C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 ♪♫ Prom'nons dans les bois...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: ♪♫ Prom'nons dans les bois...   Jeu 10 Mai - 22:56



Aokigahara - 2011/10/31 à 22h45



« Le destin est bien souvent aussi sombre que le cœur des hommes. »


Halloween... Cette nuit est bien particulière... Mais il essai de fouiller dans sa mémoire quand cette fête païenne est réellement arrivée sur les terres nippones. Bien sûr, chaque peuple a ses propres fêtes, ses propres croyances. Lorsque les américains ont débarqués à la fin du 19eme siècle, ils ont autant apporté leur lot de soucis que d'idées révolutionnaires. Takeru sait que si son père fut l'un des derniers samouraï et que lui n'a jamais pu en devenir un, c'est en grande partie à cause de ces envahisseurs de l'autre bout du monde. Cependant, ils n'ont pas amenés que de mauvaises choses. L'empereur n'avait peut-être pas les épaules pour décider de ce qui était réellement bon pour le pays, mais finalement ses choix ont permis bien des changements positifs. S'ouvrir au monde n'est pas si mal tout compte fait. Takeru à plus ou moins été témoins de tous ses changements, mais c'est probablement la période de la seconde guerre qui a le plus marqué et stigmatisé le pays. C'est probablement aussi à cette époque qu'Halloween a fait son entrée sur archipel, avec l'apparition des cigarettes, la bière, la musique rock et bien d'autres choses encore. Il se rappelle que le Pachinko par contre c'est l’œuvre des coréens, à cette même période.

Bien sûr, les américains sont venu ici avec eux, plein de choses plus ou moins agréables pour le plaisir mais ils sont aussi à l'origine de faux stéréotypes qui se sont répandus de par le monde... Takeru a été choqués et furieux de voir quelle réputation avaient les Geisha à l'autre bout de la planète, et lors de son service dans l'Armée Impériale, il n'a pas manqué de remettre les pendules à l'heure ! Certes il n'était pas attiré par les femmes mais on ne touche pas impunément aux symboles de son cher pays comme ça ! En plus, s'il savait que Sensui en avait été ''une'', il s'imaginerait alors le tenancier du Bloody Sunday ainsi souillé et ça le rendrait malade. Certes pas directement mais de par la réputation même des courtisanes.
Aujourd'hui encore il sait que bon nombre de gens sont dans l'ignorance et pensent toujours que ces hôtesses d'un temps révolu, mais qui ont toujours leur place dans ce monde, sont perçue comme des filles de joie. Les mentalités sont si longues à changer parfois...

Pour en revenir à cette soirée spéciale d'Halloween, Takeru avait reçu un colis un peu étrange quelques nuits de cela. Une invitation pour un bal, avec un costume. Au départ il avait cru à une plaisanterie d'un goût douteux de son Père, mais en lisant la lettre qui était bien du Conseil, il a compris que c'était bien sérieux et qu'ils étaient tous à l'origine de ça. Pas certain de connaître le but réel de cette démarche mais... Si ça lui permet de s'amuser et voir son père alors... De toute façon, refuser et ne pas y aller serait comme signer son arrêt de mort. Il sait qu'on ne PEUT PAS refuser quoi que ce soit au Conseil sans en payer les conséquences.

Le lieux l'avait surpris cependant. Un ancien sanctuaire en pleine forêt d'Aokigahara. Il faut avouer que les anciens n'auraient pas pu trouver meilleur endroit pour avoir la paix, que cette forêt maudite. Même du ciel, impossible d’apercevoir la moindre brique de cette antique construction, tant la végétation est dense.
Ce lieu lui rappelle tant de souvenirs. Lorsqu'il était humain, elle n'avaient pas encore tant cette réputation. On la craignait, certes, mais il n'était pas si courant que les gens s'y aventurent, autant pour mourir que simplement pour s'y promener. Il y avait des rumeurs, mais ce n'était pas la principale préoccupation. Les médias n'existaient pas comme aujourd'hui, et une disparition ne faisait pas le tour du pays, surtout qu'à cette époque, la vie avait une autre valeur. Qui pouvait bien se soucier de la mort d'un paysan autre que sa famille, ou la disparition d'un samouraï en voyage ou encore d'un Ronin. Non, la forêt inquiétait mais sans plus. Elle lui faisait peur bien sûr de par les histoires que l'on racontait aux enfants pour qu'ils ne s'y aventurent pas, mais lorsqu'il est devenu vampire, il a perdu cette crainte. Il la respecte toujours autant et y aller ne fait pas partit de ses priorité, les sensations que l'on peut y ressentir ne sont guère plaisantes, même pour un vampire. De plus, il n'y est allé qu'une ou deux fois de toute sa vie, accompagné de son père vampire, et ce serait un ignoble mensonge que dire qu'il ne se perdrait pas s'il n'y était pas guidé ou si le chemin n'était pas tracé. Même un vampire doit avoir du respect pour cette forêt, il le sait. Tous ces morts, tous ces meurtres et suicides, cet endroit est plus glauque qu'un cimetière... A y repenser, il se demande si Akatsuki n'y aurait pas balancé quelques uns de ses cadavres ici...

Il s'était levé ainsi ce crépuscule, dans l'idée de se préparer, de se parer le mieux du monde pour faire honneur à son Père. Il espère sincèrement qu'il sera là ce soir, qu'il pourra discuter un peu avec lui. Takeru avait au départ eu dans l'idée d'adapter le costume un peu à sa sauce, mais il a préféré ne rien toucher, pour ne pas froisser le conseil. Alors il prend le temps de ressembler le plus possible à son personnage. Il a fait des recherches aussi car même s'il connaissait le personnage de par les livres d'histoire, son apparence lui était quelque peu inconnue ou oubliée.
Se regardant dans le miroir, il ne peut rien faire de plus, alors il se met finalement en route.

Même s'il ne l'utilise pas souvent, il a sortit sa voiture du garage, une fois n'est pas coutume. Pas qu'il n'aime pas conduire mais lorsqu'il se déplace, c'est soit à pieds, soit en transports en commun. La voiture ne lui sert que s'il doit aider un groupe ou s'il ne doit pas se faire repérer en allant en taxi dans des lieux peu communs, comme ce soir. Aller à Aokigahara en taxi, en pleine nuit, ce serait de la pure folie. Alors il sort sa magnifique "Kurokuruma". Il l'adore malgré tout sa voiture, un petit sourire à la penser que c'est un peu sa Batmobile à lui, même si elle n'a rien d'une Batmobile évidement. Durant le trajet, il était un peu perdu dans ses pensées, se demandant qui il verrait et ce qu'il va bien se passer. Sans faire d'excès de vitesse, il ne traîne pas sur la route. C'est quand même à plus ou moins 1h de route de de chez lui car il lui faut traverser tout Tôkyô et il ne veut pas perdre plus de temps. Ce qu'il y a de bien avec cette maudite forêt, c'est que la vue du Fujisan y est magnifique, avant bien sûr que l'on n'y soit trop près ou que l'on y ai mit les pieds.

Lorsqu'il arrive sur place, Takeru doit se rafraîchir un peu la mémoire pour se rappeler où se garer, où est le parking qui le rapproche le plus du sanctuaire. Il sait que les Membres du Conseil pourvoient à accueillir les vampires qui risquent de s'égarer. Il se demande si cette année -la première où il vient seul sans son Père, depuis ces dix dernières années- il trouvera le chemin ou s'il va lamentablement se perdre.
Quoi qu'il en soit, se retrouver ici en pleine nuit, seul dans sa voiture le rend étrangement... Nerveux... Non pas qu'il ai finalement peur de cet endroit, mais plus encore la nuit que le jour, cette immensité est oppressante... Il ne peut qu'avoir une pensée pour tout ce que l'on dit et pour tous ces êtres qui y ont perdu la vie, volontairement ou non. Du sang gâché penseraient certains. Il se décide finalement à sortir de sa voiture pour s'aventurer dans cette jungle, chercher des points de repère afin de ne pas bêtement se perdre. Il sait que si ça arrivait, même une créature comme lui finirait pas pourrir pour l'éternité, cadavre desséché par la soif. Il ne craint pas de tomber en face d'un Yurei, pas qu'il ne croit pas en ces choses, juste qu'il n'en a jamais vu. Il y croit par la force des choses et parce que c'est dans l'esprit même des japonais, même si il connaît certaines personnes qui prétendent en avoir vu, il n'a pas de réelle opinion à ce sujet. Il a bien plus ''peur'' de tomber sur un chasseur ou un membre de l'ordre, quoi qu'il ne sait exactement ce qu'ils viendraient faire ici... Il est loin de se douter que le destin a justement décidé de s'amuser ce soir.

Le sanctuaire ne doit plus être loin, il a cependant l'impression de s'être égaré, et ça... ça ne lui plaît pas particulièrement. Il a l'impression d'être observé, d'être suivit, qu'on se joue de lui en déplaçant des points de repère ou que les arbres eux même s'amusent à se mouvoir pour lui faire perdre son orientation. Mais tout ceci n'est probablement que le fruit de son imagination. Il réalise qu'il n'est finalement pas si différent des humains, son esprit se laisse encore endoctriner par l'ambiance des lieux et des croyances. Un soupire, des bruits, des animaux peut-être ou quelque égaré venu ici pour se suicider. Il fini par entendre une voix, un homme. Cependant ce qui l'intrigue et le surprend, c'est qu'il n'est pas en train de déclamer une complainte mortuaire, mais bien de râler contre cette maudite forêt. Attiré et guidé par cette voix, il fini par discerner une silhouette. Sa vision de vampire l'aide à voir plus qu'un humain, mais il ne perçoit pas tous les détails. Il hésite à manifester sa présence, ne voulant pas faire peur à cet homme, vampire ou quoi que ce soit. Une illusion créée de son esprit par cette forêt ou quelqu'un de bien réel ? Il commence à se demande s'il ne devient pas fou... Sacré Takeru. Alors qu'il observe, une petite branche sous ses pieds trahis sa présence, puis c'est quelques petits cailloux qui roulent sur ce sol accidenté. S'il voulait finalement passer inaperçu... C'est complètement raté...

Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: ♪♫ Prom'nons dans les bois...   Dim 13 Mai - 15:21


Spoiler:
 




Aokigahara, à cette période de l’année, n’importe quel chasseur vétéran vous l’aurait dit : c’était un lieu à éviter en top priorité. Pourquoi ? Hé bien disons que les vampires avaient leur « réunion annuelle » un peu comme une groupe de nana aurait eu leur réunion Tupperware ou, comme c’était la grande mode, les réunions sextoys. Ouais, fallait vivre avec son temps, que voulez-vous ?

Evidemment, l’Ordre était un peu plus au parfum que les chasseurs lambda. Pour autant, ils ne savaient pas grand-chose de cette réception si ce n’était qu’elle avait lieu quelque part dans cette forêt, à peu près toujours à la même période de l’année. Pour savoir le jour exact, il n’y avait qu’à voir l’exode massif des vampires du Japon tout entier pour Shizuoka… Bon évidemment, TOUS les vampires n’y allaient pas… Certains par décision, d’autres par défis… Et d’autres encore parce qu’ils n’avaient pas spécialement reçu d’invitation de la part de leur conseil. En gros, pour la plupart, les vampires présents faisaient partit du gratin ou de leurs proches.

Quoi qu’il en soit, la forêt d’Aokigahara qui était déjà dangereuse au naturel ne le devenait que plus encore et il fallait être fou pour s’y aventurer tout en sachant la population qu’elle renfermait cette nuit. C’était d’autant plus vrai que les épais feuillages filtraient presque entièrement la lumière du soleil et que les vampires y avaient une latitude démentielle. En gros, ce terrain était propice aux créatures de la nuit.

Est-ce que Natsuki était fou, alors ? Non ! D’ailleurs, s’il râlait présentement, c’était pour deux raisons… Et la première c’était justement qu’il n’avait pas prévu d’être à Aokigahara pour la nuit ! Parce que ouais, à presque vingt-trois heures, croyez-le ou pas, le kiff de Natsuki c’était pas de se perdre dans la pampa de cette forêt glauque à souhait. Lui il aurait plutôt pensé profiter de cette soirée de « vacances » pour se boire une bonne bière devant un bon zapping en règle à la télé, affalé dans son canapé miteux, en caleçon, les deux pieds sur la table basse.

Ouais, il savait se laisser vivre… D’ailleurs, il aurait même commandé une pizza pour parafer le tout et si la soirée avait été moite, il aurait pensé à Jun éventuellement, histoire de se mettre entièrement à l’aise. Natsuki avait des principes, de toute évidence, que sa bonne conscience n’avait pas.

Quoi qu’il en soit… Pas de bière, pas de télé, pas de Junya… La vie était cruelle. Fallait qu’une bande de gamins sur le forum de Requiem décide d’aller chasser en meute de chiots dans la forêt. Ils avaient trouvé l’occasion excellente… Pensaient sans doute pouvoir se faire trente vampires chacun dans la nuit… Et si Natsuki avait fait le déplacement ce n’était pas tant pour sauver un vampire que sauver le cul de ces petits merdeux qui allaient se faire démembrer sans que personne ne retrouve plus jamais leurs corps…

Cette nuit, qu’il soit d’accord ou pas –et que qui que ce soit le soit ou pas d’ailleurs- était une nuit qui appartenait aux vampires. Et s’ils étaient connus pour leur grande discrétion, ce n’était pas par coquetterie… Le lieu de leur réunion, les pontes de l’Ordre eux même l’ignoraient et pourtant, ça n’avait pas été faute d’essayer de se le faire dire. Aucun vampire n’avait jamais vendu la mèche et il n’était pas très difficile de comprendre que ni l’Ordre ni aucun chasseur ne faisait plus peur que les Conseils sur ce genre de point aux vampires.

Bref, bref, bref… Natsuki avait déjà croisé deux branquignoles. Mais pas des gamins. Deux chasseurs déjà plus aguerris à qui il n’avait pas pu faire entendre raison. Pas même avec sa délicatesse naturelle.

Si vous comptez et suivez bien, Natsuki n’avait encore évoqué qu’une de ses raisons pour être grognon. La seconde c’était facile : il avait faim. Mais genre… VRAIMENT faim. Son estomac se mettait à causer à chaque trente seconde et comme il marchait en essayant de ne pas se casser la gueule et de ne pas –trop- se perdre, les seuls trucs auxquels il pensait avaient rapport avec la bouffe !

Disons que là, maintenant, tout de suite, il aurait pu manger un cheval ou deux quoi. Et avec de la bière hein… Très important la bière. Ha… Sales cons de vampires… Ils ne savaient pas ce qu’ils rataient avec leurs papilles éteintes !

Natsuki, qu’on se le dise des fois que ça ne sauterait pas aux yeux, c’était le mâle de base. Et en plus d’être souvent monotache, il avait besoin d’avoir le ventre plein pour fonctionner. C’était le genre d’homme qu’on attrapait facilement avec une bonne cuisine oui. Et pourquoi s’en défendre si ça pouvait le nourrir avec des mets plus délicieux les uns que les autres… ? D’ailleurs, puisque Junya avait décidé de l’enquiquiner encore un peu –oui oui, tout était de la faute du journaliste en herbe- il faudrait peut être qu’il lui montre ce qu’il savait faire à ce niveau là…

Maiiiiiis… Pour l’instant il était bloqué dans cette putain de forêt et comme il était un peu perdu, quand même, ben il était pas prêt de satisfaire sa faim… Alors il râlait… Et Natsuki qui râle, c’est rarement subtile. De toute façon, il n’essayait pas de se faire discret. C’était un coup à ce qu’un de ces morveux de merde le prenne pour un vampire et lui saute à la gorge.

Le chasseur reste néanmoins plutôt alerte et c’est alors que miraculeusement il aperçoit un sentier balisé pas loin –il avait une bonne étoile le Natsuki- qu’un bruit le fait arrêter net de maugréer. Il tourne la tête dans cette direction et parce qu’il avait de très bons réflexes, son fidèle couteau de chasse est tiré de son fourreau, prêt à être utilisé et à taillader tout ce qui tenter de lui arracher l’âme du corps.

Le type qu’il lui apparaît est… Habillé d’une drôle de façon… Il porte un uniforme aux couleurs qui de toute évidence n’appartenaient pas à l’armée japonaise au fil du temps. Pour autant, Natsuki n’en trouve pas la provenance là comme ça. Sur le coup, il se serait cru en plein milieu du cercle des Bermudes, dans un vieux trip revival du navire européen des années 1700 qui sortait du brouillard.

Sauf que…

Ce visage, à bien y repenser, il le reconnaît. Il l’a vu plusieurs sur le forum de Requiem et pour cause : le père de ce vampire –oui, évidemment puisqu’il l’avait vu sur le forum de Requiem- était membre d’un conseil et possédait un établissement nocturne à… Shinjuku. A moins que ce soit Shibuya, difficile à dire… Il voyait tellement de fiche passer… Trop sans doute.

Restant sur ses gardes, Natsuki se détend néanmoins légèrement avant de signaler :

๑ Je fais partit de l’Ordre, je suis pas là pour me taper. Mais si tu montre les crocs je te les tailles jusqu’à la racine ok ?

Finesse et délicatesse. Natsuki dans toute sa splendeur. Puis avisant à nouveau l’étrange costume, Natsuki est comme frappé par la révélation divine.

๑ Ho putain… Ils vous ont fait vous déguiser pour Halloween cette année ?

Puis après un ricanement un rien canin, il moque un peu :

๑ T’as prit le premier truc qui te passait sous la main ou quoi ? Il est naze ton costume. C’est un costume de quoi d’ailleurs ? Casse-noisette ?

De toute façon, qu’on se le dise : n’importe quel costume au monde aurait été désapprouvé par Natsuki à moins que ce dernier soit sexy et porté par une petite chose ultra féminine et délicate. Une femme où un mec à la Junya. Ouais ouais, il avait toujours eu des goûts très arrêtés.

๑ T’aurais pas croisé un gland ou deux des fois ?

Parce que bon, plus vite il les aurait retrouvés –si ça arrivait- plus vite il pourrait se casser. Son estomac réclame encore et posant sa main libre dessus, Natsuki peste :

๑ Putain j’ai les crocs ! Vous pouviez pas faire votre réception de merde près d’un McDo non ?!



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: ♪♫ Prom'nons dans les bois...   Jeu 17 Mai - 3:30


Spoiler:
 

C'est vrai qu'il faut être un peu suicidaire pour s'aventurer dans la forêt, cette partie de l'année. Même le chasseur le plus averti, peut ne pas faire le poids dans cette jungle, face à un et surtout plusieurs vampires. Ils sont chez eux en quelque sorte et ils ont l'avantage de mieux voir la nuit, de pouvoir mieux bouger. Mais il existe malgré tout des créatures qui ne sont pas rassurées, comme notre faux dieu sombre ce soir. Il a beau être un vampire, il ne paie pas de mine... Peut-être parce qu'il a toujours été plus semble que certaines personnes au magnétisme de la terre, et cette foret repose sur un aimant géant après tout, de quoi chambouler toutes créatures vivantes. C'est bien scientifiquement prouvé que le magnétisme joue sur la perception et sur les sens non ? Il encourt moins de risque qu'un humain, c'est vrai, mais rien ne prouve non plus que les vampires les plus fragiles ne se laissent pas happer par cette maudite végétation. Alors les humains... Bref... Takeru préfère ne pas y penser, il n'est pas fragile, il ne va pas se faire bouffer par un Yurei qui traînait par là. Il a bien plus de risque de rencontrer un abrutit assoiffé de sang vampirique ou d'une âme égarée.
L'idée de la réunion Tupperware aurait bien fait rire Takeru, sans doute beaucoup moins les membres les plus âgés de ladite réunion, mais ça... Il y a des vieux rabat-joie partout. Il ne se risquerait cependant pas à donner des noms à ces prétendus ''vieux''. Quoi qu'il en soit, cette soirée risque d'être particulière pour beaucoup de monde, vampires ou humains.

