C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Jeu 17 Mai - 1:54



Frighten me, Darling
Jeudi, 1 Novembre, 00h15

« Espèce de sombre petit écervelé... », marmonne Junya entre ses dents, sa voix douce agitée de quelques tremblements trahissant son anxiété de plus en plus marquée. « Maman te l'a dit. Fubuki te l'a dit... Même Natsuki t'a dit de rester tranquille et d'arrêter de courir après un scoop à tout casser. Mais non. Tu dois en faire à ta tête, comme d'habitude ! »

Non, Jun n'était pas en train de devenir fou. Du moins, il ne se croyait pas à ce stade encore, mais il était assurément tout près d'une peur assez irrationnelle. Quoique c'est à se demander à quel point elle le serait, irrationnelle, sachant qu'il était perdu au beau milieu de la forêt d'Aokigahara, au beau milieu de la nuit, seul, sans nourriture et sans manteau chaud... et surtout, sans un moyen quelconque de s'orienter dans cette immensité faite d'arbres et d'ombres ! Les deux ont en commun qu'ils sont tous pareils... et ça n'aidait absolument pas Junya à s'orienter ! Bref, il était donc en train de s'adresser la parole non pas à cause d'une certaine folie, mais plutôt parce qu'entendre le timbre de sa propre voix, bien qu'elle soit plus faible et tremblante qu'elle ne l'aurait dût, le rassurait terriblement. C'était un piètre confort aux vues de la situation, mais c'était mieux que rien, voilà tout !

Sincèrement, Jun commençait à crever de froid et son stress n'était en rien pour l'aider à se réchauffer un minimum, pas plus que son jeans ajusté et son petit haut fin. Sa veste aurait peut-être pu faire office de bonne protection contre le froid, mais s'étant pris dans une branche un peu plus tôt, le joli tissu plutôt épais était déchiré sur une assez bonne longueur, laissant pénétrer le vent automnal désagréablement frais sous celle-ci, en agitant les pans à chaque nouveau souffle qui ne se trouvait pas bloqué par les hauts arbres de l'endroit. Ses petits pas rapides se faisaient de plus en plus irréguliers, principalement parce que le sentier qu'il suivait en était de moins en moins un, se faisant de plus en plus encombré. Il n'était absolument pas habitué aux promenades en forêt et même si dans des circonstances différentes il pourrait absolument y prendre goût, présentement c'était loin d'être une vraie partie de plaisir. Il avait mal aux pieds, aux jambes, voire même aux muscles des fesses !

Un craquement sinistre se fait entendre sur sa droite et, sursautant, Jun braque sa lampe torche dans cette direction tout en s'appuyant à un arbre. La main tremble alors que son souffle s'accélère. Tout son état semble l'empêcher de penser clairement. C'est « ça » une crise d'angoisse ? C'était... effrayant ! Il avait l'impression qu'il était à deux doigts de perdre tous ses repères et de laisser sa raison quitter une bonne fois pour toute son corps, histoire d'être enfin débarrassé de ce cauchemar ! Cependant, alors qu'il est sur le point de pousser un pur hurlement, une silhouette apparaît... Une silhouette qu'il peut voir entièrement, grâce à sa lampe torche. Et si certes, le Japonais n'est pas le plus rassurant qu'il ait vu de toute sa vie -Natsuki ne pouvait pas apparaître comme par magie encore une fois ?!-, il semblait néanmoins... un peu comme lui. Pas très grand, fin... Pas très fort physiquement, surtout, amen !

« ...Qui... Qui êtes-vous... ? Que faites-vous à Aokigahara ? », demande Junya tout en faisant malgré tout un petit pas vers l'arrière. La peur s'est éclipsée, mais il est toujours incroyablement inquiet. « C'est dangereux... ici... »

Il se racle la gorge avant de déglutir avec difficulté. Décidément, c'était loin d'être sa soirée, hein... Jun espérait seulement qu'il n'était pas tombé sur un psychopathe qui parcourrait Aokigahara de nuit pour trouver des voyageurs -idiots- égarés à se mettre sous la dent. Mais c'était débile de se faire de telles idées... Avec des pensées comme ça, il allait vraiment finir sous un arbre, recroquevillé, à geindre toute la nuit ! C'était sans compter les fantômes... Ah et voilà qu'il s'y remettait ! C'était un truc à devenir fou !!

« N'approchez pas, s'il-vous-plaît. », demande Junya et cette fois, sa voix ne tremble pas. Pas parce qu'il n'a plus peur du tout, mais bel et bien parce que cet ordre, il entendait le faire respecter ! Il était absolument incapable de se défendre, mis à part la bombe poivre qu'il avait dans son sac... et qu'il n'hésiterait pas à hésiter ! Néanmoins, le jeune journaliste avait tout de même un peu de savoir vivre ... « Je m'appelle Junya... Je me suis perdu. Vous savez comment sortir d'ici pour retourner à Shizuoka ? Ce serait... vraiment génial... »

Ça, pour être génial... Le jeune homme frissonne un peu, passant un bras en travers de son torse pour se tenir au chaud. Il avait vraiment été con de venir dans cette forêt uniquement parce qu'il avait entendu des rumeurs à propos de cette secte gothique qui se réunirait une fois l'an dans cette forêt glauque et effrayante. Résultat ? Mis à part cet homme, il n'avait vu personne. De fait, si celui-ci n'était pas un de ces satanique, son tuyau était mauvais. Néanmoins... il aurait très bien pu l'être. Un nouveau doute traverse l'esprit de Junya... et ce n'était vraiment pas pour le rassurer !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Jeu 17 Mai - 14:26


Tant de choses se sont passés ces dernières semaines, bien trop de choses... Kazuhiro en a vu des vertes et des pas mures, il s'en serait très bien passé. Peu après avoir rencontré Hebichi, après ce qui s'est passé ce jour-là, le jeune homme s'est enfermé chez lui, dans sa boutique et a travaillé comme un dératé, comme il ne l'a jamais fait, s'enfermant dans son univers et dormant à peine. Lorsqu'il travaille, il ne pense plus à rien, il a pu se vider l'esprit de cette manière, ne plus penser à tout ça, ne plus revoir tout ce qui s'est passé, alors il s'est réfugié parmi ses créatures. Haru était là avec lui, près de lui, à le réconforter comme il le faisait lorsque son ami était petit, mais Kazu est rentré dans un mutisme durant de longs jours... Mais les heures, les jours, les semaines et maintenant le mois est passé. Il y a quelques jours, après une longue nuit de sommeil, ce qui ne lui était pas arrivé depuis un long moment, le déclic a eu lieu dans son esprit. Oui, il est temps de changer ! Le jeune taxidermiste est maintenant décidé ! Il veut... et il est bien décidé à le devenir ! Il lui faut cependant encore quelques temps pour que cette idée, cette envie soit définitive... Oui, bientôt il changera...

Halloween approche, on entend parler de ça depuis un moment. Quelle fête idiote ! Ce n'est pas le genre d'événement qui attire Kazuhiro, loin de là même. Pourtant, en ce soir d'Halloween, il a bien décidé de sortir de chez lui. Il a entendu dire qu'en dehors de Tokyo, a Shizuoka, dans la forêt de Aokigahara se cachaient d'étranges créatures, plus effrayantes et magnifiques les unes que les autres... Poussé par sa curiosité de taxidermiste, le voilà dans le train en direction de Shizuoka. Il ne pouvait pas passer au travers de cette opportunité ! Le trajet est long mais le voilà qui arrive et quelques temps après, il est aux portes de la forêt. Il reste un instant figé comme ça, les yeux s'enfonçant dans les ténèbres qui s'offrent devant lui. Il n'y a rien de rassurant à la voir ainsi, il serait plus lucide d'esprit, il est certain qu'il n'y serait pas entré pourtant... le voilà en marche et il entre dans ce lieu lugubre. Qui sait ce qu'il s'y cache ?...

« Venez à moi petites créatures... »

Il porte un sac en bandoulière, nan, il n'a pas pris de matériel de chasse, il vient simplement en repérage aujourd'hui et s'il s'avère qu'il trouve réellement quelque chose, il n'hésitera pas à revenir pour venir en faire la chasse. Après tout, il n'est marqué nulle part que les créatures de cette forêt sont des espèces protégées, ni qu'il est interdit de chasser alors pourquoi se priver... Il s'arrête un instant et sort son appareil photo, passant la sangle autour de son cou et le met en route. Il va photographier tout ce qu'il peut, il fait tellement sombre qu'il distingue peu de choses alors il prend beaucoup de photos, il suffira de faire le tri lorsqu'il rentrera, mais pour le moment il n'est pas près de retourner chez lui...

Kazuhiro lève les yeux vers la cime des arbres, le vent semble s'être levé, les feuillages bougent en rythme plus ou moins constant, mais d'ici, il ne sent absolument rien, la forêt est bien trop dense, le vent ne parvient pas jusqu'à lui. Pourtant, le froid commence à devenir vraiment insistant, comme dans les cimetières, une atmosphère morbide... Sur son chemin il a vu de nombreuses choses, plus ou moins étranges : Des cordages, au sol ou bien accrochés aux branches, il lui semble aussi avoir vu des os... Il n'a jamais vraiment entendu parler de cette forêt mais elle semble de très mauvaise réputation...

Cela va faire maintenant une heure qu'il tourne sans rien trouver, il prend de nombreuses photos, mais tout est sombre, même son flash ne l'aide pas et ça ne ferait qu'effrayer les animaux, alors il s'en sert le moins possible. Il se demande ce qu'il est venu faire ici et ça l'agace. Pour une fois qu'il décide de sortir, rien ne va comme il veut ! C'est quand même pas la mer à boire de demander à ce que tout aille bien nan ? Pour une fois quoi ! Ça commence sérieusement à l'agacer, il perd patience et ça se sent et s'entend, il n'arrête pas de soupirer d'agacement.

« Mais qu'est-ce que je fou là ?! »

C'est à ce demander... Laissant ses pas le guider il s'enfonce de plus en plus, et sans s'en rendre compte, le jeune est homme est en train de se perdre... Le sentier disparait et il aura du mal à le retrouver. Les photos s'enregistrent au fil de ses prises mais soudainement il s'éteint... Batterie HS... Il va alors pousser un vrai cri de rage ! C'est la goutte qui fait déborder le vase, là, il n'en peut plus... en plus il commence à avoir faim et il n'a pas pensé à prendre quelque chose à grignoter dans son sac ! Sérieusement, où avait-il la tête ce matin ?! Mais son cri s'arrête lorsqu'il voit un faisceau lumineux droit devant lui. Il se fige et tend l'oreille lorsqu'il entend une voix. Un homme ? Il semblerait ... Par réflexe il s'avance vers la silhouette qui se dessine, oui, c'est bel et bien un jeune homme. Oh, il semble effrayé... Il s'avance de plus en plus en l'écoutant.

« Je ne vois rien de dangereux ici, excepté votre lampe qui m'aveugle ! »

Léger agacement dans la voix, c'est vrai que c'est loin d'être agréable d'avoir de la lumière en plein dans les yeux, ça aveugle et irrite !Sérieusement, est-ce que Kazu à la tête d'un psychopathe ?! On dirait un ange ? Non, je n'exagère pas voyons... Il va s'arrêter lorsqu'il lui demande de ne pas s'approcher, il est à quelques pas de lui et ils peuvent parfaitement se distinguer tous les deux, se regarder dans les yeux. Ceux de Kazu sont d'ailleurs plissés.

« Enchanté Junya, vous n'avez pas raison d'avoir peur de moi... Je m'appelle Kazuhiro, je ne vous veux aucun mal... (Sauf s'il ne baisse pas cette lampe et qu'il lui envoie du spray au poivre au visage !) Il semblerait que je sois perdu aussi... Ce n'est pas très bien balisé ici, même pas du tout... »

C'est peu de le dire mon ami... Il regarde un peu autour de lui et derrière lui et soupire en se passant les mains sur le visage. Allez, il respire un bon coup pour contenir sa colère et ne pas effrayer le jeune homme qui ne semble pas rassurer.

« Par où êtes-vous venu ? Je cherche aussi à sortir d'ici, mais je n'ai pas un très bon sens de l'orientation, je ne risque pas de vous être d'une grande aide. »

Il va regarder Junya de la tête au pied, comme s'il l'inspectait, comme s'il cherchait à voir en lui. Depuis sa rencontre avec ce vampire il se méfie de tout le monde. Qui sait sur qui ont peu tomber ? Le jeune homme se dit que désormais nous sommes en sécurité nulle part, à n'importe quel moment le monde peut basculer et tout changer. Mais ce serait dommage que ça arrive ici et surtout avec Junya, c'est un jeune homme assez mignon en plus... un japonais qui a du charme, mais ce n'est pas le moment de parler du charme de l'un ou de l'autre ! Nan, là Kazu risque d'avoir une question assez étrange, mais nécessaire pour lui.

