C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Have we met before ? feat. Hana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



☩ ☩

Âge : 639 ans, mort à 25 ans
Allégeance : A la société vampirique
Messages : 52
Pseudo : Myu.
Avatar : Miya {MUCC}
MessageSujet: Have we met before ? feat. Hana   Ven 15 Juin - 19:24




Have we met before ?


Le 31 octobre 2011, à 21h08.
Comme chaque année, bon nombre de plis seraient envoyés. Faire-parts élégants mais sobres, qui étaient toujours reçus en automne. Et bien entendu, le fondateur du Kansai ne faisait pas exception à la réception de cette lettre, et c'est avec un sourire certain qu'il avait découvert cette invitation dans un amoncellement de missives. S'étant résolu à venir à Tôkyô pendant quelques temps, délaissant sa ville natale où il était sûrement resté trop longtemps, ce serait avec plaisir qu'il se joindrait à de telles mondanités. Certes, le vieux vampire pouvait sembler trop habitué au calme pour avoir le goût d'être en société, mais l'idée de se trouver avec ses congénères lui était des plus plaisantes. Après tout, il avait eut son heure de gloire fut un temps, et il retrouvait souvent des vampires qui s'intéressait à son feu art, lui demandant même si reprendre la plume était dans ses objectifs pour les décennies à venir. Toujours honoré des éloges que l'on pouvait lui faire, il répondait toujours avec un sourire franc -quoi qu'un peu faux- qu'il n'en savait rien pour l'instant. Et pourtant, Shino s'était résolu depuis bien des années à ne plus jamais faire voir le jour à de nouveaux enfants d'encre et de papier. Néanmoins, si ces questions quant à ce sujet le laissaient silencieusement triste et quelques peu froissé, il n'en laissait rien paraître et poursuivait la discussion sur des sujets tout autres, préférant sur l'instant profiter de la compagnie d'autrui plutôt que de sombrer une fois encore dans les souvenirs d'un temps révolu.

Cette année, la réception aurait lieu le trente et un octobre. Date anecdotique qui faisait doucement rire Shino, avant de le laisser néanmoins quelques peu inquiet et dubitatif. Choisir une telle date pour une réunion vampirique, était ce la décision la plus sage que le conseil du Kantô ait faîte ? Assurément pas, quand on savait le nombre d'humains qui se baladaient dans la rue lors de cette soirée en question... Et si le fondateur du Kansai savait que bon nombre de vampires étaient dignes de confiance et capables de contrôler leur soif – ou leur cruauté, au choix –, il n'aurait néanmoins pas assuré que c'était le cas de tous. Certes, il savait pertinemment que peu d'humains s'amusaient à arpenter la forêt d'Aokigahara de nuit, mais... On ne sait jamais. Il avait déjà eut vent du nombre considérable de corps retrouvés là-bas, et n'avait certes pas grande envie que cette proportion grimpe en flèche au cours de la soirée. Tout vampire et aussi fidèle à sa société soit-il, Shino n'en restait pas moins une personne respectueuse et consciencieuse... Et puis en bon membre du Conseil qu'il était, veiller à ce qu'il n'y ait pas d'abus du côté vampirique était son devoir. Mais passons, car l'ancien écrivain découvrit bien rapidement une précision quant à la façon de venir vêtu. Aussi eut-il l'agréable surprise de constater que le costume qui lui avait été attribué était celui d'un confédéré. Idée qui arqua ses sourcils, interrogation curieuse et préoccupée à l'esprit. Reconnaissons les choses ; tout aussi cultivé soit-il, Shino demeurait un japonais pure souche, et de fait sa culture générale se reportait grandement à celle de son pays, même s'il n'était pas ignorant des cultures étrangères pour autant. Après recherches, il songea qu'un costume traditionnel lui aurait bien davantage convenu, mais que dans un sens, ça l'aurait certainement moins amusé. Le vampire était loin d'être quelqu'un d'enfantin, mais prenait plutôt ces choses avec philosophie et optimisme ; alors, pourquoi ne pas se prêter au jeu ?

Songeant qu'arriver en avance serait appréciable de la part du fondateur du Kansai, Shino quitta son appartement, dans l'arrondissement du Minato. Vêtu d'un costume gris clair aux bordures jaunes, dont la veste était longée de larges boutons, et tête sur laquelle était vissée une casquette de mêmes couleurs que le reste de son accoutrement, avec visière noire, le vieux vampire avait à peu de détail près l'air d'être vêtu comme un policier japonais de l'ère Meiji, mais version gris et jaune. Légérement perplexe, mais pas pour autant dépité, le vampire fit venir un taxi qui le déposerait presque une heure plus tard à Shizuoka, à tout juste cent mètres de l'impressionnante masse d'arbres que représentait Aokigahara. Le ciel était bien assombri, les lieux visiblement déserts et l'air quelques peu froid... Donc bien des raisons qui pourraient décourager à quiconque de venir ici. Et pourtant...

Dans la pénombre, non loin d'un de ces fameux panneau que l'on trouvait au début de chaque sentier balisé, Shino devina une courte mais fine silhouette, qui ne semblait guère bouger. S'avançant doucement, ses yeux noirs ne quittant pas l'individu à la chevelure platine, Shino se demandait s'il s'agissait là d'un vampire qui attendait quelqu'un, ou d'un humain. De loin, cette silhouette et cette chevelure agitaient en son esprit une figure qu'il connaissait, sûrement un vampire qu'il avait eut l'occasion de croiser au moins une fois à l'occasion de la réunion actuelle. Néanmoins, mettre un nom ou une identité précise sur la personne lui fut impossible. Et bientôt, ces impressions se fanèrent quand il entendit le souffle discret, mais omniprésent du jeune homme. Le vieux vampire annonça d'une voix calme pour éviter de faire sursauter l'inconnu ;

« C'est là un endroit bien particulier pour fêter Halloween. »

Quand le petit blond dévoila enfin son visage, Shino lui adressa un sourire aimable, tandis que ses yeux analysaient trait par trait le visage de l'interlocuteur. C'était tout à fait étonnant d'avoir l'impression d'avoir vu ce jeune homme, tandis que ce dernier semblait être dans l'ignorance totale du fondateur. M'enfin, peut-être sa mémoire lui jouait elle des tours ; au bout de six cent ans de vie, il était évident qu'il avait vu bon nombre de visages et que de fait certains lui semblent familiers. Le vampire ne se risqua d'ailleurs pas dans de quelconques hypothèses et posa une question passe partout ;

« Vous attendez quelqu'un peut-être ? »

Jeune vampire qui attendait peut-être un père ou une mère vampirique... Ou alors, un humain lambda qui attendaient des amis. Quoi qu'il en soit, Shino était pour le moins intrigué.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 28 ans
Messages : 50
Pseudo : Pandaa
Avatar : Ruki [The GazettE]
MessageSujet: Re: Have we met before ? feat. Hana   Sam 16 Juin - 11:26





Aokigahara… Hana n’en revenait pas d’être là. Il n’avait jamais été un grand courageux et cette forêt ne lui inspirait, à l’origine, rien que du négatif. Lorsqu’il était petit garçon, Ryu et lui s’amusaient parfois, cachés sous une couette d’un de leurs lits, à se raconter des histoires effrayantes. Une lampe de poche à la main, ils prenaient un timbre d’outre-tombe et inventaient des histoires à dormir debout qui néanmoins, les empêchaient de fermer l’œil du reste de la nuit. Ce qu’ils étaient cons… !

Et puis même sans ça, sans ces souvenirs d’enfants, Aokigahara était la source de bien des rumeurs plus ou moins fondés et surtout, un lieu de mort avéré que ce soit par suicide, accident, meurtre… Bref, l’endroit avait tout pour ne pas lui plaire.

En fait, à cette heure-ci, Hana aurait dût être chez lui que ce soit devant la télévision ou son ordinateur, une pâtisserie potentiellement chaude pour vaincre l’automne à la main et camouflé dans une couette épaisse pour satisfaire à son côté frileux. Mais en ce moment, rien ne se passait comme il aurait dût.

Madara avait quitté leur appartement presque trois semaines plus tôt. Il avait emmené une partie de ses affaires, son nouveau chien et, à n’en pas douter, un gros morceau de son cœur. L’appartement semblait étrangement vide et silencieux à présent, dépourvu de la présence joyeuse et optimiste de l’homme avec lequel il l’avait acheté au départ. Lorsqu’il avait été payer son loyer, le propriétaire lui avait apprit que Madara avait payé sa part quelques jours plus tôt et Hana avait été prit d’une certaine colère de savoir que son ex était venu jusqu’ici sans monter le voir.

D’ailleurs, entre colère et détresse, Hana avait passé un mois épouvantable. Mais sûrement pas aussi épouvantable que ses proches… Il passait sans cesse d’une humeur à l’autre, n’avait presque plus aucune patience, devenait irascible… Tant et si bien qu’il avait bien faillit prendre un blâme par ses employeurs !

En tout cas… Ce n’était pour rien de tout ça qu’il était là, présentement. Du moins… Si, mais de manière détournée.

