C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)   Sam 22 Sep - 12:17


22 novembre 15h30


Il y a des matins plus faciles que d’autres, c’est certain. Akihide était pourtant un habitué des nuits écourtées. De par son métier, il allait rarement au lit avant 3 ou 4 heures du matin. Bien souvent, il s’endormait alors que le soleil était bien levé et que les gens normaux se préparaient à aller au travail. Pour compenser, il se levait tard, vers 4 heures de l’après-midi. Ainsi, son mode de vie était plutôt nocturne et ça fonctionnait plutôt bien. Toutefois, comme la majorité des gens vit durant le jour, Akihide était obligé, à l’occasion, de se lever après seulement quelques heures de sommeil pour assister à des réunions, faire des photos shoots ou encore donner des entrevues. Lorsqu’il n’avait pas de représentation la veille, ça pouvait aller. Il allait au lit à une heure un peu plus normale pour se lever comme tout le monde. Ce n’était pas aussi facile quand il passait la nuit debout pour son boulot comme c’était le cas aujourd’hui. Il venait de faire l’animation musicale pour une fête privée, un certain Shigeru Teruo. La soirée avait été très bien réussie. Les invités avaient participé et dansé toute la nuit. Akihide était encore électrisé par leur énergie quand il alla se coucher au petit matin. Ce fut long avant qu’il soit capable de s’endormir et malheureusement pour lui, son réveille-matin le ramena bien vite à la réalité

Un Akihide fatigué est un Akihide beaucoup plus calme et bourru. Il ne sera pas aussi exubérant qu’à l’habitude et il fera preuve de beaucoup moins de patience en général. Mieux vaut éviter de le contredire lorsqu’il affiche une tête de déterré. Ses décisions sont souvent sans appel. Alors, s’il décide qu’il ne vous aime plus, il va s’en souvenir. Toutefois, si vous êtes quelqu’un près de lui, il sera peut-être plus conciliant. En fait, c’est difficile de prévoir sa réaction. Akihide est imprévisible et spontané de nature. Disons qu’il n’a pas été très tendre avec son manager qui lui proposa, lors de la réunion du jour, un changement dans son style vestimentaire. Il voulait que son protégé démontre un peu plus de classe. Akihide vieillissait. À l’aube de la trentaine, il devait montrer aux yeux du monde qu’il prenait en maturité. Enfin, ce sont les arguments fournis par son manager. Il ne faut pas être surpris que le DJ rejette tout en bloc. Les gens l’aimaient ainsi, il n’avait pas besoin de changer. Pas question d’enlever ses piercings ou de couper ses cheveux. Non, Akihide allait rester ainsi aussi longtemps qu’il le voudra. Puis, en vraie diva capricieuse, il quitta la réunion avant la fin. Son manager était habitué à son comportement, mais il ne fallait pas s’étonner si le jeune homme finissait par se faire taper sur les doigts.

À la sortie de la réunion, Akihide pensa rentrer directement chez lui pour aller dormir. Toutefois, il avait besoin d’aller faire les courses et comme il était déjà debout, autant en profiter alors qu’il était de sortie. Il lui semblait avoir aperçu un supermarché lorsqu’il était en chemin pour le bureau. Au volant de sa voiture, il tourna un peu en rond dans le quartier avant de le trouver. C’était une grande chaîne. À cette heure, il n’y aurait que les mères au foyer avec leur gamin trop jeune pour aller au jardin d’enfants ainsi que les personnes âgées. Outre certains regards un peu trop curieux, il serait tranquille. Il gara sa voiture de luxe qui détonnait un peu avec les autres véhicules du stationnement avant d’attraper un panier à provisions.

Dès qu’il mit les pieds à l’intérieur du supermarché les regards se tournèrent vers lui. Il faut dire qu’il n’était pas bien différent qu’à l’habitude dans son style vestimentaire. Il était peut-être juste un peu moins bien coiffé, sans parler des grosses lunettes soleil qu’il portait pour passer inaperçu et cacher le fait qu’il était fatigué et non maquillé. Évidemment, niveau discrétion, il se faisait difficilement pire. Le temps était gris et laissait présager des averses plutôt qu’un soleil lumineux. Ce n’était pas un temps pour porter un tel accessoire. Ainsi, les mères de famille s’empressèrent de prendre la main de leur progéniture pour la garder près d’elle alors que les personnes âgées commencèrent à passer des commentaires à voix basse. Akihide s’en moquait totalement. Il était ici en mission : s’acheter de la nourriture.

Vous ne serez pas surpris d’apprendre qu’Akihide est en fait un très mauvais cuisinier. Il ne s’est jamais donné la peine d’apprendre. Il sait tout juste se débrouiller. Le plus souvent, il va aller manger dans un restaurant. C’est meilleur au goût et il risque de manger plus sainement que s’il restait à la maison. Ça ne l’empêchait pas de faire quand même le tour des fruits et des légumes et d’en remplir son panier pour bien paraître. S’il va en manger effectivement un peu, le reste finira par se perdre et c’est la femme de ménage qui devra tout nettoyer ensuite. Akihide suit une logique qui lui est toute personnelle. Difficile de le comprendre quand n’était pas proche de lui. D’un point de vue extérieur, il semblait quand même s’amuser à prendre des choses pour le mettre dans son panier. Il examinait les fruits, les sentait avant de les remettre à leur place ou encore de les prendre avec lui. S’il voyait un enfant, il lui faisait une grimace pour le faire rire. On sentait une certaine affinité avec les enfants. C’est peut-être parce qu’il était, en fait, un grand enfant.


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)   Lun 24 Sep - 15:05


Mais quel est cette étrange chose dans le creux de son poignet, baladant ses pattes épaisses sur son épiderme. Le souffle coupé, les prunelles foncées de la brune détaillaient chaque yeux invisibles sous cette couche de petits poils épais. La chose ne faisait même pas la taille de son ongle, elle était ridiculement petite, mais elle s'était posée là où elle ne devait pas être. Les jeunes filles, pour la plupart, n'avaient aucun remord à gesticuler dans tous les sens pour que l'araignée disparaisse. Elle qui était si inoffensive et petite... Bien que l'aranéide était incapable de nuire avec sa misérable taille, elle dérangeait, et elle terrifiait. Ayame laissait l'air tiède s'échapper de ses poumons alors qu'elle se rendait compte qu'elle bloquait le passage d'une vieille dame qui pestait contre cette sale adolescente... Oui, oui. Elle était détestable si ça arrangeait si bien la grand-mère.