« Rassurez-moi... vous êtes bien un être humain?... »




Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Mar 29 Mai - 3:20


Mais quelle veine il avait... Voilà qu'il tombait sur un garçon pâle, un peu excentrique et visiblement en colère pour il ne savait trop quelle raison. Mais peu importe la source de cette dernière, il n'avait pas vraiment envie de le savoir... Imaginez s'il le demandait et que la foudre de cet inconnu s'abattait sur lui pour cette raison ! Parfois, Junya savait très bien garder sa curiosité pour lui-même. Certes, ça arrivait trop rarement, mais au moins son côté petite fouine était-il moins développé que son instinct de survie... Présenté ainsi, le tableau était dépeint d'une façon fort peu reluisante, mais ce n'est pas pour rien qu'il était sur le point de se taper une petite crise d'angoisse, non plus. Sa situation était effrayante et cette fois, Natsuki n'était pas là pour le sortir de ce mauvais pied ! De fait, il s'agitait un peu, quittant l'homme du regard seulement pour trouver une possibilité de fuite. Elles étaient infinies... mais s'il s'enfonçait dans la forêt en courant, il allait se perdre pour de bon !

L'inconnu ouvre la bouche... et sa voix semble claquer comme un fouet dans l'atmosphère relativement silencieux de la forêt sombre. D'ailleurs, Junya sursaute un peu et ne se le fait pas dire deux fois. Dans une attitude peut-être un brin trop dominée, même s'il ne s'agissait que de la peur qui le guidait pour le moment, il abaisse le rayon de sa lampe torche pour éclairer au niveau de la ceinture du jeune homme. Il voyait encore son visage, d'une façon un peu plus inquiétante que plus tôt, néanmoins, mais c'était mieux que rien... et il ne voulait pas donner des raisons supplémentaires à celui-là d'être de mauvais poil, pitié non !

« Désolé... Vous m'avez fait peur, alors je n'ai pas... », commence Junya, un peu mal à l'aise. Il se ressaisit néanmoins assez rapidement, histoire de ne pas juste avoir l'air d'une petite chose effrayée, s'encourageant mentalement pour ce faire ! « Je n'ai pas voulu vous indisposer. »

Junya aurait bien aimé être plein de courage, voire faire le double de sa taille histoire d'en imposer un peu, mais il a encore une fois un geste qui trahit sa nervosité. Il recule de deux petits pas, jusqu'à ce que son dos rencontre un imposant tronc d'arbre, trouvant décidément que le sombre jeune homme était trop près de lui... Il aurait aimé lui ordonné de garder ses distances, mais pour le moment, il allait se faire tolérant. Pour le moment, quoi... Parce que s'il était doué pour le sprint, le combat rapproché n'était pas son point fort ! Jun mordille sa lèvre inférieure alors qu'après un temps d'arrêt pour l'observer, semble-t-il, l'individu reprend la parole, cette fois plus aimablement, lui semble-t-il. Dans le fond, peut-être que c'était lui qui se faisait des idées. Peut-être que le garçon était seulement paniqué, tout comme lui.

Jun s'incline poliment lorsque l'autre lui rend ses politesses. Kazuhiro, donc... C'était toujours bon d'avoir un nom à mettre sur ce visage. Sauf que... pardonnez-le de ne pas être à fond dans son conseil de ne pas avoir peur ! Junya a seulement un sourire incertain à cette déclaration, de fait, ne la soulignant absolument pas. Pendant un moment, le journaliste en herbe se demande si savoir que Kazuhiro est perdu et donc, absolument pas en pleine possession de ses moyens, est une bonne nouvelle ou pas. Ça lui allait qu'il ne soit pas en position de force plus qu'il ne le faut par rapport à lui, pour le moment... Oui, mieux valait que Kazuhiro soit perdu lui aussi, tout compte fait ! C'était plus rassurant et ça faisait un peu moins psychopathe ! De fait, Jun lui fait un sourire un peu plus chaleureux à la suite, surtout lorsque la conversation devient plutôt... normale. Enfin, pour deux hommes perdus dans une forêt labyrinthique, quoi !

« Pour être sincère, je ne suis pas certain... », murmure lentement Junya, son regard se posant un peu partout autour de lui, cherchant réellement l'endroit d'où il était arrivé. « J'ai été un peu imprudent, à dire vrai. Je suivais le sentier balisé, puis à un moment, j'ai levé le nez, attiré par un bruit... et je dois avoir quitté le sentier. »

Puis, grimaçant un peu, Junya s'essaie à l'humour, histoire de détendre l'atmosphère !

« J'ai un très grand sens de l'orientation, pour ma part. », commence le jeune homme, hautement sérieux... avant de rigoler un peu à la suite. « Dans les centres commerciaux, généralement. On dirait que le même système ne s'applique pas aux forêts sombres et effrayantes. »

Toutefois, ce disant, il se fait lui-même un peu peur ! Il glisse un de ses bras au travers de son torse, comme pour se tenir au chaud alors qu'un filet de vent s'engouffre à nouveau entre les arbres, faisant brièvement virevolter quelques mèches de cheveux soyeuses autour de son crâne. Et s'il était sur le point de converser un peu, voire d'établir un plan de fuite avec Kazuhiro, voilà que le jeune homme a une question... vraiment pas rassurante ! Junya ouvre les yeux tout grand un moment, sans voix. Il ne répond d'ailleurs pas immédiatement, ne sachant pas du tout quoi dire ! C'était quoi, cette histoire d'être humain ?! Il ressemblait à un cerf, ou quoi ?? L'étudiant prend une petite inspiration, retrouvant un peu de sa contenance naturelle, amen !

« Heu... Oui. Je suis humain... », commence lentement le jeune homme, continuant sur sa lancée, stupide curiosité oblige même si pour le moment, c'était vraiment trop con ! « Qu'est-ce que vous voulez que je sois d'autre ? Ne me parlez pas de loup-garous ! Vous ne seriez pas le premier à le faire depuis quelques semaines. Je vais finir par croire qu'ils existent... »

Junya lève les yeux au ciel tout en jetant un petit regard à gauche, puis à droite avant d'en revenir à Kazuhiro. C'était bien beau tout ça... mais il avait envie de sortir d'ici, lui ! De fait, après un moment de silence, Jun s'essaie à une supposition.

« Je crois que je suis arrivé de là. », explique-t-il tout en pointant une direction vers la droite. « Je n'osais pas trop m'aventurer... Mais cet arbre tordu d'une drôle façon, je suis certain de l'avoir vu en arrivant ici et j'ai marché plutôt droit depuis que j'ai quitté le chemin balisé. Enfin... je crois. D'après les livres d'horreur sur le sujet, on ne marche jamais droit dans une forêt et présentement, j'aurais tendance à les croire... »

Il fait une petite grimace, mais bon... mieux valait être logique, surtout alors que leur situation était vraiment... dramatique. Jun fait un petit pas dans cette direction, demande implicite à ce que Kazuhiro le suive. Et finalement, histoire de combler un peu des vides qui le rendaient terriblement nerveux, il reprend la parole. De toute façon, il était une vraie petite pipelette... Là, ça allait peut-être le servir, qui sait ??

« Je suis venu ici pour faire un reportage... J'avais entendu dire qu'une secte gothique se réunissait dans le coin à chaque année et que cette année, c'était cette nuit. Mais visiblement, mon tuyau n'était pas bon du tout. », soupire le jeune homme, visiblement fort déçu. « Et vous ? Vous avez bien une raison pour vous risquer ici cette nuit ? »

Était-il sûr de vouloir le savoir ? Absolument pas, mais c'était pour faire parler Kazuhiro, un peu... Ça le rassurait, lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Mar 29 Mai - 17:26


Il vaut mieux pour Junya qu'il ne lui demande pas pour le moment pourquoi il est énervé, car cela pourrait encore plus agacer Kazuhiro qui s'énerve relativement facilement ces derniers jours. Le jeune taxidermiste a la net impression d'effrayer ce jeune homme alors que ce n'est absolument pas son intention, mais lorsque l'on est dans un lieu comme ça, dans cette forêt si sombre, si glauque, si froide, rien ne doit être rassurant, même lorsque l'on est avec quelqu'un que l'on connait. C'est comme si le doute s'installait... du moins c'est ce que pense le jeune homme. Il soupire de soulagement lorsqu'il dévie sa lampe torche, ses yeux le remercie, ils sont sensible à la lumière après être resté aussi longtemps dans l'obscurité. Il le remercie d'ailleurs pour cela. Puis il a la confirmation qu'il l'a effrayé, il n'avait donc pas tort.

« Ce n'est rien et puis ce n'était pas mon intention de vous effrayer... »

Evidemment que non puisse qu'il ne s'attendait pas à tomber sur quelqu'un, ce n'est pas comme s'il l'avait repéré et l'avait suivi discrètement, comme s'il allait s'amuser à ça ! Ce n'est pas pour lui qu'il est venu ici. Il continue d'avancer vers lui mais se stop lorsqu'il lui demande de ne pas l'approcher et ne bouge pas d'un pouce. Il l'observe et vraiment, il à l'air d'une petite chose vraiment effrayée, il a l'impression de se voir, dans le passé... Nan, il ne ressemble pas à Junya mais son expression qu'il affiche sur son visage lui est tellement familière. Cette peur qui dessine les traits du jeune homme, Kazuhiro aussi les a connus, durant de longues années et à longueur de journée. Aujourd'hui son visage est détendu et il ne se tordra plus d'une telle frayeur, plus jamais, il ne veut plus alors voir ainsi Junya le peine un peu, même s'il ne le connait pas. Finalement il enlève son sac et le pose au sol, il commence à peser lourd sur son épaule, c'est une sensation assez désagréable.

« Si tu veux fouiller mon sac pour voir que je n'ai pas d'arme, si ça peut te rassurer, vas-y... »

Il se radoucit, sa colère se calmant pour le moment. Oui, si Junya le désir, il peut fouiller son sac après tout il n'a que son appareil photo dedans étant donné que ses papiers sont sur lui. Il ne sait pas si ça va déplaire au jeune homme, mais il se permet de le tutoyer pour détendre un peu l'atmosphère et puis ils ne doivent pas avoir une si grande différence d'âge, même si Junya parait un peu plus jeune, ou pas... difficile à dire en voyant les deux jeunes hommes, on pourrait les prendre pour de jeune adultes sortant de l'adolescence. Cependant si Junya ne veut pas qu'il le tutoie, il arrêtera directement, il ne veut pas mettre un malaise de plus, mais quitte à passer quelque temps ensemble...

Qu'il ne craigne rien, ils ne vont pas se battre, il ne se jettera pas sur lui le plaquant au sol et lui donnant des coups jusqu'à le tuer ! Quoique... Nan, rassures toi Junya, tu ne mourras pas ce soir et Kazu ne compte pas se faire tuer non plus ce soir, alors même si tu es pris d'un moment de peur, de panique, ne lui saute pas dessus, merci ! Il l'écoute tout en regardant autour de lui dans l'espoir de voir peut-être un semblant de sentier quelque part, mais finalement rien. Il soupire.

« C'est un peu ce qui m'est arrivé, je me suis laissé emporter par mes pas et j'ai quitté le sentier. C'est une vraie plaie cette forêt ! »

Surtout quand c'est la première fois qu'on met les pieds dedans. Non pas qu'il n'est jamais allé dans une forêt, enfin, pas une aussi grande et aussi étrange que celle-ci ! Il continue de l'écouter mais s'avance davantage, il en a assez de lui parler d'aussi loin comme s'il était un pestiféré. Alors il avance vers lui, tant pis s'il lui fait peur. Il ne pourra pas aller loin de toute façon étant donné qu'il s'est collé contre un arbre. Il affiche un petit sourire lorsqu'il tente un trait d'humour qui visiblement marche et détend quand même un peu l'atmosphère, non ?

« Et bien désolé de t'apprendre que visiblement c'est réel, tu n'as pas le sens de l'orientation ici ! et moi non plus ! On fait une bonne paire de bras cassés ! »

C'est peu de le dire ! Il ne souhaite pas paraitre encore plus étranges aux yeux du jeune homme mais cette question est primordiale ! Il voit bien son expression de surprise, qui ne l'aurait pas eu en entendant une telle question hein ? Mais il l'écoute avant de hausser les épaules et enchainer derrière lui.

« Loups-garous ? Non, ce n'est pas à ces créatures que je pensais, mais a d'autre, peut-être plus dangereuses, plus fourbes... Des vampires... Mais si tu me dis que tu n'en es pas un, je te crois... »

Peut-être fait-il une erreur mais il se dit qu'un jeune homme comme lui ne peut pas en être un... mais comme il lui a si bien dit, les vampires sont fourbes, tout à fait capable de jouer un rôle à la perfection avant d'obtenir ce qu'ils veulent ! Junya pourrait très bien en être un, l'attirer dans la forêt et le tuer sans hésitation ! Nan, il n'a pas peur... A y penser, ça l'énerve ! Il ne peut pas se faire avoir une seconde fois, hors de question ! Il ferme les yeux un instant et prend une grande inspiration pour se calmer. Nan, il se fait des films, de simples films...

Il récupère son sac qu'il remet autour de lui en bandoulière et hoche la tête tout en l'écoutant.