Pour comprendre, il fallait remonter à la soirée du 5 octobre lorsque le téléphone avait sonné. Madara avait quitté l’appartement depuis pas loin de 24h déjà et Hana se morfondait profondément. Il n’avait pas encore osé appeler sa mère, ce qui était signe d’une grande dépression chez lui et en fait, le blond maquilleur snobait allègrement le téléphone. Ce dernier avait plusieurs fois sonnés, des messages avaient parfois été laissés… Mais aucun qui vienne de la personne dont il attendait réellement des nouvelles.

Et puis il y avait eu « ce » message. La voix était jeune, masculine, bien modelée. Il s’était présenté comme étant « Akira ». Pas la moindre idée de qui cela pouvait être et si ce n’était du « Madara ? » au début de l’appel, Hana aurait pu jurer qu’il s’agissait d’un faux numéro. Mais non et le jeune homme avait commencé son message en s’excusant d’appeler à son domicile. Il ne parvenait pas à le joindre sur son cellulaire et devait absolument lui parler d’un voyage scolaire qu’il devait faire à Aokigahara…

En quoi est-ce que ça concernait Madara exactement ? Ce garçon avait confirmé son impression qu’il devait être fort jeune, certes… Mais pas assez pour être un fils sortit de nulle part quoi ! Et oui : Hana y avait pensé. Désolé mais les 24h qui avaient précédées lui avaient prouvées qu’il pouvait potentiellement tout imaginer.

Akira avait poursuivit en lui disant qu’il savait bien que Madara lui avait dit de ne pas s’approcher, que c’était dangereux… Mais qu’il n’avait pas trop le choix et que de toute façon, « au pire », Madara serait là.

Il avait conclu en disant qu’il tenterait de le rappeler, que sinon, il pouvait toujours le joindre sur son portable… Et puis il avait raccroché, laissant Hana dans une grande perplexité.

Pendant les trois dernières semaines, le blond avait tantôt pensé à cet appel, tantôt essayé de l’oublier. Et puis lorsqu’il avait apprit que Madara était passé pour le loyer sans venir le voir, il avait cédé à l’envie monstrueuse de savoir à quoi tout ceci rimait !

Voilà pourquoi il était là, après ses heures de travail et après un trajet en voiture qui l’avait mené à Aokigahara. Le stationnement n’était pas loin derrière et Hana, lui, était devant l’imposante forêt. Il se sentait un peu stupide pour tout dire… Vu la superficie de l’espace vert, c’était folie que d’espérer pouvoir trouver Madara là dedans. C’était d’autant plus vrai que sa seule assurance que Madara soit effectivement là pour la nuit de halloween c’était un message laissé sur son répondeur trois semaines plus tôt. Mais d’un autre côté c’était tout ce qu’il avait et « un peu » vaut mieux que « pas du tout ».

Il hésitait toutefois à s’engager, son regard passant sur les recommandations en tout genre. Outre le fait de ne pas sortir des sentiers balisés, il était également déconseillé de s’y engouffrer de nuit et Hana ne se demandait même pas pourquoi… Ca lui sautait aux yeux lorsqu’il tentait de sonder un peu l’épaisse forêt.

Une lampe torche à la main, il parcourait des yeux le plan des sentiers balisés, les recommandations et les appels à ne pas se suicider d’un regard las… Tout cela était absurde… Que dirait-il à Madara de toute façon s’il le trouvait effectivement… ?

En résumé, l’ennui commençait à le gagner tout autant que l’abattement. La peur n’était pas encore présente, tout stationné devant la forêt et non à l’intérieur qu’il était. Mais tout ceci lui semblait tant et tant surréaliste que oui, décidément, l’ennui prédominait… A tel point qu’il se demandait s’il n’allait pas faire demi-tour !

Néanmoins, avant qu’il ait le temps d’envisager réellement de le faire, il y a une voix dans son dos qui le surprend un peu sans néanmoins le faire sursauter. C'est-à-dire que depuis 15 ou 20 minutes déjà qu’il s’ennuyait ferme devant son panneau, il avait vu passer quelques jeunes et moins jeunes, certains déguisés, d’autres pas… La voix était douce mais grave, posée, calme… Et l’homme à laquelle elle appartenait était, justement, costumé.

๑ C'est là un endroit bien particulier pour fêter Halloween.

L’homme n’était pas très grand mais Hana n’aurait jamais utilisé le qualificatif « petit » compte tenu du fait qu’il l’était encore plus que son vis-à-vis. Des traits indéniablement japonais, des yeux qui trahissaient une petite douleur –à moins qu’il se méprenne- et un maintient certain. Il était costumé en… Difficile de le dire en réalité… Et même s’il avait quelques idées se rapportant à l’histoire du Japon, les couleurs lui étaient en revanche complètement inconnues… Ou pas… En réalité, ça lui rappelait ces vieux westerns qu’on voyait en rediffusion le dimanche en fin de soirée.

๑ Vous attendez quelqu'un peut-être ?

Hana à un petit « hm ? » ennuyé à cette question… Sans vouloir être malpoli, il se demandait un peu en quoi ça pouvait l’intéresser celui-là… Et s’il n’avait pas semblé être le genre d’homme au dessus de tous soupçons, Hana aurait voté pour un gros lourd qui allait bientôt lui demander si son père était un voleur.

๑ Je ne suis pas là pour halloween.

Mais désignant la tenue de son vis-à-vis d’une main, il ajoute :

๑ Vous en revanche…

C’était décidément bizarre comme lubie… D’autant que l’homme semblait être seul. Peut être qu’il y avait une soirée dans cette forêt ? Vu le nombre de personnes déguisées, c’était envisageable… Est-ce que Madara se rendait là, justement ?

๑ J’attends quelqu’un oui. Mais en fait, je ne sais pas s’il n’est pas déjà passé.

Et au cas où, parce qu’ils ne devaient pas être mille à cette soirée où l’homme se rendait :

๑ Il s’appelle Madara. Watanabe Madara. Vous le connaissez peut-être ? Je sais qu’il devait venir ce soir pour un évènement spécial.

Ensuite, histoire de ne pas paraître trop impoli, Hana s’incline légèrement avant de s’identifier.

๑ Suzumi Hana.

Son regard glisse à nouveau sur la courte –mais désirable, soyons honnête- silhouette avant d’en revenir à la forêt. Il observe un instant le chemin qui s’enfonçait dans l’obscurité, un bref frisson le parcourant. C’était d’autant plus vrai que cette nuit d’automne s’annonçait plutôt fraîche.

๑ Vous êtes déguisé en quoi si je puis me permettre ? C’est un peu dangereux de fêter halloween ici non ?

Puis avisant les mains vides de l’homme en face de lui, il lève sa propre lampe torche pour la lui montrer, demandant encore :

๑ Vous n’avez pas de lampe ? Vous n’avez pas peur de vous perdre ?



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 639 ans, mort à 25 ans
Allégeance : A la société vampirique
Messages : 52
Pseudo : Myu.
Avatar : Miya {MUCC}
MessageSujet: Re: Have we met before ? feat. Hana   Lun 2 Juil - 15:41



Alors, qu'en était il ? Shino tâchait présentement d'oublier toutes ces interrogations qui jonchaient son esprit pour se concentrer sur la conversation en cours. Mais il n'empêche que c'était tout de même très intriguant ; le vampire était certain d'avoir vu un visage de la sorte lors d'une réception vampirique, mais la conduite et le manque de costume de son interlocuteur poussaient fortement à croire qu'il avait affaire à un humain. Alors, peut-être l'avait il vu autre part ? C'était fort possible... Mais après, il était bien loin de se douter qu'il l'avait entraperçu alors qu'il était en rencard avec un certain chasseur. Quoi qu'il en soit, ses doutes sur l'appartenance vampirique de son interlocuteur furent bien vite balayés, quand le jeune homme blond assura qu'il ne se trouvait pas ici pour une quelconque festivité, mais remarqua que ça devait être la cas de son vis-à-vis, tout en désignant son costume. D'ailleurs, Shino laissa échapper un petit rire en constatant sa bêtise ; il avait beau dire que c'était endroit étrange pour les festivités, il était bien là pour ça. Souriant doucement, il reconnut ;

« Vous avez raison... Je semble bien mal placé pour dire ça, de toute évidence. Mais je reste sur ma position, c'est un endroit particulier pour fêter. »

Et il était on ne peut plus sérieux en disant que l'endroit était incongru pour des festivités. Néanmoins, c'était sûrement là cette caractéristique recherchait par les vampires ; il y avait assurément peu d'humains qui se baladaient à Aokigahara durant les soirées d'automne... Et surtout qui s'avançaient assez dans la forêt pour atteindre le temple. Ne s'attardant pas davantage sur le sujet, il écouta le jeune homme ajouter qu'il se trouvait ici pour attendre quelqu'un. Détail qui fit hausser les sourcils à Shino, d'ailleurs... Le fait qu'un vampire attende son géniteur aurait été plausible, mais l'inconnu avait assuré qu'il n'était pas ici pour Halloween. De fait, peut-être était il au courant de ce qui se tramait dans la forêt ce soir ? Normalement, aucun humain n'était censé connaître l'existence de cette réunion... Hormis les chasseurs et membres de l'Ordre de Tenkyû, peut-être. Voguant à ces questions, Shino n'en restait pas moins attentif ; le jeune homme ajouta que la personne qu'il attendait se nommait Watanabe Madara, et qu'il se rendait ici pour un événement spécial. Décidément, ça faisait bien là trop de coïncidences pour que son vis-à-vis soit ignorant du monde vampirique... A moins que ce ne soit son ami, le dénommé Madara, qui ait certaines connaissances à ce sujet. Le nom donné ne lui rappelant pas celui d'un vampire, il répondit en secouant la tête d'un air navré ;

