C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



☩ Votre destin m'appartient ☩

Messages : 11
Pseudo : Requiem
MessageSujet: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Sam 13 Oct - 1:03



La brebis égarée...
Mardi, 1er Novembre, 00h15

Un silence de mort s'était abattu sur la grande salle dans lequel le bal vampirique se déroulait lorsque Abarai Ketsueki y mis le pied. Des regards agrandis par la stupeur dévisageaient le nouvel arrivant, digne dans son costume de pharaon, le regard allongé par un trait de khôl artistiquement dessiné, le teint bronzé par un soleil qu'il ne voyait pourtant plus depuis des siècles. Devant lui, yeux bandés, se tenait un homme. Jeune, grand, mince... mais tout ceci importait peu. Car, alors que Abarai dévoile ses yeux, son regard fasciné trahis des origines déjà connues par son parfum alléchant : un humain. Les vampires se remettent doucement du choc, mais pas de la surprise... Ils chuchotent sur le passage de Ketsueki. Comment le gérant du Candies & Leather avait pu contrevenir à ce point à leurs lois ? Lui qui ne créait jamais de vagues, qui se faisait si facilement oublier...

Tous les regards sont braqués sur ce drôle de duo. Jusqu'à ce que plusieurs silhouettes ne convergent toutes vers le même point. Le centre d'attraction devient rapidement les différents membres du Conseil qui réagissent sous le regard attentif de Fujimori Sasara, tapis dans l'ombre, près d'une porte discrètement camouflée par une tapisserie. Abarai Ketsueki est solidement empoigné par Hioki Shinnosuke et Nakajima Katsuo pour être amené vers la dite pièce. Pendant ce temps, Hiraiwa Shiro attire l'attention d'une main de maître en faisant un petit discours improvisé pour excuser ce fâcheux contre-temps, demandant aux vampires présents de bien vouloir continuer à festoyer, de laisser ce problème au Conseil qui allait rapidement y remédier. Discrètement, Omura Shino rapatrie différents membres du Conseil pour la réunion qui aurait bientôt lieu, les guidant jusqu'à Sasara.

Un jeune vampire fait du bruit de l'autre côté de la salle. Mais avec habileté son père vampirique, Naraku Hebichi, le ramène au calme, donnant des instructions précises à son premier fils, histoire qu'il s'occupe correctement de son petit frère indomptable maintenant que l'odeur de cet humain avait été perçu par son odorat surdéveloppé. Murakami Fubuki, l'humain appartenant vraisemblablement à Kuromiya Sensui, est entraîné par ce dernier de force jusqu'à une autre petite salle vide, différente de celle visée par les conseillers. Le pas pressé et long, Kuromiya Seijûrô suit son père. Son visage grave et fermé n'invite absolument pas à la discussion et les deux vampires disparaissent rapidement avec leur possession.

Alors que tout semble se calmer, ça ne fait réellement que commencer... La réunion d'urgence du Conseil est ouverte...

Ordre de passage:
1. Hioki Shinnosuke
2. Fujimora Sasara
3. Omura Shino
4. Hiraiwa Shiro
5. Nakajima Katsuo
6. Naraku Hebichi


Instructions :
- L'ordre de passage doit impérativement être respecté.

- Vous avez quatre jours pour faire votre réponse lorsque vient votre tour.

- Vous recevrez un MP si la personne avant vous met plus de quatre jours à répondre pour vous demander de poster. À partir du moment où le MP vous est envoyé, vous avez vous aussi quatre jours pour répondre.

- Si vous passez trop souvent votre tour et n'avez aucune absence valable, votre tour de réponse vous sera définitivement retiré.

- 20 gouttes de sang vous seront créditées en plus des 25 de clôture de topic pour votre participation =) Bien sûr, si vous êtes abonné aux absents, ces gouttes de sang ne vous seront pas créditées.

- Ce topic sert à trouver une sanction à appliquer pour la faute commise. Celle-ci est déjà décidée puisque c'est un tournant important pour les personnages concernés, mais n'hésitez pas à proposer, à réfuter, à analyser, etc...

- Amusez-vous et merci de participer <3


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Samurai's Heart ☩

Âge : 408 ans ▬ 37 ans
Allégeance : Au Conseil et à la société vampirique
Messages : 90
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Byung Hun
MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Lun 15 Oct - 4:07


Le visage fermé et grave de Shinnosuke ne renvoyait plus aucun des sentiments agréables qu'il communiquait habituellement aux autres. Il n'était pas très jouasse... Et les raisons de cette colère étaient évidentes. Dans une petite pièce attenante à celle qu'il occupait présentement avec quelques autres membres du Conseil, se trouvait Abarai Ketsueki, qui attendait son jugement. Shinnosuke se doutait qu'il ne bougerait pas de cet endroit, attendant patiemment son heure... Mais, ce soir, Abarai les avait tous surpris une fois. Alors pourquoi pas deux ? C'est la raison pour laquelle il se tenait très près de la petite porte, attendant que Shino ait rapatrié tous les différents membres du Conseil qui devaient assister à cette réunion d'urgence. Quelle idée était traversée par la tête de ce demeuré ? Même Katsuo ne semblait pas pouvoir répondre à cette question alors que pourtant et c'était bien connu, il était un ami proche d'Abarai. Pourtant, ceux-ci se comptaient sur les doigts d'une main et encore, il était généreux. Mais visiblement, même Katsuo n'avait pas eu l'ombre d'un indice sur ce qui se déroulerait ce soir. Ou bien, il était très doué pour feindre...

Shinnosuke observait les derniers arrivants, qui se consultaient à voix basse pour la plupart. La porte se referme, un des conseillers annonce que Naraku Hebichi aura du retard parce qu'il s'occupe de sa progéniture, ce à quoi l'imposant Coréen ne peut qu'acquiescer, approbateur. Trop peu de vampires savaient encore comment s'occuper de jeunes loups... et c'était bien désolant. Finalement, il décolle un peu de la porte, convenant que tout compte fait, Abarai avait décidé de se tenir tranquille. Sans mot dire, il s'approche du centre de la pièce où tous crées un grand cercle, de façon consciente ou pas. À la tête de ce cercle trône Sasara, la Grande Fondatrice, celle qui avait autorité suprême sur eux tous. Le regard de Shinnosuke glisse un moment sur les traits de la grande dame -pas niveau taille, toutefois...!-, appréciant la maîtrise d'elle-même qu'elle affichait présentement. Pour autant, dans cette pièce, consternation et colère régnaient de façon évidente en maître. Comment aurait-il pu en être autrement ? Ce qui venait de se passer était une aberration à leur code d'honneur. Et que ce soit un vampire sans histoire, qui se faisait généralement oublier de ses pairs, qui commette l'irréparable... Non vraiment, tous étaient plus ou moins sous le choc et ça se comprenait.

Shinnosuke est le premier qui élève la voix. Cet état de colère, peu l'ont vu avant aujourd'hui. Et pourtant, l'homme savait être d'une cruauté implacable sans jamais n'avoir nécessairement eu à le démontrer. Il savait toutefois qu'il n'allait pas surprendre la Grande Fondatrice, qui connaissait bien ses ouailles.

« Cet affront est inadmissible. », tonne Shinnosuke, sa voix grave planant un moment dans la salle à présent silencieuse. Les tours de paroles étaient généralement très bien respectés au sein des Conseils. Shinnosuke n'était probablement pas celui qui aurait dût prendre la parole le premier, néanmoins, mais puisque personne n'y semblait décidé... « Le châtiment doit être à la hauteur du geste ! Mais on dit de cet homme qu'il est froid comme les pierres et que rien ne l'atteint... N'as-t-il pas un talon d'Achille ? »

Son regard se tourne tout naturellement vers Katsuo, qui était probablement celui qui connaissait le mieux Abarai Ketsueki dans cette salle. Shinnosuke fait un pas vers l'avant, le tissu de son kimono de samouraï claquant doucement contre ses chevilles. Une grande main est portée au katana de cérémonie qu'il porte à la taille... et il ne faut pas être diplômé d'Harvard pour comprendre ce que ce geste signifie. Malgré tout, le conseiller bien décidé à se faire entendre ne recule devant rien et reprend la parole, toujours grondant.

« Si vraiment il n'a aucune faiblesse, alors peut-être qu'il n'y a qu'un châtiment qui conviendrait ! Nous devons montrer l'exemple. », s'exclame Shinnosuke. Aussitôt, quelques membres s'emballent, surtout pour le soutenir. Personne ici ne voulait qu'un simple ermite piétine leur égo... Sauf peut-être quelques bien pensants qui doutaient assez pour protester. « C'est lui qui devrait avoir peur, pas nous. Or, n'avez vous pas vu son visage ? Entre impassibilité et contentement... »

Et ça, c'était abject ! Shinnosuke tourne la tête vers Sasara, puis le corps et finalement, il s'incline humblement devant la grande dame.

« Naturellement, la décision vous revient entièrement, Fujimori-san. Je ne fais que communiquer mes propres idées et valeurs. »

De toute façon, tous ceux qui faisaient parti du même conseil que Shinnosuke savaient la fidélité et le dévouement sans limite qu'il vouait à Sasara. Jamais il ne serait revenu contre sa décision, sauf si celle-ci n'avait vraiment aucun sens. Mais justement : Sasara n'était pas femme à prendre une décision à la légère, aussi Shinnosuke la suivait-elle aveuglément. Et qu'elle soit une femme ne changeait rien pour lui. Il savait ce que c'était, que d'être jugé pour son physique. Lui-même essuyait encore des remarques sur ses traits coréens par les plus anciens des vampires et c'était encore pire lorsqu'il tonnait qu'il était purement Japonais, en conférait son accent de Tôkyô. Toutefois, tous n'étaient pas de cet avis...


_________________


~ Hioki Shinnosuke ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 758 ans
Allégeance : Grand Conseil
Messages : 21
Pseudo : Ming
Avatar : Yuri Masuda de [M.O.V.E]
MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Mer 17 Oct - 10:19


Sasara était silencieuse, étudiant encore ce qui venait de se produire. L’improbable, en fait. Un vampire était venu à leur réunion annuelle et par pur esprit de provocation, sans doute, il avait amené un humain. Bien sûr, ce n’était pas n’importe quel vampire ni n’importe quel humain… Abarai Ketsueki, le si tranquille et froid vampire qui d’ordinaire sortait aussi peu de chez lui qu’il adressait la parole à qui que ce soit avait amené un humain qui appartenait vraisemblablement à son ancien ami et plus farouche ennemi : Kuromiya Sensui. Que lui était-il passé par la tête quand il avait songé à ce sombre plan… ?

L’urgence avait été sonné car même si en soit, le problème était facile à résoudre, l’affront était de taille. Heureusement, chaque Conseiller et Grand Conseiller avait réagit promptement. L’incident avait été balayé des yeux de tous vers des portes dérobées et c’est l’une d’elle que Sasara avait justement passé en compagnie de tous les autres, songeuse mais pas moins déterminée à mettre du plomb dans la tête de cet oiseau de malheur qui, toujours suffisant, n’avait pas exprimé le moindre signe de remord.

C’était trop. Abarai ne comprenait-il pas qu’il ne pouvait pas faire « à sa guise » ? Ils étaient tolérant envers les vieux vampires et peut être qu’ils l’étaient trop, finalement…

C’est Shinnosuke qui prend la parole le premier et Sasara à un regard en coin pour Shiro. Son bras droit, qui aimait la lumière (sans mauvais jeu de mot) venait de se faire couper la chique. Mais l’heure n’était pas aux petites guéguerres de pouvoir n’est ce pas ?

Le grand métis –disons-le ainsi- commence à parler de la teneur inqualifiable des actions d’Abarai et la Grande Fondatrice ne l’interrompt pas. D’une main, elle vient lisser un pli sur la manche de son royal costume puis sur le lassage de son corset qui lui comprimait un peu la poitrine. Heureusement qu’elle ne respirait plus…

Sa main s’aventure finalement jusqu’à sa tignasse blonde et partiellement bouclée dont elle rajuste une longue mèche dans une épingle, sous la couronne pâle qui justifiait à elle seule le côté « reine » de son costume. Reine l’occidental, il va sans dire. Et moyenâgeuse donc sans tous les froufrous qu’on aurait pu trouver à une robe de ce genre à partir de la renaissance… Bref…

Alors qu’il est question de talon d’Achille chez Abarai et que Shinnosuke se tourne vers Nakajima Katsuo, Sasara en fait de même, plongeant son regard dans celui du Conseiller vêtu comme un guerrier. Il semble un rien maussade devant cet intérêt soudain que tout le monde lui porte même s’il reste tranquillement à sa place. L’amitié qui liait les deux vampires –Abarai et Nakajima- n’était un secret pour personne du fait que c’était là la seule que l’on connaisse réellement à Abarai.

Ceci étant dit, Shinnosuke poursuit sur sa lancée et Sasara en revient à lui. Brave Shinnosuke qui savait se faire aussi doux qu’un agneau la majeure partie du temps avant de se faire dur, sévère voir même carnassier lorsque la situation le réclamait. Mais chaque personnalité présente aujourd’hui avait de toute façon son côté face et son côté pile, de manière plus ou moins subtile...

L’immense coréen –à qui elle n’aurait pas dit les choses ainsi, le connaissant bien- s’incline devant elle, lui remettant les clefs de la conversation et Sasara incline rapidement la tête pour le remercier, non seulement de son intervention mais également pour le respect qu’il lui communiquait. Elle était un peu de la vieille école et c’était une attitude qu’elle appréciait à sa juste valeur.

