C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 "Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: "Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."   Sam 28 Juil - 18:03


Le 31 octobre 2011 - 23 h 12
Bal vampirique - Shizuoka

La soirée fatidique. Hebichi avait beau ne pas se stresser plus que de raison, il avait du mal à conserver une paix intérieure exemplaire. Et pour cause, cela faisait une nuit seulement qu'il avait sauvé Kanesuke et Shiro du scandale. Dès le lendemain, on pouvait voir un article conséquent dans le Tokyo Shimbun concernant une drogue d'un nouveau genre très nocive et le propriétaire du Hanami Bar était le principal suspect quant à sa distribution. Surveillé de près par la police, son établissement allait vraisemblablement être fermé. Aucune mention d'un homme étrange tout vêtu de noir ou d'un cannibale. Comme Hebichi l'avait prévu, pas un témoin n'avait les idées claires ou une quelconque preuve qui permettrait de remonter jusqu'à eux et Shiro avait apparemment fait disparaître le corps de la victime comme il se devait. Cela n'empêchait pas pour autant le fondateur de se faire des cheveux blancs, appréhendant de croiser à nouveau le regard de son collègue qu'il avait insulté et frappé l'avant-veille. La flamme de discorde qui les animait tous deux était loin d'être complètement éteinte mais il faudrait absolument ne rien en montrer. Sinon les autres conseillers se feraient un malin plaisir de vouloir découvrir ce qui avait pu les mettre en froid, déjà qu'ils n'étaient pas les moins surveillés...

Bref, il allait falloir faire une jolie performance théâtrale et Hebichi en avait touché mot à Kanesuke, tenant à ce qu'il se montre irréprochable lors de cette réception. Car au moindre faux pas, les reproches iraient bon train. Alors que si le mannequin se conduisait de manière exemplaire, tout réussirait à son père adoptif, Hebichi avait bien insisté et malgré le peu de temps qu'il avait eu pour expliquer tous les tenants et aboutissants à Kanesuke, ce dernier semblait avoir retenu la leçon. Elle impliquait aussi de rester le plus possible à l'écart de Shiro pour éviter d'attiser des braises endormies. Le mannequin avait en fait pour consigne de rester près du fondateur quoiqu'il arrive et de se montrer obéissant en toutes circonstances. Ceci étant dit, tout devrait se passer sans heurts. Sadaharu les avait accompagné à Shizuoka la veille, lui aussi assistant au bal et Hebichi n'avait eu aucune directive à lui donner si ce n'était celle de se tenir éloigné de ce serpent de Sensui. Rien qu'à l'idée de revoir ce triste sire, Hebichi aurait pu vomir mais là encore, il faudrait qu'il fasse profil bas.
Après ce qu'il s'était passé avec Shiro et qui représentait un problème d'envergure, Hebichi avait pensé bon ne pas faire de coup d'éclat à l'encontre de Kuromiya comme il l'avait prévu au départ, suite à sa filature. Lors de ce bal et même si sa superbe en pâtirait, il faudrait se faire discret sans pour autant se transformer en potiche sinon certains ne tarderaient pas à penser que le fondateur fomente quelque chose ou fait des cachotteries.

En outre, Kanesuke avait pu prendre le temps d'apprivoiser l'immense demeure traditionnelle que son père adoptif avait pris pour fief dans la ville-siège de son Conseil. Elle n'avait pour ainsi dire rien à voir avec l'appartement tokyoïte qui lui, respirait la modernité. Fonctionnelle et pourvue du confort qu'offrait le XXIème siècle au niveau des installations, ce mini-palais gardait le charme d'une habitation somptueuse de l'époque Edo et même si Hebichi l'avait restauré, sa construction datait bien de cette époque. Entourée d'une grande terrasse surélevée desservie par plusieurs portes coulissantes, elle donnait sur un jardin agencé méticuleusement et respectant tous les codes du parfait jardin japonais. Des arbres taillés à la brindille près comme la tradition l'exigeait, des allées de pierres, des points d'eau habités par quelques carpes koi parfois surmontés de ponts très courbes, au rouge étincelant même en pleine nuit...Le tout étant éclairé par de nombreuses lanternes qui si on les suivait menaient à un petit pavillon initialement prévu pour prendre le thé. Et le seul bruit perceptible était celui du shishi odoshi, le tintement cristallin de l'eau qu'il déversait ajouté au claquement sourd de sa paroi de bambou sur la pierre.

Rien de tel pour se ressourcer et il était très probable qu'après le bal, Hebichi reste un mois ici pour éduquer Kanesuke en toute quiétude et régler quelques affaires dans la région qu'il gouvernait. Tokyo lui apparaissait comme un nid d'indésirables et des suites des récents évènements, Kanesuke serait sûrement plus en sécurité ici. En attendant, le bal était la principale préoccupation. Hebichi avait demandé à Sadaharu d'aider son jeune frère à se vêtir tandis que lui faisait de même, avec les costumes qu'on leur avait transmis, nul doute qu'ils feraient un trio digne d'être admiré. Sadaharu portait merveilleusement bien l'habit traditionnel, Kanesuke avec son corps fin et gracieux ferait un ninja radieux, quant à Hebichi, il avait la carrure adéquate pour endosser le rôle du mage. Une heure fût largement suffisante au fils aîné pour se préparer et il annonça qu'il partait devant, connaissant comme sa poche le chemin pour se rendre au temple souterrain. Hebichi n'y avait vu aucun inconvénient, cela faisait un bail que Sadaharu ne l'accompagnait plus à cette réunion, préférant s'y rendre seul pour s'entretenir avec ses pensées...Hebichi savait pertinemment comment il fonctionnait et il avait bien assez d'expérience pour se débrouiller seul.

Après avoir ajusté le costume de Kanesuke et s'être plaint qu'on ne voyait pas son beau visage du fait du masque, père et fils se mirent finalement en route empruntant un sentier presque tout tracé qui les mènerait à l'orée d'Aokigahara. Se faisant, le fondateur tâchait de rassurer son enfant et de se rassurer lui-même, la forêt ne l'effrayait en rien, il avait surtout quelque appréhension quant au bal mais ne pas faire acte de présence aurait été impensable. Cette célébration ayant lieu dans la région qu'il avait à charge, Hebichi ne pouvait pas y couper, sous peine que ce soit extrêmement mal vu et il n'avait pas besoin de ça, surtout en ce moment. Après une petite demie heure de marche à travers les arbres décharnés, Hebichi marqua une pause pour se pencher vers le sol et déplacer une pierre plate qui ne devait pas peser moins d'une centaine de kilos. En dessous se trouvait une trappe recouverte de terre et de feuilles mortes qui elle aussi demandait une force surhumaine pour être soulevée. Ce qu'il fit après avoir intimé à son fils d'y entrer. Il referma ensuite le tout et descendit pour retrouver Kanesuke. Apportant une main réconfortante dans son dos, ils avancèrent dans un étroit couloir, aussi sombre que l'intérieur d'une mine de charbon. Après quelques mètres, le passage était éclairé par quelques torches histoire de guider correctement les invités jusqu'au temple.

Ce couloir semblait interminable et c'est seulement au bout de dix minutes supplémentaires que le couple déboucha sur une sortie menant tout droit au lieu de la fête. Des éclats de voix leur provenaient déjà ainsi qu'une musique légère mais entraînante, sûrement une énième valse viennoise. Hebichi sentait son fils se presser contre lui et chercher à se dissimuler dans les pans de sa robe de mage. Il lui glissa un encouragement avant de lâcher un léger soupir. Tous en scène. Une fois les quelques marches montées, ils furent dans la salle de réception déjà plutôt peuplée. Le premier souci du fondateur fût de repérer Sadaharu mais il ne faisait pas encore parti des convives, sûrement traînait-il...Les fois précédentes, il n'était jamais arrivé avant les alentours de minuit et ça se vérifierait sûrement encore cette nuit. Hélas, Hebichi ne tarda pas à remarquer un petit groupe qui se détachait composé de quelques conseillers du Kantô. Heureusement, ni Shiro ni Sasara n'étaient parmi eux, ils ne devaient pas être loin ceci-dit. Le fondateur était un peu trop anxieux pour se concentrer sur autre chose mais il fallait avouer que tous les costumes étaient réussis.

Juste pour la forme, il fallait qu'il aille saluer ses collègues et leur signifier qu'il était arrivé, aussi entraîna t'il Kanesuke à sa suite. Il s'annonça avec courtoisie avant de présenter son nouveau rejeton non sans se faire violence. Et rapidement, il se déroba pour se munir d'une coupe sur la table de banquet présente à leurs côtés et la remplir de sang à l'intention de Kanesuke, s'imaginant ô combien il devait être tenté d'y goûter. Après lui avoir tendu le verre, il échangea quelques banalités avec les conseillers jusqu'à ce que son regard soit attiré par une silhouette rutilante à quelques mètres de là. Il fit comme un arrêt sur image, proprement ébloui. Non seulement le costume était splendide mais le jeune éphèbe qui le portait l'était tout autant et à le voir ainsi assailli par quelques courtisans et les joues rougies, nul doute que c'était la première fois qu'il assistait au bal. Hebichi n'avait pas le souvenir de l'avoir déjà vu où que ce soit, sûrement un nouveau-né à l'image de son fils adoptif et son père devait être comblé d'avoir engendré une telle gemme. Mais quelle attitude irresponsable de le laisser ainsi livré à lui-même. S'excusant auprès de ses interlocuteurs, Hebichi glissa à Kanesuke.


-Suis moi, voilà peut-être l'opportunité de te faire un camarade.

Puis il lui sourit et se dirigea vers le petit bijou harcelé. Vraiment, qu'est-ce que son géniteur avait derrière le tête ? Nul doute que Kanesuke s'il avait été costumé ainsi aurait aussi éveillé toutes les convoitises, et pour cause Hebichi était heureux qu'il n'en soit rien. Le pauvre enfant allait se faire chamailler toute la nuit s'il n'intervenait pas dès le départ. Une fois arrivé près de l'attroupement de vautours, Hebichi leur fit comprendre de s'occuper de leurs affaires et de laisser la jolie danseuse javanaise profiter de la fête, que de toutes façons, il la leur empruntait. Ce qu'il fit, incitant le jeune vampire à venir avec lui. S'éloignant un peu pour prendre deux nouvelles coupes de sang, laissant les deux bijoux ensemble, Hebichi revint rapidement pour en tendre une à la "reine" de la soirée.

-Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille. Rester aux côtés de votre père serait plus prudent. Je me présente, Naraku Hebichi, fondateur du Conseil du Chûbû et voici mon fils, Kanesuke. A qui avons-nous l'honneur ?