La nipponne n'y avait pas fait réellement attention, lançant une légère excuse alors que la dame était déjà bien lui. La ruelle était mal éclairé par la lumière du jour. Ce qui ne l'aidait pas à y voir clair. Elle se baissait tout de même en direction du sol et tenait de faire descendre la malveillante sur le sol. Mais rien à faire, l'araignée ne bougeait pas, elle semblait apprécier la chaleur de son poignet et avait décidé de s'y reposer.

« Allez, tu m'ennuies. Descends. Une gesticuleuse t'aurait déjà tuée en t'éjectant sur le sol et en t'écrasant de la pointe de son talon. Tu ne te rends pas compte de la chance que tu as de tomber sur une personne comme moi. »

L'araignée ne semblait pas l'entendre, ni comprendre un traitre mot de ce qu'elle disait. En même temps, s'attendait-elle vraiment à une réponse ? On la prendrait déjà pour une folle si on la voyait ainsi, à discuter avec cette créature. Elle tournait la tête en direction de la ruelle, la main toujours poser sur le sol pas forcément propre de la ruelle. Elle avait du temps à perdre, et sa patience était gigantesque. Mais elle aurait quand même préférée flâner dans le supermarché pour trouver le papier qu'elle cherchait plutôt que d'essayer de convaincre une bestiole... C'était plus valorisant. Mais vu qu'elle ne raconterait à personne son entrevue avec l'araignée, cet épisode n'avait aucune importance. Ayame détournerait peut être la petite histoire pour en raconter une meilleure à ses collèges et à ses amis du web, mais ça s'arrêterait là. Surtout si son histoire ne lui donnait pas un grand auditoire... Elle aimait recevoir un minimum de reconnaissance lorsqu'elle racontait ses histoires complètement truqués. Non, elle n'était pas mythomane pour deux sous. Cela n'avait rien à voir avec son état de santé mentale non plus. La japonaise avait juste peur de raconter le vrai, c'était se dévoiler à quelqu'un, c'était raconter un bout de sa vie : bon, peut être que psychologiquement, de ce coté là, ça n'allait pas. Mais qui s'en souciait ? Personne ne voyait le mensonge dans ses propos, et c'était tant mieux.

Alors qu'elle s'était perdue dans ses pensées, son regard se tournait en direction de la bestiole qui avait fait un bout de chemin jusqu'à sa manche. Instinctivement, la demoiselle mit son doigt en face de l'ennuyeuse pour qu'elle n'entre pas dans son pull. La baladeuse vint se nicher sur son doigt, et alors que la brune posait à nouveau sa main à même le sol, l'araignée descendit enfin. Non mais franchement, qu'y avait-il de si palpitant à raconter ce genre d'anecdote ? On rirait sans doute de sa pitié pour un vulgaire insecte. Même si dans ce cas-ci, on avait plus affaire à la classe des Arachnides.

« Ah, enfin ! »

Souffla t-elle en se redressant alors qu'un homme la contournait de façon virulente. Il la suivait des yeux tout en avançant dans la ruelle, alors qu'Ayame lui faisait un léger signe de la main. Elle lui avait fait peur ? Même si le monde était petit, il avait sans doute déjà oublié son visage. Il raconterait peut être à sa femme ce soir qu'une folle était accroupis dans une ruelle en train de communiquer avec une bestiole. Soit. Sa vie n'allait pas être chambouler pour si peu. Le pauvre homme devait bien plus se soucier de ce qui rôdait la nuit et de son manteau qui dissimulait son cou.

Après avoir regarder où se dirigeait l'araignée, elle quitta son poste d'observation pour rejoindre le supermarché à quelques pas de là. Elle croisait le regard de la vieille dame qui attendait son bus juste devant et qui ne détournait même pas le regard. Et après c'était elle la sale fille ? Depuis quand on reluquait les gens de cette façon en pleine rue ? Ayame et le magasin, ça faisait deux. Elle ne savait jamais où trop chercher, surtout dans les supermarchés. Elle cherchait la partie fourniture, et en général, elle préférait les papeteries pour ça. Hors, dans ses deux papeteries actuelles, il n'y avait pas ce qu'elle cherchait. Les ruptures de stocks étaient récurrentes ces derniers temps... Le magasin n'était pas bondé, à son plus grand bonheur. Généralement, c'était compréhensible en début d'après-midi, les gens étaient au travail.

Mais alors qu'elle parcourait les différents rayons, son regard se figea sur un profil qu'elle croyait reconnaître. Elle qui était si douée, elle passa quelques minutes à observer l'individu avant de rabattre (brusquement) sa main sur l'épaule de l'observé.

« Aki-Kun ! J'étais vraiment pas sur que c'était toi ! Depuis quand tu fais tes courses ? Tu les fais pas en ligne en général ? Non ? Si tu veux je peux t'aider, niveau fruit je m'y connais ! »

Et bam. Discrétion zéro. Les regards s'étaient légèrement tournés dans leur direction, mais la brune n'y faisait pas attention, comme d'habitude. Un large sourire étirait ses fines lippes alors qu'elle se rendait compte qu'elle avait peut être surpris son interlocuteur...



Dernière édition par Takahashi Ayame le Jeu 27 Sep - 9:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)   Mar 25 Sep - 14:37


Akihide n’était pas du type nerveux. Même s’il peut être excité comme une puce et sauter partout, il peut se montrer très calme, voire même indifférent. Ainsi, il n’était pas facile de le surprendre. Toutefois, on pouvait quand même arriver à le faire sursauter, surtout lorsqu’il est concentré sur quelque chose et que quelqu’un arrive sournoisement derrière lui pour abattre brusquement une main sur son épaule. Un peu comme dans la situation actuelle où Akihide déployait toute sa concentration pour choisir ses fruits. Il était en lendemain de veille en plus. Il fallait lui donner une chance. C’est encore heureux qu’il soit sorti du lit. Il aurait très bien pu rester confortablement dans son lit en s’assurant que son téléphone portable soit éteint pour ne pas être dérangé par les appels de son manager. Bref, quand Ayame abattit sa main sur l’épaule de l’artiste, ce dernier ressentit une fraction de seconde de profonds malaises. Il eut l’impression que son cœur manqua un battement alors qu’une puissante dose d’adrénaline électrisa tout son corps et acheva de le réveiller complètement. On pouvait dire maintenant qu’il était parfaitement alerte. Sous l’effet de la surprise, il échappa le pauvre ananas qu’il était en train d’examiner. Heureusement, ces fruits sont coriaces et il s’en sortit sans aucun dommage. Évidemment, il reconnut la jeune femme sans avoir à se retourner. Même s’ils ne se connaissaient pas beaucoup, Akihide reconnaîtrait entre mille l’enthousiasme débordant de la jeune femme.

