C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Every Breath I Take Poisons my Lungs feat. Murakami Fubuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



☩ I wish I had your angel ☩

Âge : Mort à 34 ans, il a maintenant 724 ans
Allégeance : À lui-même...
Messages : 39
Pseudo : Kurika
Avatar : Ryo [9Goats Black Out]
MessageSujet: Every Breath I Take Poisons my Lungs feat. Murakami Fubuki   Mer 6 Juin - 6:15



La vengeance est un plat qui se mange froid...
Lundi, 31 Octobre, 23h30


Tout, absolument tout s'était déroulé selon les plans établis par Ketsueki... comme toujours. Haine avait quitté le Candies&Leather une heure avant son propre départ, son costume absolument parfait lui allant comme un gant. Pas une mèche déplacée, pas de maquillage qui déborde, pas un bout de tissu au mauvais endroit... Il était légèrement vêtu, trop selon Ketsueki, mais c'était ainsi qu'il avait été décidé que son fils vampirique allait être déguisé, alors soit... Ce soir, il aurait sa petite Mata Hari personnelle, bien qu'il n'ait pas l'intention d'en profiter ainsi ! Et que personne n'ose y mettre la patte, car Ketsueki risquait de faire un vrai scandale, vampires ou pas. Ils avaient d'ailleurs eu une conversation à ce sujet, Haine et lui. Plus poussée que tout ce qu'ils avaient bien pu avoir jusqu'à maintenant. Mais elle s'était terminée rapidement. Le stoïque gérant du Candies&Leather n'était pas homme à répondre aux questions qui lui déplaisaient et il était certain que le moment n'était pas arrivé pour ça.

De fait, la conversation avait encore une fois plus ou moins tourné comme il l'entendait et à présent que tout s'était bien déroulé jusqu'à présent, le voilà qui prenait le trajet vers le temple. Il faisait confiance à Haine pour arriver à bon port sans l'aide de qui que ce soit. Nul doute que son fils allait être à cette réception, attendant impatiemment son arrivée. Ce n'était pas une sorte de vantardise ou un manque de modestie... Ketsueki commençait seulement à bien connaître Haine. De fait, il ne s'inquiétait pas le moins du monde et c'est sans se presser qu'il marchait le long d'un chemin balisé de la forêt d'Aokigahara. Il savait très exactement où il devait quitter le dit sentier pour atteindre le temple et ce n'était pas avant une petite dizaine de minutes, encore. Peut-être plus s'il continuait à ce rythme, néanmoins... Le gérant n'avait pas donné son heure d'arrivée à qui que ce soit. Une approximation à Haine tout au plus. Ça lui laissait... assez de temps pour réfléchir. Ou plutôt, ça lui laissait trop de temps pour anticiper.

Ketsueki était en colère et avait peur, même si jamais en cent ans il n'oserait l'admettre. Il savait qui il allait revoir à cette réception. C'était toujours la même chose et à chaque fois, c'était toujours un peu plus douloureux. Il aurait adoré pouvoir lui faire ressentir la douleur qui avait été sienne le soir où Kuromiya Sensui avait quitté sa couche pour ne jamais revenir... Sans un mot, sans une excuse. Il était partit après une cinquantaine d'années de ce que Kestueki avait cru être de l'amour. Ça n'avait pas été pardonné, ni oublié. Sensui aurait dût se douter qu'un jour, le coup allait lui être rendu. Pour autant, Ketsueki n'aurait jamais cru que ce serait ce soir et après aussi peu de réflexion. Déambulant dans la grande forêt inquiétant d'Aokigara, paré d'un costume de pharaon qui contrastait drôlement avec le décor ambiant de par sa richesse, sa brillance et son exotisme, le vampire était à des miles de se douter que l'occasion de se venger un minimum lui serait bientôt servie sur un plateau d'argent.

Pourtant, son odorat développé le remarque avant son regard souligné de khôl à la manière de celui d'Horus. C'est un vent léger qui agite tout autant les branches des arbres que les mèches fines de ses longs cheveux recouvert de la coiffe pharaonique qui l'alerte. Ketsueki quitte le sentier, marchant plus rapidement sous le couvert des arbres jusqu'à ce qu'il rattrape l'homme dont il avait humé le parfum floral. Lentement, Ketsueki retire sa coiffe tout en observant d'un oeil perçant cet être humain dont la silhouette lui était clairement familière... sans qu'il ne puisse pour autant mettre le doigt sur qui il pouvait bien être. Le gérant quitte la forêt pour s'engager sur le sentier, à la suite de l'homme. D'un pas rapide et fluide, il se glisse juste devant lui, l'empêchant d'avancer davantage. Plutôt grand, très élancé, une moue involontairement aguicheuse, tiré à quatre épingles... Ketsueki savait qu'il avait déjà vu ce garçon avant aujourd'hui. Mais où ?

« C'est bien dangereux de s'aventurer dans cette forêt seul... Et tu n'as absolument pas la tête d'un des guides de cet endroit. », assure Ketsueki, sachant fort bien, de toute façon, qu'aucun guide ne se perdrait dans cet endroit démoniaque à une telle heure. « Il est presque minuit, Cendrillon... N'as-tu pas peur du grand méchant loup ? »

Il ne s'amusait néanmoins pas de cette proie potentielle, comme il l'aurait peut-être dût. C'était tellement anormal de croiser un être humain en plein coeur de cette forêt qu'il se demande un moment si ce n'était pas là une de leurs proies de ce soir qui se serait enfuit. Mais... non. Car sa réaction aurait clairement été toute autre. Et c'est peut-être à ce moment que Ketsueki réalise enfin devant qui il se trouvait. Il réalise aussi que c'est un miracle de s'en souvenir... Parce qu'il ne mettait guère les pieds au Bloody Sunday et que son aventure avec Sensui remontait à encore plus loin que l'arrivée de Seijûrô dans la vie de ce dernier. De fait, il n'avait jamais vraiment rencontré ce garçon. Mais il l'avait déjà vu et on lui en avait parlé en riant, puisque les rumeurs disaient qu'il désirait plus que tout se faire mordre par Sensui. Quelle blague... Mais l'espoir fait vivre, d'après ce qu'on dit. C'était déjà un miracle que Seijûrô Kuromiya n'ait pas été jeté comme une vieille chaussette... et ça donnait des envies de meurtre à Ketsueki.

Le gérant du Candies&Leather pousse un petit soupir, ne sachant trop quoi faire de lui. Il pourrait le tuer... Ça ferait les pieds à Sensui qui aimait tant avoir le contrôle total sur ses « petits jouets ». Mais, ce serait une vengeance discrète et dont il ne pourrait pas profiter bien longtemps. De toute façon, pourquoi songer à ce genre de chose, soudainement ? Peut-être parce que tout compte fait... Tout compte fait, il avait envie que ce soir, tout ne se passe pas exactement comme prévu.

