C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 You're still welcome ► Ninomiya Yui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



☩ Samurai's Heart ☩

Âge : 408 ans ▬ 37 ans
Allégeance : Au Conseil et à la société vampirique
Messages : 90
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Byung Hun
MessageSujet: You're still welcome ► Ninomiya Yui   Jeu 12 Jan - 16:18




~ Le 4 Octobre 2011 - 22h25 ~



Shinnosuke venait tout juste de rentrer de Tôkyô. La belle capitale contenait certes tout ce dont un homme pouvait rêver, qu'il soit vampire ou pas. Tout était à proximité, il n'avait pas des heures de route pour trouver un articles en particuliers... Le Conseil vampirique s'y tenait, ce qui était un avantage considérable pour qui en était un membre officiel. Les proies étaient nombreuses, variées et maints jeunes traînaient encore dans les rues le soir, ce qui ne se voyait que trop peu à Nikkô, où donc la nourriture était plus rare, pour peu qu'on ne veuille pas attaquer à même les résidences, ce qui arrivait malgré tout assez fréquemment justement pour cette raison. Ici, les gens semblaient savoir alors que pourtant, ce n'était pas le cas... Il régnait, sur la petite ville, une épaisse aura de mystère comme seul les lieux sacrés et historiques pouvaient connaître. Malgré tout, Shinnosuke était de retour à Nikkô et il ne se sentait jamais mieux chez lui qu'ici.

Il avait rejoint sa petite maison à flanc de montagne vers 22h, tout juste le temps de faire le voyage de Tôkyô dès que le soleil eût caché ses derniers rayons. Et il y était jusqu'à la prochaine réunion du Conseil, soit pour les trois prochains jours. En mettant le pied à terre, une fois la portière de sa jolie Berline noire refermée derrière lui, Shinnosuke avait pris une profonde inspiration, pas tant par nécessité, puisqu'il ne connaissait plus le besoin de respirer depuis quelques siècles, mais seulement pour humer le parfum si caractéristique de la montagne. La terre meuble, les feuilles imbibées d'eau se mêlant à celle-ci, les conifères silencieux et droits... Un petit sourire un brin rêveur avait alors glissé sur les lèvres d'un Shinnosuke qui, décidément, s'il aimait la ville, ne vivait que pour revenir ici, là où il avait finalement trouvé la paix après toute une vie de rejet. Après avoir connu Nikkô, de toute façon, elle vous appelait sans cesse tout au long de votre vie.

Shinnosuke n'avait pas mis l'alarme sur sa voiture et s'il en possédait une dans sa maison, ce n'était que par principe. Les voleurs ici étaient rares... et de toute façon, il valait mieux pour un humain ne pas se tenter à entrer ici, même si ça semblait relativement simple. Certes, cette maison fort traditionnelle n'avait pas beaucoup de remparts contre les brigands, mais son possesseur se serait délecté d'avoir droit à une livraison à domicile pour son repas du soir... Or, cette nuit promettait d'être calme et alors qu'il retire son veston, tiré à quatre épingles comme toujours lorsqu'il revenait de Tôkyô, Shinnosuke songeait à son précieux dojo, perdu au fin fond d'un très grand jardin typiquement japonais. Un calme immense l'envahit soudainement. C'était assurément une vie de rêve qu'il menait... si seulement il avait pu trouver celui dont il rêvait à présent la nuit, ne voyant jamais clairement son visage, mais sachant au moins une chose : lorsqu'il le rencontrera pour de bon, il le reconnaîtra sur le champ.

Tout en songeant à ce futur élève -et par conséquent, fils vampirique- dont il rêvait tant, Shinnosuke monte à l'étage, s'arrêtant un court moment près de la barrière de sécurité dressée tout en haut histoire de ne pas tomber, le deuxième étage ayant vue sur le premier. De là, il jette un coup d'oeil à son téléphone fixe, mais pas de nouveau messages. Oui, Shinnosuke avait toutes les commodités nécessaires dans cette maison malgré son aspect très traditionnel. Le but, c'était de vivre confortablement et en fait, le vampire s'était rapidement fait à la modernité. Pour preuve le iPhone qu'il sort de la poche de son pantalon de costume pour le poser sur une de ses tables de chevet. Le vampire s'étire, poussant un petit bâillement plus psychologique qu'autre chose alors qu'il réalise que le besoin de sang se fera bientôt sentir, puis jette un coup d'oeil par la fenêtre.

Son regard perçant a tôt fait de percevoir une ombre qui se mouve dans le dojo, au loin. Shinnosuke fronce les sourcils en se cachant automatiquement le long de sa fenêtre, histoire de ne pas se faire voir s'il s'agissait là d'un vampire, ce qu'il ne peut absolument pas savoir d'ici. Mais, quelque chose lui disait qu'en fait, le repas était servit... et ça attire un petit sourire doux sur ses lèvres alors que Shinnosuke réalise qu'il en avait, ce soir, de la chance ! Malgré tout, pas question de se laisser aveugler par ses envies. Ce n'était peut-être pas un humain et si ce n'était effectivement pas le cas, il y aurait un problème... Pire encore, pourquoi pas un chasseur ? Ça fait grogner Shinnosuke qui, finalement, n'hésite plus pour aller décrocher de son mur un katana de cérémonie. Il était malgré tout acéré et prêt pour le combat... et c'est tout ce qu'il avait sous la main, le reste étant dans le dojo en question.

Chemise à moitié ouverte sur son torse, bretelles toujours passées sur ses épaules, pieds nus, le vampire sort dehors, se faisant le plus discret possible, se tapissant dans l'ombre et évitant de marcher sur ce qui aurait pu craquer. Ses pas le conduisent très rapidement au dojo alors qu'il tend l'oreille... mais n'entend rien. Pourtant, il voyait toujours cette forme humanoïde dans le lieu d'entraînement... Qui était-ce et qu'est-ce qu'il fichait là ? Est-ce qu'un humain pouvait être aussi silencieux ? Le coeur battant, Shinnosuke se demanda soudainement si ses prières n'avaient pas été exaucées. Est-ce qu'il avait, devant lui, à quelques mètres seulement, son futur élève ? L'homme qu'il allait mordre et faire siens pour lui apprendre les rudiments de la vie ? Pour laisser quelque chose derrière lui... ?

La réponse lui vient rapidement alors qu'un rayon de lune éclaire le visage de celui qui se retourne vers lui. Un vampire... Et pas n'importe lequel. Puisque de toute façon, les sens aiguisés de celui-là l'ont sûrement déjà repéré, Shinnosuke sort lentement de l'ombre, katana pointé vers Ninomiya dans une attitude non pas de combat, mais de défense. Le Chasseur de Morts... qu'il avait sauvé de la mort quelques deux cent ans plus tôt, sans savoir ce qu'il faisait. Il avait eu le temps de regretter depuis, sachant que cet homme lui avait parfois arraché quelques fort vieilles connaissances qu'il se plaisait à côtoyer... Mais, malgré tout, le respect qu'il éprouvait pour lui n'avait pas changé et si c'était à refaire, sans réfléchir, Shinnosuke le referait probablement. Idiot ? Absolument... et nul doute que si ça s'était su au Conseil, on eût voulu le faire accuser de haute trahison. Après tout, le Chasseur de Morts était une des principale raison de la mort des membres du Conseil, en règle générale...

Alors quoi ? Il était là pour lui, cette fois ? Le noble vampire incline poliment la tête vers cet étrange chasseur qui ne faisait partit de rien.

« Bonsoir, Ninomiya-san », murmure-t-il d'une voix presque trop paisible. « Es-tu venu pour moi, ou par quelques chances que ce soit... pour mon dojo ? »

Celui-là même qui, quelques deux cent ans plus tôt, avait servit de refuse au vampire blessé, histoire qu'il se refasse des forces pendant la journée et, surtout, qu'il ne soit pas livré à lui-même face aux impitoyables rayons du soleil. À la tombée de la nuit, il avait vu la silhouette fine et gracieuse quitter le dojo sans faire de bruit et sans un regard en arrière, ce qui avait un peu troublé Shinnosuke à l'époque. Il n'avait néanmoins jamais essayé de retrouver l'étrange vampire... jusqu'à ce que la terrible vérité lui tombe dessus sans qu'il ne s'y attende. Comme quoi, on connaît toujours mal le monde qui nous entoure...

Le samouraï s'approche légèrement, restant néanmoins en bas des quelques petites marches qui mènent au dojo, curieux, mais aussi un peu tendu. Il n'avait surtout pas envie de rendre l'âme ce soir et savait fort bien qu'un combat contre Yui, bien que sûrement très intéressant, ne serait absolument pas bénéfique.

