C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô   Dim 15 Juil - 19:25


Le 31 octobre à 22 h 22
Forêt d'Aokigahara, Shizuoka


Si son activité de chasseur de vampires venait réellement à prendre fin un jour, Lin Yao pourrait en tous cas se recycler guide de nuit dans Aokigahara ou même ange gardien des âmes perdues...Ca sonnait plutôt bien. Au départ, elle avait été quelque peu malaisée par la situation mais au fur et à mesure du chemin parcouru aux côtés de la jeune Kimiko, l'atmosphère s'était significativement détendue. Bon, elle avait posé quelques questions parfois handicapantes mais l'archère était parvenue à rectifier le tir sans se faire démasquer, elle avait un peu déchanté ceci-dit en apprenant que la jeune femme était apprentie journaliste...Même si elle écrivait ce fameux article dont elle lui avait parlé, très peu de gens seraient amenés à le lire mais cela avait tout de même fait légèrement grincer des dents à Lin Yao. Tout concourrait à ce qu'elle se fasse remarquer décidément alors qu'elle mettait un point d'honneur à être discrète...Enfin, ce qui devait arriver, arriverait.

Néanmoins, l'enthousiasme de l'adolescente était resté contenu car elle demeurait très inquiète pour son amie. Après une bonne demie heure de marche, elles étaient tombées sur elle, aussi en pleurs et désemparée car s'étant foulée une cheville en butant sur une racine, d'où le cri qu'elles avaient entendu un peu plus tôt dans la soirée. Lin Yao n'avait pu s'empêcher de soupirer de soulagement en constatant qu'aucun buveur de sang n'était en tort. Ayant un nécessaire de soin dans son sac, l'archère avait bandé précautionneusement la cheville blessée et avait raccompagné les deux jeunes femmes à l'entrée de la forêt où disaient-elles une voiture les attendait. Le trajet se fit sans encombres, les bois paraissant bizarrement moins effrayants dès lors qu'on était plus nombreux à les arpenter. Après s'être assurée que ses "protégées" rentreraient bien, Lin Yao les avait salué puis apportant les mains sur ses hanches, avait soupiré avant de sourire. Elle se sentait vraiment heureuse d'avoir pu leur venir en aide, qui savait ce qu'elles seraient devenues autrement ? Elle devait au moins reconnaître que son activité procurait cela de bénéfique, cette sensation merveilleuse d'avoir sauver des vies humaines.

Mais il ne fallait pas s'endormir sur ses lauriers, à sa montre, il était quasiment 22 h. Mieux valait retourner remplir son rôle de sentinelle près de l'auberge de jeunesse, ce qu'elle fit sans détours. Les abords du bâtiment étaient tout aussi calmes que lorsqu'elle s'en était éloigné. Par certaines fenêtres et embrasures, on pouvait apercevoir des lueurs bleues/blanches clignotantes, preuve qu'une télévision était allumée et quelques éclats de voix provenaient aux oreilles de Lin Yao. Furtivement, elle s'approcha de l'auberge pour en faire le tour, c'était plus fort qu'elle. Si elle parvenait à apercevoir Mei, elle serait définitivement soulagée mais il ne faudrait pas qu'elle se fasse surprendre sinon on achèverait de la trouver louche. Elle pût glisser un oeil entre les sillons d'un store et avisa le petit groupe d'adolescents, installés en demi-cercle devant le poste de télé. Elle ne tarda pas à repérer sa cousine, dont la figure était enfouie dans un coussin qu'elle serrait contre elle. Lin Yao en sourit tendrement avant de s'éloigner, tout allait bien...Elle avait peut-être eût tort de s'inquiéter autant mais heureusement qu'elle s'était déplacée, ne serait-ce que pour les deux imprudentes qu'elle avait secouru plus tôt.

Retournant dans les bois d'un pas calme, son attitude avait radicalement changée. Elle n'était plus sur le qui-vive comme à son arrivée et songeait aux dernières péripéties qu'elle avait vécu se surprenant même à repenser à Makoto avec une certaine tendresse. Ceci encouragé par son contact encore récent avec les jeunes femmes pour lesquelles elle avait dû se montrer douce et compréhensive, en somme le quasi-antagoniste du chasseur qu'elle était quand la situation l'exigeait. Elle se demandait s'il s'était rendu à cette réception...mais en doutait sérieusement. Il lui avait lui-même dit que ses semblables ne l'appréciaient pas alors ç'eût été comme se jeter dans la fosse aux lions. Et puis, sociable qu'il était, ce genre de regroupement devait le rendre allergique. Lin Yao se demandait quelle serait sa réaction si elle était amenée à le recroiser...Parleraient-ils de nouveau ? Le comble, c'est que ça ne l'aurait pas dérangée, au contraire. De coupable, elle se sentait maintenant intriguée par ce vampire qui n'avait de la bête que le nom.

Mais tandis qu'elle était plongée dans ses pensées, un bruit caractéristique la fit stopper sa marche. Elle n'était de nouveau plus seule. Cette forêt était décidément très peuplée ce soir. S'écartant du sentier avec discrétion, Lin Yao se cacha parmi les arbres et sortit son arbalète qu'elle déplia avec une extrême lenteur pour ne faire aucun bruit. Nul besoin de lampe frontale, ce chemin était éclairé par la demie-lune et une silhouette ne tarda pas à arriver dans son champ de vision. L'archère fronça des sourcils, à vue de nez, c'était un homme...avec option hématophage possible. Si c'était bel et bien un vampire, il parviendrait sûrement à la voir ou à déceler sa présence, mieux valait se tenir prête à attaquer. L'auberge de jeunesse était à moins d'un kilomètre de là...


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô   Mar 24 Juil - 3:02


Saitô était... furibond ! Et c'était tellement rare qu'on aurait facilement pu faire une fête nationale en cet honneur, sans vouloir se lancer des fleurs ! Sa démarche était toujours aussi silencieuse qu'à l'habitude alors qu'il arpentait la forêt d'Aokigahara, d'une façon pas surhumaine... mais pas loin. Il semblait savoir où poser les pieds pour faire le moins de bruit possible, mais présentement, il avait un peu perdu de sa fluidité habituelle qui le faisait souvent surgir à vos côtés sans que vous ne l'ayez sentit approcher. De toute façon, Saitô se « sentait » à des mètres à la ronde présentement tant l'aura de colère froide l'enveloppant était accentuée par une nouvelle dureté sur ses traits tout de courbes composés. Ça lui donnait assurément un petit air effrayant... mais au sein de cette forêt, ils étaient peu nombreux à se laisser impressionner par ce genre de prestance... Sauf qu'il y en avait quand même eu, des humains débiles, pour saboter ses projets... Et ça le mettait dans tous ses états. Parce que ces derniers jours, Saitô ne l'avait pas nécessairement eu facile...