« Non, je ne le connais pas. Tout du moins, le nom ne me dit rien. »

Mais trop intrigué pour laisser le poisson filer, Shino reprit bien vite la parole pour tâter un peu le terrain, adoptant une expression plus curieuse ;

« Un événement spécial, ici ? Vous n'en savez pas plus ? Je suis garde forestier ici depuis quelques temps, et je n'ai rien entendu à ce sujet. »

Crédible ? Il fallait l'espérer... Et puis, mine de rien Shino finissait par connaître la forêt à force d'y déambuler tous les ans pour trouver le temple. En tout cas, il faisait tout pour feindre l'innocence, et espérait de tout cœur que l'inconnu n'y verrait que du feu. Il n'était pas adepte du mensonge, bien loin de là même, mais il ne pouvait décemment pas ajouter qu'il en était. Non seulement, ça aurait été trahir un événement secret, mais aussi attiser une curiosité à laquelle il ne saurait et surtout, ne pourrait répondre.
Quoi qu'il en soit, le jeune homme s'incline en dévoilant son nom. Shino fit donc de même, ayant été prit de vitesse.

« Omura Shino, enchanté. »

De nouveau, Hana reprit la parole pour lui demander quel était son costume, constatant qu'il était dangereux de fêter ici. Mais toujours fidèle au poste qu'il se donnait, il répondit avec un sourire ;

« C'est un costume de soldat des armées confédérées du dix-septième siècle, aux États-Unis. Vous avez raison, il est dangereux d'arpenter la forêt, mais je ne suis pas ici pour Halloween non plus, davantage pour le travail. Nous avons seulement pour coutume de porter des déguisements pour les festivités, afin de rendre la soirée un peu plus légère. »

Et pourquoi un garde forestier ne pourrait pas fêter Halloween à sa manière ? S'empêtrer dans le mensonge n'était pas une bonne perspective, certes... Mais bon, on était en situation particulière, dira t-on. Il essayait de se rattraper aux branches comme il pouvait ! Et puis bon, ce n'était pas comme s'il portait un costume trop extravagant. Sûr que s'il avait du vêtir un habit d'époque ou de coutumes étrangères, la donne n'aurait pas été la même.
Hana lui demanda alors s'il était muni d'une lampe de poche, et surtout s'il ne craignait pas de se perdre. Ah, les choses se corsaient... Un garde forestier qui se balade de nuit sans lampe de poche, c'était clairement bizarre. Pourtant, Shino tâcha de rester sérieux au possible en répondant ;

« Je connais assez bien les chemins, donc il y a peu de chance que je me perde... Néanmoins, j'ai oublié ma lampe, mais avec de la chance, un de mes collègues passera ici et pourra me dépanner. »

Préférant mener la conversation à d'autres sujets, afin d'éviter de trop se mélanger les pinceaux et surtout d'assouvir la curiosité inquiète qui était présente, le vieux vampire demanda à son tour ;

« Néanmoins, comment se fait il que vous ayez eut vent d'un événement ici ? J'espère en tout cas que votre ami ne fera pas de bêtises... On ne sait jamais trop qui peut rôder par ici, et la perspective qu'il y ait des accidents m'inquiète. »

Lâchant un soupir, il songea que les choses se compliquaient... Si des humains commençaient à arpenter la forêt durant cette soirée, Shino craignait déjà le résultat. Certes, le fait que des chasseurs en soient étaient normal, mais cette perspective l'inquiétait, et non pas pour le côté des vampires. Et en l'occurrence, Hana ne semblait pas être de ce côté-ci... De fait, il suffisait qu'un vampire un tant soit peu affamé passe par ici pour qu'il y passe. A ce sujet, le présumé garde forestier dit ;

« En tout cas, je ne saurai que vous conseiller de rentrer chez vous. Je peux comprendre que vous soyez inquiet pour Madara. A moins que vous ne vouliez que nous essayons de le trouver ? »




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 28 ans
Messages : 50
Pseudo : Pandaa
Avatar : Ruki [The GazettE]
MessageSujet: Re: Have we met before ? feat. Hana   Mer 11 Juil - 12:24




๑ Vous avez raison... Je semble bien mal placé pour dire ça, de toute évidence. Mais je reste sur ma position, c'est un endroit particulier pour fêter.

Certes… Mais ainsi donc, comme ils venaient de le voir, Hana n’était vraiment pas là pour rigoler. Il était à la recherche de Madara et il ne s’attendait pas à rire du tout. Déjà, ça lui faisait mal cette perspective d’imaginer qu’il était peut être venu dans cet endroit sordide pour s’amuser alors que lui n’avait vraiment, mais alors vraiment pas le moral.

En fait, c’était idiot compte tenu de leur relation mais Hana avait l’impression qu’ils avaient réellement rompu ce mois-ci seulement. Pourtant, ça faisait largement plus longtemps ! Mais cette fois, Madara avait claqué la porte de leur appartement et depuis que ça avait été fait, il ne l’avait pas franchit dans l’autre sens à nouveau. Seul espoir : un bout de papier laissé à son attention au moment du départ. Et cet espoir, Hana n’était pas certain d’en vouloir… Tout en étant finalement incapable de s’en séparer. Bref…

L’homme en face de lui le prévient rapidement qu’il ne connait pas Madara et Hana acquiesce. De toute façon, pourquoi diable serait-il venu lui mentir hein ? Et puis cet homme n’avait pas l’air du genre menteur pour tout dire. Il y avait de la douceur dans son attitude et elle mettait Hana relativement en confiance. De toute façon, même s’il savait être fort suspicieux par moment, Hana n’imaginait pas non plus que des loups se trouvaient partout, heureusement…

๑ Un événement spécial, ici ? Vous n'en savez pas plus ? Je suis garde forestier ici depuis quelques temps, et je n'ai rien entendu à ce sujet.

Ha bon ? Garde forestier carrément… ? Ils travaillaient de nuit ces gens là ? Dans un endroit pareil et déguisé ? Peut être que finalement, Hana éprouve un bref élan de suspicion… Néanmoins finalement, il n’y connaissait rien en garde forestier hein… Alors après tout, pourquoi pas ? Résultat, le blond se contente d’acquiescer avant de répondre sincèrement aux questions qui lui sont retournées :

๑ Oui, ici. Et non je n’en sais pas plus. C’est un jeune homme qui a laissé un message sur mon répondeur à l’intention de Madara. Mais je ne sais pas de quoi il s’agit. En tout cas, j’ai vu plusieurs personnes, costumées ou non, passer par ici alors je suppose qu’elles ne sont pas toutes garde forestier…

Il appui doucement mais sûrement sur cette dernière remarque, comme quoi il était encore mitigé à propos de cette information. C’était d’autant plus vrai que normalement, les gens de ce type devaient se faire facilement identifier non ? D’où l’uniforme et les épingles par-dessus… Peut être même qu’il était obligé d’avoir une carte, comme la police avait un badge. Sûrement même et si Hana ne demande pas à l’autre homme de lui montrer la sienne c’est parce qu’il a un peu peur d’être ridicule soudainement.

๑ Omura Shino, enchanté.

Hana s’incline légèrement pour saluer « Shino » comme il s’appelle, se promettant de retenir ce nom, à tout hasard. Disons qu’il se sentait doucement devenir parano vu l’environnement. Quoi qu’il en soit, Shino lui présente rapidement son costume et Hana acquiesce à nouveau, comprenant même s’il trouvait que c’était un choix un peu curieux ! Enfin chacun ses hobbies sans doute hein…

A nouveau, Shino lui fait remarquer comme l’endroit pouvait être dangereux et le maquilleur tourne la tête vers la forêt, l’observant un instant en silence. Oui, il savait qu’elle l’était, non seulement à cause des reportages et des panneaux qu’on trouvait ici même… Mais en plus, elle en avait de toute façon absolument l’air. Le chemin principal qui s’engageait non loin devant eux ressemblait à s’y méprendre, soudainement, à une gigantesque bouche noire qui ne faisait qu’avaler quiconque y mettait les pieds. Flippant.

Autres explications, cette fois au sujet de la lampe… Et Hana a un petit « hm » d’approbation distante. Il était vraiment tête en l’air pour un garde forestier… Mais après tout… En tout cas :

๑ De toute façon, il va falloir que j’en aie le cœur net. Mais je vais rester sur les sentiers balisés ne vous inquiétez pas.

Enfin… Autant que possible. De toute façon, il était une vraie grosse baltringue et le courage, même le plus désespéré, c’était pas son truc ! En cas de peur, il allait se contenter de cesser de marcher et de crier jusqu’à ce qu’on le retrouve !! Voir éventuellement, il pleurait, parce que ça console pas mais bon sang, ça faisait du bien dans ces moments !!