« La nuit est belle... et la lune pleine et claire », commente-t-il lentement. « Ce n'est pas le moment de faire couler le sang, ne crois-tu pas ? »

Y avait-il vraiment un moment qui n'incluait pas cette opportunité pour un homme tel le Chasseur de Mort ? Shinnosuke en doutait tout de même fortement.


_________________


~ Hioki Shinnosuke ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 760, mort à 27
Allégeance : Aucune
Messages : 31
Pseudo : Pandaa
Avatar : Satoshi {Girugämesh}
MessageSujet: Re: You're still welcome ► Ninomiya Yui   Mar 17 Jan - 11:41




Yui passa une main sous sa veste, une grimace douloureuse passant sur son visage alors que du bout des doigts, il faisait pression sur une blessure sous ses côtes. Lentement, il retire sa main de sous la couche de vêtement pour venir voir le liquide sombre et brillant qui avait coulé là. Il avait eu un peu chaud sur sa dernière chasse. Même plus que ça en fait…

Pour revenir brièvement sur sa soirée, Yui avait eu une piste sur le conseil. Comme d’habitude, il n’avait eu que peu d’hésitation avant de se jeter dans la mêlée et il était déjà un peu plus de neuve heure et demi quant il était arrivé à Nikkô pour sa sombre besogne. La suite avait ensuite été à la fois trop longue et trop courte. Celui qu’il pourchassait ce soir là était un des tous derniers membres arrivés au conseil Tokyoïte. Il n’était pas « si » vieux que ça mais avait vraisemblablement un talent certain dans la bataille. Le problème n’était pas tant là que dans la raison de son séjour à Nikkô.

Yu aurait dû se douter que la proximité des temples était une bonne raison pour qu’un membre du conseil séjourne dans le petit hameau… Et quand il était tombé sur sa proie, ce dernier n’était pas seul. Un membre de l’Ordre de Tenkyû était avec lui.

D’ordinaire, Yui ne s’attaquait pas aux autres humains. Parfois, lorsqu’il en rencontrait un qui ne jurait que par les vampires ou qui en servait un –sous forme de calice ou bien pas- il les secouait. Il le faisait parfois assez brusquement comme s’ils avaient eu besoin de ça pour sortir de cette transe absurde. Ou parfois, c’était simplement pour secouer l’arbre et en faire tomber un ou deux vampires de choix. Quand il tombait sur un chasseur, néanmoins, les choses étaient forcément différentes. Yui se défendait et vendait sa peau chèrement. De plus, il voulait continuer de rester une entité dont chacun se demandait si elle existait réellement… Ca lui donnait un certain ascendant dans la bataille… Il avait même déjà rencontré un vampire qui se faisait passer pour lui. Pathétique.

Quoi qu’il en soit, ces chasseurs là, qu’ils soient de l’Ordre ou bien indépendants, Yui n’avait pas d’autre choix que de les éliminer pour préserver un minimum de son secret. Mais aussi parce que s’il était reconnu pour ne pas répondre réellement aux attaques de chasseurs, ces derniers allaient se multiplier à ses trousses. Et franchement, Yui n’avait pas de temps à perdre avec ces humains plus coriaces qu’ils n’en avaient l’air…

Du coup, ce soir, Yui avait pu goûter à un combat contre un vampire du conseil et un membre de l’Ordre dans le même temps. Nul besoin de dire, s’il était toujours vivant à cette heure-ci, qu’il avait survécu n’est ce pas ? Et comme Yui n’avait pas vraiment pour habitude de fuir, il n’était pas très difficile de comprendre que ses adversaires, eux, avaient péris. Hors ils s’étaient battu comme des tigres et Yui avait même bien cru, à un moment, que sa dernière heure était arrivée. Encore.

Pourtant, Bouddha ou n’importe qui d’autre avait veillé sur lui et il l’avait emporté sur l’ennemi, gardant néanmoins plusieurs blessures plus ou moins profondes. Yui avait alors commencé à se régénérer. Cette aptitude lui avait prit un temps infini à être assimilée parce que personne ne lui avait apprise. En fait, il était toujours un peu gauche dans cette pratique et nul doute que si aujourd’hui il parvenait sans trop de mal à arrêter les hémorragies, les cicatrices restaient longtemps sur sa peau. D’ailleurs, parce que ça ne lui semblait pas nécessaire de chercher à les guérir entièrement, Yui portait sur le corps bon nombre de cicatrices de batailles plus ou moins rocambolesques.

Mais bref, passons… Il avait vite paru évident à Yui qu’il était préférable de ne pas reparaître à Tôkyô ainsi amoindrit. Il pouvait encore se battre et infliger de sévère correction… Mais l’emporter ? Pas sûr. Et surtout, sur la durée, il allait être perdant. Il avait alors fallu choisir un endroit où s’abriter. Sans argent sur lui, Yui avait rapidement dû renoncer à une auberge ou un petit motel du centre et c’est alors qu’il s’était rappelé une maison dans les bois où il avait déjà trouvé refuge par le passé. Il y avait de cela… Vraiment longtemps maintenant.

Un vampire lui avait sauvé le « vie ». Nul doute qu’aujourd’hui, il avait dû en apprendre plus à son sujet et Hioki Shinnosuke devait s’en mordre un peu les doigts. Néanmoins, le grand et fort coréen au nom pourtant si japonais avait été le seul en sept siècle à lui porter secours. Non seulement dans la bataille, mais même après cette dernière. Dans la rue, il avait bien sûr apprit que ce dernier avait prit une place au conseil. Sachant où il résidait, Yui aurait pu s’y rendre il y avait un moment déjà et le chasser… Mais non. Peut être une brève part d’humanité qui lui restait et qui le rendait sensible à cette sorte de « dette » qu’il avait envers l’autre vampire. Et s’il tuait Shinnosuke –il ne doutait de rien quand il s’agissait de présumer de l’issu d’un combat- comment aurait-il pu rembourser sa dette à ce dernier ?

De toute façon, lorsqu’il avait pénétré l’enceinte du jardin japonais, la maison était vide. Yui avait été directement dans le dojo après un passage éclair dans la salle de bain pour y récupérer quelques serviettes immaculées qui à présent ne l’étaient plus vraiment.

Il inspire profondément alors que sans douceur, il vient poser une serviette contre sa blessure, faisant fortement pression. Certes il se régénérait mais il avait déjà soigné plusieurs de ses blessures et à présent, la fatigue prenait doucement le pas. Alors il allait falloir garroter un peu cette dernière blessure le temps qu’il se soigne. Ensuite… Hé bien ensuite il lui faudrait se mettre en chasse pour récupérer toute cette belle énergie sanguine…

Mais les choses se passent rarement comme on l’avait prévu. Quel était donc le pourcentage de chance pour que Shinnosuke vienne ce soir séjourner dans cette maison de campagne ? N’avait-il donc pas à faire à Tôkyô ?!

Quoi qu’il en soit, bientôt, ils se faisaient face à nouveau. Yui se tenait droit et de sa main libre il vient s’emparer d’un katar, prêt à s’en servir malgré tout si l’autre vampire voulait profiter de cet instant de faiblesse. Après tout, pourquoi pas ? A la guerre comme à la guerre et si Yui avait encore le sens d’un certain honneur, il savait qu’il fallait faire la part des choses dans un duel contre un vampire. Parfois, il fallait profiter de certaines faiblesses…

L’homme était donc ainsi devant lui, grand, fort, beau, brave… Sa chemise à demi ouverte laissait entrevoir des muscles saillant qui promettait une force brute et humaine bien supérieur à celle de Yui. Il avait en main un katana à la lame luisante et qui assurait un tranchant sans pareil qui fait malgré tout faire un petit pas en arrière à Yui. Tous ses muscles étaient tendus, sa concentration n’était plus du tout à ses soins et ses genoux fléchissent légèrement un instant avant qu’il ne se remette d’aplombs bien vite.

    ◈ Bonsoir, Ninomiya-san. Es-tu venu pour moi, ou par quelques chances que ce soit... pour mon dojo ?


Hé bien en fait, pour le coup, il ne croyait pas si bien dire. Mais puisque l’homme ne semblait pas s’être rendu compte de ses limites présentes, Yui ne dit rien, son regard pas aussi exotique que celui de son vis-à-vis mais presque toujours scrupuleusement posé sur ce dernier.

    ◈ La nuit est belle... et la lune pleine et claire. Ce n'est pas le moment de faire couler le sang, ne crois-tu pas ?