Le "mage" agrémenta ses paroles d'un doux sourire, désireux d'apporter un peu de réconfort à un si bel enfant. Il était très curieux de voir qui l'avait engendré et daignerait discuter avec lui jusqu'à ce qu'il se montre, pour lui éviter ainsi d'être encore pris pour cible par tous ces flatteurs. En plus, cela lui éviterait de fréquenter les conseillers, à paraître ainsi occupé. Moins il les voyait en dehors des réunions, mieux il se portait.



Dernière édition par Naraku Hebichi le Dim 29 Juil - 17:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: "Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."   Sam 28 Juil - 18:58


Kanesuke était stressé. Non... En fait, c'était une nervosité tellement poussée à son extrême qu'il en était en fait mort de terreur. Ce sentiment avait d'abord commencé par être vague lorsque Hebichi lui avait parlé d'une soirée vampirique à laquelle il voulait qu'il l'accompagne. Vraisemblablement, ça avait court une fois l'an et s'il avait été un peu surpris au tout début, une fois de retour dans sa chambre après la nouvelle, Kanesuke s'était rappelé. Feu son père vampirique lui en avait déjà parlé, même si ça remontait un peu et qu'à l'époque, Kanesuke avait les idées encore moins claires que maintenant. D'ailleurs, celle de l'an passé s'était donné une semaine après qu'il fut vampire et de fait, son père avait dût signaler qu'il serait absent. Il était impossible de seulement songer à la possibilité d'amener un vampire tout fraîchement mordu à ce genre de soirées. Parce qu'à ce moment, Kanesuke n'était que bête. À présent... il avait évolué. Oh, pas beaucoup. Mais assez pour aller à ce genre de soirées, non sans maintes précautions.

De celles-ci, il comptait le costume qu'il portait. À la réception de l'habit de ninja dans lequel il devait se camoufler pour la soirée, Kanesuke s'était sentit soudainement beaucoup plus angoissé. C'était un peu une preuve tangible qu'il allait participer à ce bal annuel et à l'idée de voir tant d'autres vampires et de devoir rester sage devant des milliers de coupes de sang... il en était tout simplement malade. Mais ce costume bien particuliers était en effet une précaution. Il y avait eu des instructions à l'égard d'Hebichi. Le voile était plus épais, bien qu'il soit fait d'un textile riche, laissant ainsi beaucoup moins passer les odeurs. De plus, il avait été recommandé d'imbiber celui-ci d'une odeur que Kanesuke aimait et qui l'apaisait. En plus de faire une meilleure barrière aux effluves de sang, il pourrait se satisfaire de ce parfum. Aussi le tissu avait-il été aspergé d'une très coûteuse essence de rose qu'adorait le jeune mannequin, qui avait toujours eu des goûts de diva.

Seconde précaution : il était allé manger juste avant de partir pour la forêt d'Aokigahara... et plus que de raison. Non pas assez pour le rendre fou, mais il avait eu droit à deux humains et ça, c'était plutôt rare. Un couple qui n'aurait assurément pas dût se trouver à Shizuoka, dehors, par une telle nuit... Kanesuke avait bût goulûment, savourant à l'excès ces repas qui le rendraient beaucoup plus sage en soirée, même s'il était déjà prévu que pendant celle-ci, il boirait quelques coupes de sang. Au moins pourrait-il probablement les boire décemment, sans se ruer dessus. Et ça, ça le terrifiait aussi... Parce qu'il n'avait pas envie de passer pour un petit sauvage mal élevé ! Kanesuke avait toujours très bien paru en société. Il savait quoi faire, quand le faire et comment le faire et tout ça était résolument fait avec charme. Mais là... là, il savait qu'il allait devoir se retenir d'agir n'importe comment. Et il en tremblait d'appréhension ! Avec ce qui s'était produit la veille, il en mourrait de faire encore une fois honte à Hebichi...

Heureusement, la maison de son père vampirique à Shizuoka était tout simplement magnifique. Splendide ! Un vrai conte de fée, un rêve duquel Kanesuke ne voulait s'éveiller. Lui qui avait malgré tout des goûts de luxe était assurément servit avec Hebichi. Oh, son père vampirique « biologique » était assurément riche... mais ne l'exploitait pas de la même façon que le fondateur, c'était l'évidence même. Et Kanesuke était friand de cette richesse calme. Il avait passé une bonne partie de la nuit dans le jardin, le plus près possible de l'eau pour tenter de régler son taux de stress sur le doux clapotis de celle-ci. D'une main, il avait caressé la surface de l'eau là où les poissons koi passaient. Ce fut une soirée douce... mais qui devait forcément avoir une fin, bien malgré lui. Et voilà qu'il avait été entraîné par Sadaharu pour revêtir son costume, bien malgré lui. Kanesuke s'était observé d'un oeil critique dans la glace. Nul doute qu'une telle combinaison mettait son corps svelte en valeur, mais ça n'avait rien d'esthétique selon ses bons principes et ça ne lui plaisait guère.

Encore moins ce voile passé en masque sur son visage aux traits qui méritaient pourtant d'être vus ! Le parfum de rose était agréable, mais nul doute qu'en soirée, il en aurait marre, finalement... Le conseil avait vraiment des recommandations idiotes, quand il s'y mettait. Mais pas le temps de changer les plans de qui que ce soit, car ils partirent de la maison, laissant Sadaharu derrière. Celui-ci allait les rejoindre « plus tard ». Son frère -ça faisait toujours étrange de penser ainsi et il songe un moment à Akira avec tendresse et haine, un curieux mélange- était toujours tellement désintéressé de tout, lui semblait-il ! Peu importe... ça faisait plus d'Hebichi que pour lui ! Le trajet jusqu'au temple lui semble infini... Kanesuke n'avait jamais été maniaque des randonnées et franchement, ce n'était pas une sinécure, là ! Certes, il ne ressentait pas la fatigue à proprement parler... mais son état de stress assez avancé était suffisant pour lui donner des nausées. Ils arrivent néanmoins, ce qui soulage autant Kanesuke que ça peut le crisper davantage... et soudainement, alors qu'il pose son regard sur tout ce beau monde qui semble si à l'aise, il se rend compte qu'il lui faudra faire du chemin avant de ne plus se sentir largué ici.

Il s'agrippe désespérément à Hebichi, le suivant sans même prêter attention à l'endroit où ils vont. Une coupe de sang lui est mise dans les mains et Kanesuke hésite un peu à retirer son masque, malgré tout. Son regard luit d'une brève lueur rougeoyante alors que malgré tout, les effluves de ce nectar divin viennent frôler ses narines, passant outre le barrage d'essence de rose. Kanesuke tourne la tête, l'enfouissant dans la tunique d'Hebichi, contre son torse. Il retourne seulement la tête lorsque soudainement, son père attire son attention sur quelqu'un... et vu le regard qu'il a sur cette personne en particuliers, ça n'a rien de très engageant comme « copain » pour Kanesuke ! D'ailleurs, il renvoie un petit regard aigu à cette jolie petite poupée engoncée dans un magnifique costume de danseuse du ventre. Des rougeurs heureusement invisibles grâce à son masque couvrent les joues de Kanesuke, mais pas par plaisir... Au moins, il pensait présentement à autre chose qu'au sang présent dans la pièce, ce qui n'était pas plus mal...

Hebichi s'approche, salut en charmant... et Kanesuke serre un peu fortement la hanche contre laquelle sa main prenait déjà appuie. Il se love plus généreusement contre Hebichi, tenant toujours sa coupe comme s'il avait une grenade dans la main. Mais... son père lui échappe et Kanesuke gronde un peu, mi-frustré, mi-effrayé. Il reste planté là, devant ce garçon qui avait eu droit à un costume pour le mettre en valeur, LUI. Et qui attirait autant le regard de son père vampirique... Il lui aurait bien sauté à la gorge. Mais même si Hebichi s'adressait à lui comme s'il était un nouveau né, Kanesuke hésitait. Le rouquin ne semblait pas vraiment affecté par le sang autour de lui alors que lui-même devait faire des misères pour rester concentré. Et ça l'en ferait presque pleurer de honte. D'ailleurs, pendant un moment, le mannequin camoufle à nouveau son visage dans la tunique que pour Hebichi, histoire de se ressaisir un moment. Est-ce qu'il était un nouveau né raté ? Peut-être que la mort de son père vampirique avait déréglé quelque chose en lui. Si ce garçon avait le même âge que lui, alors il était vraiment un vampire raté... Ses envies incontrôlables, ses talents encore biiien cachés, le carnage qu'il ferait si Hebichi n'était pas là...

Cette soirée était déjà un enfer ! Lui qui, auparavant, maîtrisait si bien les mondanités, voilà qu'il ne savait plus du tout où se mettre, quoi faire ou quoi dire... ! Kanesuke hésite un petit moment avant de se décoller un peu de son père vampirique. Il lève une main un peu tremblante, abaissant le masque de ninja qui recouvrait son visage. Dans un effort surhumain, le mannequin porte tranquillement sa coupe à ses lèvres généreuses qui se teintent légèrement du rouge carmin du breuvage qu'elle contient. Sa main tremble de façon presque comique -qui ne le fait pas rire du tout, pour sa part...-, mais il garde la tête haute et le regard bien ancré sur le jeune homme devant lui.

« Tachibana Kanesuke. », se présente plus formellement le jeune vampire, sa voix teintée d'une assurance qui n'est que factice. « Visiblement, certains ont eu plus de chance que d'autre à la remise des costumes... »

Nul besoin de préciser qu'il était drôlement amer et qu'Hebichi allait en entendre parler encore TRÈS longtemps ! Tiens, d'ailleurs... Ce garçon devait être du genre à lire les magazines de mode, n'est-ce pas ? Le genre qui en fait carrément sa bible... Peut-être qu'il allait le reconnaître. Ça pourrait rendre le moment un peu plus agréable... surtout que finalement, Kanesuke vient donner un petit coup dans les côtes de son père vampirique pour qu'il arrête de regarder le rouquin de cette façon ! Dans une minute, la bave allait commencer à lui couler jusqu'au menton !! Quelle idée !


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 49 ans. 18 au moment de la mort.
Allégeance : Ketsueki, définitivement et aveuglément...
Messages : 29
Pseudo : Pandaa
Avatar : Shino [Lustknot]
MessageSujet: Re: "Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."   Lun 30 Juil - 12:16




Haine n’avait… Pas assez d’yeux pour tout voir ! Il était fasciné ! Bien sûr, ce n’était pas la première fois qu’il mettait les pieds dans le temple pour la fête annuelle vampirique. Bien que Ketsueki ne vienne pas chaque année de manière assidu et qu’il ne reste jamais plus de quelques heures, Haine avait déjà pu goûter à ces soirées « mondaines » du monde vampirique. Et lui qui voyait fort peu de vampire tout au long de l’année, c’était là sa plus grande curiosité, sans aucun doute.

