C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 C'était un lapin qui avait un fusil... [pv Takemi Mika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: C'était un lapin qui avait un fusil... [pv Takemi Mika]   Sam 12 Mai - 23:22


Le 31 octobre à 23h25



Il faisait nuit, Daisuke bailla. Il avait des amis bêtes, mais celui-ci décrochait le grelot : l'emmener par un temps débile au plus prochain de cette forêt, alors qu'on soufflait que les vampires allaient y faire la fête cette nuit. Putain de merde d'enfant de saloperie. Lorsque son ami lui avait proposé de sortir en pleine nuit, il avait failli lui claquer la porte au nez. D'ailleurs, c'était ce qu'il avait fait, brusquement ; mais c'était sans compter sur la pugnacité de l'autre con. Il se demandait parfois pourquoi il se traînait de tels boulets...en l'occurrence, celui-ci avait commencé par bloquer sa porte avec son pied, l'empêchant de fermer le verrou et força l'entrée. Il s'installa ensuite dans le canapé, réclama un chocolat chaud. Akira n'était pas quelqu'un qui avait l'habitude qu'on lui refuse des choses. Une carrure qui imposait le respect, deux petits yeux type bouledogue, il connaissait Daisuke depuis le lycée. Enfin, il était plus un élève traumatisant les autres là-bas et aujourd'hui, il l'avait retrouvé dans un bar par hasard il y avait quelques jours et éprouvait le désir irrationnel de lui foutre la frousse.

« Mec, faut que j'te parle d'un truc ! Une sorte de défi, mais oui, je te dis, la forêt d'Aokigahara ! Comment ça, tu veux pas, t'as la frousse !? De toute façon, tu viens t'as pas l'choix, je te tire par la peau du cul...Oh, tu sais te battre, j'aimerais bien voir ça ; non tu me prends pour qui, tu veux emporter des couteaux ? T'as peur de te faire pendre ? Le but ? Ben...en fait, ce serait de trouver un cadavre...tu vois, défi pour la peur dont je te parlais ? Ha ? Pourquoi tu dis que t'es pas trop pour, je t'assure que t'as pas le choix, à partir de maintenant, je te lâche plus, j'te laisse juste aller te changer dans ta piaule ! Bref, on va là-bas, on dégage un pendu et on l'ramène ici pour lui ouvrir le bide ! »

Et ce dialogue de sourds avait duré encore quelques quart d'heure. S'en étaent suivi quelques coups histoire de remettre les idées de Daisuke en place et celui-ci avait filé dans sa chambre, ou plutôt dans sa salle de bain, étant donné qu'il n'avait qu'un seule pièce ici. Il s'était bien entendu préparé du mieux possible : Moritaka, du fait de son statut de chasseur, avait été averti de la présence de vampires dans cette forêt aujourd'hui. Bon...il ne pouvait pas descendre ce connard d'Akira, aussi idiot soit-il, cet acte étant réprimandé par la loi. Il ne pouvait pas non plus désobéir ou l'autre allait lui éclater la tête contre le bitume, fier de sa force. Fais...chier. Il allait...s'ennuyer à mort. Daisuke ne savait pas ce qu'ils avaient tous avec ce qui relevait d'après la mort, mais ils commençaient à le faire chier. D'abord son père qui choisissait son orientation, ensuite ses contacts qui, pensant l'impressionner, le blasait un peu plus. Les vampires, les morts, tout ça, c'était son quotidien ; Daisuke s'en serait volontiers passé.

Bref, il avait donc enfilé ses vêtements, plus ou moins noir et le moins rouge possible, les vampires étant pour lui comme des taureaux qui fonçaient sur tout ce qui avait la couleur du sang, puis, lassé, pris trois ou quatre pistolets, deux dans ses différentes godasses, un dans son holster sous son tee-shirt, un autre au niveau de la taille, plutôt discret. Lassitude. Et puis lorsque la nuit tomba, Akira le traîna en voiture jusqu'à la fameuse forêt et en descendit. Si ce pauvre con pouvait mourir cette nuit, Daisuke ne ressentirait rien de spécial, vraiment. Le boloss de service le tira par le bras, le faisant pénétrer dans le bois. Daisuke ressentit un léger frisson avant de redevenir normal, comme avant. Ennui...banalité de la chose. Ce type allait se faire bouffer, il avait devoir abattre le vampire concerné...putain, quelle emmerde ! Akira, lui, commença à s'enfoncer dans la forêt, laissant un peu de recul à Daisuke.

« Merde...où tu es...putain...me dis pas qu'à cause de ce con...je suis per...du ? Ha putain, comme si ça tombait bien ??? »

Il shoota dans un arbre pour manifester son désagrément et s'assied tranquillement à son pied, attendant le retour d'Akira, profondément ennuyé par les éléments. Si seulement une cuisine volante pouvait se ramener et pleins d'odeurs l'entourer, ça, ce serait génial.



Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: C'était un lapin qui avait un fusil... [pv Takemi Mika]   Mar 15 Mai - 22:15


31 Octobre : 23h30


Malgré la fraicheur de cette soirée d’halloween, Je savais que ce n’étais pas la brise qui me faisait frissonner mais bel et bien les lieux dans lesquels je venais de mettre les pieds… Il y a quelques jours, j’ai reçu une lettre cacheté ainsi qu’un colis avec un costume. Ces deux élément me conviant à une soirée déguisée en plein cœur de la foret la plus connue pour ses drames : La foret d’Aokigahara.

