C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 safe in the steep cliffs ft. nakajima katsuo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: safe in the steep cliffs ft. nakajima katsuo   Mar 16 Oct - 20:16


31 octobre 2011
22h55

    Le bal des vampires? Bien, ce n’était pas nouveau en soi. Qu’il tombe le 31 octobre n’était peut-être qu’une coïncidence qui ne perturbait pas Ryu le moins du monde – non, ce qui lui laissait un air perplexe sur le visage, c’était l’information supplémentaire qui accompagnait l’invitation au bal vampirique annuel. Celui-ci serait donc costumé, hein? Quand on y pense, c’est un bal de centenaires costumés qui allait se dérouler en cette soirée, et chaque fois qu’il y pensait le tout jeune vampire ne pouvait empêcher un sourire d’étirer ses lèvres… voir de pouffer s’il se retrouvait face à Katsuo. Un jour, lui aussi atteindrait peut-être – et il l’espère – un siècle, puis deux, trois… et qui sait jusqu’à combien il en supporterait grâce à sa presque immortalité. Mais alors qu’il n’a que trente ans et se laisse parfois croire qu’il n’en a toujours que vingt, le petit blond ne se sent pas du tout concerné par cette gentille moquerie qui plane dans son esprit depuis quelques jours. Les soirées costumées d’adultes ont bien sûr toujours parues ennuyeuses, mais quand on n’a pas grandit depuis dix ans, on ne se sent pas encore vraiment passé de ce côté-là. Et s’il restait un gamin pour le centenaire à venir? Il en est déjà un pour la communauté vampirique, de toute manière. Il les entend parler, des fois. Il est l’enfant de Katsuo, le petit Nakajima – presque s’il n’est pas vu comme un poupon encore parmi les siens. Il râle pour la forme si on ne prend pas la peine de retenir qu’il est un Suzumi, mais il se doute bien qu’un tout jeune vampire qui est resté à l’écart pendant dix ans ne peut pas être bien connu dans le coin – pas qu’il veuille le devenir.

    Maintenant, le problème? Le costume. Choisit par les soins du conseil vampirique, hein? De tous les costumes proposés, il avait dû se retrouver en cowboy. Il n’avait pas porté une telle chose depuis ses dix ans, plus longtemps même. Il ne savait pas vraiment si être un guerrier comme son père vampirique aurait été mieux ou non, toujours est-il que son stetson sur la tête, il ressemblait plus à un gosse se prenant pour un véritable homme du farwest que pour une grande personne décidant de s’amuser un peu le temps d’une soirée. Son jeans serré et sa chemise à carreaux deux tailles trop grandes ne devait pas aider à lui donner un air adulte, mais il n’en démordrait pas – ce chapeau lui faisait perdre dix ans, et quand on a déjà du mal à en paraître vingt ce n’est pas exactement une bonne chose. Comment faisaient les cowboys pour avoir l’air adultes, à l’époque, hein? En dehors de mesurer une vingtaine de centimètres et en peser tout autant de plus que lui.

    Un énième soupir passe ses lèvres pincées en une moue boudeuse et le chapeau se retrouve, une fois de plus, déplacé de quelques millimètres en espérant que cela change quelque chose à son apparence. Non. La ceinture, peut-être? Ce n’est pas une boucle dorée qui allait le rendre ridicule. Les santiags? Impossible de les oublier puisqu’elles sont la base même du costume. Non, décidément, être un cowboy ne lui convenait pas. Il avait néanmoins limité le ridicule en troquant le foulard qui semblait indispensable pour une étoile cachant les deux derniers boutons de sa chemise. Mais le pire, ce qui dépasserait presque la stupidité du couvre chef, c’est cette fichue veste à frange qu’il se doit d’enfiler – si encore il avait besoin de se protéger du froid, mais non!

    Renfrogné. C’est dans ce superbe état d’esprit qu’il quitte le domicile en compagnie de Katsuo – qui l’assurait au moins de ne pas être le seul à être ridicule dans l’histoire, bien que son père s’en sorte avec classe quand lui semblait juste sortir du primaire… au moins, oui. C’est en boudant qu’il prenait la route, décidé à faire la tête comme l’enfant auquel il s’apparentait. C’est en tout cas l’idée qu’il avait jusqu’à arriver devant l’imposante forêt. Ce n’était certes pas la première fois qu’il y venait – seulement en tant que vampire, dieu merci, mais celle-ci se révélait toujours aussi effrayante, même quand on connait l’itinéraire à prendre. C’est donc sans y réfléchir un instant qu’il se rapproche de Katsuo, légèrement, juste assez pour être sûr de sa présence. Il ne vient pas d’une famille de courageux, et il n’a pas particulièrement honte de s’avouer un peu peureux.

    ▬ J’ai toujours autant l’impression d’avoir froid en arrivant ici. Il marque une pause en s’entourant de ses bras, observant les alentours avec une mine dubitative – ils avaient croisé pas mal d’humains en chemin, il était certain qu’ils tomberaient sur des chasseurs. ▬ Les costumes, c’est pas nous jeter dans la gueule du loup? Il avait beau être silencieux la plupart du temps, dans une situation où il ne se sentait pas rassuré Ryu avait bien plus tendance à faire part de ses inquiétudes. Etait-ce prudent, d’être ici? Il ne voulait pas terminer sa courte vie là, et s’il savait très bien que les chasseurs seraient là comme tous les ans, ça l’inquiétait toujours autant – surtout avec cette histoire de costume qui les trahissait. ▬ En plus, j’ai encore faim. C’est pas faute d’avoir mangé avant de venir, sa faim n’arrivait pas encore à se calmer bien qu’il la contrôle mieux. Et puis son envie de râler est toujours là, il ne faut pas croire, il est juste stressé en plus d’être contrarié.