Yui hésite… Surtout quand l’autre vampire fait quelques pas dans sa direction… Mais finalement il remet son arme dans son attache, feulant néanmoins :

    ◈ Ne t’approche pas !


Ils s’y voyaient presque comme en plein jour et au moindre mouvement suspect, Yui redeviendrait sauvage pour sauver sa peau… Sa blessure l’élance et comme un peu de sang rejoint sans doute ses poumons, il s’étrangle une seconde dans une petite toux. Heureusement qu’il était vampire et qu’il n’avait pas besoin de respirer hum… Yu écarte un pan de sa veste, revenant placer correctement la serviette de toilette.

    ◈ Il coule déjà.


Mais pour dissuader Shinnosuke d’en profiter, il remonte un regard sauvage jusqu’à lui :

    ◈ Je suis encore en état de te faire te demander si tu en sortiras vainqueur.


Ou pas… C’était loin d’être sûr mais il n’allait quand même pas dire le contraire là tout de suite. Du coup, il demande, la mâchoire crispée :

    ◈ Est-ce que tu vas changer d’avis et attaquer ? Je ne suis pas venu me battre, juste trouver un asile pour la nuit et la journée de demain.


Puis avisant la serviette imbibée il grogne avant d’ajouter :

    ◈ Je t’en renverrais d’autres…


Yui vient écarter le trou dans son t-shirt pour voir un peu la blessure qui se résorbait touuuut doucement. Un peu trop lentement à son goût. Mais au moins le faisait-elle.

    ◈ Tu as déjà bu ?


Parce que sinon, ils allaient avoir vite faim tous les deux en même temps non ?

    ◈ C’est bien ma veine que tu sois là quand je cherche un abri…


Il gronde… Parce que ça faisait quand même deux fois du coup. La poisse quoi… Celui qui veillait depuis les hauteurs, dans le ciel, devait avoir un sens de l’humour très particulier…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Samurai's Heart ☩

Âge : 408 ans ▬ 37 ans
Allégeance : Au Conseil et à la société vampirique
Messages : 90
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Byung Hun
MessageSujet: Re: You're still welcome ► Ninomiya Yui   Lun 30 Jan - 16:40


Ce n'est pas que la belle assurance de Yui l'avait complètement quittée... Mais il est clair qu'elle était camouflée sous une bonne couche de crainte et de sauvagerie, ce qui surpris considérablement Shinnosuke. Au moins le chasseur comprenait-il que sa position était précaire, ainsi blessé face à un vampire qui a sûrement beaucoup de morts à lui faire payer. Et en effet, même sans y songer particulièrement, plusieurs noms venaient à l'esprit de Shinnosuke. Des morts qui n'avaient jamais vraiment trouvés de raison. Des morts qui n'auraient pas dût tomber face à de vulgaires humains... Et il lui semblait évident que puisque l'existence du chasseur de légende était confirmée, c'était à lui qu'ils devaient ces pertes souvent fort handicapantes. Et, avouons-le, parfois blessantes, parce que malgré ce que certains voulaient faire croire, les vampires avaient des sentiments et le deuil n'était pas plus facile sous prétexte que le défunt avait quelques centaines d'années, au contraire.

Ainsi donc, plutôt que d'afficher l'assurance qui allait avec son statut, le chasseur se comportait comme une bête traquée, prise dans un coin et incapable de s'en sauver, sachant que même s'il défendrait chèrement sa peau, il risquait de l'y laisser. Il est faux de prétendre que l'idée de l'éliminer ne passe pas pendant quelques secondes à la tête de Shinnosuke. Ça ne serait pas simple, mais c'était faisable. Néanmoins... Non. Quelque chose le retenait et si c'était probablement inexplicable, le vampire avait fini par toujours faire confiance à son instinct, aussi loufoque ses idées soient-elles. Ainsi, alors que l'autre lui hurle de ne pas s'approcher, faon aux dents pointues, Shinnosuke croise ses mains sur son bas-ventre, la mine grave, mais pas menaçante. Et de fait, il ne bouge pas d'un centimètre, observant seulement longuement le chasseur.

Sa petite taille et sa silhouette fine ne bernaient assurément pas Shinnosuke qui ne s'y serait tout de même pas frotté, surtout en temps normal. Le regard du grand homme glisse jusqu'à la serviette imbibée de sang et lentement, il hoche la tête de haut en bas même si aucune question ne lui avait été posée, seulement pour répondre à la courte déclaration de Yui. En effet... le sang coulait. Et drôlement vite.

« Je suis encore en état de te faire te demander si tu en sortiras vainqueur. », murmure l'autre vampire, toujours avec cette pointe de sauvagerie dans la voix.
« Du moins... », commence patiemment Shinnosuke, « Tu me ferais douter de l'état dans lequel je ressortirais de ce combat. »

Parce qu'il ne fallait pas le prendre pour un incapable lui non plus... Il savait très bien se battre et contrairement à certains -même s'il se doutait que Yui avait un parcours du combattant semblable au siens, peu importe le domaine dans lequel il avait évolué-, il avait fondé sa vie humaine aussi sur le combat.

« Est-ce que tu vas changer d’avis et attaquer ? », demande soudainement Yui, question plus que légitime malgré tout. « Je ne suis pas venu me battre, juste trouver un asile pour la nuit et la journée de demain. »

Lentement, Shinnosuke hoche la tête de gauche à droite, sans pour autant mettre des mots sur sa promesse. Il faudrait faire avec. Il n'allait pas nécessairement traiter Yui aux petits oignons. Néanmoins, il pouvait alléger ses souffrances... et sans intention de l'achever, quoi. Disons que le vampire lui en devait une sur l'honneur... et que s'il possédait vraiment le sens de l'honneur, ça pourrait très bien lui servir.

Quant à savoir s'il voulait ravoir une serviette neuve, Shinnosuke a un petit rire un brin moqueur, mais pas méchant.

« Je semble pauvre au point de ne pas pouvoir m'acheter de serviettes ? Merci, mais je préfère limiter mes relations avec toi. Ainsi, disons que je t'en fais cadeau ou, si tu préfères, que tu me les as volé et que je n'ai rien vu. » Et, d'un petit signe négligeant de la main, le vampire conclut : « Peu m'importe... »

Finalement, Shinnosuke décroise les mains pour s'approcher un minimum, une main levée comme pour assurer au vampire qu'il n'allait pas attaquer. Et même si ça ne change probablement pas grand chose, il s'en fiche éperdument, venant seulement s'asseoir au pied des escaliers qui mènent à son dojo, assis de sorte à ce que son côté gauche soit tourné vers Yui. Le regard planté au loin, il observe le paysage qui se dessine près d'eux un moment tout en hochant la tête de façon négative alors que le chasseur de morts lui demande s'il a bu. Non, pas encore. Ça les mettait dans une situation un peu moins précaire, n'est-ce pas ? Mais naturellement, il allait très bientôt se sustenter... Ainsi donc, ça ne changeait pas grand chose.

L'homme d'affaires lève à nouveau la tête vers Yui, faisant un signe de tête en direction du plancher tout en assurant :

« Je ne vais pas t'attaquer, Yui. Détends-toi ». Le vampire marque un court moment de silence, la mine toujours sérieuse et posée. « Je ne t'ai pas tué la première fois. Et même si depuis, j'ai eu connaissance de certains faits, je ne compte pas le faire cette fois non plus. En effet, j'y ai pensé pendant quelques courtes secondes, mais qui ne l'aurait pas fait ? Tu as besoin de te reposer et ce n'est pas en adoptant cette position de combat pendant des heures que tu y arriveras. »

Il y a un long moment de silence pendant lequel Shinnosuke affronte Yui du regard. Le chasseur pouvait-il lui faire confiance ? Probablement pas. Si Yui commençait à réellement faire confiance à qui que ce soit, ce serait la fin pour lui. Malgré tout, il n'avait guère d'autre choix que de le croire sur parole pour le moment, sinon il n'allait réellement jamais se détendre. Mieux valait rester dans ce dojo que d'aller dans la forêt où maints vampires se nourrissaient la nuit de campeurs imprudents ou de moines pas encore mis dans le secret... Eux n'hésiteraient pas. Et même si en solo ils ne gagneraient probablement pas contre Yui, un appel à l'aide était vite lancé à Nikkô...

Lentement, Shinnosuke glisse sa langue contre ses lèvres, les humidifiant brièvement. Il change d'attitude, fronçant les sourcils tout en scrutant les réactions de Yui.