Il ne se pose pas la question en fait, de savoir qui sera là ou pas, au fond il ne s'y rend que pour pouvoir voir son père, le reste... Ça lui fait d'ailleurs repenser aux paroles de Sei... Peut-être justement parce qu'il n'en a rien à faire, est-il éloigné de son père... Au fond c'est comme s'il disait à son propre père -''J'en ai rien à faire de ce que tu fais, sois juste là pour moi''-... Et il réalise que ce n'est pas sympa du tout. Il doit s'impliquer d'avantage. Il n'a que trop longtemps pris pour excuse de ne pas vouloir le déranger, pour continuer de rester en dehors de la société. Même s'il ne veut pas de poste clé au sein de la société, il DOIT connaître les choses.

Aokigahara... Cette nuit, il se demande bien combien de vampires vont commettre des crimes en toute impunité en sachant que tout sera mis sur le dos de cette forêt. Combien de personnes vont perdre la vie, de la main d'un vampire alors qu'il étaient prêts à mourir d'une manière moins surnaturelle, ou pas prêt du tout, juste égarés. Il se pose toujours beaucoup de questions sur cette forêt et les crimes qui lui sont liés.

Il est vrai que tout le monde pourrait se poser la question au sujet de Nat, autant Takeru que les autres. Certains auraient vu là une opportunité de ''bouffer'' du chasseur, d'autres auraient juste désapprouvé en le laissant dans sa merde, il trouvera bien le chemin tout seul, sinon ça fait un tueur en moins. Cependant même si la curiosité risque fort de faire poser la question à Takeru, pour le moment il l'observe un peu. Difficile pour lui de l'imaginer tel qu'il aurait aimé passer cette soirée, Takeru ne le connaît pas du tout après tout et il ne connaît de toute façon pas ce genre de choses. La télé n'existait pas à son époque, il ne s'est jamais réellement laissé aller, et il n'a jamais vécu avec quelqu'un de ce genre, cette vision lui est donc étrangère. Mais bon. Pas sûr d'avoir envie de la découvrir.

Takeru ne connaît pas non plus l'existence du forum. En réalité, Takeru est une vrai quiche en informatique. Heureusement qu'Izumi est souvent là pour le sauver. Avec un katana ou une guitare tout va bien, mais avec une souris et un clavier, le vampire déclare forfait. Après tout on ne peut pas être bon en tout. L'informatique a une logique propre qu'il est incapable de comprendre... A croire que ces machines sont des créatures pensantes créés par les démons. Oui voilà, les ordinateurs sont une légions d'Akuma. Car même lorsqu'il suit à la lettre les instructions qu'on lui laisse, il se passe toujours quelque chose qui fait que l'ordinateur refuse de faire ce qu'il lui demande. Alors bien sûr, Takeru insulte la machine, s'énerve, et la machine obéit évidement encore moins. C'est aussi pour ça qu'il ne sera sans doute jamais capable de faire sauter le système de sécurité de la bibliothèque. Enfin bon, là n'est pas la question. S'il avait connaissance du forum, il se demanderait si il y a des humains infiltrés, ou des vampires, pour choper les informations. Il sait juste que lui même ne pourrait jamais trahir l'ordre du Conseil, les vampires préfèrent perdre leur vie vampirique de la main d'un chasseur que de celle d'un membre du Conseil. Et visiblement aucun ennemi du Conseil ne s'est retrouvé entre les griffes de l'Ordre pour divulguer l'information. Bah, ces choses là sont trop compliquées pour Takeru qui ne s'est pour le moment pas encore assez intéressé à ces choses. Lui qui veut des réponses à ses questions, n'a pas pris la peine d'étudier les fondements même de la société à laquelle il appartient. Il est vraiment temps de grandir... Cette année est décisive pour le vampire, il le réalise enfin. Première année où il vient seul. Il a compris le message.

Pour en revenir à Natsuki, Takeru ne peut limite que rire à l'entendre ainsi maudire cette forêt déjà maudites, mais en fait tout le monde y passe visiblement, tout le monde en prend pour son grade. Et même s'il se retient, Takeru sourit légèrement. Le sentier n'est plus loin et à voir le changement de direction, le chasseur l'a repéré, pas besoin ainsi de le guider. On il ne lui aurait pas montré le chemin d'un air de dire ''suivez moi, c'est par ici'', non il l'aurait guidé à la façon des chasseurs, en le faisant prendre la bonne direction par des bruits ou des ruses. Il ne lui aurait pas fait l'affront de jouer les GPS, après tout ce n'est pas très glorieux de s'avouer égaré dans une forêt à la réputation si sinistre. De son ouïe surnaturelle, il peut aussi bien entendre les pulsations cardiaques que les grondements de la bête malgré les paroles quasi incessantes de Natsuki. Grillé par le destin tragique d'une branche déjà morte qui a usé de ses dernières forces pour lancer ce cris d'agonie d'une branche qui casse, il est inutile de s'en fuir et de détaller comme un lapin. Chasseur ou pas, Takeru ne va pas être lâche. S'avançant finalement, sans se précipiter toutefois, il laisse Natsuki fouiller dans sa mémoire. Pas sûr de le reconnaître, il ne peut connaître tous les chasseurs, mais il croit se souvenir l'avoir aperçu quelques fois. La réponse de Natsuki lui confirme que ce mec ne va pas lui sauter à la gorge, alors lui aussi est quelque peu rassuré, pas qu'il ne craigne réellement pour sa vie mais il n'aime pas se battre, et ne sous estimant aucun chasseur, il n'a pas envie que cette soirée soit bousillée, ou que sa vie se termine ici.

Natsuki pense-t-il cependant que cette mise en garde le sauverait face à un vampire comme Akatsuki ? Il en doute, bien au contraire. Cependant il aurait bien envie de le taquiner, un petit sourire amusé, il essaie de ne pas laisser ses crocs apparaître, et si ça n'avait pas été un chasseur, il aurait sans doute joué à faire peur, comme il l'avait fait avec Hayate. Pauvre chaton, c'était à la fois cruel et amusant, mais il ne lui voulait au fond aucun mal.

Il n'a prononcé aucune parole encore, laissant le chasseur faire son monologue, il préfère juste ne pas détourner le regard, rester silencieux, l'observer. Il avait jugé Sei de ''Viril'', ce mec là est finalement l'incarnation de la virilité dans toute sa splendeur. Quoi que pas tout à fait. Natsu est assez beau gosse, il n'a rien d'un gros camionneur ou bûcheron. Au fond Natsu a ce petit quelque chose de "fin" dans ses traits qui le rend beau.
La moquerie de Nat au sujet du costume, en fait il ne peut la désapprouver, affichant un simple petit sourire, sa façon de confirmer et de répondre à la question. Inutile de lui offrir une réponse claire et précise, en fait Takeru imagine qu'il y a un but à tout cela. Il perd ensuite son sourire, retrouvant son expression fermée et observatrice, désire-t-il réellement une réponse ? Il a envie de faire râler Natsuki plus encore, alors il garde toujours le silence. Taquin ce soir, le grand ténébreux. Cependant il aurait été de l'avis de Nat encore une fois. Jun est l'incarnation parfaite du parfait équilibre entre le féminin et le masculin. Jun, sa petite peluche, son petit age. Mais bon, ce n'est pas le moment de gagatiser.

Lorsque Nat pose la question sur des prétendus glands, il entrouvre les lèvres pour dire quelque chose mais... Détourne le regard dans une direction précise. Le renvoyer là où a perçu les voix n'est peut-être pas une bonne idée. Mais il se décide tout de même à rompre le silence. Le sujet est devenu plus sérieux.

« Ils s'enfonçaient dans la forêt, mais je crois que je préfère garder le silence. Ils avaient l'air particulièrement belliqueux, et si je ne vois aucun soucis à tendre la main à un membre pensant, savoir qu'une bande de larves se fera bouffer par cette forêt ne me fait pas grande peine... »

Ce n'était peut-être pas des choses à dire, mais Takeru aurait sans doute dit la même chose si ça avait été des vampires en terrain ennemis. Il n'aime pas les imbéciles sanguinaires... Enfin... sauf exceptions dont il désapprouve les actes tout de même.
A l'évocation du Mc Do, Takeru hausse un sourcil, il prend un nouveau risque et sans non plus venir près de Nat, ou peut-être en le contournant, donnant l'impression qu'il s'est ''téléporté'' derrière Nat, il vient dire doucement près de l'oreille de Nat. « On ne vous a pas invités... » C'est vrai quoi. Même Natsuki le reconnaît, c'est leur soirée, c'est leur domaine. « Suis moi. Je dois avoir un paquet de...''Pocket'' ? ''Poly'' ? ''Pocky'', c'est ça, un paquet de Pocky dans la voiture. Fubuki en laisse toujours traîner un paquet dans la boite à gant... »

Natsuki ne devra se contenter que d'un paquet de Pocky, c'est tout ce qu'il peut lui offrir le ténébreux. Si ça ne lui convient pas, qu'il se débrouille. Heureusement que Takeru a du temps. Par contre il faut rebrousser chemin, la voiture est dans l'autre direction. Un bon quart d'heure de marche, faut faire avec. L'énergie dépensée ne sera peut-être pas recouverte par les biscuits mais c'est par là qu'il a croisé les ''glands''. Peut-être que Nat fera d'une pierre, deux coups.

Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: ♪♫ Prom'nons dans les bois...   Mer 23 Mai - 9:09




C’est le silence, au départ, du côté de son vis-à-vis. De fait, Natsuki ne relâcherait pour rien au monde le couteau qu’il avait en main et si Takeru cherchait à s’approcher de ne serait-ce qu’un pas ou deux sans s’être annoncé ou quoi, Natsuki n’hésiterait pas une seule seconde à lui sauter à la gorge. Certes, il était en quelque sorte un « médiateur » entre les vampires et l’humanité. Du moins, un médiateur qui avait « droit » de vie et de mort dans les deux camps. Mais il n’en restait pas moins humain et s’il avait déjà abrégé la vie d’un chasseur, il en portait encore un lourd sentiment de culpabilité sur le cœur. Sentiment dont il n’avait pas l’intention de parler à qui que ce soit bien que les membres les plus éminents de son ordre soit déjà au courant.