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 432
Allégeance : Conseil
Messages : 26
Pseudo : Pandaa
Avatar : Reita [The GazettE]
MessageSujet: Re: safe in the steep cliffs ft. nakajima katsuo   Lun 22 Oct - 13:07




Tous les ans la même rengaine, à peu de choses près. La même période, le même chemin, les même préparatifs méticuleux. C’était certes le Grand Conseil de Tôkyô qui démarrait le tout mais c’était Naraku Hebichi qui recevait, le temple étant situé en plein sur son territoire. Cette fois encore Katsuo ne pouvait pas échapper à cette petite sauterie de par ses fonctions et de fait, il allait emmener Ryu avec lui. Ca se passait de mieux en mieux pour ce dernier. Le sang servit au cours de la réception ne le faisait plus bouillir d’envie de sauter sur chaque verre et de fait, sans vouloir être méchant, il espérait que cette année il aurait moins le sentiment de jouer les baby-sitter. C’est qu’au-delà d’être un « bébé » vampire, Ryu pouvait s’impliquer drôlement plus dans le rôle de bébé que de vampire, quand ça le motivait !

Bref… Cette année la date était tombée au 31 octobre. Ce n’était pas la première fois en réalité, évidemment… Mais la première fois qu’on avait prévu de costumer tout le monde, ça oui. Ces derniers avaient souvent été choisit avec une grosse part d’aléatoire et si pour certains ça allait probablement très bien tomber, pour d’autres le sujet était plus délicat. Pour sa part, Katsuo avait eu un costume épinglé sous le nom de « guerrier ». Ca l’avait laissé un peu dubitatif et en ouvrant la boîte, il s’était naïvement attendu à trouver une armure nippone d’époque. Sauf que bon, pas vraiment en réalité. C’était plutôt le genre « guerrier d’heroic fantasy ».

Katsuo possédait un plastron en cuir qu’il avait solidement dû nouer et par-dessus sa tête il avait passé un… truc… Qui lui servait de col tout en couvrant sa carotide et lui fait « un » épaulette tout en cuir également. De long protèges poignets et autres attache de cuir qu’il avait passé au dessus de son coude, des cuissardes sur lesquelles remontaient de hautes bottes lourdes qu’on avait pas envie de se prendre dans la gueule, une ceinture épaisse et une épée assez large et probablement pas mal lourde pour le commun des mortels à sa ceinture. A l’une de ses cuisses un bandeau de cuir emprisonnait une lame plus courte et dans son dos, accroché à d’autres lanières, un bouclier rond dont il sentait parfois la morsure de l’acier sur ses bras nus. Katsuo avait troqué le bandeau sur son visage pour un masque qui lui couvrait le visage du bas de ses yeux jusqu’à son cou et il emmerdait tous ceux qui assurerait que ça faisait pas forcément trop guerrier. En guise de casque il avait un assez large lacet –en cuir oui, encore- qui lui courait sur le front, se perdant dans ses cheveux blond pour être noué derrière sa tête.

Bon… A se regarder dans le miroir une fois le tout passé, il avait finit par convenir avec lui-même que c’était pas si mal. Disons qu’il aurait assurément pu tomber plus mal. Un exemple ? Ben ça aurait put être lui qui se coltinait le costume de cowboy… ! Ok, ça avait l’air méchant dit comme ça ! La vérité c’est que Ryu avait fait une telle tête en le découvrant que si on lui avait offert un rat crevé ça lui aurait probablement fait le même effet de surprise et de dégoût. Il exagérait ? Un peu… Mais tant. Ceci dit, son fils avait semblé faire contre mauvaise fortune bon cœur parce qu’il ne lui avait –étrangement connaissant sa propension à se plaindre- pas fait de caprice pour en changer ou l’adapter ou peu importe.

Par contre, au moment de partir, il avait cet air sur le visage qui disait « aucun commentaire. Je ne veux entendre aucun commentaire. ». C’est vrai que ce costume, quoi que pourtant symbole de l’homme avec un grand H aux Etats-Unis à l’époque (et même encore un peu maintenant) prenait du plomb dans l’aile avec Ryu. C’était pas que ça lui allait mal ou que c’était ridicule ! Mais bon… Ryu avait déjà été plus à son avantage que dans ce costume même si à Katsy, ça lui plaisait bien ! Juste parce que ça changeait ou parce que ça le faisait bouder. Disons que c’était amusant et quand on allait à un bal costumé, c’était un peu l’effet recherché non ?

En tout cas, une fois arrivé sur place et avec la voiture laissée derrière eux, le cowboy a tendance à se ramasser un peu sur lui-même. C’était pas le plus courageux de tous les vachers hein ! Finalement, c’était une double bonne raison pour que ce soit LUI, le guerrier des deux. Néanmoins plutôt de bonne humeur au départ, Katsuo passe brièvement un bras autours des épaules de Ryu pour lui frictionner une épaule histoire de se faire un peu rassurant. Il le relâche, observant Aokigahara qui leur tendait les bras. S’il n’avait pas connu le chemin par cœur, jamais il n’y aurait mit les pieds. Pas parce qu’on possédait une part d’immortalité qu’il fallait s’amuser à la mettre en jeu et cette forêt était dangereuse, même pour les ombres qu’ils étaient.

Un jour, Ryu serait « assez grand » pour venir tout seul. Il se passerait encore une paire d’années avant que ça arrive bien sûr… Mais ça viendrait plus tôt qu’on ne le pensait. D’ailleurs, pensivement, Katsuo avait tout récemment pensé au fait qu’un jour son fils quitterait carrément le nid. C’était pas avant plusieurs dizaines d’années évidemment et du coup on aurait dit qu’il y avait largement le temps ! Mais c’était pas vraiment comme ça qu’il le voyait. Peut être parce que des siècles, il en avait déjà plusieurs derrière lui. Ca faisait relativiser le temps, sûrement. Peu importe…

Katsuo se plain du froid. Ou plutôt d’une « impression » d’avoir froid. C’était pas très étonnant. La psychologie ça jouait fort sur les sensations et justement, Ryu n’avait qu’une dizaine d’années. S’il avait perdu au fur et à mesure bien des aspects humains, d’autres persistaient, surtout ceux qu’on affrontait le moins, comme… La peur oui.