Lorsque j’étais plus jeune, avant que je ne parte pour Paris, mes camarades d’école s’amusaient à raconter des histoires de fantôme concernant ces lieux. Je ne vous direz certainement pas que j’étais l’une de ceux qui ont l’imagination florissante lorsque l’on commence à la faire travailler. Ces histoires me valurent de belles nuits blanches …Qui aurait pensé que je me retrouverai dans cette forêt maudite plusieurs années plus tard ?

Une nouvelle brise passa sur les parties nues de ma peau. Je ne pu m’empêcher de me frotter les bras, tentative désespérée pour me réchauffer quelques peu. Mon costume d’Isis, déesse de l’Ancienne Egypte, était une longue robe bustier orangé. Dans le dos de la robe étaient cousus deux pans de tissus, brodés de perles bleues et vertes, eux-mêmes rattachés à de fin bracelet, ce qui donner l’impression de voir une créature ailée, lorsque je levais les bras. Je n’avais pas eu besoin de la perruque qui se trouvait avec le costume étant donné que mes cheveux était noir et mi-long…bon pas taillé au carré certes mais je considérais que cela ne dérangerai pas l’assemblé de vampire qui serait présente lors de ce bal…

N’étant pas d’une nature trop craintive, je mettais enfoncé dans l’épaisse forêt tout en prenant garde de rester sur les sentiers balisés. On m’avait indiqué dans la lettre quelques passages souterrains qui mèneraient directement au lieu de rendez-vous. Cependant il nous fallait d’abord nous aventurer dans les profondeurs du bois pour dire d’y accéder. J’avançais doucement, prudemment… La lune ne parvenait quasiment pas à percer la canopée des arbres, qui montaient si haut que l’on en avait le vertige rien qu’à les regarder d’en bas. Mais le peu que la lune éclairé dans ce bois sombre, suffisait à ce que je vois parfaitement les lieux où je me trouvais. Être vampire ou ne pas l’être…

Je continuais d’avancer le long du chemin balisé, lorsque j’entendis quelqu’un parler :

-Nan mais quel imbécile ! Nan mais j’te jure, j’ai réussi à l’amener jusque là !! Il est vraiment trop con de m’avoir suivi dans cette foret alors qu’il connait très bien ce qui si passe chaque soir d’halloween ! Ouais je viens de le planter là. Non mais trop mort de rire ! Il va rentrer en pleurant chez sa mère avant que j’ai réussi à sortir de cette foret de merde ! Comment j’ai fait ? Ben je connaissais un passage pour rejoindre un autre chemin balisé, donc je l’ai semé et après je me suis barré… Ouais t’as raison !

Je vis un jeune homme apparaitre non loin de moi à téléphone collé à l’oreille. Lorsqu’il me vit, il se stoppa net dans l’allée. Je ne bougeais pas d’un pouce.

-Ouais mec, heu attend, il y a une nana en face de moi…Je veux qu’elle est bizarre ! Elle ressemble à une de ces déesses égyptiennes ! Ouais, à plus…

Il commençait à avancer vers moi…Je ne bougeais pas…

-Alors ma jolie, qu’est ce que vous faites là, en cette jolie soirée… ?

Je ne répondis pas à sa… « drague » de très mauvais gout.

-Tu es perdu ? Tu as besoin d’aide ?

-Non. Toi par contre… Je te conseille de ne pas rester dans les parages, tu risquerais d’avoir des ennuis...

Il me lança un regard interloqué.

-Récupère ton copain sur le passage et sort de cette foret.

-Mais pour qui tu te prend pour me dire ça, dit-il en avançant vers moi. Tu crois que je vais t’obéir alors que j’ai décidé de foutre la frousse à l’autre idiot ? Il se trouvait maintenant à quelques centimètres de moi. Tu sais quoi, c’est plutôt toi qui devrait te barrer avant qu’il t’arrive quelques choses.

-Je ne pense pas non…Je suis ici parce que je dois y être mais toi…

Je me déplaçais derrière lui à une vitesse que c’est yeux ne purent voir. Il fallait que je le fasse partir d’ici avant qu’un autre vampire ne lui fasse ça fête. Je penchais sa tête sur le coté pour mettre sa veine jugulaire en évidence. Une bonne frayeur le ferait certainement décamper.

-…Je pense sérieusement que tu devrais quitter ces chemins…

Je me mis à le mordre avec mes incisives mais pas avec mes crocs, je ne tenais pas à ce que ce rebus de la société humaine soit le premier humain que je transforme. Je ne pouvais cependant pas ne pas sentir les flux et reflux de son sang dans son cou. Peut-être que j’avais été trop présomptueuse. L’odeur de sa peau… l’odeur de sa peur… il était tétanisé… Mes crocs commencèrent à se planter dans sa peau. Une perle vermeille brilla dans le clair de lune… J’avais été stupide…je n’étais toujours pas en mesure de rester impassible… Je ne voulais pas ça ! Je reculais, doucement, laissant couler le sang le long de son cou et le long de ma bouche…

-Maintenant…Dégage…

Je le lâchais, il tourna la tête dans ma direction et je le vis détaler comme un lapin. J’eu un petit rire… Les humains étaient vraiment trop sensibles !