Shino lui demande des précisions sur la soirée, surtout au sujet du fait qu’il était au courant et Hana s’entend répondre :

๑ Le message sur le répondeur. Je sais que c’était maigre comme indice pour venir jusqu’ici mais connaissant Madara et sa manière d’être depuis quelques temps, ça m’a semblé plausible.

D’ailleurs, Hana se fait pensif un moment avant d’ajouter :

๑ Je ne voudrais pas avoir l’air de raconter ma vie vous savez, mais je crois que Madara fréquente de très mauvaises personnes. Il est revenu blessé, il me l’a caché… Mais j’ai peur de ce qu’il ferait, tout seul.

Et c’était sincère. Sans inquiétude, il ne serait de toute façon pas venu jusqu’ici tout seul.

๑ En tout cas, je ne saurai que vous conseiller de rentrer chez vous. Je peux comprendre que vous soyez inquiet pour Madara. A moins que vous ne vouliez que nous essayions de le trouver ?

Hum… ? Oui mais non, rentrer chez lui sans son ancien compagnon n’était pas une possibilité. En tout cas, pas tant qu’il n’avait pas au moins essayé de le chercher. De fait, quand Shino lui propose de l’aider à chercher, Hana se jette presque sur l’occasion !

๑ Ha ! Je veux bien si ça ne vous ennui pas. En plus, comme vous connaissez les chemins, ce sera sans doute moins difficile je suppose, en espérant que la fête ne soit pas trop éloignée de ceux-ci. Et puis ça règle un peu votre problème de lampe !

Et à présent, Hana avait un peu oublié ses suspicions, beaucoup plus attaché au fait qu’il allait être aidé dans ses recherches alors que l’endroit lui foutait les jetons.

๑ Je suis venu ici depuis Tôkyô. Je n’ai pas l’intention de repartir sans avoir fait un minimum de recherches.

Commençant à remonter vers le sentier qui s’engouffrait dans la bouche béante de la forêt, Hana demande tout de même :

๑ En quoi consiste votre métier la nuit ? C’est un peu bizarre non ?

La lampe de poche est allumée et Hana n’hésite pas trop avant d’ajouter :

๑ Je vais garder la lampe si ça ne vous ennui pas. Je suis le genre à paniquer un peu rapidement.

Non, aucune honte… Ni à se garder la lampe pour lui ni à reconnaître qu’il avait facilement peur !

๑ Vous êtes garde forestier depuis longtemps ? Moi je suis dans la mode, le maquillage.

Et finalement, rieur :

๑ Je suppose que je porte plus sur moi mon métier que vous en tout cas ce soir.

Un frisson remonte le long du dos d’Hana alors qu’un souffle glacé ne leur passe dessus et du coup, il fait remarquer :

๑ Il fait froid n’est ce pas ? C’est encore pire sous les sous-bois… Vous n’avez pas peur de tomber sur une horreur de nuit ? C’est un coup à devenir fou non ?

Genre le corps d’un randonneur perdu, d’un suicidé ou assassiné ou peu importe… Glauque…






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 639 ans, mort à 25 ans
Allégeance : A la société vampirique
Messages : 52
Pseudo : Myu.
Avatar : Miya {MUCC}
MessageSujet: Re: Have we met before ? feat. Hana   Ven 27 Juil - 17:46



Le verdict n'allait pas tarder à tomber. Hana croirait il ce bobard que Shino venait de monter de toutes pièces ? Le vampire s'interrogeait... Quelle était la nécessité de mentir, présentement ? Son costume fort particulier ne laissait en rien présager qu'il était la pour bosser. Alors, prétendre que c'était pour rendre le travail plus « amusant », pouvait sembler un peu gros. Mais après tout, pourquoi pas ? Et puis, à la réflexion, si Shino avait bel et bien annoncé qu'il était ici pour rejoindre cet événement spécial dont parlait Hana, sûrement le jeune humain aurait il demandé à lui en dire davantage... Et de fait, il aurait quand même dût mentir. C'était une boucle incessante, et se résoudre à dire la vérité n'était certainement pas une chose envisageable ! Si certains de ses cruels comparses se seraient amuser à amener un humain pour que ce dernier se retrouve à l'état de simple pâture, ce n'était sûrement pas chose que l'ancien écrivain pouvait trouver distrayante. Et une fois encore, s'il avait dévoilé pourquoi il était véritablement là, sûrement Hana lui aurait il demandé l'autorisation de le suivre pour trouver le dénommé Madara, qui devait sûrement être lié aux magouilles vampiriques, par une quelconque façon. Et donc rebelotte ; Shino ne pouvait se permettre d'être suivit d'un humain, tout aussi charmant soit il. Donc peut-être que l'alternative choisie, tout aussi peu plausible soit elle, était sûrement la meilleure à adoptée, même s'il la savait peu crédible.

Pourtant, Hana ne remit pas pour autant en question ce mensonge. Il se contenta d'acquiescer en répondant aux questions posées précédemment. C'est vrai, tout du moins pendant ses premières paroles, jusqu'à ce qu'il insista sur le fait qu'il avait déjà vu bon nombre de personnes déguisées passer par ici, et qu'il supposait qu'elles n'étaient sûrement pas de la même profession que Shino. En effet... Et là, il n'y avait pas vraiment porte de sortie pour le vampire, qui s'était mis dans la galère tout seul comme un grand. On a beau dire, on fait toujours des erreurs, tout aussi vieux soit on. Et trouver une alternative qui justifierait ceci était alors bien difficile. Néanmoins, ses quelques connaissances sur cette forêt lui donnérent une idée pour donner une tournure à cette conversation, avec un tantinet d'humour. Avec un sourire, Shino demanda alors à son vis-à-vis ;

« Peut-être étaient ce des yurei ? »

Un rire semblant franc traversa les lèvres du vieux vampire, avant qu'il ne retrouve son expression habituelle. Soit, on fait comme on peut pour se sortir d'une situation délicate... Et parler de ces prétendues âmes qui hantaient cette immense étendue d'arbres était une façon comme une autre. En tout cas, il n'y avait plus qu'à espérer que Hana se prenne au jeu et ne revienne pas remettre en doute à vois haute la profession de son interlocuteur.
Outre cette petite boutade pour contourner un sujet délicat, un certain point dans le discours du jeune homme avait quelques peu dérangé Shino. Apparemment, un jeune homme avait laissé un message à Madara, ce qui laissait supposer qu'une troisième personne était au courant des retrouvailles cette nuit. L'espoir – qu'il savait vain – que les chasseurs resteraient tranquilles cette nuit s'écroulait tout d'un coup. Le regard du vieux vampire trahit peut-être cette inquiétude passagère, ainsi que son expression quelques peu perplexe.

Lorsque Hana promit de rester sur les sentiers balisés, le fondateur eut un hochement de tête rassuré. A cette heure ci, bon nombre de vampires devraient être au delà des sentiers logiquement... Néanmoins, quand son vis-à-vis annonça que c'était par la réception d'un simple message sur un répondeur qu'il était venu ici, les craintes de Shino revenaient au galop. Ce garçon semblait prêt à s'aventurer, alors qu'il n'avait que de simples hypothèses qui n'étaient pas forcément fondées. Et pourtant, il semblait sûr que Madara se trouverait ici. Désespoir, ou courage ? Le vampire n'aurait sut en juger, mais soit. Bien rapidement, les paroles que Hana ajouta confirmèrent l'hypothèse qui flottait dans l'esprit de Shino ; Madara devait bel et bien être un chasseur. S'il rentrait blessé, car il « fréquentait » de mauvaises personnes, et qu'en plus il se trouvait à Aokigahara ce soit, ça faisait trop de coïncidences pour que ce dernier soit un individu lambda. Voulant tâcher de rassurer son interlocuteur, le vieux vampire annonça ;

« Je comprends votre inquiétude. Vous pensez que Madara ait put retrouver ces personnes dont vous parlez ? S'il est revenu blessé, peut-être s'est il résolu à ne plus les fréquenter... »

Shino aurait bien ajouté que l’événement de ce soir était une collation ordinaire, mais... Ça aurait été tout à fait contradictoire avec ce qu'il avait énoncé plus tôt. Une soirée à Aokigahara ne pouvait pas être banale, à moins d'appartenir à une secte ou une autre communauté un peu glauque... Comme les vampires, quoi. Quoi qu'il en soit, Hana semblait résolu à rester fidèle au poste. Aussi, quand Shino lui proposa de l'accompagner pour chercher Madara dans les environs, il accepta en constatant que la recherche serait sûrement moins difficile avec quelqu'un qui connaissait les lieux. Soit... Le temps était un peu compté, sachant que le vampire aurait voulu arriver en avance, mais bon, la perspective de pouvoir mettre au moins deux humains en dehors de tout ça était primordiale pour l'instant. Donc quitte à arriver en retard, autant se donner un tantinet bonne conscience. Hochant de nouveau la tête, le vampire confirma avec un sourire léger ;