— Ayame, ne fais plus jamais ça.

Son ton n’était pas particulièrement abrupt, mais on voyait qu’il n’avait pas apprécié l’approche sournoise de la jeune femme. Il ne l’avouera jamais, mais Aki avait quand même eu peur pendant un bref instant. C’était ridicule. Après tout, qui voudrait l’agresser dans un supermarché?

Heureusement pour Ayame, le DJ se ressaisit vite et ce fut comme si rien n’était arrivé. Il retrouva sa bonne humeur et adressa même un sourire à Ayame. Il remit l’ananas en place et continua à marcher.

— Hum, ouais. D’habitude je les fais en ligne, mais j’avais une réunion avec mon manager aujourd’hui. J’étais déjà sur le chemin, alors pourquoi pas? Depuis que j’ai mi les pieds ici, je me fais regarder de façon suspicieuse par les petites mères de famille et leurs mioches incontrôlables. Au moins eux, je peux les faire rire en faisant des grimaces.


Il fit une grimace à Ayame pour illustrer son propos. D’ailleurs, un peu plus loin, un gamin les aperçut et sembla trouver très drôle la grimace d’Aki qui détala dans les allées en riant. Qu’il profite de ces moments de liberté et de jeux. Dans pas longtemps, il allait commencer l’école et il ne pourra plus s’amuser autant. Non, il sera trop occupé à avoir les meilleurs résultats possible pour pouvoir être admis dans les écoles les plus prestigieuses. Ah, les jeunes Japonais n’ont vraiment pas la vie facile.

— Tu t’y connais en fruits? Et en cuisine? Je fais tout bruler dans une cuisine à moins que ce ne soit des nouilles instantanées. Et encore, il m’est arrivé de les rater.

Akihide ne lisait pas toujours les instructions. Parfois, ça aboutissait à des résultats douteux, voire catastrophiques. Il avait presque mi le feu à son appartement une fois. C’était un stupide accident, mais s’il avait fait plus attention, ça ne serait jamais arrivé.

— Sinon, pourquoi es-tu ici? Je ne pensais pas que tu vivais dans le coin et étrangement, je ne t’imaginais pas faire les courses.

C’est idiot comme pensée, mais c’est vrai. Il imaginait beaucoup plus la jeune femme faire ses courses par Internet que de sortir arpenter les allées des magasins. La plupart des filles sont fans de magasinage et deviennent complètement dingues durant la période des soldes, mais il avait l’impression que ce n’était pas le cas pour Ayame. Cette fille était hors du commun. C’est pour cette raison qu’Akihide la laissait être aussi familière avec lui. Ils étaient, jusqu’à un certain point, semblables. En même temps, il ne la connaissait pas encore assez bien pour être certain de ce qu’il avançait.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)   Ven 28 Sep - 6:26


La tension avait été palpable pendant quelques secondes, mais Ayame ne se posa aucune question. Son impulsivité avait pu surprendre le jeune homme concentrer sur ses fruits, mais malgré le soubresaut qui avait fait trembler son corps durant quelques secondes, elle ne s'en formalisait pas. Ayame était douée de réflexion comme tout le monde, mais elle avait un certain mal à comprendre les sentiments chez les autres. Elle trouvait déjà les siens compliqués, et elle trouvait Aki encore plus complexe qu'elle. Ainsi, elle n'avait pas envi de réfléchir à la conséquence que pourrait avoir ses actes. Alors que ses doigts glissaient de l'épaule du jeune homme, la voix de ce dernier lui semblait profonde. Peut être emprunte d'un peu de noirceur et donc, de mécontentement. Comment ça il n'était pas content ? Elle n'avait pas eu l'impression d'avoir était brusque en l'accostant. La brune se mordait la lèvre intérieur alors qu'elle voyait les traits du visage de son étrange ami se détendre. Les lèvres de la nipponne s'entrouvrirent tout de même sur quelques mots :

« Désolé, je ne te pensais pas si concentré. » Elle ne l'avait surtout jamais vu aussi concentrer. Après tout, ce n'était pas comme si elle le connaissait par coeur. Elle ne le connaissait qu'à peine, et elle faisait d'ailleurs tout pour ne pas laisser filtrer des fragments de son passé. Peut être que c'était pour cela qu'il s'était jamais confié à elle. Cela pouvait se comprendre, c'était la folie du donnant-donnant. Et Ayame ne respectait pas toujours ce deal. Sa vie resterait enfermée dans un coffre pour toujours, et elle n'était pas prête à s'ouvrir même à ses plus chers amis. Elle les aimait, elle voulait les protéger, mais elle souhaitait que personne ne sache rien d'elle. Elle se souvenait de quelques mots qu'avaient prononcé son père à son encontre une fois, alors qu'elle restait muette et que son visage était complètement fermé. " Un jour, tu auras besoin d'un puits dans lequel déverser toute ta peine. Ne reste pas fermer à tes alliés, ils ne te comprendront jamais. Et le jour où tu exploseras, tu pourras leur faire du mal. " Ayame balayait ses pensées alors que la peine commençait à revenir à l'assaut. Elle aurait tellement aimé savoir ce qu'il en était advenu de son grand-père. Elle aurait aimé savoir où il était partis. Elle aurait aimé au moins savoir s'il était encore en vie.

Elle gardait le sourire. Contrôlant ses émotions. Elle ne devait en aucun cas laisser filtrer quoique se soit, elle était forte, elle n'encombrerait personne avec ses problèmes, et surtout, elle garderait tout enfermée. Les mensonges étaient vils, mais il la protégeait de la déception. Ayame ne s'était jamais posée la question du comment réagirait un de ces amis en apprenant que la vie de la jeune fille était purement et simplement inventé. Personne n'était au courant de sa double vie, personne ne connaissait sa véritable passion, personne ne savait qu'elle passait la plupart de ses journées et nuits sur l'ordinateur à se dessiner un rêve.