Pourtant, les vampires, il avait connu ça toute sa vie. Son « père » en était un. En quelque sorte. Et Ketsueki, évidemment… Ha… Ketsueki de qui il attendait l’arrivée avec une ferveur digne d’un extrémiste. Son père vampirique lui avait promit une danse et cette promesse n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Haine n’avait plus qu’une hâte, donc : qu’il arrive et le fasse danser !

Contrairement aux autres années où Haine s’était un peu ennuyé dans l’atmosphère un peu pompeuse, les costumes multicolores donnaient ce soir un regain d’intérêt à cette fête particulière et caché de tous, au fin fond d’une forêt quasi légendaire. Haine s’était surprit, sur le chemin qu’il avait dût faire seul, à avoir quelques fois… Peur. Même pour lui qui craignait peu la mort de par son statut s’était sentit comme mal à l’aise et surtout, hors de sa sécurité habituelle.

Ketsueki avait en effet tenu à ce que cette fois –et pour la première fois- il se rende seul sur les lieux. Au départ, ça ne lui avait pas semblé insurmontable et même, ça lui avait carrément paru facile. Pourtant, une fois ou deux en sortant des sentiers battus, Haine s’était demandé si le chemin qu’il empruntait était effectivement le bon… C'est-à-dire que sans la présence réconfortante de Ketsueki, l’endroit lui semblait moins familier. C’était bête… Mais c’était aussi le genre d’impression dont on ne se débarrassait pas facilement.

Quoi qu’il en soit, lorsqu’Haine avait finalement aperçu l’entrée tant convoité, il avait soupiré de soulagement. Bien sûr, il aurait pu errer, cherchant avec précaution un autre vampire pour se faire conduire au lieu dit mais lui qui rendait déjà peu souvent honneur à son mentor n’aurait vraiment plus su où se mettre. En plus, s’aurait été un coup à ce que finalement, Ketsueki le « punisse » en lui refusant de danser… Et ça aurait gâché toute la belle atmosphère qui s’était posée autour d’eux un peu plus tôt dans la soirée, lorsque Ketsueki avait parlé avec lui, lui caressant les cheveux tandis qu’il avait posé sa tête sur ses genoux.

Une main se pose sur son épaule et dans un cliquetis des perles de son costume, Haine se retourne pour voir un vampire qu’il… Ne connaissait pas du tout. Depuis qu’il était arrivé un peu plus tôt, bon nombre était déjà venu lui parler et le sang ingurgité plus tôt dans la soirée ne cessait de manière régulière de monter à ses pommettes, les faisant rougir comme s’il avait été encore vivant. Les autres années, il s’était fait plus discret et aussi, Ketsueki avait soigneusement veillé aux « fréquentations » et aux connaissances qu’il s’était fait. Mais cette année, le fait qu’il arrive seul et que Ketsueki se fasse un tantinet désirer lui permettait d’appréhender cette soirée en solitaire. Et le moins que l’on puisse dire… C’est que ça lui faisait un peu peur.

Certes, Haine gardait son joli sourire, riait aux plaisanteries et avait même déjà offert une danse. Mais cette attention que l’on lui portait, il savait qu’elle fâcherait la personne à laquelle lui offrait une attention sans borne. Et Ketsueki n’était pas exactement le genre d’homme à être partageur. Au contraire, il était exclusif et c’était un autre de ces défauts qu’Haine considérait presque comme une qualité « parfois poussée à outrance ».

Le vampire qui s’est approché est beau. Mais finalement, tous les vampires de cette immense salle l’étaient, à leur manière. Un costume de pirate était passé sur lui mais il était loin des pirates comme on en voyait dans les vieux films. Celui là était élégant et finalement, tenait plus du corsaire que du pirate, sûrement. Il parlait avec ce ton suave et presque sensuel que savaient si bien prendre les vampires et de fait, Haine se sentait pour le moins… Embarrassé. Une fois ou deux, il avait tenté de faire valoir une soif ou l’envie d’aller plus loin… Mais encore jeune et inexpérimenté dans ces techniques pour prendre congé, Haine peinait à se débarrasser du vampire. Son côté « timoré » comme dirait Ketsueki. Il fallait vraiment qu’il apprenne à être plus ferme…

A mesure qu’ils parlent donc, un autre vampire vient se mêler à la conversation et si Haine se sent soulagé qu’on vienne à son secours, il découvre finalement que ce n’est que pour en ajouter à son calvaire. Aussi, lorsqu’un troisième homme s’approche, une petite partie paranoïaque d’Haine s’empare de lui, lui rappelant la foule de conseils que Ketsueki lui avait déjà donné au fil des ans et lui expliquant comme les hommes –tout aussi vampires soient ils éventuellement- ne voulaient que prendre les choses. Qu’ils les brisaient, leur volait ce qu’il y avait de « pur ».

Son angoisse augmente et ses sourires se font moins assurés. Il se sent mal à l’aise et du regard, Haine fouille à plusieurs reprises la salle à la recherche de son père, ayant littéralement envie de se jeter dans ses bras pour que ce dernier les referment autour de sa silhouette, protecteur au regard d’acier qui n’invitait personne à tenter de ne serait-ce que s’avancer.

Mais ce n’est pas Ketsueki qui s’approche… C’est un énième vampire mais dont l’attitude n’a rien de comparable. Il est grand et vêtu d’une longue robe. Le reste de son costume le renseigne rapidement mais les traits fins quoi que prononcés, Haine ne les reconnait pas. En même temps, il avait peu de connaissances dans le monde vampirique. La haute silhouette est accompagné d’une vaguement plus courte, couverte de pieds en cap, fine et élégante quoi qu’on eu dit un bébé qui du fait d’une timidité excessive se refuserait à lâcher le bras de sa mère.

La « foule » autour d’eux s’éparpille sous les injonctions du mage et Haine a un soupire –non décidément, il avait du mal à délaisser cette habitude- soulagé avant d’en revenir à ses deux sauveurs !

Ils s’éloignent eux-mêmes, l’autre l’invitant à les suivre et bien qu’il ne soit pas certain de quitter un calvaire pour un autre, Haine suit, d’un pas aérien jusqu’à ce qu’ils soient laissé un instant. Ses yeux observent le vampire resté là qui irradie d’une certaine nervosité et lorsqu’un verre lui est tendu, il remercie le grand vampire d’un sourire et d’une petite formule de politesse, trempant juste ce qu’il faut ses lèvres dans le liquide pourpre. Ca lui faisait du bien mine de rien et si Haine avait aujourd’hui la maîtrise de son « démon », un peu de sang lui éviterait de le sentir s’agiter de manière indésirable.

Ainsi donc, « Hebichi » se présente, non sans présenter à la suite « Kanesuke » dont il ne voit rien de plus que les pupilles rougies. Un très jeune vampire sans aucun doute, ce qui expliquait sa nervosité et cette façon qu’il avait de quasi se cramponner à son père –il le supposait. Hebichi était donc le Fondateur du Conseil de la région. Pour être honnête ça ne l’étonnait pas. Il avait le port altier des personnes importantes et dans la voix ce petit quelque chose de très maîtrisé pour ne pas dire de « princier ».

๑ Kindaichi Haine. Je viens de Tôkyô. Mon père est Abarai Ketsueki et il n’est pas encore arrivé.

Avec une petite pointe de fierté et encouragé par le tempérament amical et réconfortant d’Hebichi, Haine explique :

๑ C’est la première fois que je me rends seul à cette réception.

Et parce qu’il n’était pas le genre de personne à manquer d’éloges :

๑ Vous devez être très fier, cette soirée est particulièrement réussie et les costumes sont magnifiques. C’est vous qui en avez eu l’idée ? Et c’est fait exprès que cette année, en sus des costumes, cela tombe la nuit d’halloween ?

Son attention est ensuite attirée par « Kanesuke » qui se présente à son tour, les mains tremblantes et l’odorat probablement tout tourné vers le sang que l’on servait dans leurs coupes. Et lorsque son nom vient se poser dans le coquillage de son oreille, Haine a l’impression qu’il lui est familier… La sensation trouve réponse tandis que décachetant son visage du tissu qui le recouvrait pour boire de manière tremblante, Kanesuke lui révèle un visage qu’il connaissait fort bien ! Une petite exclamation admirative franchit la barrière de ses lèvres et s’il ne relève pas la constatation amère à propos du costume, c’est qu’il s’exclame déjà :

๑ Je ne savais pas que vous étiez à présent des notre ! J’ai été attristé d’apprendre votre disparition dans les magazines. Me voilà soulagé ! J’espère que vous reprendrez votre emploi lorsque vous vous sentirez mieux ?

Haine à un regard pour Hebichi, radieux. Hé bien cet homme était plein de surprises ! Et en revenant à Kanesuke, il assure :

๑ Je vous trouve vraiment sublime, j’ai souvent espéré pouvoir vous ressembler mais je suppose que nous sommes faits différemment.

Non, Haine n’ignorait pas ses charmes propres… Mais on voulait souvent ce qu’on avait pas et la grâce que possédait cet homme là l’avait toujours beaucoup séduit, pour sa part. En revenant à nouveau à Hebichi, il se rend compte qu’il avait oublié…

๑ Je vous remercie pour votre intervention. Je ne sais jamais comment prendre congé sans paraître impoli… Et je ne voudrais pas qu’on pense que je suis mal élevé…

Il en serait carrément abattu oui ! Puis à Kanesuke, finalement :

๑ C’est la première fois que tu viens ? Cela te plaît ?

Oui, pour cette dernière intervention, Haine avait tutoyé Kanesuke. Il ne comptait pas en faire de même avec Hebichi qui était son aîné, en revanche… Et si Kanesuke était froissé, il le lui dirait n’est ce pas ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: "Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."   Jeu 2 Aoû - 17:35


Hebichi percevait fort bien la nervosité mêlée de frustration de Kanesuke, les pressions qu'il exerçait sur sa hanche et sa manie de se coller à lui n'auraient de toutes façons trompée personne. Le fondateur préférait se dire que ça lui passerait au fur et à mesure que la soirée suivrait son cours, il était normal qu'il soit sur les nerfs...Après, il avait aussi l'impression qu'il en rajoutait une couche et manifestait une certaine jalousie à l'égard de Mata Hari miniature. Ce qui ne tarda pas à se préciser à sa façon proprement glaciale de se présenter par son nom entier. Hebichi ne pût s'empêcher d'en sourire un peu, Kanesuke était plein de surprises. Lui qui était encore méfiant il y avait une semaine semblait désormais avoir rattaché solidement le cordon ombilical mais sûrement la mésaventure avec Shiro avait aidé...Kanesuke avait dû se rendre pleinement compte de la chance qu'il avait d'avoir un nouveau père aussi attentionné.