❖ On ne va marcher qu’un bon vingt ou vingt cinq minute et ça ira mieux.

En attendant, c’est sûr que l’orée de la forêt, c’était pas pire que la forêt elle-même alors il allait falloir prendre son petit courage à deux mains. Quant à leurs costumes, Katsuo constate :

❖ C’est Halloween en même temps…

Ou bien parce qu’ils n’étaient pas vêtu très très chaudement malgré le froid automnal ? C’était d’autant plus vrai que l’hiver s’annonçait aussi précoce que rude, cette année.

❖ De toute façon, nous avons l’avantage du terrain.

Faiblement certes… Mais un minimum. Ils allaient emprunter des chemins que Katsuo connaissait bien. Il les prenait depuis plusieurs siècles et savait où étaient ses pièges. Et de toute façon :

❖ Je ne me sens pas très joueur ce soir. Si nous rencontrons un humain suspect, on évitera de rester dans le doute et on en finira avec lui. Cette forêt est l’endroit parfait pour ce genre de décision.

Fallait bien le reconnaître hein… Et puis après s’être plain de l’ambiance, du froid, de leurs costumes… Ryu se plain d’avoir faim et Katsuo claque sa langue contre son palais. Trop de plainte dans un temps record quand même là !

❖ Hé bien à t’entendre je suis étonné de ne pas avoir eu de « quand est-ce qu’on arrive ? » ou « Je veux faire pipi ! » durant le trajet en voiture !

Puis en grognant un peu :

❖ Note que c’est encore temps hein…

Il fait ensuite quelques pas pour entrer de pleins pieds dans la forêt, encourageant Ryu à lui suivre d’un geste de la main, assurant :

❖ Si on croise quelqu’un, on envisagera la possibilité d’y mordre. Mais sinon tu attendras le temple et interdiction de te jeter sur le buffet comme la misère sur le monde, je t’ai mieux élevé que ça !

Quoi ? Il avait sa petite fierté aussi hein ! Et Ryu pouvait réellement lui faire honneur alors autant ne pas tout ruiner en se jetant sur le sang comme un assoiffé ! Et puis bon, pour le fun, un petit sourire moqueur passant sur ses lèvres dissimulées sous le tissu :

❖ Encore que si tu les attrapes au lasso, ça peut devenir amusant à regarder, cowboy.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: safe in the steep cliffs ft. nakajima katsuo   Jeu 25 Oct - 17:29


    Alors qu’ils étaient prêts à partir, Ryu avait remercié Katsuo mentalement de ne pas avoir fait la moindre remarque sur son costume – sachant très bien le plus âgé au-dessus de ses regards meurtriers, bien qu’il lui en ait lancé un en prévention. Il se savait bien ne pas être le plus viril des hommes, alors ce costume normalement porté par des personnes encore plus imposantes qu’un japonais bien taillé n’était bien sûr pas exactement fait pour lui. Enfin, quand il faut, hein. Il n’avait pas insisté auprès de son père vampirique afin d’obtenir quelque chose de mieux, surtout par peur de recevoir quelque chose de pire. Qui sait ce qu’ils avaient comme idées en tête au conseil, sûrement un tas de choses plus farfelues les unes que les autres. Et puis il tentait de se rassurer en se disant que si ça se trouve, il trouverait sur place des personnes plus ridicules que lui.

    Mais le ridicule, ce n’est plus vraiment ce qui le préoccupe en arrivant devant l’imposante forêt. Ses réflexes humains sont toujours bien présents chaque fois qu’il se trouve à cet endroit, et il n’hésite même pas à bouder pendant des jours avant l’évènement en espérant que son père vampirique se décide à le laisser se terrer dans ses appartements pendant le déroulement de la fête. C’est un miracle encore jamais vu, mais il ne perd pas espoir – et aucune honte à passer pour un gosse de dix ans, avec ça. Et quand on a dix ans, devant ce monstre vert, même une légère friction sur l’épaule ça vaut tout l’or du monde. Avoir son géniteur avec soi aussi, c’est une chance dont il ne voudrait jamais se passer. C’est d’ailleurs quelque chose qui ne lui traverse pas vraiment l’esprit, l’idée du jour où il devra parcourir le chemin seul. Après tout, il en a bien pour une centaine d’années avant que ça n’arrive – et quand on n’a pas encore vécu un siècle, c’est quand même beaucoup.

    Le froid semble lui mordre les os tant il le transperce, et ce même en sachant qu’il ne peut ressentir celui-ci. Il le sent au plus profond de lui, comme une impression désagréable de se faire manger de l’intérieur. Il faisait une bien pauvre parodie de cowboy à l’instant même, se faisant tout petit alors que son regard parcours le chemin qui – il le savait – serait étouffant dès qu’il y ferait quelques pas. Il n’a qu’un petit hochement de tête à la remarque du plus âgé, sans même poser les yeux sur lui. Bien sûr – il sait bien que le chemin n’est pas très long, surtout s’ils ont la chance de ne rencontrer personne, mais ce n’est jamais rassurant. Les années passeront et il connaîtra mieux l’indomptable forêt, mais qui sait combien de temps cela prendra avant que son côté affreusement peureux le laisse se guider seul entre ces arbres irréguliers.

    Beaucoup de monde s’enfonce dans cette nature hostile à la recherche d’adrénaline, chaque année à halloween. Leurs costumes peuvent aussi bien se fondre dans l’apparente normalité du jour, ou alors les dévoiler aux chasseurs qui sont là chaque fois, prêts à trouver le lieu de réunion – n’en approchant jamais, ceci dit, pour leur propre bien plus que celui des vampires eux-mêmes. Katsuo le précise d’ailleurs justement – ils ont l’avantage du terrain. Ryu se calme un peu, se rassurant en pensant aux autres années où il ne lui est rien arrivé, malgré sa peur – encore plus forte à l’époque. Son épiderme en serait capable, qu’il frissonnerait à la réponse de l’autre vampire. Parce que mine de rien, parler d’en finir comme ça avec quelqu’un, c’était pas le genre de chose auxquelles il s’habituait. Même si, dans une telle situation, ce sont des choses qui arrivent.

