur limite. Un murmure ensuite, toujours contre les lèvres de l'humain. « Ouvres moi ton cœur... Yuki... S'il te plaît... »

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   Lun 21 Mai - 10:58


Yuki ne lui avait jamais dit le moindre compliment au sujet de son parfum, pourtant, il l’avait toujours apprécié. Le cèdre était une odeur aussi forte que délicate, il avait l’impression que cela ne faisait que redoublait la virilité de Takeru. Déjà qu’aux yeux de Yuki il était terriblement séduisant, il apparaissait comme un véritable homme, avec de l’expérience, de … l’assurance et tout ce qu’il fallait pour faire succomber n’importe quelle midinette en manque – ou pas d’ailleurs. Il savait que Takeru devait avoir plus d’une fane, c’est peut-être ça aussi qui le poussait à être méchant, ne pas être : un parmi tous les autres. C’était parfois idiot de penser de la sorte, il devait se rendre compte, pourtant, il ne parvenait pas à ouvrir les yeux. Il continuait d’avoir peur, de se dire : je ne dois pas m’attacher à cet homme, et pourtant, plus le temps passé, et plus il avait envie de le découvrir. Il se rendait facilement compte qu’il ne le connaissait pas, pas encore assez… Pourtant, quelque chose l’attirait, faisait qu’il n’avait jamais loupé un rendez vous et qu’il avait peur de le perdre.

Peut-être qu’ne ouvrant les yeux, il se rendrait compte qu’il le blessait inutilement car l’un comme l’autre ne cessait de s’approcher, de vouloir toujours plus. Le jeu n’en était plus un depuis tellement longtemps, mais Yuki ne souhaitait pas se rendre compte de certaines choses, pour lui, il ne fallait pas qu’il l’avoue, car si c’était le cas, ce serait définitivement terminé. Pourtant, en regardant les choses en face, il voyait bien qu’il se mentait à lui-même. Il savait bien qu’il s’était déjà attaché à outrance, mais maintenant qu’il était dans ce rôle, il ne pouvait plus s’arrêter et dire ce qu’il pensait.

Ce qu’il pensait, le remercier d’une petite voix, douce, lorsqu’il dépose sur ses épaules le châle. Il frissonne encore un peu en fermant les yeux pour ressentir encore une fois l’odeur de son compagnon. Cette odeur est si délicieuse, il a l’impression que son corps est alors emplit de la chaleur de Takeru, pure impression ! Il se sent bien comme ça, rassurer, et si Takeru le regarde à cet instant, il voit bien qu’il est apaisé avec le petit châle sur ses épaules, le resserrant sur lui, il ne comptait aucunement le rentre à Takeru après. Malgré cela, aucun compliment, toujours rien. C’est comme si Takeru pouvait toujours attendre pour obtenir quoique ce soit de Yuki. Il voulait arriver à ses limites.

« Je ne suis pas désespéré, loin de là, je n'ai aucun soucis à ce niveau là pour avoir qui je désire si je le désire. Et puis je suis peut-être plus vieux que tu ne le crois... ». Et ses limites étaient en train d’être franchi, progressivement, mais sûrement Yuki était venu à bout de la barrière de patience de Takeru. Il le vit à son regard. Takeru était en train d’être en colère, il avait donc dit quelque chose de si terrible ? Il ne se rendait pas compte, il avait été comme d’ordinaire, toujours à parler de la même manière au plus grand regret de Takeru. La réaction d’ailleurs ne se fit pas attendre.

Il écarquilla les yeux en se voyant plaquer contre le sol, le châle qu’il tenait pourtant, il y a de cela quelques secondes encore sur le sol, et le parka bien mis. Il n’avait pas eu le temps de réaliser que Takeru s’était glissé au dessus de lui, le maintenant au sol sans pour autant lui faire mal. Yuki n’eut le temps de déglutir, il ne pouvait pas réagir, se posant juste la question de comment il avait fait. La voix de Takeru résonna alors, tonna de manière à être clairement comprise par Yuki, lui faisant aussi comprendre que toute protestation était inutile.

« Écoutes moi bien maintenant, imbécile. Déjà tu ignores totalement quand est mon anniversaire. Cet événement je ne le réserve qu'à une seule personne et c'est mon père. Ensuite, que peux-tu bien savoir de moi, tu ne fais que m'insulter, me dénigrer, me repousser et m'enfoncer. Mais j'en ai assez de ce petit jeu là. J'ai vu dans ton regard une étincelle qui me dit tout le contraire. A quoi tu joues sincèrement ? Qu'est-ce que tu espère à agir de la sorte ? Que je finisse par me tirer en te laissant seul ? C'est ça que tu espères ? Et bien tu peux toujours attendre car je ne suis pas ce genre qui se laisse manipuler. Je suis entré dans ton jeu lors de notre rencontre parce que je trouvais ça distrayant et amusant, mais là c'est fini. Je ne joue plus ! J'en ai rien à cirer d'apprendre à charmer les autres, je n'ai pas besoin de toi pour ça, crois moi. C'est TOI que je veux, ton cœur que je veux toucher, ton âme que je veux voir ! C'est donc trop te demander ? Tu ignores tellement de choses à mon sujet mais peut-être qu'après tout je suis le seul à vouloir réellement voir ce qu'il se cache derrière les apparences ? Tu pourras essayer autant que tu le voudras de me rejeter, je ne lâcherais pas l'affaire. Tu peux même disparaître d'une nuit au lendemain, je te retrouverais. Il est temps que les choses changent, et que tu comprennes que tu n'es pas seul... Que tu ne le seras plus jamais ! »

Lui dire ça de la sorte le blessa au plus haut point. Comme quoi lui non plus ne veut pas tout dire, l’anniversaire, etc. Ce sont aussi des secrets que Takeru fait sur sa vie. Il se ferme, son visage n’exprime rien, il déglutit encore une fois se faisant manipuler comme une simple poupée. Il ne pouvait même pas bouger, pas protester, il ne disait rien qu’il sentit les lèvres de Takeru sur les siennes pour lui offrir une doux et tendre baiser. « Ouvres moi ton cœur... Yuki... S'il te plaît... ». Il continuait de laisser son regard dans le sien. Il ne disait rien, un tendre baiser et une demande, c’est tout ce que voulait Takeru, mais est-ce que Yuki voulait dans le fond réellement le faire ? Voulait-il laisser définitivement Takeru entrer dans sa voix. Même si, dans le fond, c’était un désir de Yuki.