L'attitude calme et très polie du deuxième bijou faisait par contre beaucoup plus réfléchir Hebichi quant à son âge potentiel. Assurément très jeune mais pas autant qu'il l'avait imaginé, il devait avoir une vingtaine d'années au moins mais si c'était le cas, curieux qu'il ne l'ait pas remarqué avant à ce genre de rendez-vous. Il se présenta à son tour avant de préciser qu'il venait de Tokyo et que son père était...Abarai Ketsueki. Hebichi en hocha de la tête après avoir esquissé une petite expression étonnée. Il ne connaissait Abarai que de visu, ce dernier dépassant les sept siècles à l'image de Kuromiya père mais savait tout de même quelques menues choses à son sujet. Qu'il avait été orfèvre et tenait un Love Hotel prestigieux dans Shinjuku que mêmes les vampires pouvaient fréquenter. Pourquoi pas après tout mais Hebichi avait toujours trouvé coquasse que des vampires se lancent dans ce genre de commerces, surtout qu'Abarai, de ce qu'il en savait, n'avait pas l'air très branché plaisirs de la chair ou même du genre à s'amuser tout court.

C'était même étonnant qu'il ait enfanter mais à mieux y réfléchir, ça avait dû arrivé aux oreilles d'Hebichi il y avait quelques années au détour d'une réunion du Conseil portant sur le recensement. Il se trouvait qu'encore à l'époque, Abarai ne laissait guère de libertés à son joyau favori et l'exhibait le moins possible à la communauté, visiblement les choses avaient changé. Mais c'était sûrement pour ça qu'Hebichi n'avait jamais remarqué Haine avant. Le jeune vampire appuya cette idée en précisant que c'était la première fois qu'il se rendait non accompagné au bal et donc sans robe de mage derrière laquelle se cacher...n'est-ce pas Kanesuke ? Puis, le petit ange scintillant embraya sur la soirée, complimentant personnellement le fondateur pour sa réussite alors qu'il n'avait que peu contribué à l'évènement tous comptes faits. Malgré tout, une telle attention fit chaleureusement sourire Hebichi, quel délicieux enfant, Abarai pouvait s'en féliciter...Bien qu'Hebichi l'aurait imaginé père tout aussi hermétique que Shiro, il semblait avoir soigné son éducation. Il lui répondit avec un certain miel dans la voix, attendri.


-A la vérité, je n'ai apporté qu'une modeste contribution à cet évènement mais le compliment me va droit au coeur. La date est tombée tout-à-fait par hasard la veille de la Toussaint et nous avons pensé bon de déroger un peu à nos habitudes. J'avoue qu'un bal costumé donne tout de suite une autre ambiance et souligne la beauté déjà naturelle de bien d'entre nous.

Après ce compliment dissimulé à l'égard d'Haine, Hebichi leva sa coupe gracieusement pour l'apporter à ses lèvres et en boire une gorgée presque religieusement. Au moins, il ne pouvait pas reprocher à ses collègues d'approvisionner la fête avec du sang de seconde main, malgré qu'il ne sorte pas directement des veines d'un mortel, il était très agréable au palais. Kanesuke se permit alors une remarque à propos des costumes, il semblait vraiment abhorrer cette tenue de ninja alors qu'elle lui allait très bien...Et lui aussi aurait droit à son heure de gloire quelques années plus tard quand il aurait apprivoiser sa nature en quasi-totalité. Hebichi tourna la tête vers lui en sentant ses petits coups de coude réprobateurs, c'était donc clairement de la jalousie. Apportant une main à son avant-bras opposé d'un geste majestueux tandis que son fils retirait son masque pour boire, le fondateur se pencha légèrement, malicieux et glissa.

-Voyons trésor, il n'y a aucun mal à savoir apprécier la beauté quand on la rencontre. Tu devrais faire de même.

Puis il reprit sa position initiale pour voir Haine démarrer au quart de tour une fois le visage de Kanesuke découvert. Ainsi donc, il était un dévoreur de magasines de mode et venait de rencontrer une des idoles qui les peuplaient ? A le voir aussi bien apprêté et soigné, il devait aussi être un enfant-diva donc Hebichi n'en fût que guère étonné. Il en sourit néanmoins avant de boire une nouvelle gorgée de sang, voilà qui allait déridé son ninja renfrogné. Oh, sublime ? Haine était donc un véritable fan ? Il avait très bon goût ceci-dit et ce regard presque aussi scintillant d'étoiles que son costume qu'il avait adressé au fondateur, l'air de dire "Vous avez tellement de chance de l'avoir comme fils, merci de l'avoir amené dans notre monde et d'avoir permis qu'on se rencontre !".
Aaaah...Des enfants comme eux, Hebichi en aurait eu volontiers une dizaine mais à son image, Abarai devait être très possessif vis-à-vis du petit prodige et il aurait peut-être mal pris cette conversation qu'ils entretenaient tous trois. Enfin, peu importait, en l'envoyant seul à cette réception, il devait être conscient qu'il se ferait abordé et pas seulement par des vampires lambda. Puis, il fût remercié pour son intervention et aurait pu fondre quant aux excuses d'Haine, lui ? Mal élevé ? Même en disant la pire des insultes, ça sonnerait sûrement comme un compliment dit avec une voix aussi angélique.


-Votre réserve est toute compréhensible mais savoir être ferme ne vous fera pas passer pour impoli, je vous rassure.

Au contraire même, pour affronter la communauté vampirique, mieux valait avoir du caractère sinon on avait tôt fait de se retrouver en marge ou complètement manipulé par plus habile que soi. Mais Abarai avait sûrement déjà tenu ce discours à son fils et comme il était encore sous sa protection et en plein apprentissage, il ne risquait normalement rien. Ce dernier s'adressa ensuite à Kanesuke en le tutoyant, toujours aussi empreint d'enthousiasme. Hebichi regarda son fils adoptif et fit un mouvement de tête en direction d'Haine pour l'inciter à répondre et à faire un effort de son côté lui aussi. Il ne rencontrerait pas des crèmes pareilles toutes les nuits. On rappela Hebichi pour qu'il se joigne à une conversation parmi les conseillers et après un soupir, il se résolut à y aller, laissant ainsi les deux jeunes vampires discuter à leur aise. Il n'était pas loin de toutes façons et garderait un oeil sur Kanesuke mais vu comme c'était parti, il espérait vivement que la pression redescendrait chez son fils et qu'il s'amuserait un tantinet. Ca lui ferait le plus grand bien.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: "Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."   Mer 15 Aoû - 0:04


La petite peste -excusez-le, mais il avait toujours eu le jugement rapide- se vante d'être venue à cette soirée toute seule, sans l'aide de son vampirique paternel, ce qui a le don d'excéder Kanesuke, qui le prend un peu personnel. D'ailleurs, il décoche l'espace d'un moment un regard aigu au jeune homme, mais celui-ci ne le remarque peut-être même pas, tout obnubilé par Hebichi qui lui sort le grand jeu ! Ça aussi, ça a le don d'irriter Kanesuke. C'est bon, il avait remarqué que le rouquin avait tout pour lui et, surtout, tout plus que lui. L'indépendance, le contrôle de ses pulsions meurtrières, l'apparence physique... Pour le mannequin qui, depuis la veille, n'était pas encore passé au-dessus de son malaise face à son imperfection vampirique, c'était un peu difficile de se prendre sur la gueule un pur petit ange qui, visiblement, avait la naïveté d'en rajouter des tas sans se rendre compte des regards assassins du cadet d'entre eux.

Et Hebichi, loin d'aider Kanesuke à s'adoucir, en rajoute, le faisant brièvement grogner. Parler de la beauté d'Haine présentement, même si ce n'est qu'à la blague, ce n'est absolument pas une bonne idée. Et dans un petit éclair de vengeance, il reprend la parole en se penchant à son tour vers son père vampirique, lui important peu qu'Haine se sente mis à l'écart de leur conversation.

« Alors, père, apportez-moi un miroir et je l'apprécierai comme vous me le recommandez. », grogne doucement Kanesuke, une petite pointe de fierté et de moquerie dans la voix.

Pompeux ? En effet. Et pour être franc, ce n'était là un sentiment animé que par la jalousie et l'envie qui le submergeait. Nul doute qu'il ne le pensait pas réellement. Le ton sur lequel il s'était adressé à Hebichi était d'ailleurs d'une politesse beaucoup trop soutenue pour qu'il ne soit réellement sérieux et bien que ce n'était pas là matière à rigoler, il n'était pas non plus utile de le prendre au pied de la lettre. Un peu trop mordant, le petit Kanesuke ? Et alors ? Hebichi n'en attendait sûrement pas moins d'un fils... qu'il ait un peu de caractère, au minimum. Et ce caractère se manifestait à des moments rarement faciles à appréhender. Toutefois... en voilà un qui sait exactement comment le caresser dans le sens du poil. Car alors que Kanesuke est aux prises avec les divines arômes de sang qui flottent dans la grande salle du temple, Haine s’extasie soudainement.

Le regard de Kanesuke se pose à nouveau sur le jeune vampire, un peu renfrogné... mais rapidement, alors qu'il comprend pourquoi Haine est soudainement surexcité, c'est un sourire un peu plus assuré et, étonnamment, chaleureux qui étire ses lèvres pulpeuses. Des formulations comme « je me suis inquiété », « je suis soulagé », « vous êtes sublime », « j'aimerais vous ressembler »... Voilà de quoi gagner instantanément un Kanesuke grognon et, surtout, complexé. Certes, ce n'était là que des compliments qui flattaient son égo humain, mais nul doute que de toute façon, il y avait fort peu de raison de flatter celui vampirique, présentement. D'ailleurs, il replonge les lèvres dans la coupe de sang, se faisant violence pour ne pas la boire d'une traite et sûrement de façon plutôt dégoûtante... Nul doute qu'à un moment de la soirée, il allait harceler Hebichi pour aller chasser. De toute façon, avec sa combinaison toute noire... s'il se salissait, ça ne paraîtrait pas trop.