Je me retournais, prête à repartir en direction de mon rendez-vous. Je me retrouvais face à une belle surprise. Un flingue était pointé sur mon front…

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: C'était un lapin qui avait un fusil... [pv Takemi Mika]   Mer 16 Mai - 19:01


Ben oui, le Moritaka, il n'était pas resté à poireauter sous son arbre. Au bout de quelques instants, il avait bien senti ce vent passant entre les arbres et s'était dit qu'il devrait bouger un peu pour réchauffer tout ça. Il n'aimait pas du tout ce temps, mais vraiment pas du tout. Un vampire aurait pu lui bondir dessus qu'il n'aurait même pas réagi, et pourtant, en ce funeste jour, Daisuke savait à quel point il devait être prudent et s'était armé en conséquence. Finalement, après quelques minutes à observer les silhouettes assez proches des arbres, il se mit en route vers quelques bruits qu'il pouvait entendre de là où il était. Il avait supposé au départ qu'il s'agissait d'un quelconque animal puis, entendant des choses qui ressemblaient plus à deux voix différentes, s'était ostensiblement rapproché de là.

Et il avait bien fait. À son arrivée, il avait vu la petite racaille se faire suçoter le cou pendant quelques secondes et était resté immobile, trop interloqué pour faire quelque chose : comprenez-le, le Daisuke. Des vampires, il en côtoyait tous les jours : toutes les nuits serait plus exact, mais des vampires qui viennent de l'Antiquité égyptienne, ça, c'était tout à fait nouveau ! Et là, Moritaka le chasseur avait les yeux grands ébahis, se demandant dans quelle dimension de l'espace-temps il était tombé. Apparemment, pas une où les gens étaient sains d'esprit...et la racaille ne tarda pas à fuir. Pendant ce temps-là, le jeune homme à la chevelure rouge avait eu le temps de dégainer et de se placer derrière le vampire en question pour lui faire exploser la tête. Foutu métier...Ha, finalement, il se retourna et commença à le fixer. Une goutte de sang dépassa de sa bouche mais concrètement parlant, Daisuke se foutait qu'il ait pu tuer ou non le gros connard qui l'avait traîné ici...alors bon, il le remercierait sans doute plus qu'autre chose, s'il ne se mettait pas à l'attaquer, rendu affamé par la bestiole qu'il venait de croiser.

« Vous aussi, il vous énerve, ce type ? Il m'emmerde...il s'est cru intelligent parce qu'il m'a amené ici...je n'allais pas lui dire la vérité et lui foutre un flingue sur la tempe...Tain...Je suis obligé de faire ça ? Donnez-moi une...non, deux raisons pour ne pas vous tuer ! »

Il n'y avait pas vraiment fait attention, mais le vampire était « une » femme vampire. Ha. Il lui arrivait toujours des ennuis lorsqu'il croisait les femelles, c'était inévitable, une espèce de malédiction pré-programmée. À croire qu'une marraine fée maléfique s'était un jour penchée sur son berceau en agitant sa baguette magique « tu te foutras toujours la honte devant les fiiillleees ! », qu'elle dût proférer, cette mécréante ! Si elle n'était pas une vampire, celle-ci était plutôt bien foutue, même s'il ne comprenait toujours pas pourquoi elle avait ce déguisement d'égyptienne. Les vampires faisaient donc vraiment une teuf, cette nuit ? Ils avaient l'intention d'égorger une ou deux vierges au passage ou tout se déroulerait façon soirée pyjama ? Des oreilles, des pizzas, un film et cercueil. Sauf que là, bon, Daisuke refusait de prendre le rôle de la pizza, il avait toujours détesté sentir trop fort la tomate et la viande cuite.

« Une femme...limite, j'étais à deux doigts de te prendre pour un de tes copains à dents longues transsexuels. Y'en a de plus en plus...Ben...franchement, j'vais t'le dire en face : j'aime pas mon métier alors fais pas chier. Tout ça est d'un ennui sans fin...je me fais entraîner ici par un gros con et je retrouve...hahaha ! Ce que je hais le plus ! Bordel, vous avez pas fini de me faire chier ? »

Il se gratta la tête de son autre main libre, puis fronça les sourcils, entendant déjà son estomac grincer d'une manière très peu élégante...ouais, Daisuke était un homme qui était prompt à la famine et la présence d'Akira l'avait probablement privé d'un excellent dîner. Il avait mangé fort mal, pressé par cet abruti qui lui avait imposé sa présence et du coup, il n'en était que de plus mauvaise humeur.

« Il paraît que les vamps sont comestibles...ça fait quoi, si je te dirais dans le bras et que je le fais cuir ? J'aurais des points bonus ? Parce que rien à foutre d'être courtois, j'ai vraiment trop la dalle...putain d'Akira à la con ! »



Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: C'était un lapin qui avait un fusil... [pv Takemi Mika]   Lun 3 Sep - 19:55


Autrefois Halloween était en fait une fête païenne celte nommée Samain et fêté principalement par les druides. En effet, le Samain clôturait une année et annonçait l'année suivante - un peu notre nouvel an -. Enfin cette période avait été choisi pour marquer une fin et un début pour une raison spirituelle : on dit que c'est à cette période que le royaume des humains peut entrer en contact avec le royaume mystique des dieux ... enfin quelque chose de ce type.