Aki se déplaça sur le coté après avoir reposer l'ananas, et la brune le suivit simplement, pendu à ses lèvres. Oui, elle devait sans doute le prendre pour une de ses fans hystériques. Hors, la nippone n'avait aucune expérience ni culture dans le domaine de la boîte de nuit ou autre truc du genre. Ce qui faisait qu'elle ne connaissait pas le passé glorieux du jeune homme, qu'elle ne connaissait son ancienne vocation, qu'elle ne le voyait pas comme une célébrité tout simplement. Alors que le beau mec terminait sa phrase, elle enchaîna de sa voix naturellement gaie :

« Qu'est-ce qui ne va pas chez ces mères ? Tu n'as rien fait. Elles te prennent pour un pédophile ou quoi ? » Le naturel d'Ayame quand il s'agit d'aborder les sujets de conversation qui pouvaient être tabou. Bien heureusement, elle avait mesuré le ton de sa voix (et le degré), alors qu'un nouveau sourire étirait ses lippes.

Elle ne put pas s'empêcher de rire lorsqu'elle apprit que le jeune homme avait déjà brûlé des nouilles instantanées. C'était amusant, elle venait d'apprendre quelque chose sur lui en quelques secondes. Et la façon dont il racontait son expérience avec la cuisine était très amusante. Elle laissa sa main glisser sur ses lèvres, dissimulant son rire. On allait éviter de se faire remarquer dans le magasin. En tout cas, il avait bien vu, elle ne faisait rarement voir jamais ses courses. Généralement, elle préférait le petit magasin en bas de son immeuble où il y avait à peu près le peu qu'elle avait besoin pour survivre. Il lui arrivait aussi d'acheter sur internet, mais les supermarchés étaient trop imposants pour elle. C'était bien trop imposant, et elle n'aimait pas le monde. Paranoïaque ? Non. Elle n'avait juste pas l'habitude. Elle qui avait passé la plupart de son enfance au temple. Et bien entendu, au lieu de dire la stricte vérité sur sa capacité de cuisiné, elle rétorqua :

« Je passe une grande partie de mon temps dans la cuisine, mais il m'arrive de louper des plats pas trop difficile. Pourtant, je suis toujours très concentrée sur ce que je fais, c'est à ne rien comprendre ! Je dois être maladroite. Si tu veux, un jour, je te ramène quelque chose chez toi. »

En gros, elle allait demandé à une de ses amies de préparer quelque chose pour elle, et elle ramènerait ça. Ayame ne restait jamais dans une cuisine très longtemps, parce qu'elle était trop rêveuse pour rester concentrer sur un truc. Elle oubliait très vite ce qu'il y avait sur le feu. Elle aurait bien aimé cuisiner, mais elle n'avait jamais pu apprendre les rudiments de la cuisine parce qu'elle était trop occupée par son principal emploi. Si l'on pouvait appeler cela un emploi.

« Et je suis là parce que je cherche du papier cartonner pour ma cousine, elle a besoin pour son cours du soir. Je lui rend un service ! »



Dernière édition par Takahashi Ayame le Sam 29 Sep - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)   Sam 29 Sep - 14:21


En fait, ce n’était pas tant qu’il était concentré, mais le fait qu’il ne s’attendait pas a croisé l’une de ses connaissances ici. Après tout, ils étaient dans un supermarché et les gens qu’il côtoyait au quotidien n’étaient pas du genre à sortir faire les courses en plein milieu de la journée. Non, soit ils avaient quelqu’un pour le faire à leur place, soit il le faisait par internet, soit ils ne faisaient rien du tout et allaient manger au restaurant. Il n’y a qu’Aki qui a encore certaines habitudes des gens normaux. Il n’y a pas si longtemps, Akihide était encore un parfais inconnu qui se battait pour survivre à Tokyo. Vivre dans la grande métropole quand tu n’as pas d’argent, c’est loin d’être facile. Heureusement, c’était loin derrière lui maintenant.

— C’est surtout que je ne m’attendais pas à croiser quelqu’un que je connais ici. En plus, tu as le don de te faufiler en vrai ninja.

Il la taquinait, bien évidemment. Akihide aimait taquiner Ayame, mais pas seulement elle. Le jeune DJ était connu pour lancer des pointes dans le genre. À vous d’aimer ou non son attitude parfois puérile. Toutefois, il n’était pas le seul à avoir un sens de la répartie redoutable. Ayame y allait parfois de commentaires acerbes pouvant choquer le Japonais moyen, mais qui faisait rire Akihide à pratiquement tous les coups. Quand elle s’interrogea sur le comportement de ces mères, Aki du faire un gros effort pour ne pas éclater de rire à gorge déployée. Il regarda plutôt sa jeune amie avec un sourire qui voulait dire : tu as vraiment dit ça!?

— Voilà, on va avoir la sécurité sur le dos maintenant!

Akihide tentait toujours de contrôler son rire, mais ce n’était pas chose aisée. Il donnait l’impression d’être sur le point de s’étouffer maintenant. Voilà pourquoi il gardait Ayame dans son cercle d’ami! Il y avait aussi le fait qu’il la trouvait plutôt mignonne, mais c’est une autre histoire.

Il s’engagea avec son panier dans l’aller des pâtes instantanées pour s’en faire une provision. Il remplissait son panier comme quelqu’un qui n’avait visiblement pas l’intention de retourner faire ses courses avant un moment ou qui craignait mourir de faim. Il n’avait vraiment plus rien dans ses placards. Quand Aki se décidait à sortir faire les courses, il avait déjà repoussé le moment pendant plus de deux semaines.

— Tu es une fille. Les filles sont naturellement douées dans une cuisine.

Il lui fit une grimace. Il savait que ce commentaire machiste risquait de la faire réagir. Il la taquinait, mais comme pas mal de Japonais, il avait des tendances machos parfois. Il ne faut pas lui en vouloir, c’est la société qui est ainsi.

— Est-ce une tentative pour que je t’invite chez moi, ça?

Il la taquinait encore, mais c’est vrai qu’Akihide ne l’avait jamais invité chez lui. En fait, il invitait peu de personnes chez lui, seulement ses amis les plus proches. Son appartement était son sanctuaire, son espace privé dans lequel il pouvait avoir la paix. Chez lui, il n’était pas rare qu’il ferme son téléphone cellulaire pour ne pas être dérangé inutilement. Même Akihide avait besoin d’un peu de solitude parfois. Il était toujours entouré d’une foule de gens. Sa vie allait à une vitesse folle et il en était parfois tout étourdi. Aki avait besoin d’arrêter pour simplement se ressourcer un peu.