    ▬ On s’y fait au bout d’un moment, je suppose? Et si sa voix sonne sèche alors qu’il dit ces mots, ce n’est pas un reproche pour autant. Il s’est déjà fait à l’idée qu’il ne peut éternellement échapper au danger, il aime juste l’éviter au mieux. Sur ce point, il est bien content d’avoir un géniteur toujours prêt à le protéger – et surtout à s’éloigner de tout ennui potentiel. Et finalement, un sourire étire enfin ses lèvres alors qu’il pose un regard rieur sur Katsuo. ▬ Papa, j’veux faire pipi! Riant de sa propre bêtise, ses lèvres restent étirées bien plus longtemps qu’elles ne le devraient. Le rire est toujours la meilleure arme contre la peur, après tout.

    Et les voilà à faire leurs premiers pas dans le monstre. Une énorme bestiole verte à l’extérieur, et totalement noire une fois à l’intérieur. Le cowboy ne fait pas le fier, et il est finalement bien content d’avoir un guerrier à ses côtés. On sait jamais, une épée est toujours plus efficace qu’un lasso, non? Ryu tente de garder son regard sur le chemin afin de ne pas se faire plus peur que ça n’est déjà le cas.

    Le jeune vampire s’apprête à répliquer alors que Katsuo le met en garde quant à son attitude une fois arrivé à leur point de rendez-vous, une moue indignée prenant place sur son visage. ▬ Je… Il étouffe ses mots et se renfrogne à la blague de Katsuo – de très mauvais goût, cette blague, parfaitement. Il lui jette un sale regard, les bras croisés sur son torse et grondant légèrement. ▬ Et si j’étais pas sage, ce soir, ça pourrait être fun aussi. Une menace? Il n’oserait jamais – d’abord pour l’image de lui-même qu’il véhiculerait, mais aussi bien sûr pour la réputation de son père vampirique. Il n’a pas été éduqué n’importe comment, et il compte bien le montrer.


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 432
Allégeance : Conseil
Messages : 26
Pseudo : Pandaa
Avatar : Reita [The GazettE]
MessageSujet: Re: safe in the steep cliffs ft. nakajima katsuo   Dim 28 Oct - 12:30





Ryu avait eu une question un peu étrange, après qu’il ait parlé de se débarrasser des gêneurs qui les auraient empêchés d’atteindre leur objectif rapidement. Est-ce qu’on se faisait à quoi ? A la mort ? A celle des autres en tout cas, des êtres humains… Hé bien il fallait bien reconnaître que oui. Et c’était peut être bien pour ça au fond qu’on prétendait les vampires sans cœur, au-delà de toute notion biologique évidente. Mais la mort, ça faisait partit d’un cycle qu’ils étaient obligé d’apprivoiser, d’une certaine manière. Parce que si ce n’était pas toujours eux qui la donnait et en dehors d’une tierce activité, les êtres humains mourraient tout de même, emportés par le temps. Il fallait s’en protéger non pas pour pouvoir mieux tuer… Mais pour ne pas sombrer lorsque ceux qu’on avait peut être aimé mourrait.

❖ Il faut bien. Sinon qu’est ce que tu feras lorsque ta famille mourra ?

Ce n’était pas dit sur un ton égal non. Katsuo pouvait faire preuve de compassion même si le timbre de sa voix était toujours un peu rêche et qu'il pouvait sembler manquer de bien du tact. Mais il ne fallait pas que Ryu se voile la face… Un jour ses parents, son frère… Ils mourraient tandis que lui n’aurait pas prit une ride. Il devait partir le premier et finalement, sans aucun doute, il les enterrera tous. Katsuo n’était pas idiot : il savait ce que ça avait de sinistre. Lui-même avait connu la mort d’une femme et d’un enfant… Il savait toute la différence qu’il y avait entre acquiescer devant cette monstrueuse réalité et en prendre réellement conscience.

❖ On ne devrait pas en parler ce soir.

Pas qu’il refusait d’aborder le sujet mais à vingt minutes environs d’arriver à la fête, il n’était pas certain que le moment soit approprié pour une conversation sur le sujet qui aurait mérité beaucoup plus de temps sans doute, surtout connaissant son fils. Quoi ? Peut être qu’il n’était son fils que depuis une dizaine d’années et que c’était trop peu pour prétendre parfaitement connaître les réactions du blond vampire mais Ryu n’était pas non plus un mystère, en tout cas pas avec lui… Et il exprimait généralement ce qu’il ressentait, que ce soit le moment ou bien pas, que ça l’agace ou l’intéresse.

❖ Tout ce que je peux te dire pour clore le sujet c’est qu’un jour tu n’y penseras plus de la même façon.

Pas pour ça que ce serait forcément « plus facile »… Mais ce serait quand même moins douloureux.

Ryu reprend son attitude gamine et, un peu comme un réflexe dans ces cas là, la main de Katsuo remonte jusqu’à l’arrière du crâne du plus jeune pour y placer une bonne petite tape derrière l’oreille. Quel crétin quand il s’y mettait… Et le pire c’était que lui-même avait ouvert la brèche hein ! Il aurait dû se douter que Ryu s’y engouffrerait sans même y réfléchir à deux fois. De fait :

❖ Vu comme le froid t’atteint psychologiquement, je suis surpris que tu songes à sortir quoi que ce soit de tes pantalons.