« Je ne me souviens plus de ton nom. Donne-le-moi. », ordonne le noble vampire, comme si c'était là la demande la plus normale du monde. Si c'était peut-être le cas, la façon dont ça avait été dit n'était pas la meilleure, assurément ! « Tu es bien loin de chez toi et ce serait étonnant que Kuromiya veuille te sacrifier. Que fais-tu ici ? Tu vas te perdre et mourir dans cette forêt. Personne ne retrouve l'endroit de cette réunion sans savoir exactement où elle est et il faut être particulièrement stupide pour croire le contraire. »

Et il n'allait pas le prendre pour plus con qu'il était et lui assurer qu'il n'était pas ici pour la réunion, n'est-ce pas... ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Striking Reckless ☩

Âge : Vingt-quatre ans.
Allégeance : Collé aux basques de Sensui.
Messages : 3064
Pseudo : Myu.
Avatar : Uruha [the GazettE]
MessageSujet: Re: Every Breath I Take Poisons my Lungs feat. Murakami Fubuki   Dim 10 Juin - 13:18





Cela faisait bien longtemps que le jeune serveur attendait cette fameuse soirée. Depuis une semaine, il frétillait d'impatience, se montrant souvent des plus agréables avec les personnes qui l'entouraient. Non pas qu'il était dénué de son habituelle préciosité, mais le sourire était bien plus souvent présent ses lèvres généreuses, lui donnant un air réjouit qu'on lui connaissait, toutes choses considérées, assez peu. Et enfin, la soirée du trente octobre était arrivée. Les années précédentes, l'idée d'arriver à la soirée du 31 octobre lui était tout à fait indifférente, et même plutôt exaspérante ; il n'aimait guère le fait que des enfants déguisés viennent frapper à sa porte, le dérangeant pour demander de quelconques sucreries. Mais cette année, sa patience avait été poussée à son comble, mais la date de l'heure fatidique étaient enfin arrivées, chèrement convoitées. Fubuki se trouvait présentement à son appartement, et le soleil se couchait tout juste derrière les buildings de Tôkyô. Ce soir, exceptionnellement, le Bloody Sunday était fermé car Sensui en était absent, comme tous les ans. Les années précédentes, cette absence demeurait injustifiée et d'un mystère certain, une fois au cours de l'automne, mais le supérieur de l'androgyne avait cette fois ci jugé bon de se justifier ; tous les 31 octobre avait lieu la rencontre annuelle entre vampires, en plein cœur de la forêt d'Aokigahara, et donc, lui même et son fils devaient s'y rendre, ayant une renommée certaine chez les vampires. Si le serveur s'était montré compréhensif et silencieux quand Sensui lui avait expliqué ceci, de nombreuses idées fleurirent dans l'esprit du jeune homme, qui n'avait désormais plus qu'une idée en tête ; partir pour la forêt d'Aokigahara durant la soirée, dans l'espoir de trouver le lieu de rendez-vous.

Bien entendu, le serveur n'était pas sans connaître la réputation de ces lieux. On racontait que des âmes damnées y erraient sans cesses, en quête d'une revanche, gardant au fin fond de leur âme une rancœur palpable. Les corps suicidés y étaient trouvés à foison, et au delà de cette terreur ambiante, il y avait bien sûr les dangers physiques. Le sol volcanique de la région avait fait pousser une forêt luxuriante sur des milliers d'hectares, et il était tout bonnement impossible de se repérer, une fois allé au delà des chemins balisés, tout aussi pourvu d'un bon sens de l'orientation soit on. Et de même, prévoir une boussole ou un gps était inutile. Et sans oublier les larges failles dans le sol qui menaçaient de se trouver sous nos pas... Bref, toute une liste d'éléments qui auraient put dissuader le jeune homme d'aller explorer les lieux. Néanmoins, tout homme passionné et obnubilé comme Fubuki est également homme imprudent et inconscient ; l'androgyne était bien trop obnubilé par l'idée de rencontrer des vampires et d'avoir une chance d'être des leurs, toute aussi infime soit-elle, pour avoir une quelconque once de bon sens. On ne se refait pas... Et de plus, à supposer que le jeune androgyne arrive à l'endroit convoiter, les chances pour qu'il en sorte en vie étaient sûrement réduites ; c'était littéralement se jeter dans la gueule du loup. Les chances de finir en pâture étaient nombreuses, mais l'androgyne préférait songer que s'il ne tentait rien, il n'arriverait à rien.

Mais revenons en à nos moutons ; le jeune homme avait encore largement le temps de se préparer et de se rendre à l'entrée de la forêt. Néanmoins, il n'était pas stupide au point de croire qu'il pourrait trouver l'instant en moins d'une heure, aussi préférait il prévoir large pour pouvoir avoir une chance de trouver, voire même de trouver un vampire qu'il pourrait filer jusqu'à l'endroit fatidique. Se parant d'une tenue toute à la fois élégante et pratique pour cheminer, Fubuki peaufina les derniers détails de son apparence afin d'apparaître sous l'un de ses meilleurs jours à la société vampirique – mais ceci dit, y avait il une seule fois ou il ne s'était pas montré sous son meilleur jour ? Fichtre non !
Quittant son domicile aux alentours de 22 heures, il eut bien vite fait de commander un taxi qui le mènerait à Shizuoka, aux alentours de la forêt d'Aokigahara. La nuit était tombée, certes, et la vision de cette masse d'arbres sombres tapit d'une brume fantomatique n'était pas des plus rassurantes, mais n'entachait en rien la hâte et la bonne humeur du jeune homme. Tout sourire, il ne perdit pas un seul instant pour marcher d'un bon pas sur un chemin balisé, qu'il quitta au bout d'un quart d'heure, s'aventurant au delà des limites.

Minutes défilèrent à une vitesse folle. Le jeune homme était à l'affût, comme il ne l'avait jamais été, sensible au moindre crissement de feuille, qui pourrait être conséquence d'un pas feutré. Le froid s'emparait doucement de sa gorge, mais Fubuki n'était pas las de son enjouement, le poussant à marcher encore et toujours, droit devant lui. Les lieux se ressemblaient tous, mais les quelques nouveaux détails qu'il découvrait au fil de sa progression pédestre lui faisaient croire qu'il avançait, et était dans la bonne direction. Loin de s'user, sa bonne humeur décuplait même, ses lèvres souriantes le laissant paraître. Son excitation était presque à son comble... Ne tardant pas à atteindre l'apothéose quand un homme d'une certaine stature s'imposa sur son chemins. Silhouette longiligne, teint d'albâtre, charisme certain et vêtu d'un élégant costume de pharaon, il ne faisait aucun doute que Fubuki se trouvait face à un vampire. Levant le regard vers les yeux d'Horus, ses lèvres s'étirent tandis que l'inconnu prend la parole, concluant bien rapidement que le jeune homme n'était certainement pas un guide. Vrai qu'il n'avait pas la tête de l'emploi, ni même la dégaine ; il avait en effet bien plus l'air d'une princesse perdue à la recherche de sa chaumière. Amusé, le jeune homme ne tarde pas à répondre à la question qui lui a été posée ;

« Absolument pas, je cherche même sa tanière. »

Le vampire supposerait certainement qu'il n'avait pas affaire à un chasseur. L'échange n'aurait pas été aussi calme, et Fubuki n'avait pas vraiment la carrure requise non plus. Après avoir lâché un soupir, l'inconnu ne tarda pas à demander son nom au jeune androgyne, qui se sent plutôt honoré, malgré l'impératif et le tutoiement. Pas peu fier, sans pour autant adopter un ton hautain ou autre, le serveur répondit simplement ;