Mais jamais plus. Il n'allait plus se laisser avoir comme un bleu. Enfin... ce n'était pas exactement ce qui s'était passé les deux dernières fois. Il y avait d'abord eu cette histoire avec Naraku. Il avait été con. Jamais plus il ne ferait confiance à Kuromiya au point de mettre sa vie entre ses mains. Qu'est-ce qu'il avait pensé, franchement ?! Pourtant, il ne ressentait rien de particuliers pour le beau vampire, hein... Ce qui l'avait aveuglé, c'est la confiance qu'il lui avait accordé au fil des années. Mais ses paroles, soit qu'il n'allait pas le protéger de Naraku lorsque Saitô n'allait pas être en mission pour lui, lui avait fait comprendre qu'il vaudrait peut-être mieux commencer à fureter ailleurs pour trouver du boulot. Il avait une dent contre Kuromiya et nul doute que bientôt, il allait lui en toucher deux mots. Poliment... mais fermement. Parce qu'il n'était le pantin de personne, contrairement à ce que Sensui avait semblé commencer à croire. Et les informations qu'il détenait auraient dût convaincre le noble vampire à adopter une attitude plus prudente à son égard.

Mais peu importe. Parce que s'il avait rencontré Naraku ce soir, là, au milieu de cette forêt, Saitô était tellement bouillant de rage qu'il lui aurait probablement sauté au cou, aussi stupide que ça aurait été ! Au moins serait-il mort en se défoulant un minimum ! Ce soir, il était ici pour recueillir des informations à titre personnel au sujet d'un vampire bien particuliers du conseil. Aussi étonnant que ça puisse sembler, il avait réussi à le filer sur une petite longueur... jusqu'à ce qu'un petit groupe de gamins lui tombe dessus. Non, non. Pas de jeunes vampires... Des « vrais » gamins ! Des adolescents en chair et en os qui étaient terrifiés jusqu'à la moelle ! Quelle idée de traîner dans un tel endroit une telle nuit... ou juste « de traîner dans un tel endroit », quoi ! Saitô s'était fait repérer. Le vampire l'avait reconnu. Et voilà... C'était gâché et en plus, il risquait d'avoir droit à un face à face peu agréable avec celui-là. Vraiment, il y avait de ces semaines où plus rien n'allait et ces derniers temps, il lui semblait que ce n'était que ça...

De fait, alors qu'il parcourait les bois en sens inverse pour retourner à sa jolie Berline noire qui était garée à l'orée de la forêt, Saitô était bouillant de rage contenue. Parce que chez lui, elle n'éclatait pas. Jamais. Rien que ressentir ce sentiment était particuliers pour Saitô... Pourtant, tout dans son être incitait à changer de trottoir lorsqu'on le rencontrait. Ou là... de sentier. Et il se trouve que s'arrêtant au milieu du sentier, il ne bouge plus. Il y avait longtemps que l'informateur avait compris que pour survivre dans le milieu qu'il avait épousé avec tous ses désavantages humains, il devait se fier plus que jamais à son instinct. Et présentement, les picotements dans sa nuque lui signifiaient qu'il était épié. Ça aurait pu être par n'importe quoi, pour être sincère. Encore un putain de gosse, un renard... voire un écureuil qui n'avait rien de mieux à faire que de se pointer le bout du museau en pleine nuit. Toutefois, pour ceux qui ne savent pas que Saitô n'est qu'un homme, il doit être impressionnant de le voir...

« Je ne suis pas d'humeur à jouer à cache-cache. », assure l'informateur d'un ton d'une froideur à l'épreuve des plus grands brasiers. Il tourne la tête en direction de là où la sensation lui semblait venir. Il se trompait peut-être... ça n'avait rien de surnaturel là. Tout le monde avait déjà expérimenté ce genre d'impression. C'était reptilien... Un système pour ne pas être plus proie qu'on le méritait et qu'étrangement, l'homme avait gardé au cours de son évolution. « Alors sortez immédiatement et dites-moi ce que vous fichez dans cette forêt à cette heure. »

Son ton est toujours glacé comme un iceberg, mais il n'élève pas la voix, restant d'apparence calme. C'est toujours cette aura... Elle parlait pour lui. Et ses yeux. Féroces ! Saitô n'entendait pas se faire charrier ce soir, vampire ou non...


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô   Dim 29 Juil - 13:38


Lin Yao n'avait jamais expérimenté cette méthode de traque jusqu'à maintenant. A savoir, se rendre dans un endroit pouvant aussi bien être peuplé par des vampires que par des humains en étant tenue de faire la différence. Sincèrement, elle n'aurait jamais imaginé que cette forêt sinistre puisse attirer autre chose que des hématophages à une heure aussi tardive mais après être venue en aide aux adolescentes, elle n'était plus sûre de rien. Ses nombreuses années d'entraînement lui avaient appris à discerner des signes caractéristiques propres aux vampires, seulement, un humain dans un certain état d'esprit ou souffrant d'une maladie dépigmentant la peau pouvait tout aussi bien les présenter. C'était pourquoi elle avait toujours soigneusement éviter de chasser à l'aveuglette sans dresser préalablement le profil de sa cible. Une erreur était vite arrivée. Mais plus la silhouette se rapprochait, moins Lin Yao pensait avoir affaire à un humain. Il semblait pressé, énervé, une attitude qui n'était pas celle d'un suicidaire et ses vêtements n'étaient pas ceux d'un homme qui avait passé plusieurs jours dans ces bois, esseulé et torturé à l'idée de mettre fin à ses jours.

L'hypothèse du promeneur nocturne, à oublier aussi car il ne semblait ni effrayé, ni inquiet. Un seul sentiment primait, la colère et cela aurait pu être l'apanage d'un collègue, seulement, il n'avait aucune arme sur lui ni d'équipement laissant présager qu'il chassait ou avait chassé. Lin Yao réfléchissait à toute vitesse mais on lui avait aussi appris à ne pas douter car la moindre hésitation serait susceptible de lui coûter la vie. Cependant, il lui semblait que depuis qu'elle était arrivée au Japon, rien n'était plus pareil et que les leçons des chevaliers perdaient toutes une à une de leur emprise sur elle. Etait-ce réellement parce que les choses étaient différentes ici ou parce que elle-même évoluait et voulait se débarrasser de ces directives ? Pas le temps d'y réfléchir plus avant car le potentiel hématophage venait de s'arrêter, à quelques mètres seulement de là où elle se tenait normalement dissimulée parmi les arbres. Déglutissant légèrement, Lin Yao se décida à lever son arbalète dans sa direction, il paraissait proprement hors de lui. Il fallait être doté d'une solide intuition pour deviner que quelqu'un nous épiait...ou encore être nyctalope.