Pas très fin, c’est sûr… Mais bon, il était un homme, il avait combattu dans le froid de son vivant et pisser dans la nature par temps plus froid que ça, il avait donné alors forcément, ça lui était venu en tête immédiatement ! Et puis bon… Ryu c’était pas un chat sauvage quoi… Plutôt le gros matou d’appartement qui aime se prélasser sur un bon coussin, pas trop loin du feu et des caresses de son maître. Alors froid ou pas froid, sincèrement… Et puis quitte à tacler un peu :

❖ Je suis même pas sûr que tu saches pisser debout, si ?

Désolééééééé ! Mais Ryu pouvait salement faire sa précieuse de temps en temps alors bon… Quitte à souper de son caractère espiègle, il allait lui en fournir, lui aussi ! En tout cas, basse vengeance de la part du cadet, ce dernier prétend que ça pourrait être drôle de n’être « pas sage » lors de la réunion vampirique. Katsuo lui sert un regard dubitatif, ayant du mal à imaginer que Ryu veuille passer pour un mal-élevé juste pour le plaisir de le contrarier ! Néanmoins, à tout hasard :

❖ Ca me ferait honte, probablement.

Et c’était sincère, au-delà de toutes les dernières plaisanteries. Katsuo était fier de Ryu et il ne s’en cachait pas devant les autres membres des différents Conseils. Du coup, si ce dernier agissait de manière peu élégante durant la soirée hé bien… Forcément oui… Sa petite fierté toute nippone –et donc beaucoup trop grande pour un homme si petit et menu- en prendrait un sacré coup.

❖ Mais je doute que tu t’amuse à ça. Au-delà de mon propre embarras, tu en éprouverais toi-même assez pour t’en dissuader.

Enfin… C’était à espérer quoi ! Ils continuent de marcher, sans se presser… Peut être qu’ils mettraient plus de temps que prévu à ce rythme… Mais peu importait. Ce n’était pas comme si la compagnie était désagréable n’est ce pas ? La main de Katsuo vient soudainement se refermer sur le bras de Katsuo pour l’attirer un peu brusquement à lui et désignant d’un mouvement de tête l’endroit où son fils marchait, il lui signale :

❖ Regarde où tu marches Ryu.

Un trou entre le tapis de racine. Ils auraient eu l’air bête si Ryu était tombé ou s’y était brisé une jambe non ? Katsuo relâche Ryu, observant tout autour d’eux. Difficile de ne pas entendre ou sentir les humains qui passaient dans les environs, nombreux et bruyant. Mais qu’importe, ils n’étaient pas assez près pour leur créer une quelconque angoisse, pour l’heure.

❖ D’ici trente ou plutôt quarante ans, tu pourras venir seul. Alors essais à chaque année de retenir un peu plus du chemin ok ?

C’était important… Et puis mine de rien, même si Katsuo n’avait rien contre la perspective d’y aller encore ensemble dans 200 ou 300 ans, il savait que nul n’était éternel. Pas même les vampires…




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: safe in the steep cliffs ft. nakajima katsuo   Mar 20 Nov - 1:03


    Une grimace déforme un instant les traits du jeune homme. Katsuo a toujours donné des réponses très claires sans flancher, il le sait depuis bien longtemps déjà, mais il ne s’attendait pas exactement à ça. Ou peut-être qu’au fond, il savait? La mort à venir de sa famille est un sujet qu’il n’arrive pas à aborder peu importe les années qui passent. Un jour il sera bien forcé de s’y habituer, mais il ne peut se résoudre à y penser. Lui qui aurait dû partir sans attendre les autres, le voilà dans la position inverse. Le plus tragique dans tout ça, finalement, c’est certainement que sa famille l’a tout de même pleuré quand il n’y en avait pas le besoin. Mais bien sûr – il se ferait à l’idée. Quand les siècles auront enterré son chagrin, il ne verrait plus les choses de la même manière. Ryu a toujours été très intelligent – et même sans ça, il paraît évident que lui aussi s’habituera, quand il aura prit de l’âge il n’aura plus la même réticence à planter ses crocs ou même anéantir certaines personnes si c’est inévitable. Il sait déjà qu’il s’y fera, et c’est pourtant une idée qui l’effraie.

    Mais pas question d’en parler ce soir, bien sûr. Tant de questions lui brûlent pourtant les lèvres, menaçant de s’échapper à tout instant. Parce qu’au fond il adorerait en savoir plus sur son père vampirique. Pas qu’il ne connaisse pas déjà une bonne partie de sa vie – mais une fois n’est pas coutume, il veut tout savoir, et ses interrogations sont bien difficiles à contenir. Pourtant, bien qu’il montre sans cesse cette facette ennuyante de lui-même, il n’en reste pas moins qu’il a grandit depuis ses années universitaires, il a néanmoins appris à s’adapter aux situations – ne pas franchir le pas de l’impolitesse. A ce moment précis, il est tout à fait capable de le dire, ses questions ne seraient pas bien reçues. Hochant la tête, il se résout même à penser qu’en effet c’est plus pour le protéger de ses propres réactions que Katsuo fait ça et non à cause d’un ennui quelconque – ou de l’endroit pas exactement approprié pour ce genre de conversation.

    Ryu entrouvre tout de même les lèvres, prêt à placer une petite remarque tout de même, mais la voix de Katsuo se fait entendre avant qu’il ne dise un mot. Et au final ça suffit à le faire taire pour le moment. Bien sûr, les perspectives changent au fil des années – et éventuellement au fil des corps à enterrer. Jamais il n’a pris son géniteur pour une personne sans cœur, et quand on vit tant d’années les idées ne peuvent que changer. Il n’ajoute finalement rien et continue sur le chemin annuel. Une telle discussion ne devrait pas être engagée dans un lieu aussi effrayant que la forêt aokigahara, vraiment. Alors il change totalement d’attitude, se moquant gentiment de la remarque de Katsuo… pour finalement récolter ce qu’il a semé.