Hebichi s'éloigne après le petit discours d'Haine et Kanesuke reste posé là, anxieux, observant son père vampirique avec un brin de reproche et beaucoup d'angoisse. Il en revient néanmoins rapidement à Haine, se demandant quel âge avait le jeune vampire et à quel point il se souvenait de sa présente condition. Dans le fond... il avait été très désagréable avec le premier vampire qu'il rencontrait et qui pourrait peut-être l'aider à retrouver un brin de confiance en sa condition vampirique. De fait, après s'être forcé à arrêter de respirer, ce qui le faisait toujours beaucoup paranoïer malgré tout, Kanesuke retrouve un air beaucoup plus amical que quelques minutes plus tôt. Il n'était pas bien méchant... seulement encore très mal adapté à cette nouvelle vie. La pression était immense et il avait l'impression qu'Haine pouvait comprendre.

Alors, Kanesuke fait l'effort de ne pas courir derrière Hebichi dans un premier temps, offrant un sourire amical au vampire en face de lui. Il ne fait pas de cas des formules de politesses moins prononcées par la suite. De toute façon, si ça se trouvait, Haine avait soixante-dix ans de plus que lui, malgré son apparence beaucoup plus jeune.

« Oui, c'est la première fois. », commence à expliquer le mannequin, la voix plus douce, quoique toujours un peu tendue. « J'ai été mordu à peu près à la même époque de l'année, l'an passé, alors je n'ai pas pu y assister. »

Et même là, il se demandait si ce n'était pas trop tôt. Nul doute que lorsqu'il reviendrait à la maison -car ils ne retournaient pas à l'appartement de Tôkyô ce soir-, il serait tellement épuisé psychologiquement qu'il aurait l'impression de l'être physiquement aussi. Mais pour l'heure, se concentrer sur la Mata Hari vampirique l'aidait à se vider l'esprit, un peu, et c'était des plus apprécié, même s'il n'allait pas l'avouer à Hebichi !

« Ça ne se demande peut-être pas... », murmure lentement Kanesuke, hésitant un moment avant de finalement reprendre plus d'aplomb. Ça ne lui ressemblait pas, ce genre de comportement et ça l'horripilait ! « Mais quel âge as-tu ? À la façon dont Hebichi t'a adressé la parole, je suppose que tu es plutôt jeune. Mais tu sembles... En très bonne maîtrise... »

Il a un léger soupir énervé, détournant un moment le regard. Si Haine lui assurait avoir à peu près son âge, il allait mourir de honte, assurément. Même qu'il irait probablement chercher Hebichi pour le supplier de retourner à la maison, bien qu'il sache pertinemment que ce n'était pas possible, son père vampirique étant un conseiller et même, un fondateur... Bref, son regard parcourt distraitement la silhouette enviable d'Haine. Toutefois... dans le fond, Kanesuke était confortable avec sa propre apparence physique et devait s'avouer que ce costume ne lui aurait pas aussi bien convenu qu'au rouquin. Ce dernier avait des formes presque pulpeuses. Quelque chose de très féminin que lui-même ne possédait pas. Il aurait été vulgaire ainsi paré alors que Haine était sensationnel. Mais d'un autre côté, Haine n'avait absolument pas le physique pour être mannequin. Cette constatation calme un peu le jeune vampire !

Kanesuke reprend une petite inspiration, n'en pouvant plus de retenir son souffle bien malgré lui. Il en profite pour reprendre une gorgée de sang, sa main tremblant un peu plus lorsque le liquide carmin envahit ses pupilles pourtant mortes. Mais ça irait... Il allait passer au travers de cette pénible soirée.

« Merci. Ces compliments me touchent beaucoup. », assure le mannequin, histoire de ne pas avoir l'air aussi antipathique qu'on aurait pu le croire au premier coup d'oeil. « Mais en effet, nous sommes fort différents et il vaut mieux que tu utilises tes propres attributs. Ce que tu fais déjà très bien, selon moi. »

Et mine de rien, la beauté, c'était un peu sa spécialité... Ce n'était pas là une façon présomptueuse de dire qu'il était bel homme. Disons que le monde dans lequel il avait été une bonne partie de sa vie mortelle voulait qu'il puisse reconnaître ce qui était apprécié de ce qui ne l'était pas et Haine n'était sûrement pas de ceux qui font fuir qui que ce soit. Il y a un moment de silence un peu gênant pendant lequel Kanesuke ne sait guère quoi ajouter, reluquant du côté d'Hebichi, se demandant combien de temps ces vieux barbants allaient lui tenir la jambe. Finalement, dans un petit soupir, il en revient à Haine.

« Tu dis que tu ne sais jamais comment prendre congé, hm ? », demande soudainement le vampire. « Je pourrais te montrer. C'est l'essentiel à savoir quand on participe à une tonne de cérémonies officielles, de cocktails, de soirées... S'éclipser de façon polie ou refuser qu'on ne pose une main sur soit sans que l'autre ne s'en aperçoive vraiment. Regarde déjà comment aller chercher ton père vampirique au milieu d'une foule de conseillés importants sans qu'ils ne s'en froissent... »

Sans plus attendre, Kanesuke tend sa coupe de sang à Haine, celle-ci contenant déjà beaucoup moins de liquide que lorsqu'il l'avait reçue ! Il lui fait un petit clin d'oeil amusé. Ça l'occupait... et soudainement, il remerciait mentalement Haine d'être là ! Kanesuke s'approche doucement des conseillers, se posant derrière Hebichi, glissant une main dans son dos pour attirer son attention. Il vient se faufiler à ses côtés et ses beaux sourires, c'est aux membres du Conseil qu'il les donne, pas à son père vampirique. Ça, c'était facile. Il avait fait ça toute sa vie. Sois beau et tais-toi... Mais sois futé sans qu'on ne s'en rende compte, aussi ! Avec une politesse qui surprend peut-être de par son jeune âge, Kanesuke s'incline. Nul doute qu'ils avaient tous oubliés quel calvaire c'était, qu'être un nouveau né... mais ils avaient oublié aussi les moments de lucidité qu'on pouvait avoir, Dieu merci !

Kanesuke glisse son bras autour de celui d'Hebichi, tout en s'attardant toujours sur les hommes qui discutaient avec son père.

« Bonsoir, messieurs. Excusez-moi de vous interrompre. J'espère que vous ne m'en voudrez pas... », susurre doucement le jeune vampire. Mais nul doute qu'on ne lui en voulait guère. Ces hommes en avaient peut-être vu d'autres... mais ils restaient des hommes, n'est-ce pas ? Et même si tous n'étaient pas réceptifs à son charme de la même façon, il semblait toutefois faire plaisir à certains. Tant mieux. « J'aurais besoin de mon père quelques minutes. Je suis certain que vous comprenez. Je vous le ramène très vite ; il n'aura pas l'opportunité de se sauver ! »

Nouveau petit clin d'oeil alors que Kanesuke entraîne Hebichi vers Haine, de son pas félin. Il reprend sa coupe, se sentant un peu plus léger... !

« Mission accomplie... ! »



Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 49 ans. 18 au moment de la mort.
Allégeance : Ketsueki, définitivement et aveuglément...
Messages : 29
Pseudo : Pandaa
Avatar : Shino [Lustknot]
MessageSujet: Re: "Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."   Dim 19 Aoû - 14:38





Les deux personnes en face de lui étaient… Très différentes. Mais impressionnantes l’une comme l’autre. Hebichi était grand, altier pour ne pas dire princier… Chacun de ses mots se découpait de manière claire et précise, faisant mouche tandis qu’il use d’un charme probablement très savamment posé. Haine se sentait… Intimidé oui, c’était le bon mot. Entre rougissements et détournement de regard, il revient néanmoins régulièrement à l’homme, tout sourire, un peu fasciné sans doute… En fait, il avait la prestance du maître de cérémonie, quoi qu’il ne fût pas « LA » personne qui ait tout préparé. Il en avait l’air et ça, ça comptait forcément beaucoup.

Kanesuke quant à lui, quoi que très visiblement nerveux et attiré par le parfum fruité du sang se montrait difficile d’accès. Il avait des regards pour le prendre de haut et quoi qu’il ne le surplombe pas autant qu’Hebichi, il lui faisait se sentir presque plus petit ! Ses mots savaient se faire à la fois acides et gelés, si bien qu’en fait, Haine avait la sensation de se retrouver coincé avec un désert et un glacier. La sensation était pour le moins… Etrange. Dérangeante un minimum aussi, forcément.

Les deux hommes semblent se satisfaire à eux même l’espace d’un instant, Kanesuke obtenant sans aucun doute ce qu’il semblait désirer en attirant l’attention de son père vampirique. Haine vient tremper ses lèvres dans son verre, laissant le goût et l’aspect sirupeux le réconforter le temps que cet étrange couple en ait terminé. Il les enviait assez, mine de rien. Entre Ketsueki et lui, ce genre de relation n’était pas possible. Jamais il n’aurait pu se tenir ainsi accroché à son propre père… Ketsueki l’aurait envoyé promené et disputé pour avoir semblé à la fois si familier et « bébé ». Et en même temps, ce n’était pas une critique envers Kanesuke parce qu’il ne lui faisait pas l’effet « enfant » que lui-même dégageait, aux dires de son paternel.

Jaloux ? Hé bien un peu… Mais pas à outrance parce qu’il savait malgré tout que sa relation avec Ketsueki était belle.

Quoi qu’il en soit, après quelques nouveaux mots, Hebichi… Les abandonne ! Enfin, ce n’était peut être pas un abandon, c’était un homme très occupé et demandé probablement… Mais Haine ne savait pas vraiment comment se comporter vis-à-vis de cet idole qui s’était réchauffé doucement mais sûrement, au fur et à mesure qu’il lui avait été donné l’occasion de l’apprivoiser.

Néanmoins, ayant visiblement plus l’habitude de la conversation que lui, Kanesuke s’ouvre donc lui-même à lui, lui donnant quelques informations. Ainsi il était vampire depuis un an seulement. Ceci expliquait donc –et confirmait- ce qu’il avait pu remarquer. Il en profite habilement pour lui demander son âge et Haine ne se trouble pas, répondant avec douceur et respect :

๑ J’ai un demi siècle d’existence. Quarante-neuf en réalité, donc trente-et-un en tant que vampire.

Et parce que mine de rien, il avait cru comprendre une partie de la nervosité de l’homme qui l’accompagnait, Haine assure :

๑ Mon père à moi ne m’a pas emmené à ces soirées avant que j’ai cinq années vampiriques.

Puis avec un amusement qu’il n’avait en réalité pas du tout mais qui était là pour prouver à Kanesuke qu’il ne se pensait pas meilleur que lui, il ajoute, néanmoins sincère :

๑ Je pense qu’il avait un peu honte, je me tenais sans aucun doute moins bien que toi.

Haine a un sourire… Puis Kanesuke y va lui-même de ses quelques conseils pour bien paraître en société tout en sachant user de ses charmes et se montrer ferme. Haine écoute avec beaucoup d’attention, légèrement penché sur Kanesuke pour bien le suivre, les yeux posés sur lui sans se détourner, attentif… Et un grand sourire se peint sur son visage alors qu’il le remercie chaleureusement un instant !