« Murakami Fubuki. Aurais je l'honneur de connaître le vôtre ? »

On ne le changera pas, avec ses formules de politesse parfois excessives. Mais passons, il se devait de se montrer des plus charmant s'il ne voulait pas se voir vidé de son sang dans l'immédiat, et avoir une chance d'avoir une place dans l'estime de l'inconnu. Sans relâcher son sourire, il découvrit agréablement que le vampire semblait le connaître déjà, de loin tout du moins, à entendre le nom de Sensui. L'idée de se trouver sacrifié refroidit quelques peu le jeune humain, son sourire se mutant en une courbe légèrement amère et faussement réjouie. Néanmoins il préférait faire confiance en son supérieur, songeant que ce dernier était loin d'être assez cruel pour sacrifier ses employés, même si ce n'était peut-être que douce illusion pour se rassurer. Bien rapidement, le vampire demanda à Fubuki ce qu'il faisait ici, avant d'indiquer qu'il n'avait aucune chance de trouver le lieu de la dite réunion. Même si le fait d'être traité d'imbécile était loin d'être des plus agréables au jeune homme, il ne s'en formalisait guère, étant bien trop enjoué pour pouvoir se laisser rabaisser par si peu de détail... De plus, même s'il était certain de ses sources quant à la réunion, le fait d'entendre un vampire en parler faisait grimper soudainement sa hâte et sa joie en flèche.

« Je suppose que vous savez déjà ce que je fais au beau milieu d'Aokigahara, du fait que vous me parlez de la réunion qui a lieu ce soir, commence l'androgyne avec un doux sourire. Il est sûrement stupide de s'aventurer ainsi en des lieux hostiles comme cette forêt sans savoir se repérer, et savoir où l'on se rend, mais l'espoir est ce qui me mène. Et qui sait, peut-être aurais je l'occasion de croiser un vampire que je pourrais suivre. »

Fubuki se savait terriblement naïf à dire ceci. Mais autant tenter le tout pour le tout, quitte à passer pour un simple d'esprit – ce qu'il était plus ou moins, dit en passant.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ I wish I had your angel ☩

Âge : Mort à 34 ans, il a maintenant 724 ans
Allégeance : À lui-même...
Messages : 39
Pseudo : Kurika
Avatar : Ryo [9Goats Black Out]
MessageSujet: Re: Every Breath I Take Poisons my Lungs feat. Murakami Fubuki   Dim 24 Juin - 15:38


Ketsueki ne ressent pas de peur chez cet étrange humain. Il ne ressent pas ne serait-ce que le début du stress qui l'annonce généralement. Si stress il y a, ce n'est pas parce qu'il se retrouve dans cette forêt en plein milieu de la nuit, risquant ainsi de se perdre à jamais. Il aurait perdu bien rapidement ses airs de poupée immaculée s'il s'était pris le pieds dans une grosse racine en tombant dans un ravin qu'on ne pouvait discerner que lorsqu'on était en plein dedans, n'est-ce pas ? Mais visiblement, ça ne passait pas par la tête de ce fort particuliers garçon. Décidément, Sensui engageait des personnes très étonnantes pour travailler avec lui... et ce n'était pas nécessairement un compliment. Depuis quand Ketsueki usait-il de compliments à l'encontre de cet être sans coeur, de toute façon ? Ce n'est pas demain la veille qu'on le surprendrait à éprouver autre chose que de la colère, voire de la haine envers le gérant du Bloody Sunday ! Quoiqu'il en soit, ce petit humain n'était pas effrayé et forcément, ça intriguait Ketsueki. Au contraire, voilà qu'il lui sourit, visiblement ravit de le trouver sur son chemin ! À quel genre de fou avait-il affaire ?

Et une partie des réponses que cherche Ketsueki tombe... Ce serait mentir que d'assurer qu'il n'en avait rien à battre, présentement. En fait, sa curiosité est exacerbée d'une bien particulière manière et silencieux, il se contente d'observer ce singulier jeune homme qui lui avoue de but en blanc, comme si c'était tout à fait normal, qu'il cherchait à s'infiltrer dans le temple où la réunion vampirique se tenait. Il n'y arriverait pas, c'était clair... mais tant bien même il trouverait le temple, comptait-il vraiment survivre plus de trente secondes ? Il y aurait plusieurs jeunes vampires... et même sans ça, c'était la nuit de tous les droits. Un si joli petit humain allait rapidement tomber entre les crocs du plus rapide des vampires, celui qui aurait eu le temps de mettre la main dessus. Ça ne serait pas Ketsueki. Pas qu'il doute de ses capacités et même si ça avait été le cas, il avait présentement le garçon pour lui tout seul, ce n'était donc pas un problème. Mais, jamais il ne s'abaisserait à mordre un des sbires de Sensui, tout aussi intéressant soit-il. Et nul doute que ce garçon était fort intéressant.

Un nom suivit d'un prénom lui sont donnés et Ketsueki a un petit « hm » calme. La question lui est renvoyée d'une façon fort polie. Le moins qu'on puisse dire, c'est que Fubuki savait fort bien parler à ses supérieurs... Ça fait arquer un sourcil au vampire, qui n'avait guère plus l'habitude de ces formules de politesses à l'époque actuelle, mais qui appréciait définitivement l'effort. C'est probablement ce qui vaut au jeune homme son nom, d'ailleurs...

« Abarai Ketsueki. Je suis le gérant du Candies & Leather. », se présente Ketsueki, ne doutant pas une seule seconde que son établissement était assez connu pour que Fubuki ne sache de quoi il parlait. Parfois, on pouvait prendre certaines choses pour acquis, c'est un fait... Toutefois, il croit bon de préciser une ou deux petites choses... « Je te conseille de garder ce niveau de politesse. Si je ne te tue pas sur le champ, c'est tout simplement parce que je crois que ça ne serait pas très amusant de ne pas le faire devant Sensui, au minimum. »

Est-ce que le gérant du Bloody Sunday lui piquerait une crise pour un vulgaire humain ? Ça valait la peine d'essayer, car ce n'était un secret pour personne dans le monde vampirique que le beau gérant était du genre assez possessif avec ses employés... En tout cas, celui-là ne semblait pas être de ces fous qui voulaient passer leur dernier instant en servant de repas à un vampire puissant, car à l'idée de sacrifice, Ketsueki le voit faire la grimace. Ce n'était pas plus mal... C'était déjà assez fou de s'aventurer ici dans le but ultime de trouver un repère grouillant de vampires ; ajouter à cela l'envie de mourir entre les bras d'un vampire aurait décidément été un peu trop...Aux paroles du jeune homme, il acquiesce toutefois, convenant qu'en voyant ici un employé de Sensui, sachant que ce dernier n'était pas homme à les tuer sur un coup de tête et encore moins à en faire profiter les autres, il ne pouvait qu'avoir une idée plutôt sotte derrière la tête. Celle-ci lui est d'ailleurs confirmée et s'il en avait encore l'habitude, Ketsueki aurait sûrement soupiré. Ce garçon était hallucinant, il fallait l'avouer...