« Il faut sortir d'ici de toute manière alors marchons, nous verrons bien où ça nous mène et puis y a forcément une sortie à cette foutu foret ! »

Relax Kazu, relax... Les pipelettes ne le gênent pas, tant que Junya ne se met pas à la saouler tout devrait bien se passer logiquement. Ils se mettent donc en route, mais Kazuhiro fait particulièrement attention où il marche on ne sait jamais.

« Il pourrait y avoir des pièges... Je suis taxidermiste, je suis venu ici en repérage pour trouver des créatures... J'ai entendu parler d'animaux étranges et pas curiosité je suis venu en repérage pour prendre des photos » Il lui montre son sac qui contient l'appareil « Après je serais venu en chasse mais excepté toi, je n'ai rien trouvé, pas même la moindre traces de pattes ou plume d'oiseau... »

Peut-être que lui dévoile n'est pas une bonne idée pour rassurer Junya mais peu importe, il a voulu savoir et au moins Kazu parle nan ?

« Simple hypothèse, imagine que nous tombions sur cette fameuse secte gothique, qu'allons-nous faire ? J'ai entendu dire que ces personnes ne sont pas forcément très accueillante et surement pire que ça si elles sont venus faire se réunirent ici ! »

Quoi ? Il n'a pas tort après tout, il faut réfléchir un peu tout de même ! Il pose la main sur son sac pour toucher son appareil photo et se remet à parler.

« Je pourrais prendre des photos si jamais ça devait arriver, ça pourrait te servir pour ton reportage nan ? Mais... Ce ne sont peut-être pas des humains... peut-être des vampires ou des loups-garous... »

Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Dim 10 Juin - 5:48


Le jeune homme semble soulagé lorsque finalement, le faisceau de la lampe de Jun ne l'éblouit plus. Si ça pouvait le mettre dans de bonnes dispositions, Junya était bien prêt à ça ! Parce que sincèrement, être perdu au milieu d'une forêt truffée de dangers et impénétrable avec un inconnu en colère, c'était pas trop sa tasse de thé. Et même si celui-ci l'assure qu'il ne voulait pas l'effrayé, ajoutant que cette petite agression lumineuse n'était pas bien grave, le journaliste en herbe ne se sent pas plus rassuré ! Au moins cesse-t-il tout mouvement un moment, posant son sac au sol tout en lui proposant... de le fouiller. Junya fronce les sourcils, se demandant où l'homme voulait en venir. Il désirait le rassurer... ou bien lui donner une fausse impression de confort ? Quoiqu'il en soit, Jun a un petit mouvement vif de la tête de droite à gauche pour refuser l'offre. Il n'avait absolument pas envie de fouiller dans les affaires de Kazuhiro, non seulement parce que c'était impoli, mais aussi parce que franchement, il avait tout de même un peu peur de ce qu'il y trouverait ! Cette soudaine présence était un peu plus angoissante qu'il ne l'aurait cru...

Et c'est d'autant plus vrai lorsque après avoir déclaré qu'ils avaient trouvé leur compte de la même façon, soit en quittant le sentier balisé pour un rien, Kazuhiro commence à avancer. Jun se plaque un peu plus contre son arbre, le coeur battant soudainement la chamade. Ok, non... non, non et non ! Il n'aimait pas ça du tout et de fait, après un moment de battement, il se réfugie plutôt derrière le tronc imposant, le souffle court.

« Arrête ça. Arrête, j'ai peur ! », s'exclame soudainement Junya, oubliant tout à fait de vouvoyer son vis-à-vis. De toute façon, la situation ne s'y prêtait plus, à présent ! « Je ne te fais pas confiance et je veux bien qu'on s'entraide pour sortir d'ici, mais ça sera à quelques pas de distance ! »

Au moins, ça avait le mérite d'être clair maintenant, n'est-ce pas ?! Néanmoins, preuve qu'il essaie de montrer un peu de bonne volonté, Jun a un petit sourire en coin au trait d'humour du jeune homme. Vrai qu'ils faisaient une drôle d'équipe, quand même. Entre leur petit problème d'orientation et le fait que Jun ne voulait pas en cent ans que Kazuhiro l'approche... La nuit risquait d'être très, très longue ! Au moins en était-il conscient, hein. Toutefois, le sourire de Jun disparaît en même temps que la folie de son compagnon d'infortune semble apparaître. Car voilà qu'il lui parle de loup-garous et de vampires... Affirmer que les lycans n'existaient pas tandis que les vampires, si... C'était probablement plus timbré que d'affirmer que les deux existaient ! Puis, à ce qu'il ajoute à propos de son propre état, Jun a une petite exclamation un brin outrée.

« J'espère bien, que je ne suis pas un vampire ! », assure-t-il, trouvant l'idée absolument ridicule. « Ne raconte pas de telles histoires. Ce n'est vraiment pas drôle... et sûrement pas le moment. »

Quoiqu'il en soit, ils sont d'accord sur un point : ils doivent impérativement sortir d'ici. Jun pousse un petit soupir, heureux que cette partie de leur plan aille selon leurs désirs à tous les deux. Surtout le choix de la direction, en fait... C'était bien la dernière des choses sur laquelle il faudrait qu'ils se bagarrent. Puis, Kazuhiro annonce qu'il est taxidermiste... mais sincèrement, il n'en est plus à une révélation choquante près, hein. Le journaliste en herbe a un petit regard un peu découragé pour le sombre jeune homme avant de pousse un long soupir qui voulait tout dire. Il commençait à avoir un bon dossier contre Kazuhiro, excusez-le du peu ! En tout cas, lui ne savait trop quelles étaient les rumeurs à propos d'animaux « étranges », mais il se demandait ce qu'il pouvait y avoir dans cette forêt que les scientifiques n'avaient pas déjà découvert, du coup. Et franchement... ça, c'est beaucoup plus réaliste que les vampires de Kazuhiro et du coup, ça lui donne un peu la chair de poule !

Jun ignore le sac du taxidermiste, au cas où il aurait, là-dedans, des trucs de... ben des trucs de taxidermistes ! C'est surtout que celui-ci lui parle soudainement de sa fameuse secte... et cette fois, bien que le réceptionniste aurait assurément dût être à nouveau paniqué, c'est plutôt le journaliste en lui qui ressort. Il ouvre tout grand les yeux, entrouvre les lèvres et semble un peu figé soudainement. Il reprend néanmoins rapidement son chemin, un peu plus enthousiaste.

« Tu en as entendu parler toi aussi ?! », demande vivement Junya, se demandant bien comment on avait pu mettre sur son chemin un homme qui avait entendu parler de sa fameuse secte gothique ! Surtout que l'information était quand même assez difficile à trouver, quoi ! « Où est-ce que tu as appris ça ? Qu'est-ce que tu sais, au juste ? Tu as peut-être des informations que je n'ai pas. »

Puis, voilà que Kazuhiro recommence à divaguer à propos de ses loup-garous et vampires. Jun a un petit soupir ennuyé.

« Ce serait génial, ces photos. Je les enverrai si elles sont de bonne qualité et te créditerai. Ça ne veut pas dire que je serai publié, mais ne sait-on jamais... », assure Junya avant de néanmoins ajouter : « Mais pitié, il faut arrêter avec les loups-garous, les vampires et Harry Potter... »

Cependant, pas le temps de paniquer une nouvelle fois. Ou plutôt, si, carrément... mais pas à cause de Kazuhiro !! À leur gauche, un craquement se prolonge dans la forêt, comme si on traînait quelque chose sur une petite distance. Le bruit fini par s'évanouir, mais Jun sent ses cheveux se dresser et les quelques poils sur ses bras suivre le même chemin. Il ne réfléchit assurément pas avant de se jeter pour moitié dans les bras de Kazuhiro, un petit sanglot étouffé franchissan le seuil de ses lèvres.

« Je... Je n'ai jamais rien entendu de plus terrifiant que ça. Qu'est-ce que c'était, Kazuhiro ? Tu l'as entendu, hein ?? », demande Jun, sa voix n'étant plus qu'un chuchotement, effrayé à l'idée qu'on puisse les entendre. « Il faut sortir d'ici. Je vais mourir d'effroi ! »

Puis, comme s'il se rendait soudainement compte que ses bras étaient jetés autour du cou de l'homme et qu'il était un peu trop près malgré ses précédentes plaintes, Jun s'éloigne de quelques pas, rougissant un peu. Il hésite... puis finalement, un peu bourru, quoique toujours sur le qui vive, il glisse un bras autour de celui de Kazuhiro.

« Okay, okay... Tu n'es pas ce qu'il y a de plus dangereux dans cette forêt. », convient Jun, baissant la tête, un peu honteux quand même. « On est mieux de faire front ensemble. Il faut sortir d'ici. Je ne sais pas ce que ça, c'était... mais ce n'était rien de très positif pour nous. »

Et dans le fond... il ne voulait même pas savoir.


Hors Jeu:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Mer 13 Juin - 20:44


Il refuse de le fouiller ? Et bien Kazu ne le dira pas une seconde fois, après tout il n'avait pas vraiment envie qu'il fouille dans son sac et qu'il touche à son appareil, il aurait très bien pu l'abimer après tout ! C'est un des plus gros achats qu'il a fait, son plus gros plaisir alors il y tient tout particulièrement, ce qui est assez normal tout de même. Ne t'inquiètes pas, n'ai pas peur petit Junya, il n'y a rien dans ce sac qui te sautera au cou pour le serrer jusqu'à ce que tu étouffes, une mort lente et douloureuse... Non, ne t'en fais pas, tu vas rester en vie auprès de Kazu ! Normalement du moins...

Evidemment qu'il va avancer, il ne veut pas rester planter là comme un arbre sinon il va bien finir par s'enraciner si ça continue comme ça ! Il n'a pas envie de faire partie du décor. De plus ce décor n'est pas très accueillant... Il stoppe net quand Junya s'exprime ainsi avec autant de peur, de crainte. Il ne fait pas un pas de plus, le regardant les yeux ronds. Un soupire à l'entendre et il s'appuie avec sa main contre l'arbre près de lui.

« Relax toi... on reste à trois pas de distance, ça te satisfait ? Ne me fais pas confiance, je ne te fais pas confiance non plus, nous ne sommes que des inconnus, c'est mieux comme ça. »

C'est vrai, après tout Junya peut très bien être en train de se jouer de lui. Il peut très bien être quelqu'un qu'il ne laisse pas voir... Un vampire qui se fait passer pour un humain pour réussir à l'apprivoiser pour ensuite mieux l'attaquer ! Hum, il commence à être parano avec cette histoire de vampire et sincèrement, la peur de Junya est bien trop réelle pour qu'il doute de sa sincérité lorsqu'il lui affirme qu'il est bel et bien un humain. Il ne se posera plus la question de savoir ce qu'il est.

Il soupire à le voir si vivace sur ce sujet. Pourquoi est-ce que tout le monde, du moins la plupart des humains ne voient pas plus loin que le bout de leur nez ?! C'est si difficile de s'ouvrir et d'imaginer qu'ils ne sont pas les seuls êtres vivant ?! Oui bon, il y a les animaux et d'autre mais ce n'est pas tout ! Pourquoi pour eux les histoires de vampires, lycans, dragons et autre ne sont que des mythes et légendes ? S'ils savaient le monde ne serait plus le même, c'est indéniable, mais il y a bien trop d'ignorants sur cette planète. C'est tout de même bien dommage, c'est un gâchis au point de vue du jeune taxidermiste. Il murmure entre ses dents, totalement agacé par sa réaction tellement prévisible et inchangeable.

« C'est toujours le moment pour en parler... »

Mais il n'en parlera pas plus, ce n'est pas le moment de se disputer sur ce genre de sujet et puis Junya semble totalement borné ! Le jeune homme n'a aucune envie de prêcher en faveur des créatures de la nuit et lui faire changer d'avis. Non, ce n'est vraiment pas le moment pour ça.
Qui sait quelles créatures se trouvent ici ? Peut-être n'ont-elles jamais été vues, de nouvelles espèces ! Ou bien mutantes, avec six pattes, dix yeux, cinq oreilles, c'est peut-être exagéré, mais après tout ce lieu est étrange... c'est donc tout à fait possible...Mais rien qui effraie Kazu, au contraire, ça l'excite même de pouvoir tomber sur ce genre de créatures, mais ce n'est pas cette nuit que ça arrivera. A moins qu'ils tombent dessus alors qu'ils cherchent à sortir d'ici. Ne parlons pas de malheurs hein Junya, sinon ton coeur ne tiendra pas le choc...

Il est surpris quand il lui parle de la secte, lui demande comment il en a entendu parler et il ne peut pas s'empêcher de laisseréchapper un petit rire.

« Tu n'aurais pas Alzheimer ? C'est toi qui me l'a évoqué juste avant je te signal, je n'ai entendu parler de rien excepté de mes créatures... »

Hum, Junya est un peu étrange tout de même, à moins que ce soit la peur qui le fasse agir ainsi. Kazuhiro est bien placé pour le savoir. Lorsque l'on est pris de peur, tout est possible, on peut en devenir fou ! Il repose sa main sur son appareil photo avec un petit sourire quand il parle de ses photos, mais ils n'en sont pas là pour le moment.