๑ Je vais suivre tes conseils, j’ai vraiment envie que Ketsueki soit fier de moi. Tu sais, moi je suis juste joli à regarder, sans fausse modestie… Mais lui, c’est un vampire avec beaucoup de personnalité et de prestance. Il est très intelligent et perspicace. Je te le présenterais si tu veux. Ce soir il sera déguisé en pharaon.

Néanmoins, sans attendre, Kanesuke veut lui montrer comment être une main de fer dans un gant de velours. Le verre du jeune vampire finit entre ses mains et avec une exclamation à la fois surprise et admirative, Haine l’observe faire un peu de façon au groupe auquel Hebichi s’est mêlé. Il a un rire amusé, tout seul dans son coin, devant le culot de Kanesuke et même s’il aimerait être capable d’avoir ce genre d’attitude, il ne s’en sent pas tout à fait capable à l’heure actuelle ! Mais il se promettait de faire un peu de travail sur lui !

De fait, les deux hommes reviennent vers lui et Kanesuke se fait assez triomphale, Haine étant de toute façon bien assez gêné pour deux à ce moment précis ! Il ne peut néanmoins pas s’empêcher de sourire d’amusement et d’espièglerie, demandant :

๑ J’espère que ce n’est pas ma compagnie qui vous semble insipide au point de vous faire fuir.

S’aurait été terriblement gênant et si Ketsueki l’avait apprit, Haine n’aurait plus su où se mettre pour se donner des excuses qu’il n’avait probablement pas.

๑ Kanesuke me disait que vous vous êtes rencontré l’année dernière, à peu près à cette époque ?

Et de fait, tout en rendant son verre à Kanesuke, Haine lève le sien :

๑ Joyeux anniversaire !

Puis un peu plus sérieusement, intéressé :

๑ Je peux vous demander ce que vous faites, dans la vie ? Ou ce que vous faisiez.

Quant à Kanesuke, vers qui il revient :

๑ Tu penses que je pourrais avoir un autographe, un peu plus tard ?




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: "Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."   Ven 24 Aoû - 23:13


Tandis qu'il écoutait d'une oreille qui se voulait attentive ce que ses collègues avaient de si important à lui dire, Hebichi ne manquait pas jeter quelques coups d'oeil aux jeunes recrues qu'il avait laissé quelques instants plus tôt. Ils semblaient bien s'entendre et avoir continué à discuter, ce qui imprimait un léger sourire au coin des lèvres du fondateur. Il n'aurait pas pu espérer mieux pour que son fils prenne davantage confiance en lui, une rencontre avec un jeune vampire admiratif en plus d'être adorable. Et d'avoir un père assez effacé pour ne pas sembler être une menace directe. Malgré qu'il mette un point d'honneur à jouer les fantômes, Hebichi se doutait qu'Abarai avait des choses à cacher et était d'une manière ou d'une autre relié au Conseil, tout comme l'était ce parasite de Kuromiya d'ailleurs, alors qu'il prenait malin plaisir à prôner son indépendance. Il était inconcevable que des vampires aussi âgés n'aient pas une quelconque influence sur le Conseil même s'ils ne désiraient pas s'y investir plus que ça. Aussi il faudrait rester un minimum prudent, mais pour l'heure, constater que son fils semblait retrouver une certaine joie de vivre suffisait à Hebichi pour ne pas s'inquiéter plus que de raison. Sans compter qu'Abarai avait apparemment décidé de se faire désirer cette nuit.

Participant tout de même à la conversation teintant parfois ses paroles d'une légère touche de cynisme, ce qui restait sa marque de fabrique, Hebichi trempait par instant ses lèvres dans sa coupe de sang, dans un geste empreint d'une certaine lassitude. Il s'ennuyait déjà suffisamment lors des réunions pour qu'on lui fiche la paix durant un bal, que diable...N'était-ce pas l'occasion de se divertir ? Ces conseillers tirés à quatre épingles savaient-ils seulement s'amuser de temps à autre ? Hebichi en venait presque à en douter. Toujours les mêmes sujets pompeux, comment se porte votre province ? Avez-vous songer à faire ceci, cela ? Que pensez-vous de la décision que nous avons esquissé au dernier conseil ?...Oh pitié, qu'une météorite tombe sur le temple ou qu'un autre évènement puisse l'arracher à cette conversation stérile...
C'est alors que Kanesuke, comme s'il avait perçu son appel au secours silencieux s'était imposé au petit groupe, agrippant affectueusement son bras. Hebichi avait abaissé les yeux vers lui en sentant cette pression et un sourire s'était imposé à lui avant même que son fils ne prenne la parole...Mais quand il l'avait fait, le fondateur n'avait pût s'empêcher d'écarquiller un peu les yeux, lui-même étonné par la soudaine assurance de Kanesuke et sa politesse sans égales...Son sourire s'agrandit car il était non seulement fier que son fils adoptif se montre sous sa meilleure nuit mais en plus lui donne l'occasion de s'esquiver et ce, tout en douceur et sans manquer à l'étiquette. Il adressa un petit hochement de tête poli à ses collègues accompagné d'un léger haussement d'épaules, l'air de dire "Excusez-moi chers amis mais le devoir m'appelle." puis il se laissa entraîner par son fils adoptif vers Haine qui l'accueillit avec ce sourire étincelant caractéristique.

Apparemment, cela avait consister en une sorte de défi ou de jeu de ramener le fondateur parmi eux, c'est ce qu'Hebichi comprit au "Mission accomplie." Eh bien, quel revirement d'attitude...Kanesuke était passé de nouveau-né complexé et jaloux à joueur et aventureux. Fréquenter Haine semblait vraiment lui profiter et Hebichi s'exclama.


-Je ne sais pas exactement quel était le but premier de la mission mais je ne suis pas fâché d'être à nouveau si bien entouré.

Puis il adressa un sourire affectueux à Kanesuke avant d'apporter une main à son épaule dans un geste paternel, voulant faire passer le message comme quoi il avait très bien agi avec les conseillers. La jolie danseuse reprit alors la parole pour s'assurer que sa compagnie ne déplaisait au fondateur, cela sur le ton de la plaisanterie et Hebichi lui répondit sur un ton similaire.

-Non je vous rassure, certains peuvent se targuer d'être d'une compagnie insipide mais certainement pas vous.

Il avait rouler des yeux et à peine désigné du coin de l'oeil les conseillers laissés en plan, par tous leurs principes et leur pragmatisme empoisonnant, Hebichi les trouvait ennuyeux à mourir. Rien à voir avec le petit rayon de lune qu'était Haine et qui aurait su éveiller l'intérêt de n'importe qui dans la salle. Ce dernier reprit, disant que Kanesuke avait relaté leur rencontre qui s'était déroulée approximativement au même moment l'année précédente et porta un toast à leur "anniversaire", ce que le fondateur salua d'un sourire, trouvant cela touchant.

-Ah oui ? C'est vrai en effet. Merci à vous.

Et il leva à son tour sa coupe avant d'en boire une gorgée. Finalement, ils semblaient même avoir très bien dialogué tous deux pour que Kanesuke ait déjà évoqué leur rencontre...Oh, sûrement pas de manière très détaillée mais il semblait déjà se sentir assez en confiance pour aborder certains sujets avec cet ange. Nul besoin de s'en inquiéter, il n'était pas dans la nature d'Hebichi de se montrer jaloux envers plus jeune que lui et c'était normal que Kanesuke se sente mieux à même de parler à un vampire qui même s'il n'était pas nouveau-né restait jeune et sans trop d'expérience. Il s'agissait de deux liens complètement différents et en tant que père, il resterait de toutes façons primordial à Kanesuke. Haine s'intéressa de nouveau à sa personne, ce qui enterra définitivement toute envie de lui en vouloir en quoi que ce soit, la curiosité teintée de respect et d'admiration toute innocente dont faisait preuve ce petit bijou l'enchantait vraiment. Aussi, il lui répondit, toujours des plus aimables.

-Naturellement. J'ai été herboriste et médecin personnel du troisième shogun Ashikaga...Aujourd'hui, une telle profession ne peut plus être exercée hélas, disons que je mets mes connaissances à profit pour mener quelques recherches et projets personnels d'ordre scientifique. Mais mis à part mon statut de fondateur, je n'ai plus vraiment de travail au sens "mortel" du terme.

Hebichi sourit quelque peu à cette dernière mention, restant convaincu que cette révélation allait encore lui faire gagner de l'estime auprès d'Abarai junior. Visiblement, il semblait proprement ébloui par le duo qu'ils formaient tous deux, lui et Kanesuke, auquel il s'était empressé de demander un autographe pour plus tard. Hebichi ne se serait jamais vanté d'être un expert en psychologie et il se savait doué d'un certain charisme et d'une prestance évidente mais Haine semblait bien trop enthousiaste pour que ça ne sous-entende pas un certain malaise latent...Bon, bien sûr, rencontrer une de ses idoles en la personne de son fils adoptif devait aussi puissamment encourager la chose et peut-être était-ce tout simplement dans sa nature d'être aussi curieux et jovial. Ce pauvre petit bien qu'il semble avoir bien dépassé la quinzaine d'années ne devait pas être en si bonne compagnie le reste du temps et sûrement souffrir de solitude comme tout jeune vampire. Sans compter qu'Abarai avait vraiment donné l'impression de le séquestrer au début, ou du moins de ce qu'il se souvenait avoir entendu à ce propos...
Du peu qu'il avait côtoyé ledit géniteur, Hebichi n'en avait gardé qu'une image glaciale, une statue d'albâtre dont ne filtrait aucun sentiment et rarement une expression ; s'il ne l'avait pas jugé ennuyeux de prime abord, il ne l'avait pas pour autant jugé digne d'intérêt car aussi placide que les eaux d'un lac. S'il se conduisait de la sorte avec Haine, nul doute que ce dernier devait respirer une fois laissé libre et autorisé à échanger avec des gens plus expressifs. Après, Hebichi se trompait peut-être sur toute la ligne, lui-même ne se conduisant pas du tout de la même manière dans l'intimité avec ses fils et en société. Il voyait bien Abarai avoir aussi un double jeu...Finalement, de rencontrer son enfant le faisait réfléchir à son sujet, alors que le fondateur ne se serait autrement jamais vraiment intéresser à l'ancien orfèvre, ou du moins pas présentement.