    ▬ Eh, j’en suis parfaitement capable! Pas qu’il le ferait néanmoins. Il n’était peut-être pas une personne a beaucoup s’aventurer dans le froid, mais bon. Et puis le plus âgé a finalement l’air de vouloir lui en mettre pour son grade avec sa seconde remarque. Ryu le regarde avec de grands yeux offusqués ▬ Bientôt tu vas me dire que j’ai rien à sortir, aussi? Ok, là ça vole vraiment bas. Se renfrognant, il le pousse un peu et rigole légèrement à nouveau. Dans cette ambiance, la forêt paraît bien moins oppressante. Pourtant il casse lui-même cette ambiance bonne enfant avec sa remarque. Le ton sérieux de Katsuo le fait grimacer un peu puisqu’il n’avait pour intention que d’envoyer une menace en l’air. Bien sûr – s’il faisait n’importe quoi, ils auraient certainement autant honte l’un que l’autre. Le plus jeune ne ferait sûrement jamais ça, n’étant pas du genre à se sentir bien sous le regard des autres – et autant oublier si les regards doivent être réprobateurs. Katsuo vise d’ailleurs très bien quant aux pensés du jeune vampire, qui se tasse un peu.

    Il continue finalement le chemin en silence, ne trouvant rien à ajouter aux paroles de son père – et il se sent vraiment comme un enfant prit en faute pour le coup, même si la sensation sera oubliée dans les minutes qui suivent. Elle est oubliée alors qu’elle est cachée par les odeurs de sang humain, surtout, qui chatouillent ses narines depuis un moment déjà. Il allait en faire part à Katsuo quand celui-ci l’attire à lui. Son manque d’attention finira sûrement par être sa perte, à ce rythme là. Lâchant un petit ▬ Merci. il met quelques secondes à voir ce qui aurait pu lui être particulièrement douloureux, ou fatal suivant la profondeur du trou qu’il a évité de peu. Faisant la moue, il hoche la tête aux paroles du plus âgé, un peu réticent.

    Son père vampirique doit bien le savoir, combien Ryu déteste en effet parler du jour où il devra faire le chemin jusqu’au temple seul. Ou même simplement se débrouiller dans sa vie de vampire seul. Plus ou moins effrayé par sa faible expérience dans cette nouvelle existence, il se sent surtout très attaché à celui dont il est pour l’instant encore en grande partie dépendant. Il ne verrait peut-être plus les choses de la même manière dans les décennies à venir – ou plus, ou moins – mais pour l’instant il aime sa vie comme il la mène. Il se retient de faire une remarque, ne sachant pas si elle serait la bienvenue ou non, mais il n’en pense pas moins.

    Continuant côte à côte cette fois-ci, Ryu marche plus lentement et se fait plus attentif aux éventuels pièges que la forêt semble créer sans arrêt, de nouveaux apparaissant chaque année. Il se voit tout de même forcé de faire part à Katsuo de sa gêne ▬ Il y a beaucoup d'humains, vraiment., et puis fronçant les sourcils ▬ Ils ont l'air assez proches en plus... Pas qu'il soit particulièrement inquiet pour le moment, mais ses sens tendent à se focaliser sur l'odeur alentour plus que sur ce qu'il y a sous ses pieds.

    Spoiler:
     


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 432
Allégeance : Conseil
Messages : 26
Pseudo : Pandaa
Avatar : Reita [The GazettE]
MessageSujet: Re: safe in the steep cliffs ft. nakajima katsuo   Jeu 22 Nov - 23:51




Bien qu’il y ait un peu de plaisanterie entre eux, l’atmosphère était un peu lourde. Peut être à cause du sujet qu’ils avaient à peine survolé… A moins que ce ne soit parce qu’en dehors de ces quelques mots, ils étaient bien silencieux ce soir. L’ambiance aurait pourtant dût être festive… Et Katsuo était à peu près certain que la bonne humeur reviendrait. C’était sûrement simplement le contexte de leur petite randonnée improvisée qui nuisait au moral. Ou alors il était juste un vieux con aigrit pour quelques minutes encore. Toujours est-il que pour une fois, Katsuo regrettait presque que Ryu soit si sage.

Bon, il ne le dirait pas comme ça et dès que son fils reviendrait lui casser les pieds, dans dix minutes ou dans huit jours, il ne comprendrait déjà plus comment il avait fait pour le penser… ! Mais là, maintenant, tout de suite… Il avait le droit de le penser dans son coin n’est ce pas ?

Katsuo ne se pensait pas asociale. Il ne pensait pas non plus qu’il vivait de manière quasi autarcique. Preuve en était qu’il était quand même enseignant… Ceci étant dit, Ryu était clairement la partie la plus vivante de sa vie, sans vouloir verser dans l’humour noir. Il avait changé la donne il y avait dix ans et parfois, Katsuo se surprenait encore à se demander pourquoi les choses s’étaient ainsi faites. Il lui arrivait parfois de songer à son vieil ami, Abarai Ketsueki, en se demandant à quoi il avait pensé lorsqu’il avait mordu Haine pour s’y attacher à tout jamais… Et à quoi pouvait bien penser Hioki Shinnosuke alors qu’il cherchait encore un fils ou une fille depuis tant d’années, de siècles…

Ryu s’était un peu imposé à lui. A moins que ce ne soit lui-même qui se le soit imposé. Est-ce que dans un élan de nostalgie il avait pu penser à ce fils biologique qu’il avait eu un jour ? Est-ce que c’était une espèce de procuration tardive et malhabile ? Pour être honnête… Il ne le pensait pas. Il savait qu’il y avait un lien dit « filiale » entre Ryu et lui mais ce n’était pas quelque chose qui venait du sang. Enfin… Pas au sens où on l’entendait. C’était plus moral que physique si l’on peut dire. Mais ça n’avait pas été moins dur que d’élever un véritable enfant. Et d’une certaine façon : ce n’était pas encore finit. La route devant Ryu était encore bien longue avant qu’il ne soit parfaitement autonome.