Quoi qu’il en soit, Natsuki n’éprouvait pas les mêmes réticences à tuer des vampires. Parce que ces êtres étaient déjà morts, peut être… Ou parce qu’ils étaient en général bien plus belliqueux qu’ils ne voulaient l’admettre. Certes, ils vivaient dans l’ombre et le secret depuis des siècles et même des millénaires… Mais ça ne les empêchait pas d’être bel et bien très présent, voir limite étouffant. D’ailleurs, si l’Ordre n’entrait pas en croisade ouverte contre les chasseurs c’était bien parce qu’au fond, ils approuvaient une partie de leurs chasses. Ils étaient une sorte de régulateur… Le problème c’était quand ils s’attaquaient à des vampires qui étaient une bonne chose pour la société… Hélas, parfois ces vampires là pouvaient être cruels… Leur conférant ainsi le rôle des avocats du diable.

C’était difficile d’expliquer à ces hommes que la communauté vampirique était un atout dans la vie des hommes quand on connaissait le parcours de la plupart d’entre eux. Et pourtant, tout était une question d’équilibre. Il y avait la part de bon et celle de mauvais…

Peu importe… Tout ça pour dire que Takeru aurait mieux eu à faire de ne pas bouger. Et jusqu’à présent, il respectait plutôt bien cette partie du contrat auquel Natsuki l’obligeait. Par contre, lui avait été loin d’être tacite… Et ça aurait pu être une bonne chose que le vampire ratifie verbalement ce contrat imaginaire. A la place, il se contente de rester là, comme un paumé, débout… A le regarder comme un idiot vaguement soulagé peut être…

Natsuki exagérait ? Oui mais Natsuki exagérait toujours. Il n’était pas quelqu’un de « sympa » la majeure partie du temps et ça, n’importe quel chasseur de Requiem vous l’aurait dit lui-même, qu’il appartienne à la portion d’indépendants ou même de membres de l’Ordre ! Natsuki n’avait pas pour ambition de câliner les gentils petits chasseurs ou humain… Il vivait… Comme sa conscience le lui indiquait et sans doute qu’il avait par le fait même un mode de vie beaucoup plus sain que bon nombre de chasseur, même si on aurait vraiment pas dit. Au moins il ne se mentait pas.

Un sourire amusé glisse sur les lèvres du vampire, faisant tiquer un peu Natsuki dont les jointures commencent à blanchir sur le manche de son couteau de chasse. Hey… On ne parlait pas de l’Opinel qu’on donnait au scout pour couper des bouts de ficelle hein… Son couteau était une arme blanche dont la lame faisait presque vingt centimètres et qui ne rentrait de fait dans sa poche (avec son étui, merci) que parce que celle-ci avait été déchirée pour l’y laisser entrer. Quoi ? Fallait qu’il l’ait toujours sur lui sans se faire arrêter par les flics… Ces derniers ne pourraient jamais l’inculper ou quoi mais c’était une perte de temps… Parce que oui, en plus, la lame était à double tranchant crantés… Ce qui en faisait une arme de guerre et était donc interdit de posséder à titre personnel sur soit.

Nouveau sourire quand il parle du costume… Mais visiblement, ce vampire là n’avait pas de langue, pas de cordes vocales ou peut être même aucun des deux. Enfin si c’était le cas, c’était tout récent hein ! Parce que Natsuki savait bien ce que ce type faisait dans la vie ! Enfin il le savait en gros… Assez pour savoir qu’il devait un minimum kiffer les costumes quoi… Même s’il n’a pas l’air de le désapprouver pour le coup…

A la suite néanmoins, alors qu’il aborde un sujet plus sérieux, Takeru perd son sourire de merde. Bien, très bien… Ils allaient peut être pouvoir avancer alors ? Oui et non, en fait…

Parce que Takeru ouvre bel et bien la bouche. « Amen ! » traduirait assez bien la pensée de Natsuki pendant une seconde. Il n’avait pas trop l’intention de se tailler le bout de gras avec un vampire rencontré au beau milieu de la nuit dans une forêt qu’on disait maudite. Il avait mieux à faire… Il avait même des tas de choses plus sympa sur sa liste des trucs « mieux à faire ». Sauf que bon, Takeru a décidé de s’entêter faut croire… Parce qu’aucun son ne franchit ses lèvres peu épaisses. Il se détourne sans rien dire et Natsuki a un grondement qui au départ aurait pu ressembler au feulement d’un chat avant de se terminer en bref aboiement canin.

๑ Putain mais tu comprends pas le japonais ou quoi ?!

Ouais, il s’énervait un peu… Natsuki, la patience c’était pas sa vertu la plus prononcée ! Heureusement, alors même qu’il finit cette phrase, Takeru s’était finalement décidé à se lancer.

๑ Ils s’enfonçaient dans la forêt, mais je crois que je préfère garder le silence. Ils avaient l’air particulièrement belliqueux, et si je ne vois aucun soucis à tendre la main à un membre pensant, savoir qu’une bande de larves se fera bouffer par cette forêt ne me fait pas grande peine…

Alors Takeru les avait vus. S’enfonçant dans la forêt certes… Mais ça ça ne lui apprenait pas grand-chose hein… Il lui fait ensuite sa petite crise de moral, lui faisant partager un raisonnement dont Natsuki n’avait rien à carrer. D’ailleurs, à la fin de celle-ci, Natsuki lèvre sa main libre pour offrir un splendide doigt d’honneur à Takeru. Une façon comme une autre de lui dire ce qui suit ensuite :

๑ Ta gueule. Finalement, t’avais l’air moins con quand tu jouais le poisson à l’ouvrir et la ferme sans qu’aucun son ne sorte.

Il haïssait ça… Cette façon que Takeru avait eu de parler de ces chasseurs comme de créatures qui ne méritaient pas de vivre. Bien sûr, ils étaient belliqueux. Bien sûr, lui aussi pestait après eux et bien sûr il avait l’intention de leur coller un bon crochet dans la mâchoire. Mais ces gamins n’étaient pas comme ça parce que c’était écrit dans leurs gènes. Ils auraient pu être de bons gosses… Mais un vampire –ou plusieurs- leur avait tout prit. Et même si Natsuki s’énervait contre tous les chasseurs, il les respectait également comme personne. Alors les entendre se faire traiter de larves qui pourraient bien crever sans qu’on s’en soucis, ça lui fout les boules. Surtout qu’ici, on ne retrouverait pas leurs corps avant la battu de l’année prochaine, probablement.

En plus… « Membre pensant » ? Takeru le remettait comme étant membre de l’Ordre ou il était juste aussi con qu’il en avait l’air, parlant sans réfléchir ? Parfois, même les idiots tapent dans le vrai. Quoi que là c’était quand même curieux parce que Natsuki ne présentait pas aussi bien que l’extrême majorité des membres de l’Ordre…

Et puis ensuite… Ensuite Takeru fait la plus grosse connerie qu’il pouvait faire à ce moment précis… Il n’avait toujours pas affirmé à voix haute sa volonté de ne pas se battre, avait même admit être indifférent du sort des chasseurs que Natsuki cherchait, le frustrant donc… Et pourtant, le vampire vient se poser derrière lui. Il le sent à quelques mètres derrière au départ mais sans qu’il puisse réagir encore, les lèvres du vampire viennent murmurer chaudement à son oreille. Prêt… Bien trop prêt de sa petite personne et de sa jugulaire…

๑ On ne vous a pas invité… Suis-moi, je fois avoir un paquet de… « Pocket » ? « Poly » ? « Pocky » ? C’est ça, un paquet de Pocky dans la voiture. Fubuki en laisse toujours traîner un paquet dans la boîte à gants…

Le contenu de son petit discours n’a que très peu d’importance pour Natsuki. De toute façon, ses réflexes ont déjà prit le dessus et jouissant d’une belle détente et d’une force que Natsuki ne retient pas le moins du monde, le chasseur vient donner un très violent coup de coude dans le nez du vampire… Le craquement qui en ressort laisse peu de place à la suggestion… Il venait de lui péter le nez !

Natsuki vient ensuite donner un coup large du bras pour tenter d’atteindre le vampire avec son couteau… Mais le vampire s’est déjà écarté, évitant ainsi une blessure beaucoup plus grave qu’un simple nez cassé. Natsuki, de son côté, fulmine ! Il est plus grondant et sur ses gardes que jamais !

๑ Refais moi ce coup là une seule fois et j’abrège ta misérable pseudo existence…

Et le ton mordant de sa voix indiquait très clairement qu’il le ferait… Natsuki ne permettait pas qu’on brise de cette manière les distances de sécurité… Surtout quand il ne connaissait pas réellement le vampire. Takeru le prenait pour un petit humain lambda dont il pouvait s’amuser ? Il avait tort… Il n’avait peut être pas les capacités physiques que possédaient les vampires mais il était toujours vivant aujourd’hui et avait un grand, très grand nombre de vampires sur son trophée de chasse… Alors il n’était pas du tout à sous-estimer.

๑ Je suis pas venu pour ta soirée costumée de merde. Je suis venu chercher des gamins pour les ramener chez eux. Si tu ne sais rien à leur sujet tu dégages, simplement… Ou je te plante…

Que dire, en plus, de cette invitation à lui donner de la bouffe ? Il le prenait vraiment pour un chien c’est ça ? Qui se laissait amadouer pour peu qu’on lui donne un peu de quoi bouffer quand il crevait de faim… Ca pouvait fonctionner… Mais là les circonstances ne le permettaient pas du tout !!

๑ Je préfère crever de faim que de te suivre et de bouffer tes trucs…

Surtout qu’à présent, Natsuki pensait réellement que Takeru n’avait pas eu l’intention du tout de le mener « à sa voiture ». Juste d’aller lui boire le sang dans un coin tranquille ou de se faire la peau d’un membre de l’Ordre de réputation, dans les rues Tokyoïtes.

Natsuki lève à nouveau son bras, couteau de chasse au bout de celui-ci, désignant Takeru avec une très grande méfiance.