— C’est envisageable… Si c’est pour avoir droit à un bon petit plat fait par toi, je serai fou de refuser.

Un clin d’œil. Voilà qu’il lui faisait du charme! Akihide était vraiment incorrigible dans son genre. C’est à se demander ce qu’il pouvait avoir en tête. Évidemment, il ne pouvait pas savoir qu’elle lui mentait. Ce n’était pas un bien gros mensonge, mais Aki n’aimait pas les gens qui lui racontaient des histoires. Il préférait la franchise. Le jeune artiste est toujours très franc avec les personnes de son entourage. Il l’est même parfois un peu trop, ce qui cause des conflits. Peu importe, il était ainsi et il voulait que les gens agissent de la même façon envers lui.

— Du papier cartonné? Hum, il y a toujours un rayon babiole dans les supermarchés. Il devrait y avoir du papier cartonné. Allons voir là-bas.

Akihide prit les devants avec son panier vers le fonds du magasin. Effectivement, il y avait un rayon papeterie. Il n’était pas très fourni, mais il y avait les essentiels et même du papier cartonné.

— Voilà! T’as de la chance, c’est le dernier paquet.

Il lui donna le paquet puis, sans avertir, partit en courant jusqu’au bout de la rangée en poussant son chariot. C’était un comportement aussi imprévisible que débile. Il s’arrêta juste au bout de le l’allée pour se retourner vers Ayame qui devait encore être devant la papeterie. Heureusement, il n’y avait personne dans la rangée, mais on devait l’avoir vu sur les caméras de surveillance. Akihide était un vrai gamin insouciant.

— Allez, tu viens? J’ai besoin de quelqu’un pour porter les sacs!


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)   Sam 6 Oct - 8:49


Il y avait combien de supermarché à Tokyo ? Beaucoup. C'était, une grande joie qu'elle l'ait croisé, mais étant donné que les supermarchés étaient nombreux, elle trouvait que le hasard était agaçant avec lui aujourd'hui. La brune n'avait pas eu envie d'expliquer la raison de sa venue au supermarché, et elle préférait largement inventer un mensonge plutôt que de parler de l'une de ses activités, c'est-à-dire le e-commerce. Activité qu'elle souhaitait cacher. Autant que la première. Bien qu'elle se sentait un peu mal à l'aise intérieurement (car mademoiselle ne le montrait jamais s'il vous plaît), elle ne put s'empêcher d'esquisser un sourire lorsqu'il lui dit qu'elle se faufilait tel un ninja. Ayame ne se sentait pas si rapide, de plus, au moment où elle l'avait surpris, il était simplement concentrer. Même si elle avait été lente, il aurait réagis pareil. Mais le ton du jeune homme l'enchanta, il avait l'air moins décontenancer et semblait reprendre goût à leur discussion.

La sécurité à dos ? Oh, les vigiles n'oseraient pas s'en prendre à eux pour si peu. En faites, dans la tête de la demoiselle, ça l'amuserait que les vigiles se jètent sur eux pour les faire sortir du magasin. Mais vu que ces derniers semblaient ne rien avoir entendu, il fallait simplement attendre qu'une mère craintive aille leur parler pour évoquer l'existence des deux malfrats. Non, mais c'est vrai quoi ! Elle ne trouvait pas qu'Aki avait l'air d'un quelconque assassin. Ses piercings ne devaient pas être l'origine de la crainte des mères, il y avait peut être autre chose que la demoiselle ne savait pas... Le problème, c'est qu'Ayame n'était pas le genre de personne à se poser ce genre de question. S'il avait eu une vie avant, pleine de débauches et de péripéties, elle n'avait pas envi de le savoir. Comme lui n'aurait pas envi de savoir la personne qu'elle était vraiment. C'était mieux ainsi, et c'était l'assurance qu'ils s'entendraient encore. Un sourire étira ses fines lippes (encore) alors qu'elle répondait machinalement :

« La sécurité rirait peut être de mes propos. Car, elle se rendrait aussi compte de la stupidité de ses mères. Attends, les enfants ont l'air d'apprécier tes grimaces, j'vois pas où tu peux être dangereux là ! Tu n'es quand même pas armé, si ? »

Après, elle était partie sur le culinaire. Quelque chose lui disait qu'elle aurait dû se taire et que là, son mensonge était plus gros que d'habitude. Essayait-elle de briller à coté de lui ? Grande question qu'elle n'avait pas envi de se poser au risque de se prendre un mur. Elle n'avait vraiment pas envi de le décevoir sur un plan aussi stupide. Or, maintenant qu'elle avait fourré ses deux pieds dans le plat, autant continuer sur cette belle lancée.

Aki avait l'air émerveillé par cette annonce. Et il ne put s'empêcher de sortir des propos qui auraient dû la transformer en dragon. Comment ça, toutes les filles étaient doués pour la cuisine ? C'était totalement faux, étant donné qu'elle était nulle, et qu'elle en connaissait d'autres qui n'étaient pas de petit chef. En réalité, ce genre de propos machiste ne l'avait pas réellement atteint. Cela avait été dit avec tellement de nonchalance, que cela n'avait pas eu un impact négatif chez elle. En même temps, ses propos se révélaient parfois vrai dans de nombreux cas au Japon. Les filles, étaient souvent faites pour ça, elle avait le goût et la passion. Oui, que des conneries. Généralement, les chefs cuisiniers étaient des hommes... Ah, peut être parce qu'ils voulaient éviter de trouver une femme à la tête du restaurant ? Ça c'était plus macho.

« Oh. T'es pas obligé de m'inviter aussi simplement, c'était juste un commentaire en l'air. Je ne te force pas à m'inviter tu sais ! C'est. Un peu déplacé de ma part d'ailleurs... Et puis merde, si t'en as pas plus envi que ça, tu peux très bien dire clairement que tu veux pas que quelqu'un comme moi entre chez toi. »

Elle s'était un peu emportée sur le coup. Certes.
La cause aurait pu être dû à son mensonge. Mais c'était plutôt qu'elle avait l'impression de l'avoir poussé à l'inviter... Enfin, c'est ce qu'elle ressentait. Or, si en plus, elle pouvait éviter d'attacher les fourneaux chez lui... Elle sentait que ce mensonge pourrait quand même lui mener la vie dure... Ou pas. Car cela serait aussi l'opportunité d'allumer enfin le gaz pour autre chose que des nouilles chez elle. Après, si elle en aurait le temps, elle était pas sur. Elle avait bien d'autres activités importantes sur le feu qui lui prenaient quand même presque toutes ses journées, et ses soirées... Cela risquait d'être compliquer. Mais, pour masquer sa crainte, elle laissa son regard s'illuminer.