Or, cette petite tradition disparaît peu à peu avec l'arrivée de l'Eglise catholique et sa fête de la Toussaint. Dès lors, le Samain n'est plus qu'une fête pour la veille de la Toussaint - fête des morts, voilà qui est glauques - et avec le temps, les coutumes changèrent. Le royaume matériel et spirituel est - théoriquement et selon certaines croyances - en lien mais on la fête maintenant avec moins de foi et de ferveur religieuse et avec plus de matérialisme.

On se déguise tantôt en monstre, tantôt en personnage historique et on récolte des bonbons aux portes ou l'on fait des farces de mauvais goûts ou encore on assiste à des fêtes dans les thèmes de l'horreur ou de la fantasy... bref, prier la veille de la Toussaint ou ce genre de choses religieuses ne sont plus du tout répandu.

Parlant de fêtes ... Ce soir Teruo devait s'en occuper d'une. Il avait déjà fait le plus gros du travail, maintenant il devait encore s'assurer que tout se déroulait à merveille. Certes ce n'était pas vraiment son travail mais c'était lui qui s'était occupé des modalités d'envoie des tenues ou encore des cartes d'invitation, des instructions pour l'accès au temple, les collations, la restauration, la décoration ou encore le personnel en charge du service. Il avait fait correctement les courses du Conseil et avait collaboré plus ou moins amicalement avec les autres personnes en charges éventuellement.

En tout cas, finis les soirées de casse-tête pour les costumes. En effet, on n'allait pas envoyer un costume masculin à une jeune dame ... quoique, certains ne se sont pas montrés contre pour un travestissement. Alors ces vampires là ont montré toujours de l'originalité partout et ce soir-là encore ils allaient d'avantage le prouver.

Il arrive devant cette forêt maudite, cadenasse sa précieuse moto quelques parts et s'engouffre dans cette étendue verdatre et peu accueillante en cette belle et effrayante soirée. D'ailleurs, il valait mieux qu'un petit humain ne croise pas sa route. Pas qu'il avait faim - il dine toujours avant de se rendre dans un lieu publique - mais parce que c'était bizarre un Dom Juan en pleine promenade au milieu d'une forêt - et encore plus bizarre un Dom Juan descendant d'une moto , on l'avait regardé avec de gros yeux déjà - . Certes ce n'était pas ses habitudes d'attirer les attentions mais ce soir, franchement, il ne voulait pas se trainer la grosse voiture inutilement et se casser la tête à chercher une place de parking.

De toute façon, il y avait plus grotesque que lui.

Bref ... il marchait pour se rendre au temple, connaissant la route par cœur quand une odeur de sang lui frappa ses petites narines délicates. Aussitôt, il vit un jeune humain foncer droit vers une direction. Teruo se cacha et l'observa longuement pour ensuite se diriger dans le sens inverse, de là où l'humain semblait venir. Un vampire semblait avoir fait un dégât alors qu'il était à peine 20h !

Il s'avança très silencieusement pour ne pas qu'on l'entende ou qu'on remarque sa présence. Quant à la scène qui s'offrit à lui, elle lui plut pas du tout. Déjà il y avait là une vampire - elle avait un déguisement de l'Egypte Ancienne et il se rappelait avoir vu ce déguisement dans les nombreuses commandes à effectuer - et un humain avec une arme, sûrement un chasseur.

- Une des premières raisons pour ne pas la tuer : ce boulot vous fait déjà très chier . N'ajoutez pas une deuxième tâche chiante pour votre soirée d'Halloween, en l'occurrence moi, et allez plutôt faire la fête avec vos semblables. Une seconde raison pour ne pas la tuer : vous n'avez aucune raison de la tuer, il n'y aucun cadavre ici. Ma dame, rejoignez donc la fête ... Je m'occupe de ce petit soucis.


Il s'était rapproché d'elle à une vitesse hallucinante, lui baisa la main et la poussa délicatement pour qu'elle s'en aille. Elle le fit et sans un mot disparu derrière les arbres.

- Bien ... qu'avez-vous décider ?


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: C'était un lapin qui avait un fusil... [pv Takemi Mika]   Jeu 6 Sep - 14:54


Daisuke n'eut pas le temps de dire ouf qu'un autre vampire surgit à l'horizon. Lui qui espérait avoir une discussion tranquille avec la jolie femme, il n'en était rien. Celui qui venait d'apparaître devant lui ne semblait pas prêt à faire de concession. Daisuke secoua alors brièvement la tête, comme pour indiquer que de toute façon, il ne comptait pas tirer. Cette vampire ne lui avait strictement rien fait, et puis il n'était pas un meurtrier, au contraire. Il avait parfois blessé par accident certains vampires au cours de chasses, mais il n'en avait jamais tué. Certaines fois tout simplement parce qu'il n'était pas assez fort, d'autre fois parce qu'il les laissait volontairement s'enfuir, quitte à se prendre une grosse torgnole ensuite. De toute façon, quelle importance ? Les vampires qui s'enfuyaient finissaient la plupart du temps tués par d'autres chasseurs.