« J'ai tant de questions », admet-il finalement. « Pourquoi ? Comment ? Depuis quand ? Je ne suis pas certain que tu voudras y répondre... Mais n'y a-t-il pas quelque chose que tu pourrais m'expliquer ? D'où te viens cette haine envers ton prochain ? »

Car peu importe ce qu'il pourrait lui dire, il n'en restait pas moins que Yui en avait après sa propre race. Quand avait-il bien pu avoir cette idée absurde ? En tout cas, malgré tout et même si ça le tuait un peu de le reconnaître, elle lui réussissait bien... Après avoir détourné le regard quelques secondes, observant un arbre qu'il avait lui-même planté et qui était maintenant rendu à sa maturité, Shinnosuke revient sur un sujet un peu plus... neutre, bien qu'il abordait peut-être un point sensible.

« J'ai eu du mal à croire que c'était toi, lorsque je l'ai appris. », commence-t-il simplement. « Ce n'est pas une question de taille... mais tu m'as semblé perdu face à moi. Tu l'es, n'est-ce pas ? Je ne crois pas posséder un super pouvoir qui te rend confus. Simplement... discuter d'égal à égal avec un autre vampire ne te plaît pas. J'ai raison ? »

Il soupire, en revenant à Yui, toujours dépassé. Ce vampire-là était un mystère à lui seul...


_________________


~ Hioki Shinnosuke ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 760, mort à 27
Allégeance : Aucune
Messages : 31
Pseudo : Pandaa
Avatar : Satoshi {Girugämesh}
MessageSujet: Re: You're still welcome ► Ninomiya Yui   Mar 7 Fév - 17:16




Ils n’avaient jamais été dans le même camp. Mais à une époque, Shinnosuke l’avait cru et c’était bien ce qui faisait qu’il était lui-même toujours en vie aujourd’hui. Aujourd’hui, la donne avait changé, les cartes jouaient en sa défaveur. L’homme, à présent membre du conseil qu’il détestait tant, savait le principal à son sujet, soit qu’il chassait les vampires. D’ailleurs, s’il avait seulement su d’où il venait ce soir et d’où il avait récolté cette blessure, il serait peut être moins calme.

Parce que oui, Shinnosuke était en apparence calme et peu menaçante. Pour autant, Yui ne relâchait pas sa garde ce qui était handicapant pour mettre à bien une véritable phase de soin. Un des rares moments de sa vie pendant lesquels il regrettait de n’avoir eu personne pour lui apprendre un peu la manière de faire. Etre autodidacte, c’était super sur le papier mais dans la réalité ça ne voulait pas dire grand-chose et Yui l’avait apprit à ses dépends, malheureusement pour lui.

L’autre vampire ne bouge pas d’un cil, restant à sa place, croisant ses mains contre son ventre dans une attitude non pas désinvolte mais clairement pas dominatrice pour le moment. Quoi qu’en l’état, il aurait sûrement été celui qui en aurait imposé le plus. Yui était en mode « instinct de survie » et donc ses réflexions étaient plutôt hâtives. Sans doute un peu trop mais il s’en voudrait plus tard. Pour l’heure, il devait faire avec deux imprévues : sa blessure et l’arrivée inopportune de Shinnosuke. Il avait vraiment un karma merdique, c’est ça ?

◈ Du moins... Tu me ferais douter de l'état dans lequel je ressortirais de ce combat.

Yui a comme un feulement de désapprobation en direction de Shinnosuke alors que ce dernier lui fait remarquer que de toute façon, dans l’état actuel des choses, il perdrait le combat au profit de l’autre vampire. C’était peut être une vérité mais Yui n’était déjà pas prêt à se l’admettre à lui-même alors à un potentiel adversaire ? Sûrement pas.

Shinnosuke n’avait, en tout cas, pas l’intention de lui nuire. Ou du moins, pas celle de l’attaquer. C’était bien que ce mouvement de tête avait signifié non… ? Yui fait néanmoins un petit pas en arrière, grimaçant en tirant sur sa blessure alors que le liquide poisseux glissait entre ses doigts à présent sales. Il haïssait se blesser de la sorte et pourtant, il fallait reconnaître que ça arrivait plus souvent que de coutume. Disons qu’il avait un métier dangereux et que ce genre de chose faisait partit des risques.

Ce n’était pas la pire blessure qu’on lui ai jamais infligé. Il n’y avait qu’à voir celles qu’il avait pu recevoir à l’époque où Shinnosuke l’avait amené pour la première fois dans ce dojo pour le savoir. Mais il aimait pouvoir avoir le temps de se rétablir « seul ». Plan contrarié. C’était vraiment très moche. Encore qu’il aurait pu tomber plus mal puisque Shinnosuke semblait coopératif, à sa manière. Et si Yui ne lui faisait pas entièrement confiance, il n’avait jamais eu la preuve non plus que le vampire n’avait pas l’honneur de tenir ses promesses.

◈ Je semble pauvre au point de ne pas pouvoir m'acheter de serviettes ? Merci, mais je préfère limiter mes relations avec toi. Ainsi, disons que je t'en fais cadeau ou, si tu préfères, que tu me les as volé et que je n'ai rien vu.

Yui fronce les sourcils, piqué dans sa fierté… Et quelques jurons franchissent la barrière de ses lèvres tandis que l’autre vampire en rajoute encore avec un « peu importe » qui lui apparaît absolument condescendant. Non mais quel toupet… On avait pas idée d’être aussi… Impérialiste dans sa façon d’agir avec les autres !

Ok non, lui non plus n‘était pas exactement un model à suivre en matière d’attitude et de comportement… Mais lui au moins ne revendiquait pas une certaine noblesse là où il était à peu près certain que Shinnosuke, si.

◈ Hey !

A nouveau, Yui gronde en direction de Shinnosuke, soufflant littéralement dans sa direction alors que le vampire s’approche ! Il a beau être là, à le faire paumes levées, Yui se sent agressé comme si un autre animal était entré sur son territoire pour le lui voler ! Il ne bouge néanmoins pas, peut être un peu cloué au sol par la douleur et c’est avec une certaine méfiance renouvelée qu’il voit alors Shinnosuke se poser sur les marches, faisant presque peu de cas de lui. C’était vexant, frustrant, humiliant ! Mais Yui se contente de pincer les lèvres. Il n’était pas état de vouloir défendre sa petite fierté personnelle et le problème, c’était qu’ils le savaient tous les deux…

Shinnosuke n’avait pas bu et pendant un moment, son regard s’éloigne un peu plus loin. Mais Yui n’est pas assez naïf pour croire que le vampire n’a pas un minimum d’attention porté sur sa personne…

Il avait un profil fort avantageux, exotique pour les gens d’ici. En fait, Hioki Shinnosuke en imposait, voilà tout. Yui ne l’admettrait pas ainsi mais ce n’était pas qu’une question de physique. Parce que certes… De ce point de vue là, ils ne jouaient pas du tout dans la même cour mais ils savaient bien que ça ne faisait pas tout, surtout avec les siècles qui les séparait. Mais il avait aussi un charisme que Yui ne possédait pas. Lui il inspirait la crainte en général… Et on avait tendance à confondre ça avec du charisme. Shinnosuke, lui, possédait un « vrai » charisme. Le genre tellement présent qu’il n’avait pas besoin de réellement le déployer pour qu’il nous étouffe, pour peu qu’on soit impressionnable. Et si Yui avait été du genre à imager, il aurait dit que ce charisme rayonnait carrément autours de Shinnosuke.

◈ Je ne vais pas t'attaquer, Yui. Détends-toi.

Bien sûr oui. C’était super facile à dire dans cette situation. D’ailleurs :

◈ Tu serais détendu dans la situation inverse toi peut être ?

Pas sûr hein…

◈ Je ne t'ai pas tué la première fois. Et même si depuis, j'ai eu connaissance de certains faits, je ne compte pas le faire cette fois non plus. En effet, j'y ai pensé pendant quelques courtes secondes, mais qui ne l'aurait pas fait ? Tu as besoin de te reposer et ce n'est pas en adoptant cette position de combat pendant des heures que tu y arriveras.

Tout un tas de vérités, certes… Mais Yui a bien du mal à se dérider. Fallait l’excuser mais le soutient, c’était pas le truc dont il avait été le plus victime au cours de son existence hein.

◈ J'ai tant de questions

◈ On en a tous.

Bref mais sincère de sa part. Yui pèse encore un peu le pour et le contre pendant que Shinnosuke se perd une minute dans sa réflexion et finalement il se laisse tomber sur un tatami avant de défaire sa veste et son haut pour mieux voir ce qu’il faisait. Du bout des doigts, il vient appuyer sur la plaie sanguinolente pour mieux en dessiner les contours et finalement il inspire et expire profondément, tâchant de se concentrer là-dessus un minimum sans relâcher toute l’attention qu’il portait à Shin.