Et quand il s'adressa à elle directement, lui ordonnant de se montrer, le sang de l'archère ne fit qu'un tour. Elle aurait tiré si une réminiscence de sa rencontre avec Makoto ne s'était pas imposé derechef à son esprit accompagnée d'un doute encore persistant. De toutes façons, elle avait l'avantage et au moindre mouvement suspect, l'inconnu se retrouverait avec un carreau en plein coeur. Elle se décida alors à sortir pour se montrer à la lumière de la lune, arme braquée fermement devant elle, semblant on ne pouvait plus déterminée.


-Je pourrais vous retourner la question. Ne bougez pas.

Mais qu'était-elle en train de faire ? Tire, non de Dieu ! C'est immanquablement ce que ses mentors lui auraient crié. Mais Lin Yao préférait se fier à son instinct, même si tout concourrait à laisser penser qu'il s'agissait d'un vampire, un je ne sais quoi la laissait sceptique. Et nul doute que si elle tuait un innocent, elle s'en voudrait toute sa vie. Mais voilà, il fallait maintenant attendre que l'inconnu se trahisse, en d'autres termes qu'il l'attaque. Mais s'il était du genre tacticien, il pourrait bluffer. Peut-être que le seul moyen d'en découdre serait de le blesser. Un vampire d'un certain âge s'il n'était pas touché au coeur cicatrisait très rapidement et ne gardait que peu de séquelles. Une idée commençait à émerger mais ça lui semblait ô combien dangereux. Mieux valait d'abord assister à la réaction de cet homme étrange.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô   Mar 31 Juil - 17:33


Elle sort. Oui. Elle. Mais, Saitô n'est qu'à moitié étonné. Ou... en fait, il ne l'est pas du tout. Il l'est peut-être davantage par ses origines, chinoises semblent-elles. Les femmes sont de plus en plus nombreuses dans le rang des chasseurs et il ne lui serait sûrement pas venu en tête de les sous-estimer, pour être franc. Surtout pas avec une arbalète à la main, tiens donc... Saitô était l'exemple même du bon sens... et il avait rencontré, dans sa vie déjà bien remplie, maintes vampiresses qui n'avaient absolument rien à envier à leur pendant masculin. Mais là, ce n'est pas d'un vampire dont on parlait et ça semblait plutôt clair vu son attitude. De toute façon, ce soir, les vampires ne sortaient pas armés, mais déguisés. Celle-là... eh bien à moins qu'elle n'incarne Lara Croft, la plantureuse aventurière de Tomb Raider, nul doute qu'elle était ici pour occire quelques vampires. Et lui... était une de ses cibles, vraisemblablement. Ou en tout cas, elle le croyait.

Mais, même s'il ne pouvait le voir, Saitô était certain qu'une lueur d'hésitation éclairait les prunelles de la jeune femme. Parce que malgré tout... elle n'avait pas tiré, seulement menacé. Et généralement, un chasseur se rue plutôt sur sa proie, histoire de l'achever avant même que le vampire n'ait conscience de ce qui lui tombait dessus. Ou du moins, c'était là la traque idéale... et extrêmement rare, étant donné les dons vampiriques qui exacerbaient les sens de leur propriétaire. Toutefois, la dame ne tire pas ce damné carreau immédiatement et Saitô sait que ce doute est la seule chance qu'il a de s'en sortir. Heureusement, il ne jouerait qu'avec la vérité, dans le cas présent, ce qui réduisait les risques de malheur... Toutefois, l'homme ne lève pas les bras au ciel et ne se met pas sur la défensive. Il était toujours en colère et les manières de cette chasseuse n'aidaient en rien, forcément.

« Vous vous adressez toujours aux étrangers, qui plus est, plus âgés que vous, sur ce ton, mademoiselle ? », demande l'homme, la voix froide comme un iceberg. « C'est plutôt impoli et téméraire, si vous voulez mon avis... »

Montrant d'un signe de tête l'arbalète, il continue brièvement.

« Et faite attention avec ce genre de jouet. Vous pourriez blesser quelqu'un et pleurer un bon coup parce qu'il ne disparaît pas en poussière comme vous l'aviez espéré... », commente-t-il brièvement, histoire de lui faire comprendre qu'elle ne s'attaquait pas à la bonne personne. Quoiqu'il n'était pas très clair... « Je ne suis pas ce que vous traquez. De toute façon, il faut être aveugle ou idiot pour ne pas voir que je ne suis pas costumé. »

Ce disant, il montre d'un signe de la main ses vêtements, de pied en cap. Habituellement, lorsqu'il travaillait, Saitô portait de très jolis complets faits sur mesure pour sa longue silhouette, inhabituelle chez les Japonais, tout comme ces cheveux frisés. Mais ce soir, il aurait été bête de porter un tel accoutrement dans cet endroit. De fait, il avait tout simplement passé un jeans, un débardeur noir avec une veste foncée par-dessus pour se garder au chaud et des souliers souples tout aussi noirs pour faire le moins de bruit possible.

« Je ne manque pas autant de style, habituellement. », assure Saitô alors que pourtant, il n'avait pas l'air d'un sac de pommes de terre non plus ! « Excusez mon accoutrement, mais je n'ai guère envie de me promener en complet dans ce endroit peu avenant. »

Et puis finalement... eh bien, il bouge. Pas vers la jeune femme, par contre, parce qu'il n'était pas bête non plus. C'était le meilleur moyen d'avoir un carreau planté dans l'épaule et franchement, il avait quitté les premiers soins il n'y a pas très longtemps de ça à cause d'un vampire du Conseil. Il n'avait pas envie d'y aller à nouveau à cause d'une chasseuse un peu trop zélée...Il était peut-être difficile à effrayer, mais pas débile non plus. De fait, il fini juste par s'appuyer contre le tronc d'un arbre, bras croisés sur son torse, à observer avec intérêt la jeune femme.

« Inoue Saitô. Baissez cette arme avant que je finisse réellement enragé, s'il-vous-plaît. », demande-t-il, sa voix claquant brièvement comme un fouet dans l'atmosphère trop lourde de la forêt. « Je ne suis pas dans mes meilleures dispositions et même si je ne sais pas encore comment gagner un combat contre vous, je suis certain que dans cette humeur, je saurai trouver sans problème. »

Parce que bon... il n'était pas Rocky lui, hein...


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô   Jeu 2 Aoû - 22:09


A son grand étonnement, l'homme n'eût ni expression effrayée au visage ni des velléités de s'enfuir en la voyant sortir des bois, une arme pointée en sa direction. Il ne semblait à la limite même pas étonnée de la voir ici, de plus en plus curieux...Et quand il adressa la parole, ce fût pour souligner son impolitesse à Lin Yao. Il se fichait de qui au juste ? Dans une forêt qu'elle savait infestée de vampires cette nuit, comment aurait-elle pu faire des courbettes à un inconnu, un inconnu semblant aussi sombre et amer de surcroît ? Elle ne rétorqua rien pour autant, le laissant continuer. Il venait de dire qu'il "n'était pas ce qu'elle traquait", en somme s'il n'était pas un vampire, seule solution restante, c'était un chasseur, car il connaissait leur existence...Et cet air bourru et sarcastique lui rappelait vaguement quelqu'un sur la base de données...Mais ce ne pouvait pas être lui, son langage était encore trop soigné pour qu'il s'agisse du chasseur à qui elle pensait. Il n'était pas costumé, et alors ? La réception des vampires était un bal costumé ? Si c'était le cas, elle n'était pas au courant mais il était clair que ce genre de détails aurait pu avoir son importance. Peut-être Yu Hee l'ignorait-elle aussi ou avait oublié de le mentionner.