๑ Tu as plutôt intérêt à ne pas trop bouger de ta place si tu veux pas finir en fertilisant pour orties…

Ha et aussi, puisqu’il était soudainement de très mauvaise humeur –ce qui n’était en rien arrangé par son estomac qui continuait de réclamer !- Natsuki ajoute :

๑ Si ces gamins meurent parce que tu me fais perdre mon temps, je te retrouverais à Tokyo et je te montrerais ce que c’est un chasseur belliqueux…

Et du coup, pour conclure :

๑ Tu vas être sage maintenant ?




_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: ♪♫ Prom'nons dans les bois...   Jeu 31 Mai - 7:10


Spoiler:
 

Takeru est parfois un peu d'humeur chieuse. En fait en cet instant c'est plus Kurokami qui a pris le dessus plutôt que Takeru. Enfin... Peut-être un mélange des deux. Quoi qu'il en soit, il n'a pas à proprement parlé, envie de discuter. Les chasseurs il n'aime pas trop ça, mais à son erreur de jugement, il pensait que ce membre de l'Ordre pouvait être cool. Il a cru aussi qu'ils connaissaient assez leurs dossiers pour savoir que lui, n'est pas une bête sanguinaire contrairement à son meilleur ami, mais ça devrait peut-être le mettre sur ses gardes, leur différence est telle que ça pourrait justement les rendre méfiant, se dire que Takeru commet autant de crime que l'autre en le lui mettant sur le dos... Mais sa naïveté lui fait oublier parfois certains jugements. Parfois Takeru ressemble un peu trop à un gosse... Un gosse de plus de trente ans, un gosse de plus de cent ans, mais un gosse quand même. Certaines personnes qui n'ont pas eu de réelle enfance, se rattrapent par la suite, et le grand dadet ici présent fait sans nul doute partit de ces attardés de la jeunesse. Cependant Takeru, est un être assez compliqué et complexe à cerner, parfois pour lui même.

Le vampire devrait se méfier plus. Ce n'est pas qu'il sous estime la force des opposants, il sous estime peut-être leur haine. Lui qui a connu la guerre, fait peut-être un déni de la haine des hommes, lui qui au contraire préfère la paix et l'amour. Peace and Love, ça pourrait être le leitmotiv de Takeru. Mais malheureusement pour lui, le monde des Câlinours n'existe pas, pas dans la réalité en tout cas. Qu'il donne régulièrement de l'argent à des œuvres caritatives ne fait pas de lui un bon vampire, pas aux yeux de ceux qui veulent la mort des créatures de son espèce en tout cas. D'ailleurs personne ne sait qu'il fait ça, il ne le fait pas pour la reconnaissance mais par respect pour la vie, tout simplement. Cependant de par sa nature, il ne peut évidement pas s'empêcher de jouer et d'être parfois cruel même par le jeu. Il ferme les yeux sur les activités d'Akatsuki même si ça lui fait mal et espère réellement parvenir à le calmer, ou qu'il croise bientôt le chemin de quelqu'un qui saura le dompter.

Parfois il sait qu'il vaut mieux ne pas parler, mais des fois rester silencieux est pire. C'est juste que là, il n'a rien à dire réellement, qu'il parle ou se taise, c'est comme s'il savait qu'il serait méprisé. Des fois on peut sentir ces choses là. Peut-être entendre le grincement de la peau et des os serrant plus fort le manche du poignard, un changement dans la respiration, ou la tension de l'air... Quand on commence à prendre de l'âge, on peut être plus sensible à ces détails, mais Takeru n'en est pas encore là, pas au point de réellement percevoir ces changements en tout cas. Mettons ça sur l'intuition plutôt. C'est surtout le ton de la voix qui lui indique que son interlocuteur perd patience, et il le comprend, lui aussi serait sans doute dans cet état si un petit con s'amusait à le prendre de haut. Ignorant malgré tout cette pique bien mérité, il répond à Natsuki, bien qu'il aurait mieux fait de trop préciser sa pensée. Plissant les yeux, il avait raison, quoi qu'il fasse, ça ne lui va pas... Tant pis... Détournant à nouveau le regard, il n'ajoute rien. Il n'a de toute façon pas envie de se disputer avec une forte tête qui n'écoute rien.

Les paroles de Takeru sont surtout maladroite, car il ne s'imagine pas réellement qu'ils vont se faire bouffer, ils avaient l'air assez bien armés et entraînés, il ne s'en fait en fait pas vraiment pour eux. Ce soir les vampires ont autre chose à foutre que partir à la chasse aux chasseurs. Mais il a éventuellement oublié le fait qu'ils pouvaient tout bonnement se perdre et ne jamais sortir de là. Takeru ne pense pas à mal, mais c'est sans doute là le soucis. Il voulait juste avoir des paroles provocantes. De toute façon partit comme c'est... C'est pas son soir de chance... S'il savait ce qui l'attend pour le reste de la nuit... Il ferait demi-tour pour rejoindre son lit et ne plus y bouger jusqu'au prochain crépuscule, quitte même à ne pas voir son père adoré.

Il voulait jouer mais il s'est fait avoir, la douleur, il avait oublié, mais il sait qu'il guerrira. Cependant pour ce soir.... Mais quel con ce Natsuki. De quoi a-t-il donc si peur ? Un râle de Takeru qui porte la main à son visage, tentant de remettre tant bien que mal l'os cassé. Au moins il a la chance de ne pas avoir le visage qui va gonfler, mais ça risque d'être tout de même gênant.

« Putain je t'aurais pas bouffé ! Même si t'es à croquer, je ne mords jamais sans demander la permission avant, je ne suis pas un chien affamé. »

Mais bon, il se détourne un peu, sentant que ça lui fait plus mal à l'ego qu'autre chose. Surtout les paroles de Natsuki. Reposant le regard sur cet imbécile, plus froid et surtout assez écœuré de cette attitude.

« Vas-y, qu'est-ce que ça peut faire ? Ils étaient vers le chemin de la grande route, et mes ''semblables'' ce soir ont autre chose à foutre que bouffer du chasseur, ils ne trouveront jamais notre sanctuaire alors je ne vois pas où est le problème. Tu t'inquiètes trop... Et si c'est les sanguinaires du genre d'Akatsuki qui te font peur, je veille sur lui ce soir, il ne fera pas plus de conneries qui le colleront d'avantage dans le collimateur de l'Ordre ou du Conseil. Démerde toi. Puisque tu es si fort, tu trouveras bien ton chemin et tes gamins tout seul. Sage... Si tu me connaissais tu saurais qu'il est inutile de me faire un sermon comme à un gosse. »

Il peut faire des efforts et même aider avec plaisir, comme si c'était un jeu, mais là, avec l'attitude de Natsu, il ne faut pas non plus le prendre trop pour un con. Bouger, oui il va bouger, il a donné les infos, il lui a même montré la direction que les prétendus gosses prenaient, lui a assez perdu de temps comme ça. Qu'il le chasse ou le bute si ça l'amuse, il y a des moments où franchement, de toute façon, il en a marre de devoir se battre et de voir la haine des autres. Alors oui, il bouge, il se détourne pour s'enfoncer plus dans cette forêt, inutile de chercher à discuter ou faire entendre raison à ce mec... Pourtant c'est plus fort que lui, malgré tout ça il culpabilise de laisser cet humain tout seul dans cette forêt. Alors il s'arrête, et lui aussi râle, et pas qu'un peu d'ailleurs.

« Fait chier ! Des fois je préférerais vraiment être comme Akatsuki. »

Bah oui, parce que malgré tout cette humanité qu'il a en lui n'est pas qu'un atout, surtout vu sa nature. Mais malgré ce qu'il dit, il ne supporterait sans doute pas d'être comme son ami, il aime trop les humains et la vie pour vouloir la détruire ainsi. Il pense à Junya à cet instant, pas de façon malsaine, il pense simplement à lui et au fait qu'il ne pourrait plus poser le regard sur lui s'il planter un humain là. Surtout si Natsuki meurt et qu'il apprend par la suite le lien qu'ils ont tous les deux, son petit ange et le chasseur. Ça aurait été pareil pour n'importe qui, sauf peut-être un criminel sans âme, là il aurait peut-être pu le bouffer sans remord. Mais comme Natsuki lui a gentiment rappeler que ce ne sont que des gamins, des gamins oui, et il sait pourquoi ils sont comme ça, d'ailleurs certains sans doute à cause d'Akatsuki.

« Je ne t'aide pas de crainte que tu me chasses, tu peux me tuer là, tout de suite, personne ne le saura, et j'ai pas peur de toi. Je n'ai rien à me reprocher. Mais pour certaines personnes à qui je témoignes du respect, je ne peux pas te laisser en plan. »

Bref, là il n'a plus envie de parler, sentant de toute façon se pointer une remarque bien acérée, il s'avance de quelques pas mais pas vers le chasseur, plutôt vers la direction qu'il avait indiqué un peu plus tôt. Il l'attend un peu, il va le guider, avec ses sens vampiriques ça peut aider. Il ne peut rien faire finalement contre la faim de Natsu mais... lui soupire un peu, cette soirée est trop bizarre, trop étrange, trop différente, et il en vient même à se demander quelle vacherie va encore lui tomber dessus cette nuit. Il avait oublié que même les vampires pouvaient chopper mal au crâne...

Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: ♪♫ Prom'nons dans les bois...   Sam 2 Juin - 14:19


Spoiler:
 



Natsuki, c’était pas le roi de la diplomatie. Même avec les gens qu’il aimait bien il était plutôt le genre brute de décoffrage et son crédo c’était « taper avant, causer ensuite ». Et pourtant, il était probablement un des chasseurs de l’Ordre les plus attaché aux bonnes valeurs de ce dernier. Bien qu’il ait une profonde rancune envers les vampires pour l’avoir obligé de supprimer des chasseurs dont le seul tort était souvent d’avoir tellement souffert qu’il en était aveuglé par celle-ci, Natsuki s’attachait au principe d’équilibre. Mais peut être simplement qu’à son âge, il n’était plus l’heure de changer de doctrine.