◈ Pourquoi ? Comment ? Depuis quand ? Je ne suis pas certain que tu voudras y répondre... Mais n'y a-t-il pas quelque chose que tu pourrais m'expliquer ? D'où te viens cette haine envers ton prochain ?

Les questions habituelles, quoi. Il n’y avait que quelques rares éminences de Tenkyû pour avoir les réponses à ces questions et ils ne les donnaient pas… A ce qu’il en savait via un membre de l’Ordre avec lequel il était plus ou moins en relation, sa « fiche » Requiem était plutôt vide. Nul doute que l’Ordre aurait pourtant pu y ajouter beaucoup d’informations… Mais parfois, on a un peu trop honte de certaines choses pour les admettre. On préfère les cacher. Et ça faisait son affaire… Voilà pourquoi lui aussi gardait le secret plutôt que de déverser des torrents de haine contre cet Ordre de menteurs.

◈ J'ai eu du mal à croire que c'était toi, lorsque je l'ai appris.

Yui se contente de brièvement acquiescer dans un premier temps, alternant ses regards entre le vampire et sa plaie dont les bords picotaient et chauffaient alors qu’il se concentrait dessus, tâchant de chasser de son esprit le fait qu’il avait forcément un peu faim, du coup…

◈ Ce n'est pas une question de taille... mais tu m'as semblé perdu face à moi. Tu l'es, n'est-ce pas ? Je ne crois pas posséder un super pouvoir qui te rend confus. Simplement... discuter d'égal à égal avec un autre vampire ne te plaît pas. J'ai raison ?

Le regard piquer de pourpre de Yui remonte sur Shinnosuke alors que de nouvelles questions tombent sans que pourtant, les premières aient trouvées réponses. Mais bon joueur et parce que c’était toujours mieux de discuter avec Shinnosuke que de le frustrer pour le moment, Yui ouvre la bouche.

◈ Je déteste les vampires. Je les hais profondément et avant que tu ne me rappel que j’en suis un, sache que j’ai une haine équivalente pour moi-même mais qu’il y a des choses contre lesquelles on ne peut rien.

Il y avait certes un paradoxe dans son existence mais pourquoi s’arrêter à elle… ? C’était se limiter dans le champ des possibles et c’était, de fait, rigoureusement inutile.

◈ Je ne leur parle pas. Je les tue. Ce sont des abominations et si les humains sont capable d’être odieusement cruels, ils ont au moins la décence de mourir un jour ou l’autre.

Alors que les vampires, qu’il jugeait tous cruels, sans exception, continuait de vivre éternellement. C’était là que se trouvait l’aberration des choses.

◈ Ca fait… Longtemps.

Qu’il faisait ce qu’il faisait. Son regard se perd un peu dans le vague alors qu’il remonte, dans sa tête, les semaines, puis les mois, les années et bientôt les siècles. Jusqu’à celui qui avait précédé le massacre de sa libération. Lorsqu’il avait fallu qu’il choisisse entre la bête avec laquelle il avait lutté plus longtemps que la majorité des vampires et l’humanité qui l’avait abandonné.

◈ Mais je n’aime pas les êtres humains non plus.

On pouvait résumer en disant qu’il n’aimait personne en fait… Sa main remonte le long de son torse nu pour aller caresser brièvement l’amulette qu’il porte autour du cou et finalement il hausse légèrement les épaules.

◈ Et toi alors ? Pourquoi le conseil ? Et puis tu vis près des temples… Tu veux te rapprocher de Tenkyû ?

Yui a un petit rire amer avant de signaler :

◈ Tu as toutes les chances pour qu’ils acceptent de te recevoir dans le temple principal au moins.

Lui serait prit en chasse immédiatement. Les erreurs… On les enterre…


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Samurai's Heart ☩

Âge : 408 ans ▬ 37 ans
Allégeance : Au Conseil et à la société vampirique
Messages : 90
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Byung Hun
MessageSujet: Re: You're still welcome ► Ninomiya Yui   Mar 14 Fév - 3:20


L'impression d'être face à une petite bête traquée n'en était finalement pas une, Shinnosuke en était bien conscient. Yui se sentait complètement acculé et si ça aurait dût être vrai, ça ne l'était pourtant pas pour une raison que Shinnosuke s'expliquait encore mal. Certes, il était maintenant d'une nature plutôt pacifique, même si ce ne fut pas toujours le cas. Néanmoins, éliminer le Chasseur de Morts, c'était plutôt un acte pacifique en soit, quand on y pensait bien... Et même si le principal concerné n'aurait assurément pas été d'accord avec cette singulière façon de penser, elle n'en était pas moins réelle. Ce petit regard sauvage, ces feulements de mauvaise humeur, ces gestes saccadés... Yui était néanmoins plus intéressant qu'il ne l'aurait probablement cru et sincèrement, plus le temps passait, moins il y avait de risques que Shinnosuke ne l'attaque. De fait, l'homme reste seulement là, sagement posé, observant son curieux invité improvisé avec une curiosité plus modérée que son intérêt.

Un petit rire amusé franchit le seuil des lèvres du noble vampire alors que le chasseur lui demande avec un brin de moquerie si, à sa place, il serait détendu. Bon point... et de fait, Shinnosuke ne peut que secouer brièvement la tête de gauche à droite, répondant ainsi par la négative. Puis, nouveau sourire agréablement surpris par le caractère sauvageon, mais intéressant de Yui alors que ce dernier commente une nouvelle fois avec ironie. Shinnosuke lève une main puissante, la glissant dans ses courts cheveux d'ébène, son regard se promenant sur la souple et courte silhouette qui, à présent, était posée dans un coin d'une façon un peu plus molle, probablement histoire de commencer à se soigner. Shinnosuke ne fait aucun mouvement vers Yui, histoire que ce dernier puisse mener à bien cette guérison sans se stresser davantage. Peut-être qu'un jour, ils allaient vraiment s'affronter, qui sait ? Mais jamais à armes inégales...

Les maigres réponses à ses questions sont néanmoins intéressantes... parce que déjà, Yui ne semble pas lui répondre pour lui mentir. De toute façon, l'autre vampire semblait encore préférer se taire plutôt que de commencer à répondre quelque chose qui n'aurait ni queue, ni tête. C'est apprécié... Après tout, Shinnosuke peut bien poser toutes les questions qu'il le veut, Yui n'est absolument pas obligé de lui répondre. Ainsi donc, on parle là de haine... Pas le genre de sentiment légèrement abstrait qui ne prend contenance que sous le coup de la colère, non. Une réelle haine, sérieuse au point qu'il s'en déteste lui-même. Le regard de Shinnosuke reste neutre et pourtant, il est un peu plus appuyé alors qu'il observe avec attention le vampire assis dans son dojo. Quelle étrangeté que de vivre tout en se haïssant soi-même... Il était clair que Yui s'était donné pour mission d'éliminer la race vampirique. Et il était assez attaché à celle-ci pour ne pas se donner la mort... Depuis combien de temps ? Justement, Yui répond plus ou moins. Longtemps. C'était trop vague...

Un petit sourire étire finalement les lèvres minces du conseiller. Il n'est pas moqueur, non. Seulement... amusé, probablement.

« Ainsi, tu hais tout le monde. », murmure lentement le noble vampire, une petite pointe impressionnée dans la voix. « Quelle vie... »

Il avait tellement d'autres questions rattachée à leur discussion. Ça lui fait froncer les sourcils un moment alors qu'il tente de mettre un peu d'ordre dans ses idées, son regard fouillant celui piqué de rouge de Yui. Il était plaisant de voir un vampire sauvage, aux iris carmin et aux manières brusques... Ça lui avait manqué, allez savoir pourquoi. Ils étaient de plus en plus rares, principalement à cause du Conseil. Aussi Shinnosuke aurait dût être contre ces êtres indomptables... mais non. Sauf peut-être le gamin Kuromiya, qui avait de ces manières alors même qu'il aurait dût être civilisé, ce qui l'énervait prodigieusement. Mais ça, c'était une autre histoire...

Finalement, Shinnosuke semble en revenir à un certain calme intellectuel. De fait, il pose une nouvelle fois des questions. Ou plutôt... une seule, cette fois.