Ryu plaisante, bouscule… Et Katsuo se contente d’un fugace sourire, sans cesser de marcher. S’ils n’avaient pas été dans un endroit aussi dangereux, il aurait lui-même repoussé Ryu sans douceur histoire de lui faire les pieds ! Pas pour faire mal hein… Simplement pour montrer qui était le plus fort à ce petit jeu ! Pour ce qui était des « attributs » de Ryu (leur conversation était quasi épique compte tenu du fait qu’ils étaient sensément deux intellectuels) il n’a qu’un petit sourire un brin narquois pour le jeune vampire.

Bon d’accord, il taquinait… Mais excusez-le s’il ne trouvait pas en Ryu un model de virilité et de masculinité. De là à dire qu’il le trouvait féminin, fallait pas pousser… Mais il avait néanmoins les traits encore très doux et quelques rondeurs sur le visage qui malgré le fait qu’il ne soit pas très épais venaient probablement d’une enfance pas entièrement disparue avant sa mort. Ce soir c’était d’autant plus flagrant qu’on aurait dit un ado avec une panoplie de cow-boy en plastique.

Ryu se rapproche, parlant de la présence humaine qu’il y avait en ces lieux… Et Katsuo n’a qu’un petit mouvement de la tête pour acquiescer, confirmant. Mais c’était Halloween qui voulait ça. Jamais la fête vampirique ne s’était retrouvée célébrée la nuit d’une fête humaine. Surtout ce genre de nuit… De fait, il était difficile de dire si c’était exceptionnel ou bien pas. Mais les autres années, il ne lui avait pas semblé ressentir autant de présences.

❖ C’est une année particulière de part sa date.

Et s’il avait, tout comme les autres membres du Grand Conseil, trouvé cette date ni pire ni meilleure qu’une autre, il regrettait à présent de n’avoir pas songé à ce qu’elle pouvait avoir d’humainement exceptionnelle ! Au moins cela leur servirait de leçon à partir de l’année prochaine. En espérant qu’il soit encore là pour y assister. Ouh… C’était lugubre ça comme pensée… Il n’était pas dans son assiette ce soir ! Cela passerait.

❖ Pense à autre chose. As-tu avancé dans ton projet ?

Ryu ne comptait pas rester un écrivain sans œuvre à publier n’est ce pas ? Un jour il faudrait bien qu’il se lance et le plus tôt serait sans doute le mieux ! De toute façon, Katsy ne doutait pas des capacités de son fils. Ce dernier était le seul à douter potentiellement de lui-même et Katsuo se doutait qu’il s’agissait plus d’une volonté de relire et corriger, recorriger et re-recorriger insatiable qu’un réel problème vis-à-vis de son propre travail. Une vision de perfectionniste mais c’était handicapant.

❖ Je vais être un peu absent, ces prochaines semaines. J’ai de nombreuses conférences et des étudiants à voir pour leurs travaux de fin d’étude.

Autant faire la conversation puisqu’ils en étaient rendus là. Au moins, même s’il était toujours hautement attentif, Katsuo ne restait pas bloqué sur ce qui les entourait et il espérait que Ryu sache en faire abstraction également.

❖ Nous n’avons jamais parlé de nos projets sur le long terme, je réalise.

Non… Ils s’étaient un peu contentés de vivre l’instant présent si l’on peut dire. Néanmoins, ça pouvait être l’occasion d’aborder en douceur le sujet, sans forcément entrer dans les détails si ça devenait compliqué pour le temps qu’il restait devant eux.

❖ Tu en as ? Tu sais ce que tu comptes faire quand tu auras réellement acquit ton indépendance ?

Parce qu’il fallait l’admettre :

❖ Ca arrivera plus vite que tu ne le penses. Il faut t’y préparer.

Oui… Se préparer au jour où il ne serait plus là, pour une raison ou une autre. Et s’il avait été encore humain, Katsuo aurait probablement frissonné un peu. De toute façon, même si la vie vampirique ne prévoyait pas que les enfants survivent spécialement à leurs parents, Katsuo ne comptait pas survivre à Ryu... Alors...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: safe in the steep cliffs ft. nakajima katsuo   Ven 7 Déc - 2:01


    Les sens en alertes pour éviter tout problème – ou juste pour se rassurer dans ce monstre vert – Ryu n’est en effet pas au plus haut de sa forme, niveau conversation. Dans une forêt qui apparaît presque vivante, parler de la pluie et du beau temps le réjouit moins qu’en temps normal, il faut dire. Du coup, entre les plaisanteries de mauvais goût le silence est pesant, un peu trop pour le jeune vampire qui se balance d’un pied sur l’autre sans trop savoir quoi faire – quoi dire. ▬ Je me demandais. un instant sans surveillance et son train de pensé est une nouvelle fois hors de contrôle. ▬ Tu m’aurais changé plus tôt, si tu avais été courant de mon état de santé avant? Comme un enfant, un tas de questions concernant sa « naissance » – si on peut utiliser ce terme dans le cas présent – trainent toujours dans un coin de son cerveau. Et s’il a eu l’occasion d’en poser un paquet déjà ce n’est pas pour autant que celles-ci tarissent. Il connaîtrait la vérité absolue qu’il aurait encore un million de questions, à tous les coups.

    Ces questions, c’est ce qui les avait rassemblés après tout. Cet intérêt intarissable est ce qui a mené Ryu à prendre des cours du soir et à harceler son professeur afin d’en savoir toujours plus. C’est un lien très fort qu’ils ont construit ces dix dernières années. Mais bien que solide, pour le plus petit il ne peut décidément s’apparenter au véritable lien familial. Bien sûr, Katsuo agit comme un père pour lui – et il l’est en quelque sorte, aucun doute là-dessus. Seulement, sa famille encore certainement en vie et en bonne santé, il ne peut considérer l’autre vampire comme un père. D’un côté il en est presque gardé à leur relation passée de professeur et élève. Un lien qui a évolué, évidement, mais qui se base sur autre chose qu’un père et sa progéniture. Pas qu’il en soit moins fort, bien sûr.