En tout cas, sa manière de faire lui avait permit de survivre et mine de rien, peu de chasseurs pouvaient se vanter d’être depuis aussi longtemps que lui sur le marché. Tout en ayant le même tableau de chasse il va sans dire… Car la valeur de Natsuki au combat n’était plus à prouver. Humain peut être… Mais pas démuni. Et s’aurait été faire preuve de bêtise que de supposer qu’il était une proie. Néanmoins, il en avait l’instinct de survie et quand on est pas celui qui domine la chaîne alimentaire, on est bien obligé d’être plus réactif que n’importe qui. Du coup… Hé bien du coup voilà comment on se retrouvait avec un vampire au nez cassé, même s’il n’était pas forcément belliqueux.

Fort peu de vampires auraient pu se vanter de pouvoir l’approcher d’aussi près sans recevoir le moindre coup… Mais la plupart de ceux qui auraient souhaiter s’approcher de si près sans pour autant lui vouloir du mal savait aussi un peu comment il fonctionnait et ne s’y serait sûrement pas risqué. On ne peut rien faire contre un réflexe de toute façon.

๑ Putain je t'aurais pas bouffé ! Même si t'es à croquer, je ne mords jamais sans demander la permission avant, je ne suis pas un chien affamé.

Peut être, mais qu’est ce qu’il croyait ? Que Natsuki allait le croire sur parole ? Parole qu’il ne lui avait même pas donnée d’ailleurs ! Du moins jusque là, de façon plus ou moins précise. Requiem était la source de beaucoup d’informations même s’il ne les avait jamais vraiment toute en tête à moins d’avoir étudié plus spécialement une fiche. Néanmoins, c’étaient là des informations sur le compte des « vampires » et ce terme lui-même indiquait qu’on avait à faire à des êtres qui pouvaient se révéler fort changeant. Et puis finalement, Takeru aurait tout aussi bien pu avoir faim pour ce qu’il en savait… Prudence était mère de sureté, comme on dit.

๑ Vas-y, qu'est-ce que ça peut faire ? Ils étaient vers le chemin de la grande route, et mes ''semblables'' ce soir ont autre chose à foutre que bouffer du chasseur, ils ne trouveront jamais notre sanctuaire alors je ne vois pas où est le problème.

Il ne fallait jamais dire jamais… Le pire arrivait souvent sur l’ensemble de nombreux petits hasards. Il suffisait de pas grand-chose. Quant à dire que les vampires avaient mieux à faire, Natsuki n’aurait à nouveau pas été prêt à mettre sa main au feu que tous les « semblables » -pour réutiliser les mots de Takeru- de Takeru étaient pourvu d’une considération aussi grande. Et de toute façon, s’il craignait pour la vie de ces abrutis, il craignait aussi pour la vie de quelques jeunes vampires tout juste sortit de l’œuf et dont un parent aurait pu être un des sommets du monde nocturne vampirique.

๑ Tu t'inquiètes trop... Et si c'est les sanguinaires du genre d'Akatsuki qui te font peur, je veille sur lui ce soir, il ne fera pas plus de conneries qui le colleront d'avantage dans le collimateur de l'Ordre ou du Conseil.

Akatsuki. Voilà un nom qu’il connaissait et ce vampire pouvait se vanter d’avoir été à une époque une des priorités de l’Ordre du point de vue de l’élimination. Et en fait, il était même encore assez haut sur la liste. Disons que son cas était souvent rediscuté car il faisait partit de ces vampires effectivement « sanguinaire », toujours pour reprendre les termes de Takeru. Après avoir admit lui-même qu’il en existait de ce genre, comment pouvait-il affirmer qu’il fallait parfois leur faire confiance ?

Certains vampires savaient revêtir des têtes d’anges… Il aurait pu en citer plusieurs et en tête de liste, Kuromiya Sensui. En tête de liste parce que sous ses airs angéliques, il pouvait assurément se révéler être le pire de tous, ses huit siècles d’expérience parlant pour lui. Mais il se faisait étrangement sage… Et si l’Ordre aurait pu en profiter pour éliminer le père et le fils –le même soir, sinon c’était la catastrophe- il n’en était rien… Parce que les Kuromiya avaient une ascendance tout particulière dans le monde vampirique et les répercutions auraient été probablement au-delà de ce qu’ils pouvaient imaginer… Et de toute façon, pour autant qu’il le sache, le chef de l’Ordre lui-même était en contact avec Sensui. Encore un truc qui le faisait grogner d’ailleurs.

๑ Démerde-toi. Puisque tu es si fort, tu trouveras bien ton chemin et tes gamins tout seul. Sage... Si tu me connaissais tu saurais qu'il est inutile de me faire un sermon comme à un gosse.

Hé bien voilà, Takeru mettait tout seul le doigt sur ce qui faisait qu’il avait finit avec le nez éclaté comme un melon bien mûr. Ils ne se connaissaient pas. Et Takeru avait apprit à ses dépends qu’on ne pouvait pas copiner avec l’inconnu…

Le vampire tourne les talons, grincheux, colérique… Et ça se comprend, Natsuki n’est pas assez bête pour nier ses raisons. Mais les siennes n’étaient pas moins réelle non plus. Ceci dit, après quelques pas, il semble se raviser pour une raison qui lui reste totalement inconnue. Cette raison ne doit d’ailleurs pas contenter Takeru lui-même qui en vient carrément à s’auto-insulter. Charmant…

๑ Je ne t'aide pas de crainte que tu me chasses, tu peux me tuer là, tout de suite, personne ne le saura, et j'ai pas peur de toi. Je n'ai rien à me reprocher. Mais pour certaines personnes à qui je témoignes du respect, je ne peux pas te laisser en plan.

Allons donc… Takeru lui faisait le coup du grand prince là, c’était ça ? Natsuki n’en reste pas moins sur ses gardes, ne desserrant pas les dents pendant un moment encore, complètement sur ses gardes. Qui sait si au fond, Takeru n’essayait pas juste d’endormir sa vigilance pour mieux lui sauter à la gorge ensuite et lui faire ravaler le coup qu’il lui avait donné. Sauf qu’ils n’avaient pas la même force et le vampire aurait probablement pu lui enfoncer la moitié de la boîte crânienne. Enfin non… Parce que son corps serait partit en arrière… Mais on se comprenait sur le fait que le choc aurait été particulièrement brutal.

๑ Genre qui ? Un petit quatre heure qui a survécu pour une raison que toi-même tu dois ignorer, à moins qu’elle ne soit futile comme « il/elle était si mignon(ne) » ?

Natsuki gronde un peu, faisant néanmoins quelques pas pour suivre Takeru, juste histoire de voir… Et s’il l’emmenait dans un get happens, BAM, il comptait bien lui tomber sur le paletot.

๑ Quand je vous entends, j’ai toujours l’impression que vous prenez les humains pour des animaux de compagnie. Les chiens fidèles deviennent des calices, les petits lapins blanc vos petits protégés… Et les animaux un peu galeux ou qui présentent moins bien, vous les « piquez » en vous imaginant que c’est le cycle de la vie.

Il a un ricanement sans joie avant d’ajouter :

๑ Me fait pas croire que t’es « végétarien ». Je me souviendrais de ce genre d’info.

Les vampires végétariens étaient fort peu nombreux et très mal perçus par la société vampirique qui avait tendance à les rejeter, un peu comme le cannibalisme était proscrit dans la société humaine même si y avait là une claire différence que Natsuki n’allait pas s’encombrer à marquer.

๑ Si tu m’emmènes dans un piège, sache que je vendrais très chèrement ma peau.

Ho ça oui… Et il ne comptait pas mourir, en plus de ça ! En tout cas, ça ne l’empêche donc pas de ranger un peu de son attitude menaçante même s’il ne se départit pas de son couteau et qu’il reste toujours paré à toutes éventualités.

๑ De toute façon tu sais te soigner non ?

C’était un truc de vampire qu’il aurait bien aimé avoir ça… La guérison spontanée. Ou presque spontanée quoi.

๑ C’est qu’un nez cassé, ça a déjà t’arrivé, t’as pas 10 ou 20 ans d’ancienneté derrière toi seulement…

Parce qu’il était assez au courant pour savoir que c’était un long apprentissage merci ! Mais une petite fracture, c’était rien d’insurmontable, si ?

๑ Je m’appelle Natsuki. Mais on dirait que tu m’avais remit de toute façon puisque tu savais que j’appartenais à l’Ordre.

Et puisque malgré tout, il n’était pas « contre » les vampires, il le met en garde :

๑ Il faut que tu arrêtes de vouloir copiner. Tu vas t’attirer des ennuis et un jour, tu finiras avec un truc pas cool en travers du cœur…


Et là pfffit, plus de vampire…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: ♪♫ Prom'nons dans les bois...   Ven 3 Aoû - 11:17


Takeru n'est plus un bébé mais il a bien des choses encore à apprendre. Parfois il offre sa confiance un peu trop facilement, voulant oublier parfois les préceptes qu'on lui a inculqué lorsqu'il était jeune, ou ce qu'il a appris à l'armée. Akira n'a jamais été celui qui frappait le premier, voulant toujours trouver une solution avant d'en arriver à l'extrémité de tuer la « cible ». Il n'est pas devenu naïf, mais les années avec son père vampirique lui ont ouvert de nouveaux horizons, offert de nouvelles valeurs, ainsi lorsqu'il est devenu Takeru, il avait envie de croire en l'humanité. Chasseur ou pas, il peut avoir du respect pour ces créatures éphémères comme il peut détester les siens. Tout est dans l'attitude. On pourrait ne pas comprendre comment il a pu se lier d'amitié avec ce monstre d'Akatsuki mais... si on lui demande, peut-être répondrait-il « qu'il y a encore du bon en lui » ? Une réplique piquée dans un film culte mais... au fond Takeru le pense sincèrement et il espère bien le faire ressortir. Bah, chacun s'accorde ses propres missions, vaines ou pas.