Bref. Après avoir fait un tour sur lui-même pour prouver ses dires, l'inconnu ajouta avec une pointe d'ironie qu'il était habituellement plus présentable mais que ce lieu ne convenait guère aux toilettes élaborées. Lin Yao accusait le coup d'avoir une fois encore rencontré quelqu'un de son milieu par hasard, alors qu'elle s'attendait vraiment à devoir se battre contre un hématophage. Bien sûr, mieux valait tomber sur le premier type de personne mais...Ayant quelque peu abaissée son arme, l'archère la redressa en voyant son interlocuteur bouger pour aller se poser nonchalamment contre un arbre. Il fallait qu'elle cesse ce petit jeu, car s'il disait vrai, ça voulait dire qu'elle menaçait un collègue et ça ne serait pas bon pour sa réputation en terre nippone. D'ailleurs, après s'être présenté, sous un nom qu'elle ne connaissait pas et n'avait jamais vu sur Requiem, il l'encouragea plutôt sévèrement dans cette voie arguant ensuite qu'il n'était pas d'humeur et saurait ainsi lui faire entendre raison si elle ne cessait pas...
Bon. Il n'avait pas le comportement d'un hématophage typique et ne prenait pas la fuite donc si contre toute attente, c'était un vampire, il ne manquait pas de sang froid ni de culot. Après, il n'avait pas semblé joué la comédie à sa manière de parler en effet, sans nécessairement aller à un bal costumé, Lin Yao aurait imaginé un vampire mieux sapé pour l'occasion. Aussi abaissa t'elle finalement son arme, restant tout de même à sa place.


-Si vous êtes réellement ce que vous prétendez, vous excuserez mon comportement. Admettez que trouver des visiteurs dans cette forêt à une heure pareille autres que des vampires est plutôt rare.

Même si elle avait apporté son aide à deux apprenties journalistes un peu plus tôt, les faits étaient là. Mais elle admettait que la gente vampirique se faisait plutôt calme pour l'instant étant donné qu'elle n'avait encore croisé la route d'aucun hématophage, peut-être était-il encore trop tôt ?

-J'ignorais que le bal était costumé, je suis nouvellement en exercice au Japon et quelques informations m'ont sûrement fait défaut.

Lin Yao hésitait à dire qui elle était et après avoir fait un pas en direction de l'inconnu, elle ajouta, quelque peu suspicieuse.

-Vous n'êtes pas inscrit sur la base de données des chasseurs et n'êtes pas vampire pour autant. Dans ce cas, qui êtes-vous pour connaître ce monde, Inoue-san ?

Sa voix était un poil autoritaire mais elle s'efforçait de se montrer polie. Cependant, elle n'aurait un soupçon confiance en cet individu qu'une fois qu'il aurait répondu à sa question car pour l'instant, tout cela semblait bien louche.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô   Mar 7 Aoû - 3:01


L'arbalète est abaissée, Dieu merci. Ce n'était assurément pas le moment d'avoir un « petit » accident du genre. Surtout que lorsqu'elle constaterait qu'il n'était en effet pas un vampire, la dame risquait de se payer un deux minutes de petite crise en règle. De fait, il salut ce geste d'un signe de tête, sans ajouter mot au départ. Il se contentait de savourer ce petit moment un peu plus calme au milieu d'une forêt qui l'était beaucoup moins qu'elle ne semblait l'être. Il avait peut-être l'air très zen et dans le fond, il l'était. Mais malgré tout, il n'était qu'un homme et à la pensée d'avoir un carreau fiché en plein coeur, il défaillait un peu, excusez-le du peu ! La jeune chasseuse reprend la parole, attirant un petit « hm » dubitatif sur les lèvres de l'informateur alors qu'elle lui assure qu'il était étonnant de croiser quelqu'un en plein milieu de cette forêt et, qui plus est, à cette heure. Pour être sincère, il fallait avouer qu'en temps normal, elle aurait eu raison. Mais... présentement, c'était difficile à expliquer, mais il lui semblait qu'il y avait plus d'humains que supposé dans ces bois.

Ce n'était pas un sixième sens qui avait parlé pour lui. Mais en furetant ci et là, après avoir laissé filer son gros poisson, Saitô avait tendu l'oreille et il les avait vu. D'abord, un groupe de jeunes... Puis, des chasseurs, qui auraient assurément dût l'entendre, mais qui étaient trop occupés à picoler. C'était tout bonnement ridicule... mais lui, il avait passé son chemin. Il n'était pas là pour venir à la rescousse de la veuve et de l'orphelin. Surtout pas lorsque celle-ci était armée jusqu'aux dents et cherchaient du vampire à se mettre sous la dent alors que son jugement était altéré par de l'alcool. Même si ça ne paraissait pas toujours, Saitô avait un bon instinct de survie ! Bref, ça fini par attirer un petit haussement d'épaule à l'homme, qui n'était pas nécessairement d'accord avec les paroles de la femme.

« Si vous le dites. », commence d'abord Saitô, une pointe de moquerie dans la voix. Il fallait l'excuser, mais la rage de cette soirée ratée ou plutôt, de ces dernières semaines pourries était toujours présente, elle. « Mais, vous ne devez pas prêter attention à grand chose pour ne pas avoir croisé âme qui vive ici, moi mis à part. À moins que vous ne veniez juste d'arriver, mais permettez-moi d'en douter. »

Histoire que la chasseuse ne croit pas qu'il la suivait depuis un petit moment ou Dieu seul savait quoi encore, Saitô rouvre la bouche.

« Le bas de vos pantalons est déjà couverts d'humidité. », mentionne seulement l'homme, sans quitter la Chinoise des yeux. « Vos cheveux en ont aussi subis les affres, sans vouloir vous vexer et il serait de toute façon fort particuliers qu'une chasseuse avisée arrive si tard, ratant ainsi la majorité des vampires se rendant au temple. Simple bon sens... »

Puis, un aveu d'ignorance lui est fait et Saitô en gronde un peu. Lui-même n'aurait jamais osé dire tout haut et de façon si simpliste qu'il ne savait as quelque chose, mais leur relation avec l'information du monde vampirique n'était assurément pas la même. Ça ne l'étonnait pas, néanmoins, que la Chinoise lui dise n'être ici que depuis peu. Par contre, qu'elle affirme ne pas savoir qu'il y avait un bal costumé le surprend déjà un peu plus. Et ce n'est pas Saitô qui se gênera pour le lui faire remarquer...