Toutefois, il ne se mit par à râler, à protester… à crier et se débattre. Ce n’était pas réellement le pouvoir de Takeru qui causait ça, il n’avait en réalité par envie de bouger de ses bras sentant une chaleur l’envahir. Yuki était un jeune homme plus que sensible malgré l’apparence dur et intransigeante qu’il se donnait pour tenir éloigner les autres. Il restait tout contre lui, et, pour la première fois, il va dire une parole gentille, une parole qui laisse voir cette fragilité grandir dans ses yeux, tandis qu’il tremblait un peu.

    Yuki – « Je ne mérite pas tout ça, toutes ces attentions auraient dû être pour Fuyu ».


Il ne cesserait de le penser, de se dire que Fuyu devrait être là, contre Takeru à sa place, pourtant, Yuki était sous le charme, ses joues roses, son cœur qui battait obligatoirement plus fort en cet instant, cette étreinte qu’il ne quittait pas. Ouvrir son cœur, il vient de le faire, de le dire clairement. Yuki voulait faire revivre son frère, mais il n’était pas en quête de l’immortalité, il se savait condamner et voulait mourir dans un sens, il ne méritait que ça. Il ne cessait de se dire que tout était de sa faute, que c’est comme s’il avait ouvert lui-même le rideau ce jour là car il avait dit une parole plus que blessante. Il n’avait jamais cru, mais il n’avait pas le droit d’interdire son frère d’y croire. Alors qu’il était aussi proche, son souffle doucement se répandre sur Takeru qui pour la première fois apparaissait étrange.

Etait-il ce qu’il cherchait ? Ce n’était pas réellement la préoccupation première, peut-être qu’il se reposera la question une fois chez lui… tranquillement reposé, car pour le moment tellement de choses se bousculaient dans sa tête qu’il serait difficile de tout énumérer. Mais là, à cet instant, il avait envie de lui répondre, il ne fut pas capable de le faire avant. En effet, Takeru l’avait comme hypnotisé et laissé là sans rien dire, sans possibilité de se défendre… ce qui n’était pas le genre de Yuki, mais il pouvait comprendre qu’il avait peur d’un éclat de rire, ou toute autre chose qui ressemblait tellement au moon child capable de blesser avec une seule phrase. Mais là, il n’était pas que touché, il avait comme un certain soulagement, de savoir que Takeru resterait avec lui quoiqu’il arrive, qu’il s’accrochera pour ne pas disparaître de sa vie. Lui, et personne d’autre ? C’était si étrange comme sentiment.

    Yuki – « Si jamais on ne cessait de jouer, on pourrait se dire au revoir sans le moindre mal. Personne ne serait blessé, on n’aurait juste eu un petit regret … »


Il venait pour la première fois de parler honnêtement à Takeru, de lui dire pourquoi ces méchancetés, il ne voulait pas s’accrocher, il refusait tout simplement d’être proche, de tomber amoureux. Car Takeru ne le laissait pas insensible, et il savait qu’il ne fallait que très peu pour le faire succomber au piège de tomber sous son charme. Toutefois, des secrets persistaient encore et toujours dans cette relation, l’un comme l’autre ne disait pas tout. Et d’ailleurs, il continua, après avoir déglutit pour prendre du courage, sa voix était plus faible, presque pour ne pas être audible dans le fond.

    Yuki – « Si jamais … tu trouvais quelqu’un d’autre, on aurait tourné la page, et nous n’aurions été qu’un souvenir … »


Ce qu’ils étaient un peu pour le moment car l’un comme l’autre ne s’ouvrait que difficilement, la preuve, il venait de se mettre en colère au sujet de l’anniversaire. Yuki ne savait pas que c’était un sujet sensible, d’ailleurs il avait un peu de mal à comprendre pourquoi. Mais, pour le moment, il restait comme ça, près de lui, il avait envie du châle, il aurait eu envie d’être bien comme ça emmitouflé, et d’ailleurs, il recommençait à avoir un peu froid, il lui demanda alors de se serrer encore plus contre lui pour sentir, ressentir la chaleur de Takeru qui lui permettrait d’être réchauffé. Cette demande était silencieuse, mais facilement compréhensible. Il s’était légèrement collé contre lui, demandant de son corps pour qu’il le prenne, le serre tout en le réchauffant, ses yeux se fermant un peu à cet instant, comme apaiser de cette présence. Pourtant, il ajouta un petit quelque chose.

    Yuki – « Mais, maintenant que tu m'as pris mon premier baiser ... comment pourrais-je faire de toi ... un souvenir ? »



Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   Jeu 31 Mai - 3:28


Le parfum de Takeru est soigneusement choisit, il sait après conseils de plusieurs amis et son propre goût qu'il est parfait pour lui, quelque chose d’envoûtant. Ce parfum là, c'est son Père qui l'a choisit en plus, alors il n'est probablement pas prêt d'en changer. Il serait heureux de savoir qu'en plus il plaît à Yuki. Cependant il se trompe, notre Yuki, Takeru plaît, mais il n'en a que faire des femmes, il n'en veut pas. Joueur, séducteur, il n'en profite même pas, des amants il n'en a pas tant que ça, voir pas du tout depuis un moment. Yuki est spécial sur bien des niveaux, mais ce serait difficile à expliquer... Ou peut-être tellement simple au contraire ?