« Ça ne te manque pas ? », commence-t-il, ayant parfaitement conscience d'être plus que vague malgré tout. D'ailleurs, la suite ne se fait pas attendre, il avait seulement pris quelques secondes, histoire de mieux compartimenter son idée, la transmettant ainsi de façon beaucoup plus claire. « Un corps contre le tiens ? Un sourire qui n'est destiné qu'à toi ? Des mains qui caressent plutôt que de frapper ? »

Lui n'aurait su vivre sans un peu d'amour dans ce monde de brute. Peut-être Yui avait-il oublié ce que c'était... Ce n'était pas à lui de le lui montrer, malgré tout, aussi Shinnosuke n'en rajoute-t-il pas sur le sujet. De toute façon, c'est au tour du sauvage chasseur de se poser des questions à son propos, visiblement et elles ont le don de captiver un moment le conservateur de musée. Et plus encore à cause de cette main qui glisse jusqu'à un pendentif qui, pendant un moment, lui fait perdre un minimum de sa superbe. Shinnosuke entrouvre les lèvres, surpris... et de fait, sans vraiment y penser, il se penche légèrement vers l'endroit où est Yui pour mieux voir, hébété.

« Non... », chuchote-t-il lentement, comme s'il eût peur d'alerter qui que ce soit dans les environs pourtant déserts. « Ce n'est pas... ? »

Mais si, ça l'était. Yui n'avait absolument pas besoin de préciser... Shinnosuke avait reconnu le symbole pourtant ancien de l'Ordre de Tenkyû. Voilà fort longtemps qu'ils ne l'utilisaient plus... et même qu'il ne l'avait jamais vu en « activité », s'il pouvait se permettre de dire les choses de cette façon. Ainsi, en plus d'avoir une bonne poignée de siècles derrière lui, Yui avait fait partit de l'Ordre ? À moins que ce fut un trophée de chasse... mais pour être sincère, Shinnosuke n'y croyait que peu. Ça n'allait pas du tout avec le personnage qu'il avait sous les yeux... Toutefois, peu importe la curiosité dont il pouvait présentement être victime, Shinnosuke a encore assez de savoir vivre pour répondre d'abord aux questions de Yui.

De fait, il n'a pas vraiment besoin de réfléchir pour lentement secouer la tête de gauche à droite, son regard d'encre à nouveau plongé dans celui du chasseur de morts.

« La raison de ma présence à Nikkô, c'est l'amour que j'ai pour cette ville. Pour ma demeure. Pour mon dojo... Pour tout ce qui, ici, me rappelle les petits villages qui gravitaient autour d'Edo. », avoue lentement le conseiller. Un fin sourire redessine ses lèvres alors qu'il reprend la parole. « L'Ordre de Tenkyû ne me porte pas dans son coeur parce que je n'ai pas l'habitude de me taire lorsque j'ai quelque chose à dire. Pour autant, je suis généralement muet comme une tombe. Mais lorsque je l'ouvre, je fais plusieurs insatisfaits... Et malheureusement, que ce soit l'Ordre ou le Conseil, les grands rassemblements qui prennent de l'importance ne sont généralement pas géré par des hommes qui aiment qu'on leur apprenne à vivre. »

Il se cale à nouveau aussi confortablement que possible dans les escaliers, sans perdre Yui de vue. Et finalement, après un court silence, il murmure lentement :

« Quelque chose me dit que ton histoire est très intéressante... Un membre de l'Ordre vampirisé... Qu'est-ce que l'Ordre en fait, dis-moi ? »

Il s'avançait en terres inconnues et risquait d'énerver Yui... mais qui ne tente rien n'a rien.


_________________


~ Hioki Shinnosuke ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 760, mort à 27
Allégeance : Aucune
Messages : 31
Pseudo : Pandaa
Avatar : Satoshi {Girugämesh}
MessageSujet: Re: You're still welcome ► Ninomiya Yui   Ven 17 Fév - 11:36




Shinnosuke s’était moqué. Du moins, Yui avait clairement sentit une pointe de raillerie lorsque l’autre vampire avait ainsi répété ses propres mots. Non, il n’aimait personne. Et ça faisait des siècles que ça durait. Personne n’était apte à une place particulière dans sa vie, pour peu qu’on eu pu l’appeler comme ça.

Yui avait eu vent, comme il l’avait dit, des ambitions de Shinnosuke. S’aurait été dur de ne pas le savoir de toute façon… Le vampire ne semblait pas s’en cacher particulièrement et disons qu’un membre du conseil qui voulait se faire un rejeton, ça attirait forcément toutes sortes de curiosités, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.

Le chasseur qu’il était n’aurait pas su dire s’il pensait que c’était une bonne chose ou pas. En fait, il n’avait aucune idée de ce qu’un vampire de la trempe de Shinnosuke pourrait bien faire avec un enfant sur les bras. S’y était-il déjà essayé ? Paraît-il que c’était d’une grande difficulté. Non il n’avait jamais lui-même essayé. Merci mais les vampires il les chassait, il ne les créait pas. De toute façon, on ne lui avait jamais apprit et ce qu’il savait de la méthode, ce n’était que ouïe dire finalement. Quelle importance ? Il ne comptait pas mettre ce genre de connaissance à profit.

Sérieusement, vous l’imaginez, lui, avec un jeune vampire trop fougueux et assoiffé ? Il fallait revoir ses priorités dans la vie et bien que parfois, Yui ressente forcément trop fort le poids de la solitude, il n’était pas disposé à tromper son ennui de cette manière. Quant aux motivations de Shinnosuke… Elles lui étaient obscure de fait. Quoi qu’une explication –ou un début tout au moins- ne se fasse pas réellement attendre :

◈ Ça ne te manque pas?

Yui arque un sourcil, relevant à peine le nez de sa blessure qu’il était tout occupé à soigner. Il se contenterait de la refermer. Le côté esthétique, il en avait un peu, beaucoup, rien à battre. Y avait qu’à jeter un coup d’œil à l’ensemble des cicatrices qui parcouraient son corps pour s’en rendre compte de toute façon. L’énergie qu’il lui aurait fallu pour ne plus laisser la moindre marque –ou presque- aurait été un pur gâchis à son avis.

◈ Un corps contre le tiens ? Un sourire qui n'est destiné qu'à toi ? Des mains qui caressent plutôt que de frapper ?

Si bien sûr. Ca lui manquait à lui comme ça aurait manqué à n’importe qui. Il avait été humain, avait connu la chaleur humaine… Alors forcément, il y avait toujours une partie de lui qui réclamait ce genre de proximité. Pourtant il n’y cédait pas. Et au-delà d’une maîtrise de lui-même sur le sujet, c’était surtout dût au fait que Yui était un peu paranoïaque avec les autres. C'est-à-dire que d’un point de vu trahison, il avait eu droit à pas mal de choses… Que les conséquences avaient été très longues et très pénibles… Alors pouvait-on lui reprocher d’être si méfiant qu’il ne soit disposé à laisser aucune main s’approcher ?

◈ C’est pour ça que tu veux engendrer un vampire ?

Yui relève les yeux sur Shinnosuke, ancrant son regard prétendument métis à celui étranger de l’autre vampire, toujours sagement posé sur ses marches.

◈ S’il n’y a que ça, va au Candies & Leather. On sait tous les deux qui le tien. Tu y trouveras un corps à avoir contre le tien, des sourires qui ne sont destinés qu’à toi et des mains qui caressent.

Et bien sûr, pour terminer :

◈ Sans le lot d’inconvénients qu’un gamin possède. Soif à répétition, mauvaise gestion de ses émotions, de ses sens, de ses capacités… Déprime post mortem et élan soudain de joie… Un vrai bonheur paraît-il.

Bon lui ne savait pas si c’était vrai hein… D’autant que les seuls nouveaux nés qu’il avait vu, il ne leur avait pas vraiment fait causette.

Puis, au milieu de leur conversation, Shinnosuke semble un instant perdre toute sa stature assuré et confiante pour une mine nettement plus surprise et même curieuse. Yui réalise qu’il tripote sa vieille amulette et il la relâche. Est-ce que Shinnosuke en connaissait le sens ? Visiblement… Il y avait des chances. Pourtant, il s’agissait là du plus ancien symbole de l’Ordre et pour ce qu’il en savait, Shinnosuke n’était pas si vieux. Alors quoi ? Il avait fait des recherches ? Ou bien il le confondait avec autre chose ?

En tout cas, le grand et fort vampire ne termine pas sa phrase, s’attendant peut être à ce que Yui la complète… Ce qui n’arrive cependant pas. Yu reste à l’observe de ses prunelles carmins tout en continuant de se prodiguer à lui-même quelques soins qui, tout doucement, font leur petit effet.

◈ La raison de ma présence à Nikkô, c'est l'amour que j'ai pour cette ville. Pour ma demeure. Pour mon dojo... Pour tout ce qui, ici, me rappelle les petits villages qui gravitaient autour d'Edo.