« Par simple déduction, vous auriez pu y songer un minimum. », commence l'homme, légèrement excédé. « Et je suis certain que nombre de vos collègues sont au courant. Mais, c'est le désavantage de ne pas faire parti de Tenkyû, je suppose. »

Il se décolle de l'arbre contre lequel il s'était appuyé un peu plus tôt, sentant le fort taux d'humidité de la forêt remonter lentement le long de son échine, ce qui était fort désagréable. Il en frissonne même brièvement, une petite grimace ne se faisant pas attendre. De nouvelles questions fusent et Saitô lève les yeux au ciel tout en faisant un pas vers la chasseuse.

« Vous ne m'avez même pas donnez votre nom et vous continuez de jouer la policière, miss ? », demande l'informateur, d'un ton sec. « Il me semble que vous vous en permettez beaucoup. Néanmoins, puisque je connais un minimum la politesse, je suis dans l'obligeance de vous répondre. »

Sur ces paroles, il s'incline poliment devant la jeune femme.

« Je suis informateur. », déclare-t-il tout simplement, tout en redressant sa longue silhouette svelte. « Je me tapis ici et là, dans l'ombre. Mes pas sont souvent presque silencieux, même pour les vampires et je passe pratiquement toujours inaperçu aux yeux et aux oreilles des chasseurs. Ne me demandez néanmoins pas de prendre les armes ; je ne saurais même pas tenir votre arbalète dans le bon sens. »

Oui, une petite note d'humour. Parce que ça ne faisait de mal à personne, malgré tout... Et Saitô allait bientôt retrouver son calme, si seulement les événements l'y aidaient. Et présentement, la méfiance de la Chinoise n'était pas vraiment encourageante... Mais peu importe. Pour ce soir, de toute façon, il lui restait juste à sortir de ce trou...

« Et vous ? Dans quel but êtes vous venue ici ? Tuer quelques membres important du Conseil ? Vous devriez faire davantage attention aux conséquences politiques de vos actions. », met en garde Saitô. Il connaissait très bien le genre de résultat qu'on pouvait obtenir en tuant un vampire important et ce n'était jamais positif pour le monde des humains. « Vous me semblez néanmoins moins idiote que la majorité de vos copains de chasse indépendants. Y a-t-il une prise de conscience intéressante sous cette attiude ? »

Ne sait-on jamais...


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô   Ven 17 Aoû - 1:57


Lin Yao considérait sa méfiance comme légitime vis-à-vis de cet individu, aussi elle ne se trouvait en rien impolie. En revanche, lui, il en tenait une bonne couche sous sa prose empreinte de cynisme. Il continuait ouvertement à se payer sa tête et surtout à la prendre pour une parfaite imbécile, chose que Lin Yao ne supportait plus. Elle avait déjà essuyé remarques et reproches de la part de ses frères d'armes chinois, se faisait charrier sur Requiem à qui mieux mieux et maintenant elle rencontrait ce type. A croire que tous les asiatiques avaient une nette propension à la misogynie, à moins qu'il ne soit pas question d'ethnie mais que ce soit elle qui ait un problème...C'était sûrement ça, à paraître trop sûre d'elle et à ne pas se laisser marcher dessus, beaucoup ne devaient pas apprécier de s'y casser les dents et le lui faisait payer. Dans le milieu sportif, les athlètes féminines devaient avoir le même problème, toute réflexion faite, et on aurait même pu considérer la chasse aux vampires comme un sport. Le fait qu'une fille puisse en faire autant voire mieux que ces messieurs devait porter un coup critique à leur virilité. Pauvre d'eux...

Quoi qu'il en était, Lin Yao arrivait maintenant à un stade où sa patience avait certaines limites. Elle avait accepté sans broncher de se faire rabrouer durant tout son enseignement, avait pris avec tact les attaques de certains chasseurs sur la base de données jusqu'à maintenant mais là, c'en était trop. S'ils voulaient la trouver, ils l'auraient. Cet homme était peut-être énervé mais ce n'était pas une raison pour déverser son fiel sur elle et la traiter comme une gamine ignorante, car pour le coup, elle aussi allait avoir une montée d'adrénaline. Il l'avait déjà traitée d’inattentive avant de faire montre de son incroyable sens de l'observation. Ensuite, monsieur avait sous-entendu que c'était une cruche, qu'elle aurait pu deviné sans mal que le bal serait costumé...Et voilà on continue...Lin Yao l'écoutait pour l'instant sans broncher mais son regard se durcissait de seconde en seconde en même temps que sa poigne sur son arbalète. Elle aurait peut-être dû tiré tous comptes faits...Ca l'aurait au moins fait se taire. Voilà à présent qu'il lui resservait qu'elle était impolie doublée d'être insolente...A quel siècle vivait-il au juste ?! Lin Yao en avait légèrement entrouvert les lèvres, surprise et furieuse. Elle croisa finalement les bras en soupirant lentement mais fortement, tâchant de se calmer...Qu'il abrège...Au prochain reproche, elle serait vraiment tentée de lui tirer dans les bijoux de famille. Là, ça lui ferait une excellente raison de la trouver impolie.

D'après lui, c'était un informateur et après l'avoir assommée d'une description presque lyrique de sa profession, il avoua que c'était une quiche dans le maniement de armes. Bon point, ça. Mais il ne s'arrête pas en chemin, ce serait indigne de lui voyons...Voilà à présent qu'il se permet des suppositions sur la raison de sa présence ici et l'accuse avant même de lui intenter un procès ! Quoi...? Moins bête que ses confrères ? Une prise de conscience ? Il pensait vraiment qu'elle était simplement venu faire joujou et se targuer d'avoir tuer un plus grand vampire que le copain ??? Ce type tenait-il vraiment à la vie ??? N'y tenant plus, Lin Yao ferma les yeux un instant histoire de se reprendre et eût un sourire crispé avant de lancer en levant une main.


-Temps mort.

Elle replia son arbalète en quelques secondes avant de la rattacher à sa ceinture et posa les mains sur ses hanches, habitude qu'elle avait lorsqu'elle était énervée et avait un flot de venin à faire sortir. Peut-être aussi une précaution, histoire de ne pas avoir envie de se servir de ses mains. Et pourtant, dieu savait qu'il méritait des claques ce Saitô.

-Alors, premièrement, bien que je ne remette pas en cause vos talents d'informateur, je trouve que vous vous avancez un peu trop pour me juger de la sorte. Dans ce cas, on pourrait se demander qui est le plus impoli de nous deux, n'est-ce pas ? A ce que je sache, je ne vous ai pas lancé à la figure que votre attitude était très irresponsable, que quelqu'un semblant aussi professionnel que vous se ballade ici alors qu'il n'a aucun moyen de se défendre face à un vampire, que cela fasse de vous un imprudent dont la témérité pourrait presque vous faire passer pour un idiot...et j'en passe.