    Pourtant, c’est bien ce à quoi ils ressemblaient présentement – un père et son gamin un peu turbulent. Chose rare venant du jeune vampire, au passage. Ou peut-être deux frères ou deux amis alors que les blagues commençaient à atteindre le dessous de la ceinture. Il y eut un temps où il n’encaissait pas ce genre de plaisanteries mais il avait grandit, heureusement. Son visage rond ne posait plus tant de problèmes, et même s’il avait encore l’air jeune on pouvait dire qu’il n’était plus un enfant si on prêtait la moindre attention. On peut dire qu’il a apprit à vivre avec lui-même, suffisamment pour rire de lui-même sans se vexer.

    ▬ Je me demande si un seul des membres du conseil a déjà fait l’expérience d’halloween. Une manière de dire qu’ils sont tous vieux? Totalement. Un petit sourire étire ses lèvres alors qu’il regarde Katsuo du coin de l’œil, restant tout de même attentif cette fois. Bien sûr ce n’est pas non plus une date exceptionnelle au Japon et le plus petit lui-même n’avait jamais vraiment assisté à quoique ce soit pour cette date particulière, mais il avait déjà entendu parler de goûters et autres fêtes organisées du temps où il allait en cours. Forcément, cette forêt se devait d’attirer les inconscients pour une date à l’atmosphère lugubre. Sans dire que c’est simple, Ryu détache un peu son esprit des humains qu’il peut sentir pour se plonger dans un sujet qu’il soupçonne soigneusement choisit par son père vampirique. Quoi de mieux qu’un projet à qui il donne tout son temps pour le faire lâcher un peu la pression?

    ▬ J’ai décidé de faire les choses de manière plus organisée, une grande première pour le vampire à l’esprit incontrôlable ▬ du coup j’ai presque terminé mon premier récit historique. Bien sûr, il avait besoin d’en commencer deux en même temps. ▬ Celui-ci est plutôt romancé, alors je ne sais pas trop ce que ça vaut. Il faudra sûrement que je modifie quelques passages d’ailleurs, mais je suppose que dans un moment je pourrais l’envoyer. La vérité? Il est totalement envahit par le stress à cette simple pensé et traine dans les finitions de son projet – qui lui est pourtant très cher – à cause de la peur qu’on rit au nez de son travail. Pas qu’il soit de ceux pour qui l’opinion des autres est primordial, mais pour quelque chose qui lui aura prit tant de temps, oui, ça a son importance. D’ailleurs il y en a un dont l’avis lui est plus cher que les autres ▬ Si tu as du temps, tu pourras y jeter un œil si tu veux. Message subliminal pour « t’as plutôt intérêt à le lire du premier au dernier mot et me dire clairement ce que ça vaut. »

    Il y a tant de choses à dire sur ses différents écrits mais c’est en même temps un tel plaisir de voir Katsuo découvrir ses écrits qu’il a toujours du mal à savoir que dire, que taire. Il pourrait tout lui raconter sur le champ, mais laisser planer le mystère semble une bonne option. Enfin il a un regard légèrement surpris aux paroles de l’autre vampire mais hoche simplement la tête. ▬ Si tu as besoin d’aide, je suis là. Il sait très bien se tenir occupé et devrait lui aussi faire des choses de son côté, mais être un petit assistant sans prétentions de temps à autres, ça ne lui plait pas moins.

    A ce moment là de la conversation, Ryu se sent bien plus détendu et la forêt lui paraîtrait presque moins dangereuse qu’avant – jusqu’à ce que le sujet qu’il s’arrangeait toujours pour éviter soit abordé. Parler de projets futur, ce n’est pas vraiment ce qu’il l’inquiète, c’est ce qui suit. ▬ Tu vis encore quatre ou cinq siècles et restes avec moi? Déjà plus jeune il avait été réticent à quitter ses parents, alors ce n’est même pas une surprise de le voir dire ce genre d’idioties. Il plaisante à ce moment précis, mais d’un côté puisque c’est possible, il aimerait vraiment que Katsuo vive encore longtemps – qu’il prenne son indépendance ou non, on s’entend. Et puis plus sérieux ▬ Tu as quitté celui qui t’as transformé à quel âge? parce qu’en fait il vient de réaliser que bien que ce soit une question toute simple, il ne l’avait jamais posée. Pas qu’il y ait un âge requis pour s’émanciper, mais il pourrait se faire une idée ainsi.

    Et pour ne pas éviter complètement la question, il s’aventure quand même sur une piste, réfléchissant en même temps qu’il parle. ▬ Je sais pas encore ce que je ferais – qui sait, peut-être que j’arriverai à faire vendre mes livres, un jour. Je pourrais continuer sous un autre nom dans un moment. Bien sûr, s’il arrive à vivre en tant qu’écrivain, ce serait fatiguant de toujours devoir se refaire un nom au bout de quelques années. Enfin, parce que ça le travaille quand même assez souvent ▬ J’ai du mal à me voir dans vingt ou trente ans déjà, quand il ne sera plus question de retrouver ma famille. Quand il y pense sérieusement, l’idée de ne plus les approcher est encore plus douloureuse que celle de devoir les voir partir avant lui. Mais un fils, un frère de cinquante ou soixante ans qui n’en fait toujours que vingt, ce n’est pas exactement crédible. Un rire franc lui échappe alors qu’il pense soudainement ▬ Je peux même pas compter sur mon frère pour perpétuer la famille Suzumi! Eh quoi? A moins que celui-ci ne décide d’adopter, ils seront la fin de la généalogie de la famille. Parce que franchement, il ne pouvait imaginer son cadet avec une femme – on ne peut jamais savoir, certes, mais l’image le fait rire intérieurement, vraiment.


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: safe in the steep cliffs ft. nakajima katsuo   




Revenir en haut Aller en bas
 

safe in the steep cliffs ft. nakajima katsuo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shizuoka :: Le Mont Fuji :: Forêt de Aokigahara-