« Enfin, je dis ça, je dis rien ! Je préfèrerais venir chez toi parce que tu en as envi, plutôt que parce que je te l'impose tu vois ! »

Oui tu vois...
Et elle avait quand même peur de sa réponse, parce qu'elle sentait bien qu'il allait finir par l'inviter un de ces quatre... lorsqu'il aurait un petit creux. Elle le voyait bien l'appeler un jour, et l'inviter le jour même... Le bordel.

Ayame le remercia intérieurement lorsqu'il parla de ce qu'elle cherchait dans ce magasin. Sur ce plan là, elle avait joliment déguisé un beau mensonge. Elle n'avait pas de famille, sauf son grand-père disparu, sa mère perdue quelque part au Japon, et un père totalement inconnu qui était peut être mort. Sa famille, c'était ses amis (rares), les personnes de l'ordre avec lesquels elle n'était pas forcément amis, les vampires qu'elle surveillait, et ses contacts internet. Que c'était beau... la vie. La brune hocha la tête lorsqu'il lui parla de son papier cartonner, elle eut du mal à le suivre tellement il agissait en furtif entre les rayons. Il lui plaqua le dernier pack entre les mains avec son plus beau sourire et partis à nouveau dans l'autre sens comme une furie. Les choses s'étaient succéder tellement vite, que la brune n'avait rien suivis.

« Aki-Kun, attends deux secondes ! Va pas si vite ! »

C'était une vraie pile ce mec. Et il avait trop de mal à rester en place plus de deux minutes... Elle regarda vaguement les papiers cartonnés qu'elle tenait entre ses mains, et remarqua qu'elle venait de perdre de vue le jeune homme qui s'était glissé dans un rayon. Elle le retrouverait, c'était pas comme si le supermarché était immense et sur deux étages. Les yeux caramels de la nippone se tournèrent vers le rayon, elle attrapa quelques décorations. Des rubans (parfait), des petits sachets de formes, et... elle perçut des feutres avec une couleur assez originale qu'elle attrapa aussi. Les bras pleins, elle dû tout mettre dans un cadi pour éviter de tout semer derrière elle.

Maintenant, il fallait le retrouver.

Mais une tête apparue près d'un rayon, alors que la voix de son ami l'inciter à venir. Il n'avait pas assez de bras pour porter ses sacs. Et bien, heureusement qu'elle était là. Elle s'approcha rapidement de lui en évitant de renverser tous les contenus du cadi, et rétorqua :

« Ça m'arrangerait que tu sois moins express quand même, sinon un de tes sacs risquent de faire le bonheur d'un sans-abris dans la rue. J'ai énormément de mal à te suivre gamin ! »

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)   Mer 10 Oct - 1:48


Akihide, un gamin? Un gros bébé gâté, oui! Il approche peut-être de la trentaine, il a encore la maturité d’un adolescent de 15 ans et il ne semble pas pressé de vieillir. Ce n’est peut-être pas une si mauvaise chose. Après tout, il sait profiter de la vie. Il s’amuse autant qu’il le peut sans se soucier de quoi demain sera fait. Certaines personnes désapprouvent cette attitude, car ils ont perdu depuis longtemps cette insouciance. D’un autre côté, Akihide projette parfois l’image de quelqu’un sur qui on ne peut pas compter en cas de problèmes, comme s’il n’avait pas la maturité et le sang-froid pour gérer les situations de crise. C’était malheureusement le cas. Aki évitait le plus possible les problèmes. Il n’évitait pas d’en créer. Non, Akihide est particulièrement doué pour causer un tas de situations problématiques. Toutefois, il a beaucoup de mal à faire face aux conséquences, car il s’en moque totalement. Il faut des gens autour de lui pour le contrôler et lui dire quoi faire sinon il risque de s’empêtrer encore plus dans les ennuis. Il ne pense pas aux conséquences plus graves que pourraient engendrer ses gestes. Il n’a pas conscience du fait qu’il pourrait ruiner sa carrière de DJ et anéantir tout le travail qu’il a accompli jusque-là. Toutes les personnes autour de lui espèrent qu’il finira par se réveiller un jour et le plus tôt sera le mieux.

Akihide était déjà arrivé au comptoir-caisse lorsqu’Ayame le rejoignit enfin avec ses achats. Au moins, elle ne le traitait pas d’idiot, même s’il en était un. Même fatigué, Aki tenait difficilement en place. Peu de personnes arrivaient à le suivre ni même à le comprendre. C’était dans sa nature d’être imprévisible.

— C’est toi qui traines trop dans les allées. Ah, les filles, elles sont toutes pareilles.

Attendez de magasiner avec Akihide. Lorsqu’il est question de faire les boutiques, le jeune homme est imbattable. Il semble s’habiller n’importe comment? C’est une illusion! Tout est étudié avec un soin presque obsessionnel. Pour faire les boutiques avec lui, il faut être très patient.

Le jeune DJ vida son panier sur le comptoir de la caissière. Un rapide examen lui confirma qu’il avait assez de nourriture pour tenir un petit moment. De toute façon, il fréquentait beaucoup plus les restaurants qu’il ne cuisine en fait. Ce n’est pas demain la veille qu’il va mourir de faim.

— Non, je ne me sens pas obligé de t’inviter chez moi. Si je n’avais pas envie, je ne le ferais tout simplement pas.

Aki regarda le montant de ses emplettes monter et se dit intérieurement que bientôt, il faudra être riche pour se permettre de manger. Bon, ce n’est pas comme s’il manquait d’argent, mais de plus en plus on voyait dans les ruelles de la métropole des sans-abris. Lui-même avait échappé à cette vie grâce à sa détermination. C’est pourquoi il avait toujours une certaine sympathie pour les gens vivant dans la rue.

— Si tu veux, viens chez moi… maintenant. Je ne sais pas, tu as peut-être tes achats à ramener chez toi. Après, tu n’as qu’à passer ou je te dépose… ou on y va directement.