Petite pause glaciale avant qu'elle ne reprenne.

-Deuxièmement, je ne suis pas ici depuis un mois donc sans me chercher d'excuses, il est normal que certaines choses m'échappent surtout qu'une partie de mes collègues nippons tous aussi aimables que vous sont loin de faciliter mon adaptation. Si je suis aussi ignorante que vous le prétendez, j'attends justement qu'on me mette au parfum, je n'ai de cesse de le demander et contrairement à certains, je ne prétends pas être la science infuse.

Regard insistant auprès de l'informateur et Lin Yao de continuer.

-Malgré ça, je reste en effet quelqu'un capable de mettre ses neurones à contribution et je ne chasse pas par goût du risque. Avant de venir ici, je me suis informée sur les vampires de ce pays, j'ai demandé conseil, je ne suis pas là pour la gloire ni pour assouvir une vengeance puérile si c'est ce que vous croyez. Je suis simplement venue prêter mains fortes car je sais les chasseurs tokyoïtes débordés. Après, si comme j'en ai l'impression présentement, je gêne plus qu'autre chose, je pourrais retourner en Chine sans délais. C'est loin d'être un problème.

Ayant pu déverser tout ce qu'elle mourrait d'envie de dire à cet empaffé, l'archère, calmée, recroisa calmement les bras.

-Ceci étant dit, je suis Zeng Lin Yao. N'attendez cependant pas un "Enchantée de vous connaître" qui serait tout sauf sincère.

Sa voix était de nouveau très calme et soutenue mais son regard lui, brillait toujours d'une flammèche de colère. Cela faisait longtemps qu'on ne l'avait pas cherchée de vive voix mais nul doute que si d'aventure, elle rencontrait en chair et en os ce cher Moriyama (comment oublier ce nom...?), il ferait l'épreuve d'un discours encore bien plus salé. Lin Yao avait beau n'avoir passé qu'un mois au Japon, tout ce qu'elle avait vécu ces dernières semaines l'avait encouragée à penser qu'il ne faudrait pas qu'elle s'endorme sur ses lauriers et que si elle voulait rester ici et se faire une place, il faudrait faire le forcing. De manière raisonnée mais ne pas se laisser dépasser, la diplomatie à sens unique, ça allait bien 5 minutes. Désormais, celui qui souhaiterait l'aider serait le bienvenu, celui qui la rabaisserait sans raisons aurait droit à un rapide retour à l'envoyeur. Elle avait beau conserver une bonne dose d'humilité, elle n'était pas non plus n'importe quel petit chasseur de province et elle aurait vraiment apprécié que sans la louer pour ses exploits, on ait assez de respect pour ne pas la considérer comme une débutante. Mais bon, de ce côté-là, les japonais avaient l'air encore plus réfractaires que les chevaliers. A moins que là encore, Lin Yao ne soit jusqu'ici tombée que sur des abrutis mais elle allait finir par se faire une raison...Ironie du sort, seul Makoto avait semblé fréquentable et au moins avait reconnu sa valeur car il l'avait crainte. Comme quoi, un vampire pouvait parfois être de meilleure compagnie qu'un humain..




Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô   Sam 18 Aoû - 23:57


Ça y est... La Chinoise explose. Saitô ne l'avait pas nécessairement vu venir, mais il n'était pas surpris non plus. Loin c'en faut, en fait... Parce qu'on n'est jamais à l'abri de ce type de réaction quand on se défoule sur la première venue. En même temps, elle l'avait un peu cherché à le menacer de la sorte, puis à oublier les règles élémentaires de politesse. Ce soir, Saitô avait la mèche courte, même s'il n'en laissait rien paraître. Ce n'était pas de sa faute si son genre de colère n'était pas de celles explosives... un peu comme cette femme, qui lui crachait son venin au visage, soudainement. Enfin... « soudainement ». Dans son état, Saitô abusait un peu des mots, n'est-ce pas ? Il l'avait vu monter en pression. Ça n'avait rien d'un des petits tours de magie dont il était capable. Ses beaux yeux allongés contre les tempes étaient devenus de plus en plus durs et elle s'était crispée. D'ailleurs, il avait un peu craint un moment à cause de cette arbalète dont elle savait sûrement trop bien se servir...

Mais pas assez effrayé pour ravaler ses paroles amères, pas vrai ? Saitô était un personnage bien étrange et parfois, on pouvait même se demander s'il tenait réellement à la vie. La réponse était « peu importe ». Il ne tenait pas à mourir non plus et était très, très loin d'être dépressif. Mais, l'informateur savait qu'il faisait un métier dangereux et il en connaissait pleinement les risques. Toutefois, l'arbalète est habilement accrochée à la taille de la femme juste avant que celle-ci n'explose pour de bon, déversant sur lui non pas uniquement ce qu'il méritait, mais aussi ce que plusieurs de ses confrères japonais auraient dût eux-même avoir, probablement. Il écoute néanmoins sans piper mot et sans se départir de son air profondément neutre, mains croisées contre son bas ventre, son regard tout en courbes posé sur la Chinoise.

Il la laisse parler... jusqu'à ce qu'elle prenne une pause qui semble définitive. Du moins, définitive jusqu'à ce qu'il en rajouter, quoi... Mais, Saitô était habitué, bien qu'habituellement, il ne taquina que peu de gens. Soit... Fubuki, en fait. Un petit soupir franchit le seuil de ses lèvres rondes à la pensée du jeune serveur, mais il ne développe pas, se réintéressant immédiatement à miss Zeng, puisque c'était là son nom.

« Bien. Alors en ordre, si vous me le permettez, miss Zeng... », commence doucement Saitô, le ton toujours froid, mais plus tout aussi agressif. « Les armes et les gros bras ne sont effectivement pas de mon ressort. Pour autant, je vous trouve un peu prompte au jugement à votre tour. Il y a d'autres moyens de se défendre. Des moyens qui vous échappent peut-être, mais qui sont bel et bien efficaces et qui m'ont gardé en vie jusqu'à présent. Je tiens à garder mon âge secret, mais sachez que pour un informateur qui passe ses soirées à côtoyer des vampires, j'en ai atteint un plus que respectable. »

Il incline doucement la tête vers Lin Yao, dans un genre de « sauf votre respect » typiquement nippon. Elle n'allait pas non plus lui apprendre son métier. Que pensait-il ? Qu'il avait réussi à survivre aussi longtemps sans savoir comment se défendre ? À sa manière, certes, qui n'incluait guère le port d'une arme quelconque, mais les chasseurs étaient ainsi faits qu'ils ne pensaient qu'avec leurs muscles lorsque venait le temps de parler « survie ». Heureusement, la vie n'était pas ainsi faite et bien qu'il faille sans nul doute être particulièrement vif d'esprit pour utiliser des mots comme arme, Saitô semblait heureusement pourvu d'assez d'intelligence pour ce faire.