« Ça ne me dérange pas, loin de là. C'est toujours moins effrayant d'arpenter Aokigahara en étant accompagné. Et puis vous avez l'air déterminé à retrouver votre ami, je ne pouvais pas vous laisser vous débrouiller seul alors que je connais assez bien les environs. »

Sacrément déterminé, même ! Le jeune homme annonçait être venu de Tôkyô. Ce n'était certes pas le bout du monde, mais ça faisait une trotte, surtout si on ne se basait que sur un simple message téléphonique. Le sourire de Shino s'élargit alors quand il entendit son interlocuteur assurer qu'il ne partirait pas tant qu'il n'en saurait pas plus sur le sujet. Le vampire demanda alors, sûrement un tantinet indiscret ;

« Vous êtes courageux de venir ici de nuit, surtout si vous vous appuyez uniquement sur un maigre indice. Pardonnez-moi si ma question vous dérange, mais, n'aurait il pas été plus simple d'essayer de retrouver Madara dans un endroit plus... Accueillant ? Je veux dire, il doit sûrement fréquenter certains lieux à Tôkyô, où il aurait été plus simple et agréable de le retrouver. »

Et puis le décor d'Aokigahara n'était sûrement le plus adapté aux retrouvailles. M'enfin, Shino s'aventurait là sur un sujet dont il ne savait absolument rien, et se basait sur des hypothèses peu fondées. En tout cas, il espérait que Hana ne verrait pas dans cette remarque une insistance de la part du vampire pour qu'il déguerpisse. C'était seulement là une façon de faire la conversation, et d'essayer de détendre quelques peu l'atmosphère.

Bien rapidement, la conversation tourna à d'autres considérations. Voilà que Hana l'interrogeait sur son travail de nuit. Ha... Shino qui se pensait débarrasser de cette gêne se retrouvait de nouveau nez à nez avec son mensonge. Néanmoins, il ne fut pas trop prit de court ; au fil des ans il avait accumulé quelques connaissances sur Aokigahara, et le travail des gardes forestiers en ce lieu. Aussi répondit-il ;

« Le travail de nuit est loin d'être des plus reluisant... Vous êtes sûrement au courant de l'existence des présumés fantômes qui hantent ces lieux ? Ces âmes que l'on nomme yurei. Une de nos tâches et de ramener les corps sans vie dans une chambre mortuaire qui se trouve dans un abris. Dans cette pièce se trouvent deux lits, l'un pour le garde qui sera chargé de veiller sur le corps, et l'autre pour le cadavre. Si cette tâche n'est pas effectuée, on raconte que le yurei déambulera dans les autres dortoirs. Et fort heureusement, je n'ai pas été nommé pour cette fois ci ! »

Glauque, hein ? Mais c'était une tâche qu'il savait véritable. Il poursuivit alors ;

« Quand nous ne sommes pas chargés de cela, nous nous contentons de faire le tour des sentiers en se relayant pour vérifier que personne ne s'est perdu. Malheureusement, bon nombre de personnes s'en vont eu delà des chemins, et nous évitons généralement, de nuit tout du moins, de trop dépasser les limites vu le danger qui s'y trouve,. »

Et manque de bol, Hana annonça alors qu'il avait tendance à paniquer facilement, et c'est pourquoi il garderait la torche. Soit, ce n'était pas chose qui dérangeait Shino, sa vue étant légèrement accrue... Mais il se mordait les doigts d'avoir étalé ses quelques connaissances sur son présumé travail en présence de quelqu'un qui avait tendance à paniquer facilement. Heureusement, le jeune homme reprit la parole bientôt, ce qui permettrait au vampire de repartir sur d'autres sujets plus joyeux ;

« Non, depuis trois ans, à peine, dit il en guise de réponse, avant de partir sur tout autre chose. Ah, vous me parlez là d'un domaine qui m'est assez inconnu... Je n'entends pas grand chose aux tendances en général. C'est un domaine qui vous a toujours intéressé ? »

Disons plutôt que Shino avait du mal à suivre le fil de la mode... Il restait très focalisé sur l'esthétisme de son époque, et des deux siècles qui avaient suivit, mais c'était bien tout. Et puis, les tendances n'avaient jamais été aussi son plus grand sujet d'intérêt, il fallait aussi le préciser. Et quand Hana fit sa remarque quand à leurs tenues respectives et leurs métiers, Shino opina en riant doucement. En effet, les gardes forestiers n'étaient sûrement pas souvent vêtus comme des soldats confédérés...

Un court silence suivit, tout juste dérangé par le crissement de leurs pas sur le sol couvertes de cailloux et de feuilles mortes. Aux aguets, Shino essayait de percevoir un quelconque mouvement dans l'ombre, ou un quelconque bruit qui pourrait indiquer que quelqu'un de trouvait aux alentours, mais rien. Seuls le silence pesant et le souffle de Hana se faisaient entendre dans cette étendue morose. Un courant d'air se fit sentir, sifflant à leurs oreilles et sur leurs peaux, ce qui poussa Hana à constater le froid ambiant, avant qu'il n'en vienne à poser d'autres questions. Shino répondit, sans pour autant rester moins attentif à ce qu'il y avait autour d'eux ;

« En effet. Et encore, nous ne sommes pas en hiver fort heureusement. Je me demande bien ce que des gens peuvent faire dehors avec un tel froid. Ça ne contribue pas vraiment à la bonne ambiance, n'est ce pas ? »

Un rire fugage fut lâché, avant qu'il ne se fasse plus sérieux à nouveau, se plaisant presque dans ce rôle qu'il s'était donné jusqu'alors ;

« Heureusement, je ne travaille pas ici depuis très longtemps. Mais les découvertes macabres ne sont pas rares, et je me doute que certains de mes collègues qui sont ici depuis longtemps ne doivent pas avoir un psychisme intact. »

Posant de nouveau un silence pendant qu'ils continuaient à suivre le chemin, Shino jetait de temps à autres un coup d'œil dans les ronds de lumière créés par la torche. C'était bien là la seule lumière un tant soit peu réconfortante. Inspirant largement pour lâcher un soupir, il demanda ;

« Désolé de remettre ça sur le tapis, mais... Vous n'avez aucun autre renseignement ? Trouver quelqu'un ici est assurément très difficile. A moins que l'on s'essaye à crier son nom à voix haute. »

Et avec toutes ces recherches, les questions qui avaient occupés son esprit pendant plusieurs minutes s'étaient presque égarées. Sondant le visage du jeune humain pendant quelques secondes, les doutes persistaient néanmoins...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 28 ans
Messages : 50
Pseudo : Pandaa
Avatar : Ruki [The GazettE]
MessageSujet: Re: Have we met before ? feat. Hana   Dim 29 Juil - 15:24





๑ Peut-être étaient ce des yurei ?

En d’autres circonstances, ça l’aurait peut être fait rire. Sûrement même, parce qu’Hana n’était pas assez « japonais » sûrement, pour croire à ce genre de fable. Mais là ? Là non. Parce que là, il s’apprêtait à rentrer dans une forêt qui avait une bien étrange réputation. Tout aussi étrange que noire d’ailleurs. De fait, la plaisanterie tombe un peu à plat. Hana ne décide pas pour autant de rebrousser chemin mais l’ennui qu’il ressentait il y avait encore quinze petites minutes avait cédé sa place à un sentiment tout autre. Celui de la peur.

Quant à la possibilité que blessé, Madara ait préféré mettre un terme à ses activités nocturnes et secrètes, Hana n’y croyait mais s’était contenté de hocher la tête de gauche à droite. Non. Si Madara avait tout laissé tomber, il serait toujours dans « leur » appartement. Et le mot qu’il lui avait laissé avant son départ était plutôt sans équivoque. De fait, Hana était certain de ce qu’il avançait… Madara avait un secret probablement pénible a accepter et ce soir était peut être son unique chance. Oui elle était mince et malgré tout, jamais indice ne lui avait semblé plus imposant depuis qu’il savait qu’il y avait « quelque chose ». Quelque chose qui pouvait blesser physiquement et pas que. Parce que Madara avait peur, lui aussi. Et rien que cette constatation, s’il y avait trop pensé, aurait fait mourir de terreur Hana, qui était tout sauf courageux.

Shino accepte en tout cas de le suivre dans la forêt, ce qui en soit est un soulagement. Oui ok, c’était de la folie… Il ne savait pas où ils devaient aller et surtout, n’avait proprement aucune idée de ce qu’ils devaient trouver. Et ça aussi, ça amenait son lot d’angoisse. Pourtant, il avait déjà bien réfléchit à tout ça sur le trajet en voiture qui menait à la forêt. A présent, ce garde forestier ne pouvait absolument plus le dissuader. Si Hana devait rebrousser chemin, ce serait parce qu’il l’avait décidé de lui-même. Parce qu’il avait accepté que c’était vain. Pas avant, sans quoi il s’en voudrait et ressasserait indéfiniment.