Il paya ses achats par carte et déposa ses sacs de provisions dans le panier. Il invitait peu de personnes chez lui, mais il aimait bien Ayame et il se doutait bien qu’elle n’irait pas mettre le bordel dans ses affaires. Il ne lui demandait pas de cuisiner pour lui, mais si elle avait envie de passer, il ne disait pas non. Puis, il avait envie d’avoir un peu de compagnies. Il n’avait rien de prévu ce soir ni demain.

— Pas besoin de cuisiner. Je vais faire venir du restaurant… ou on partira en mission pour trouver le restaurant le plus reculé et le plus louche qu’on trouvera dans le quartier.

Il attendit que la jeune femme paie ses emplettes avant d’avoir la réponse. Évidemment, Akihide faisait tout pour la charmer en lui faisant ses sourires les plus ravageurs. D’un point de vue extérieur, il donnait vraiment l’impression d’être un adolescent bourré d’hormone essayant de faire du charme à une jeune femme. Il faut dire que, niveau discrétion, il y avait mieux. En même temps, ce n’est pas comme si Aki avait réellement l’intention de la mettre dans son lit. Il aimait bien Ayame, car elle le suivait dans ses délires. Avec elle, la vie était simple. Inutile de se compliquer la vie.

— Aloooors?

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)   Mar 13 Nov - 7:55


Elle n'était pas venue ici pour un sprint, elle aimait marcher tranquillement dans les allées lorsqu'elle en avait l'occasion. Ainsi, la brune jugeait qu'il était inutile de courir comme une dératé pour suivre le jeune homme. Il était réellement pressé pour tout, sa vie allait à cent à l'heure et elle ne parvenait pas à le suivre. En réalité... Elle pourrait le suivre sans aucun problème en faisant preuve de jugeote en passant par d'autres chemins pour le rejoindre, ou alors... en courant tout simplement. Ayame n'était pas non plus la flèche par excellence, elle était bien plus agile que rapide. Chacun ses compétences. La chasseuse arrivait tout de même rapidement à destination en n'hésitant pas à commenter le comportement de son ami, qui lui renvoya joliment la balle.

« Ah ! Genre tu me trouves pas plus chiante que les autres ? Blague ! Et puis franchement, t'as raison, j'peux pas dire que les mecs sont tous pareils, vous êtes tous tellement différents que c'est trop dur de faire le tri dans cette masse masculine. Alors que nous, les filles, comme on est toutes pareilles, vous savez jamais laquelle choisir. »

L'idée d'aller chez lui lui faisait vraiment plaisir, mais l'idée de déposer les affaires chez elle c'était autre chose. Ayame préférait largement cacher le taudis dans lequel elle vivait, et elle n'avait absolument rien ranger. Même si elle lui sommerait d'attendre à l'extérieur à cause de bazar de son appartement (ouais studio quoi), elle était presque sur, que par curiosité, il viendrait pousser la porte. Oh, peut être pas hein... C'était pas comme si elle connaissait chacune des réactions du brun, après tout, il était trop imprévisible. Malgré qu'elle puisse sans aucun problème anticiper certaine chose chez les gens, Aki était parfois un sacré mystère. Un casse tête qu'elle aimerait beaucoup élucider. Un sourire étira ses fines lippes alors qu'elle observait le jeune homme déposer ses marchandises sur le tapis de la caissière.

« On peut aller directement chez toi ! C'est pas si urgent de déposer mes affaires chez moi. J'en mourrais pas, ça me fera une petite soirée en ta compagnie... En plus j'ai rien à faire dans la soirée, mais j'pense partir quand même avant minuit si ça te dérange pas... ! » Tout cela dit avec un large sourire, elle avait l'air idiote, ou tout droit sortie d'un bon vieux manga japonais. Certes, elle ne saurait pas comment lui expliquer pourquoi elle devait partir avant cette horaire, mais elle trouverait bien au cours de la soirée... Ce soir, elle était de sortie, et elle ne repoussait pas ce genre de chose dans son emploi du temps. Déjà parce que ça ne lui était pas permis, mais aussi parce qu'elle ne se le permettait pas. Même si elle adorait ce mec hyperactif, elle ne pourrait pas passer au dessus des ordres qu'on lui donnait. Alors que la vendeuse avait déjà fini de passer tous les produits d'Aki, elle mettait rapidement les siens qui était beaucoup moins nombreux. À la sortie du magasin, elle prit le temps de répondre :

« J'aime l'idée de chercher un restaurant... Attends, c'est beaucoup plus amusant, et puis... On pourra se perdre dans les ruelles les plus paumés de Tokyo, ça nous changera ! Quand on mourra vraiment de faim, notre estomac nous guidera. » Ça l'amusait vraiment cette idée, et puis... ça lui manquait un peu les sorties de ce genre, si on enlevait ses sorties nocturnes trop régulière ces derniers temps.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)   Dim 25 Nov - 23:27


Akihide regarda la jeune femme alors qu’elle était en train de payer ses achats. Leur relation était plutôt particulière, mais ils avaient au moins comme point commun qu’ils aimaient se taquiner l’un l’autre.

— En fait, non, les filles ne sont peut-être pas toutes pareilles, mais elles ont quand même certains traits en commun. Par exemple, je ne connais aucune fille qui ne soit pas douée pour poser des questions pièges. La première question qui me vient en tête est : est-ce que ça me grossit? Le mec intelligent va immédiatement répondre : non, tu es magnifique. Si elle est dans une bonne journée, elle va être contente et venir t’embrasser. Si elle est dans une mauvaise journée, elle va dire que tu es un menteur et que tu as dit ça simplement pour lui faire plaisir. Elle va commencer à crier et toi aussi, puis elle va s’enfuir chez sa meilleure amie et ensemble, elles vont passer la journée à nous traiter d’imbéciles. Le gars va aller rejoindre ses amis, raconter ce qui c’est passer et soupirer que les femmes sont toutes pareilles, va boire un coup et changer de sujet.

Avec son sourire le plus charmant, il ajouta.

— Ne viens surtout pas me dire que j’ai tort!