Ketsueki a un moment d'hésitation devant la ferveur de Fubuki. C'était là quelque chose de bien étonnant qu'on voyait peu... mais qu'il avait tout de même déjà rencontré. Il ne voyait pas trop comment Sensui faisait pour endurer les désirs de Fubuki à tous les jours. Ketsueki avait rompu la nuque au dernier qui lui avait fait ce genre de petit scénario. Mais, ça pouvait être amusant, après tout... Et une idée excitant germe peu à peu en lui, bien qu'il se flagelle mentalement. Quel idiot... S'il le faisait, il allait subir les foudres du Conseil. Mais en même temps, n'y était-il pas prêt ? Ketsueki était homme à accepter les conséquences qui pouvaient résulter de ce genre d'affront. Si ça n'avait pas été le cas, il n'aurait pas été assez bête pour commettre un impair... Impair qu'il ne commettait que trop rarement, sage comme il était, à toujours rester dans son coin, au Candies & Leather...

« Et si je t'y mène, ce sera une faute aux yeux du Conseil. Kuromiya te tuera et on me punira. », explique posément Ketsueki, sans manifester une quelconque émotion, signe que ça lui était tout de même plus ou moins égal. « Qu'aurais-je à y gagner ? »

Est-ce que l'idée lui effleurait vraiment l'esprit ? Oui et elle était alléchante, car il ferait ainsi un joli pied de nez à Sensui. C'était peut-être l'opportunité qu'il attendait patiemment depuis trop longtemps qui se présentait à lui. Une vengeance... N'en dit-on pas que c'est un plat qui se mange froid ?

« Sache pour ta gouverne que l'espoir ne fait vivre que les imbéciles. », met néanmoins en garde Ketsueki. « Ce soir, il ne te sera d'aucun secours. Tu as tout à perdre et rien à gagner. Que compte-tu faire ? Entrer dans notre monde ? Tu es bien trop fragile... et quand bien même on voudrait te transformer, Kuromiya s'y opposera. »

Il n'avait peut-être pas prédit le départ du vampire de sa couche après cinquante ans de ce qu'il croyait être du bonheur, mais Ketsueki connaissait encore assez bien Sensui...


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Striking Reckless ☩

Âge : Vingt-quatre ans.
Allégeance : Collé aux basques de Sensui.
Messages : 3064
Pseudo : Myu.
Avatar : Uruha [the GazettE]
MessageSujet: Re: Every Breath I Take Poisons my Lungs feat. Murakami Fubuki   Ven 27 Juil - 23:31





Une fois de plus, tout mettre en jeu pour charmer et intéresser son interlocuteur serait de mise, et Fubuki ne rechignait pas la tâche, c'est le moins que l'on puisse dire. A croire qu'il était né pour ça. Et si par le passé, il se servait surtout de ce talent pour arriver à ses fins, c'était maintenant comme une sorte de déformation professionnelle. Séduire, tout en restant insaisissable, discuter avec l'autre et se rendre intéressant, devenir un interlocuteur de choix malgré ses lacunes en bien des domaines, surtout culturels... A y songer, il aurait très bien pu bosser dans un host club, qu'il s'en serait sorti à merveille. Néanmoins, le fait de gagner de l'argent pour cette tâche ne lui plaisait guère. Il préférait encore rester dans cette phase uniquement ludique, plutôt que de tenter la lucrative.

Mais en l'occurrence, la situation actuelle n'avait rien d'un jeu. Certes, il s'y complaisait, mais avait conscience que le moindre mot de travers lui vaudrait sûrement un sort peu enviable, ou un trait sur l'objectif qu'il frôlait des doigts. Chaque terme méticuleusement choisi, une politesse peut-être excessive, certes... Mais en tout cas, cette façon de s'exprimer sembla convenir au vampire, qui ne se départit pas pour autant de sa froideur. Abarai Ketsueki, ainsi se nommait il. Il ajouta d'ailleurs qu'il était le gérant du Candies & Leather, ce qui extirpa à Fubuki un petit « ooh » qui se voulait surprit et honoré. Mais dans les faits, c'était le genre d'établissement qui n'inspirait que du mépris au jeune serveur. L'idée d'être forcé par un patron aussi froid de tenir compagnie à d'illustres inconnus qui étaient contraints de payer de coquettes sommes pour être en bonne compagnie lui était... Insupportable. Certes, il tenait déjà ce rôle au Bloody Sunday, d'une certaine façon, mais c'était par choix purement personnel ! Et il ne s'attardait sûrement pas sur les personnes qui lui semblaient déplaisantes ou inintéressantes, même s'il se devait d'être un minimum aimable avec eux.

En tout cas, l'androgyne se pencha légèrement en une courbette respectueuse. Geste avisé, vu que le vampire annonça qu'il valait mieux rester à ce stade de politesse. Soit, c'était chose qui arrangeait Fubuki aussi. Il se voyait mal être moins « poli » avec une personne aussi froide. Si pour l'instant, le serveur n'avait aucune animosité envers Ketsueki, il lui trouvait quelque chose de fort déplaisant, qui tenait plus à de l'instinct qu'autre chose. Néanmoins, le serveur ne se départit pas pour autant de son sourire, étant décidément trop heureux de croiser un vampire. Mais bien rapidement, cette impression qu'il a affaire à quelqu'un de peu commode se confirma quand son vis-à-vis assura que s'il n'avait pas l'intention de le tuer sur le moment, c'était pour rendre la chose plus amusante... Soit, devant Sensui, carrément. Sans perdre son sourire, le serveur déglutit pourtant. La suite ne présageait rien de bon, mais il ne se dégonfla pas pour autant. Nouvelle courbette, moins basse cette fois ci, il dit avec un sourire reconnaissant ;

« Je vous en remercie. Vous connaissez Kuromiya-san ? »

Une fois encore, il se savait naïf dans ce discours. Et terriblement niais. Entre « c'est l'espoir qui me guide » et « je vous remercie de ne pas me tuer tout de suite », il passait pour un simple d'esprit de premier choix, toutes catégories confondues. Mais que ne ferait on pas pour avoir des chances d'atteindre enfin son objectif ? Alors certes, agir comme un imbécile de première était chose déplaisante à Fubuki, mais soit...

Et puis... Sa question n'était pas des plus brillantes aussi. Mais là, c'était tout à fait spontané, contrairement aux remerciements. Vu que Ketsueki avait carrément appeler Sensui par son prénom, évidemment qu'il le connaissait. Et sûrement assez bien, pour qu'il veuille tuer un de ses employés sous ses yeux ! D'ailleurs, à songer à ce fait, Fubuki vint à penser à tout autre chose. Depuis qu'il travaillait au Bloody Sunday, il avait constaté qu'aucun vampire n'était autorisé à lui tourner autour, que ça soit pour le mettre au statut de pâture ou pour le transformer. De fait, ne serait ce pas tout aussi vrai s'il arrivait à la réunion vampirique ? D'accord, il avait conscience qu'aucun humain n'était censé venir au cours de cette collation, mais il était permis d'espérer, non ? A se plaire dans cette idée, il en oublia presque qu'il risquait de mourir une fois sur place. Peut-être même se complaisait il dans l'idée que Sensui pourrait prendre sa protection...