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: "Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."   Lun 27 Aoû - 4:19


Ça ne faisait donc que trente-et-un ans qu'Haine avait embrassé le mode de vie nocturne... ? Kanesuke en a un imperceptible soupir de soulagement. Pour être franc, il avait réellement craint que le petit vampire ait été à peine plus vieux que lui et en aurait été terriblement honteux. Et lorsque Haine a la sagesse d'ajouter qu'il n'avait pas participé à une de ces fêtes avant au moins ses cinq ans, Kanesuke retrouve doucement confiance en lui. Il a un sourire reconnaissant pour ce tout jeune vampire qui, pourtant, essayait de le rassurer un minimum, semblait-il. Son trouble était si évident ? Kanesuke en avait un peu honte, pour tout dire. Il aurait dût être plus fort. Mais, ces effluves délectables... L'envie de mordre, surtout. Mordre et ne plus jamais arrêter. Ça le rendait complètement fou. Il réalisait ce soir plus que jamais qu'il était une bête sauvage et avait peur que ça ne change jamais.

En tout cas, une chose était sûre : Haine savait exactement comment caresser tout en parlant. Peut-être était-il naïf et ne semblait-il pas être très au courant des choses de la vie, mais il avait aussi assurément de grandes qualités non-négligeable. Le jeune mannequin n'allait pas non plus le remercier là, maintenant, au milieu de tous ces gens... mais prenait note de le faire plus tard, toutefois. Haine continue de parler, cette fois en mentionnant son père vampirique. La façon dont il en parle fait doucement rire Kanesuke, mais pas du tout d'une façon moqueuse, au contraire ! C'était seulement mignon de l'entendre vanter ainsi cet homme.

« Tu sembles très attaché à « Ketsueki », dis-moi. », assure Kanesuke tout en faisant un petit clin d'oeil au flamboyant rouquin. « J'ai bien hâte de voir cet homme. Mais ne te rabaisse pas ainsi. Je commence tout juste à te découvrir que déjà, je remarque que tu es plein de compassion, que tu aimes rassurer et que tu es sûrement empli d'une tonne de bons sentiments, même envers ceux que tu ne connais pas encore. »

Surtout de nos jours, ce genre de compassion était plus que rare. C'était tout à l'honneur d'Haine, surtout que ça semblait lui venait naturellement, comme s'il possédait encore une candeur d'enfant. Bref, vient ensuite ce moment où il va chercher son père vampirique. Si Haine veut apprendre... eh bien mieux valait la pratique à la théorie ! Il lui montrait un exemple, là. Ce serait à répéter avec son père vampirique à lui ! Hebichi n'est en aucun cas vexé et ça fait doucement sourire Kanesuke, qui relâche son bras une fois qu'ils sont à nouveau devant Haine. Il reprend sa coupe en remerciant le rouquin... mais se voit un peu consterné lorsqu'il en boit la dernière gorgée et ça doit paraître. Alors que son père et cette nouvelle connaissance parlent, Kanesuke commence à fouiller la pièce du regard, stressé. Un homme passe près de lui, un cabaret plein de coupes pleines dans les mains. Aussitôt, le mannequin repose la sienne, vide, sur celle du serveur avant d'en prendre une nouvelle, pleine celle-là.

Il n'oublie pas de remercier... mais de façon très courte car aussitôt, il a le nez dans la coupe pleine ! Ça l'aide à faire passer les prochaines minutes. Toutefois, alors qu'Haine leur souhaite soudainement bon anniversaire et qu'Hebichi lui répond tout naturellement, le jeune homme s'étouffe un peu dans sa coupe. Il relève la tête, glissant poliment le bout de ses doigts contre ses lèvres généreuses avant de doucement reprendre la parole.

« En fait, Hebichi et moi nous connaissons seulement depuis un peu moins que la mi-octobre. », murmure lentement Kanesuke, abordant là un sujet difficile, mais pas assez pour ne pas pouvoir garder tout son self control. « Mon père vampirique a été assassiné... Hebichi m'a sauvé d'une mort certaine et m'a pris sous son aile sans se poser la moindre question. »

Par respect pour son défunt père vampirique, Kanesuke baisse les yeux quelques secondes, avant de les relever vers Hebichi, lui adressant un sourire reconnaissant. C'est vrai qu'il lui devait beaucoup. Si ça n'avait pas été de lui, on l'aurait abattu comme la bête fauve qu'il était devenu loin de son père vampirique, laissé à lui-même et au démon qu'il ne contrôlait pas. Il n'y avait pas de centre pour vampires orphelins. On les abattait vite fait, bien fait pour ne pas avoir à gérer davantage le problème. Kanesuke s'arrache néanmoins très vite à ses sombres pensées et c'est encore grâce à Haine ! Ça ne l'étonnait plus, à présent... ! De fait, alors que le jeune homme lui demande un autographe, l'homme n'hésite pas.

« Assurément... Mais à une condition. », commence chaleureusement Kanesuke, tout en faisant un petit clin d'oeil au rouquin. « J'aimerais bien qu'on se revoie. Te parler me fait du bien. Ça me ferait plaisir. »

Le jeune mannequin a un petit regard interrogateur pour son père vampirique, un « hm » songeur aux lèvres. Puis, sans prévenir, il glisse une main dans la doublure de la majestueuse robe de mage de son père. Il cherchait une poche intérieure fort pratique, en fait ! Et une fois là, il sort deux petites cartes qu'il contemple deux secondes avant de tendre celle des deux qui avait son numéro de téléphone à Haine. Relevant le regard vers Hebichi, il assure rapidement :

« Je vais t'en redonner une quand nous allons être de retour à l'appartement. » Il y a un petit moment de silence pendant lequel il en revient à Haine. « Appelle-moi, d'accord ? »

Avant, ça aurait probablement été dangereux comme façon de procéder... mais il savait qu'Haine n'allait pas s'essayer à vendre son numéro pour ne pas avoir d'ennuis avec Hebichi ! Kanesuke ouvre les lèvres, histoire d'en rajouter après que son père ait parlé de sa profession... mais une petite clameur s'élève vers la porte d'entrée, pour laquelle il a un regard curieux, même si rien ne semble sortir de l'ordinaire. Rien... jusqu'à ce qu'une délectable arôme vienne chatouiller ses narines. Kanesuke ne sait même pas ce qui lui arrive. Pourtant, son regard prend une lueur rougeâtre. Sa coupe tombe au sol sans même qu'il ne s'en rende compte et un grognement bas, mais fauve s'échappe de sa gorge.

Un humain...


Hors Jeu:
 


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 49 ans. 18 au moment de la mort.
Allégeance : Ketsueki, définitivement et aveuglément...
Messages : 29
Pseudo : Pandaa
Avatar : Shino [Lustknot]
MessageSujet: Re: "Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."   Mar 28 Aoû - 13:22





Quoi que toujours un peu intimidé, Haine commençait doucement mais sûrement à se détendre. C’était un peu –beaucoup- grâce à ces deux vampires qui l’avaient abordé pour des motifs autrement plus louables que les autres qui étaient passé le voir jusqu’ici ! De fait, si Haine s’était un peu ennuyé aux précédents opus de ce bal vampirique, quelque chose lui disait que cette fois ci serait différente ! Il avait fait la rencontre de deux personnages très intéressant et qui, l’un dans le monde vampirique, l’autre dans le monde humain, avaient un statut enviable et bien placé.

Lui, à côté de ça, se sentait un peu petit pour être honnête et ça dépassait la simple constatation purement physique oui ! C’était vrai que lui n’était… Hé bien, pas « personne » parce que même si Haine n’en avait pas toujours l’air, il avait un minimum d’amour propre… Mais il n’avait rien fait de particulier ni dans son vivant ni dans sa mort qui lui permette de s’estimer intéressant. En fait, ce qu’il avait pour lui, c’était d’être mignon. Si si, c’était Ketsueki qui le lui avait dit et redit… Jamais il ne l’aurait prit avec lui si ça n’avait pas été le cas… Décourageant ? Humiliant ? Haine en avait fait son partit et ne protestait pas. A chacun son domaine après tout, n’est ce pas ?

Que ce soit sincère ou simplement poli, Haine rosit à nouveau de plaisir lorsqu’avec ce charme dont semblait emprunt chacun de ses gestes, Hebichi lui assure que sa compagnie lui était agréable. Kanesuke paraissait fier comme un paon de l’avoir ramené à eux et ils formaient décidément un très joli duo. Ou bien couple tiens. D’accord, d’accord… peut être qu’Haine voyait de jolis couples partout seulement par dépit de ne pas pouvoir user de ce qualificatif pour lui-même et Ketsueki ! Mais il était patient et assidu ! C’étaient là deux qualités non ?

Hebichi remercie pour le « toast » mais Kanesuke semble s’étrangler dans son verre… Haine a un petit sourire navré, se demandant bien quelle mouche l’a piqué et lorsque la réponse tombe, il a un petit « ho… » désolé et un peu honteux d’avoir ainsi mit les deux pieds dans le plat. Lorsque le mannequin lui avait dit qu’il avait été fait vampire il y avait de cela à peu près un an, il avait évidemment supposé que c’était Hebichi qui l’avait mordu mais la réalité avait été beaucoup moins agréable…

Haine a un petit regard sensiblement honteux pour le fondateur avant de détourner les yeux. L’homme avait visiblement prit le partit de ne pas l’indisposer en lui signalant sa bêtise… Kanesuke avait eu moins de pitié mais à la limite, il avait eu bien raison : ça lui éviterait de commettre d’autres impaires de ce genre là. Il devait avoir l’air bien idiot non ? Un coup d’œil à Kanesuke lui permet de constater que le souvenir à de quoi lui être malgré tout pénible et Haine en a « mal au cœur » si l’on peut dire. Lui-même ne s’imaginait sûrement pas survivre à la disparition de Ketsueki et en fait, il ne voulait même pas entendre parler du fait que c’était une éventualité…

Ceci étant dit, Hebichi avait beaucoup de mérite d’avoir recueillit Kanesuke alors qu’il n’était pas réellement son fils et c’était là, sans aucun doute, le signe d’un homme de poigne qui n’avait pas usurpé sa position de leader dans cette région. Ca avait dût être difficile, mine de rien… Mais au fond, ils semblaient s’être plutôt bien trouvé, non ? A présent, Haine n’aurait plus osé supposer plus, de peur de commettre une nouvelle impaire…

Heureusement, détournant la conversation, Hebichi vient à parler de feu son métier et un nouveau « ho… ! » cette fois beaucoup plus enthousiaste franchit les lèvres d’un Haine peut être pas « fasciné » mais néanmoins intéressé. A l’époque à laquelle il était humain, les drogueries étaient encore monnaie courante et si effectivement, aujourd’hui c’était un métier plutôt désuet, on en trouvait encore quelques unes, mais dont l’existence était très probablement très différente de ce qu’elle fut jadis. Et puis… Ce n’était pas tout à fait pareil que d’être au service du shogunat, sans doute… !