Ça pouvait paraître caricatural, mais au final, c’était la vérité. Bon, ce n’était peut-être pas vrai pour tout le monde, mais une grande majorité pouvait se reconnaître dans ce qu’il venait de dire. Évidemment, il y a tous ceux qui sont trop orgueilleux pour admettre qu’ils se ragent dans cette catégorie, mais ça, c’est une autre histoire…

Comme ses achats n’étaient pas urgents, Ayame proposa d’aller directement chez lui. Elle n’avait rien à faire et passer la soirée avec Akihide semblait lui plaire.

— Oh, madame est comme cendrillon. Elle a peur de se changer en citrouille si à minuit elle n’est pas rentrée chez elle. » Il pouffa de rire. « D’accord, tu es la bienvenue. De toute façon, j’avais l’intention de te mettre à la porte seulement quand j’aurai envie d’aller dormir. »

Il l’invita ainsi à le suivre jusqu’à sa voiture. C’était un modèle sport d’une marque luxueuse, mais qui restait quand même discrète. Il y avait des voitures plutôt plus clinquantes circulant sur les routes de Tokyo. C’est amusant de voir à quel point Akihide pouvait être exubérant sur certaines choses comme ses vêtements et être plus discret dans son choix de voiture et même de décoration comme le constatera un peu plus tard Ayame. Disons qu’Akihide était un véritable personnage en soi. Il aime se faire remarquer au milieu d’une foule, mais il apprécie également la tranquillité et la discrétion. Il est très probable que le jour où Akihide sera en couple, son ou sa partenaire sera probablement beaucoup plus discrète et calme que lui. Bon, le jour où il sera « je t’aime » à quelqu’un n’est pas encore arrivé, mais on ne sait jamais ce que la vie nous réserve.

— Tu es certain que tu ne veux pas aller te changer chez toi? Ça ne me dérange pas d’aller te porter. Je préfère ça que te t’entendre râler plus tard que tu aurais dû aller te changer. Je ne connais pas beaucoup de filles qui vont faire leurs courses habillées d’une façon et ensuite sortir le soir avec les mêmes vêtements. En même temps, moi je veux aller manger dans un petit bouiboui de quartier, pas dans un chic restaurant. Je n’ai pas vraiment envie de sortir en boîte non plus.

Akihide joua à l’homme galant en lui ouvrant la portière du côté passager. Il savait que ça allait peut-être la faire réagir et puis il n’était pas bourrin, enfin, pas complètement.


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)   Jeu 29 Nov - 10:08


Rah, les questions pièges des filles. C'était un vrai dilemme, même pour moi. Je ne se m'étais pas forcément dans le sac de ces personnes, même si parfois, ces filles ne devaient même pas se rendre compte qu'elles posaient des questions pièges. Hormis l'exemple que venait de donner Aki, il pouvait y en avoir pleins d'autres. Je n'en avais pas spécialement en tête, peut être parce que je n'étais pas tout à fait comme certains.

«C'est quand même une généralité ! Et puis... vous les mecs, vous avez aussi de sacré défaut qui énervent les filles. T'as une vision tellement fermée des filles ! Qu'est-ce qu'elles t'ont fait pour que tu les renies à ce point ?» Je plaisantais bien sur. Je doutais qu'il ait été traumatiser par des femmes. En réalité, j'étais persuadée que c'était lui, parfois, qui devait les faire suer. Il fallait pouvoir le supporter, ou du moins, avoir la mentalité pour arriver à le suivre, autant dans ses propos que dans sa gestuelle. «Donc, si, je viens de te dire clairement que tu as tord. Parce que vous êtes pas mieux, vous les mecs !» Oui, je en savais pas grand chose, mes relations amoureuses avaient toujours été limité. Avais-je réellement le temps pour vivre une histoire d'amour ? Peut être une ou deux histoires d'un soir lorsque je n'étais pas dehors à me les cailler, la capuche rabattu sur ma tête. Sérieusement, je savais plus de choses sur les gens et les clichés de part les livres, les romans, les informations, qu'en les ayant côtoyer. Moi, ermite ?

«Cendrillon ? Genre. Ça veut dire que je suis mal habillée c'est ça ?» Murmurais-je en riant et en prenant le soin de le pousser légèrement en avant. Je m'amusais à me la jouer vraie fille qui prenait au mot ce que venait de dire Aki. Parce que franchement, la façon dont j'étais habillée, j'en avais rien à faire. Je me trouvais bien comme ça, ça me permettait de courir plus vite (si j'en avais l'envi). Il ne m'était même pas venu à l'idée que j'aurais pu essayer d'être plus présentable pour sortir dans la rue, surtout pour une fille. Les hommes eux, n'avaient pas ce problème, ils pouvaient presque s'habiller avec un sac poubelle sur la tête que personne ne s'en offusquerait. Tandis qu'une demoiselle avait un sac sur la tête, là tout de suite, c'est un outrage, et il faut lui lancer des pierres. Même si le japon avait quelque peu évoluer sur son idéologie et ses traditions, certaines choses étaient restés les mêmes.
Je ne pus m'empêcher de lâcher un rire lorsqu'il parla de ces filles qui ne sortaient pas avec les même vêtements le soir. Oui, c'était mieux en général, surtout quand tu sortais avec un garçon que tu avais dans ton collimateur. Oui mais voilà, je réfléchissais de façon plus économe, et sauf si j'avais été roulé dans la boue la journée, je ne me changeais pas pour un évènement en particulier. Cela m'était déjà arrivée, d'ailleurs, de me retrouver à une réunion sur l'avancée du web en mode : jeans et basket. On m'avait refusé l'entrée. Comment j'aurais pu me changer hein ? J'avais passé une nuit entière dehors, et si je reprenais le chemin de Minato, pour revenir dans l'arrondissement de Taîto, j'aurais pris trop de retard... Donc finalement, oui, j'avais quand même raté mon coup, c'était pas faute d'avoir essayer de me bouger les fesses.

«Alors, j't'explique. Je reste comme ça, déjà parce que j'ai pas envi d'aller jusqu'à Minato, et aussi parce que je ne vois pas l'intérêt de changer de vêtement alors que je me suis levée il y a trois heures. Donc, je pense que la direction est toute choisit. Et merci !» Pour la portière. Moi aussi, j'aurais bien aimé avoir une voiture à moi. Mais, contrairement à Akihide, je n'avais pas l'argent pour m'acheter même une poubelle.

[sujet terminé — suite appartement d'Akihide]


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)   




Revenir en haut Aller en bas
 

Même Akihide doit faire ses courses (PV Ayame)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shinjuku-