Ils se mirent donc à avancer avec une relative prudence sans non plus prendre tout leur temps. C'est-à-dire que ni l’un ni l’autre, probablement, n’avait prévu d’y passer la nuit. Shino a, en premier lieu, une question fort légitime. A savoir qu’il se demandait s’il n’aurait pas mieux valu retrouver Madara quelque part à Tôkyô. Certes, ça aurait été plus facile dans le sens où Hana savait où il travaillait. Et ça aurait bien pu être son genre que de venir se taper un scandale sur place. Les grands-parents de Madara, tels qu’il les connaissait, auraient adoré. Surtout son grand-père qui lui en revanche semblait très très traditionnaliste et avait eu la pilule amère lorsque Madara et c’était devenu sérieux. C’était d’autant plus qu’Hana avait dragué Mady de façon particulièrement ouverte et sous son nez. Il y avait des hommes qui savaient ce qu’ils voulaient et se donnaient les moyens de l’obtenir. Lui… Il faisait partit de ceux là.

๑ Mais si je vais le voir à Tôkyô, ça ne me fournira aucune aide quant à son secret.

Hana relève les yeux vers l’autre homme, finalement pas tellement plus grand que lui, ce qui changeait considérablement par rapport à bien souvent. Est-ce qu’il comprenait son point de vue ? Sans trop savoir pourquoi Hana se racontait au premier venu, peut être juste pour entendre le son de sa voix alors qu’ils s’enfonçaient dans la nuit et le froid, il ajoute :

๑ Madara ne veut pas me parler. Et pour éviter de le faire, il s’est enfuit. Ca veut dire que je dois trouver tout seul.

Ouais… C’était de « sa faute » s’il se retrouvait là au final. Peut être –sans aucun doute- qu’il ne serait pas ici sans les mystères que Madara avait décidé de ne pas éclaircir pour lui. A la réflexion, ne disait on pas que chaque homme avait besoin de son jardin secret ? Oui mais… Compte tenu de l’état du dos de Madara par exemple et des mensonges qu’il avait visiblement proféré toutes ces années, de son propre aveu… Pouvait-on considérer ça comme un simple jardin… ?

De son côté, Shino lui parle de son propre métier et Hana a une petite grimace écœurée. Il se serait bien passé de ce genre de détail un peu crade pour dire vrai ! Dormir avec un macchabé ? En fait, il lui semblait bien en avoir entendu parler maintenant que Shino en parlait mais on aurait probablement jamais su le convaincre à faire quelque chose de ce genre pour sa part. Déjà qu’il savait pas voir un costume de Sadako sans frissonner de peur… Et puis… On avait beau ne pas croire à tout le folklore japonais, lorsqu’on a peur, l’esprit est traître et envoi beaucoup de signaux, d’alertes, d’information… Et le cerveau sous le choc les analyse souvent très mal et de travers. Résultat, on avait finalement très vite fait d’y croire, malgré nous.

๑ Charmant…

C’était probablement tout ce qu’il pouvait dire sur le sujet. Ha… Non…

๑ Mais pas très vendeur envers votre profession…

Grave. Parce que c’était pas lui qui allait vanter le métier de garde forestier dans la région hein à présent hein… ! En tout cas, c’est ce qui apporte, peut être, la question morbide qui suit :

๑ Vous trouvez combien de personne par année environs ? Et vous ? Vous en avez déjà trouvé ? Ca ne vous fait pas faire des cauchemars ?

Parce que… Finalement, à tout prendre, Shino lui semblait plutôt très détendu alors qu’il parlait pourtant d’une fatalité très effrayante et triste. Ou alors c’était psychologique et il se faisait des idées parce qu’il était déjà un peu à cran, voilà tout. Hana change sa lampe torche de main, venant souffler sur celle qui jusque là la tenait histoire de ne pas laisser s’engourdir ses doigts.

Néanmoins, le sujet change, en revenant de fait à lui et à son propre métier après que Shino l’ait informé du fait qu’il travaillait ici depuis « deux ou trois ans ». C’était plutôt pas très précis, surtout quand on avait un boulot aussi glauque mais enfin.

๑ C’est un domaine qui m’a toujours beaucoup plût oui. J’ai mes phases d’accroc au shopping. On a tous notre petite faiblesse je suppose.

On donnait bien souvent aux femmes cette faiblesse ci mais… Finalement, il n’y avait pas de raison… A en voir les magasins de prêt-à-porter, les hommes étaient de plus en plus sollicités… C’était normal qu’il s’y intéresse.

Puis au sujet du froid, dont Shino ne semblait pas trop souffrir, Hana constate :

๑ Pour certain, un peu d’alcool et de musique suffit à réchauffer l’ambiance je suppose. Et puis à plusieurs, la chaleur à tendance à communiquer. Du moins, je crois…

Mais il était certain qu’à venir ici pour faire la fête, il aurait lui-même été particulièrement grognon. Quoi qu’il en soit, sans réellement répondre à sa question de tout à l’heure mais survolant à nouveau le sujet, Shino parle des heurts psychologiques de ses collègues, lui tendant une nouvelle perche pour qu’il constate :

๑ Vous semblez plutôt détendu vous.

Shino propose d’appeler à voix haute… Et Hana s’arrête de marcher, braquant un instant sa lampe torche sur le garde forestier, en évitant les yeux, avant de ramener la lampe hors des sentiers pour regarder tout autour d’eux.

๑ Je vous ait vu regarder partout autour. Vous avez vu quelque chose ?

Et pour répondre à sa question :

๑ J’aimerais être sûr que ça le fasse venir, et pas fuir…

Malheureusement à présent, il n’était sûr de rien et surtout, un peu nerveux, revenant faire courir le faisceau de la lampe sur les sous-bois en dehors des sentiers :

๑ Et prenez-moi pour un fou mais j’ai un peu peur de savoir que quelque chose d’autre pourrait répondre.

« Quelque chose ». Il disait ça sans avoir d’idée précise sur quoi exactement… Mais un truc capable de laisser des marques profondes sur tout le dos de Madara. Quelque chose qui le rende presque malade. Quelque chose qui lui fasse préféré la fuite que la vérité alors que Mady avait toujours été un homme plutôt vertueux, pour ce qu’il avait pu en juger.

๑ Où mène le sentier que l’on emprunte ?

Hana tourne à nouveau la tête vers Shino comme si le voir pouvait simplement lui donner la réponse. Et puis soudainement, il songe à quelque chose :

๑ Vous n’avez pas une radio ? On pourrait demander à vos collègues s’ils ont vu des groupes de fêtards dans le coin non ?

Tout à coup, ça lui semblait logique. Assez en tout cas pour qu’il assure :

๑ S’ils n’ont rien vu, je ne suis pas naïf : je ne verrais rien non plus. Du coup je rentrerais chez moi.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 639 ans, mort à 25 ans
Allégeance : A la société vampirique
Messages : 52
Pseudo : Myu.
Avatar : Miya {MUCC}
MessageSujet: Re: Have we met before ? feat. Hana   Mer 1 Aoû - 0:52



Hana eut un petit hochement de tête de gauche à droite quand Shino fit l'hypothèse que Madara allait peut-être cesser de voir ces dîtes fréquentations, s'il était revenu blessé. Chose qui d'ailleurs, n'étonna qu'à moitié le vampire... Si ses hypothèses étaient correctes, cet individu était bel et bien un chasseur. Et Shino, au cours de sa longue vie, avait eut affaire à bon nombre d'entre eux, pour savoir qu'une blessure ne suffisait pas à les décourager, ou les faire renoncer à la chasse. Certes, il devait y en avoir... Mais pas énormément. Après tout, chaque personne qui se lance dans cette voix, que ça soit de façon indépendante ou en rejoignant les rangs de l'Ordre de Tenkyû, le faisait en connaissance de cause, non ? Et peu devaient être assez fou pour croire qu'une chasse se faisait sans dommages physiques. Néanmoins, Shino resta silencieux. Il n'avait, après tout, pas son mot à dire sur cette histoire. Mais surtout, qu'aurait il pu dire ? Du baratin, et ce n'était pas son genre de tenir de telles discours... Il fallait bien souvent plus que des mots pour dissuader un chasseur de continuer sur sa voie. Pourtant, Dieu sait que le vampire s'y était essayer ! Il avait bien essayé la diplomatie à bien des occasions, mais visiblement, seule la violence répondait à la violence dans ce genre de situation, et ce malgré l'aversion du vampire pour ces procédés peu subtils... Et si Madara se trouvait bel et bien ici ce soir, ça confirmait le fait qu'il ne s'était pas arrêté.

Demeurant silencieux, observant toujours les alentours, ce mutisme fut de nouveau vite brisé par Hana qui reprit la parole, pour cette fois ci répondre à la proposition que lui avait fait le vampire, à savoir celle de retrouver son ami à Tôkyô, plutôt que de le voir au fin fond d'une forêt obscur et peu accueillante... Le maquilleur expliqua que s'il allait le voir à la capitale, il n'en saurait pas plus sur son secret. Pensif quelques secondes, Shino laissa son interlocuteur poursuivre, quand il ajouta que c'était à lui de revenir vers Madara, du fait que ce dernier refuser de lui adresser la parole. Le vieux vampire prit à son tour la parole pour faire le constat ;

« Vous pensez donc que ses blessures et le fait qu'il se trouve ici sont liés... »

Il marqua un instant de pose, suffisamment court pour ne pas laisser le temps à son vis-à-vis de parler à nouveau.