- Merci, Hioki-san.

Il laisse le silence revenir un instant avant de faire quelques pas pour se retrouver un peu plus au centre de l’attention. Elle qui à la vie était toujours si discrète pour le bien de sa sécurité savait se faire beaucoup plus présente lorsque la situation l’exigeait et si elle n’était vraiment pas grande, elle compensait par une grande expérience dans la gérance de crises en tout genre. Mais il était normal qu’elle soit habituée… N’était elle pas le Grande Fondatrice depuis la création même du Grand Conseil ? Sans fausse modestie, peu auraient pu prendre sa place à l’heure actuelle et remplir comme il se doit les fonctions qui incombaient. Shiro, sûrement. Il avait les épaules de ce post… Mais peut être pas le caractère et pour être honnête, Sasara croyait parfois voir chez lui un peu de ce qu’elle avait autrefois vu chez Sôzokunin Ankô, avant qu’il soit envoyé à l’exil… Quoi qu’il en soit…

- Vous avez raison. Abarai Ketsueki a franchit une limite que nous ne pouvons tolérer. Si cet humain ne représente pas une menace « considérable », il a néanmoins créé une brèche dans notre système et nos coutumes ancestrales…

Ca, c’était clair et Sasara ne pouvait absolument pas transiger là-dessus.

- Et vous avez encore raison lorsque vous affirmez qu’il sera difficile de faire plier cet homme, Hioki-san. Toutefois…

Parce que oui, Sasara allait tempérer légèrement la « suggestion » que son Grand Conseiller avait faite… Elle a un sourire pour Shino dont elle croise le regard et dont elle était certaine que le caractère doux et pacifique saurait la rejoindre.

- Je ne pense pas que la mort soit le châtiment qui s’impose. Il ne fait aucun doute que nous devons nous montrer ferme et trouver la punition qui s’impose… Mais, à moins d’une unanimité, je m’oppose pour ma part à la mort d’Abarai-san.

Ce vampire avait, malgré sa discrétion, beaucoup d’importance dans la communauté et au-delà de ça, elle avait un peu l’impression que ce serait finalement perdre face à lui. D’autant que :

- Vous qui êtes si sensible à la paternité, n’êtes vous pas inquiet de savoir qu’à même pas cinquante ans, Kindaichi Haine se retrouverait livré à lui-même ?

Sasara à un sourire apaisant pour Shinnosuke, signe qu’elle appréciait néanmoins grandement le fait qu’il ait fait une proposition à ce sujet.

- Nous pourrions toujours l’exiler sur une période ? Lui interdire la châsse pendant quelques lunes ?

Rien qui ne la satisfasse réellement, pour tout dire. Et parce qu’elle avait confiance dans son intervention, Sasara se tourne à nouveau vers Shino, demandant :

- N’avez-vous pas une opinion sur la question, Omura-san ? Vous avez toujours su user de beaucoup de sagesse lors des grandes questions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 639 ans, mort à 25 ans
Allégeance : A la société vampirique
Messages : 52
Pseudo : Myu.
Avatar : Miya {MUCC}
MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Jeu 18 Oct - 22:27



Cette année, la réception vampirique n'allait visiblement pas se dérouler comme prévue, et ce à la plus grande surprise des invités. Comme toujours, les convives étaient arrivés au fur et à mesure, jouasses pour certains, réticents pour d'autres ; mais autant dire que ce n'était pas là un changement fondamental. Quoi qu'il en soit, personne ne semblait être en mesure de deviner ce qui allait advenir de cette soirée qui semblait pourtant des plus paisibles. Si jusqu'à dès lors, Shino ne connaissait guère Abarai Ketsueki, il n'aurait pourtant jamais pensé que ce dernier eut put jouer un tel tour en cette soirée ; après tout, la réputation solitaire du gérant du Candies & Leather n'était maintenant plus à faire. C'était donc interloqué et perplexe que le vampire du Kansai s'était tourné en sa direction, sentant à ses côtés l'odeur d'un humain qui de toute évidence n'était pas censé se trouver ici. Bientôt, agitation et panique gagnèrent la salle, tandis que les regards allaient de Ketsueki, aux vampires du Conseil, tout en passant par l'humain qui semblait tout à la fois émerveillé et effrayé. Alerte, Shino abandonna la conversation qu'il avait en cours pour adresser un regard inquiet à ses collègues, avant de prier ces derniers de se réunir dans une petite salle à l'écart, tandis que Shiro se chargeait de calmer l'audience.

Quand tous eurent fini de s'occuper de leurs affaires respectives, un cercle se forma tandis que le mutisme confus et tendu dans lequel ils étaient plongés depuis quelques instants fut rompu par Shinnosuke, qui semblait tout bonnement hors de lui. Shino, mains jointes dans le dos, se contentait pour sa part d'écouter, faisant preuve de sang-froid et de calme comme à son habitude ; non pas qu'il trouvait la situation dénuée de toute gravité, seulement agir avec impulsivité et sans réflexion serait certainement une erreur. Suivant du regard le grand conseiller, il acquiesçait de temps en temps pour montrer son intérêt, bien qu'en réalité il n'approuvait guère la proposition du vampire aux traits exotiques ; certes, l'affront d'Abarai était du domaine de l'intolérable, mais l'idée d'en venir à l'exécution lui semblait trop extrême, en plus d'être porteuse de certaines conséquences. Si certes, le fondateur du conseil du Kansai ne savait pas grand chose sur le fautif, il savait néanmoins que ce dernier était le père d'un tout jeune vampire qui ne pouvait être lâché à vue de son jeune âge. D'ailleurs, à parler de ne rien savoir au sujet du père de Haine, l'attention de Shino fut ensuite attirée sur Nakajima Katsuo, qui quand à lui semblait bien connaître le responsable de cette mascarade. Certainement son avis serait-il des plus pertinents, étant donné qu'il était question d'atteindre un point faible chez son ami.

Finalement, quand le conseiller eut terminé d'exprimer son indignation, ce fut Sasara qui prit la parole. Fidèle à elle même, elle semblait calme mais tout aussi responsable et prête à prendre les décisions qu'il fallait. D'ailleurs, la Grande Fondatrice opina quant au fait qu'il serait certainement difficile de faire flancher le vampire froid qu'était Abarai Ketsueki, mais elle ne tarda pas à exprimer sa réticence quand au châtiment proposé par Shinnosuke, appuyant sur les conséquences qu'un tel acte pourraient avoir sur le fils vampirique du condamné. Néanmoins, elle ne se contenta pas de tempérer les suggestions de son conseiller, proposant l'exil temporaire ou l'interdiction de chasse pour quelques temps. Rendant un sourire quelques peu crispé, Shino prit la parole à son tour quand la Fondatrice l'y invita, son regard passant simultanément de la japonaise au conseiller qui avait prit la parole précédemment ;

« Je rejoins votre avis, Fujimori-san. L'exécution ne me semble pas être une solution, nous ne pouvons pas nous résoudre à laisser Kindaichi Haine au dépend de lui même. » Marquant une petite pause, il décroisa les bras avant de poursuivre ; « Je pense que nous devrions davantage réfléchir à une punition qui ne portera préjudice qu'à son père. »

Une de ses mains venant saisir son menton tandis qu'il demeurait silencieux, Shino réfléchissait. Quelques part, il avait conscience qu'il serait difficile de punir Abarai sans qu'il n'y ait aucune répercutions sur son fils, mais il souhaitait néanmoins limiter la casse de ce côté là.

« L'exil pourrait être une solution adéquate, même si je doute qu'une telle punition l'atteigne réellement. M'est d'avis qu'il serait il plus judicieux pour l'instant d'en apprendre davantage à son sujet, plutôt que de choisir un châtiment sur le champ. » dit-il en tournant de nouveau le visage vers Katsuo. « Peut-être pourriez vous nous en apprendre au sujet d'Abarai Ketsueki, Nakajima-san ? »

C'était un peu refilé la veste à Katsuo que de lui demander de parler du fautif, même si en toute honnêteté, Shino ne cherchait pas à fuir ses responsabilités. Il connaissait son rôle de conseiller, et savait qu'en tant que tel il devait faire des propositions et des choix au nom de la communauté vampirique ; néanmoins, il préférait ne pas se prononcer sur un sujet tant qu'il ne le cernait pas un tant soit peu... Et en l'occurrence, faire preuve de tant de sagesse serait certainement de mise, tant Ketsueki semblait être sans aucun talon d'Achille.



_________________


if i was your vampire


No shadows, no reflections here, lie cheek to cheek in your cold embrace. So soft and so tragic as a slaughterhouse, she said 'I love you' so much you must kill me now. I love you so much you must kill me now...
Instead of killing time, we'll have each other till the sun. I put my hands across your face, because I think our time has come. This is where it starts ; this is where it will end.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Dim 21 Oct - 10:11


Ce qu’il fallait savoir, c’était qu’un évènement de ce genre était toujours réglé comme du papier à musique. Préparation de la salle, accueil des invités, déroulement des festivités… Une organisation féroce pour une réception vampirique ; rien de plus normal. Aussi, quand l’humain débarqua, ce qui n’était nullement répertorié sur le planning de la soirée, la surprise envahit la salle. Le flair aiguisé, Shiro le sentit tout de suite. Yeux plissés, à l’affût, comme tout le monde, il riva son regard sur le nouvel arrivé. Anormal. Imprévu. Un silence de mort régnait. Le Conseil, cependant, réagit rapidement, et bien vite, l’attention de l’assemblée fut tournée vers lui. La verve habile, il les noya de belles paroles, tentant de leur faire oublier ce petit incident. Démagogue dans l’âme, il sembla ne pas trouver l’exercice compliqué, et bien vite, il réussit à faire reprendre les festivités. Satisfait, il rejoignit le reste du Conseil dans une pièce annexe, là où s’était déjà installée une certaine tension, mêlée à une colère étouffée pour certains. Allant se placer non loin de Sasara, il fronça légèrement les sourcils, l’air grave. Silence. Alors qu’il songeait à prendre la parole, bien remonté à en découdre avec le responsable de cette agitation, Shinnosuke le prit de court en commençant le premier son discours. Shiro pinça les lèvres, mais n’ajouta rien, laissant le grand vampire parler – bien qu’il aurait aimé pousser son grondement de mécontentement le premier.

Sasara, comme toujours, était d’une grande sagesse, mêlée à une certaine douceur, si bien que dans sa bouche, le châtiment qu’elle proposait semblait loin d’être cruel. Shiro, cependant, ne put s’empêcher de se sentir un peu irrité lorsqu’elle sollicita l’avis de Shino. Ces deux-là s’entendaient si bien, songea-t-il un instant en se permettant de passer outre le problème Abarai, qu’il faudrait bien un jour que l’un d’eux disparaisse… Peut-être même s’en occuperait-il lui-même ? Mais il y penserait plus tard. Alors qu’ils se questionnaient sur le sort d’Abarai Ketsueki et ce qu’il adviendrait de son fils, Shiro lui aussi se mit à réfléchir.

« Kindaichi Haine est encore jeune. Quoi qu’il arrive, le lien entre lui et son père reste très fort ; il sera difficile de ne pas l’affecter moralement lui aussi. »

Au fond, il n’en avait pas grand-chose à faire du fils, du moment qu’ils parvenaient à atteindre le père. Mais en tant que Conseiller, il se devait de faire preuve d’assez de discernement pour punir les bonnes personnes, et épargner les innocents – le plus possible, en tout cas. La décision, cependant, restait difficile à prendre. Un exil ? Combien de temps ? Comment savoir qu’il en tirera une leçon ? Difficile de punir un être dont ils ne savaient pas grand-chose… Il fallait être sûr de percer la carapace d’Abarai, de faire tomber de masque de marbre et de trouver son point faible – si l’on admettait qu’il existe un point faible. Tant de solutions, déjà, s’avéraient totalement inutiles face à cet esprit imperturbable. Si Shiro aurait pu l’admirer un peu de ce côté, il en était bien plus irrité, se sentant impuissant face à ce perturbateur, qu’il aurait pourtant bien voulu punir, de la manière la plus douloureuse possible. Il le méritait ; Abarai méritait de payer. Il n’y avait là nul esprit de vengeance, nulle attaque personnelle. Shiro désirait simplement tenir ses responsabilités de Conseiller, et dieu savait que dans le monde des vampires, la prison n’était jamais une solution choisir pour punir un coupable… Tout serait bien plus aisé avec des informations supplémentaires, informations que Shino s’empressa de réclamer à Nakajima, probablement la personne la plus proche d’Abarai, dans cette pièce.

« Soyez bref, Nakajima-san ; ce que nous cherchons, ce sont des points faibles. Si vous les ignorez, dites-nous simplement ce qui pourrait être susceptible de l’atteindre. »

Il y avait forcément quelque chose. Forcément. Les êtres invincibles, sans faiblesse et sans peur n’existaient pas… Tout le monde avait un talon d’Achille, la différence étant juste que cette faiblesse paraissait inexistante chez certains. Abarai était doué pour la cacher, tout simplement. Shiro ne voulait pas croire qu’il n’existait aucun moyen de l’atteindre. Il se refusait, quoi qu’il en soit, à le tuer. Sasara avait raison, cela ne l’atteindrait nullement, et ils se retrouveraient avec un jeune vampire sur les bras. Difficile de faire du mal à un tel vampire. Il existait pourtant tellement de supplices… Mais la plupart l’atteindraient plus physiquement que moralement, et quoi qu’il arrive, il se remettrait de ses blessures – impossible de marquer de cicatrices le corps d’un vampire. Shiro se demanda un instant s’il était possible d’exploiter le lien qui existait entre Abarai et Haine. Après tout, la relation entre un parent et son enfant vampirique était quelque chose d’incroyablement fort… Pensif, Shiro riva son regard sombre sur Nakajima, dans l’attente d’une réponse qui le satisferait. Il espérait obtenir de la matière pour trouver une solution, une punition à faire subir à l’insolent. Il espérait vraiment.