Après que Teruo eut prononcé ses deux ou trois phrases chiantes, la vampire femelle partit et s'enfonça dans les bois. Le jeune homme ne baissa pas son arme pour autant, le danger étant toujours bel et bien devant lui, décalant juste d'un poil son revolver de façon à le viser, lui. Il observa sa cible, réfléchissant à qui il pouvait bien être. Shigeru Tero, bien qu'il ne connaissait pas son nom, était le genre de type que l'on pouvait croiser dans la rue et l'oublier aussitôt ensuite. Il avait un visage assez commun, malgré quelques traits coréens qui ne disaient strictement rien à Daisuke. Qui était-il ? Il valait mieux qu'il lui pose directement la question pour ensuite rapporter son comportement à Requiem, même si...il était vrai que pour l'instant, il n'avait rien fait de mal. Il s'était même plutôt bien comporté, en souvent sa collègue. Pour des vampires, on disait collègue ? Non, sœur, plutôt ?

« Je ne suis pas ici pour le plaisir...un être humain m'a entraîné ici, je le cherche. Il est assez méprisable, mais il s'agit tout de même d'un être humain, et vu la population vampire ici, il en va de mes responsabilités de ne pas le laisser seul. »

En fait, Daisuke détestait tellement Akira qu'il l'aurait bien laissé tout seul à se démerder. Malheureusement, comme il l'avait précédemment dit, si jamais quelqu'un découvrait qu'il avait laissé un humain en danger alors qu'il était là, il risquait fort de se faire engueuler très fort. Ennuyé par la situation, il souffla, baissa un tout petit peu son revolver. Il ne tenait pas tellement à ce que le vampire se sente menacé et l'attaque, surtout que plus ils étaient vieux, plus ils se soignaient rapidement et, actuellement, Daisuke ne savait rien du vampire ici présent.

« Quel âge avez-vous ? Qui êtes-vous ? Quelle...tenue portez-vous... ? »

Daisuke était tel qu'il ne connaissait du tout le personnage de Don Juan. Ce genre de culture lui échappait totalement, et puis il n'avait pas tellement suivi les cours à l'école. Il était plutôt du genre à les sécher pour aller flâner vers les quais. Et, même si, il se doutait qu'on apprenait des choses comme cela, à l'école. Les matières de prédilections étaient plutôt l'enseignement du japonais et les mathématique, d'après ses souvenirs. Il y avait même des cours de cuisine, parfois, et ceux-là, il ne les ratait jamais. Mais passons la petit parenthèse souvenir, n'oublions pas que nos deux acolytes se trouvaient tout de même dans une forêt assez noire, pouvant cacher à chaque arbre un vampire – ou un pendu de plus.

Daisuke baissa complètement son arme, choisissant le bluff.

« De toute façon, mes collègues ne vont pas tarder à arriver. Je suis assez pacifique concernant les vampires, mais si vos intentions sont mauvaises, nous n'hésiterons pas à donner la chasse. »

Faux. Totalement faux. Il n'avait appelé et ne comptait appeler d'autres chasseurs. D'ailleurs, il se demandait si son portable avait encore de la batterie, mais cela, c'était carrément une autre histoire. Ce qui importait pour l'instant était qu'il n'était pas à cours de balles.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: C'était un lapin qui avait un fusil... [pv Takemi Mika]   Ven 7 Sep - 21:48


Décidément, Teruo avait raison de se nourrir tôt dans la soirée. Ainsi, il n'avait plus faim et pouvait garder un excellent self control de sa personne, écouter calmement un très ennuyeux chasseur et agir en bon vampire moderne et civilisé en accord avec son temps. Par contre, s'il paraissait tranquille, dans le fond il était totalement énervé et ennuyé par l'attitude de ce chasseur. En effet, ce gamin n'écoutait pas on dirait - à moins qu'il est en fait des problèmes auditifs graves et à ce moment pas de bol - car il ne répondait pas du tout à la question posée précédemment par Teruo. Il enchainait plutôt sur plusieurs sujets différents à son sens.

Tout d'abord il fit une référence à son ami humain qui l'avait entrainé ici mais qui est actuellement porté disparu. Oh, ça doit être cette chose ensanglantée courant dans la forêt oui. Effectivement il serait conseillé de le tenir près de soi pour le protéger contre tous les vampires affamés éventuellement. Enfin, c'était aussi une bonne idée pour se faire laminer ou faire un massacre de masse - tout dépendait de l'astuce et des talents de berserk des chasseurs évidemment- .

Alalala ... les vampires et leur soif de sang. C'était un besoin primaire, un besoin physiologique indispensable au fonctionnement de ce corps maudit à vie, ou éternellement, mais il n'y avait eu aucune révolution ! Les humains avaient au moins la chance de développer de nouvelles manières de consommer comme des soupes réduites en poudre. Par exemple, il suffit de renverser ce sachet dans de l'eau et mélanger pendant un certain temps et voilà la soupe! Triste et humiliant à dire mais les humains innovaient et les vampires stagnaient dans leur évolution, se figeant à leur époque de leur morsure.
Teruo était un homme avide de connaissance , de science, d'évolution ... pour lui puissance rimait avec innovation et avec avancées dans plusieurs domaines. On ne réussissait à rien si on n'avait rien en plus du commun des mortels - ou des immortels dans son cas -.

Un jour, ils allaient tous se faire décimer par les chasseurs qui auront évoluer ...