« Mais s'il tient justement à garder tout ceci secret, peut-être est ce pour vous protéger, non ? Je reconnais dire ça sans connaissance de cause... Mais ça serait dommage de le découvrir s'il a mis tant d'application à vous préserver d'un potentiel danger, vous ne pensez pas ? »

Parler sans connaissance de situation ? En l'occurrence, Shino avait véritablement l'impression de comprendre la façon d'agir de Madara, toujours en partant de cette quasi-certitude qu'il était chasseur, évidemment. Sûrement voulait il que Hana reste ignorant de ce qui se tapissait dans l'ombre, la nuit... Et il trouvait ce geste d'une grande beauté. Si l'ignorance est parfois synonyme de lacune, le vieux vampire songeait qu'elle constituait en l'occurrence une certaine membrane réconfortante. Alors à quoi bon vouloir la percer, si c'était pour être exposé et danger et devenir paranoïaque à coup sûr ?

Shino était il soudainement prit de remords à aider Hana à retrouver celui qu'il cherchait ? N'allons tout de même pas aux extrêmes... Et puis, ce qu'il se passerait une fois qu'ils se seraient retrouver ne le regardait absolument pas, toutes choses considérées. Aussi il n'ajouta rien, se promettant de faire son possible pour aider le jeune homme, tout comme il l'avait promis. Et une fois encore, le laisser seul à l'entrée de la forêt aurait été plus sot qu'autre chose.

Et finalement, quand Shino eut finit de lui expliquer en quoi consistait sa « profession », Hana eut une petite grimace écœurée. Normal après tout... Quand il fit le constat que ces paroles n'étaient pas vraiment des louanges, l'écrivain eut un petit soupir, accompagné d'un sourire désolé et d'un petit mouvement de la tête.
Et si le vampire s'attendait à ce que le jeune homme ne lui pose pas davantage de questions à ce sujet, voilà qu'il lui demanda combien de cadavres étaient trouvés en général par année, si lui même en avait déjà trouvé, et si c'était également cause de cauchemars. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Shino était soudainement prit de court. Il y eut un petit moment de flottement, meublé par une inspiration qui laissait supposer la réflexion, avant que le vampire ne réponde d'une traite ;

« En général, on trouve une centaine de cadavres par an. Je suppose que je peux m'estimer heureux, je n'en ai trouvé qu'une petite vingtaine depuis le début de ma carrière. Quant aux cauchemars, pas tant que ça. C'est bien sûr très perturbant au début, mais j'aurais tendance à dire que c'est une certaine habitude à prendre, tout compte fait... »

Et c'était on ne peut plus vrai. Depuis qu'il se nourrissait d'hémoglobine, combien de corps avait il vu ? Certes, il en était l'assassin, et ça donnait peut-être une sorte de circonstance atténuante... Mais au final, ça restait des cadavres tout de même, et il n'en était plus dérangé outre mesure.

La conversation vogua de nouveau à de nouvelles considérations, quand Hana confirma son intérêt pour le monde de la mode. Ne voyant qu'ajouter à ce sujet, Shino resta impassible, se contentant tout juste de hocher la tête en signe d'approbation. Et finalement, le maquilleur conclut qu'à d'une bonne température, la chaleur serait sûrement apportée par un peu l'alcool, de musique et de présence. Un nouveau hochement de tête de la part du vampire, qui confirma ;

« C'est vrai, vous avez sûrement raison. »

Quand Shino aborda le sujet des potentielles répercutions psychologiques avec un métier tel que le sien, Hana fit la réflexion que lui, ne semblait pas des plus dérangé... En effet. Shino eut un petit rire, avant de répondre avec un sourire ;

« Il n'y a présentement aucune raison d'être tendu. Et je me dois bien de donner au moins un tant soit peu une bonne image des gardes forestiers, non ? »

Un instant de silence s'instaura de nouveau, avant Hana ne s'arrêta une fois que la proposition d'appeler à voix haute fut faîte. Voyant la lumière arrêter de bouger sur le sol, Shino marqua une pose à son tour, avant de se tourner vers son interlocuteur, qui braqua la lumière sur lui. Avait il vu quelque chose ? Shino le laissa poursuivre, quand Hana annonça qu'il craignait plutôt de le faire fuir, plutôt que de le faire venir... Et finalement, le jeune homme avoua sa crainte de savoir ce qui pourrait sortir de cette forêt. Le vampire répondit d'une voix calme ;

« Il n'y a rien aux alentours, donc il n'y a pas de raison de craindre quoi que ce soit. Mais je préfère rester à l'affût, ne sait on jamais... Et le risque que cela le pousse à fuir est plausible en effet, mais s'il vous sait ici, est ce qu'il vous éviterait ? »

Hana lui demanda alors vers où menait le sentier qu'ils suivaient présentement. Si certes, Shino ne connaissait pas la forêt comme sa poche, il commençait à connaître certains des sentiers, et celui qu'ils arpentaient en étaient. Sûr de lui, il répondit ;

« Si nous le suivons jusqu'au bout, nous arriverons au lac Shoji-ko. Mais nous n'irons pas jusqu'à là, je doute que les gens se trouvent là-bas... »

Non seulement parce qu'il savait que les festivités ne se trouvaient pas au lieu dit, mais aussi par raison de logique. Les personnes désirant s'y rendre n'empruntaient clairement pas un sentier du Jukai pour s'y rendre...

Et alors que Shino pensait en avoir fini avec son mensonge, voilà que Hana remit ça sur le tapis, lui demandant s'il n'avait pas une radio à disposition pour contacter ses collègues. Bon sang... C'est vrai qu'il aurait du y penser, que les gens de « sa » profession avaient un moyen de communiquer à distance, c'était logique. Donc en l'occurrence, comment allait il faire ? Et bien soit, opter pour la simplicité, pardi !

« Non, je n'en ai pas, désolé. »

Son ton ne s'était pas fait froid pour autant, il était toujours aussi calme et apaisant. Un petit haussement d'épaules accompagnant ces mots, il adressa un regard navré à son vis-à-vis. Inutile de chercher des belles paroles pour expliquer, si ça pouvait marcher ainsi, n'est ce pas ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 28 ans
Messages : 50
Pseudo : Pandaa
Avatar : Ruki [The GazettE]
MessageSujet: Re: Have we met before ? feat. Hana   Ven 3 Aoû - 10:42




Est-ce que la venue –probable mais pas certaine- de Madara dans cette forêt et ses blessures étaient liées… ? En fait pour être honnête, Hana n’aurait absolument pas pu en jurer. Mais mine de rien, à cet instant précis, il était soumit à un grand stress. En fait, depuis qu’ils avaient plus franchement mit le pied dans cette forêt, ce qui lui semblait être digne d’une simple formalité paraissait prendre des allures d’aventures pour lesquelles il n’était pas tout à fait certain de vouloir se porter volontaire. Est-ce que retrouver Madara était important à ce point pour lui… ?

Oui… Et non. C’était difficile à dire. En fait, malgré tout ce qu’il pouvait bien dire, Hana n’avait pas tant envie de s’énerver après Madara que de s’assurer qu’il allait bien, qu’il ne courrait aucun danger. Et en même temps, il avait tout à fait conscience que si son ex compagnon était en danger dans cette même forêt, il ne lui serait d’aucun réel secours…

Shino se fait ensuite avocat du diable. Enfin… Pour peu qu’on puisse réellement mettre Madara dans le rôle du diable évidemment. Le voilà qui lui parle des « bonnes raisons » qu’avait peut être eu l’homme et en soit : il avait raison. Mais ces arguments, Madara les lui avait déjà donné sans qu’ils parviennent à l’atteindre alors sans vouloir manquer de respect à l’homme, ce n’était pas le premier inconnu venu qui allait y réussir. Bien sûr, il avait mit un peu d’eau dans son vin depuis sa dernière altercation avec Madara, se demandant quels genres d’efforts il serait susceptible de faire pour qu’entre eux, ça puisse remarcher… Mais en toute lucidité, peut être que ça ne pouvait juste… Pas marcher, justement.

Sauf que ça lui semblait tout simplement impensable à ce moment précis. Parfois dans la vie, on doit faire des choix. Souvent on fait les bons. Souvent on fait les mauvais. En fait, ça dépendait surtout d’un collier de choix monté en perles comme des leçons qu’on tirait de ce qui en découlait. Du coup, l’humeur devait sûrement jouer pour beaucoup histoire de voir le verre plutôt à demi plein ou plutôt à demi vide.

En tout cas :

๑ Vous savez, je ne voudrais pas paraître impoli, mais ça ne vous regarde pas.

Ce n’était effectivement peut être pas la manière la plus sympathique de faire comprendre à Shino qu’il n’avait pas très envie de se faire dire qu’il avait tort… Mais Hana n’avait jamais vraiment eu sa langue dans sa poche. Ce n’était pas dit avec impolitesse et son ton n’était pas sec… Mais pourvu de néanmoins assez de fermeté peut être pour que Shino n’insiste pas.