« Attendons de voir si on va leur tomber dessus déjà... »

Serre les dents quand il lui dit d'arrêter avec Harry Potter, ça a le don de l'énerver et Junya pourra voir une lueur de colère dans les yeux de son vis-à-vis, il vaut mieux couper cours sur ce sujet avant que tout ne dégénère, ce serait un réel gâchis et un fiasco total ! Ils ne risquent pas de sortir de cette forêt de sitôt à ce train-là !

Ils marchent tranquillement. Il entend aussi le bruit mais ça ne le fait pas sursauter, ça ne l'effraie pas non plus, nan, ça attise sa curiosité et il n'y aurait que lui il irait en direction de ces bruits. Mais là il se crispe totalement quand Junya lui saute au cou. S'il s'était attendu à ça ! Personne ne lui a jamais sauté au cou comme ça, jamais, excepté Haru mais Haru c'est une autre histoire. En voyant la peur de Junya lui déformer le visage, en entendant sa voix tremblante, tellement effrayé, il a l'étrange sensation d'avoir déjà vu ça, dans un miroir... Alors comme si cela était naturel il vient lui caresser les cheveux, sa voix devenant douce.

« Ne t'inquiète pas, ce n'est rien, je te protégerais... »

C'est... la première fois qu'il veut protéger quelqu'un... Mais il se reprend quand le jeune homme se recule, visiblement gêné. Il plonge son regard dans le siens, Junya pourra voir qu'il n'a rien à craindre, vraiment. Il le laisse le prendre par le bras et esquisse un très léger sourire du coin des lèvres. Petit rire à sa phrase.

« Merci, je vais prendre ça comme un compliment ! »

Il lui emboite le pas, reprenant leur marche, mais même si cela va déplaire à Junya, il commence à marcher en direction du bruit qu'ils ont entendu il y a quelques instants.

« Il faut qu'on sorte d'ici, je te l'accorde, mais si on ne prend pas de risque on n'y arrivera jamais ! »

Il ne le laissera pas faire demi-tour, il s'y refuse ! S'il se dirige par là en réalité c'est plus pour attiser et assouvir sa curiosité plutôt que dans l'optique de sortir de la forêt.

« Il y a peut-être quelqu'un là-bas, on doit y aller. Fais-moi confiance ! »

Même s'il lui a dit précédemment qu'il n'avait pas confiance en lui. Il pose sa main sur le bras de Junya comme pour le tenir fermement pour qu'il ne fasse pas demi-tour, Kazu à l'impression qu'il doit avoir du courage pour deux et il vaut mieux car plus ils s'enfoncent plus le paysage s'assombrit et des bruits étranges retentissent tout autour d'eux sans vraiment savoir d'où ils proviennent. Des bruits de pas comme si on se rapprochait d'eux et des murmures, des râles... Là il faut s'avouer que c'est effrayant...

« On ne s'arrête pas, on continue ! »

Avance tête baissée !


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ Votre destin m'appartient ☩

Messages : 11
Pseudo : Requiem
MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Jeu 21 Juin - 13:05



Le vent du destin souffle...
Ceci est à prendre en compte dès votre prochaine réponse.

Kazuhiro marchait ainsi, tenant fermement le poignet d’un Junya qui, blanc comme un linge, ne faisait que suivre contraint et forcé. Etait-ce réellement une bonne idée que d’aller là où du bruit suspect se faisait entendre… ?

La forêt leur envoyait des centaines de signaux d’urgence, balisant un passage qui pouvait mener tout aussi bien vers un sentier sécurisé que vers la mort. Et c’était Kazuhiro qui avait décidé d’être le chef de train, semblait-il… Sans trop savoir où il allait et se fiant à des bruits étranges.

Dès lors qu’ils sont assez près de la source du bruit… On leur bondit soudainement dessus !

- TU ES A MOI !

L’inconnu était grand, malingre et portait un maquillage sur le visage qui lui donnait un teint cadavérique ! Ses yeux étaient pourvus de lentilles de contact grenat et sur la commissure de ses lèvres… Du sang. Probablement tout sauf vrai ! Deux canines en résine dépassaient un peu de ses lèvres étroites et pendant un instant, face à la stupeur des deux jeunes hommes, il prend la parole :

- Mais… Vous êtes qui vous ?!

Et visiblement, il était très remonté !

- Bordel, quel jeu de merde, voilà que je tombe sur des inconnus venu se bécoter dans les buissons !

Il râle, sort un petit miroir de sa poche pour retoucher son maquillage puis jette un regard ennuyé à Kazu comme à Jun.

- Quoi ? Vous avez rien de mieux à faire ? Le sentier est cent mètre sur la droite…

Et sur ce, attrapant son sac à dos laissé au sol, l’inconnu tourne les talons à toute vitesse, maugréant encore quelque chose comme « Ha ces touristes… »…

La lampe torche se braque dans la direction que prend le faux vampire mais le faisceau vacille… Puis s’éteint. Le temps de secouer un peu l’objet pour avoir de la lumière à nouveau et l’inconnu s’est déjà évanoui dans la nature…

Et le sentier alors... A "leur" droite... Ou à celle de ce type bizarre...?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Sam 23 Juin - 15:46


Bon... Visiblement, Junya décourageait grandement Kazuhiro de par les agissements que lui dictaient la peur. Voire, il l'irritait. Immobile, le jeune homme observe son compagnon d'infortune s'adosser à un des arbres, se demandant immanquablement si celui-ci n'était pas truffé d'insectes. Tout devenait prétexte à la crainte et il le réalisait... mais c'était plus fort que lui. Kazuhiro pouvait se compter chanceux de ne pas faire face à un Junya tétanisé par la peur, ce qui aurait été plus que crédible, pourtant. Il en était sincèrement à deux doigts, de ça il était certain ! Mais ce que le journaliste en herbe ne savait pas encore, c'est assurément que le pire était à venir... Kazuhiro lui assure ne pas lui faire confiance non plus et malgré lui, Jun arque un sourcil. Ok, si ça lui chante... De toute façon, il n'avait pas demandé sa confiance. Mais est-ce qu'il avait vraiment la tronche d'un mec qui pouvait lui sauter dessus et, surtout, réussir à lui faire mal ?! Sûrement pas, vu sa fine silhouette et ses manières un peu précieuses... Kazuhiro, lui, avait vraiment le profil d'un tueur psychopathe ! Si, si ! Avec ce maquillage fort sombre autour des yeux, ce teint blafard, cet air peu rassurant... Ce n'était guère reluisant, tout ça !

Néanmoins, Junya est bien d'accord à propos de cette histoire de trois pas de distance. Ça lui donnait au moins trois pas d'avance si Kazuhiro décidait d'attaquer. Eh... On est jamais trop prudent ! Jun lève toutefois les yeux au ciel alors que son étrange compagnon lui assure qu'il est toujours temps de parler des vampires. En plus, c'était un vrai de vrai timbré. Peut-être même un timbré en chef. De ceux qui pensent que ce sont les autres qui sont fous ! Ça non plus, ça n'avait rien de rassurant ! Quoi qu'il en soit, Jun décide de ne pas broder sur le sujet, histoire d'éviter le plus possible de s'enliser dans une dispute irréaliste à propos de l'existence ou non des vampires. De toute façon, on ne contredit pas un fou. Quoique de fou, c'est lui qui passe pour un d'entre eux alors qu'il réalise qu'il a mal compris la façon dont Kazuhiro avait abordé le sujet des sectes. Il a un petit grognement peu ravit lorsque le jeune homme en profite pour tacler, prétendant qu'il faisait de l'Alzheimer.

« Je suis nerveux, j'ai juste mal compris le sens de ta phrase, c'est bon... », se plaint Junya à ce sujet. « Tu as bien l'air d'un membres d'une secte gothique et je tacle pas, moi ! »

Si ça se trouvait... Mais non, le moment était déjà bien assez angoissant. Il n'allait pas commencer à se faire des idées -fausses !- sur Kazuhiro en plus. Les éléments qu'il tenait en main étaient déjà assez alarmants comme ça, pas besoin d'en rajouter ! Au moins le jeune homme semble-t-il plus détendu alors qu'il lui dit de patienter encore un peu. C'est vrai que si ça se trouvait, ils n'allaient jamais tomber dessus, mais Jun préférait prendre toutes ses précautions avant que ce soit chose faite. Peu importe, puisque Kazuhiro semble revenir à de meilleurs sentiments, ça l'encourage un peu ! Cependant, ça dure peu longtemps... Le garçon semblait être dans une vraie montagne russe émotionnelle... Peu importe, car lorsque finalement, Jun perd réellement tous ses repères par peur, le jeune homme se fait étrangement... rassurant. Il lui caresse les cheveux et même si sur le coup, c'est un peu particuliers, ça fini par arracher un petit sourire mal à l'aise à Jun.

Il allait le protéger ? Jun soupire de soulagement, se disant que peut-être qu'il pourrait lui faire un petit peu plus confiance, finalement... Et la colère du taxidermiste semblait s'être volatilisée, ce qui était assurément rassurant. De fait, Jun lui offre un vrai sourire tout en acquiesçant, s'éloignant mais sans trop le faire non plus, juste pour ne plus avoir le nez dans ses vêtements, quoi ! Toutefois.... toutefois, ça ne dure pas... Vraiment pas. Et une peur cette fois loin d'être irrationnelle prend Junya alors que cet imbécile heureux prend son poignet, le serrant trop fortement pour qu'il ne puisse se libérer, l'entraînant vers le bruit qu'ils avaient entendus ! Un cri s'échappe des lèvres de Junya alors que son coeur bondit comme un damné dans sa cage thoracique. C'était quoi, cette façon de faire ?! C'était quoi cette course vers la mort ?! Kazuhiro savait que le bruit lui avait fait peur. Il le SAVAIT. Et voilà qu'il l'y entraînait contre son gré... Parce que Jun lutte quand même dans l'autre sens, quoi ! Il ne se laissait pas traîner comme une vulgaire poupée de chiffon !!

« LÂCHE-MOI !!! Lâche-moi, connard ! », hurle le pourtant si poli Junya, en temps normal. Mais là, on était loin d'être en temps normal et Jun haissait cet homme !! « Bien sûr qu'il y a quelqu'un là-bas, pauvre demeuré ! Et il traînait un corps ou quelque chose comme ça. Voire, c'était un ours !! »

Mais Kazuhiro semble pris dans sa folie. Une folie à l'état pure qui ne poussera tout de même pas Junya à lui pardonner. La lueur de haine qui le traverse soudainement est affolante. Il n'en avait jamais ressentie de si foudroyante. Et soudainement... quelqu'un surgit en hurlant. Et Jun lui répond en se délivrant pour de bon de la poigne de Kazuhiro. Son cri, à lui, est hystérique. Ses yeux s'emplissent de larmes et il est sûr qu'il va mourir dans la seconde. « Tu es à moi ! », il y avait de quoi être dans tous ses états !! Et c'est un putain de vampire en plus qui leur apparaît !!! Avant que celui-ci ne semble tomber des nues parlant... parlant d'un jeu. Jun est toujours debout et c'est un miracle tant ses jambes lui semblent être devenues coton. Avec effarement, il observe l'individu... costumé... Ce type était furibond, comme quoi Jun ne tombait que sur des mecs en colère... Mais cette fois... Cette fois c'est à son tour de bouillir !

« Plutôt crever que de bécoter avec un taré dans son genre ! », s'exclame Jun alors que l'autre a déjà tourné les talons, marmonnant quelques paroles incompréhensibles. Il se tourne vers l'individu.. mais sa lampe manque. Paniqué, il la secoue... et lorsque la lumière revient, l'autre est déjà disparu. « Eh merde... Monsieur ?! Quelle droite ?! »

Jun a un regard à gauche... puis à droite... Quelle idée de partir si vite ! Et qu'est-ce qu'il foutait dans cet endroit ?! Il était capable de se repérer ? Ça devait être un des guides qui venait ici avec ses potes pour se faire peur. Eh bien bravo, Jun avait faillit faire dans son pantalon ! Le jeune homme se tourne vivement vers Kazuhiro, le coeur bondissant toujours la chamade. Il lève une main... et l'abat férocement sur la joue de l'autre. Ça lui laissera une bonne marque... bien fait pour lui. Il se souviendra du jour où il aurait mieux fait de retourner à son asile à la tombée de la nuit !

« Toi ! », s'exclame le jeune réceptionniste sur un ton qui n'annonçait rien qui vaille. Il se tait un moment, comme si la rage qui le faisait à présent trembler lui volait les mots de la bouche. « Tu ne me touche plus. Tu ne me suis plus. Tu ne me regardes plus. Sinon, je t'asperge de poivre de cayenne et là, bonne chance pour sortir d'ici ! Tu es absolument inconscient. L'exemple même du fou qui doit avoir été refusé en asile pour la simple et bonne raison qu'ils n'ont plus de place. Je ne vais pas être entraîné dans tes histoires sans queue ni tête ! »

Il prend une profonde inspiration, tentant de calmer ses tremblements, sans grand résultat.