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 432
Allégeance : Conseil
Messages : 26
Pseudo : Pandaa
Avatar : Reita [The GazettE]
MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Lun 22 Oct - 13:31




Cette soirée était en train de tourner au cauchemar. Il aurait dû le savoir hein… Ca se passait trop bien pour que ça dure ! Ryu n’avait pas vraiment cessé de râler à propos de son costume mais ça lui tapait un peu moins sur les nerfs, peut être parce qu’il commençait à s’y habituer… Il avait bavardé avec quelques connaissances qu’il appréciait particulièrement, avait rencontré des « nouvelles têtes ». Pas de jeunes dents de lait mais disons qu’on ne pouvait jamais connaître tout le monde dans leur milieu et que certains vampires ne daignaient pas venir tous les ans. Une chance sinon la capacité de ce temple aurait vite atteint ses limites.

En tout cas, lui comme tous les autres malgré le tissu sur son visage avait perçu l’arrivée de cet humain. Sa main s’était refermée avec force sur l’épaule de Ryu qui avait eu un mouvement vers cette proie inattendue, histoire de le rappeler à l’ordre sans mot dire et son fils n’avait plus bougé.

C’était Abarai Ketsueki qui était ainsi arrivé en démarrant le scandale, un humain à ses côtés. Etonnant de sa part. Très même… Sauf au regard de l’humain en question et de la colère noire qui semblait avoir envahit le regarde de Kuromiya père. Alors c’était ça ? Juste une petite vengeance de la part de son ami ? Parce que oui : ils étaient amis, Ketsueki et lui. Le gérant du Candies & Leather n’était pas le genre d’homme à se lier d’amitié et pourtant, c’était bien ça qu’il y avait entre eux, en plus d’un certain respect mutuel. Quoi qu’il en soit, cette amitié ne changeait rien au fait qu’il trouvait cet esclandre tout à fait inapproprié et de fait, voilà qu’avec Shinnosuke, il s’était vu l’escorter dans une salle à part, confiant d’un regard son fils à un vampire de ses bons amis afin qu’il garde un œil dessus.

Pour sa part, non sans un regard de reproche pour Ketsueki, il s’était rendu là où tous les Conseillers s’étaient eux même posés, une fois le calme relativement revenu dans la salle. Ca faisait pas mal de nombre mais les « simples » Conseillers se tenait légèrement en retrait, laissant les 14 instances se mettre en avant pour prendre la parole si elle le désirait. Et c’est ce que Shinnosuke fait le premier. Katsuo ne moufte pas… Mais se rembrunit un peu lorsque Shinnosuke fait une allusion à peine voilée à son amitié avec Ketsueki. Cette histoire était en train de se retourner contre lui alors qu’il n’avait rien demandé !

En tout cas, il a un bon coup de stress à propos de la sentence proposée et il est fort probablement visible qu’il n’approuve pas du tout ! Shinnosuke et lui étaient amis… Mais ça ne les empêchait pas d’avoir des différents, la preuve. C’est ensuite au tour de Fujimori de prendre la parole, le timbre doux et les gestes délicats. Pleine de tempérance, elle ne leur apporte néanmoins pas « la » solution, elle-même ayant de toute façon eu un regard pour lui qui en disait long. Et puis à la file indienne, voilà que Omura et Hiraiwa prennent à leur tour la parole. A nouveau on s’intéresse à son cas et le regard de Katsuo se fait de plus en plus aigu ! Hé bien ça va, on l’aura comprit ! Tout le monde voulait qu’il vende un de ses bons amis !

D’accord, il désapprouvait et il était le premier à reconnaître que le geste méritait sanction. Peut être même sanction exemplaire… Mais ça commençait à devenir vexant que tout le monde s’imagine qu’il détenait la solution ! Ils devaient bien comprendre qu’au contraire, c’était plus difficile pour lui que pour eux non ?!

Cependant, à force d’entendre les différents vampires s’intéresser à son cas, Katsuo prend les devants… Il avait bien vu que Naraku comptait l’ouvrir mais il l’interrompt sans brusquerie en s’avançant un peu. Désolé mais il voulait éviter de prendre sur le coin de la gueule un autre regard insistant et quelques verbiages bien placés pour lui signifier qu’on aimerait bien son avis sur la question.

❖ Je ne sais pas beaucoup plus de choses sur Abarai que vous, ne vous en déplaise. Nous nous côtoyons régulièrement mais amis ou pas amis, Ketsueki ne se fait pas très expansif sur lui-même.

Et avec un brin d’agacement, il souligne :

❖ Kuromiya Sensui saurait probablement mieux que moi vous dire ce que vous désirez entendre.

Parce que bon… C’était bien rapport avec leur histoire tout ce qui se passait ce soir. Amour, gloire et beauté version vampirique. La honte… En tout cas, vu comme personne ne pouvait plus ignorer ses bonnes ententes avec Ketsueki, Katsuo tient à préciser :

❖ Je ne cherche pas à lui sauver la mise. Comme vous je suis scandalisé et je pense qu’une vraie sanction doit être prise.

De fait, il réfléchit un instant… Et finalement, dans un gros silence, il ne peut que convenir avec une certaine répulsion :

❖ La seule faiblesse que je connais à Ketsueki… C’est Haine, justement.

Ce disant, son regard se pose sur Shinnosuke pour qui il le savait, la paternité était un sujet passionnel. Et son regard plein de reproches ne veut dire qu’une chose : tu voulais savoir ? Tu le sais.

❖ Maintenant, est-ce qu’on s’en prendrait au fils pour atteindre le père ?

Là était toute la question… Et il était plus que mitigé, pour sa part…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Jeu 25 Oct - 16:32


Tandis qu'il donnait quelques directives à Sadaharu, visiblement "enchanté" de s'occuper de Kanesuke, Hebichi cogitait sur énormément de choses à la fois...Déjà sur la pseudo-promesse qu'il avait faite quelques minutes plus tôt à Haine et qu'il jugeait de plus en plus maladroite car nul doute que quoi qu'il puisse dire, Abarai en verrait de toutes les couleurs. De toutes façons, par souci de garder une certaine crédibilité, il ne pourrait pas faire passer cet outrage pour une banalité facilement pardonnable, surtout étant donné son statut de fondateur. Enfin, au pire, avait-il jamais été honnête ? Affable comme il était et encore sujet à nombre d'influences, Haine comprendrait sans doute qu'il n'ait rien pu faire même s'il avait essayé. S'il encourageait une punition, le petit prodige n'en saurait rien. Attentif d'une oreille au discours de Shiro pour calmer le tumulte, Hebichi eût un petit sourire un brin amer. Ca lui rappelait sa veine tentative au Hanami Bar quand Kanesuke était devenu incontrôlable. Il s'en tirait mieux présentement en tous cas car peu de vampires continuèrent à broncher suite à son intervention.

Même chose, il allait se retrouver dans la même pièce que lui à devoir débattre d'un sujet alors qu'ils ne s'étaient pas adressés la parole depuis l'incident...Qu'est-ce que cela allait donner..? La rancoeur était assurément redescendue des deux côtés mais Hebichi hésitait à s'en persuader...Sans compter qu'il devrait aussi faire face à cette loque d'Omura et à Fujimori, la royale empotée. Ah...misère de misère. Il ne faudrait plus qu'il traîne à se présenter malgré son profond désir de devenir invisible, sinon il n'entendrait pas les sons de cloche de tous ses collègues et ne pourrait pas réagir en conséquence. Après s'être assuré que Sadaharu saurait veiller sur son jeune frère d'adoption, Hebichi se dirigea vers la salle, dont l'entrée était dissimulée par une tapisserie écarlate. Il attendit quelques instants à la porte, prêtant une oreille attentive à ce qu'il se disait. Fujimori intervenait et proposait l'exil ou une interdiction de chasser en guise de châtiment...Pourquoi pas le repiquage des fleurs de son jardin aussi ?
Navrante dans toute sa douceur et sa complaisance...

Et voilà qu'elle demandait l'avis de l'usurpateur. Le bon moment pour faire son entrée autrement dit ! Sans discrétion, Hebichi poussa la porte, s'excusa d'un simple hochement de tête à l'attention de l'assemblée pour le retard et prit part au cercle, ses deux mains refermées sur le haut de son sceptre "magique". Omura n'épilogua pas sur son arrivée et répondit directement à la grande fondatrice, arguant qu'il n'était pas pour la peine capitale non plus. Ah ? Parce que quelqu'un l'avait proposé ? Pas Shiro tout de même ? Peut-être Hioki...Il avait l'air remonté comme Hebichi l'avait rarement vu mais ça l'aurait fait davantage sourire pour sa part. Miracle plutôt inhabituel, jusque-là, Hebichi était assez d'accord avec ce que son rival disait, comme quoi il fallait plutôt préserver Haine et punir le réel coupable. Enfin...Pour sa part, il réfléchissait plutôt à un moyen de pourrir Kuromiya, qui semblait attaché à ce morceau de viande qu'Abarai avait convié. Shiro prit alors la parole pour mentionner que quoiqu'il soit décidé, il y aurait inévitablement des retombées sur Haine, ce qui était bien raisonné. Tous semblaient river leurs espoirs sur Nakajima Porte-de-prison qui jouait ami-ami avec le joaillier depuis pas mal de temps.

Hebichi lui lança un regard nonchalant, presque ennuyé. Quand allait-il enfin pouvoir en placer une ? Bon point en tous cas, l'ancien samouraï venait d'amener l'acteur Kuromiya sur le tapis, ce qui permettrait au fondateur du Chûbu de rebondir dessus. Haine fût à nouveau pointé du doigt comme unique faiblesse de son géniteur, ce qui se tenait. Hebichi lui-même aurait été transformé en furie si on avait osé s'en prendre à ses enfants pour lui nuire, ça se serait sûrement révélé très dangereux de jouer avec ses nerfs à ce niveau-là mais Abarai serait à coup sûr moins impulsif. Pour autant, Hebichi ne pouvait s'empêcher de trouver cette suggestion incroyablement sordide, et pourtant dieu savait qu'il n'était pas le dernier pour ourdir quelques infâmes entreprises. Mais là, on parlait d'un processus beaucoup trop pervers qui le touchait lui-même dans sa position de père vampirique exemplaire. Ne pouvant s'empêcher de réagir juste après les propos de Nakajima, Hebichi lâcha, les yeux rivés au sol.

-Personnellement, je trouverais cela d'une lâcheté et d'un sadisme jusqu’ici inégalés par un conseil aussi...respectable.

Il releva le regard, plantant ses iris rouges dans celles de Fujimori qui se tenait un peu plus loin, face à lui.

-En outre, il me paraît urgent de vous rappeler que ce n'est pas la personne d'Abarai qui a perturbé le bal mais bien cet humain qui l'accompagnait. Nous nous concentrons sur un problème en ignorant complètement le second, qui est pourtant de taille. Jamais un mortel non prédisposé à mourir n'a mis les pieds ici et je serais donc d'avis qu'on supprime ce pantin, pour bien signifier à tous les intéressés qu'il n'a pas sa place parmi nous, n'en déplaise à Kuromiya d'ailleurs. S'il ne s'était pas acoquiné d'un humain, Abarai n'aurait sûrement jamais eu une idée aussi saugrenue.

Ca, c'était dit et Hebichi en ressentait déjà un grand soulagement. Surtout que ce qu'il venait d'avancer était loin d'être dénué de sens et en ferait sûrement réfléchir plus d'un. Apportant une main à son bras opposé dans une attitude empreinte de majesté, il reprit.

-Pour en revenir à Abarai, l'exil me semblait plutôt prometteur en guise de châtiment. L'éloigner géographiquement et l'arracher à son fief pourrait l'amener à réfléchir. Et de cette manière, son fils ayant la possibilité de l'accompagner n'en pâtirait pas.

Ce serait fort dommage pour Kanesuke si jamais son premier ami du monde nocturne s'en allait à l'autre bout du Japon ou dans un autre pays mais Hebichi ne pouvait qu'approuver cette suggestion initialement faite par Fujimori. S'il voulait préserver Haine un maximum, c'était la seule chose à faire. Non décidé à se laisser intimider, Hebichi gardait un port impérieux et espérait bien qu'on prendrait son avis en compte, n'était-il pas le fondateur de la région ? De toutes façons, il ne craignait pour ainsi dire personne ici, même pas Hioki qui pourtant en imposait. Tous étaient plus jeunes que lui après tout, quant à Fujimori, elle représentait autant une menace pour lui qu'un embryon de tarentule. Incapable de piquer et destinée de toutes façons à être tôt ou tard écrasée.

Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ Samurai's Heart ☩

Âge : 408 ans ▬ 37 ans
Allégeance : Au Conseil et à la société vampirique
Messages : 90
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Byung Hun
MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Mar 30 Oct - 3:03


Sasara tempère, ce qui n'est peut-être pas une mauvaise chose, tout compte fait. Non pas parce que Shinnosuke se sentait soudainement indulgent envers Abarai, loin de là. Car il était vrai que dans cette équation, il y avait le encore plutôt jeune fils du fautif. Techniquement, il lui semblait que Abarai Haine -il ne le connaissait sous aucun autre nom et il était logique qu'il reprenne celui de son géniteur, n'est-ce pas ?- était assez vieux pour voler de ses propres ailes. Peut-être se trompait-il ; il n'avait pas son âge en tête. Mais de toute façon, même si c'était le cas, il était évident que ce garçon était encore beaucoup trop dans les jupes de son père vampirique pour espérer quoi que ce soit de ce côté là. Il fallait chercher ailleurs et forcément, ça n'enchante guère Shinnosuke. Ça doit paraître alors qu'il lance une petite oeillade noire à l'assemblée, mais il ne tente plus de prendre la parole, attendant patiemment de voir ce que ses collègues auraient à dire sur le sujet.

Omura prend ensuite la parole, toujours aussi doux qu'à l'habitude. Il donne d'ailleurs sans s'en rendre compte le nom de famille du jeune fils de Ketsueki. Kindaichi Haine... Un joli nom pour une jolie créature qui serait sûrement la proie de maints prédateurs parmi les leur si on le séparait à présent de son père. Nul doute que les vautours seraient nombreux, surtout pour punir eux-même le fils d'un perturbateur irrespectueux envers le conseil et ce qu'il représentait. Même les vampires se prenaient souvent à faire leurs propres lois... C'est d'ailleurs un peu ce qui était arrivé ce soir. Et ils devaient sévir. Shiro prend à son tour la parole, n'amenant rien de nouveau, mais portant pour de bon l'attention sur Katsuo, qui ne semble guère ravit de la tournure des événements. Et pourtant ! Certes, ça ne devait pas être facile pour leur collègue, mais il fallait bien que ceux qui en savaient le plus sur Abarai parlent. Et comme le fait si bien remarquer Nakajima, celui-ci n'était pas très bavard, surtout pas lorsqu'on en venait à s'intéresser directement à la bête...

Toutefois... Shiro s'était peut-être fait peu expansif, mais il avait raison : le petit allait être touché malgré tout. Et Katsuo avait un peu enfoncé le clou à ce sujet malgré lui en affirmant que c'était la seule faiblesse de l'ermite... Shinnosuke bout un peu à ce moment. Et la seule raison pour laquelle il n'explose pas d'un tonitruant « C'est inadmissible ! », c'est que Naraku prend la parole. Le regard longuement bridé du Coréen de naissance se pose sur le fondateur qui était arrivé un peu plus tard que les autres, mais ne donnait pas sa place pour autant, comme on ne pouvait que l'espérer de lui. Shinnosuke n'allait pas vers cet homme, jamais. Aussi capable était-il de passer outre le caractère particuliers de Shiro, il ne pouvait en faire de même pour Naraku Hebichi. Ça ne l'empêchait pas de lui donner tout le respect qu'il méritait de par son rang et son esprit raffiné, toutefois. Le vampire soulève quelques points très intéressants... Et Shinnosuke n'aurait pas cru être le premier à réfuter l'un d'entre eux. Pourtant, c'est qui lui reprend la parole ensuite.

« Naraku-san a soulevé ici quelques aspects intéressants de l'affaire. Il est évident que selon nos lois, cet humain devrait mourir et ce, de façon peu honorable. Je remercie d'ailleurs Naraku-san de l'avoir si bien souligné. », commence le conseiller, les traits graves. « Toutefois, nous ne pouvons malheureusement pas oublier qui est Kuromiya. Avec tout le respect que je vous dois, naturellement, Fujimori-san. Vous comprenez où je veux en venir... »

Ce disant, Shinnosuki incline doucement la tête en direction de la petite femme pour laquelle il avait une dévotion à toute épreuve, assurément. Il ne remettait pas en doute la puissance de décision de Sasara. Seulement, il savait qu'elle serait beaucoup plus prudente que de donner un ultimatum à un vampire comme Kuromiya Sensui. De toute façon, en revenant à Naraku, Shinnosuke poursuit.

« Je suis certain que donner à Kuromiya plein pouvoir décisionnel sur ce qui arrivera à son humain ne nous jouera pas de mauvais tours, au contraire. Lui-même ne pourra qu'être conscient que nous aurions pu lui serrer la main. », affirme Shinnosuke, marquant une petite hésitation avant de toutefois poursuivre vraisemblablement à contrecoeur, car il n'était pas inconnu qu'il n'appréciait guère Kuromiya. « Ça me fend un peu de le déclarer ainsi, mais je lui fais confiance pour ne pas laisser le geste impuni. »

Il n'y a pas de nouveau moment de silence, malgré un changement de direction radical de la part de Shinnosuke. Il devait parler vite et fort pour être certain de ne pas être interrompu. Il était facile de céder son tour sans le vouloir dans ce genre de conférence...

« Pour ce qui est de l'exile, je ne suis pas certain que ça colle tout à fait au personnage. », continue donc le conseiller, gravement. « Abarai est un ermite. Que ce soit ici ou ailleurs... j'ai l'impression qu'il refera sa place. N'oubliez pas qu'il a tout de même traverser plusieurs siècles de changements. Et plutôt que d'aller vivre dans un petit village paisible qui lui aurait offert une ressemblance un peu plus près de ce qu'était notre beau pays autrefois, il a décidé de s'installer à Tôkyô où il gère une affaire pas très orthodoxe. Je crois qu'avec ces indices, nous pouvons croire qu'Abarai est capable de survivre au changement et ce, sans s'en perturber grandement. »

Oui. « Notre » beau pays. Car, Shinnosuke était Japonais, malgré ses traits coréens, qu'on se le tienne pour dit. Cette fois, toutefois, le grand homme marque un temps d'arrêt. Mais, il était évident qu'il avait quelque chose à ajouter... Et de fait...

« Je pense que nous devrions nous pencher un peu sur le point faible évoqué par Nakajima-san... Bien que vous le sachiez, ça ne me plaise guère. »

Et c'est avec une pointe d'amertume que Shinnosuke se voit contraint d'affirmer ceci.


_________________


~ Hioki Shinnosuke ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 758 ans
Allégeance : Grand Conseil
Messages : 21
Pseudo : Ming
Avatar : Yuri Masuda de [M.O.V.E]
MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Mer 31 Oct - 12:38


De toute évidence, tout le monde était d’accord sur une chose : il fallait qu’une sanction soit prise. Peu importe qui prenait la parole, la même idée revenait mais le problème restait entier : Abarai Ketsueki se fichait éperdument de la sanction. En soit, c’était autre chose que Sasara digérait mal. Bien qu’elle ne soit pas partisante du régime de la peur, elle savait que pour qu’une société fonctionne, il fallait que ceux qui la compose craigne qu’une sanction ne puisse s’abattre. Chez les êtres humains il était question d’emprisonnement –parfois à vie- ou de mort. Eux avaient d’ordinaire d’autres moyens de pression mais qui, cette fois, se révèleraient peu utiles compte tenu du manque de réaction qu’ils engendreraient.

Certes, la sentence de mort était encore viable mais tous semblaient en accord avec cet autre point : c’était à écarter. Bien sûr, les raisons de chacun divergeaient mais globalement…

Les points de vue s’étaient donc échangés, Shino y allait de sa voix douce et de son caractère presque « délicat », Shiro se faisant plus ferme comme il en avait l’habitude, Katsuo grondant un peu d’être ainsi la cible de l’attention et Hebichi, arrivé en retard du fait de ses responsabilités, soulevant un autre problème dans la foulée.

Elle qui pensait passer une agréable soirée et pourquoi pas danser un peu, voilà un retournement de situation qu’elle n’avait pas osé imaginer… Pourtant, parer à l’imprévu, quand on organise ce genre de soirée, c’était primordial… Or bien sûr, si quelques scénarios catastrophes avaient bien été prévus, celui où un des leurs jouerait les troubles fêtes n’avait pas été envisagé… La prochaine fois, il le serait. On apprend de nos erreurs, n’est ce pas ?

Pour tempérer les ardeurs d’Hebichi, Fondateur des lieux, c’est à nouveau Shinnosuke qui prend la parole. En fait, un tour de parole semblait avoir fait son nid dans leur entretien et bien que d’autres Conseillers et Fondateurs soient présent, ils étaient plus discrets. Il est question de Kuromiya Sensui et Sasara se ferme une brève seconde. Elle prend un instant pour réfléchir avant de se tourner vers Hebichi puis particulièrement, lui assurant :

- Je veillerais personnellement à ce que Kuromiya Sensui soit avertit que nous nous réservons le droit d’intervenir si pareil affront se produisait à nouveau. Pour cette fois, il serait plus sage de lui laisser la gérance du problème. Nous en avons un plus grave à régler.

Sasara cherche un rapide appui auprès des différents Conseillers, s’arrêtant un instant sur Shiro, son bras droit… Quant à l’exil, que Shinnosuke proposait d’exclure du fait que finalement, Abarai n’y souffrirait pas, Sasara en convient, quoi qu’un peu à contrecœur. Ne leur restait plus énormément de choix comme le grand homme en convient lui-même, sans grande envie. Et ceci n’allait pas convenir à tout le monde…

Elle la première était plutôt contre le principe de s’en prendre à un tiers pour atteindre sa cible. Mais… Malheureusement, le pouvoir n’impliquait pas toujours de faire seulement ce que l’on voulait ou ce en quoi l’on croyait.

Si elle avait été vivante, Sasara aurait probablement prit une longue inspiration, le temps d’ordonner un peu ses idées avant de reprendre la parole à son tour, s’attendant à surprendre du fait des positions qu’elle s’apprêtait à prendre.

- Nous sommes tous d’accord sur le fait qu’une réelle punition s’impose. Si Abarai Ketsueki n’a cure de nos décisions à son encontre, c’est la porte ouverte à tous les délits. De plus, compte tenu des circonstances, nous n’en sommes plus simplement à un point ou nous devons sévir… Mais plutôt à un point où nous devons montrer l’exemple…

A ce stade elle fait une courte pause, s’imprégnant du relatif silence qui régnait à présent dans les lieux. Son regard se pose longuement sur le visage de chaque Conseiller, aucun n’étant visiblement prêt à lui couper la parole pour le moment, ce qui était en soit une plutôt bonne chose. Et de fait :

- Si Abarai tient à ce point à son fils et que c’est là son seul talon d’Achille… Croyez bien que je le déplore mais je suggère que ce soit à lui que nous nous en prenions.

Voilà, elle l’avait dit. Plus moyen pour elle de revenir en arrière. Il y a un relatif brouhaha après le silence qui avait pesé et elle attend qu’une peu de silence revienne, de lui-même ou exhorté par quelqu’un d’autre, peu importe.

- Et puisqu’il faut se montrer exemplaire, j’irais même jusqu’à suggérer qu’un vampire soit choisit pour le mordre.

Aux yeux d’un néophyte, ça aurait pu sembler dérisoire… Mais l’affront pour les vampires, d’être mordu sans permission, était parmi les pires. Nul doute qu’ils allaient drôlement secouer le jeune Kindaichi mais c’était là le but… Plus affecté il serait, plus Abarai l’aurait à porter sur les épaules.

- Je sais que vous ne serez pas tous d’accord et ceci n’est qu’une proposition. Toute fois je la soutiendrais.

Et sur ce, faisant un petit pas en arrière, comme sortant de la lumière pour y laisser entrer quelqu’un d’autre, Sasara a un signe de la main pour inviter le premier qui voudrait argumenter pour ou contre ces suggestions en premier. Pour sa part, elle se sentait encore réellement nerveuse… Indubitablement, cela devait se voir un minimum, c’était une décision qui lui coûtait beaucoup… Or, si douce et compatissante puisse t-elle être, Sasara savait que ses sentiments de femme et/ou de mère ne devaient pas prendre le pas sur son rôle de Grande Fondatrice...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 639 ans, mort à 25 ans
Allégeance : A la société vampirique
Messages : 52
Pseudo : Myu.
Avatar : Miya {MUCC}
MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Mer 31 Oct - 15:54



Bien que cette vérité froisse quelques peu Shino, le conseiller du Kansai devait admettre que le bras droit de Sasara avait raison ; il aurait été difficile, voire même impossible de pénaliser Abarai Ketsueki sans que son fils en paye lui aussi les frais. Katsuo, dont l'avis avait été sollicité à la quasi unanimité, vint justement confirmer ce fait ; il énonça le faut que Haine était bel et bien le seul et unique point faible de ce vampire froid et solitaire. Les choses se compliquaient pour le vampire de plus de six siècles... Tout du moins, tout le poussait à croire que le fils vampirique du fautif serait sûrement le seul intermédiaire envisageable pour une punition à la hauteur de l'affront. Et ceci, même si Shino aurait préféré se complaire dans la douce illusion que Ketsueki avait un autre point faible. Mais après tout, il n'était pas là pour débattre de ses convictions pacifistes, mais bel et bien pour s'en tenir à son rôle politique, même si de toutes évidences sa façon de penser ne pouvait se faire parfaitement objective et détachée. Le conseiller du Chûbu, malgré lui certainement, vint à sa rescousse en disant que c'était là une décision parfaitement lâche pour le Conseil. Si l'ancien écrivain n'aurait pas employer des mots aussi forts, étant donné que chaque conseiller était ici parent vampirique, à part lui même, il était néanmoins d'accord sur le fait que s'en prendre à Haine était d'une injustice certaine. Néanmoins, il apporta une perspective qui n'enchantait guère le vampire du Kansai, qui n'était autre que celle de s'occuper de l'humain, qui n'avait rien à faire ici. Shino concédait certes ce point, mais toutes choses considérées, le Conseil ne pouvait se permettre de décider du sort de ce dernier. Certes, ils avaient chacun ici leur importance politique et leur décision avait un certain poids... Mais Kuromiya Sensui avait également le sien, que personne ici n'aurait remis en cause, et l'humain amené ici n'appartenait à personne d'autre qu'au gérant du Bloody Sunday. De fait, ce dernier n'aurait certainement pas digéré que d'autres puissent décider du sort de son pantin... Et en toute honnêteté, Shino se doutait que cet aîné ne laisserait pas passer l'affront fait par son employé.