Heureusement, le sujet change et ce que Shino explique au sujet de son métier n’est toujours pas très ragoûtant. En fait, ça lui fichait même carrément le bourdon. A tel point qu’il ne comprenait pas du coup comme une personne puisse décider de se suicider ici, aussi désespéré soit-elle. Pourrir au milieu d’une forêt maudite, être retrouvé dans le meilleur des cas des semaines plus tard, être entreposé pour la nuit dans une couchette près d’un inconnu qu’on écœurait et effrayait probablement… A croire que la pudeur nippone n’avait plus cours une fois passé dans l’autre vie.

Beaucoup de blabla ensuite et Hana y prête attention quoi qu’il se contente de réponses monosyllabique et de petits mouvements de la tête pour prouver qu’il suivait bien. Puis finalement, une question importante : est ce que Madara le fuirait, s’il l’appelait ? Hana garde le silence mais à le voir, on pouvait probablement entendre les rouages de son cerveau qui décortiquait cette question et les réponses qui pouvaient en découler. Finalement, parce que même s’il était en proie à des émotions qui le déstabilisaient, Hana n’était pas dépourvu de jugeote, le blond reconnait :

๑ Non, je ne crois pas qu’il fuirait.

Et en fait même, triste, il ajoute :

๑ Madara préfèrerait sans doute m’écouter lui hurler dessus des heures plutôt que de me savoir seul dans cette forêt.

Bon heu…

๑ Pas que vous ne comptiez pas évidemment ! Mais Madara a toujours eu peur que je fasse de mauvaises rencontres je crois. Il faut dire qu’il y a environs deux ans je crois… J’en ai fait une. Un sal type qui m’avait amené à Arakawa. J’ai eu la peur de ma vie je crois, pourtant on s’entend qu’il ne s’est rien passé ! Madara aussi a eu peur. Mais Madara a toujours eu peur pour moi.

En fait, Madara était le genre de personne qui vous faisait vous sentir importante en toute circonstance.

Hana braque sa lampe torche sur le bout du chemin, la lumière étant en réalité stoppé à mi-chemin par une espèce de brouillard épais et informe. Shino lui explique où ils risquent de se retrouver s’ils poursuivent dans cette direction ainsi que le peu de chances qu’ils ont d’y trouver qui que ce soit. En tout cas :

๑ Vous êtes vraiment défaitiste. Et pas très rassurant.

Et Hana ne croit pas si bien dire… Parce qu’il a à peine prononcé ces mots que Shino répond au sujet de la radio, sur ce ton un peu trop plat qu’on les psychopathes avant de fondre sur leur proie. « Non, je n’en ai pas, désolé ». Ca faisait un peu comme dans les films à vous donnez des frissons… Quand le héros –ou plus souvent l’héroïne- n’est plus qu’avec un seul de ses compagnons, tous les autres s’étant fait massacrer et qu’il pense qu’ils sont sortit d’affaire, proposant quelque chose de simple… Et quand il se fait dire par le copain en question un truc plat comme ça, qui a l’air de rien mais qui dans le contexte fait que tout le monde prend conscience que c’est lui, le grand méchant de l’histoire.

Le blond maquilleur se sent un peu glacé pour dire vrai. Il avait bien conscience que Shino avait l’air doux comme un agneau et qu’au-delà du fait que tous les dangereux psychopathes avaient souvent l’air de gens très biens et très ordinaires, son imagination lui jouait très probablement des tours, trahissant son anxiété en lui faisant penser à des choses plutôt… Très angoissantes et peu rationnelles. Néanmoins, il s’entend demander tout de même, blême :

๑ Vous êtes sûr d’être garde forestier ?

Sa torche se braque ensuite sur le chemin parcouru, tentant d’évaluer la distance et ses chances de battre ce type à la course. Ok ok, sa paranoïa l’emportait. Il en vient même à envisager la perspective de se mettre à courir au travers des bois pourtant pour le moins dangereux. Finalement, Hana en revient à Shino, suggérant :

๑ Je pense que vous devriez retourner travailler. C’est mieux.

Articulant bien comme usant de mille précautions, il ajoute même :

๑ Vous avez sans doute beaucoup de travail qui vous attend. Je vais aller au bout du chemin et revenir. Je peux le faire seul, je resterais bien sur le chemin.

Et prévoyant éventuellement une quelconque protestation :

๑ J’insiste. Vraiment.

Lui-même trouvait déjà miraculeux de ne pas se mettre à courir en hurlant. Oui, un grand courageux d’ordinaire…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 639 ans, mort à 25 ans
Allégeance : A la société vampirique
Messages : 52
Pseudo : Myu.
Avatar : Miya {MUCC}
MessageSujet: Re: Have we met before ? feat. Hana   Jeu 9 Aoû - 23:37



Ce fut d'abord un silence qui accueillit les hypothèses de Shino. Ayant le tact de ne pas avoir un regard appuyé pour son vis-à-vis, histoire d'avoir une réponse de sa part, le vampire restait focalisé sur le chemin qu'ils suivaient, sans grande conviction néanmoins. Quelques peu pessimiste, il avait fortement tendance à penser que trouver un chasseur dans cette immense étendue d'arbre était comparable à trouver une aiguille dans une botte de foin. Mais il fut finalement interrompu dans son investigation par le jeune homme qui déclara simplement que toute cette histoire ne le regardait pas. Cette réaction était tout à fait légitime, et aussitôt, Shino adressa à son vis-à-vis une courbette tout en annonçant d'une voix navrée ;

« Vous avez raison, excusez-moi. »

Il savait qu'en soit, ses intentions n'étaient pas mauvaises. A vrai dire, il cherchait bien plus à dissuader Hana de s'aventurer en ces lieux, plutôt qu'à être indiscret, mais sa manière de faire était très certainement maladroite. Le vampire ne chercha pas pour autant à se justifier, annonçant que son but était honorable ; à quoi ? Ce n'était pas tant qu'il pensait que Hana serait inapte à recevoir une telle justification, que celui qu'il était en faute, et qu'une justification aurait été une preuve d'entêtement.

Après les différentes explications que Shino avait donné sur son supposé travail, le sujet en revint à Madara, et Hana reconnut qu'il ne fuirait sûrement pas s'il entendait son nom crié aux alentours. Le vampire le laissa poursuivre, se contentant de hocher la tête régulièrement tout en jetant de temps à autre un coup d'œil à son vis-à-vis. Cette fois ci par crainte de dire certaines choses susceptibles d'agacer le jeune homme... Mais aussi parce qu'il avait présenté des excuses quelques instants auparavant, et revenir sur le sujet aurait sûrement été le comble de l'impolitesse.

Quand le soit-disant garde forestier expliqua ou découchait le sentir suivit, et annonça ses doutes quant à y trouver quoi que ce soit, Hana souligna ses tendances pessimistes, mais aussi... Le fait qu'il n'était pas vraiment rassurant. A cette remarque, Shino afficha un sourire plutôt désolé, laissant un rire un peu nerveux s'échapper. Mais le pire est sûrement à venir... Doute confirmé quand le jeune homme demanda confirmation quant à son emploi. Le vampire s'empressa alors de répondre, sans laisser de place pour le doute ;

« Bien sûr. »

Et le nier maintenant n'aurait sûrement pas arranger les choses... Hana ne semblait pas vraiment à l'aise, donc assurer maintenant qu'il avait monté cette histoire de toutes pièces aurait sûrement rendu l'atmosphère plus pesante encore. Et la perspective de passer pour un homme qui se prétendait garde forestier n'était pas des plus reluisantes... Bon dans les faits, c'était le cas, mais ce n'était pas comme si le vampire était la personne la moins fréquentable du monde, pas vrai ?

Rapidement, le jeune homme sembla conseiller le vampire de retourner travailler, chose sur laquelle il semblait vraiment insister. Bien entendu, l'idée de laisser le jeune homme seul sur le sentier n'était toujours pas des meilleures selon le vampire... Mais dans un sens, son vis-à-vis semblait tellement insister et résolu à rester sur le chemin que Shino ne se voyait pas trop insister, à moins de vouloir passer pour un gros lourd. Hésitant quelques instants, lâchant un soupir, il jeta un coup d'œil à sa montre. Une bonne vingtaine de minutes s'étaient écoulées, et le vampire songea que les passages dans les environs seraient sûrement moins fréquents à cette heure. Sondant son interlocuteur, il comprit qu'il ne servirait sûrement à rien d'insister, aussi annonça t-il ;

« Soit, vous avez l'air vraiment déterminé. Je ne peux donc que dire ces recommandations ; restez sur les chemins balisés, et n'allez pas au delà, sous aucun prétexte. »

Adressant une nouvelle courbette, il ajouta simplement ;

« Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée, et surtout, restez prudent. »

Même si de ça, il n'en doutait pas un instant. Jetant un dernier regard au jeune homme, il lui fit un sourire poli avant de faire marche arrière, tranquillement, toujours aux aguets. Nul doute que son observation serait bien moins consciencieuse pour le reste du chemin. Et, une fois hors de vue, il s'enfonça sans l'ombre d'une hésitation aux fins fonds d'Aokigahara, direction le temple.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: Have we met before ? feat. Hana   




Revenir en haut Aller en bas
 

Have we met before ? feat. Hana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shizuoka :: Le Mont Fuji :: Forêt de Aokigahara-