Takeru a décidé de rompre ce jeu stupide trop sadique pour lui, il a atteint la limite il y a un petit moment déjà, et il a tenté d'envoyer quelques signaux, mais il savait que ce n'était pas assez évident, c'est pour ça que ce soir il a décidé de se lancer ce défi, c'est pour ça que ce soir il n'a pas supporté de perdre, pas supporté de se faire encore envoyer balader. En un sens il a perdu et ça lui fait mal. Mal à son ego mais surtout mal dans sa confiance, ne peut-il donc vraiment pas séduire et gagner le cœur de Yuki qu'en l'attaquant de front ? Lui qui justement peut avoir qui il veut par ses paroles et son charme, n'a pas réussit à briser la coquille de Yuki. Voir le frisson, le voir resserrer le châle le fait un peu sourire, lui donne une petite lueur d'espoir, qui se brise bien vite finalement. Un merci ne l'aurait pas tué. Mais c'est les paroles qui ont raison de sa patience, qui le pousse à agir aussi fermement, pas brutalement non, quoi que le ton et le geste en lui même prouvent bien qu'il est profondément blessé.
Les paroles qui suivent sont assez dure peut-être, mais il ne pouvait pas les revenir, il ne pouvait pas se taire d'avantage. Ça fait un petit moment déjà qu'il avait envie de lui dire de telles choses, à la fois fortes et puissantes, mais sans être méchantes, bien au contraire, comme une déclaration sur le ton du désespoir. Que doit-il réellement faire pour pouvoir obtenir la gentillesse et le cœur du jeune homme ? Ces choses qu'il met sous le nez de Yuki, ces choses qu'il ignore, il aurait aimé qu'il les saches, et c'est ce qu'il veut lui faire comprendre en le disant de cette façon. Oui il aurait aimé que Yuki connaissent ces détails. Quoi qu'il en soit, il espère sincèrement que les paroles toucheront enfin le cœur de ce petit idiot. Takeru est prêt depuis un moment déjà à franchir le pas, s'assagir pour n'être qu'avec une seule personne, et cette personne est Yuki. Il est évident qu'il continuera de ''séduire'' pour le boulot, mais ce ne sera plus Takeru, ce ne sera plus que Kurokami à l'avenir, et ce Kurokami là ne va jamais bien loin, juste charmant lors des soirées ou au club.

Une demande sincère, presque une supplication. Il y a peut-être une pointe de crainte de la part de Takeru, de ne pas pouvoir dire toutes ces choses, ne pas en avoir le temps. Il connaît la maladie de Yuki et il a peur un peu plus chaque nuit de ne pas le revoir. Il a peur aussi que cette nuit il a condamné son petit chéri, se déclaré ne précipiterait pas le destin ? Il espère sincèrement que non, ce serait définitivement la mort de la confiance de Takeru, sans doute n'oserait-il plus jamais s'approcher d'un humain dans le but de s'en faire un ami, il a perdu bien assez de gens, il n'a que trop souffert. Takeru le sait, que ce soit dans sa vie de vampire, ou comme fils de Membre du Conseil, sa vie nocturne est en train de changer. Il ne veut pas ôter la vie de Yuki, mais il est prêt à supplier son Père de le mordre, pour en faire son frère, pour l'avoir près de lui pour toujours. Mais il est peut-être encore un peu trop tôt pour ça.

Enfin Yuki ouvre la bouche, enfin les paroles ne sont pas venimeuses, et le ton tranchant comme une lame de Katana. Il perçoit justement la douceur et la tristesse dans la voix du jeune homme.

« Fuyu aurait eu qui il voulait, mais pas moi.... Désolé de te décevoir, je n'aime que les chieurs... »

Oui, une petite pique mais gentille, il veut le faire sourire, lui faire comprendre que c'est réellement Yuki qu'il veut.

« Si tu me connaissait mieux, tu saurais que les gentils petits anges je les adores mais ne sont rien de plus que d'adorables peluches. Je les aime, je les protège, adore passer du temps avec eux et aime beaucoup les câliner, mais je sais que je ne peux pas offrir mon cœur et désirer réellement un ange. Un ange déchu éventuellement. »

Il adore Junya, jamais il ne pourrait lui faire de mal, et jamais il ne pourrait se passer de sa présence, mais même s'il le trouve si beau et désirable physiquement, sa douceur et sa gentillesse l'empêche d'imaginer des vilaines choses, c'est presque de l'adoration de cette innocence qu'il dégage. Impossible pour Takeru d'oser songer à souiller cette créature parfaite. Personne n'a jamais dit qu'il n'avait pas quelques pensées plutôt étranges.

Pourtant Yuki lui donne encore mal par ses paroles, mais Takeru reste silencieux un moment, serrant juste la mâchoire. C'est ce qu'il pense vraiment après ce qu'il vient de dire et faire ? Yuki est-il réellement si fermé qu'il va encore le blesser ? Oui... La suite est encore plus blessante, mais blessante surtout par le désespoir de Yuki. L'étreinte se resserre, il n'a donc pas compris ?.... C'est inutile, définitivement inutile, de chercher à lui faire mal.

« Arrête... Tu souffrirais, je souffrirais et je ne comprends pas pourquoi il faudrait se séparer dans le but de se faire du mal. Je ne suis pas partis malgré tes paroles atroces, ce n'est pas maintenant que je t'ai livré mon cœur, que je vais disparaître... Tais-toi un peu... Je vais te laver la bouche de toutes ces vilaines paroles... Crois moi. Tu me connais bien mal si tu penses que je ne vis que de souvenirs... Il est temps d'apprendre à mieux nous connaître. D'accord ? »

Oui, et pas qu'un peu... Quoi qu'en un sens il a beaucoup trop de ''souvenirs'' et ces souvenirs le hanteront toujours, Yuki ne doit pas en devenir un de plus. Jamais.
Takeru ne s'est pas mis en colère pour l'anniversaire, pas du tout, mais pour l'attitude et les paroles de Yuki à chercher à l'éloigner encore, à le repousser. L'anniversaire n'est qu'un détail, mais ce n'est pas ça qui a fait craqué le vampire, mais bien le fait qu'il ne sache rien et ne cherche pas à savoir.

Sentir Yuki se blottir un peu plus, il l'enlace et l’emmitoufle un peu plus, il est bien, vraiment bien, lui n'a évidement pas froid, son corps réchauffé par Yuki, qui le réchauffe à nouveau. Ils pourront rester là encore un bon moment. Un petit sourire aux paroles de Yuki, enfin il entend quelque chose qui lui fait plaisir, les yeux clos, il effleure les lèvres du jeune homme.

« Pardonnes moi... Je peux te le rendre si tu veux, mais c'est à toi de venir le chercher... »

Oui, ce premier baiser peut devenir un jeu d'échange, récupérer son premier baiser, en échanger un nouveau, il espère que Yuki a au moins apprécié ce premier baiser. En un sens il s'en veut de lui avoir pris, il ignorait ce détail.