Le chasseur le gêne dans ses pensées avec des questions futiles comme son nom, prénom, son âge ou encore la tenue portée. Teruo esquissa un petit sourire, dévoilant discrètement ses canines bien affutées.

- Je suis Dom Juan, je suis né un 15 Février 1665 au théâtre du Palais Royal à Paris. Quant à mon père, il se nomme Molière ... et qui suis-je ? Alors je recherche le plaisir avant tout, ne reculant devant aucun excès ou vice pour assouvir un quelconque besoin ou envie et en m'opposant à tous les dogmes religieux et normes sociales si je le désire. On me dit cynique et jouisseur mais aussi égoïste et destructeur. Je peux séduire toutes femmes que je rencontre, monter au balcon et entrer dans leur chambre pour me réfugier dans leur bras ... Voilà mon mythe.

C'était ce qu'il avait pu lire pour la pièce de Molière ... ou plutôt ce qu'il a bien voulu lire. Il pouvait avoir des siècles encore d'existence devant lui mais la lecture de théâtre n'était pas sa passion du tout.

- ... et sinon, que font vos amis chasseurs ici ? A vous de me dire qui vous êtes et pourquoi tant de vérités ou mensonges ?


Son sourire très dérangeant ne l'avait pas quitté et il continuait à regarder cet idiot sans ciller. Il était totalement immobile, ignorant royalement cette arme pointée sur lui. Il pourrait guérir vite - il s'était assez nourri pour ce soir -, atterrir derrière ce fou et lui briser la nuque au pire des cas et au mieux des cas, fuir correctement et sans avoir à laisser de corps inutile derrière lui.

Bluff ou pas ... Il allait vite le savoir. Il penchait plus pour un gros bluff , on dirait que ce chasseur cherchait juste à se protéger de lui, le gros méchant et chiant vampire.

- N'oubliez pas que j'ai ... 346 ans après tout. J'analyse assez bien les humains.


Et c'était la vérité.

Oh quant à son âge ... il l'avait inventé en le calquant sur l'âge de la pièce de Molière mais, malheureusement l'œuvre avait plus ou moins le même âge que le vampire : trois cent années et quelques ~ Sincèrement Très dommage, il aurait voulu bien jouer sur les chiffres un peu ...




Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: C'était un lapin qui avait un fusil... [pv Takemi Mika]   Lun 17 Sep - 19:36


Oh bordel de merde. C'était qu'il était tombé sur un petit comique de vampire, dites donc ? Encore un qui avait dû faire ses armes auprès des plus grands du genre, ou qui avait côtoyé Bergson, pour avoir une conception du comique à ce point ? Le vampire qui se trouvait en face de lui se décrivait clairement comme étant Don Juan. Daisuke n'était pas non plus totalement idiot : s'il n'avait su reconnaître le personnage caricaturé, il connaissait le nom de Don Juan et celui de Molière un minimum...quoique. Et puis même s'il ne les connaissait pas, son vis-à-vis avait suffisamment l'air japonais pour qu'il ne lui donne pas une naissance française. Le tic d'énervement sur sa bouche fut un peu visible, mais il tenta de se calmer rapidement. L'on disait souvent qu'il ne savait pas se maîtriser, et que c'était comme cela que des chasses sans grosses menaces, à l'origine, finissaient en fuites traumatisantes.

« Le plaisir ? Cynique et jouisseur ? Et moi j'ai faim. Quoique une nana, ça me ferait bien plaisir. Pourquoi t'as fait dégager ta copine, merde ? »

Il se frotta sa chevelure rouge, ébouriffant un peu plus. Il devait avoir l'air d'un épouvantail, maintenant...et dire que les vampires voyaient bien la nuit, merde. Mais passons, ce n'était pas comme si Daisuke avait grand chose à faire de son apparence physique, surtout de ses cheveux. Pour le moment, il se souciait juste de l'homme en face de lui, un « méchant physique » comme il en chassait très régulièrement, le moyen de le fuir – même s'il ne semblait pas du tout vouloir l'attaquer, et puis à son estomac. Et puis il ne fallait pas oublier que Daisuke s'ennuyait. La vampire qui était arrivée précédemment était tout juste repartie, le Don Juan qui était à présent devant lui était...ennuyeux. Pour commencer, ce n'était pas une fille. Il préférait parler avec les filles, ça lui donnait au moins l'impression qu'il pourrait faire quelque chose de sa soirée.

« Mes amis chasseurs ? Mais il n'y a pas de...Ha ouais...ben...je suppose qu'ils surveillent. Tu vois...ils surveillent les gens à canines. P'tete qu'ils n'ont rien d'autres à faire, enfin chais pas, p'tete ! »

Il parlait comme si rien que le fait d'ouvrir sa bouche était un exercice particulièrement perturbant et ennuyeux. Parlant des chasseurs, son bras se leva et il montra l'autre bout de la forêt, d'un geste complètement négligeant. Il était conscient qu'il avait fait une erreur, mais au point où il en était, si ce vampire avait voulu le bouffer d'entrer de jeu, il ne se serait pas attardé pour discuter. L'hypothétique présence de ses amis chasseurs était bien sûr un mensonge qui était convenu depuis quelques minutes, était donné que Daisuke avait précédemment dit qu'il avait été entraîné ici par son « camarade connard ». Toutefois, l'homme – ou le vampire – devant lui pouvait se permettre de douter, étant donné que, qui disait évènement avec foule de vampires disait également chasseurs à l'affut aux alentours.