Une idée germant peu à peu dans son esprit, Fubuki n'en était pas moins attentif aux paroles de son vis-à-vis. Yeux toujours rivés sur le visage majestueux de Ketsueki, il écouta ses interrogations, qui trouveraient bientôt une réponse. Silencieux quelques instants, concentrée sur les yeux de son interlocuteur, le jeune homme réfléchit. Il allait s'aventurer en terrain miné, mais... Qui ne tente rien, n'a rien comme l'on dit ! Il avait de grandes chances de mourir ce soir, mais il n'avait en même temps jamais été aussi proche de son objectif, et ce n'était certainement pas maintenant qu'il allait tiré un trait dessus. Il laissa son interlocuteur poursuivre, ne se formalisant guère sur le fait qu'on lui disait que seuls les imbéciles étaient menés par l'espoir, etc. … Et quand finalement, Ketsueki ajouta que Sensui s'opposerait à sa transformation, il inspira, esquissa un sourire discret, et adopta un ton plus proche de la confidence et de la négociation ;

« Pardonnez-moi si je me montre trop familier, Abarai-san, mais vous ne semblez guère apprécier Kuromiya-san, n'est ce pas ? »

Constat guère utile, mais qui servait plus d'introduction à ce qu'il préparait. D'une voix plus sûre, il poursuivit ;

« Je n'aurais pas l'audace de vous demander quelles en sont les raisons. Néanmoins, il me semble que vous manifestez un certain désir de vengeance à son égard, n'est ce pas ? Vous parliez plus tôt de me tuer devant lui... Pourquoi ne le feriez vous pas ? »

Le rythme cardiaque accéléré, il inspira de nouveau. Il devait aller au bout de son idée, laissant pour l'instant paraître qu'il était on ne peut plus suicidaire. Oh non, il n'avait pas l'intention de mourir ce soir !

« Je sais que je ne suis qu'un simple pantin entre ses mains, pour l'instant. Mais je doute fortement que perdre un de ses larbins lui serait plaisant. Si vous m'ameniez, vous pourriez enfin avoir votre vengeance. Et vous avez certainement bien plus de chances d'assouvir cette soif, que moi d'atteindre mon objectif. Néanmoins, c'est un risque que je suis prêt à courir. »

Mais dans les pensées idéalistes de Fubuki, les choses étaient bien différentes. Selon lui, Sensui s'interposerait sûrement, comme il l'avait toujours fait au Bloody Sunday. Mais bien sûr, le jeune homme savait qu'il y avait toujours une chance qu'il meurt aux crocs d'un vampire plus rapide.
Soufflant doucement pour se calmer, le serveur laissa le silence reprendre le dessus. La proposition avait été faîte, seul le verdict devait tomber dorénavant.



_________________

My mama told me when I was young ; « We are all born superstars. » She rolled my hair and put my lipstick on in the glass of her boudoir. « There's nothin' wrong with lovin' who you are », she said, « Cause he made you perfect, babe, so hold your head up boy and you'll go far, listen to me when I say... » I'm beautiful in my way, 'cause God makes no mistakes. I'm on the right track, 'cause I was born this way. Don't hide yourself in regret, just love yourself and you're set..

▬ Born this way



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ I wish I had your angel ☩

Âge : Mort à 34 ans, il a maintenant 724 ans
Allégeance : À lui-même...
Messages : 39
Pseudo : Kurika
Avatar : Ryo [9Goats Black Out]
MessageSujet: Re: Every Breath I Take Poisons my Lungs feat. Murakami Fubuki   Mar 31 Juil - 23:46


Le niveau de politesse est conservé et Ketsueki a une oeillade approbatrice alors que Fubuki s'incline respectueusement devant lui pour saluer ses paroles. Trop peu d'humains étaient encore aussi polis, de nos jours et ça faisait franchement plaisir à voir. Pour être franc, Ketsueki se plaisait plus que moins en cette compagnie, bien qu'il n'y prenait pas non plus du plaisir à proprement parler. Ça aurait assurément pu être pire et, connaissant le sombre vampire, c'était déjà un très bon début. Ermite dans l'âme depuis maintes années, n'ayant jamais été très ouvert sur l'échange inutile -comme il jugeait présentement celui qu'il avait avec Fubuki-, Ketsueki était plutôt renfermé sur lui-même, tout le contraire de son fils vampiriques. Haine avait d'ailleurs calqué son comportement sur celui de son père, mais plutôt que de l'imiter, ça avait créé des craintes chez son fils. Et pour être franc, Ketsueki en était satisfait. Ainsi, jamais il ne baissait vraiment sa garde. Nul doute que s'il avait été plus dégourdit que ça, Haine serait resté bien plus souvent enfermé au Candies & Leather que présentement...

Puis, une question qu'il espère rhétorique lui est posée tant elle est... idiote. La réponse coulait de source avec ce qu'il venait tout juste de dire, n'est-ce pas ? Ce garçon devait bien faire son boulot pour que Kuromiya s'en accommode... Sinon, c'était à ses demander ce qu'il lui trouvait ! Nul doute que le gérant du Bloody Sunday aimait les jolies choses... mais pas à ce point, si ? Et puis, vu le fils ingrat qu'il s'était pris... Comparé à Haine, Kuromiya Seijûrô ressemblait à un lutteur sumo essayant de faire du ballet. C'était pas peu dire... Bref, Ketsueki décide donc de ne pas répondre à Fubuki, le toisant seulement d'un regard qui signifiait clairement que le vampire se trouvait fort supérieur au jeune homme. De toute façon, tout dans son attitude était dominant. Ce n'était probablement pas un bouleversement pour le petit serveur, de fait. Et si la question invitait seulement à plus de précision, eh bien son vis-à-vis allait rapidement comprendre que Ketsueki n'était pas homme à révéler aussi facilement les liens importants qui pouvaient l'avoir lier à tel ou tel autre vampire.

Mais visiblement, non seulement le jeune homme ne comprend pas, il pose même une question carrément indiscrète. Ketsueki lui lance un regard hargneux qui devrait le mettre en garde, mais non content d'avoir trouvé une corde sensible, Fubuki semble bien décidé à l'exploiter le plus possible, sans que Ketsueki ne comprenne ce qu'il en retourne. De toute façon, il ne semble encore une fois pas nécessairement s'attendre à une réponse parce que le voilà qui continue, prenant pour acquis que le gérant du love hotel avait en effet une dent contre celui du bar à alcool. Et pire... il lui propose de le tuer, carrément. Ça fait arquer un sourcil à Ketsueki, forcément...

« Tu es fou... », murmure lentement l'homme, de sa voix grave et glaciale. « On dirait que tu ne réalises pas que je n'hésiterais pas une seule seconde à te tuer. »

Ketsueki s'approche, menaçant, mais laissant néanmoins Fubuki poursuivre son idée. Il y a un long moment de silence pendant lequel le vampire ne répond pas au petit serveur. Parce qu'il réfléchit. Cette idée est complètement loufoque et il ne voyait pas trop en quoi tuer Fubuki serait pire que de carrément l'amener au temple, pour être franc. Sa main aux longs doigts blancs se pose contre le torse du jeune homme, savourant chaque battement de coeur accélérés qu'il entendait depuis qu'il avait commencé sa petite tirade. Il sens le divin liquide carmin filer dans les veines de Fubuki. Sa main quitte le torse du jeune homme pour venir glisser contre une joue d'albâtre, dans une caresse froide et sans émotion.