« Si tu dis UN seul mot à propos du fait que ce type devait être un vrai vampire, je pense que je vais devenir la pire chose que tu puisses croiser dans cette forêt. C'EST CLAIR ?! », hurle-t-il à la fin, mettant ainsi Kazuhiro en garde. Un peu hystérique ? Beaucoup... et on pouvait sûrement le comprendre ! Jun pointe à sa gauche. « Je prend là. Je suis sûr que ce type parlait de sa droit et non de la nôtre. Toi, tu prends l'autre direction. Ou bien tu continue tout droit sur cent mètres avant de prendre à gauche. Je ne veux plus te voir ! Dégage !! »

Et il ne rigolait PAS !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Sam 30 Juin - 20:21


Quand on y pense, lorsqu'une personne effrayée rencontre une personne légèrement sur les nerfs, si ce n'est pas en colère même, ça ne dit vraiment rien qui vaille ! Il faut l'avouer quand même, ça ne peut pas bien se passer entre elles alors qu'ils sont dans cet état. Pourtant avec Kazuhiro et Junya, visiblement, même s'il faut être patient et prudent, ça ne semble pas vraiment mal se passer, au contraire, Junya fini par se détendre un peu ce qui n'est pas plus mal ou notre jeune taxidermiste n'aurait pas tenue son calme indéfiniment.

Un timbré ? Effectivement, aux yeux d'énormément de gens le jeune homme est loin d'être saint d'esprit. Il est enfermé dans son petit monde, sa taxidermie ne laissant personne y entrer, il lui arrive de parler seul, quand il parle à Haru mais aux yeux des autres il est seul et puis il insiste tellement sur les vampires... Mais il n'est pas fou ! C'est simplement la personnalité d'un jeune homme qui n'a pas vécu dans une famille aimante ! Tout simplement ! Il aurait été différent s'il avait eu tout l'amour dont il avait besoin. Ça, ça peut toujours arriver mais n'y comptons pas encore maintenant ! Bref ! Junya aussi est un peu timbré aux yeux de Kazu ! D'une parce qu'il couine comme une chochotte, a peur alors que bon, il y a plus effrayant quand même nan ? Non ?... hum... Bref... Kazu n'est pas plus timbré qu'un autre.

Une petite moue par contre à sa réaction quand il lui parle d'Alzheimer.

« Je voulais juste te détendre un peu, tu es tendu comme un string ! »

Pardon de l'expression, mais elle l'a toujours fait rire et il n'a jamais réussi à la sortir ! Il a eu l'opportunité, il l'a prise ! Et il est fier de lui ! Même s'il n'y pas de quoi, hum.

« Je suis peut-être bien membre de la secte et je compte peut-être t'emmener avec moi en te leurrant pour qu'on fasse de toi le sacrifice humain de minuit... Justement il nous manquait plus que ça... »

Nan mais il déconne là ! Il fait de l'humour, il va le remarquer quand même Junya là, enfin, espérons-le. Kazu est sur les nerfs avec le comportement de ce gamin. Calme-toi, tout va bien.

Kazuhiro s'en fait une mission à cet instant, de le protéger. C'est clair dans son esprit, ce petit bout d'homme, il va le sortir de cette forêt et le mettre en lieux sûr. La lueur qui est passée dans le regard du journaliste était bien trop familière et douloureuse pour lui pour qu'il accepte de voir quelqu'un d'autre ressentir ça. Alors lorsqu'il lui prend le bras, le poignet comme ça, c'est simplement dans cette optique... Protection. Pourtant, ce qui se passe ensuite, ce n'était pas prévu, surtout pas sa réaction, violente tout de même.

« Fermes là ! On va sortir de là alors fermes là et suis moi ! »

Il continue de le trainer sans prendre en considération sa peur, non, il est pris dans sa folie et il ne réfléchit pas continuant d'avancer tête baissée sans relâcher son poignet.
Un sursaut, un vrai et un grand lorsque ce taré sort des buissons comme ça en leur fichant la trouille ! Kazu a eu peur, c'est une réaction normale ! Il regarde le mec et écarquille les yeux.

« Un vampire ! »

Il a les yeux bien plus qu'écarquillé, en voyant ce mec, il a l'impression qu'il a le visage d'Hebichi, il fait une retranscription, comme si désormais, chaque vampires qu'il verra auront tout le visage de cette espèce de... Une veine claque même dans un de ses yeux, qui se remplit d'un peu de sang. L'immense pression qui est en lui redescendra quand il évoquera un jeu... Il est un peu perdu notre jeune homme, il ne dit rien, ne bouge pas, ne réagit pas, l'entendant mais c'est comme s'il était pris d'une absence soudaine. Là sans être là. Les minutes, secondes semblent tellement longues ! Mais Junya va prendre un malin plaisir à réveiller le jeune homme. La gifle qu'il lui assène est une bonne idée pour le faire revenir à la surface. Son visage vire de gauche sur le coup, comme un choc immense. Il porte la main à sa joue et lève son regard sur lui, abasourdit, l'écoutant, immobile, sans le couper, sans bouger.

Hey... hey hey hey ! C'est bien gentil de piquer une petite crise comme ça, elle est parfaitement justifié mais pas forcément la bienvenu ! Surtout dans l'état de nerfs de Kazu ! Son regard s'assombrit, sa main glisse de sa joue, tombant le long de son corps et ses poings se serrent tout doucement... Il le laisse totalement terminé, mais quand il s'éloigne il ne le laisse pas faire ! Junya est peut-être énervé mais Kazu l'est très certainement bien plus ! Il s'élance derrière lui, dans la détente d'un animal qui se jette sur sa proie et l'attrape par les épaules. S'il se débat, il va le plaquer contre un arbre.

« Écoute-moi petit con ! Et fermes là où je te ferais taire moi-même ! »

Il prend une grande inspiration et enchaîne en le tenant bien fermant, les yeux injectés de sang tellement il est énervé.

« Plus jamais tu ne me parles comme ça ! Jamais ! Tu veux partir d'ici ? On partira ensemble ! Je ne te laisse pas le choix ! Ton poivre je te le fais bouffer si jamais tu tentes quoi que ce soit ! Je te ferais avaler la bombe et tu crèveras comme une merde sur le sol ! Dévoré par un ours ! Tu crèves de peur, okey, mais ce n'est pas une raison pour agir comme un pauvre gamin paumé ! Je t'ai dit que j'allais te protéger, je le ferais ! Alors écoute-moi bien ! »

Il voudrait bien le lâcher mais avec sa menace du poivre il n'a vraiment pas confiance !

« Tous les deux on va prendre cette droite ! » Montre le chemin « On va marcher tranquillement et retrouver le sentier. Tu vas être calme et ne rien tenter ou je fais vraiment de toi un sacrifice humain ! Tu pourras partir en courant, me fuir après, j'en ai rien à foutre ! Je veux juste te sortir d'ici ! Je m'en fais la mission ! Tu ne me gâcheras pas ça ! »

Il regarde dans les yeux et fini par se calmer et soupirer, longuement.

« Laisse-moi te sortir d'ici. »

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Dim 8 Juil - 15:25


Tendu comme un string, hein... ? C'était une façon de voir les choses qui réussi à soutirer un petit sourire crispé à Junya. Désolé, mais même si en temps normal, il avait un très grand sens de l'humour, présentement il n'était pas du tout d'humeur. Cette forêt était mille fois trop angoissante pour qu'il se laisse réellement aller. Il rêvait du moment où il serait à nouveau chez lui, dans un pyjama trop grand, un thé bien chaud dans les mains, calé convenablement dans son lit. Là, peut-être qu'il pourrait rigoler. Mais pour le moment, il était loin, très loin d'être capable de produire ce genre de son, même de façon forcée. Rien que la pensée de rigoler lui levait le coeur, lui donnant envie de renvoyer tout ce qu'il n'avait pas encore eu le temps de digérer... et même ce qui avait eu le temps de passer l'étape de l'estomac, soyons fous...

Cependant, malgré ses incessantes demandes pour que Kazuhiro témoigne un peu plus de tact à son encontre, ce dernier « blague » encore à propos de ce qu'il pourrait être, se posant dans une situation de domination mentale sans s'en rendre compte. Et les bonnes volontés dans lesquelles s'était mises Junya s'effondrent peu à peu pour laisser place à un mépris cinglant. Ce type était excécrable et ne semblait même pas comprendre que c'était le cas, comme si le problème, c'était seulement Jun et son « manque d'humour ». On avait pas idée être aussi débile. Il avait besoin d'un sérieux suivit psychologique. Et lorsque finalement, il lui prend la main pour l'entraîner vers le danger, lui hurlant de se fermer la gueule, Jun abandonne l'idée de l'institut. Il opte finalement plutôt pour une mort glauque à souhait. On aurait dût l'assassiner à la naissance, celui-là... Et pour que Jun en vienne à de tels extrêmes, il fallait que son dégoût et sa colère soient intenses.

Le pire restait toutefois à venir, ce que le journaliste en herbe n'aurait même pas osé imaginer même dans ses pires cauchemars. Pour lui, l'excès de folie de Kazuhiro alors qu'il l'entraînait vers un danger potentiel tout en lui intimant de se taire d'une façon plus que malpolie et terriblement mal accordée avec les moeurs japonais actuels était une infamie impossible à surpasser. Mais peut-être avait-il sous-estimé le déséquilibre du jeune homme... car alors que Jun s'emporte pour finalement avoir la paix, ce qui semble plutôt logique vu ce qu'il venait de vivre, Kazuhiro en fait de même... en beaucoup, beaucoup plus grave. Parce que voilà que les menaces fusent. Du genre que les hommes ont pour leur femme lorsque celle-ci porte souvent des verres fumés pour cacher les marques dût à des « chutes dans l'escalier ». Ça lui rappelle forcément ça. La voix porte avec une puissance qui fait peur, les menaces volent bien bas pour tenter d'obtenir un simili respect qu'il ne saura jamais avoir et Jun se retrouve un nouvelle fois acculé, mort de peur.

Et il réalise que l'envie de tuer, qu'il n'avait jamais ressentit, est un sentiment perfide, puissant et terriblement effrayant...

Jun ne bouge pas dans un premier temps, lançant un regard de haine pure à l'homme qui était devenu son assaillant. Et qu'on ne lui fasse pas croire le contraire : la peur n'amplifiait rien du tout présentement. Kazuhiro le faisait très bien tout seul. Et voilà qu'il lui parle finalement doucement, lui assurant presque que c'était pour son bien... Le vrai profil du batteur de femmes, c'en était affolant. Jun ferme brièvement les yeux. Il prend une profonde inspiration, pensant à Natsuki. En fait, s'il semblait calme, c'est que tout doucement, il commençait à décrocher. Comme s'il quittait son corps pour observer la scène d'un oeil neutre. Il ouvre la bouche comme pour parler, mais la referme finalement, non pas par peur d'être agressé s'il l'ouvrait, bien que ce soit une possibilité et qu'elle aurait dût le faire paniquer, mais plutôt parce qu'il n'en était plus à deux mots près. Ça ne servirait à rien... Et de toute façon, qu'est-ce qu'il aurait dit ? Il n'y avait franchement rien de logique dans ce raisonnement, bien qu'on eût pu croire le contraire. Jun était en état de choc.

Les pas du jeune homme le guident tout naturellement vers la direction qu'avait indiquée Kazuhiro. Son regard est planté sur l'étendue sombre devant lui et il avance un peu à tâtons, mais sans vraiment craindre tomber dans un piège ou un trou, ce qui aurait pourtant dût être le cas. Le trajet est très long et très court à la fois, semble-t-il à Junya, un délicieux paradoxe qu'il ne pouvait savourer que parce que son esprit avait pris le large un court moment. Combien de temps allait-il rester dans cet état léthargique ? Il savait pourtant qu'alors que ses pieds rencontrent le sentier qu'il cherchait tant, il aurait dût être heureux. Fou de joie. Voire, il aurait dût en pleurer de soulagement. Mais il ne pouvait bouger davantage que ce qu'il fallait pour sortir de cette forêt maudite. Pour fuir cette compagnie exécrable et dangereuse. D'une main qu'il tend, il touche les balises à chaque fois qu'il passe devant, le regard toujours étrangement vide. Ses pas sont de plus en plus rapides, bien qu'il ne se mette jamais à courir. Ils résonnent contre le sentier battu, les quelques branches traînant là craquant sous son faible poids.

Est-ce que ça allait finir un jour ? Quel cauchemar... Il voulait... Il voulait Natsuki. Peut-être ne se connaissaient-ils pas encore beaucoup, mais il savait qu'il pourrait trouver entre ses bras le réconfort nécessaire. Et du réconfort, Jun en avait besoin. D'ailleurs, cette pensée lui arrache finalement un petit sanglot, sec, bref. Ses yeux s'emplissent à nouveau de larmes alors que sa mince silhouette tremble comme une feuille. Il ne sort pour autant pas de son état semi-léthargique, comme si c'était encore la seule chose qui le protégeait de l'homme qui marchait à ses côtés.