Shinnosuke prit de nouveau la parole pour mettre ce fait accompli aux yeux des autres conseilles, avant de revenir sur l'idée d'exil qui avait été annoncée plus d'une fois. Il mit clairement cette perspective en doute, annonçant qu'une telle punition, même si elle mettait Haine à l'écart des conséquences, n'aurait guère d'effet sur le vampire qu'était Abarai Ketsueki. Or, le plus important présentement n'était pas tant le sort de Kindaichi Haine, mais bel et bien le fait de punir son père vampirique... Aussi, quand l'hypothèse de s'en prendre à l'unique talon d'Achille fut clairement énoncée, Shino soupira en silence, vaincu ; il fallait se rendre à l'évidence. Punir le fautif et s'en prendre à son fils n'iraient pas l'un sans l'autre, même si cette vérité semblait froisser plusieurs des vampires présents dans cette pièce. Ne restait plus qu'à trouver ce qui serait fait au fils vampirique de la cible.

La grande Fondatrice annonça ces faits de vive voix, reconnaissant que cette perspective ne lui plaisait guère, comme à bien des participants. Prenant l'initiative, elle proposa que la sentence pourrait être celle d'infliger une morsure au jeune vampire... Personne n'était sans savoir quel affront représentait ce geste. Son regard tombant au sol, pensif et dépité, Shino resta silencieux à la proposition de la vampire. C'était certes très dur à admettre, mais le vampire du Kansai trouvait que cette punition, tout aussi cruelle soit elle, était certainement la plus apte. Toute autre punition visant Haine aurait certainement eut des répercutions bien plus graves sur ce dernier. Donc comme l'on dit ; autant limiter la casse. Et d'un point de vue purement personnel, le vampire du Kansai portait une allégeance certaine à la grande Fondatrice, et il avait conscience qu'elle même essayer de limiter au maximum les dégâts, justement, et que cette proposition était issue d'une mûre réflexion. Un court silence suivit les dires de la femme, aussi l'ancien écrivain prit l'initiative de prendre la parole en regardant chaque conseiller ;

« Vous connaissez déjà mon avis sur la perspective de s'en prendre au fils vampirique d'Abarai Ketsueki, mais il semblerait que nous soyons dans une impasse. Je suppose donc que nous n'avons d'autre choix, aussi j'approuverai votre proposition, Fujimori-san. »

Approbation faîte, la question maintenant était toute autre ; quel vampire pourrait être chargé de mordre Haine ? Pensif sur quelques secondes, il poursuivit ;

« Reste maintenant à savoir qui pourrait mordre Kindaichi Haine. Je suppose que le fautif a amené cette humain pour provoquer Kuromiya Sensui. Ce dernier pourrait donc être chargé de cette morsure. Mais... Est il nécessaire d'enfoncer davantage le couteau dans la plaie ? »

Pourtant, une nouvelle perspective vint à l'esprit du vampire du Kansai quand il eut énoncé ces faits ;

« Néanmoins, attribuer cette tâche à un tout autre vampire ne ferait qu'ajouter des tensions au sein de notre communauté. »

Et en toute honnêteté, leur monde n'avait pas besoin d'une difficulté en plus, n'est ce pas ?



_________________


if i was your vampire


No shadows, no reflections here, lie cheek to cheek in your cold embrace. So soft and so tragic as a slaughterhouse, she said 'I love you' so much you must kill me now. I love you so much you must kill me now...
Instead of killing time, we'll have each other till the sun. I put my hands across your face, because I think our time has come. This is where it starts ; this is where it will end.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Dim 4 Nov - 21:28


Je le savais, sembla dire son expression sur le visage. Shiro chercha le regard de Sasara. Il en avait été persuadé. Que le fils était la clé. Que le fils leur servira. Si personne ne l’avait proposé, il aurait fini par le faire. Il aurait fini par caresser de près l’idée de faire du mal à Haine pour atteindre Abarai. Il le savait. Il y avait pensé, et les quelques propositions de punitions lancées l’avaient peu à peu convaincu que s’attaquer à Haine était une des meilleures solutions. Cependant, certains semblaient ne pas adhérer à l’idée. Pas même Hebichi, que Shiro tenait pourtant dans son estime. Il l’aurait cru un peu moins sentimental. Infliger une punition au fils pour atteindre le père, ce n’était pas se salir les mains. C’était de la pure logique, rien de plus. Si c’était la seule façon de pouvoir secouer Abarai, alors Shiro n’hésiterait pas à voter pour. Cela marcherait pour lui, peut-être pas pour un autre vampire – Shiro, par exemple, n’aurait pas été grandement atteint par la mort de sa fille, lui-même l’aurait tué si elle venait à faire trop de bêtises. Il comprenait cependant que son ami ne pouvait pas s’empêcher de s’imaginer dans cette situation, avec ses propres fils – il tenait trop à ses enfants. Tant d’amour était handicapant. Des liens si forts menaient à la perte. Shiro s’était toujours assuré une certaine distance avec tout le monde pour cette raison précise. Pour ne jamais être atteint à travers quelqu’un. C’était se montrer trop faible. Et lui qui désirait si ardemment monter sur les marches du pouvoir ne pouvait pas se permettre une telle chose. Insensible, un brin sadique, peut-être, le Conseiller ne voyait dans cette perspective de punition qu’une incroyable efficacité apte à piéger Abarai et à le faire plier.

« J’approuve également la décision de Sasara. », Décréta Shiro d’une voix ferme, insinuant par-là qu’il se fichait bien des minauderies et des protestations des autres. « Laissons Sensui s’occuper de l’humain. Quant au fils, il sera mordu. »

Et restait à savoir qui le mordrait… Sensui restait de nouveau le vampire de la situation. Et de cette manière, les vampires du Conseil resteraient en quelque sorte à l’abri de nouvelles tensions. Il était inutile de créer de nouveaux ennemis à Abarai. Mh… Les paroles de Shino étaient sages et réfléchies, bien que Shiro soit un peu agacé de l’admettre. Il détestait quand le fondateur se montrait aussi efficace. Mais leurs tensions mises de côté, le Conseiller pouvait oublier un peu son amertume et sa haine pour coopérer.

« Certes, mais si la punition était infligée par un membre du Conseil, ne serait-ce pas là une façon d’affirmer notre position ? Personne ne doit de nouveau commettre un tel affront. »

Il restait pensif. Il réfléchissait, partagé. Les esprits avaient été apaisés, et il doutait que dans la salle principale on parle encore de cet incident, mais tout de même. Dans une soirée aussi importante, et lui qui appréciait tant que tout se passe selon un déroulement prévu, c’était une véritable faute que d’avoir pu laisser passer ça. Il se sentait remonté, outré. Il ne ressentait aucune culpabilité à voter pour la morsure du fils Haine. Loin de là. C’était une punition méritée, Abarai n’avait qu’à avoir d’autres points faibles. Shiro s’avança un peu plus au milieu du cercle, tandis que Sasara, au contraire, s’était légèrement retirée. Elle était toujours comme ça. Trop conciliante. A écouter la parole de ses conseillers alors qu’elle avait pris la bonne décision. La sentence qu’on infligerait à Abarai paraissait pourtant indiscutable aux yeux de Shiro. Ce dernier pinça les lèvres, balayant du regard l’assemblée. Ses yeux d’un noir profond ne semblaient pax exprimer la moindre honte. Mordre l’enfant pour blesser le père. Aucune honte à cela.

« Je sais que certains d’entre vous ont également des enfants, et je sais que cela peut vous laisser quelque… sceptique quant à cette cruelle décision. Cependant, réfléchissez bien. Qu’est-ce que l’exil face à la souffrance de son fils ? Abarai ne pliera pas si vous vous montrez trop laxistes. »

Shiro était un homme fort et sans pitié. Un véritable samouraï. On ne lui avait jamais appris à se montrer miséricordieux. Elevé dans l’optique de devenir un combattant, il avait laissé de côté les sentiments depuis bien longtemps. Il ne se laissait pas attendrir par le fait d’être lui-même un père. Cela ne servait à rien de s’imaginer dans la même situation qu’Abarai, puisqu’il s’agissait d’Abarai, et pas d’un autre père vampirique. Inutile de faire preuve d’autant d’empathie, c’était stupide. Aucun autre fils ne serait mordu. Seul Haine en pâtirait. Seul Haine et Abarai. Sévère et intransigeant, Shiro ne voulait qu’une chose ; que Abarai paye cet affront et que tout rentre dans l’ordre. Ses sourcils se froncèrent légèrement tandis qu’il rivait son regard sur Hebichi. Pas d’empathie. Pas de pitié. C’était du temps perdu.

« Si personne ici ne veut se salir les crocs, alors nous confieront cette tâche à Kuromiya Sensui. L’exil, soyez-en sûr, ne suffira pas. »

Et il tourna les talons pour aller se ranger aux côtés de Sasara, ayant pour sa part pris sa décision.


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 432
Allégeance : Conseil
Messages : 26
Pseudo : Pandaa
Avatar : Reita [The GazettE]
MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Mar 6 Nov - 11:39




C’était un peu le début de la fin, présentement. Quoi que Naraku se révèle vraisemblablement de son avis, les autres membres des différents Conseils semblaient avoir déjà prit leur décision, non ? Shinnosuke était plus grave qu’à l’ordinaire, plus intransigeant aussi… C’était une attitude qu’il l’avait déjà vu prendre mais ce soir elle lui laissait un goût amer en bouche. Katsuo ne pouvait pas s’empêcher de penser que c’était le manque de paternité qui le faisait parler. Peut être qu’il présumait ou qu’il le pensait parce que ça l’arrangeait… Mais lui-même avait une sensation aiguë qui lui prenait les tripes à songer qu’on pourrait s’attaquer à Ryu pour s’en prendre à lui. Surtout de cette manière. Le premier qui voulait essayer de poser les crocs sur Ryu risquait de devoir boire avec une paille pour le restant de sa vie… Parce que la mort aurait été trop douce pour lui…

Sasara est tout aussi surprenante que Shinnosuke de son côté. Voilà que c’était elle qui avait mit les cartes sur la table et suggéré la sentence. Ho, Katsuo n’était pas un idiot… Il avait bien comprit que tout le monde y avait songé. Même lui, mais ça avait été fugace et surtout, il avait trouvé ça complètement absurde. Sauf que… Combien de Conseillers dans cette pièce pensaient que tout ceci était absurde ? Certes ils n’étaient pas nombreux à prendre la parole mais lorsqu’il s’agirait de voter, ils seraient quatorze… Avec une voix compte double pour Fujimori et Katsuo savait qu’ils ne jouaient pas du même côté de la ligne.

La douce Sasara avait ainsi choisit, à son sens, la pire des solutions. Pire, tout aussi doux qu’elle, le Fondateur du Kansai en vient à la même conclusion qu’elle ! Le voilà qui rejoint cette position, contre toute attente, et à nouveau –avec facilité oui- Katsuo aurait envie d’accuser le manque de paternité. Omura ne savait pas ce qu’il disait ! Venant de Fujimori il avait prit ça pour une obligation liée à son rang, même s’il avait trouvé que ça faisait très « mouton ». Mais Shino ?! Il était plus sage que ça d’ordinaire et pas le genre à taper sur les uns pour punir les autres. D’ailleurs, le regard qu’il pose sur le Fondateur à ce moment est chargé d’un brin de mépris.

Pour Hiraiwa… A quoi s’était-il attendu, au juste ? A rien en vérité. Il pensait même que cette idée serait venue de lui, quitte à arriver sur le tapis. Ce n’était un secret pour personne que Shiro était un vampire à l’âme assez noire, pour peu que ce genre d’homme puisse avoir une âme, évidemment. En fait, et ça aussi c’était sûrement facile, Katsuo l’avait imaginé jubiler un peu plus à l’idée d’une sanction de ce type. Désolé s’il le prenait pour un type un peu sournois… Mais personne n’ignorait le côté ambitieux et spartiate de Hiraiwa dans la plupart de ses affaires non ? Sans aller jusqu’à parler de cruauté, parce qu’il n’aurait jamais pu le prouver, Katsuo aurait quand même mit sa main à couper que Hiraiwa était le genre d’homme à rire plus quand on le pinçait que quand on le chatouillait.

De ceux qui prenait la parole ce soir il ne restait plus alors que Naraku Hebichi, Fondateur de la région même où ils se trouvaient. Et vu son air, il aurait là son seul appui ce soir. En même temps, il était également de notoriété publique que Naraku était, au contraire de ce qu’il avait pensé de Shinnosuke, Omura et Hiraiwa, un père attentif à sa progéniture et qui cherchait à la préserver de tout, même des siens si c’était nécessaire. Hélas, leurs deux voix ne pèseraient peut être pas très lourd dans cette situation. Il n’y avait plus qu’à espérer que parmi ceux qui se taisaient, la majorité rejoignait leur cause plutôt que celles des autres Conseillers.