« 346 ans ? C'est...euh...moyennement vieux, pour un vampire, je crois. Enfin je sais plus, ça m'emmerde. Tout ce qu'il y avait de distrayant ici, tu l'as faite fuir, Don Juan ou je sais pas qui. Je te demanderai pas si tu as de la bouffe, pas envie de bouffer une carcasse d'écureuil ou je sais quoi encore. J'ai pas confiance en votre espèce, vous savez pas faire la bouffe. »

Il sortit finalement son téléphone portable et le tendit, mais ne trouvant pas la moindre trace de réseau en ces lieux, le rangea, un soupir sonore en prime. Comme si être dans la forêt des pendus et des choses bizarres ne suffisait pas, il fallait en plus de cela qu'une étrange loi fasse chier le réseau. Sans compter les étranges rumeurs qui disaient que même les boussoles étaient déréglés, ici.

« Bon, sans déconner, tu es qui ? Vous faites une partooze entre vamps, aujourd'hui, non ? Pourquoi tu n'y es pas ? Tu cherchais ta petite copine, ou tu aurais par miracle retrouvé ce gros con d'Akira ? A toutes questions leurs réponses. Et je les veux honnêtes. Je vais pas te tuer, mais si tu continues à me sortir des conneries du style : gnagna, je m'appelle Don Juan et mon papa est Molière, je te dézingue l'épaule. Nom, âge, père vampirique. Plus vite que ça ! »

En prime, il releva son arme, visant effectivement l'épaule de Teruo.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: C'était un lapin qui avait un fusil... [pv Takemi Mika]   Lun 24 Sep - 9:04


Il avait définitivement menti. Cet idiot s'était trahi dans la minute où Teruo avait posé la question sur ces prétendus chasseurs venus rôder ici. Certes ils devaient en y avoir toute une tripotée, mais ils n'étaient pas en "communication" et ne devaient venir ici qu'en solitaire, comme ce garçon aux cheveux horriblement rouge. Par contre, si beaucoup de chasseurs étaient remarquables ou admirables pour leur astuce et leur intelligence au point de passionner et intéresser ce vampire d'âge moyenne, celui là avait le don de faire dormir Teruo.

Comment expliquer ? Disons qu'il mettait plusieurs secondes à répondre et ces mêmes réponses qui ont demandé une réflexion intense - ou pas - étaient soporifiques et répétitives. ET puis l'arrogance de ce chasseur le faisait à la fois rire et l'horripilait. Qu'il voudrait y planter ses dents dans la jugulaire et le faire taire à jamais ... un parasite en moins sur cette planète de plus de 7 milliards d'humains, et on le remerciera ou alors la mort passera inaperçue. Vu la tête de ce garçon, la deuxième option était plus envisageable.

Hop ! Encore une idiotie ! La nourriture ... Décidément, c'était la première attaque verbale des chasseurs vis à vis des vampires. Etait-ce de leur faute de ne pouvoir que boire du sang humain ? A priori non, c'était la faute à leur gêne, à leur papille qui ne ressentait plus aucun goût de la nourriture humaine.

- Les écureuils n'ont pas très bon goût apparemment. Selon certains végétariens de notre espèce. Personnellement je reste sur un régime plus normal, plus carnivore comme une chaude et agréable jugulaire bien irriguée par le sang d'une jolie femme.

Il avait tenté celui de sa "mère" vampire. A priori, rien de spécial si ce n'était que c'était un moment très intime. Enfin, la prochaine fois qu'il refera l'expérience, c'est s'il retombe sur une autre personne très chère pour lui. Ouep ... Il ne mordait pas n'importe quel vampire comme certains idiots et il ne se laissait pas plus faire. CE n'était pas une proie lui après tout mais un prédateur.

Le jeune chasseur finit par sortir un portable et le ranger aussitôt. Apparemment il ne captait aucun réseau ... pourquoi a-t-il besoin de son portable ? A priori Teruo n'avait pas une attitude vulgaire, provocante ou menaçante. Au contraire il était calme face à cette arme qu'on pointait sur lui, d'ailleurs qu'il la baisse vite ou alors son sang froid se dégèlera petit à petit pour laisser place à un petit sang chaud. Il avait autre chose à faire de sa soirée qu'aller rechasser pour se guérir d'une balle perdue d'un chasseur ce soir !

La suite ne plut pas du tout que ce soit le ton employé ou le terme. Il se prenait pour le caïd ou quoi avec son misérable flingue? IL croyait que Teruo tremblait de peur juste pour une petite menace d'une balle à l'épaule ? Tsss, c'était vraiment un jeune puceau encore nouveau dans ce monde ou alors la nouvelle génération n'avait pas appris les bonnes manières. Quoique, les chasseurs n'avaient jamais de bonnes manières sauf que là ... ca s'aggravait.

- Pour qui tu te prends avec tes misérables vingtaines d'années d'existence sale humain hein ? Ton ami, pff faut être un vampire de basse cour pour planter ses crocs dans un tas de gras si idiot et ma "petite amie" est une invitée vois-tu. ET ce soir, je comptais bien aller à ma fête et me retrouver en fin de soirée dans une petite orgie qui sait, dans un coin autre de la ville avec quelques vampires .. peut être que oui, peut être que non ... ET ce n'est en aucun cas tes affaires.