Hors Jeu:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Mer 11 Juil - 20:20


Kazuhiro est dans une drôle de situation, son esprit bouillonne en lui, il sent la lave en fusion lui brûler chaque partiede son cerveau, le rendant totalement incontrôlable. Cette nuit, en sortant pour aller dans cette forêt il ne pensait pas qu'il perdrait autant les pédales. Junya ni est absolument pour rien, le jeune homme s'est trouvé sur sa route ou au contraire Kazu s'est trouvé sur la sienne et finalement peut-être qu'il aurait mieux fallu qu'ils ne se croisent pas... Pourtant la situation actuelle en est tout autrement.

Il ne voulait pas inspirer de la haine au journaliste, la haine est un sentiment qu'il ne veut pas qu'on ait envers lui, il préfère qu'on ne ressente rien pour lui plutôt qu'on le haïsse ! Il a la haine d'une personne, il n'a pas besoin de l'avoir d'une seconde ! Junya, il espère vraiment que cette lueur qu'il a remarquée dans ton regard disparaitra...
Ce mois d'octobre n'est pas le meilleur mois pour le taxidermiste, bien au contraire, c'est surement l'un des pires mois qu'il est eu depuis le début de sa liberté. Il a rencontré certaines personnes et s'en ai mis d'autre à dos... Il regrette surtout son altercation avec son ami virtuel. Il sait qu'il n'a pas été délicat avec lui, il sait qu'il aurait dû s'abstenir d'insister sur les vampires, mais quand on aborde ce genre de sujet avec lui, il perd totalement pied. A cet instant il se dit que lorsqu'il rentrera, il enverra un mail d'excuse... Mais ce qui le perturbe le plus depuis quelques semaines maintenant, c'est ce qu'il s'est passé avec Hebichi, toutes les nuits le vampire hante ses cauchemars. Tantôt en mal, tantôt en bien, c'est assez frustrant... Il n'arrive pas à le sortir de son esprit et son corps en porte encore les stigmates... Kazu marque tellement, il cicatrise difficilement et il faut beaucoup de temps pour que son corps redevienne lisse et pâle, cette pâleur qui le rend si beau...
Mais ce soir, ici, il perd les pédales, l'énervement de la situation, plus tout ce qui se mélange dans son esprit lui fond totalement pèté les plombs ! N'importe qui aurait peur comme Junya en ayant en face de lui un homme aussi menaçant ! Ceci dit le jeune taxidermiste ne veut absolument pas le frapper, non, il veut simplement faire ouvrir les yeux à son vis-à-vis, mais la façon dont il s'y prend est loin d'être la meilleure.

Il le voit totalement absent alors qu'il finit de lui râler dessus comme un bouché.

« Nous devons simplement sortir d'ici merde ! »

Puis finalement, ils avancent tous les deux et comme le fou de tout à l'heure leur avait indiqué, ils retrouvent sans mal le sentier. Kazu se sent totalement soulagé si bien qu'il se calme instantanément et se retourne pour afficher un magnifique sourire à Junya. Ce sourire disparait tout aussi vite qu'il est apparu... Il ne remarque qu'à cet instant le regard totalement vide de Junya et comprend sa bêtise. Ayant stoppé sa marche, le jeune homme n'a d'autre choix que de faire pareil. Un silence plane un court instant tandis que des craquements de branches retentissent tout autour d'eux.

« Junya... excuse-moi, je ne voulais pas te blesser. »

Ce sont les premières excuses qu'il fait sincèrement à quelqu'un, mais il se rend compte qu'il vient de faire du mal à Junya. Il s'approche très légèrement mais se stop net en se souvenant des mots du jeune homme qui ne veut pas qu'il l'approche et surtout pas qu'il le touche, alors il ne le fera pas, il ne veut plus faire d'erreurs avec lui.

« J'ai été trop loin, j'ai pété les plombs visiblement... je ne voulais pas te faire peur, simplement te faire comprendre. Je ne suis pas doué avec les autres... tu as peur et je ne suis pas capable de m'en rendre compte et d'être délicat »

Il soupire et comprend qu'il a vraiment beaucoup d'effort à faire et beaucoup de choses à apprendre pour réussir à nouer des liens avec des personnes. Il est loin d'être le parfait jeune tokyoïte qui espérait être en prenant son indépendance. Il continue sur sa lancée restant toujours immobile pour ne pas le faire fuir ou alors qu'il lui saute dessus en voulant se défendre d'un éventuel coup que Kazu pourrait lui donner, mais qui n'arrivera pas parce qu'il ne donne pas de coup !

« Nous sommes arrivés sur le sentier, je comprendrais que tu ais envie de continuer seul, tu n'as pas envie de rester avec un fou comme moi, mais regarde autour de toi et réfléchis... Le chemin est là mais on ne voit aucune lueur qui nous indique la sortie de ces bois. Je serai d'avis que l'on continue, tous les deux, je resterais à trois pas de toi, plus si tu le désires. Je veux te mener hors d'ici et en un seul morceau... »

La promesse qu'il lui a faite de le protéger est bien réel. S'il y a une chose qui ne fait pas défaut à Kazu, c'est bien cela. Lorsqu'il dit et promet quelque chose, il ne se reposera que lorsqu'il l'aura accompli. Il a une parole d'honneur que peu de personnes ont, une qualité qui peut pourtant devenir un défaut, tout dépend de la situation.

Il voit parfaitement son sanglot et ses yeux brillants qui indiquent son envie irrésistible de pleurer.

« Frappe-moi si ça peut te faire du bien. Défoule toi, vide ton sac, j'écouterais et subirais sans bouger, je comprends que tu peux en avoir besoin... »

Il se dit que si c'était lui qui était dans ce genre de situation il aurait certainement envie de se défouler sur son idiot d'assaillant incapable d'avoir un minimum de délicatesse ! Certainement qu'il ne reverra plus jamais Junya après tout ça, et ce sera encore un énième échec... et les échecs, il n'en peut plus ! Alors il essaie de réparer les brèches, peut-être sans succès, mais il n'y coûte rien d'essayer, à part de la fierté, mais certainement un grand pas en avant.

Le sentier est bel et bien le bon, bientôt les deux jeunes hommes sortiront enfin de cette sombre forêt, pour le bien des deux.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Mar 24 Juil - 17:55


Les pieds de Junya traînent plus au sol qu'ils ne font des pas normaux et il est évident que le jeune homme est dans un état second. En même temps, quel fou le lui aurait reproché ? La colère de Kazuhiro avait été complètement hallucinante. Et pas de celles qu'il est sain d'avoir... absolument pas. Au contraire, Jun était convaincu qu'il aurait pu y laisser plus que simplement ses tympans. Ce n'était pas normal d'agresser les gens de cette façon ! Surtout alors qu'il était évident qu'ils étaient déjà morts de peur. Il avait l'impression que Kazuhiro en avait profité pour avoir l'ascendant sur lui. C'était abject et ça le dégoûtait... mais présentement, son mépris était bien enfouit tout au fond de lui et, par simple instinct de survie, il n'allait pas le sortir si facilement. À nouveau, alors qu'ils avancent dans le sentir, Junya a la fugace pensée d'un Natsuki qui était tout sauf effrayant. Réconfortant, rassurant... Il n'était pas le genre d'homme à prendre qui que ce soit avec des pincettes, mais le journaliste en herbe sait qu'il lui ferait un bien indéniable. Il avait besoin de le voir le plus vite possible et nul doute que Jun irait directement là plutôt que de se rendre dans le confort de son petit appartement.

Heureusement, leurs pieds foulent finalement le sentier dont l'autre qui était perdu dans son jeu de rôle leur avait parlé. Jun prend une petite inspiration, comme s'il eût retenu son souffle tout ce temps. Il tape un peu du bout du pied contre le sol plat, savourant la sensation d'un sol qui fût foulé par maints et maints hommes. Des excuses lui sont faites. Jun ne relève même pas la tête, restant résolument silencieux. Il ne les acceptait pas, de toute façon. Pourquoi aurait-il été obligé de le faire ? Ça lui faisait penser à ces kidnappeurs qui demandaient pardon à leur victime. Désolé, mais il n'était pas atteint du syndrome de Stockholm, lui. Puis, l'autre a un mouvement vers lui... et Jun relève un regard féroce vers son vis-à-vis, histoire de l'en décourager. De toute façon, Kazuhiro avait déjà cessé de bouger et c'était tant mieux pour lui... Enfin, pas que Jun croit pouvoir lui faire bien mal, mais dans le fond, Kazu non plus ne semblait pas super entraîné, hein... Alors dans un combat, avec sa bombe poivre en plus, il avait peut-être encore une chance. Il devait commencer à y penser... parce que c'est peut-être ainsi que les choses se termineraient, bien malgré lui...

Kazuhiro assure avoir été trop loin. Junya retient une phrase acerbe. Quoi ? Il l'avait deviné tout seul ? Quel champion ! Maintenant, apprenons à vivre en société avec Kazu... De quoi s'étrangler de rire. Junya a un regard perçant pour le jeune homme avant de se remettre à marcher alors que l'autre lui demande s'il veut continuer avec lui. Et cette fois, le jeune réceptionniste reprend la parole d'une voix un peu grinçante.

« Je ne marche pas avec toi. », déclare-t-il, sa propre voix lui semblant venir de quelqu'un d'autre tant elle lui semblait différente... emplie d'autant de haine que de peur. « Je marche dans cette direction. C'est tout. »

Et c'était un fait, pas une excuse pour se donner bonne conscience. Donc, puisqu'il ne disait là que ce qu'il pensait profondément, il continue de marcher sans prêter attention à Kazuhiro et ses stupides idées de sauveur de la veuve et de l'orphelin... et sans non plus prêter oreille à ses commentaires encore plus stupides à propos de l'éventualité de le frapper. Toutefois, après un moment de silence, la voix de Jun s'élève très brièvement dans l'atmosphère.

« Tu es d'un mélodramatique stupide. », déclare-t-il en grognant un peu, le regard toujours rivé sur le bout du sentier, aussi loin qu'il peut voir soit... pas très loin, en somme.

Combien de temps leurs pas les guident-ils jusqu'à la fin de ce sentier qui ne semble pourtant pas en avoir ? Assez longtemps pour que Jun s'arrête quelque chose, jetant un regard inquiet et songeur par-dessus son épaule, se demandant s'ils ne remontaient pas le sentier par le mauvais sens. Mais après tout, à un bout ou à un autre, il devait y avoir quelque chose, n'est-ce pas ? Pourquoi faire un sentier si ça ne menait à rien ?! De fait, résolu, le jeune homme continue dans la même direction, n'ignorant pas Kazuhiro seulement pour le garder à l'oeil, mais ne lui répondant pas davantage pour le moment. Il n'en avait pas envie... il n'en voyait pas non plus l'utilité. Rien que fait l'effort de lui adresser la parole lui levait le coeur, alors merci, mais il allait s'en passer si ce n'était pas nécessaire pour oublier une nouvelle ébauche d'agression...Quoiqu'il en soit, la détermination de Junya paie et il en est le premier étonné alors que soudainement, sans crier gare, ils débouchent à l'orée de la forêt. Le jeune homme sent son coeur battre comme un fou à l'intérieur de sa cage thoracique et il a même une petite exclamation surprise qui se confondrait presque à un sanglot. Peut-être parce qu'elle en était doublée d'un.

Le jeune homme fait quelques pas rapides jusqu'au stationnement le plus près, à quelques bonnes dizaines de mètres de là. Et il ne s'arrête que lorsqu'il l'a retrouvé, s'appuyant contre une des voitures en poussant un long soupir de bien-être. Dans sa panique et sa joie, il ne remarque même pas que le stationnement est étrangement plein à craquer... Il se contente de remercier Bouddha silencieusement, le regard rivé au ciel, avant d'en revenir à Kazuhiro. Et cette fois, son regard redevient dur.

« Tu as eu un comportement abject. », annonce-t-il seulement dans un premier temps. « Tu n'auras jamais assez d'une vie pour t'en excuser. Je veux que tu restes loin de moi ! »

Des larmes débordent des yeux bordés de longs cils de Jun, glissant sur ses joues alors que se défaisant peu à peu du choc post-traumatique, il se retrouve à nouveau désemparé. Pourquoi est-ce que ça lui était arrivé à lui ? Il était un gentil garçon. Certes, il avait lui aussi eu un petit coup de colère. Rien à voir avec celui de Kazuhiro et il avait eu raison de s'emporter vu le comportement de l'autre.