❖ Vous oubliez une chose de taille, il me semble…

Parce que peut être qu’il fallait remettre les points sur les « i »…

❖ Personnellement, vous approcheriez vos crocs de Ryu que je vous bondirais dessus pour vous les arracher. Abarai ne restera pas à vous regarder faire et qui que vous puissiez choisir, il a plutôt tout intérêt à pouvoir faire avec l’idée que Ketsueki voudra sa tête au bout d’une pique.

De là, le nombre de volontaires allait quand même drastiquement baisser, n’est ce pas ? Pour ce qui était de Sensui, certes… Ce vampire là n’avait sûrement pas peur de Ketsueki, néanmoins :

❖ Ce serait absurde que de demander à Sensui. Nous ne ferons qu’attiser les rancunes ! C’est parce qu’il lui en veut qu’Abarai a agit de cette façon ! Et vous voulez lui donner une occasion de lui en vouloir encore plus ? Vous espérez qu’il vous ramène un chasseur l’année prochaine ?!

D’ailleurs, histoire de parer à toute éventualité, il ajoute malgré tout :

❖ Il faut interdire les réunions vampiriques à Ketsueki. Il s’en fichera éperdument, surtout si le Grand Conseil se lève contre lui mais nous éviterons les mauvaises surprises.

Ensuite, son avis sur le sujet devait être très clair mais il le signale à nouveau tout de même :

❖ Je suis contre la décision de mordre Kindaichi. Nous nous trompons de cible.

Mais… Il est bien obligé de reconnaître qu’il ne sait pas comment faire pour punir Ketsueki sans en venir jusque là. La situation avait quelque chose de très cornélienne…

❖ Je m’en remets à vous pour cette sanction… Mais je suis contre. Voilà tout…

Il ne pouvait malheureusement pas faire mieux…






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Sam 10 Nov - 2:39


Il fallait croire qu'il irait de surprise en surprise durant cette soirée...Non seulement, il avait approuvé l'avis des deux guimauves en titre qu'il ne pouvait pas encadrer mais en plus, Hioki était à présent le premier à intervenir pour encenser ses dires. Hebichi en ouvrit un peu plus les yeux, agréablement étonné avant d'adresser un signe de tête respectueux au métisse. Enfin, il y avait un "mais", évidemment...Le fondateur du Chûbû ne pût s'empêcher de rouler des yeux sans discrétion quand Kuromiya père revint sur le tapis, son blason redoré par Hioki. Il en avait lui-même fait l'épreuve, pour autant, Hebichi n'était pas près de plier devant ce travesti sans âge et de le craindre assez pour ne pas s'en prendre à son jouet humain. Surtout quand des circonstances aussi providentielles le permettaient ! Mais non...Il fallait que cette bande de couards lui laisse le fin mot de l'histoire. Oh, il ne laisserait pas ce geste impuni, vraiment ? Est-ce qu'il irait jusqu'à rouer sa marionnette de coups de planches pour lui exploser le crâne ?! Sûrement jamais, il allait lui faire plier ses kimonos de geiko décrépite, à tous les coups...Tu parlais d'une torture...L'exil aussi n'allait pas être retenu...?

Intérieurement, Hebichi commençait à bouillir, il regrettait vraiment d'avoir eu ce geste courtois envers Hioki, c'était la dernière fois qu'il se faisait ainsi couper l'herbe sous le pied. Quand l'auguste cruche reprit la parole, visiblement en s'adressant à lui, Hebichi n'eût pour elle qu'un regard passablement ennuyé. On venait de lui réduire à néant un bon moyen de faire enrager Kuromiya sans se salir les mains donc inutile de remuer le couteau dans la plaie, idiote congénitale ! Heureusement que dans ces moments-là, le fondateur parvenait à garder ses pensées les plus houleuses pour lui sans que ça ne se lise sur ses traits...Il aurait été offert en offrande au soleil il y a longtemps autrement. Soupirant, il ferma les yeux de dépit quand Fujimori suggéra de s'en prendre à Haine, voilà qu'elle entonnait ce refrain ! Sûrement dans la seule optique de ne pas perdre la face ou de se montrer plus forte qu'elle ne l'était...Tentative futile.

Mais quand Hebichi entendit qu'elle proposait la morsure comme punition, il rouvrit instantanément les yeux, scotché. Quoi ? Qu'avait-elle bu comme sang cette nuit pour avoir l'esprit aussi mal tourné ? Shiro lui donnait des cours particuliers peut-être ? Jamais Hebichi n'aurait imaginé qu'une telle ineptie franchisse un jour les saintes lèvres de la grande fondatrice...Hum...Pas si sainte à la vérité, ce qui fit naître un rictus sur le visage du mage noir. Voyons ce qu'allait en penser Omura, le poète de quatre sous...Hebichi s'attendait à le voir outré, ce qui l'aurait bien diverti pour le coup mais il n'en fût rien et le fondateur se renfrogna derechef...Voilà qu'il s'y mettait aussi. Quelle révolution ! S'il avait vraiment voulu être sarcastique, Hebichi leur aurait offert à tous deux un diplôme du parfait vampire en herbe ! Voilà qu'ils devenaient un soupçon durs et pervers...Un peu plus et il en aurait versé une larme.

Nouvelle grande question qui se posait alors, mais qui allait bien pouvoir violer allègrement la gorge du petit prodige ? Ils paraissaient tous tellement ennuyés par ce jugement...Sortez les mouchoirs ! Mais quelle belle brochettes d'imbéciles...Si vraiment cela leur coûtait autant, ils auraient trouvé une autre solution plutôt que de suivre aveuglément l'élan donné par Fujimori. Et Shiro qui à présent en rajoutait une couche, tenant son rôle de perroquet à merveille. Hebichi le fusilla de ses iris rubis, aucunement prêt à faire profil bas pour sauver les apparences...Quelque peu sceptique ? Ah, cette légendaire tendance à la pondération...Ce n'était pas une question de laxisme et Hebichi se sentit personnellement insulté comme si par cette remarque, Shiro le traitait de mauviette. Il était d'accord pour enterrer Abarai vivant durant plusieurs mois, lui infliger les pires tortures physiques, mais s'en prendre à son fils vampirique pour l'atteindre, ça, c'était une méthode qu'il déplorait parce qu'en effet, Kuromiya lui-même par l'intermédiaire de son informateur de malheur avait menacé Sadaharu. Peut-être indirectement, mais le résultat était le même aux yeux du fondateur. Enfin, à quoi aurait-il dû s'attendre de la part d'un pseudo-père si peu précautionneux qu'il en avait mis en danger la vie de son fils adoptif ?

Shiro n'était pas pour remonter dans son estime présentement et il le fût encore moins quand il proposa Kuromiya comme candidat à la morsure. Alors là, ce serait le summum...Il aurait gagné sur tous les terrains si jamais ça advenait prenant ainsi une revanche directe sur Abarai et ayant la possibilité de récupérer son humain de compagnie sans encombres. Pour sûr, Hebichi ne laisserait pas passer ça ! Il allait laisser éclater sa réticence quand Nakajima le devança...à nouveau. Ils voulaient qu'il s'énerve ? Voulaient-ils vraiment qu'il s'énerve ? Enfin, l'historien au nez bandé serait sûrement le seul à qui il restait quelques neurones viables donc autant le laisser intervenir...Il commençait bien et...souleva un point qui allait peut-être s'avérer utile pour la suite...

En effet, le vampire qui goûterait au sang d'Haine deviendrait la cible numéro un d'Abarai et si ç'avait été Kuromiya, il n'y aurait pas eu grand changement de situation vu qu'ils ne semblaient déjà pas se porter mutuellement en grande estime...Par contre, s'il était possible de rediriger cette haine sur un autre, proche de l'aîné, il y aurait moyen de pimenter son existence de doyen pacha ! Ne prêtant qu'une oreille distraite à la fin des dires de Nakajima, Hebichi cogitait et ne retint que son "contre". Après un petit silence, il laissa échapper un soupir sonore avant de répliquer :

-Très bien...Puisque que vous jugez cette sentence appropriée et craignez d'être trop frileux...

Regard noir à Shiro avant qu'un sourire dérangeant n'étire les lèvres d'Hebichi :

-...Autant pousser le vice jusqu'à demander au fils de Kuromiya de se charger de cette besogne. Digne retour des choses. L'un agresse le fils de l'autre, l'autre voudra s'en prendre au fils de l'un ! Et leurs querelles ne dépasseront pas la sphère privée, ainsi.

Puis, une nuance sarcastique dans la voix, il ajouta.

-Enfin, bien sûr le conseil s'en sera mêlé mais c'est uniquement pour montrer l'exemple et asseoir notre autorité, inutile de s'encombrer de remords, n'est-ce pas ?

Et il termina avec un léger sourire, pied-de-nez évident à tous les partisans de la punition, Fujimori et Shiro les premiers. Hebichi eût même un petit haussement d'épaules à l'intention de Nakajima à qui il lança un regard, l'air de dire "Eyh oui mon vieux, on ne peut pas toujours empêcher ce qui doit être, d'arriver." Puis il reprit l'air diablement sérieux comme si de rien n'était, espérant que cette fois, sa proposition ne passerait pas dans l'oreille de sourds. Pour lui, il venait de trouver le compromis idéal ainsi qu'un moyen d'enquiquiner sévèrement les Kuromiya. Il compatissait déjà pour Haine, se faire mordre par un tel épouvantail serait à coup sûr une malheureuse expérience mais bon...Ils en avaient tous vécu et angélique à tous points de vue qu'il était, le jeune vampire n'était sûrement pas au bout de ses peines.

Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ Samurai's Heart ☩

Âge : 408 ans ▬ 37 ans
Allégeance : Au Conseil et à la société vampirique
Messages : 90
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Byung Hun
MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Mar 13 Nov - 5:58


Shinnosuke n'aimait guère la tournure que prenait cette soirée mais en même temps, qui ici pouvait se vanter du contraire ? Sauf peut-être Shiro, avec ses paroles sombres et sa mine pas très très engageante. D'ailleurs, il fait froncer les sourcils du grand Coréen de naissance, qui lui renvoie un petit regard vivement désapprobateur lorsque le conseiller prend la parole. Et la seule raison pour laquelle Shinnosuke reste à sa place, les muscles légèrement contractés, les dents serrées et l'air peu amène, c'est qu'il était encore sous le choc de la proposition de Fujimori. Certes, il savait qu'ouvrir la porte à une éventuelle punition qui inclurait le petit d'Abarai n'était pas exempt d'une bonne dose de réticence de sa part... Mais il n'avait pas pensé à la morsure. Et visiblement... ça fait l'unanimité. Non, enfin. C'est faux. Katsuo est bien là pour défendre son point de vue, ne luttant pas, mais ne cédant pas non plus, leur laissant les cartes à la main. Il avait bien remarqué le regard du conseiller pour lui et à présent, Shinnosuke commençait à regretter un peu... Mais mieux valait ne pas revenir sur ses paroles. Pas alors que les esprits étaient si confus.

Derrière eux, les conseillers restés en retrait commencent à chuchoter entre eux. Shinnosuke se retourne, les fusillant brièvement du regard et les murmures se font beaucoup plus bas. On ne s'entendait plus penser dans cette salle !! Et en même temps, l'homme réalise qu'il était stressé. D'ailleurs, il presse ses mains entre elles si fortement que ses jointures en sont blanchies. Ne resterait plus qu'à se cacher lui-même une main : il aurait l'air fin... Shinnosuke observe un moment Naraku, qui semble un peu pincé. Frustré d'avoir été si joliment renvoyé derrière sa ligne de but alors que ça commençait si bien ? Eh bien oui, rien n'était tout noir ou tout blanc, très cher... Quant à Omura, il semblait plutôt regretter une telle décision, mais ne le montrait guère. C'était... un peu inattendu, tout ça. Shinnosuke hésite alors que tous les regards se posent sur lui. Qu'on le veuille ou pas, un tour de parole semblait avoir été mis au point et il était le suivant sur la liste. Oh, il aurait très bien pu laisser son tour, mais...

Le vampire observe un moment Sasara, peut-être vaguement désapprobateur. Il marque une hésitation qu'on ne lui connaît guère avant de finalement reprendre la parole.

« Je souhaiterais ne pas prendre part à cette funeste décision, mais je crois qu'il est trop tard, n'est-ce pas ? », demande tout d'abord Shinnosuke, sa voix portant un peu moins que quelques minutes plus tôt. Désolé, mais il était choqué par la décision qui était en train de se tracer. « L'idée d'un tel... abus... me révulse. Cet enfant n'a rien fait. »

Sa voix meurent dans sa gorge alors que pourtant, ses lèvres se mouvent encore une petite seconde. Shinnosuke s'éclaircit la gorge. Génial. Shiro et Naraku allaient pouvoir jubiler dans leur coin de le voir perdre si bien sa superbe devant une sentence à laquelle il avait lui-même ouvert la porte. Il lance d'ailleurs un regard noir aux deux, s'y attardant quelques petites secondes puisque ceux-ci ne s'étaient pas non plus camouflé de leurs mauvais sentiments envers qui que ce soit ici. Lorsqu'il en vient à regarder Katsuo, c'est avec un regard beaucoup plus doux. Il était désolé, mais...