« Vous semblez avoir des problèmes avec les Japonais, miss Zeng. », ajoute ensuite Saitô, de plus en plus neutre. Peut-être que finalement, cette conversation lui permettait de retrouver le calme qui l'habitait habituellement... « Ou plutôt, avec les chasseurs japonais. Peut-être devriez-vous faire vos preuves une bonne fois pour toute. Et plus vous avez d'informations, plus vite vous aurez l'opportunité de vous montrer à votre meilleur... »

Et c'est exactement là que lui intervenait. Toutefois, il ne le faisait pas gratuitement et doutait un peu que Lin Yao puisse se payer ses services, qui étaient loin d'être donnés. De fait, il n'insiste pas. Disons que c'était seulement pour marquer le fait qu'il avait tout autant son utilité pour les vampires que pour les chasseurs. Il n'avait pas de parti, ce qui était absolument bénéfique pour lui.

« Je me suis peut-être mal comporté avec vous, c'est vrai. », convient finalement Saitô, tout en inclinant une nouvelle fois la tête, brièvement. « Cependant, si vous voulez vous faire des amis au Japon, mademoiselle, commencez par vous présenter dès qu'une nouvelle rencontre vient à vous. Vampires mis à part, je suppose... Dans votre cas, du moins. »

L'homme prend une petite pause, observant cette femme sûrement bien plus en force qu'elle ne le laissait paraître pendant un court moment. Il reprend la parole d'un timbre finalement calme.

« Si vous parliez de mes « collègues nippons » en nous associant seulement du fait que nous sommes des hommes plutôt qu'en contact avec le monde de la nuit, sachez que je ne suis pas raciste. », ajoute Saitô. Il ne savait trop si c'était là qu'elle voulait en venir, mais ça aussi, ça méritait d'être éclaircit. « Ni misogyne. »

Et parce qu'il n'était absolument du genre à nourrir un quelconque ressentiment, pour sa part, bien qu'il n'oublie point, Saitô ajoute :

« Enchanté de faire votre connaissance, miss Zeng. Tous les Japonais ne sont pas des rustres. J'ai eu une très, très mauvaise semaine et je suppose ce que soir, ce fut la goutte qui a fait déborder le vase. D'ailleurs... vous chassez gros ? », demande soudainement Saitô. Une petite lueur d'intérêt brille brièvement dans son regard à cette question. « Avez-vous entendu parler d'un conseiller nommé Naraku Hebichi, par hasard ? »

Parce qu'un bon informateur surveillait ses arrières... et pour cause, il pouvait lui-même commanditer un meurtre vampirique...


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô   Sam 25 Aoû - 18:12


Ne lâchant pas l'informateur de ses yeux semblant d'un noir profond et impénétrable, Lin Yao attendait sa réaction face à ses dires...Et à son grand étonnement, plutôt que de surenchérir, il joua la carte du dialogue et se permit de l'appeler "Miss Zeng"...Qu'est-ce qu'il ne fallait pas entendre...L'archère en avait simplement abaissé les paupières avant d'écouter la suite de son propos. Bon très bien, elle reconnaissait qu'elle y était aussi peut-être allée un peu vite en matière de jugement mais l'énervement avait parlé pour elle. Elle imaginait bien que cet homme malgré qu'il n'ait aucune connaissance des armes soit assez habile pour se prémunir en cas d'attaque...Après comme de son côté, elle ne connaissait que la manière forte et qu'on ne lui avait pas appris à parlementer avec l'ennemi...Cependant, même si elle avait pu, entrer en contact avec des hématophages sans aucune arme sur elle l'aurait laissée on ne pouvait plus sceptique. Certains assez âgés pouvaient vous broyer les os d'une simple étreinte, Inoue ne craignait-il pas de se faire tuer avant même d'avoir pu avancer des arguments ? Et quel vampire serait assez idiot pour laisser un informateur du côté des chasseurs, en vie ? A moins que...

Lin Yao fronça des sourcils un instant, peut-être ce type n'appartenait-il pas à la même sphère que Yu Hee. Côtoyer des vampires pour essayer de les raisonner, soit mais...cet homme était un informateur et s'il se procurait des tuyaux à la source-même, nul doute qu'un grand nombre de vampires auraient déjà cherché à le tuer, à moins que ces derniers complotent entre eux et aient la bassesse de faire appel à des chasseurs pour éliminer leur prochain...Non, tout ça ne tournait pas rond...A force de réflexion, le visage de l'archère s'était à nouveau un peu endurci mais elle releva la tête comme sortie d'une torpeur quand il souligna qu'elle semblait avoir un problème avec ses homologues japonais. Sans blagues ? Quelle perspicacité...Proposait-il de lui donner un coup de mains ou...? De toutes façons, même si ça avait été le cas, elle n'aurait pas accepté, il gravitait beaucoup trop de mystères autour de ce type et elle n'était même pas certaine de son allégeance. Il en alla à nouveau de ses conseils, comme s'il allait lui apprendre à bien se tenir en société et le "dans votre cas" la fit tilter. Okay, définitivement, Inoue semblait trop "proche" des hématophages pour ne pas leur donner un coup de main quand l'occasion se présentait...

Il n'était ni raciste, ni misogyne, à la bonne heure...S'il aidait les vampires dans le dos des chasseurs et vice versa, ça faisait de lui un homme encore plus abject. Une mauvaise semaine hein ? La sienne aussi n'avait été reluisante et voilà à présent qu'il se mettait à parler chasse...Synthèse express dans l'esprit de Lin Yao, ce n'était pas le moment de gaffer une nouvelle fois, si elle avait fait confiance à Yu Hee, elle n'était vraiment pas chaude à l'idée de confier quoi que ce fût à ce type, elle en venait même à regretter de lui avoir révéler sa véritable identité. Il faudrait stopper les dégâts ici, aucune mention de sa famille. Cependant, malgré son statut pour le moins ambigu, cet homme était toujours sur ses deux jambes et d'après lui, il bossait depuis un certain temps. Ce qui signifiait que ni les vampires, ni les chasseurs n'avaient juger bon de le supprimer. Il devait détenir des informations clés pour les deux partis, et bizarrement, elle n'avait vu aucun Warning le concernant sur Requiem...Néanmoins, elle s'en méfierait, ce genre de profession complaisante à grand renfort de fourberie lui aurait presque donner envie de vomir, aussi gardant une expression dure, elle répondit.


-J'ai sûrement lu ce nom. Vous sous-entendez que c'est un vampire important donc ça ne fait aucun doute. Après, je ne fais pas dans la "chasse au gros" sauf quand on me convie à une battue ou qu'on m'en confie la charge. En l’occurrence, je suis uniquement ici pour me faire la main et m'entraîner ce soir. Je ne traque personne en particulier.