Hé bien… Un amoureux de la nature et du passé. Notez que ça correspondait plutôt bien à l’idée que Yui s’était toujours faite de Shinnosuke. Pourtant, à une époque, avec ce visage tout sauf japonais, l’homme avait dût en voir de toutes les couleurs dans ce pays. Alors qu’il l’aime autant était en quelque sorte une surprise pour lui.

◈ L'Ordre de Tenkyû ne me porte pas dans son coeur parce que je n'ai pas l'habitude de me taire lorsque j'ai quelque chose à dire. Pour autant, je suis généralement muet comme une tombe. Mais lorsque je l'ouvre, je fais plusieurs insatisfaits... Et malheureusement, que ce soit l'Ordre ou le Conseil, les grands rassemblements qui prennent de l'importance ne sont généralement pas géré par des hommes qui aiment qu'on leur apprenne à vivre.

Yui n’était pas trop branché politique même si fatalement, ça le rendait un peu curieux. En général, il ne taillait pas la bavette avec les vampires qu’il rencontrait. Il n’en avait pas envie, déjà d’une… Mais en plus, il savait que n’importe qui pourrait être soumit à la tentation de déroger à ses propres règles après un discours un peu trop bon. Aussi… Pas la peine de prendre le risque de douter de lui-même n’est ce pas ?

◈ Quelque chose me dit que ton histoire est très intéressante... Un membre de l'Ordre vampirisé... Qu'est-ce que l'Ordre en fait, dis-moi ?

Le chasseur, qui avait à nouveau baissé la tête sur sa blessure la relève vivement, son regard lançant quelques éclairs de sauvagerie en direction de Shinnosuke alors que ce dernier met directement les pieds dans le plat, comme désireux de prouver ce qu’il venait de dire, juste avant.

Yui gronde, crispé, tendu… Et il en revient à sa blessure sans rien dire un bon moment, continuant de maugréer tout seul dans son coin à propos de ces gens trop curieux. Pour autant, puisqu’il est là et que Shinnosuke a déjà les grandes lignes de l’histoire, il ne fait que relier les points entre eux –ou en crée de nouveaux- en répondant :

◈ Rien, ils n’en font rien. Pour autant que je sache, en tout cas.

Mais, une autre chose était vraie :

◈ Les règles de l’Ordre s’appliquent pour tous les vampires. Ils « chassent utiles ».

Et forcément, vu que Yui ne faisait aucune distinction entre ses proies, il n’avait pas vraiment le soutient de feu son Ordre…

◈ De toute façon, ils ne sont pas prêts à reconnaître que ce genre de chose est arrivé. Les membres de l’Ordre sont formés pour que ça n’arrive pas.

Se disant et se redressant juste assez pour se tenir bien droit, Yui vient montrer, du bout de son index, une longue cicatrice sur son ventre, vestige de l’éviscération dont il était tout à la fois l’auteur et la victime. Oui, on apprenait à chaque membre qu’il valait mieux la mort qu’une autre vie après celle-ci. Et lui-même n’avait pas dérogé à la règle. Surtout à son époque.

◈ Je suis surprit que tu connaisses ce symbole… Même chez les vampires qui ont mon âge, il n’a jamais été que très peu reconnu.

Bien sûr… A ses débuts, l’Ordre n’était pas aussi « populaire » qu’aujourd’hui dans leur monde. En tout cas, c’est avec une grande amertume qu’il ajoute, rempli de rancœur :

◈ D’ailleurs, pour l’Ordre, voir un de ses membres vampirisés est comme le pire des péchés. On est moins qu’un vampire pour eux. On ne mérite aucune considération.

Sans quoi ils ne l’auraient pas laissé moisir pendant cent ans dans son cachot, n’est ce pas… ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Samurai's Heart ☩

Âge : 408 ans ▬ 37 ans
Allégeance : Au Conseil et à la société vampirique
Messages : 90
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Byung Hun
MessageSujet: Re: You're still welcome ► Ninomiya Yui   Sam 25 Fév - 2:47


Vraisemblablement, Yui est convaincu que Shinnosuke veut engendrer pour des raisons basiques assez peu valables, soit avoir un peu d'attention et beaucoup de sexe... Génial. Le membre du Conseil est très peu convaincu que ça doit paraître dans son visage alors qu'il envoie un petit regard embêté au Chasseur de Morts. Est-ce qu'il le prenait vraiment pour ce genre de vampire tordu ? Ça le fait finalement grimacer alors que Yui en rajoute, assurant que si ce n'était que ça, mieux valait encore profiter des services d'un love hotel... Le noble vampire lève les yeux au ciel, grognant un peu. Allons donc... Quelle idée idiote !

« Je sais très bien satisfaire ce genre de besoin primaire sans pour autant me rabattre sur un jeune vampire qui sera perdu et paniqué. », commence lentement Shinnosuke, son regard charbon plongé dans celui rougeâtre de Yui. « Si je veux un fils, ce n'est pas pour ce genre de futilité... mais plutôt pour avoir un élève à qui enseigner tout ce que je sais. Un élève qui apprendra l'art des vampires, des samouraï, mais aussi des hommes. Que je formerai peut-être pour qu'il prenne ma place un jour au Conseil, qui sait... »

Cette dernière réflexion le laisse songeur, mais pas nostalgique. C'est un peu comme s'il était de ces vieux hommes qui veulent à tout prix laisser quelque chose derrière eux avant de rendre l'âme. Pourtant, il était éternel... Sur le papier. Shinnosuke était bien placé pour savoir qu'un accident est vite arrivé et que s'il revêt ce nom, le terme « assassinat » était généralement plus approprié dans leur monde. Certes, c'était un sale monde pour enfanter... et la tâche allait être colossale, mais Shinnosuke n'en avait pas peur tout comme il ne la sous-estimait pas, ce qui lui permettait d'envisager ça avec sagesse et discernement. Il ne se précipitait pas non plus tête baissée dans cette entreprise, se donnant un peu de temps pour trouver le bon. Celui qui sera réellement digne d'être son enfant. Son élève... C'était un lien spécial qu'il se devait de cultiver. Pas le genre qu'on crée en une soirée sur un coup de tête.

Et si ce sujet était cher à Shinnosuke et qu'il avait tout de même mal pris que Yui le juge si rapidement et si mal, il semblait que la balle ait été lancée dans l'autre camp, à présent. C'est au tour du chasseur de se faire tendu. Il semblait vraiment lui reprocher sa curiosité et pourtant, Shinnosuke ne bougeait pas d'un cil, imperturbable. Si le sujet de l'Ordre et de ses convictions profondes envers un de leur membre vampirisé pouvait agacer Yui à ce point, c'est qu'il était extrêmement intéressant. Shinnosuke ne bouge donc pas, son regard sombre posé sur le vampire, analysant le moindre de ses gestes, de ses frémissements ou de ses battements de cils. Il n'est pas bien difficile de faire quelques liens. Il suffit d'une poignée de neurones en bonnes conditions et d'un certain sens logique pour que finalement, Shinnosuke comprenne un minimum.

Le vampire a un petit « hm » songeur alors que Yui lui assure que l'Ordre, fidèle à lui-même, chasse pratique... pour conclure par le fait qu'il considère comme une honte qu'un membre soit vampirisé. Bien sûr... On en revenait à ces grandes organisations menées par des hommes habitués à avoir entre leurs mains le pouvoir. Ils ne veulent pas se faire dire qu'ils ont tort. À aucun prix... Quitte à avoir des actes de pure barbarie lorsque la situation s'y prête, probablement ? Car il était incontestable que suite à la vampirisation de Yui, les choses ne s'étaient pas déroulée comme dans un conte de fée...

Ainsi donc, après un moment de silence, le grand homme reprend la parole, convenant :

« Ils ont essayé d'avoir ta peau. »

Simple, clair et précis... C'était ça. Comment avaient-ils fait pour le manquer ainsi depuis des centaines d'années ? Car à n'en pas douter, Yui était plus vieux que lui-même l'était. Et si à présent, ils devraient être de nombreux membres de l'Ordre sur son dos pour réussir à le mettre KO, il avait déjà été jeune et inexpérimenté. L'Ordre avait-il décidé d'enterrer cette histoire ? De se plier au plus simple et de tout simplement le renier sans pour autant y appliquer une solution fatale ? C'était de nombreuses questions encore une fois auxquelles Shinnosuke ne trouverait probablement pas réponse... Mais ça faisait de Yui un personnage fort intéressant.