« Aucune autre solution ne me vient en tête. Et on a beau dire, je crois que même ceux qui sont tout autant choqués que moi ne trouvent rien d'autre à ajouter. Réfuter, certes... Mais amener de nouvelles idées est impossible. Abarai est intouchable. Mais nous savons tous que lorsqu'un vampire décide de mordre pour engendrer, il devient vulnérable... Soyons logique : sans Kindaichi Haine, il n'y aurait aucun moyen autre que la mort pour régler ce problème. », convient Shinnosue, partageant ainsi le débat mental qu'il venait d'avoir et qui se concluait plutôt simplement... « Naraku-san a eu une idée perfide et perverse et je ne me gênerai pas pour le signaler. Je ne la commenterai pas... Je ne commenterai pas non plus l'insensibilité d'Hiraiwa-san. »

Mais ça, c'était signalé.. Parce que malgré tout, Shinnosuke n'était pas partisan des non-dits, quitte à se faire quelques ennemis sur la scène publique. Toutefois, il ne dit rien à propos de Sasara... Principalement parce qu'il sait que la dame n'a pas pris cette décision de bon coeur, pour sa part. Quoiqu'il en soit... le grand vampire tourne soudainement les talons, sous le regard surpris des quelques conseillers qui assistaient sans parler. Tout en se dirigeant vers le fond de la salle, il lance par-dessus son épaule :

« Ma voix rejoindra celle de Fujimori-san. Mais je ne parlerai pas davantage de ce tragique événement. »

Et sur ce, il se pose à côté de la porte derrière laquelle Abarai était enfermé, mains jointes, visage fermé. Cette soirée en était une de folie...


_________________


~ Hioki Shinnosuke ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 758 ans
Allégeance : Grand Conseil
Messages : 21
Pseudo : Ming
Avatar : Yuri Masuda de [M.O.V.E]
MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Ven 16 Nov - 0:06


C’était Shino qui avait prit la parole le premier, juste après elle. En soit, ça allait dans le sens du tour de parole qui s’était imposé à eux. Elle avait été surprise pour tout dire lorsque le sage vampire avait abondé dans son sens. Certes, il émettait quelques réserves naturelles mais elle aussi. Sauf que le temps leur manquait pour délibérer plus proprement. De plus, sans vouloir avoir l’air d’amoindrir la sentence, Kindaichi Haine s’en remettrait. C’était une insulte, Abarai le vivrait probablement très mal… Mais pour tous deux il s’agissait d’un mal dont on pouvait se relever. D’ailleurs, elle suppose qu’il serait bon de le rappeler :

- Je sais que la sentence semble vraiment très dure sur le moment, mais rappelons que c’est surtout l’orgueil d’Abarai-san et de Kindaichi-san qui sera atteint.

Certes, blesser l’orgueil faisait souvent plus mal que tout le reste mais c’était aussi une blessure qui savait se faire oublier. Du moins, à son point de vue…

Vient ensuite le débat pour savoir qui allait s’en occuper et là, très franchement, elle y répugnait. Pour rien au monde elle ne s’en serait chargé elle-même il fallait bien l’admettre et elle approuvait Omura quand ce dernier disait qu’il serait une erreur de demander à Sensui lui-même.

- Cela ne ferait qu’attiser de vieilles querelles.

Shiro avait de fait une option qui rejoignait sa première pensée : demander à un membre du Conseil. S’aurait été juste, d’une certaine manière…

- Mais ce serait stigmatiser le Conseil j’en ai peur. Nous ne devons pas être à la fois juge et bourreau. Il faut marquer le trait entre la justice et l’exécuteur.

Il fallait, en sommes, une personne qui aurait plus la rancune qu’eux après la désagréable besogne. Sans doute qu’à le dire ainsi elle donnait peut être l’impression de se servir d’une personne encore pas désignée mais… L’intégrité des Conseils devaient perdurer à son avis. De toute façon, il fallait calmer les ardeurs de Shiro ! Son bras droit avait toujours été prompt aux décisions les plus extrêmes. Mais si ce caractère pouvait le faire paraître cruel, Sasara savait s’en accommoder pour profiter du charisme et des talents de meneur d’homme que possédait Hiraiwa.

L’homme argumente encore, finissant probablement le travail avant d’en revenir à Kuromiya Sensui. Il était certain que ce serait facile de lui refiler la tâche, d’autant qu’il s’y plierait probablement sans rechigner compte tenu de l’affront qu’il devait penser avoir subit. Mais c’est Nakajima qui, cette fois, intervient pour réfuter cette proposition, mettant bien des mots sur les conséquences que cela aurait. Il était effectivement probable que Ketsueki chercherait à se venger et de fait, valait mieux trouver un vampire à qui ça ne ferait pas peur et qui pourrait se protéger.

Forcément, une idée commençait à germer dans son esprit mais pour tout dire, Sasara n’en était pas encore tout à fait convaincue…

Kuromiya Seijûrô… ?

Ce n’était qu’une suggestion à elle même, ou plutôt même une question, presque timide. Elle avait la mauvaise impression de lancer toutes les plus lugubres propositions et c’était un rôle dont elle n’avait pas l’habitude malheureusement. A choisir, les deux vipères du groupe (sans mauvais jeu de mot) étaient Hebichi et Shiro.

Elle songeait à la perspective de formuler le nom à haute voix lorsque celle de Naraku retentit dans la pièce, beaucoup plus forte et imposante que ne l’aurait été la sienne. Lui qui semblait au départ tout à fait contre cette idée de faire mordre le jeune Kindaichi semblait avoir changé son fusil d’épaule et être prêt à marquer le coup. Le revirement de situation était brutal… Et laissait Nakajima comme unique réfractaire à la situation, visiblement.

Ou pas… Car Shinnosuke, après l’éloquent discours de Naraku, semble lui aussi vouloir se rétracter légèrement… Sans néanmoins le faire réellement. Lui qui voulait tant un fils devait soudain réaliser comme il deviendrait fou si on touchait à son petit. Quoi qu’il en soit, que ces deux vampires soient pour ou bien contre, ça faisait peu de cas n’est ce pas ? Autours d’eux, les autres membres du Grand Conseil et les Fondateurs semblaient résolument silencieux, ne s’élevant pas contre les décisions qui venaient d’être prises.

- Alors c’est ainsi ? Quelqu’un à quelque chose à dire contre la perspective de mander Kuromiya Seijûrô pour cette morsure ? Ou contre la dite morsure ?

Sasara se tourne vers ceux qui n’avaient pas prit la parole essentiellement puisque pour les autres, en dehors du nom du vampire qui exécuterait la sentence, les avis semblaient bien tranchés. Silence…

- Bien…

Elle se tourne alors vers ceux qui avaient jusque là parlé, sa robe froufroutant légèrement dans l’ambiance lourde…

- Quelque chose à ajouter avant que nous ne rejoignons l’assemblée ?

Sans quoi elle aussi commençait déjà à s’éloigner, rejoignant Hioki pour poser une petite main sur l’un de ses imposant biceps en témoignage de son amitié. Elle savait que la situation devait être difficile pour lui. Elle a aussi un regard pour Katsuo, baissant légèrement les yeux en signe d’excuses muettes avant de venir croiser le regard de chacun des autres orateurs de leur petite réunion improvisée.

Ce qui aurait dût être une fête des plus amusante avait tourné à quelque chose de moins festif… Mais de plus « Halloween », assurément…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 639 ans, mort à 25 ans
Allégeance : A la société vampirique
Messages : 52
Pseudo : Myu.
Avatar : Miya {MUCC}
MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Dim 18 Nov - 16:10


Le vampire du Kansai eut un petit regard sombre pour Shiro, quand ce dernier approuva la proposition de Sasara. En voilà un qui n'épiloguait pas sur le sujet, restant froid comme la pierre. Autant dire qu'un tel manque de réaction raviva doucement l'animosité que Shino avait pour le bras droit de la Grande Fondatrice.... Certes, il était mal placé pour juger le fait d'approuver la sentence prononcée, ayant lui même annoncé qu'il adoptait cette décision. Néanmoins... C'était davantage le manque de décence qu'il déplorait chez son presque homonyme. N'avait il pas une fille vampirique ?! N'étant lui même pas père, Shino n'avait pourtant pas besoin d'un enfant pour réaliser l'horreur qu'était une morsure. Alors certes, la réaction de Shiro était peut-être parfaite sur le plan professionnel et politique, son visage ne trahissant pas une once de dégoût ou de regret, mais... A ce stade là, le fondateur trouvait qu'un tel manque de réactivité frôlait la cruauté. Simuler une moue triste, tout aussi fausse soit-elle, aurait été de meilleur goût... Néanmoins, le vampire du Kansai se contenta de rester silencieux, mains jointes et regard baissé ; ce n'était pas le moment d'éveiller de « futiles » querelles. En revanche, il ne semblait pas être le seul irrité par la conduite du bras droit de Sasara ; après un rapide coup d'oeil pour chacun des conseillers présents, chacun semblait tendu à la proposition d'une telle punition, et d'autant plus Shinnosuke qui adressait un sombre regard à Shiro. En tout cas, la proposition de laisser un membre du Coneil se charger de cette sale besogne ne fit guère suffrage, aussi le nom de Kuromiya Sensui retomba dans la conversation.

Ce fut ensuite Katsuo qui prit de nouveau la parole, s'opposant farouchement à la décision faîte. Bien qu'approuvant chacune des affirmations faîtes par le vampire, Shino ne reviendrait pas sur sa décision. Bien entendu, la réticence – un bien bel euphémisme pour la situation –, voire même le refus était au rendez-vous... Mais comme il l'avait dit, ils se trouvaient dans une impasse, et tous ne pouvaient décider de remettre la décision à leurs comparses. Quoi qu'il en soit, le fait était que Sensui ou pas, vengeance serait au rendez-vous... Abarai Ketsueki ne laisserait décemment pas faire, se tournant les pouces en attendant que ça passe. Alors que la conversation puisse sembler être dans une impasse pour désigner quelqu'un, l'intervention de Hebichi fut des plus pertinentes, ce dernier trouvant une bonne alternative pour la morsure ; Kuromiya Seijûrô. A y songer, c'était en effet peut-être une solution qui limiterait les dégâts, quoi que terriblement dévoyée ; mais bon, la punition l'était en elle même, donc quitte à pousser le vice... Autant le faire jusqu'au bout ? Shino eut un petit soupir silencieux à l'entente de la proposition du fondateur du Chûbu, et avait l'espoir que cette proposition était plus ironique qu'autre chose...

Mais visiblement, le cynisme semblait de mise en l'occurrence. Bien qu'en comprenant les raisons, Shino était parfaitement écœuré de toutes ces décisions... Shinnosuke rejoignit l'avis général après avoir épilogué sur son état d'âme face à tout ceci, suite à quoi Sasara reprit la parole, prudente, pour demander confirmation. Demeurant silencieux, Shino leva doucement le regard pour de nouveau parcourir les autres conseillers des yeux, en quête d'une réaction quelconque. Quand le tour fut fait, il adressa un simple regard à la grande Fondatrice, remuant simplement la tête de gauche à droite pour signifier que non, il n'avait plus rien à ajouter pour sa part... Comme dit, un silence vaut parfois bien mieux qu'un flot de paroles. Donc quitte à intérioriser son dégoût, le vampire du Kansai n'ajouterait pas quoi que ce soit ; de toutes façons, il était sûrement temps d'annoncer la sentence aux concernés.


_________________


if i was your vampire


No shadows, no reflections here, lie cheek to cheek in your cold embrace. So soft and so tragic as a slaughterhouse, she said 'I love you' so much you must kill me now. I love you so much you must kill me now...
Instead of killing time, we'll have each other till the sun. I put my hands across your face, because I think our time has come. This is where it starts ; this is where it will end.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Dim 25 Nov - 22:13


Tss. Voilà que Hebichi changeait d’avis. Forcément. De toute façon, la décision de Sasara était irrévocable. Shiro haussa brièvement les épaules, esquissant un mince sourire à l’adresse de son vieil ami. Regards noirs. Il se contenta de les soutenir, un par un, un semblant de dédain au fond de ses prunelles sombres. Shino. Pas étonnant que ce type lui en veuille ; il avait toujours une bonne raison de lui en vouloir. Shinnosuke aussi. Pourquoi tant de tension pour sa personne ? Il n’était pourtant pas l’auteur de cette proposition ignoble, même si il en aurait été capable. Lui en voulait-on pour son apathie ? Certes. Lui se fichait bien des pleurnicheries des autres, il n’avait aucun scrupule, et ce, tout le monde le savait. Il était connu au Conseil pour sa sévérité sans limite. Pour son attitude de la soirée, son indifférence totale pour le sort du pauvre fils, certains vampires lui en voudront sûrement pendant un moment. Mais ils oublieraient, Shiro avait toujours été comme ça. Même si les années passaient, beaucoup semblaient ne pas s’y faire, tandis que le reste y était usé sans vraiment pouvoir supporter tant de cruauté. Aussi, Shiro n’avait de place spéciale dans le cœur de personne - et, surprise, il s’en fichait éperdument. Insensibilité que Shinnosuke s’efforça de remarquer, sans la commenter. Les yeux sombres du Conseiller l’observèrent calmement. Ah, ce brave Shinnosuke, trop gentil. A force, cela pourrait devenir un défaut. L’empathie, à ses yeux, avait toujours été une tare, une faiblesse dont il fallait se débarrasser. Il ne fallait pas faire tant d’histoires d’une simple morsure. Si cela avait été nécessaire, Shiro l’aurait mordu, lui – preuve de son détachement total.