« Depuis notre rencontre, tu te fiches bien de me faire peur. Tes histoires de vampire, ta joie à m'effrayer avec ces allégations d'appartenance à la secte ou que sais-je encore ? Ce bruit étrange que nous avons entendu aurait pu être quelque chose de très, très dangereux ! Comment peux-tu entraîner les gens dans ta folie de cette façon, quitte à ce qu'ils soient tués tout en pouvant encore te regarder dans une glace sans honte ?! », demande Junya, crachant son venin mais non pas en criant. Sa voix est démunie, brisée. « On dirait tellement le genre d'homme qui bat sa femme le soir venu pour ensuite lui demander pardon en ajoutant bien sûr quelque chose comme « Regarde ce que tu m'as poussé à faire... ». Mais tu es le seul qui te pousse à faire ces choses horribles. Tu as un comportement horrible et je ne veux plus que tu cherches à m'approcher ou à me voir ! »

Jun sanglote, glissant une main contre sa joue tout en courbant un peu le dos, comme s'il était sur le point de tomber. Ça faisait tellement de bien, de juste le dire... Mais il savait que ça ne résoudrait rien. Les hommes comme ça ne prennent que rarement conscience de leurs problèmes... Et franchement, il aurait été bien chanceux de tomber sur un d'entre eux qui avait encore une conscience.

« Je vais aller voir un ami, à présent. », déclare Junya de sa voix tremblante. « Et si tu m'approches à nouveau, je le dirai à cet ami qui interviendra. Et crois-moi... tu ne veux pas être sur sa liste noire... »

Natsuki allait le protéger et il le savait. Il l'avait déjà fait...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Mar 24 Juil - 20:44


Spoiler:
 

Bien sûr que Kazuhiro a été trop loin...
En venant dans cette forêt ce soir, cette nuit, il ne pensait absolument pas tomber sur quelqu'un et surtout pas un jeune homme mort de peur comme Junya. S'il s'était attendu à rencontrer quelqu'un il ne serait pas venu, non parce qu'il savait pertinemment qu'il n'était pas en état de parler, converser avec quelqu'un, ce n'était pas encore le moment. Pourtant comme souvent, il ne se passe jamais ce qu'on désire qu'il se passe et pas manqué, Kazuhiro rencontra Junya...

Alors qu'ils marchent tous les deux sur le sentier dans l'espoir de sortir de cette forêt, l'esprit du jeune taxidermiste est dans un état tel qu'il n'arrive même plus à faire le tri et la part des choses. Il ne voit plus ses limites, il n'arrive absolument pas à réfléchir. Jamais dans sa vie il ne s'était senti comme ça, même durant son enfance. Est-ce parce que désormais il est seul, qu'il a le libre arbitre de ses choix et que pour la première fois il s'est emporté violemment sur une personne. Il sait qu'il a commis... un crime, oui, pour lui c'est un crime ! Alors il va présenter ses excuses à Junya, pas dans l'espoir qu'il le pardonne même si au fond il aimerait quand même un petit quelque chose, mais c'est surtout pour lui-même, il a besoin de s'excuser, vraiment besoin. La voix de Junya résonne et il comprend alors parfaitement que jamais il ne lui pardonnera, il a vraiment trop atteint le coeur de ce jeune homme innocent qui ne cherchait qu'à sortir et être rassuré et non pas à se faire agressé comme il l'a été. Kazu ouvre la bouche, une fois, deux fois, dans l'espoir de réussir à sortir les mots qui seraient nécessaires maintenant, mais aucun son ne sort de sa bouche, il ne trouve vraiment rien à redire, vraiment rien...

Résigné il continue de marcher sur le sentier, sans même penser qu'ils puissent s'enfoncer davantage dans cette lugubre forêt plutôt que d'en sortir, il n'a aucun doute là-dessus, il marche tête baissée. Les indications que ce fou leur à donner plus tôt étaient belles et bien vrais. C'est avec un plaisir, un soulagement que les pieds de Kazu foulent le sol clair et libre de l'orée de la forêt, oui, ils viennent enfin de sortir de ce lieu qui donnait des sueurs froides à Junya. En parlant de Junya, Kazu tourne vivement son regard sur lui, avec un sourire, histoire de lui dire « Tu as vu, nous sommes sortis, c'est merveilleux ! » Mais son sourire disparait subitement lorsque le regard dur du jeune homme se pose sur lui et que les mots claquent comme un fouet qui ne demandait qu'à être lâché. Pour la première fois depuis longtemps, le coeur du taxidermiste se pince, se serre, il s'en veut tellement. Il ne trouve même rien à y redire. Il ne bouge pas, ne tente même pas un pas vers lui, cela n'arrangerait de toute façon rien. Il le regarde, immobile, conscient qu'il mérite tous ces mots et toute cette haine qu'il déverse sur lui. Junya en a tout à fait le droit, c'est légitime après tout cela.

Tout est l'écoutant Kazuhiro devient d'un calme olympien, toute sa colère s'évade, principalement parce que l'atmosphère sombre et étouffante de la forêt à disparue mais surtout parce qu'il a conscience d'une chose qu'il n'aurait jamais voulu avoir conscience un jour... oui, il a l'impression de devenir comme son géniteur. Cette impression le broie totalement, parce que c'est bien ce qu'il s'est passé, il est devenu comme son père en agissant ainsi contre Junya. En repensant à la scène, il s'imagine qu'en remplaçant sa tête par celle de son père, cela aurait été vraiment la même personne. Jamais ! Jamais ! Il s'est toujours refusé de devenir comme lui, comme cette enflure qui a bousillé sa vie ! Et pourtant le temps de quelques minutes, il est devenu aussi abjecte que lui... Junya ne le remarquera peut-être pas, mais le regard de Kazu change du tout au tout subitement, il devient triste et d'une extrême fragilité, on aurait même l'impression qu'il allait pleurer d'un instant à l'autre même si aucune larmes ne coulent.

Trop, il y a vraiment trop de choses qui se mélangent et s'entremêlent dans l'esprit du jeune homme. Il n'a toujours pas bougé et il ne bougera pas. Il laisse Junya terminé et prendra la parole uniquement lorsqu'il n'aura plus rien à dire, lorsqu'il annonce la liste noire de son ami.

« Junya... »

Kazu bouge enfin, mais pour faire quelque chose qu'il n'a encore jamais fait. Son corps se baisse, ses genoux touchent le sol et son corps s'affaisse dans une révérence de pardon... Oui, après tout c'est un nippon et ils ont leur manière de demander pardon ou s'excuser et là, genoux et front contre le sol, il s'abaisse totalement devant lui, montrant toute la sincérité qu'il peut avoir dans ses paroles.

« Je ne peux pas te contredire, tout ce que tu dis est vrai... Mais je n'ai jamais voulu te faire le moindre mal ! Tu étais là au mauvais moment... Tu te fiches certainement pas mal de ce que je dis mais en réalité si je suis venu ici c'est pour oublier, oublier mes soucis, ne plus penser à ce qui m'est...arrivé... mes émotions étaient à la limite d'explosé et tu t'es trouvé sur mon chemin, tu... tu as été mon défouloir, malgré toi... Malgré tout ce que j'ai dit je ne t'aurais jamais frappé, je n'aurais pas pu te faire de mal, je n'aurais jamais fait comme LUI ! Je n'aurais rien fait contre ton gré, je ne t'aurais forcé à rien parce que je ne suis pas LUI ! »

Oulla, doucement mon coco, il ne va rien à y comprendre le petit Junya là. Mais en parlant de ce « Lui » il évoque Hebichi, ce vampire abjecte qu'il n'arrive pas à se sortir de l'esprit. Il se tait un instant et déglutit en relevant le regard sur lui, un regard d'une grande sincérité.

« Je divague, excuses moi... Non, je n'ai pas le droit de demander pardon, je ne le mérite pas, mais j'aimerais garder contact avec toi malgré tout, j'aimerais que tu te rendes compte que je ne suis pas l'homme que tu as vu tout à l'heure. J'aimerais que tu te rendes compte que je suis quelqu'un de totalement différent et bien plus doux que ce que j'ai laissé voir, j'aimerais te montrer le vrai moi... »

Il reste toujours au sol, il se redressera uniquement lorsque Junya le lui demandera, ou alors il restera comme ça jusqu'à ce qu'il soit parti en le plantant là comme un idiot qui l'aurait mérité.
S'il veut partir voir cet ami comme il dit, il ne le retiendra pas, mais au fond, il espère qu'il va rester et qu'ils vont continuer de parler, un peu, même rien que s'échanger leurs coordonnées respectives, oui, il désire vraiment garder contact avec lui.

« S'il le faut, j'accepte d'être sur cette liste noire jusqu'à ce que tu décides que je ne mérite plus d'y être. Ce ne sera certainement pas le pire que j'ai vécu, j'en suis sûr... »


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Lun 30 Juil - 3:41


Junya lance un regard sombre à Kazuhiro, mais dans lequel brille encore une petite lueur terrifiée. Il tentait de se montrer fort et sûr de lui, histoire de ne pas être la victime parfaite. Parce que Jun savait fort bien que dans ses jolis vêtements à la dernière mode et avec ses airs de poupée japonaise, il ne faisait pas le poids contre... la majorité des hommes qu'on croise à Tôkyô. Mais, il se refusait tout de même à paraître comme une victime parfaite pour les petites frappes et les purs cinglés. Et présentement, il était certain d'être face à un homme qui versait doucement dans la psychopathie, ce qui n'avait absolument rien pour le rassurer. D'ailleurs, quand Kazuhiro murmure son prénom, Junya a un petit tremblement. Il déglutit avec difficulté, mais relève le menton. Dans son regard brille une lueur de défi. Qu'il ose l'approcher ! Rien que d'un pas ! Qu'il essaie et Junya... Junya allait faire son possible pour le mettre KO, bien qu'il ne sache absolument pas comment s'y prendre !

Pourtant, bien que le jeune homme bouge effectivement, ce n'est pas pour franchir l'espace qui les sépare. Un espace sécuritaire auquel Junya tenait présentement plus qu'à n'importe quoi d'autre. Au plus grand étonnement du journaliste en herbe, voilà que le taxidermiste se pose face contre terre. Il s'agenouille ainsi... se prosterne, pourrait-on dire, même. Et c'est sûrement la plus grande demande de pardon qu'un homme puisse faire à un autre. Pour dire vrai, Jun est un peu ému... mais, il sait qu'il pourrait être en train de tomber dans le plus grand piège qui existe, forcément. C'était l'exemple même du type qui bat sa femme, puis s'excuse de la plus adorable et sincère des façons... avant de recommencer. Car oui, ces hommes étaient sincères, au risque de se répéter ! Mais, ça ne changeait absolument rien à leur comportement. Et Jun craignait un peu de verser dans cette naïveté impardonnable de la plupart des femmes battues, bien qu'il n'y ait absolument rien entre Kazuhiro et lui. C'était le meilleur parallèle qu'il s'était trouvé, bien malgré lui.

Puis, Kazuhiro s'explique et c'est... terriblement confus. Junya lui lance même un regard dubitatif, se demandant s'il y avait un sens sous tout ça. Sûrement, oui... mais pour le comprendre, il aurait fallu qu'il puisse lire les bouts manquant dans l'esprit de l'homme et ça, ce n'était pas dans ses moyens. De fait, il arrête rapidement les frais !

« Je ne comprend pas, Kazuhiro... », déclare Junya, tout en glissant une main dans son front. C'était irréel et il sentait doucement, mais sûrement, une migraine pointer le bout de son nez. « Je ne comprend pas où tu veux en venir. Il manque beaucoup de passage importants à tes explications, je crois... »

Son ton n'était néanmoins ni sec, ni agacé, ni colérique. Il n'en était pas pour autant empreint de douceur, toutefois... Junya n'était pas rendu là dans son petit cheminement perso et nul doute que s'il était sincère, Kazu allait comprendre que ça lui prendrait du temps si vraiment, ils ne perdaient pas tout contact, non ? Parce que pour être sincère, présentement, la seule idée de revoir le jeune homme le rendait un peu malade... Il ne savait trop quand Kazuhiro pourrait à nouveau céder à ce genre de bas instinct. Ni jusqu'où il était capable d'aller. En tout cas, il était clair que le taxidermiste avait déjà eu affaire à un homme qui l'avait profondément blessé. Et visiblement, il avait calqué son comportement sur cet homme, ce qui n'avait franchement rien de rassurant, pour tout dire... Mais que Jun comprend un minimum, même si là, il n'est pas prêt à utiliser cette basse excuse pour pardonner.

Kazu se fait encore un peu mélodramatique et Jun soupire. Il est visible, sur ses traits tendus, qu'il hésite. Et finalement, dans un petit juron inhabituel chez lui, mais qui exprimait toute la tension accumulée, il sort un crayon et un bout de papier de son sac. Il pousse un petit soupir une nouvelle fois, comme s'il ne savait plus faire que ça. Et finalement, après un regard pour Kazuhiro, il se penche un moment sur le papier. Mordillant le bout de son stylo, il hésite... avant d'écrire une adresse qui se termine tout simplement par « hotmail.co.jp », rien de plus simple. L'adresse en elle-même est un peu lambda, d'ailleurs.