« Je ne savais pas que c'était ton premier baiser. Je suis désolé, mais j'espère que ce n'était pas désagréable. Je ne serais jamais qu'un souvenir, car je serais toujours avec toi. J'ai fais un choix. Kurokami pourrait finir par disparaître, ou peut-être pas, mais moi je veux être avec toi. Ça prendra du temps de te faire découvrir mon monde, mais je veux qu'on prenne le temps, je veux aussi découvrir le tien, je veux qu'on partage nos vies, puisqu'on partage déjà la nuit. »

Il n'avouera pas encore qu'il est lui aussi un enfant de la nuit, car il sait que ça engendrera de nouvelles émotions, très... trop fortes.... Sans doute du désespoir chez Yuki, une profonde dépression et il ne veut pas lui infliger ça ce soir. Son frère est mort à cause de lui pour quelque chose qui finalement existe, il sait parfaitement comment pourrait réagir Yuki. Pourtant, Takeru refuse de se dire que Yuki a tué son frère... Fubuki a été lâche de mourir ainsi, d'en finir de cette façon au lieu de s'accrocher encore... et Yuki avait le droit de ne pas y croire, il avait le droit de ne pas succomber à de faux espoirs. Mais il comprend l'un et l'autre.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   Ven 8 Juin - 21:37


Il avait gagné la partie cette fois, il était en train d’arriver au point de rupture, cette limite qu’il avait tant de fois frôler sans la toucher réellement, il venait de la franchir, et c’est, sans la moindre conscience des conséquences qu’il avait parlé, qu’il avait continué sur cette voie. Si Fuyu était encore vivant, il aurait vu depuis longtemps le petit jeu de son jumeau, un jeu dangereux où il ne se brûlait pas seulement les ailes, mais se consumait entièrement. On aurait dit qu’il s’était condamné tout seul à l’immolation publique, pourtant… il était le seul à se l’imposer. Il aurait pu être heureux, rire avec Takeru… comme avec un ami normal, mais cette relation, trop banale, trop ordinaire n’était pas celle que Yuki avait choisi pour eux deux. Il avait conscience qu’il n’avait pas laissé le choix. Takeru était toujours la cible de tous ses reproches, un peu comme s’il en était le responsable, mais c’était faux, chaque mot, chaque parole n’avait de sens réel qu’en comprenant que l’inverse.

Être là aujourd’hui prouver une chose toutefois. Il n’était pas face à quelqu’un qui se laisserait faire, son corps près du sien, son corps le bloquant au sol par une étrange force surnaturelle. Est-ce le moment ? Est-ce autre chose ? Il n’était pas même capable de réaliser, cet instant, ce moment qui s’est suspendu lorsque leurs corps se sont enfin touchés, non pas un mot de critique, pas un mot qui ne servait à rien d’autre qu’à blesser… le silence. Le reposant et parfait silence. Yuki n’avait rien à dire, son regard dans celui de son ami, on voyait qu’il était perdu, il semblait chercher quelque chose en vain. Ce n’était pas la bonne personne à ses yeux qui auraient mérité ce baiser. Contre le corps de Takeru, il en avait conscience, le chanceux qui aurait du posséder cet Apollon c’est son frère. Il aurait du être mort, il ne méritait pas de vivre. Pourtant, il n’attendait que des paroles comme celles de Takeru.

Ces mots, il aurait souhaité les entendre peut-être plus tôt, par ses parents aussi. Eux, ils disaient qu’il n’y en avait que pour Fuyu, comme si Yuki n’était qu’une personne de seconde zone, et encore… si ce n’est pas simplement la pire espèce qui n’a d’humain que la race à laquelle il appartient. Alors, juste entendre ça : « Fuyu aurait eu qui il voulait, mais pas moi.... Désolé de te décevoir, je n'aime que les chieurs... », Tout en fermant une seconde les yeux pour juste profiter de cette réalité qu’on lui offrait. Réalité ? Non, c’était plus un doux rêve qu’il aurait souhaité faire bien avant, mais qui n’arrive que bien trop tard. Trop tard… c’était malheureusement vrai, la mort approchait pour Yuki, et tandis qu’il cherchait une solution pour les vampires, pour son frère, il tentait de nier la cruelle réalité qui arrivait. Le temps passait, le temps filait et il ne parvenait pas à arrêter le sablier. La mort…

Il tentait de faire le fort avec son allure de chieur, mais il était sensible, peut-être trop. Il le regardait en l’écoutant de nouveau, son esprit vagabondant à chacune de ses paroles tout en laissant le silence survivre. Il n’avait pas besoin de dire beaucoup pour que Takeru entende et comprenne ce qu’il avait à dire. « Si tu me connaissais mieux, tu saurais que les gentils petits anges je les adore mais ne sont rien de plus que d'adorables peluches. Je les aime, je les protège, adore passer du temps avec eux et aime beaucoup les câliner, mais je sais que je ne peux pas offrir mon cœur et désirer réellement un ange. Un ange déchu éventuellement. ». Il n’avait que des compliments dit donc, à sa manière, Takeru aussi parvenait à parfois être blessant, dans l’esprit de Yuki tout du moins, il vécut ça un peu comme… une manière de dire qu’il n’était ni adorable, ni doux – ce qui était vrai -, ni même aussi beau qu’une douche peluche qu’on câline. Un ange déchu, à la rigueur ? Mais lui, selon ces mots ne semblaient pas l’être, juste un démon.

    Yuki – « Alors moi, je ne suis pas une adorable peluche, je suis juste … un chieur ? Une âme damnée à vivre parmi les ténèbres, je suis un démon. C’est cela ? Ou, j’ai un autre rôle dans ton esprit … ? »


Le regard de Yuki n’était pas violent, pas méchant, une simple question. Il venait de se remettre de cette déception de ne pas être comparé à un être céleste, mais dans le fond, il ne le blâmait pas, qui pourrait le comparer à un être sans défense ? Yuki savait très bien se battre, très bien… lutter contre la vie, pour la vie ! Il n’avait pas besoin de se prendre la tête à avoir besoin de quelqu’un. Peut-être que c’était ça qui le différenciait réellement de Fuyu, Yuki n’a jamais voulu avoir besoin de l’aide de qui que ce soit, il n’avait jamais voulu croire aux vampires, car à ses yeux, ils n’étaient rien d’autre qu’un fantasme de son frère qui pensait que cela résoudrait ses problèmes de santé, mais lorsqu’on est malade, on le reste. Ce n’est pas en priant qu’on guérit ! Yuki ne croyait pas aux miracles, et, sans doute n’y croirait-il jamais.