Quoi qu'il en soit, là n'est pas la question d'Akatsuki mais bien de Natsuki, chasseur et membre de l'Ordre qui vient de lui péter le museau. Takeru l'a peut-être cherché, il a joué, il a perdu. Ce mec là est loin d'être aussi doux et chou que ne l'est Jun. Ah si Takeru savait... Mais pour le moment il se contente de découvrir cette montagne de muscles, enfin surtout de testostérone. Natsu n'a pas un physique de déménageur américain, mais il est évidement qu'il dispose d'une musculature parfaitement développée. En plus vu la puissance du coup, il l'a bien sentit, que Natsu n'était pas du genre « fromage blanc ». Il ne lui en veut pas, sur le coup, ça fait mal, c'est tout. Essayant de remettre son nez en place ou du moins tâtant où ça peut être cassé, il ronchonne à son tour et écoute les éventuelles réponses du chasseur. Au fond de lui, Takeru est peut-être naïf. Non pas qu'il ne puisse accepter que les vampires soient des créatures viles, il préfère se contenter pour le moment du visage qu'il connaît de certains pontes du monde nocturnes. Sensui, Sei, et d'autres encore. Il sait qu'il ne faut pas leur chercher des poux, mais il ne les imagines pas volontairement hostiles et faire souffrir les autres juste par plaisir. Pour lui il n'y a qu'Akatsuki qui possède ce vice et lui est sous haute surveillance, enfin en quelque sorte. Il redoute la nuit où il apprendra que son ami s'est fait avoir, ce serait le plus grand échec de sa vie. Mais ce n'est encore une fois pas le moment de songer à ça.

Ne se souciant pas des accusations et provocations de Natsuki, Takeru hausse les épaules, à quoi bon répondre, puisque pour les chasseurs, tous les vampires sont les mêmes. Mais bon, c'est aussi le bon moyen d'apprendre à se connaître, encore faut-il qu'on accepte que tous ne soit pas des brutes assoiffées de sang en permanence.

« Non Môssieur Je-sais-tout ! J'ai aussi des amis réels pour qui j'éprouve un réel respect et beaucoup d'affection ! Mais qu'est-ce qu'un chasseur peut comprendre à ces choses là ? » Il le sait parfaitement que Natsuki peut le comprendre, mais puisqu'il est jugé, il se permet de retourner les choses, peut-être pour lui faire comprendre que justement, juger trop hâtivement ça peut aussi faire mal. Oui il est sensible parfois Takeru et ça l'agace d'être pris pour un chien enragé qui n'a aucune considération pour la vie. « Oui, IL est si mignon, et non il n'a ni fini entre mes crocs ni entre mes draps ! » Autant le préciser avant que le sujet ne soit évoqué. La suite des paroles de Natsuki le fait à nouveau râler, mais il soupire légèrement. « Moui... Pour la plupart sans doute, mais j'imagine que la plupart ont oublié qu'ils ont aussi été humain autrefois. J'ai vu assez de saloperies pendant les guerres pour ne pas pouvoir songer à ce que ressentent les humains. J'essaie de ne pas m'y attacher, car perdre quelqu'un qui nous est proche est vraiment douloureux mais c'est plus fort que moi. J'ai peut-être peu d'affinité avec les vampires, parce que je ne parviens pas à m'entendre avec eux, avec leurs valeurs je veux dire. Pour ma part j'ai juste du mal à résister aux petits anges, j'aime les câliner, les protéger, et la plupart ignorent même ce que je suis réellement... » Il repense à son papounet, car en un sens c'est lui qui a donné ce penchant "peluche" à Takeru. C'était pas vraiment le moment d'y repenser mais un court instant il se perd dans ses pensées, marquant un arrêt qui n'aurait pas lieux d'être, marmonnant pour lui même. « Je devrais peut-être être plus attentif... » Attentif et pas que ça, après tout Takeru a une grande part de responsabilité dans son abandon, il commence à le réaliser.

La voix de Natsuki revenant à ses oreilles, il repose le regard sur le chasseur, hôchant la tête doucement. « Bien sûr que non, mais je n'ai rien contre les végétariens, un de mes amis en est un et je t'assure que personne ne le touchera en ma présence sans risquer un bon coup dans le nez ! Maintenant que j'ai eu un cours particulier je serais plus efficace encore ! » Et il ne plaisante pas. Oh ce n'est pas une menace envers Natsuki (qui devrait le comprendre avec ce qu'il sait à ce sujet justement), mais plutôt envers les vampires, qui n'apprécient pas les végétariens. On ne touche pas aux « chouchous » de Takeru, quitte à ce qu'il risque sa propre peau.

« Je ne t'emmène pas dans un piège, je veux pouvoir profiter de ma soirée sans avoir à songer à ce qu'il a bien pu arriver au grand Natsuki et à ses petits protégés. Croire que je peux contrôler les agissements d'Akatsuki est une erreur, j'imagine qu'il n'est pas encore arrivé et s'il arrive quelque chose je ne pourrais plus regarder certaines personnes en face... » On peut dire que c'est surtout pour lui même qu'il aide Natsuki mais pas seulement. « Je sais qui tu es car j'aime me documenter sur certaines personnes, je ne sais rien de plus que ton nom et ton visage, comme un ou deux de tes collègues, mais parce que j'étais là lorsque vous avez discuté avec mon père il y a quelques temps déjà. » Mais comme on lui avait demandé de rester à l'écart, il s'était contenté d'observer de loin pour ne pas « déranger ».

Un bruit, que Natsuki n'a peut-être pas entendu mais qui n'a pas échappé aux sens de Takeru. S'arrêtant et faisant un signe à Natsu de se taire pour écouter. Ils s'approchent, le groupe n'est plus très loin et pensent être sur la piste d'une sangsue. Posant à nouveau le regard sur Natsu, son sérieux retrouvé, comme lorsqu'il était militaire, observateur, attentif. Sa voix est devenue plus basse, il ne faut pas qu'on le repère. « C'est mon problème ce que je fais de mon cœur. Peut-être qu'on me regrettera, ma mort servira peut-être une noble cause. Prouver qu'il n'existe pas que des brutes et que les végétariens ne sont pas les seuls à avoir de la considération pour les humains. Tes petits amis sont à 300m droit devant, s'ils continuent vers l'Est ils vont tomber sur une série de trous qui pourraient leur coûter cher. S'ils tombent dedans plus personne n'entendra jamais parler d'eux. Tu vas gérer ou je te prête main forte ? »

Il n'a pas l'intention de les bouffer ou de mettre un terme à leur vie. Il sort un masque, le genre qu'on peut voir sur les photos de visualeux, genre de masque anti microbe mais en cuir et customisé. Cacher ainsi son nez cassé mais aussi qu'on ne le reconnaisse pas. Bien que ses fringues vont mettre la puce à l'oreille. Il laisse Natsuki décider, lui n'a besoin d'aucune arme, il va au moins guider encore Natsu et lui signaler les pièges (trous et autres dangers de cette maudites forêts, du moins tant qu'il les connaît).

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: ♪♫ Prom'nons dans les bois...   Dim 5 Aoû - 8:24





Est-ce que Natsuki abusait ? Peut être un peu… Il avait le tempérament vif et exalté. En fait, c’était un homme qui avait plus l’impression, peut être, d’avoir survécu que d’avoir vécu. Et n’était-ce pas réellement le cas ? A presque quarante ans, il avait vu tomber presque autant de chasseurs que de vampires et craignait parfois que ce qui était sensé être une chasse « intelligente » ne le soit plus tout à fait. Pouvait-on toujours observer une justice aveugle toutes ces années ? Lui-même s’admettait volontiers qu’il éprouvait une forte rancune envers les vampires. Parce qu’ils l’avaient parfois obligé à plonger sa lame non pas dans un corps qui tombait par après en poussière mais bien dans un corps humain, encore chaud de vie. Mais, aussi, parce qu’ils l’avaient un peu empêché de vivre. Ou tout simplement parce qu’ils lui rappelaient trop facilement que sur la pyramide de la chaîne alimentaire, ils étaient au dessus de lui. Natsuki n’avait jamais été un homme de faiblesse… Et il avait toujours eu trop d’orgueil.

De fait, il était relativement inconcevable de l’imaginer abordant un vampire sans un minimum de « mordant », sans mauvais jeu de mot. Parfois, il était même violent, comme par exemple dans cette situation. Cela s’expliquait aussi du fait de l’endroit… Et de la tension générale qu’éprouvait Natsuki. Il était peut être souvent en première ligne mais il n’était pas fou et savait bien qu’en ce moment il n’avait pas du tout l’avantage du terrain. Natsuki, plus que beaucoup d’hommes, savait comme la vie pouvait disparaître dans une toute petite fraction de seconde. L’inattention avait un prix rudement coûteux.

En tout cas, pour en revenir au vampire qui le préoccupait ce soir, il semblait évident que Takeru n’était pas le genre réellement belliqueux. En fait, il y avait fort à parier qu’il était tombé sur un de ces vampires qui pensaient eux même se contenter de chasser « utile » et qui pensaient donc pouvoir circuler librement et parler à qui leur plaisait comme si de rien n’était. Bien que Natsuki se sente plus fort qu’une gazelle –merci bien- il aurait aimé que Takeru puisse se rendre compte que présentement, ils avaient l’air d’être un lion et une gazelle au milieu de la savane. Ca expliquait tout son comportement non ? Leur physionomie était trop semblable, peut être, pour que le vampire réalise la menace qu’il pouvait représenter pour lui.

Takeru le gratifie en tout cas de sa chère « philosophie » et Natsuki grimace un peu en grognant. Qu’est ce que c’était tarte… Ok ok, là encore, il était un peu sec et peu avenant. Mais il était comme ça, Natsuki. Voilà que le vampire lui faisait un vieux remake bizarre à la Peter Pan avec ses envies de câliner tout ce qui était petit et mignon. Encore heureux qu’il ne soit ni l’un ni l’autre ! Enfin… On ne parlait pas de la taille ok ? C’était un sujet qui fâchait facilement.

Pour Natsuki, quoi que puisse en dire Takeru, il faisait peu de doute sur le fait qu’une cohabitation était possible mais qu’aucun être humain ne pouvait réellement se sentir en sécurité en présence d’un vampire. Il ne suffisait que d’une petite étincelle pour que ça dégénère et même sans soif, un vampire qui s’énerve ne dispose pas des mêmes atouts physiques qu’un homme. De fait, il leur offrait très mal sa confiance et restait systématiquement sur ses gardes. Du coup, Takeru pouvait toujours essayer de lui expliquer comme il était un « bon » vampire serviable et qui pouvait aimer la race des hommes, ça ne suffirait pas à l’amadouer. C’était un travail de très longue haleine de l’apprivoiser et ce même quand on était un être humain ! Jun pourrait sûrement en témoigner !