« Relève-toi, s'il-te-plaît... Tu vas attraper froid. », dit-il tout en lui tendant le petit bout de papier du bout des doigts, comme s'il avait peur de le toucher... ce qui n'était pas faux. « C'est une adresse bizarre, j'en conviens, mais c'était pour être sûre qu'elle n'était pas déjà utilisée. Ce soir, je n'ai pas la tête à ça. Mais demain soir, ajoute-moi. L'adresse sera crée à ce moment-là. Ce n'est pas mon mail personnel, comme tu dois le deviner. Et tu ne l'auras pas. Mais... il y aura ça. »

Le jeune réceptionniste gronde un peu tout en reculant à nouveau contre la voiture. Il range son stylo, puis resserre sa veste autour de son torse fin. C'est tout ce qu'il pouvait faire pour le moment et d'ailleurs...

« Je ne sais même pas pourquoi je fais ça. Je ne t'ai pas pardonné alors ne pousse surtout pas le bouchon. Et si jamais tu recommences à divaguer à propos des vampires, je supprime directement l'adresse. Je me suis bien fais comprendre ? », demande Junya, tout en fouillant une nouvelle fois dans son cellulaire pour en sortir un cellulaire. Il le teste un peu avant de soupirer de soulagement : ça fonctionnait, hors de la forêt, amen ! « Je vais retourner à Tôkyô tout seul. Je ne veux pas que tu m'accompagnes pour quelque raison que ce soit... Je dois aller voir un ami, de toute façon. »

Et plus les minutes passaient, plus Jun tapait avec véhémence sur le clavier de son cellulaire, cherchant un SMS bien clair qui lui donnait le nom du temple où Natsuki était gardien. Il a peur, l'espace d'un instant, de l'avoir perdu et est prêt à éclater en sanglots. D'ailleurs, des larmes perlent déjà à ses yeux. Mais soudainement... bingo ! Le jeune homme pousse un long soupir tout en imprimant bien le nom du temple dans sa mémoire. Puis, il glisse le cellulaire dans une poche de sa veste avant de relever la tête vers Kazu.

« Qu'est-ce que tu vas faire toi, maintenant... ? », demande presque timidement Junya, comme s'il recommençait juste à considérer Kazuhiro comme un humain. « Moi, je vais retrouver l'homme qui me plaît. Tu vois... le monde n'est pas si mal, après tout. »

Parce qu'il venait de vivre un pur moment de terreur et pourtant, il y avait encore du bon dans ce monde. C'était aussi le cas pour Kazuhiro, assurément...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Jeu 2 Aoû - 14:48


Confus, c'est le mot. Cette situation, tous ces mots qui sortent de la bouche du jeune homme, c'est autant confus pour Kazu que pour Junya ! Face contre sol, genoux à terre, il ne fait pas ça pour que Junya soit ému mais simplement pour qu'il comprenne sa sincérité, qu'il se rend compte que Kazu n'est pas un simple crétin qui s'énervent et qu'il y a des raisons à ça. Il ne fera jamais de mal au petit journaliste, ce n'est pas un piège bon sang ! Même devant son père il ne s'est jamais abaissé ainsi pour un pardon ! C'est la première fois qu'il fait ce genre de pardon et il ne le ferait pas pour le faire tomber dans un piège ! Kazuhiro parle donc, laisse les mots s'échapper en un flot incompréhensible visiblement pour son destinataire. Le taxidermiste lève donc les yeux sur lui lorsqu'il entend sa voix et se mord la lèvre quand il annonce ne pas comprendre. Comment pourrait-il comprendre de toute manière ? Il n'est pas devin, il ne lit pas non plus dans les esprits des hommes, il n'a pas de pouvoir surnaturel à ce que sait Kazu, quoiqu'on ne connait jamais personne mais non, là il ne peut pas devenir. Devrait-il lui dire ? Devrait-il se confier ou évoquer ce qui s'est passé pour qu'il arrive à avoir sa confiance, ou du moins qu'il ait moins de méfiance vis-à-vis de lui ? Peut-être bien... mais c'est quelque chose de très difficile. Un traumatisme, on ne l'évoque pas à le première personne venue, mais là, c'est différent n'est-ce pas ? Kazu tente de se rassurer...

« Ecoute, je... j'ai vécu quelque chose avec un homme qui m'as.... » Soupire « J'aimerais t'en parler Junya, me livrer à toi pour te montrer ma sincérité... tu serais prêt à m'écouter ? Quand tu le voudras et que tu seras prêt ...»

Ce ne serait peut-être pas maintenant, tout dépend de la réponse du jeune homme, de son envie de savoir ou pas et de sa capacité à accorder une chance à Kazu.
Il garde son regard posé sur lui mais reste au sol tant qu'il ne lui aura pas demandé de se relever. Il a sorti tout ce qu'il avait à lui dire, il n'a plus qu'à attendre ses réactions, ce qui le rend assez anxieux en fait, il n'a jamais tant souhaité arranger quelque chose. Il aimerait nouer des liens avec lui-même s'il sait que cela risque de prendre énormément de temps. Ce qui s'est passé dans cette forêt est un énorme frein aux liens qui pourraient se créer. Ils sont partis sur de très mauvaises bases tous les deux et tout ça à cause de Kazu qui n'a pas su garder son calme et sa colère au fond de lui.

Il regarde son manège, son petit bout de papier et il voit qu'il hésite, quoi de plus normale ! Il a peur qu'il s'attaque à lui, c'est évident, pas la peine d'être devin pour le voir et le comprendre ! Kazu se dit que finalement, il ne voudra pas qu'ils se revoient et il est prêt à l'accepter, prêt à se résigner. C'est pourquoi il est surpris, quand il lui tend le bout de papier en lui demandant de se relever. Il ne se fait pas prier, il se rend compte de la chance qui s'offre à lui, que Junya lui offre alors il prend le papier et se relève tout doucement, époussetant ses vêtements pleins de poussière. Puis il regarde Junya et le bout de papier, l'adresse mail qu'il a inscrit dessus... Il affiche un petit sourire tout en l'écoutant.

« Merci Junya... je ne gâcherais pas cette chance que tu m'offres. Je rentrerais l'adresse demain et nous pourrons discuter. Je suis désolé pour l'histoire des vampires, plus jamais tu n'en entendras parler. »

Et plus personne d'autre, jamais ! Kazuhiro est décidé ! Les vampires vont rester enfermés au plus profond de lui, il n'en parlera plus à personne, tout ça c'est fini ! Le changement est en train de s'opérer, la transformation de Kazuhiro se prépare lentement. Oui, il est temps. Il récupère son sac qui est tombé sur le sol lorsqu'il s'est agenouillé et range avec précaution le bout de papier qu'il vient de lui confier, il ne veut absolument pas le perdre. Puis il le regarde taper sur son cellulaire avec ardeur. Lui aussi aimerait avoir quelqu'un à qui il peut envoyer des mails... Ca arrivera car il est temps ! Il remet son sac en bandoulière puis l'écoute.

« Je ne comptais pas rentrer avec toi, je ne vais pas rentrer maintenant, je vais rester là, un peu, j'ai besoin de réfléchir. »

Il lui sourit. Il se sent tellement mieux maintenant. Il n'a certes pas son pardon, mais il sait qu'il arrivera un jour, s'il n'y a pas d'embuche en chemin, il l'aura et il est prêt à tout pour ça. Il n'a jamais désiré autant avoir quelque chose. Petit rire.

« Non, il n'est pas si mal, tu as raison et excuse-moi encore de te l'avoir terni. Va voir cet homme qui te plait et love toi dans ses bras pour te réconforter, ne penses plus à ce qui s'est passé dans cette forêt. »

Il pose son regard vers la forêt, il a entendu des voix, certainement encore ce jeune fou qu'ils ont croisés tout à l'heure. Mais avant de laisser Junya filer il a envie d'une chose... Il se retourne et avance vers lui, pas trop, il laisse cette distance de sécurité que seul Junya choisira de franchir ou pas et... il lui tend la main, oui il aimerait une poignée de main pour symboliser le nouveau départ qu'ils prennent tous les deux.

« Prenons un nouveau départ tous les deux »


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   Mer 8 Aoû - 3:23


La scène dont Junya était l'un des principaux protagonistes avait tellement peu de sens pour lui qu'il avait plutôt l'impression d'en être le spectateur. Ça ne dure néanmoins qu'un douloureux instant après lequel il se doit bien de réaliser qu'il était bel et bien là, en train de vivre cet affreux moment. Ça n'avait certes plus rien à voir avec sa peur dans les forêt, alors que Kazuhiro éclatait de rage. Mais, Junya ne pouvait tout bonnement pas chasser sa terreur aussi facilement que semblait le vouloir l'homme qui, encore prostré à ses pieds, lui demandait soudainement s'il voulait bien être une oreille attentive. Ça le fait frémir et sûrement pas de façon positive. Au contraire, il en fait même un petit pas vers l'arrière, se tassant davantage contre la voiture qui lui servait présentement de soutient. Une de ses mains tâtonne la carrosserie lisse et froide, ses ongles la raclant doucement sans pour autant l'abîmer. C'était là le genre de geste involontaire qui traduisait la nervosité d'un homme...

Jun hausse lentement les épaules à la demande de Kazuhiro, ne sachant trop comment lui répondre dans un premier temps. Et finalement, ce qui lui semble le plus logique lui traverse l'esprit.

« Écoute... Tu devrais peut-être aller voir un psychologue... », commence lentement l'étudiant en journaliste, incertain surtout parce qu'il craignait qu'une nouvelle vague de colère s'abatte sur lui. « La croyance populaire qui nous laisse entendre que les psychologues ne sont nécessaires qu'aux fous est fausse. Ce serait même plus sain si tout le monde en consultait un. »

Et c'était surtout un peu étrange de vouloir se confier comme ça à un parfait étranger qu'on venait d'agresser, excusez-le du peu. Nul doute que Junya aurait écouté Kazuhiro si c'était venu tout seul, mais là... À lui laisser le choix, il préférait ne pas être l'oreille attentive de cet homme. Qui sait ce qui pourrait en ressortir ? Lui n'était pas psychologue. Il n'avait aucune formation pour laisser derrière lui les problèmes des autres et il avait toujours eu beaucoup d'empathie. Ça pourrait l'empêcher de dormir aussi bien qu'à l'habitude la nuit et, excusez-le, mais il n'était pas prêt à bien des choses pour Kazuhiro, présentement. Au moins... même si le taxidermiste semble trop heureux de la « fleur » que lui faisait Junya, il précise qu'il ne parlera plus jamais de vampires devant lui et semble on ne peut plus sincère à ce propos. C'était un pur soulagement, parce que n'étant déjà pas rassurant sur une base « régulière », Kazuhiro l'était encore moins avec cette histoire de créatures de la nuit, assurément...

Mais visiblement, il veut rester sur place, ce qui est complètement idiot selon Jun... Parce que lui, il préférait encore crever que rester ici une seule seconde de plus ! Mais, le jeune homme prend une petite seconde de silence et, surtout, une profonde inspiration tout en acquiesçant à ce qu'ajoute Kazuhiro. Ce petit blanc continue encore un court moment avant que le journaliste en herbe ne le rompe.

« Je vois que ça ne semble pas te troubler outre mesure que je déclare si facilement aller vers un homme. », fait remarquer le jeune homme, manifestant une surprise tranquille.

Mais, il n'ajoute rien à ce sujet. Il ne voulait pas que Kazuhiro croit que c'était une invitation ou quelque chose dans le genre. Ça le mettrait vraiment dans la merde, cette fois ça valait la peine d'être un peu grossier pour le signifier ! Jun fait finalement un petit pas vers l'arrière, se demandant idiotement s'il allait parvenir à tourner le dos au taxidermiste ou s'il allait reculer comme ça jusqu'à ne plus le voir, bêtement. Une main lui est tendue... Jun l'observe un moment, silencieux, comme s'il jaugeait la sagesse de ce geste. Et finalement, il lève la sienne, paume tendue vers celles de Kazu, petit signe discret pour lui demander de cesser ce geste.

« N'en demande pas trop, trop vite. », murmure lentement le jeune homme, tout en faisant un nouveau pas vers l'arrière, toujours pas décidé à tourner le dos à Kazu. « Ajoute cette adresse et nous verrons bien. Je ne te promet rien. »

Et finalement... comme si soudainement, il se sentait beaucoup plus détendu, il attrape son sac à bandoulière et se tourne dos à Kazuhiro, commençant à partir, encore tremblant de sa frayeur. Pour le moment, il ne savait même pas encore comment il allait trouver la force de se rendre jusqu'au temple où vit Natsuki... Mais il trouvera bien. Il se retourne néanmoins une dernière fois vers l'autre homme. Un petit frisson remonte le long de son échine. Il n'était pas rassurant, posé là, sur le bord du stationnement, à moitié plongé dans le noir...

« Bonne soirée, Kazuhiro. », murmure lentement Junya. « Fais bien attention à ne pas te perdre dans la forêt à nouveau. »

Et sur ce, il se détourne pour de bon, quittant la scène. Son rôle avait été joué. Maintenant, il avait besoin de se retirer.


Hors Jeu:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro   




Revenir en haut Aller en bas
 

Scarecrow's Sorrow feat. Natanabe Kazuhiro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shizuoka :: Le Mont Fuji :: Forêt de Aokigahara-