Pourtant, c’est un miracle en cet instant, Yuki était sagement dominé, il avait besoin de quelqu’un qui lui impose peut-être cette protection, une nouvelle manière de voir. Le regarder ainsi, voir un autre visage de Takeru plus déterminé que jamais émoustiller grandement l’adolescent, soyons honnête, il n’était pas insensible, et dans cette position de soumission, il avait bien ressenti quelque chose. Souffrir était inutile, pourtant, à la force de ses mots, c’est ce qu’il voulait faire, la raison était idiote… égoïste, mais il ne pouvait pas s’empêcher d’être… humain. « Arrête... Tu souffrirais, je souffrirais et je ne comprends pas pourquoi il faudrait se séparer dans le but de se faire du mal. Je ne suis pas partis malgré tes paroles atroces, ce n'est pas maintenant que je t'ai livré mon cœur, que je vais disparaître... Tais-toi un peu... Je vais te laver la bouche de toutes ces vilaines paroles... Crois-moi. Tu me connais bien mal si tu penses que je ne vis que de souvenirs... Il est temps d'apprendre à mieux nous connaître. D'accord ? »

Les mots de Takeru finissaient par le toucher, l’atteindre en plein cœur pour le faire réfléchir. Et, réussir à faire réfléchir au sujet de son comportement et d’une relation à plus juste titre était une chose difficile. Il se mordit légèrement la lèvre, se recroquevillant encore un peu plus contre le corps si puissant de Takeru. Et dans un souffle, un soupire pratiquement inaudible, comme voulant cacher, tel un terrible secret sa décision. Ce secret, qu’eux seuls partageront…

    Yuki – « Je suis d’accord avec toi… J’ai envie de te découvrir tu sais, te… connaître réellement. »


Tout en gardant ce même souffle, cette même manière de parler, il continua sur sa lancée et lui avoua, presque honteux, rouge… de ne pas avoir été capable de le lui dire en le regardant, il se cachait dans ses bras, ne croisant pas son regard qui savait si bien brisé toutes ses armures.

    Yuki – « Je vais commencer, je crois, en arrêtant de toujours t’agresser et en parlant plus honnêtement, comme : Je te trouve réellement magnifique ce soir, on dirait presque tu es irréel tellement tu es beau. »


Mais cette phrase passa presqu’aux oubliettes lorsqu’ils échangèrent leur tout premier baiser, et à plus forte raison, lorsque Yuki eut son tout premier baiser. L’avouer, n’était pas une chose facile, bien que facilement devinable quand on voit Yuki. Il était dur, intransigeant et cherchait à faire fuir les autres, personne de sain d’esprit n’aurait pris le temps de s’arrêter devant lui. Pourtant, Takeru l’avait fait, mais n’était-il pas fou ? Il avait répondu à un gamin, il était entré dans son jeu, et maintenant il se retrouvait à l’embrasser ? Il le laisse de nouveau effleurer ses lèvres avant de murmurer « Pardonnes moi... Je peux te le rendre si tu veux, mais c'est à toi de venir le chercher... ».

Etrangement, la seule pensée à cet instant, à ces mots, c’est : pourquoi ne sentit-il pas le souffle chaud de son ami se répandre sur ses lèvres pour lui offrir un nouveau baiser. Un baiser d’un autre genre, mais tout aussi agréable. Yuki le regarda et sourit, quelle drôle d’idée, un souffle ne s’attrape pas. Il se sentit idiot de sa pensée, mais il fut rapidement tiré de ses pensées par Takeru. « Je ne savais pas que c'était ton premier baiser. Je suis désolé, mais j'espère que ce n'était pas désagréable. Je ne serais jamais qu'un souvenir, car je serais toujours avec toi. J'ai fais un choix. Kurokami pourrait finir par disparaître, ou peut-être pas, mais moi je veux être avec toi. Ça prendra du temps de te faire découvrir mon monde, mais je veux qu'on prenne le temps, je veux aussi découvrir le tien, je veux qu'on partage nos vies, puisqu'on partage déjà la nuit. »

Une petite moue se dessina sur les lèvres de Yuki. Il était désolé ? Il s’en voulait peut-être de l’avoir embrassé, aux yeux de Yuki, il fallait le prendre comme ça, et cette idée ne lui plaisait pas. Etre contre lui comme ça, lui fit passé l’envie de se mettre en colère, et Yuki, en essayant d’être légèrement sexy tout en restant naturel souffla, pour lui offrir le baiser qu’il aurait voulu avoir précédemment.

    Yuki - « Ne t’en fais pas… ce crime ne restera pas impuni ! Mais, pourquoi es-tu désolé ? Si tu avais su tu ne m’aurais pas embrassé c’est ça ? »


Idée assez blessante que de ce dire qu’un baiser ne dépendait que d’une quelconque expérience. Mais contre lui, contre ses lèvres, il vient dépose un faible petit baiser, léger et doux, presqu’imperceptible au coin de ses lèvres comme pour patienter le temps qu’il réponde.