C’était bête parce qu’Haine peinait à se rendre compte du réel intérêt scientifique de ce genre de pratique. Il n’était pas idiot… Mais peut être pas très savant non plus il est vrai. Tout ce à quoi il songeait, c’était à des décoctions multicolores, odorantes et fumantes qui auraient eu des vertus souvent plus « magique » ou « placebo » que réelles. Pourtant, il savait bien que « la nature » recelait des trésors médicinaux ou chimiques pour qui y regardait bien… Mais les mystères insondables du microscopique ou de l’infiniment petit lui étaient assurément trop abstraits.

๑ Je trouve ça très intéressant malgré tout. Peut être que certains livres d’histoire parlent de vous alors, ça doit être étrange à lire !

Oui bon, on a les références que l’on a ! Cependant, Kanesuke coupe à nouveau court à un possible dérapage d’Haine en lui promettant –en quelques sortes- son autographe, à la condition… Qu’ils se revoient ! Une carte de visite avec un numéro de téléphone lui est tendue et Haine s’en saisit avec une légère appréhension. Ca lui faisait penser à cette carte qu’il avait jeté puis récupéré il y avait quelques jours. Celle de Hizumi. Le contexte présent faisait que le jeune vampire était plus à l’aise évidemment… Mais sans parler de phobie, il avait un peu peur de ces contacts prolongés avec le monde des vampires. Une phobie sans aucun doute héritée de son père mais enfin…

Kanesuke lui demande plus clairement de le rappeler… Et après une nouvelle indécision, Haine vient néanmoins opiner rapidement. Rencontré ici, Kanesuke ne pouvait pas être une mauvaise personne n’est ce pas ? Et il avait un père plutôt éminent, Ketsueki n’aurait probablement rien à redire… ?

๑ D’accord, je t’appellerais.

De toute façon, ça ne lui coûtait rien ou pas grand-chose de le faire ! Haine aurait peut être pu ajouter quelque chose… Mais des exclamations se font rapidement entendre et un petit attroupement commence à se faire. Il n’est pas le seul à avoir perçu le changement, assurément… Du coin de l’œil, Haine voit la coupe de Kanesuke tomber et il a tout juste le temps de faire un écart pour qu’elle n’éclabousse pas sa tenue.

Un humain… Qu’il ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam se trouvait là, au bal vampirique alors que c’était rigoureusement interdit. Mais ce qui le laissait le plus perplexe, c’était le fait que le vampire qui l’accompagne et qui lui décache présentement les yeux… Soit Ketsueki !

๑ Mais qu’est ce que… ?

Alors qu’il fait un pas dans la direction de son père, une petite silhouette le bouscule au passage. Elégante, féminine et suivit d’une plus haute silhouette noire, Haine reconnait les Kuromiya juste parce qu’il en a entendu parler et l’un comme l’autre étaient impressionnant… Surtout que le plus efféminé des deux -Seijûrô ? Sensui ?- semblait à deux doigts de péter un fusible… Et que dire des membres des différents Conseils qui s’amassaient soudainement… ?

Haine lève un regard ahurit sur Hebichi qui de toute façon allait avoir un peu à faire avec Kanesuke et rapidement, balbutiant un peu :

๑ Excusez-moi, je crois que je vais devoir vous laisser…

Quelque chose ne tournait pas rond dans la tête de Ketsueki ce soir…




Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: "Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."   Dim 9 Sep - 23:25


Il ne savait si c'était l'ambiance festive, l'affection qu'il avait à l'égard de Kanesuke ou le désir narcissique d'apparaître comme son vrai père qui l'avait poussé à accepter le toast d'Haine sans ciller. Mais la réaction de son fils adoptif refreina plutôt efficacement son entrain. Non pas qu'il lui en voulait, Hebichi se reprochait cette maladresse et aucun des deux novices n'y était pour quelque chose. Il avait rendu un petit sourire désolé à Kanesuke après l'aveu de ce dernier...Son nouvel ami semblait s'en vouloir aussi d'avoir abordé le sujet mais comment auraient-ils pu l'en blâmer ? Comme ils s'étaient présentés, il ne faisait quasiment aucun doute qu'Hebichi était bel et bien le géniteur du mannequin, les adoptions étaient si rares dans leurs rangs de surcroît...Heureusement, la tension était vite redescendue après que le fondateur ait changé de sujet, détaillant son ancienne profession. Comme il fallait s'y attendre, la réaction de Mata Hari fût teintée d'enthousiasme mais le sourire que lui offrit Hebichi en retour fût plus hésitant et il ne tarda pas à ramener sa coupe à ses lèvres pour étouffer cette petite gêne.

Hélas non, les livres d'histoire n'avaient pas crût bon de mentionner sa grandeur, il n'y en avait eu que pour ce pendard de shogun, incapable de prendre une décision sans ses conseils avisés, à quémander des remèdes miracles ou des élixirs à la moindre écharde qui se ficherait dans sa sandale ! Et on avait eu l'audace de le traiter lui de manipulateur alors qu'Ashikaga s'était copieusement reposé sur lui...Enfin, cela avait toujours laissé un goût amer en bouche à Hebichi mais là encore, Haine avait crût bien faire. Replongé dans ses ressentiments, le fondateur n'avait entendu que d'une oreille distraite son fils cadet avouer qu'il aimerait revoir Abarai junior. Il fronça des sourcils en détournant la tête quand il le sentit fouiller dans son costume, que fichait-il au juste ?

Ah, sa carte de visite...Comment cela, il allait lui en redonner une ? Que comptait-il...? Hebichi comprit après quelques battements de paupières confus et méfiants...Il souhaitait donc garder contact avec le bijou ? Le fondateur en haussa les sourcils avant de sourire, un peu sarcastique...Et le vénérable accord de son père, qu'en faisait-il ? Il allait lui faire gentiment remarquer qu'il faudrait qu'il en discute d'abord avec le géniteur de ce délicieux enfant mais justement...ce dernier ne se fit pas prier plus longtemps et arriva. Seulement, il n'était pas seul. De là où il était, Hebichi ne distinguait pas grand chose de ce qu'il se passait mais l'ambiance avait radicalement changé. Un attroupement se formait et des exclamations indignées gagnaient le rassemblement. En entendant le tintement de la coupe tombée avec fracas au sol, le fondateur se reconcentra immédiatement sur Kanesuke...C'était bien ce qu'il avait sentit lui aussi, le parfum enivrant d'un mortel bien vivant et il n'en fallait pas davantage pour transformer son fils en bête sauvage. Hebichi se hâta de l'amener contre lui et de lui masquer la bouche de sa main, le retenant fermement. Mais qui était l'illustre imbécile qui avait fait pénétrer un humain ici !?

Quand il aperçut ledit imbécile en compagnie de la dinde décorée qui le suivait et alimentait la polémique, il écarquilla en grand ses yeux carmins. Abarai...? Mais qu'est-ce que...? Oui, Haine avait parlé pour lui...D'ailleurs le pauvre chéri semblait complètement perdu. Il fût bousculé par un duo de malotrus dont la plus petite silhouette n'échappa pas à Hebichi...Même sous ce maquillage criard et ses pseudo nippes de geiko, il reconnaissait Kuromiya...Et la grande bringue qui l'accompagnait devait être son fils. Ca sentait sérieusement le roussi...Très sérieusement même. Hebichi avait vu le groupe de conseillers se hâter vers les fauteurs de troubles, Sasara et Shiro étant apparus comme par magie d'il ne savait où. Sentant Kanesuke commencer à se débattre, Hebichi lui remonta son masque de ninja sur le museau et apporta une main ferme à son front.


-Du calme Kanesuke...Garde ton calme.

Puis il lui massa légèrement la tempe pour tâcher de l'apaiser avant de se reconcentrer sur son jeune ami, qui ne savait plus où se mettre.

-Haine, attendez !

Il fit un pas en sa direction et après avoir jeté un regard à la débâcle, lui dit en se penchant, l'air des plus sérieux.

-Quoi qu'il advienne, vous serez sûrement en danger ici. Allez vous mettre à l'abri sans tarder. Je tâcherais d'éviter le pire à votre père. Maintenant filez.

Non mais très sincèrement, qu'est-ce qui était passé par la tête d'Abarai ? Pour le surprendre en tous cas, il le surprenait et Hebichi ne devait pas être le seul à tomber des nues. Même pour faire un coup d'éclat, lui-même n'en serait pas arriver à faire débarquer un mortel non convié ici. En tous cas, maintenant qu'il avait donné sa parole au petit prodige, il faudrait qu'il tâche de sauver la mise à cet idiot...malgré qu'il ait fait des vagues dans SA région et à ce maudit bal annuel en plus de ça ! Hebichi soupira grandement, tout en gardant Kanesuke contre lui. Et maintenant, à qui allait-il bien pouvoir confier son fils ?

Il ne pourrait pas le garder lors de la concertation qui suivrait cet incident. D'ailleurs, parlant de fils...Fidèle à lui-même et à l'écart du brouhaha, Sadaharu semblait passablement blasé par la situation. Depuis quand était-il arrivé ce coquin ? Hebichi leva les yeux au ciel et donna un rapide coup de pied dans la coupe tombée au sol pour attirer l'attention de son fils aîné. Ceci-fait, il lui intima de venir illico d'un geste de l'index. Le tout serait de gaver Kanesuke avec le sang du banquet et de ne pas le lâcher d'une semelle...Il fallait aussi faire disparaître cet humain problématique au plus vite mais ça, Hebichi en faisait son affaire. Il avait hâte d'avoir le fin mot de cette histoire et espérait bien que Kuromiya en paierait le prix fort s'il était impliqué...


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: "Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."   




Revenir en haut Aller en bas
 

"Tels des pies, ils sont attirés par ce qui brille."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shizuoka :: Le Mont Fuji :: Forêt de Aokigahara-