Son visage si calme , si lisse, si parfait, se raidit et se durcit, offrant un spectacle assez effrayant. On voyait qu'il était énervé et sur le point de faire une connerie ou quelque chose.

- Mon âge, mon père vampirique ou mon identité n'a aucune importance. Oh, je peux te dire mon nom et prénom, la moindre des choses pour que tu saches qui je suis sur votre maudit site de chasseur : Shigure Teruo. Et quant à toi ...


Un rapide mouvement et il se trouvait juste en face, à quelques millimètres de l'arme. Toujours avec la même précision et rapidité, il prit cette arme des mains du jeune homme et la point à son tour sur le chasseur, sur l'épaule.

- Un geste et je te "dézingue" l'épaule, comme tu me l'as dit tout à l'heure. Tu vas être gentil : tu te la fermes, tu retrouves ton pote et tu dégages d'ici ... est-ce clair ?



Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: C'était un lapin qui avait un fusil... [pv Takemi Mika]   Dim 4 Nov - 19:11


Daisuke respira un bon coup : la situation était à son comble comme elle l'avait été bien des moments auparavant, alors qu'il se retrouvait dans une situation dans laquelle personne n'aurait aimé se retrouver coincé. Certains l'auraient traité de pas doué, d'autres lui aurait foutu une baffe, probable. Mais ce qui comptait à l'instant présent, c'était que sa petite tête recherchait tout ce qu'il avait pu apprendre sur les faiblesses et la vérité sur les vampires. Il n'était pas de ceux qui voulaient tous les exterminer : au contraire, cette espèce existait depuis la nuit des temps, il ne désirait que leur survie. Daisuke n'était pas con non plus, les humains risquaient de perdre si seulement ils se mettaient à déclarer la guerre. Tout d'un coup, il décida qu'il se foutait de ce type...vous savez, celui à cause de qui il était ici...il ne le connaissait presque pas, après tout, sinon que c'était une mauvaise fréquentation. Il pouvait mourir ici qu'en fait...il ne se sentirait que désolé pour l'espèce humaine.

Il marqua le nom de ce vampire dans sa tête, se promettant d'aller jeter un coup d’œil à Requiem dès qu'il aurait le temps. Des Shigeru Teruo, s'il ne lui mentait pas comme l'autre abruti, il ne devait pas y en avoir des masses...alors, en pleine réflexion, bien évidemment qu'il se fit surprendre très vite par le sieur Shigeru et que son arme changea de mains.

« Merde... »

Et pour lui, la cicatrisation n'était pas si facile. Ca prenait des mois, et encore, pile dans l'épaule, ce n'était même pas sûr de cicatriser après les trois mois indiqués. Encore un endroit sensible du corps. Il releva la tête vers Shigeru Teruo et lui lança un regard quasiment blasé, comme s'il avait trop vu ce genre de scène où le vampire retourne la situation. La dernière fois, c'était une vampire, preuve en était de cette cicatrice qu'il arborait sur le flanc.

« T'es gentil, coco...mais ce flingue, il s'appelle Reviens. J'veux bien que tu t'en serves, mais pas sur toi. J'y vais, ok ? Je te laisse même l'autre type en offrande, tu peux bien lui faire ce que tu veux, j'en ai rien à foutre... »

Même s'il n'en avait vraiment rien à faire de ce que l'autre pouvait devenir, c'était ce que l'on appelait de la psychologie inversée : dites à quelqu'un exactement le contraire de ce que vous voulez voir être fait, et vous l'aurez sans doute. Ça marche pareil pour les adolescents. Idem, vous aurez remarqué que Moritaka ne pouvait se défaire de cette habituelle hargne verbale. Cela lui avait également valu maintes et maintes ennuis, mais...c'était Daisuke, et Daisuke ne pouvait pas vraiment censé d'être Daisuke d'un seul coup. Trop difficile.

Parlons revolver, maintenant. L'arme que tenait le vampire pressait son épaule, lui faisant sentir la menace bel et bien présente. Il valait mieux qu'il évite de saigner dans cette forêt, surtout cette nuit-ci où tous les vampires de Tokyô semblaient y avoir élu domicile. Des armes, il en avait d'autres cachées dans ses vêtements. Quelques unes, mais le temps qu'il en chope une et la pose contre le front de son adversaire, il pouvait être sûr qu'il aurait déjà tiré et vidé la gorge de son sang. Jaugeant la situation, Daisuke préféra être sage – pour une fois – et leva les mains en l'air en signe de paix.

« Bon...là, je fais comme t'as dit. Je pars, tout de suite. Je peux ? Tu vas pas tirer ? J'attends que tu aies posé le flingue et je te cause plus de problèmes, promis. Ce n'est pas vraiment un super bon endroit pour saigner, si tu vois ce que je veux dire. »

Il avait une furieuse envie de se gratter jusque derrière l'oreille.

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: C'était un lapin qui avait un fusil... [pv Takemi Mika]   




Revenir en haut Aller en bas
 

C'était un lapin qui avait un fusil... [pv Takemi Mika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shizuoka :: Le Mont Fuji :: Forêt de Aokigahara-