    Yuki - « Prenons notre temps, si on regardait les étoiles en parlant tous les deux. S’ouvrir l’un à l’autre… »




Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   Lun 6 Aoû - 15:45


Oui, Yuki a gagné, il a réussit à dépasser les limites. Takeru n'a pas pu tenir une nuit de plus à ce petit jeu. Cette fois, Yuki a vraiment été le plus fort, le plus blessant, mais les conséquences sont sans doute à l'opposé de l'effet escompté, non ? Espérait-il faire fuir Takeru pour de bon ? Sauf que le sombre jeune homme n'aime pas donner raison aux gens lorsque ce n'est pas une bonne chose. Là Yuki chercher à éloigner les gens, ça se sent à plein nez alors non, Takeru ne le laissera pas faire. Si vraiment il n'aimait pas le ténébreux, il ne chercherait pas à le voir, il n'accepterait pas de le voir quand ce dernier l'invite. Mais il faut penser à quelque chose. Si Fuyu était toujours en vie, Yuki serait-il ainsi ? Ne s'est-il pas renfermé ainsi à cause de la disparition de son jumeau ? La relation serait différente maintenant, si Fuyu était toujours là. Mais en un sens, peut-être que Takeru ne se serait pas mis entre les frères, si tant est qu'il les aurait rencontré.
Évidement, Takeru ne comprenait pas spécialement l'inverse de chaque parole prononcée par Yuki mais... Il ne les prenait en tout cas pas au pied de la lettre. Si bien qu'il se retrouve à dominer l'adolescent. Un ado... En plus d'être humain, d'être jeune, Yuki a pratiquement la moitié de son âge humain. Une fraction de seconde, Takeru se dit que c'est vraiment mal, mais après tout il n'est plus humain, et Yuki est condamné. De plus son père ne lui a pas appris à renoncer à ses sentiments pour respecter la bonne morale. Bien entendu, jamais Takeru ne forcerait qui que ce soit à faire ce qu'il ne veut pas, du moins pas « ça ». Il ne va pas violer le jeune homme, il respecte et aime trop Yuki pour lui faire mal. Ah s'il pouvait lire les pensées de Yuki en cet instant... Takeru lui collerait bien une gifle pour qu'il arrête de se dénigrer autant. Bien sûr qu'il mérite de vivre. Autant que Fuyu oui, mais il est impossible de faire revenir les morts à la vie. Cependant Takeru a le secret d'empêcher un vivant de trépasser, bien que pour l'heure, il ne sache maîtriser lui même cette technique. Il ne veut pas tenter, il a bien trop peur d'échouer. Si il doit offrir le don éternel à quelqu'un, il demandera ça à son père ou négociera avec quelqu'un de plus âgé. Il ferait n'importe quoi pour ne pas perdre Yuki, il le sait maintenant.

Le vampire ne voulait pas blesser le jeune homme. Il ne pensait pas à mal en parlant de Yuki comme d'un chieur, bien au contraire, il voulait lui faire un compliment. Se redressant et relevant Yuki pour l'avoir contre lui lorsque ce dernier semble être blessé de sa tirade sur les anges, décidément ils vont avoir besoin de temps pour se comprendre. Mais après tous ces mois de chiffonnement, c'est un peu normal de ne pas saisir le sens réel des pensées du ténébreux. Ténébreux qui n'est d'ailleurs pas toujours doué pour dire ce qu'il pense avec clarté.

« Ce n'est pas ce que je veux dire... Bien sûr que tu es adorable mais je ne peux pas te qualifier de peluche alors que la seule chose que nous partageons depuis des mois, ce sont des pics bien acérés pour nous rabaisser l'un-l'autre... Enfin tu me comprends... » Il ne veut pas rabaisser Yuki, mais leur jeu n'était pas non plus des plus doux et gentil... On est loin de Câlinours-land. « J'aime les petits démons... Les démons comme toi, qui jouent les durs mais qui ne demandent qu'à être aimés et désirés. Mais en fait je n'aime pas les démons, je t'aime... toi, Yuki... »

Yuki désire-t-il en entendre d'avantage ? N'en est-il pas déjà un peu trop pour ce soir ? Il faut qu'il assimile déjà ces aveux, qu'il les comprenne, les accepte aussi...

« Ce que je crois, c'est que tu as tellement souffert de cette solitude que tu en es venu à te battre continuellement pour ne plus avoir à subir cette souffrance. Je me trompe ?... » Il ne pense pas, mais il n'y a que Yuki qui puisse confirmer ses doutes. « A moins que tu veuilles te retrouver seul, au moment de ta mort pour ne rien regretter. Finir malheureux pour justifier que tu meurs si jeune... » Rien que cette pensée donne la nausée à Takeru. Non, pas question de le laisser quitter ce monde. Il sait que beaucoup de jeunes perdent la vie, inutilement, et il ne peut pas les sauver. Mais il connaît Yuki et s'il peut sauver au moins ce jeune homme, même si ce n'est que d'une certaine façon. Yuki accepterait-il ? Supporterait-il cette condition ? Il n'en sait rien et pour le moment il ne veut pas lui parler de ça. Il ne le guérira jamais et en y réfléchissant, empirerait même son état, car il n'aurait plus le goût des plaisirs humains, excepté peut-être le sexe, et encore. Mais au moins il serait « non mort », il pourrait encore bouger, penser, parler, vivre... tout simplement.

Enfin il cède... Enfin il avoue... Il prend aussi une bonne résolution, Yuki. Mais tiendra-t-il ? Takeru sait parfaitement qu'il n'est pas si facile de renoncer à des habitudes, si vilaines soient-elles. Il sait parfaitement que malgré lui, Yuki lui répondra, du moins au début, naturellement méchamment, comme il l'a toujours fait. Il faudra du temps pour briser ces habitudes et Takeru l'y aidera.

« C'est une excellente idée. Mais je peux te retourner le compliment. Merci, petit ange, ça me va droit au cœur. Je suis... Vraiment heureux de te plaire. »

Oh non, elle ne passe pas aux oubliettes. Takeru est fou bien sûr, et contrairement aux autres, lui a du temps, enfin à sa façon. De plus... Personne ne peut comprendre les raisons du cœur, c'est bien connu. Takeru est sous le charme de cet ado capricieux et teigneux, c'est tout. Il veut le connaître, le comprendre, et ça ne signifie pas qu'il n'appréciera pas le « vrai » Yuki une fois qu'il le connaîtra, bien au contraire.

La pensée de Yuki est tellement juste... En effet, le souffle de Takeru n'est pas chaud et au fond... Il ne le sera plus jamais. On peut mettre ça sur le fait qu'ils soient dehors, de nuit, et qu'il fait un peu frais, mais l'avenir prouvera bien qu'il ne s'agisse pas que de ça.