« Kuromiya a le chic pour mettre la main sur des cas sociaux, il faut croire... », déclare froidement le vampire, sans craindre une seule seconde de blesser Fubuki. « Je crois que ce doit être un don malheureux chez lui. Que pense-tu de son fils au physique ingrat ? »

Il attrape le menton de Fubuki entre deux doigts, le forçant à tourner la tête vers la gauche, puis vers la droite, observant avec attention cette beauté mortelle.

« Si tu ne lui avais pas appartenu, tu m'aurais presque plût... Oh, ta beauté n'est certes pas à la hauteur de celle de mon fils, mais tu en possèdes tout de même une très grande. », murmure lentement Ketsueki, presque plus pour lui-même. Son pouce glisse contre les lèvres toutes de courbes composées et, tout en hochant positivement la tête de façon brève, il ajoute : « J'aime tes lèvres. Elles auraient pu cacher de formidables crocs... Pourquoi Sensui te le refuse-t-il ? »

Car c'est ce que Fubuki désirait, n'est-ce pas ? Finalement, Ketsueki le relâche, le toisant d'un regard hautain. Nul doute que pendant ce petit échange, le joli petit humain allait devoir ronger son frein niveau orgueil... Mais Ketsueki s'en fichait complètement.

« T'amener à ce temple te coûterait la vie. Or... tu veux y aller. », soupire le gérant du Candies. « Je crois que tu penses avoir de bonnes chances d'être épargné. Est-ce que je me trompe ? Ne me mens pas... Ça pourrait bien te coûter la vie là, maintenant. Et Sensui ne sera pas là pour te sauver... »

Toutefois, aussi idiot soit ce jeune homme, il était vrai que ce pourrait bien être sa chance d'enfin savourer une petite vengeance... Car Sensui allait fulminer...


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Striking Reckless ☩

Âge : Vingt-quatre ans.
Allégeance : Collé aux basques de Sensui.
Messages : 3064
Pseudo : Myu.
Avatar : Uruha [the GazettE]
MessageSujet: Re: Every Breath I Take Poisons my Lungs feat. Murakami Fubuki   Lun 6 Aoû - 14:05





Le moins que l'on puisse dire, c'est que le jeune homme se fit snober dans les règles de l'art par le vampire, quand il demanda s'il connaissait bel et bien son employeur. Et Fubuki n'en fut qu'à moitié surpris, même s'il devait avouer ressentir une profonde gêne sur le moment. Après avoir posé cette interrogation, il se sentait stupide ; et le silence imposé par Ketsueki visait sûrement à approfondir cette impression de bêtise. Déglutissant, un peu gêné, son sourire laissait indiquer ce sentiment d'embarras. En temps normal, il n'aurait sûrement pas perdu la face, et aurait attendu une réponse... Tout du moins, s'il était face à un humain. Jamais il n'aurait fait l'affront d'insister avec une connaissance de Sensui, après tout ! En tout cas, tout chez cet homme semblait méprisant et détestable, ce qui aurait sûrement agacé Fubuki s'il avait été un humain, et l'aurait poussé à agir de façon plus dédaigneuse encore. Seulement, c'était bien connu ; l'androgyne était obnubilé par les vampires, et du moment qu'un de ses interlocuteurs appartenait aux buveurs de sang, il était plausible qu'il pardonne chaque écart de conduite, sous réserve qu'il ne soit pas abusif envers sa personne. Ce n'était pas en se laissant marché sur les pieds qu'il en était arrivé là où il en était, après tout !

Pourtant, le jeune homme s'écrasait clairement devant Ketsueki. Peut-être n'aurait il pas agit avec autant de déférence ailleurs, et en autre circonstance, sans pour être autant malpoli ou grossier, bien sûr... Mais il savait que présentement, sa survie et peut-être son ascension vers l'immortalité dépendaient uniquement de sa conduite envers le vampire. Autrement dit, son attitude se valait mieux d'être irréprochable, ou presque, parce que sûrement avait il déjà eut de petits écarts en tenant les propos qu'il avait eut, sans que ceux-ci soient dénués d'un respect certain. En tout cas, après le silence et le regard qui lui fut adressé suite à sa question inutile, il se baissa et dit d'une voix navrée ;

« Pardonnez-moi, ma question était stupide, et sûrement très indiscrète. »

Mais dès qu'il se redressa de cette respectueuse courbette, c'est un nouveau regard déplaisant qui lui fut adressé. Cette fois ci, à cause du discours qu'il avait tenu, basé sur l'hypothèse que le gérant du Candies & Leather vouait une haine cordiale à celui du Bloody Sunday. Il fallait s'y attendre, n'est ce pas ? Néanmoins, Fubuki resta de marbre, toujours ce léger sourire un tantinet désolé aux lèvres. Mais dans un sens, le constat que le vampire faisait était vrai ; le jeune homme ne réalisait pas ce qu'il était en train de faire. Il agissait et parlait guidé par une vision utopique des choses, bien loin de la réalité qu'il en serait, ce qui lui valu d'être qualifié de fou... Ce qui n'était pas tout à fait faux, toutes choses considérées. Néanmoins, au lieu de le couper et de lui ordonner de se taire, Ketsueki laissa le serveur énoncer son idée jusqu'au bout, ce dont Fubuki lui était reconnaissant. Mais autant dire que le nouveau silence qui en suivit était des plus pesants. Respiration accélérée, il aurait été stupide de nier que le jeune homme ne ressentait pas une pointe d'appréhension à ce moment là, bien qu'une sorte d'euphorie semblait bouillir au fin fond de ses entrailles. Un sourire changeant du à ces sentiments contradictoire, il attendait la réaction de son interlocuteur, quelques peu angoissé.

Finalement, le vampire s'approcha en silence pour poser une de ses longues mains sur le torse du jeune homme. Fubuki tâcha de rester de marbre, bien que ce geste le surprit et le crispa quelques peu ; on est précieux ou on ne l'est pas, et le jeune serveur avait bien souvent horreur d'être touché, d'autant plus si c'était par d'illustres inconnus. La main glaciale vint bientôt alors glisser sur sa joue, tandis que le regard du serveur restait rivé dans les yeux sombres de son vis-à-vis, pendant que ce dernier reprenait la parole.
Un cas social ? Cette remarque froissa quelques peu Fubuki, mais il n'était pas assez fou pour protester. Et de plus, Ketsueki amorça la conversation sur un sujet tout autre ; Kuromiya Seijûrô. Un soupir fut lâché par le jeune homme, tandis que ses lèvres s'esquissèrent un sourire des plus dédaigneux quand il répondit ;

« J'aurais souhaité que son apparence soit son seul défaut... »