Takeru fait ensuite allusion à son père et là encore, Natsuki semble ne pas relever bien qu’il réfléchisse rapidement pour remettre un peu cette « conversation ». En tant que chef des éclaireurs à Tôkyô, il avait déjà été amené à voir le Grand Conseil. Bien sûr, Sasara lui était restée entièrement invisible… Personne ne connaissait son visage et mine de rien, c’était ce qui leur mettait encore assez la pression pour qu’ils ne s’imaginent pas à égalité avec les vampires. Ces derniers menaient encore la danse et possédaient une arme secrète à la tête de leur armée.

Le père de Takeru faisait partit de ce Grand Conseil. Sept vampires, tous très vieux pour la plupart et qui étaient sensés mettre un peu d’ordre dans le chaos. Parfois, Natsuki avait sérieusement l’impression que c’était inutile et que ça ne fonctionnait pas. Mais… Il devait reconnaître que le Grand Conseil savait aussi faire du bon travail et qu’ils ne favorisaient pas toujours les leurs, confère le grand nombre de vampires qu’ils avaient eux même tués pour préserver leur secret voir la bonne entente –tout est relatif sûrement- qu’ils entretenaient avec l’Ordre de Tenkyû. Il y avait Kuromiya père aussi… Lui était un autre genre de menace et les pontes de l’Ordre avaient poussé un grand soupire de soulagement lorsqu’après des dizaines et peut être même centaine ? d’années, ce dernier avait renoué le dialogue avec eux.

Tandis qu’ils marchent, Natsuki faisant bien attention à l’endroit où il mettait les pieds, Takeru s’arrête ce qui, par méfiance et mimétisme, force Natsuki à lui-même s’arrêter. Il observe le vampire, suspicieux alors que ce dernier lui fait signe de se taire mais il obéit néanmoins, attendant le verdict.

Natsuki a un ricanement moqueur lorsque Takeru lui parle de regret après la mort et de fait, toujours aussi aimable :

๑ Je ne te regretterais pas moi.

Mais bon, il y avait peut de vampires qu’il regretterait en même temps ! Et les seuls concernés, ce n’était pas tant par amitié ou sentiment que parce que leur disparition pourraient provoquer beaucoup de tohu-bohu.

Takeru lui indique ensuite la direction et la distance de ses « petits amis » et Natsuki grogne encore un peu, faisant quelques pas dans cette direction. Est-ce qu’il avait confiance en l’information ? A demi. Disons qu’il jugerait de la pertinence de faire un peu confiance à ce vampire là en voyant si ses infos étaient les bonnes. En tout cas, lorsqu’il lui demande s’il aura besoin d’aide, Natsuki renvoi un regard assez noir à Takeru, stipulant :

๑ Non, j’irais seul.

En plus :

๑ Ces gamins sont en chasse, faut être con pour vouloir aller à leur rencontre quand on est un vampire. Ils sont peut être jeune et peu expérimenté mais ils sont très bien entraînés…

Alors valait mieux pas les sous-estimer et s’imaginer qu’on pouvait facilement paraître devant eux. Ni croire que Natsuki pourrait le protéger de quoi que ce soit parce que présentement, l’adrénaline devait courir dans les veines de ces garçons et ça marchait un peu comme une drogue, les empêchait d’être entièrement clairs et attentifs à ce qu’il aurait à dire.

๑ Ca va dégage, t’attend quoi ? Le déluge ? Que je te dise merci ? Je t’ai rien demandé !

Ha, Natsuki, sa poésie et son caractère agréable… Ca faisait plaisir de lui rendre service n’est ce pas ? En tout cas, gardant toujours un œil sur Takeru pour s’assurer qu’il n’allait pas lui bondir dessus, Natsuki poursuit sa marche, à présent seul… Sales mômes… Il allait les ramener directement à Nikkô ce soir…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: ♪♫ Prom'nons dans les bois...   Lun 6 Aoû - 10:23


Spoiler:
 

Au moins le chasseur aura réussit à renfermer le vampire dans sa coquille. Non pas qu'il sous-estime les humains, pas plus qu'il refuse d'admettre qu'un vampire est plus puissant qu'un humain, mais il s'efforce de ne pas en user si ce n'est pas nécessaire. Il a bien le droit de vivre dans son petit monde. Corrompu peut-être par la douceur de son père, traumatisé par les horreurs qu'il a vu pendant les guerres, il avouerait sans peine, notre Takeru, qu'il est plus fragile qu'il ne veut bien le montrer. Plus fragile mais pas nécessairement une lavette, il y a des limites.

Le vampire ignore beaucoup de choses, il a régressé pendant de longues années à un état d'ignorance et d’insouciance juvénile, ne se préoccupant nullement des problèmes humains ou vampires. Cette rencontre avec Natsuki le conforte un peu plus sur le fait qu'il est temps de changer, de grandir, à nouveau. Se dire être un ''enfant'' vampire n'est pas une excuse, et il en a parfaitement pris conscience lorsqu'il a eu le plaisir de rencontrer Seijûrô. A quelques dizaines d'années près, ils ont pratiquement le même âge et ce n'est vraiment pas une excuse. Takeru peut parfaitement s'intéresser à la politique ainsi qu'à ce que fait son père, sans pour autant prendre partit ou s'engager ouvertement. Lui non plus n'a jamais vu Sasara, il sait qui c'est, par la force des choses mais ne s'est pas plus inquiété que ça.
C'est décidé, ce soir, s'il le peut, il veut et doit parler à Adam.

L'attitude de Natsuki, il finira aussi par la comprendre, l'accepter. On a beau être sympa, ce n'est pas ça qui efface les mauvaises expériences et mauvais sentiments envers son ''espèce''. Il s'est lui même retrouvé dans des situations où il n'avait d'autre choix que faire des choses dont il n'est pas fier, juste pour tempérer les choses. Pour ça, il est évident qu'il a une rancœur certaine envers tout ce qui est pouvoir militaire, c'est cette rancœur d'ailleurs qui l'a peu à peu éloigné de son père, il le réalise enfin. La politique, c'est ce qu'il y a de pire. Mais justement, c'est lorsque l'on ferme les yeux, que les choses ne changent pas.

Il est vrai, que d'une certaine façon, Takeru était gravement atteint de ce syndrome étrange. Mais c'est plus fort que lui. Il a découvert tardivement toutes ces choses, et il en profite. Quant à Natsuki, même si Takeru a la chance d'avoir une taille correcte, ça lui a souvent été un handicap. Être le plus grand de la classe, puis de la garnison, mais heureusement, ça n'a pas toujours été le cas. Il avait juste un peu plus de mal que certains à se ''planquer''. Il pouvait éventuellement se faire passer pour un coréen, en mission d’espionnage, mais tout ça appartient au passé. Maintenant il se grandit même encore grâce à des chaussures aux semelles et talons presque démesurés, pour la scène. Mais il ne se moquera jamais de la taille de quelqu'un. Au contraire, il s'est souvent trouvé bien trop grand.

En voyant que tout ce que pouvait lui dire, même vis à vis de son père, Takeru décide de ne pas insister. Ce n'est pas que cette rencontre l'agace, toute nouvelle rencontre est toujours intéressante, même avec une teigne comme Natsuki, mais ça le lasse un peu de parler dans le vent. Il aurait presque mieux fait de rester silencieux à ce tarif là. Mais bon... Au moins ils ont pu ''vaguement'' faire connaissance. Mais à choisir, il préfère passer du temps avec Sei, au moins l'échange est plus agréable.

Lorsque Takeru entend les bruits, durant leur petite ''balade'', le réflexe militaire du geste lui revient, et sur le coup il n'a pas réfléchit, il espère après coup que Natsuki ne va pas mal le prendre. Visiblement non, il comprend vite, Takeru n'en doutait pas mais après tous les vacheries qu'il lui a sortit jusqu'à présent... La confirmation qu'il ne manquerait pas à Natsuki, ça il l'attendait presque et ça le fait légèrement sourire. Il y a d'autres personnes à qui il manquerait, il le sait bien, alors ça ne le touche pas plus que ça, enfin... Juste un peu.

En voyant le regard de Natsuki, il se demande bien ce qu'il a encore pu dire pour déplaire à ce tigre enragé. Oui, ça lui va bien ça comme surnom... L'explication il l'a juste après, mais là encore ce n'est pas de douces paroles...

« Je suis un vampire... Évidement que je suis con. » Oui, là il commence à s'énerver un peu, juste un peu. Mais il a tenu plus longtemps qu'avec Yuki quand même. Cependant il ne jouera pas le même jeu, car justement, là ce n'est pas un jeu. Autant prendre sur soi et laisser couler, tout simplement. Un vampire qui se laisse marcher sur les pieds ? Peut-être, mais Takeru a tout sauf envie de finir par se battre avec ce chasseur... Il n'avait pas l'intention de se « montrer », juste rester un peu dans les parages. Bref, ce n'est plus son problème maintenant, d'autant que Natsuki achève cette rencontre de façon fort déplaisante, encore une fois.

« Je ne te demande rien non plus... J'espère juste que tu ne feras pas grossir les chiffres macabres de cette forêt... Au plaisir de ne jamais te revoir...»

Il y a des limites à la patience. Il sait que ne jamais revoir Natsuki est une utopie. Cette dernière phrase n'était pas pour contredire son « souhait », mais de simplement ne plus avoir à le croiser en ville ou ailleurs, c'est tout. Sur ces paroles il ne lui faut pas longtemps pour disparaître. Il est déjà bien assez en retard et ça lui a en plus coûté son nez. Du sang, il en aurait peut-être besoin pour se soigner, mais il y aura sans nul doute tout ce qu'il faut à la soirée. Au pire il pourra toujours mander un peu de précieux nectar à son papounet chéri, discrètement, il ne lui refusera sans doute pas ça.

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: ♪♫ Prom'nons dans les bois...   




Revenir en haut Aller en bas
 

♪♫ Prom'nons dans les bois...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shizuoka :: Le Mont Fuji :: Forêt de Aokigahara-