Vote terminé, sentence à appliquer. Aucune voix ne s’était élevée pour protester contre l’autorité de la Fondatrice. Shiro lui-même garda les lèvres closes, la punition lui convenait ; tout le monde devait l’avoir compris. Peut-être n’était-il qu’un monstre d’impassibilité et de froideur. Peut-être. Oui, il avait une fille vampirique. Oui, il savait ce qu’une morsure non désirée pouvait représenter, quel affront abominable était-ce, et pourtant. Pourtant, il n’arrivait pas à montrer la moindre compassion pour le pauvre Haine, il ne parvint même pas à feindre un semblant de réticence. Ce n’était que son travail, après tout. Il n’était pas là pour se lamenter sur le sort des autres. S’il avait été ce genre d’homme, il n’aurait certainement pas réussi à se hisser sur les marches du pouvoir. Il était ce genre de personne qui ne montrait jamais rien, qui restait la tête haute, peu importe les circonstances. Peu importait qu’il ait une fille ou non, il imaginait à quel point Haine serait humilié, et il pouvait deviner à peu près ce que Abarai ressentirait. Et non, au contraire, il en était même satisfait. Satisfait de savoir que cette prise de décision aurait une conséquence sur le vampire, satisfait de savoir que l’effronté payerait cette offense. Satisfait que la justice fasse son boulot. Nulle tristesse ne transparaissait sur son visage, son masque de marbre.

Il n’y avait rien à ajouter, la réunion était terminée. Plus tard, peut-être, Shiro s’appliquerait à estomper la colère et les ressentiments des autres par quelques belles paroles, et à leur faire oublier leur rancœur. Il avait toujours été doué pour ce genre de choses. Plus doué que pour faire preuve de magnanimité ou de compassion. Inhumain. Il n’affirmerait jamais le contraire, il était un vampire, il était, comme les humains, fait d’os et de chair, mais à la différence des mortels, il vivait et pensait différemment. Les émotions, les ressentis, n’étaient, selon lui, que de l’apanage des humains, et il ne s’embarrassait que du strict minimum, délaissant ce qui aurait pu faire de lui un homme plus juste et bon.


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 432
Allégeance : Conseil
Messages : 26
Pseudo : Pandaa
Avatar : Reita [The GazettE]
MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Mer 28 Nov - 14:03




Katsuo, s’il avait encore possédé ce réflexe humain, en aurait frissonné. Il avait l’impression que la décision avait été prise de manière hâtive et irréfléchie. Les membres du Conseil s’étaient réunis, ils avaient parlé un peu et BAM, dans un claquement de doigt, on décidait de taper sur le fils pour se venger du père. Ho bien sûr, il savait que s’il était tellement en colère c’était aussi du fait de son amitié avec Ketsueki. Peut être n’aurait-il pas été aussi vindicatif s’il s’était agit du fils d’un vampire qu’il ne connaissait pas ou qu’il détestait. Pas très reluisant comme façon de dire les choses… Mais honnête au moins.

Seulement là, voilà. Il se sentait concerné et ne savait pas encore comment il ferait pour affronter le regard de Ketsueki dans quelques minutes. Et il ne lui ferait pas l’affront de détourner les yeux… Katsuo avait plus de respect que ça pour son ami. Ceci étant dit, dès que sanction aurait été donné, il irait dire à Ryu qu’ils partaient. Ils rentreraient chez eux, que cela fasse bien pour l’image du Grand Conseil ou bien pas. De toute façon, il se sentirait sans aucun doute obligé de se justifier auprès de son fils. Et peut être de rassurer aussi, que ce soit pour le tout jeune vampire de dix ans ou pour lui.

Sasara avait prit sa décision, Hebichi avait enfoncé le clou… Et si ce n’était de Shinnosuke qui semblait avoir recouvré un peu de son tempérament habituel, tous les autres semblaient approuver ou tout au moins personne ne voulait s’élever contre la sanction qui avait été proposé… Autour d’eux c’était le silence, que ce soit dans les rangs des Conseillers/Fondateurs ayant prit la parole ou ceux qui, pathétiquement, étaient restés silencieux.

D’accord, il était peu aimable présentement… Mais pouvait-on réellement le lui reprocher ? Il désapprouvait. Il l’avait déjà dit et lorsque le regard de Sasara se pose sur lui pour savoir s’il avait quelque chose à ajouter, il a un grognement de mépris en se détournant, bousculant d’une épaule Hebichi en s’éloignant. Ce vampire qu’il avait supposé pouvoir voir de son côté mais qui vraisemblablement n’avait pas de scrupules à faire aux autres ce qu’il ne voulait pas que l’on fasse à ses propres enfants.

Katsuo s’était ainsi écarté, maugréant quelques paroles trop basses pour qu’on puisse réellement les entendre. Il aurait pu se lever violemment contre la décision, c’est sûr… Mais il savait depuis longtemps reconnaître un combat perdu. Encore, s’il avait eu une meilleure proposition à faire… Mais là non, rien. Et quand bien même il aurait mentit pour proposer une sanction, Ketsueki avait beaucoup trop d’orgueil pour feindre en être affecté. Du coup il allait payer les pots cassés par cet orgueil…

Pas cette nuit, ni celle d’après et pas même celle qui suivrait… Mais Katsuo reprendrait rapidement contact avec son vieil ami pour lui parler, à condition qu’il puisse comprendre qu’il était lui-même révulsé par la situation. Il irait lui parler, tenter de savoir comment il se sentait car nul doute que ce ne serait pas le bonheur. De son côté, lui qui avait eu la mine si sombre en arrivant au temple et qui avait parlé avec tant de défaitisme à Ryu, sûrement qu’il allait chercher le simple réconfort d’une présence aimante et aimée.

Quelques regards se tournent vers lui… Et Katsuo leur en renvoi un bien noir et mauvais. Qu’ils aillent tous au diable ce soir… Il n’était tout bonnement plus diplomate ni disposé à parler à un seul d’entre eux. Sa colère s’estomperait… Mais pour l’heure elle brûlait littéralement et qui y aurait avancé la main pour tester la température s’y serait assurément brûlé…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   Dim 2 Déc - 14:46


Hebichi ne se cachait pas qu'il avait plus que hâte de voir les réactions des autres suite à sa proposition. Et Hioki, qui reprit la parole le premier, réagit exactement comme le conseiller s'y attendait, ironiquement. Même s'il aurait pu en sourire, le fondateur trouvait cela pathétique de la part de Monsieur Gros Bras qui au début de la réunion s'était placé en messager de la justice et avait été bien décidé à ce qu'Abarai paye pour son délit en bonne et due forme. Si Hebichi avait été l'un des premiers à s'offusquer que le Conseil semble vouloir s'en prendre à Haine, la majeure partie des conseillers semblait l'avoir présentement oublié, ne retenant que ses dernières paroles apparemment jugées perfides. Et à cette remarque clairement soufflée par le métisse, le fondateur du Chûbû avait été plus que tenté de ramener sa fraise...C'était la meilleure de l'année et une preuve sans précédents de lâcheté à son sens. On dirait ce qu'on voudrait, même s'il était stigmatisé comme la langue de vipère numéro 1 du conseil, disputant le podium à Shiro ou du moins de concert avec lui, Hebichi avait plutôt fait figure de bonté durant cette réunion, même si celle-ci était sous-tendue par son instinct paternel.

Etait-ce lui qui avait redirigé la punition sur le fils d'Abarai ? Non. Etait-ce lui qui avait proposé la morsure comme sentence ? Non. Lui n'avait fait qu'émettre un candidat avec une bonne dose de cynisme, qui laissait entendre qu'il n'était pas totalement en phase lui-même avec l'idée mais que de toutes façons, quoi qu'il ait pu dire ; ça n'aurait pas fait penché la balance favorablement pour Kindaichi. Tous avaient semblé approuvé cette manière de procéder à part Nakajima et lui-même au départ. Alors que Hioki s'impose en chevalier blanc seulement maintenant pour s'en prendre directement à lui, Hebichi s'avouait qu'il en gardait un goût très amer en bouche. Il trouvait cela trop facile de tenir ce genre de discours à l'égard d'un conseiller tel que lui, habitué à être considéré comme l'immoralité incarnée, alors qu'à son sens, ce qu'il avait avancé n'était en rien plus perfide que ce que Fujimori avait promulgué. Il avait définitivement eût tort de croire un peu plus tôt que Hioki par sa pseudo-droiture ait pu se révéler un soutien dans l'évocation d'une possible exécution de l'humain invité-surprise. On ne pouvait décidément rien en tirer, dès que ça touchait à quelque chose qui dépassait monsieur, on rejetait la faute sur le plus apte à en porter les couleurs et on se résignait en bonne et fière victime.

Au moins Fujimori avait-elle le cran de restée camper sur sa position en plus d'avoir ajouter qu'en dépit de l'humiliation, Abarai père et fils s'en remettraient. Et ça, ce n'était pas cruel comme jugement peut-être ? Bande de débris crépusculaires...Hochant négativement de la tête légèrement pour signifier qu'il en avait sa claque de toute la populace occupant la pièce, Hebichi avait raffermit sa poigne sur son sceptre de mage. S'il en avait été capable, il aurait lancé une flopée de commettes mortelles sur l'assemblée et l'incident aurait été clos...La suite des évènements lui donna encore plus envie de rire sarcastiquement car aucun autre conseiller ne décrocha une parole quand Fujimori demanda un dernier avis sur la question après avoir validé sa proposition. Comme quoi elle n'était pas aussi déplacée que ce que Hioki avait semblé sous-entendre si la présidente approuvait sans broncher. Shino semblait assister à un enterrement et être devenu muet, quant à Shiro, son rictus caractéristique indiquait à Hebichi qu'il le reconnaissait bien là...Mais le conseiller du Chûbû ne fit qu'en rouler des yeux toujours passablement excédé.

Bien qu'il ait sûrement agit comme Shiro l'attendait au final, il ne fallait pas qu'il s'imagine avoir gagner le combat des provocations ou qu'Hebichi partageait son avis...Car il n'était en rien aussi impassible que son compagnon sur ce qui touchait de près ou de loin à la paternité vampirique. Ca l'énervait d'autant plus qu'on les mette dans le même sac suite à son intervention mais décidément, ces conseillers n'avaient pas une intelligence hors du commun en dépit de leur pseudo-sagesse et encore moins une grande propension à réfléchir. Ca éclata aux yeux du fondateur quand il sentit Nakajima le bousculer avant de se diriger vers la porte pour prendre congé, tel un enfant mécontent d'avoir été privé de bonbons. Hebichi s'était retenu de justesse de lui renvoyer un coup de sceptre dans les côtes car il ressentait vraiment l'envie de se défouler physiquement. Pour toute réaction, il n'eût qu'un simple soupir résigné. Après tout, qu'ils persistent tous à le voir comme le chat noir s'ils n'étaient pas assez honnêtes pour reconnaître qu'ils pouvaient être tout aussi inhumains dans de telles circonstances.

Un beau jour, peut-être qu'ils intégreraient qu'ils étaient des créatures puissantes et dangereuses de manière innée pour qui la compassion n'était qu'une farce monumentale qu'ils s'efforçaient de jouer. Nakajima devait sûrement le haïr comme personne à ce moment-là, pour avoir ainsi retourné sa veste, mais s'il avait voulu protéger son si cher ami, il aurait laissé Haine en dehors de la conversation plutôt que de le servir ainsi sur un plateau. Ce blond défraîchi ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. Hebichi aurait beaucoup de mal à supporter d'être encore longtemps en leur compagnie, aussi, il se dirigea de son pas impérieux habituel vers la porte, son regard rubis méprisant croisant celui de Hioki qui attendait déjà à pied d'oeuvre. Il lâcha pour lui-même comme pour les autres, histoire d'accélérer le processus :

-Finissons-en.

Il s'écarta mécaniquement pour laisser Fujimori ouvrir la marche dans l'autre pièce, bien davantage par réflexe que par respect et s'engagea dans la salle à son tour. Ce bal était un beau fiasco, lui qui n'avait déjà pas été tenté d'y assister...La seule chose qui pourrait faire redescendre son énervement tenace serait de constater le malaise de Kuromiya à l'énoncé de la punition. Et tant qu'à faire, il en venait même à penser qu'Abarai recevrait la monnaie de sa pièce et que ce n'était pas plus mal finalement. Après tout, s'il avait fait l'économie de son coup d'éclat, Hebichi aurait pu passé une soirée plutôt agréable et se délecter des premiers liens tissés par son fils adoptif. Bien sûr, il lui rendait grâce de lui donner l'opportunité de toucher Kuromiya indirectement mais restait que dans sa veine égoïste, Hebichi n'était pas complètement satisfait. Pourvu que ce procès miteux ne s'éternise plus maintenant, le fondateur avait une folle envie de massacrer un ou deux mortels avant d'allé profiter du jardin paisible de sa somptueuse demeure ; ainsi que de revoir ses fils et de les écarter. Il fallait se rendre à l'évidence, après un tel évènement, la fête n'en serait plus vraiment une.

Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique   




Revenir en haut Aller en bas
 

The Decision is Ours feat. Le Conseil Vampirique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shizuoka :: Le Mont Fuji :: Forêt de Aokigahara-