Cette phrase résumait bien à elle seule l'opinion du jeune homme sur le fils de Sensui. Fubuki trouvait ce vampire imparfait en tout point... Sauf un ; il était un « rival » de taille. Son menton fut saisi, son visage tourné de gauche à droite. Le serveur avait la désagréable impression d'être une poupée de porcelaine malmenée par les gestes et les paroles de l'aîné, bien qu'il n'en dit rien. Se laissant manipuler à la guise de ce dernier, il n'en resta pas moins attentif à ces paroles, qui ne manquèrent pas de le vexer ; si certes il était d'une beauté certaine, il n'était pas à la hauteur du fils de Ketsueki. Fubuki resta silencieux, n'osant pas aller à l'encontre de ses paroles, une fois encore par instinct de survie, mais il n'en pensait pas moins. Il aurait été curieux de voir ça par lui même, même s'il était convaincu que la vérité était bien loin des dires de son interlocuteur ! Mais n'étant pas ingrat pour autant, le serveur avait bien entendu le compliment et adressa un sourire au vampire en guise de remerciement.
Et décidément, le gérant du Candies & Leather était bien décidé à remuer le couteau dans la plaie, quand en caressant ses lèvres, il demanda pourquoi Sensui refusait de le vampiriser. Ne vous y trompez pas ; aborder le sujet de Seijûrô était déjà déplaisant, même si c'était pour lui cracher dessus, alors rappeler que comparé à lui, il n'était qu'un humain à qui le gérant du Bloody Sunday avait refusé la vie éternelle, c'était autrement plus agaçant. Néanmoins, Fubuki savait qu'il devait maîtriser cet agacement, et pour ce faire, il songea à son objectif qu'il frôlait des doigts ; de quoi raviver son enthousiasme. D'une voix douce, il dit sans détacher son regard ;

« Vous vous figurerez bien que j'aimerais en avoir la réponse... Peut-être cherche t-il à me mettre à l'épreuve ? »

Et quelle épreuve ! Servir des verres et offrir des jolis sourires à qui en voulait, sans oublier de sortir les poubelles. Enfin, ça faisait tout de même environ six ans que ça durait... Alors, qu'est ce que Sensui attendait, au juste ? Des années qu'il se posait la question, et pourtant, Fubuki attendait toujours, la bouche en cœur.

Fubuki eut un petit hochement de tête quand Ketsueki ajouta qu'aller au temple serait synonyme de fin. Si certes, le jeune homme avait espoir que Sensui s'interpose, il savait qu'il y avait toujours une « chance » qu'il y laisse sa peau... D'ailleurs, le vampire semblait avoir bien cerné cette idée quelques peu idéaliste, et demanda au serveur de ne pas mentir. En guise de réponse, il eut un nouveau hochement de tête. Il n'avait pas envie que son mensonge, ou son impertinence, c'était à la guise de l'interprétation de son vis-à-vis, lui coûte la vie immédiatement. Et toute aussi vraie soit la perspective que Ketsueki annonçait, Fubuki était bien trop entêté pour faire marche arrière et rentrer chez lui, bredouille. Et mine de rien, le jeune androgyne préférait s'accrocher à son espoir que Sensui ne le laisserait pas creuver la bouche ouverte. Il reprit alors la parole, peut-être un tantinet impertinent, sans pour autant se départir de sa politesse ;

« Pardonnez-moi si mes paroles vous importunent, mais... Quel est votre intérêt pour une vie humaine aussi insignifiante que la mienne ? »

En d'autres termes, pourquoi essayait il de le dissuader d'aller au temple ? Il importait peu à Fubuki de passer une fois encore pour un fou suicidaire. Ce qui le dérangeait le plus en l'occurrence, c'était de freiner son orgueil...



_________________

My mama told me when I was young ; « We are all born superstars. » She rolled my hair and put my lipstick on in the glass of her boudoir. « There's nothin' wrong with lovin' who you are », she said, « Cause he made you perfect, babe, so hold your head up boy and you'll go far, listen to me when I say... » I'm beautiful in my way, 'cause God makes no mistakes. I'm on the right track, 'cause I was born this way. Don't hide yourself in regret, just love yourself and you're set..

▬ Born this way



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ I wish I had your angel ☩

Âge : Mort à 34 ans, il a maintenant 724 ans
Allégeance : À lui-même...
Messages : 39
Pseudo : Kurika
Avatar : Ryo [9Goats Black Out]
MessageSujet: Re: Every Breath I Take Poisons my Lungs feat. Murakami Fubuki   Mar 14 Aoû - 3:02


Ah... Avec Ketsueki, le coup de foudre n'était pas chose possible. Haine avait dût supplier pour être mordu par lui et la seule raison pour laquelle il l'avait fait, c'est parce qu'il le trouvait terriblement beau. À croquer, pour le jeu de mots... Pourtant, alors qu'on pourrait croire que c'était là une pensée des plus perverses, ce n'était vraisemblablement pas le cas. Ketsueki n'avait jamais touché à Haine, pas même en cinquante années de vie commune. Jamais il ne s'était glissé la nuit dans le lit du pulpeux rouquin. Jamais il n'avait laisse une main aux longs doigts fins remonter l'intérieur d'une cuisse d'albâtre. Jamais il n'avait pris ces lèvres de forces ... et même pas avec la volonté évidente d'Haine depuis quelques années. Ketsueki aurait pourtant probablement accordé la même faveur à Fubuki qu'il l'avait fait pour Haine à l'époque. Ou... pas. Comme son fils vampirique, Fubuki avait la beauté. Il possédait aussi les mêmes raisonnements naïf. Cependant, il semblait aussi être quelque peu manipulateur et très, trop prêt à n'importe quoi pour assouvir ses envies d'ascension. C'était dangereux et Ketsueki n'était pas bête au point de ne pas le comprendre.

Mais, pour l'heure, Fubuki n'était qu'un être humain inoffensif. Et selon Ketsueki, connaissant Kuromiya ça allait rester ainsi. Il ne savait trop si l'autre vampire allait faire jouer ses relations pour garder le jeune homme en vie, toutefois et ne comptait pas miser là-dessus. Un petit sourire bref et froid dévoile une canine courte lorsque Fubuki mentionne les maints défauts de Kuromiya Seijûrô. Bien dit... Lui n'avait pas connu personnellement le fils de Sensui, mais nul doute que c'était un miracle qu'il soit encore auprès de lui après une centaine d'années... et franchement, ça l'énervait au plus haut point. Qu'est-ce que cette grande courge aux cheveux en toile d'araignée et aux traits disgracieux avait de plus que lui ? Un gamin que Sensui avait recueillit pour en ajouter à son humiliation ! La colère envers les Kuromiya aveuglait souvent l'homme et il n'était pas étonnant de constater que les paroles mielleuses du petit serveur commençaient doucement à endormir son bon sens et sa vigilance. C'est vrai : il n'avait rien à ficher du sort de Fubuki. Alors pourquoi pas ?

Le regard polaire de l'ancien orfèvre en revient au jeune homme, qu'il se permet d'observer encore un court moment avant de déclarer, contre toute attente :

« L'émeraude. » Il y a un moment de silence pendant lequel Ketsueki n'ajoute guère plus qu'un petit soupir inutile avant de reprendre. « Tu serais particulièrement à ton avantage paré d'émeraudes. »

Connaissant son ancien métier sur le bout des doigts même aujourd'hui, Ketsueki ne disait donc pas ceci à la légère... Mais pour l'heure, c'était un propos tout aussi futile qu'inutile. S'approchant du jeune serveur, l'austère vampire garde un visage pour le moins clos, ne laissant pas voir ses émotions. Et soudainement, il commence à retirer sa veste à Fubuki.