L'attitude de l'adolescent lui plaît. Takeru ne peut pas rester insensible au charme de l'ado qui n'a rien à envier à d'autres plus expérimentés ou plus âgés. Yuki a tout ce qu'il faut pour faire céder un « vieux pervers » comme Takeru. Il n'a jamais oublié ce « compliment ». Takeru ne s'était pas vexé mais il sait qu'il ne sera plus jamais un jeune homme d'une vingtaine d'années. Il est mort dans la trentaine et à part tricher... Pire... Il est en réalité un vieillard de presque dix fois l'âge de Yuki. S'il voulait se prendre la tête pour des détails, il partirait en effet, mais une fois encore, Adam a appris à Akira de ne pas se prendre la tête avec des futilités. Takeru a gardé ce principe et l'a même développé en le mettant en scène. Alors à quoi bon chipoter pour l'âge ? Il est encore pas mal pour son âge. Non ?

Une fois encore, Yuki a mal compris les paroles de Takeru et ce dernier le fait comprendre gentiment, qu'il doit arrêter de penser systématiquement de façon négative.

« Mais non, idiot... Je veux dire que si je l'avais sû, j'aurais mis un peu plus les formes, le rendre peut-être un peu plus romantique... Je ne sais pas, et surtout attendre un peu plus ta permission... Quoi que si je t'avais laissé le choix, je crois que je pourrais toujours attendre mon baiser... Je me trompe ? »

Takeru n'est en réalité pas du tout désolé. Il voulait ce baiser, depuis longtemps, et il l'a pris. C'est en ça qu'il est désolé, ne pas avoir eu la permission de Yuki, et il voulait juste que l'ado ne lui en veuille pas, s'il avait espéré un premier baiser plus romantique, plus sensuel, plus idéalisé.
Le baiser de Yuki, imperceptible, donne envie au vampire de goûter à nouveau les lèvres, chose qu'il fait, mais cette fois il attend la « permission » de son jeune amant. Un baiser, un léger sourire aussi.

« Oui, prenons le temps, les étoiles, je veux tout savoir de toi, mais il y a trop à découvrir l'un de l'autre, il nous faudra plus d'une nuit. »

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   Ven 14 Sep - 16:43


Il avait été le plus fort, celui qui avait réussi à faire craquer l’autre, mais son but n’était pas de ce rapprocher de Takeru, il n’était pas de le voir le prendre dans ses bras et l’embrasser. Se faire beau, cherchait à être désiré, mais finalement souhaiter que l’autre disparaisse de sa vie. C’est ce genre de contradiction qui toute sa vie, cette si courte vie le hanta. Il ignorait comment faire, et encore plus comment parler. Tout ce qu’il souhaitait c’était que personne ne reste bien longtemps. Il rencontrait, mais ces rencontres ne devaient être que des instants ponctuels de sa vie. Un regard sur sa caméra, et il se rendit compte d’une chose. Takeru était la seconde personne la plus filmé malgré tout ce qui avait pu se passer. Il n’avait jamais loupé un rendez-vous, et ils étaient loin d’être au premier. Fréquemment la nuit, depuis plus d’un an, beaucoup plus … ils se retrouvaient. Il l’avait rencontré beaucoup plus jeune, lui avait changé, mais pas Takeru. Le corps de l’adulte, les traits de son visage sont restés figé depuis tout ce temps. Yuki l’avait bien remarqué, bien vu… pourtant cela ne l’étonnait pas. Malgré ses pics, à ses yeux il était encore jeune, la trentaine… les rides viendraient, et il sera là, au moment précis de la première ride il n’hésitera pas à le lui faire remarquer. Enfin… si jamais il pouvait voir cette ride. Toutefois, il n’oserait jamais lui parler de cette volonté de connaître son visage plus âgé.

Yuki était définitivement un chieur, la seule chose à laquelle il pensait, c’était à voir Takeru sans maquillage, sans artifice pour voir les imperfections. Peut-être que oui, il n’était pas un ange, il rêvait à des choses qu’il aurait du oublier. Alors, entendre la justification de Takeru était simplement … normal. Sa pensée était logique après tout ce temps à se balancer jour après jours des pics aussi violent qu’une lame qu’on enfonce sur les défauts de l’autre. « Ce n’est pas ce que je veux dire… Bien sûr que tu es adorable mais je ne peux pas te qualifier de peluche alors que la seule chose que nous partageons depuis des mois, ce sont des pics bien acérés pour nous rabaisser l’un l’autre… Enfin tu me comprends… ». En l’entendant Yuki eut un léger sourire, un peu rêveur, il est vrai que leur relation reposait sur quelque chose de réellement unique ! Ils avaient noué des liens en dépit de ce que tout le monde aurait pu croire possible, et même eux ! Mais là, en comprenant que pour lui il ne serait jamais une peluche ou un ange, il fit une petite moue. Toutefois son expression changea dès qu’il entendit la suite. « J’aime les petits démons… Les démons comme toi, qui jouent les durs mais qui ne demandent qu’à être aimés et désirés. Mais en fait je n’aime pas les démons, je t’aime… toi, Yuki… »

Yuki était toujours attentif dans ce genre de moment, il comprenait les mots. Et c’est justement là qu’il se rendit compte que Takeru avait quand même pu déceler plus de chose que la majorité des gens qui avait croisé sa route. Malgré son envie de rester seul, cette volonté de n’avoir aucune véritable attache, il souhaitait être aimé de quelqu’un réellement. Un amour sincère où l’autre ne verrait que lui, que cet adolescent au destin brisé. Il n’avait pas d’espoir de survivre, aimer était une chose impossible à ses yeux en si peu de temps. Et même, s’il aimait, où cela conduirait-il ? Takeru voulait tenter cette expérience, mais supporterait-il de voir le corps de son amour devenir de plus en plus inerte… impossible à bouger. Se glaçant jour après jour, nuit après nuit pour définitivement sombrer dans le froid de la mort. Yuki était encore un enfant, il avait peur de mourir seul, mais aussi de mourir accompagné. Alors ces mots, ces paroles… Il l’aime… Devait-il réellement y répondre, son cœur supporterait-il d’imposer sa mort à l’autre ? Aimé… Yuki n’avait jamais aimé, n’avait jamais souhaité être aimé et ressentir ce sentiment avant de croiser la route du ténébreux artiste.