Après avoir baissé un instant les yeux, elle reprit.

-Ôtez-moi d'un doute s'il vous plaît. De quel côté êtes-vous au juste ? Car autant vous dire que ceux qui se proclament neutre uniquement pour se préserver en toutes circonstances et faire au plus offrant ont tendance à me rendre allergique.

Elle croisa à nouveau les bras, fermement.

-Même si vos intentions étaient réellement amicales envers moi, comment me persuader qu'elles ne sont pas intéressées et que vous ne balancerez pas au premier hématophage que vous croiserez tout ce que vous savez sur moi ?

D'un lent mouvement, elle hocha négativement de la tête.

-Et en plus, vous avez le culot de sous-entendre que je pourrais vous aider. Si vous avez des informations à quémander auprès des chasseurs, il faudra vous tourner vers quelqu'un d'autre.

Amenant ses mains à sa queue de cheval, Lin Yao la resserra sèchement.

-Si je peux me permettre un conseil, vous feriez mieux de choisir votre camp. Avant que les précieux renseignements que vous détenez ne vous sauvent plus la mise. Ca ne durera pas éternellement.

La loyauté ayant toujours été une valeur sûre chez Lin Yao, elle ne pouvait pas concevoir qu'on serve des causes aussi opposées. Elle avait peut-être été récemment mise au fait que les vampires pouvaient dialoguer et n'étaient pas de simples animaux nocturnes et sournois, il n'empêchait qu'ils restaient une menace évidente pour les humains. Et jusqu'à preuve du contraire, Inoue en était un, alors comment pouvait-il faire ça ? Sûrement en échange de certains privilèges ou parce qu'il avait été déçu dans sa vie, peu importait à la vérité...Lin Yao aussi n'avait pas eu une vie facile, pour autant, aurait-elle abandonner sa famille et ses principes si on lui avait proposé monts et merveilles ? Certainement pas. Malheureusement, tout le monde ne raisonnait pas comme ça apparemment. Elle n'avait même pas envie d'entendre les justifications de cet homme et tourna les talons, décidée à partir. Makoto avait déjà insinué un certain chaos dans ses pensées mais si Inoue y ajoutait son grain de sel, elle allait finir par perdre pieds.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô   Mar 9 Oct - 3:46


« Oh allons donc ! », s'exclame soudainement Saitô, entre ses dents, à nouveau carnassier dans son ton et d'une froideur agacée dans ses gestes. « Me prenez-vous pour un enfant ayant tout juste quitté les bancs de l'école, miss Zeng ?! »

À entendre parler la Chinoise, C'était exactement le cas. Et pourtant, Saitô n'était pas idiot. Il avait plusieurs longues années de métier dans le corps et savait très bien à quels risques il se frottaient à tous les jours. Sa vie n'était pas rose, mais pas sombre non plus seulement parce que c'est lui qui l'avait choisit et qu'il faisait de son mieux pour ne jamais regretter le moindre de ses choix. On n'avance pas à coup de regrets... C'est le meilleur moyen de finir perdant au grand jeu de la vie. Non, elle ne pouvait pas se permettre de lui donner de conseils sur un métier qu'elle ne connaissait encore que peu, vraisemblablement. Et elle ne pouvait certainement pas lui donner de conseil sur le « camp » qu'il devait ou non rejoindre. C'était une décision très, très personnelles et Saitô n'avait jamais accepté que qui que ce soit mette à ce point son nez dans ses affaires.

La conversation aurait presque pu être bon enfant, si ce n'était des mauvaises dispositions des deux partis, malheureusement. Car, nul doute que cette femme avait des ressources qui pouvaient plaire à Saitô, vivement même. Elle semblait bien connaître son métier et loin de lui l'idée de la rabaisser, au contraire. Toutefois, elle se mêlait de ce qui ne la regardait pas et dépassait une certaine limite que ce soir, Saitô n'avait pas la patience d'endurer avec le sourire.

« Vous devriez vous-même suivre quelques uns de vos bons conseils avant d'en prodiguer, j'en suis convaincu. », assure le grand homme tout en redressant le menton en un geste fier. « De plus, vous vous adressez à moi comme si vous n'aviez pas écouté ce que je vous ai dis. Je sais comment garder la vie. Et je suis déjà prêt à devoir la céder à quelqu'un, chasseur ou vampire. Pas sans me battre, il va sans dire... Vous n'avez peut-être pas mon âge en main, mais vous voyez sur mon visage que je ne suis plus un tout jeune adulte. Comprenez bien que ce monde, je le connais sur le bout des doigts... Il a cessé de me surprendre depuis longtemps et même ma propre mort ne risque pas de provoquer une quelconque surprise chez moi. Car à ça aussi, je m'y attend. »

La dame tourne les talons, en ayant visiblement autant marre que lui-même de cette conversation, ce qui attire un petit sourire méprisant sur les lèvres de Saitô, qui l'observe s'éloigner sans dire un mot de plus. Nul doute que cette rencontre aura été intéressante... et que le nom de Zeng Lin Yao allait être inscrit dans ses archives personnelles, mais pas de là à la contacter pour un travail, non. Elle avait le dos droit, la petite Chinoise et nul doute que ses valeurs, profondément ancrées en elle, auraient rapidement raison de sa raison. Ou pas... ? Le conflit entre les valeurs et la raison avait toujours été le plus intéressant de tous, car il se passait en solo. Un combat contre soi-même que certains ne parvenaient pourtant pas à gagner. Zeng ferait-elle parti des heureuses perdantes alors qu'elle misait pourtant sur les deux seuls poulains de la course ?

Saitô prend une petite inspiration, histoire de se calmer un peu avant de tourner les talons à son tour. Immobile, il se laisse détendre un moment par les bruits maintenant presque familiers de la forêt. Jusqu'à ce que derrière lui, un bruissement se fasse entendre. Un jeune loup sort des buissons, accompagné par son père vampirique. Saitô le salut d'un signe de tête respectueux avant de montrer la direction par laquelle Zeng avait filé.

« Une chasseuse Chinoise. Ne surveillez-vous pas les allées et venues des Chinois, très cher ? », demande Saitô, la voix doucereuse, alors que l'autre lui répond par un petit grognement méprisant. « Vous ne devriez peut-être pas traîner votre progéniture jusque dans les jupes de cette dame. Elle se fera un plaisir de vous retirer cette épine du pied et m'est d'avis qu'elle a les capacités pour qu'on ne doute pas d'elle. »

Et sur ce, Saitô tourne pour de bon les talons, sous le regard peu amène du vampire qu'il avait laissé en plan.


Hors Jeu:
 


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô   




Revenir en haut Aller en bas
 

Erreur sur la personne feat. Inoue Saitô

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shizuoka :: Le Mont Fuji :: Forêt de Aokigahara-