« Ne bouge pas. », ordonne froidement l'homme, toisant le gamin d'un petit regard sévère. « Tu m'as convaincu. Mais, il n'est pas question que tu vois le trajet que nous emprunterons. Tu es bien trop calculateur pour que je mise sur ta stupidité au point d'en oublier quelques règles de prudence. Je vais déjà probablement être châtié ce soir à cause de cette incartade... »

Non, il n'était pas idiot, pour sa part et était même plutôt réaliste quand il venait le temps d'avoir des démêlés avec le Conseil vampirique, ce qu'il n'avait jamais eu, en fait. Il était un vampire très et même probablement trop calme, qu'on surveillait avec une petite suspicion sans jamais chercher à l'approcher pour autant. Tant qu'il se tient toujours aussi calme. Sauf que ce soit... Pourquoi pas ? Sensui allait être furibond et Ketsueki n'aspirait qu'à reproduire ce sentiment chez son aîné, quoi qu'il lui en coûte. De toute façon, il ne craignait pas les châtiments que pouvait avoir le conseil envers sa personne. Ketsueki en avait vu d'autres dans sa vie. C'est donc ainsi qu'il retire la veste de Fubuki pour en déchirer une longue lanière d'un mouvement sec, sans avoir à réellement forcer. Le vêtement est lancé au jeune homme lorsque cette tâche est terminée.

« Reprend ce que tu possèdes de valeur dans ces poches. », ordonne une nouvelle fois Ketsueki. « Je te banderai les yeux et te guiderai. Tu ne retrouveras pas ton chemin. »

Une fois fait, il le guiderait dans les méandres de cette forêt. Nul doute qu'il n'allait plus s'y retrouver s'il n'était pas aidé pour sortir de ce vrai labyrinthe naturel. Et une fois revenu en bordure des bois, si seulement il s'en tirait vivant, il n'allait plus retrouver son chemin jusqu'au temple. Mais surtout...

« Fais tes dernières prières, Murakami Fubuki. »

C'était probablement un voyage de non retour...



Hors Jeu:
 


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Striking Reckless ☩

Âge : Vingt-quatre ans.
Allégeance : Collé aux basques de Sensui.
Messages : 3064
Pseudo : Myu.
Avatar : Uruha [the GazettE]
MessageSujet: Re: Every Breath I Take Poisons my Lungs feat. Murakami Fubuki   Dim 19 Aoû - 19:14





Fubuki prit une petite inspiration avant de lâcher un long souffle discret. La tension était actuellement palpable, et le fait que son destin et sa potentielle réussite dépendent de ses seuls mots mielleux était assurément très fatiguant. Le jeune serveur, bien que terriblement idéaliste et naïf quand il était question des vampires, n'étant néanmoins pas assez stupide pour essayer de se convaincre qu'il était en face d'un individu des plus recommandables, ou tout du moins face à quelqu'un dont la cruauté était à l'échelle la plus basse... Pourtant, le jeune homme en venait à en bénir les cieux ; c'était sûrement en appuyant sur la soif de vengeance de Ketsueki vis à vis de Sensui qu'il arriverait à ses fins... Nul doute qu'il avait eut un immense coup de bol sur le moment, et ça ne le rendait que plus joyeux. Après tout, il aurait put faire face à quelqu'un d'affamé qui l'aurait mordu pour se nourrir en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, ou alors avoir un entretient avec un vampire trop soucieux, et qui l'aurait supplié de faire marche arrière. Donc certes, si le gérant du Candies & Leathers n'était pas des plus plaisant dans ses paroles, Fubuki le considérait présentement comme un cadeau du ciel, carrément. Tout ceci, toujours dans ses perspectives idéalistes vis-à-vis de son employeur, bien entendu...

Quand le jeune homme vit son interlocuteur ouvrir de nouveau la bouche, il se prépara une fois encore à entendre des paroles qui feraient atteinte à son ego. Une nouvelle inspiration fut prise... Tandis que ses yeux s'écarquillèrent à l'entente des mots prononcés. L'émeraude ? Il ne saisissait pas bien pourquoi le vampire lui disait ceci, aussi soudainement, mais autant ne pas poser de question. La tension redescendait, et le jeune serveur avait bien l'intention d'en profiter, quand ses lèvres s'arquèrent en un sourire flatté. Et sans qu'il ait le temps de rien voir, sa veste lui est retirée avant d'être réduite en lambeaux. Bien que qu'outré par ce geste, ce qui est compréhensible quand on sait les sommes astronomiques consacrées à la garde robe de l'androgyne, Fubuki n'en montra rien, tant son sourire se vit élargit au fur et à mesure du discours du vampire... Victoire.

A vrai dire, le jeune homme avait fait un blocage sur le « tu m'as convaincu ». Vaincu. Le reste ne ressemblait plus qu'à un vague discours projeté par un écho lointain. Connaître le chemin vers le temps ne lui importait pas. Pourtant, le moment de ne pas en croire ses oreilles n'était pas venu, loin de là. Le plus dur était certes fait, mais il n'était pas encore arrivé à bon port ! Le reste de son vêtement lui fut rendu, et c'est d'un geste un peu tremblant sous l'excitation qu'il attrapa ses quelques affaires dans ses poches de veste avant de les fourrer dans celles de son jean. Un bout de tissu est passé devant ses yeux, noué à l'arrière de sa tête, tandis que le serveur tâchait de se calmer. Respirant longuement, toujours ce même sourire ravi et peut-être un tantinet fourbe aux lèvres, il n'ajouta rien, se contentant d'écouter la voix glaciale du vampire. Faire ses dernières prières... ?

« Elles sont déjà faîtes depuis longtemps. »

Chose vraie, quand on sait que devenir vampire était une chose envisagée depuis des années... Sans rien ajouter, il se laissa guider, toujours quelques peu agité... Mais étrangement, il ne s'était jamais senti aussi serein. Cette expression vissée au visage, le froid ambiant de cette forêt, le craquement des feuilles et des branches sous son poids, le pas sûr et régulier du vampire qui le guidait... Tout sonnait comme une charmante mélodie, semblable aux chants angéliques que l'on s'imagine une fois monté au paradis. Et pourtant, l'enfer n'avait jamais été aussi proche...



_________________

My mama told me when I was young ; « We are all born superstars. » She rolled my hair and put my lipstick on in the glass of her boudoir. « There's nothin' wrong with lovin' who you are », she said, « Cause he made you perfect, babe, so hold your head up boy and you'll go far, listen to me when I say... » I'm beautiful in my way, 'cause God makes no mistakes. I'm on the right track, 'cause I was born this way. Don't hide yourself in regret, just love yourself and you're set..

▬ Born this way



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: Every Breath I Take Poisons my Lungs feat. Murakami Fubuki   




Revenir en haut Aller en bas
 

Every Breath I Take Poisons my Lungs feat. Murakami Fubuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shizuoka :: Le Mont Fuji :: Forêt de Aokigahara-