« Ce que je crois, c’est que tu as tellement souffert de cette solitude que tu en es venu à te battre continuellement pour ne plus avoir à subir cette souffrance. Je me trompe ?... ». Yuki ne broncha pas se rendant compte qu’il allait continuer de parler. « A moins que tu veuilles te retrouver seul, au moment de ta mort pour ne rien regretter. Finir malheureux pour justifier que tu meurs si jeune… ». Yuki était toujours blottit contre lui, et à ses mots, à ces paroles, il n’était pas blessé ni même vexé. Non, un instant il ferma les yeux et repris son souffle, comme si on l’avait empêché de respirer quand il avait parlé de ce qu’il ressentait. Il cherchait à le comprendre, à savoir pourquoi il était devenu ce monstre sans cœur dont seules les paroles acides sortaient de sa bouche. Il ressemblait presque à un des personnages du contes les fées, de sa bouche, il ne sortait que crapauds et serpents tant il ne prononçait aucune douce parole pour ses proches, quand bien même ils étaient plus que rare.

    Yuki – « Je suis désolé, mais tu as tords. Ce n’est pas la souffrance de la solitude qui m’a rendu ainsi, mais celle de l’abandon. J’ai vécut la mort de mon frère, son corps qui progressivement perdait la vie. De quel droit devrais-je imposé cette souffrance aux autres ? La solitude, je m’y suis fait… je me bats contre la mort elle-même, contre la mort de mon frère… mon combat ne m’a jamais mené aux autres. Je ne peux pas imposer ma mort à quelqu’un. Peut-être que c’est juste parce que je ne veux pas dire adieu à quelqu’un, regarder cette personne prêt de moi le jour de ma mort. Peut-être… que cela me donne une excuse pour me suicider le jour de la fatidique réponse au sujet de mon frère. Le jour, où je découvrirais s’il est mort de mon impatience car il avait raison, ou si finalement j’avais raison ce jour là. Je n’aurais plus de raison, plus de but… et je disparaîtrais de la manière que j’étais rêvé brûlé par ce soleil que je n’ai jamais sentit sur ma peau et dont je rêve inlassablement de sentir. Ce moment palpable où je resterais pendant 5 minutes, les 5 dernières de ma vie … la brûlure, la mort, mais le bonheur de m’envoler le rejoindre… Peut-être que j’ai juste peur… »


C’était la première de sa vie que Yuki s’ouvrait, cette tirade était longue, il avait décrit réellement ce qu’il pensait. Une faible larme coula le long de sa joue, il s’était promis de rester fort et dur, il avait pris sa décision, une décision égoïste dont il réalisait toute la dimension. Alors être caché contre lui, lui faisait le plus grand bien, s’ouvrir, se découvrir et lui permettre de voir un autre visage du moon child. Il se reprit toutefois pour le complimenter et ne put retenir un rougissement lorsqu’il le lui retourna, « C’est une excellente idée. Mais je peux te retourner le compliment. Merci, petit ange, ça me va droit au cœur. Je suis… Vraiment heureux de te plaire. ». Cette situation était définitivement des plus étranges. Mais ce n’était rien par rapport à la suite avec le baiser échanger, le véritable baiser… le tout premier de sa vie.

« Mais non, idiot... Je veux dire que si je l'avais sû, j'aurais mis un peu plus les formes, le rendre peut-être un peu plus romantique... Je ne sais pas, et surtout attendre un peu plus ta permission... Quoi que si je t'avais laissé le choix, je crois que je pourrais toujours attendre mon baiser... Je me trompe ? ». Après une toute petite réflexion et une moue, il réalisa que c’était vrai, jamais il ne lui aurait permis de l’embrasser sachant que cela pourrait le mener dans des sentiers trop sinueux et dangereux. Il ne s’était jamais aventuré si loin… Pourtant, à ce moment précis, il trouvait ce moment plus qu’agréable, un baiser, de véritable moment de tendresse comme ça n’était pas pour lui déplaire. Il découvrait quelque chose de totalement différent, et l’envie de prendre sa caméra le démangeait. Il était contre lui pour encore un baiser, un nouveau et tendre baiser car la permission, il n’avait même pas besoin de l’attendre pour l’avoir.

« Oui, prenons le temps, les étoiles, je veux tout savoir de toi, mais il y a trop à découvrir l’un de l’autre, il nous faudra plus d’une nuit. ». En l’entendant, il avait le sentiment d’être un couple avec Takeru, ce moment romantique, il n’aurait jamais imaginé. Alors, il sourit, et l’invita un instant à venir se mettre à côté plutôt que rester sur lui. Il resta toutefois bien blottit contre lui un instant, un long moment en posant ses yeux sur les magnifiques étoiles. Cette place était juste magique, cette nuit avait quelque chose d’étrange, peut-être légèrement dérangeant. Mais là, alors qu’il était toujours contre Takeru, ne sachant pas quoi dire, ne voulant peut-être pas vraiment commencer, il prit sa caméra et la pointa sur eux qui étaient couché sur l’herbe maintenant.

    Yuki – « Aujourd’hui j’ai découvert quelque chose … les étoiles sont magnifiques, et il n’est pas toujours impossible d’en décrocher une … »


Il sourit en pointant alors sa caméra sur Takeru, après tout, c’était une star, et donc une étoile. Il le regarda et se mordit un instant la lèvre et il vint l’embrasser en cadrant la caméra sur eux deux. La toute première image qui sera conservé à tout jamais de cette soirée. Il ne parla pas plus et garda la caméra sur eux, cela l’amusait, il voulait que maintenant cela reste sur la bande, car même s’il ne serait pas éternel, il avait une trace, une preuve de ce moment, de cet instant où la méchanceté avait fait place à la douceur, et au garçon qu’il avait toujours eu envie d’être, et de montrer à Takeru mais, son renfermement l’empêcher même de songer à se montrer ainsi devant lui. Il souriait toujours un peu, un faible sourire, et finalement il décida de briser le silence tout en regardant les étoiles.

    Yuki – « Tu crois que les extraterrestres existent … Moi je pense ça crédible, mais je ne suis pas sûr d’y croire … »



Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki   




Revenir en haut Aller en bas
 

Moon Pleasure Ft. Takaya Yuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shibuya :: Le Parc Yoyogi-