Shinnosuke met ses nombreux questionnements de côté pour le moment, néanmoins, s'intéressant à ce qu'ajoute le chasseur vampirique à propos de sa connaissance de ce vieil artefact. Un petit sourire amusé étire les lèvres du grand vampire, laissant même s'échapper un rire manifestant le même sentiment. En effet, il était presque étrange qu'il connaisse ce symbole. Mais seulement « presque ».

« Je suis conservateur de musée et vendeur d'art à des particuliers. », explique brièvement Shinnosuke, comme si ça expliquait tout. « Je me penche souvent sur ce genre de vieille symbolique... Ce sceau est apparu dans des peintures, sur des sculptures, sur des gravures... Et celles-ci ont échappées à l'Ordre sans qu'il ne s'en aperçoive particulièrement. Comme quoi, ils n'ont pas des yeux partout... Tu es un peu leur oeuvre d'art de la honte. Tu leur as tout aussi bien échappé que ce que je vend à mes clients... »

Finalement, Yui ajoute quelque chose à propos de l'Ordre. Quelque chose que Shinnosuke avait déjà déduit, mais qui devenait encore plus intéressant maintenant que le vampire y mettait des mots. Le samouraï reste posé dans les escaliers un moment, son regard à nouveau tourné vers une branche de cerisier, soucieux. Après quelques longues secondes, il se lève, se tournant vers Yui, les bras croisés sur son torse, un air presque bienveillant peint sur le visage.

« Dommage dans ce cas que tu ais servit toute ta vie un idéal qui ne l'est pas. », déclare le vampire, assuré. « À la vérité, tout être vivant à le droit de vivre. Et si l'Ordre est en si bons termes avec le Conseil, c'est qu'on ne peut nier qu'il aide vraiment à conserver une bonne balance dans la chaîne de la vie. Or... Considérer un frère comme une abomination pour quelque chose qu'il ne contrôle pas -car je doute que tu te sois fait mordre intentionnellement- est dégoûtant. C'est un peu comme ceux qui prônent la paix et qui, pour y arriver, sortent les armes de destruction massive : ridicule, inutile et inhumain. Bien sûr, je ne suis qu'un vampire... tu peux toujours me rire au nez. Il n'en reste pas moins que tu as été victime d'injustice... »

Le regard de Shinnosuke brille étrangement pendant quelques secondes alors qu'il laisse sa phrase en suspens, avant de reprendre de façon toujours aussi franche, mais beaucoup moins agréable, néanmoins.

« Et de fait, tu es devenu un de ces fous qui voudrait tout éliminer sur son passage sans pour autant être satisfait si ça arrive un jour. La vérité ? C'est que tu commenceras à réaliser un jour que tu prends goût à la tuerie. Et ça, c'est plus bas que n'importe quel vampire qui se nourrit uniquement pour survivre. »

Ses traits prennent des allures plus dures alors que sans la moindre hésitation cette fois, Shinnosuke passe près de Yui pour se diriger vers une armoire discrète placée à l'écart du reste du dojo, dans le fond de celui-ci. Il n'en quitte pas moins le chasseur du regard, histoire de ne pas se prendre un coup en traître... Puis finalement, sortant son trousseau de clé de la poche de son pantalon, il ouvre l'armoire.

« Tu trouveras ici des herbes médicinales pour te soigner, ainsi que des baumes et des compresses. Disons qu'il est plus sage de s'aider lorsqu'on le peut... Il y a aussi du sang de la banque de sang de l'hôpital du coin sur l'étagère supérieure. Tu pourras récupérer juste assez pour aller chasser par la suite. », explique longuement Shinnosuke. Puis, se tournant vers Yui, il se tait, l'observant longuement. Pourquoi est-ce qu'il faisait ça ? Allez savoir... « Je suppose que tu ne « manges » pas n'importe quoi. Ou plutôt, pour moi, c'est effectivement n'importe quoi, d'après ce qu'on raconte à ton sujet. Un vieil homme habite en bas de cette montagne. C'est une petite maison décrépie au toit jaune, tu ne peux pas la manquer. Il est sortit de prison depuis une dizaine d'années, mais n'aurait pas dût, vu les nombreux viols qu'il a commis. »

Et finalement, revenant près de Yui tout en gardant une distance respectable, il ajoute :

« Ne me demande pas pourquoi. Mais si tu as besoin de te ressourcer, de prendre un moment pour toi et de réfléchir un peu, ma porte te sera toujours ouverte. Du moins, celle de mon dojo. Je possède les sources chaudes juste à l'est d'ici, à un demi-kilomètre. Elles sont privées et tu n'y seras pas dérangé. »

Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas. Ça n'avait jamais été plus vrai dans le cas de Shinnosuke... Mais, il y avait encore quelque chose chez Yui qui méritait d'être sauvé. Et d'autres choses qui méritaient d'être ravivées... Y parviendrait-il ? Oh, Shinnosuke n'allait pas s'y acharner, non... Mais maintenant, le vampire savait qu'il avait les deux bras grands ouverts et que s'il n'allait pas lui proposer une nouvelle fois de s'y jeter, ils n'en resteraient pas moins ouverts.


_________________


~ Hioki Shinnosuke ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 760, mort à 27
Allégeance : Aucune
Messages : 31
Pseudo : Pandaa
Avatar : Satoshi {Girugämesh}
MessageSujet: Re: You're still welcome ► Ninomiya Yui   Ven 2 Mar - 10:18




Visiblement, ses déductions faites à partir des bribes d’informations laissées par Shinnosuke ne font pas spécialement plaisir à ce dernier. Hé bien quoi ? Il y en avait des tas, des vampires qui engendraient seulement pour l’égoïsme de garder avec eux l’objet de leurs désirs, que celui-ci soit consentant… Ou bien pas.

Aujourd’hui, l’inimitié entre un fils vampirique et son père, c’était peut être le fléau de cette société. Quant on a des siècles pour se détester, si tout va bien, les rancunes deviennent chaque jour un peu plus grand et quand la guerre éclate, elle est généralement plutôt tonitruante.

◈ Je sais très bien satisfaire ce genre de besoin primaire sans pour autant me rabattre sur un jeune vampire qui sera perdu et paniqué.

Yui a un petit mouvement d’épaules égale. Oui hé bien ? Qu’est-ce qu’il en savait lui ? Autant il avait déjà croisé Shinnosuke par le passé, autant il ne le connaissait pas pour autant… Mais le vampire continu.

◈ Si je veux un fils, ce n'est pas pour ce genre de futilité... mais plutôt pour avoir un élève à qui enseigner tout ce que je sais. Un élève qui apprendra l'art des vampires, des samouraïs, mais aussi des hommes. Que je formerai peut-être pour qu'il prenne ma place un jour au Conseil, qui sait...

Ouais… Une sorte de pérennité de l’espèce quoi. Le fait de laisser une trace de notre passage.

◈ Tu parles comme si tu comptais mourir juste après. Je doute que ce soit réellement dans tes projets…

A quoi bon vouloir « laisser quelque chose derrière soit » quand on n’ambitionnait pas ou n’était pas forcé de disparaître ? Du point de vue de Yui, c’était un reste humain qui se transformait en valeur égoïste dans cette « autre vie » ?

◈ Tu comptes lui laisser le choix ?

Ca aussi, ça l’avait toujours sidéré. Combien de vampire avaient été fait tel qu’ils étaient aujourd’hui lors d’une attaque surprise ? Comment pouvaient-ils, tous autant qu’ils sont, se satisfaire de cette situation ? Comment pouvaient-ils ne pas se révolter ? Est-ce que c’était parce qu’il avait vécu comme il avait vécu qu’il ne partageait pas ce dérangeant point de vue ?

Le sujet revient ensuite doucement, mais sûrement, vers l’Ordre. La rancune que Yui portait à ce camp auquel il avait autrefois appartenu était sans doute palpable. Il avait laissé des hommes et des femmes qu’il croyait être –à l’époque- ses frères, ses amis… Mais le jour où il avait été vampirisé malgré sa tentative de suicide, il n’y avait plus eu personne. Cent ans, alors, à vivre comme un prisonnier. Cent ans de torture physique et psychologique. N’importe qui aurait été brisé et finalement, ce qui lui avait permit de tenir bon, c’était cette créature sauvage à l’intérieur de son corps. Si lui perdait l’esprit, elle était en revanche très alerte… Ainsi la cohabitation du démon et de l’humain lui avait permit d’éviter de sombrer dans la démence d’un traitement qu’aucun homme n’aurait supporté plus de quelques semaines. Alors un siècle…

De fait, quand Yui avait vécu sa libération, il n’y avait plus personne à l’Ordre pour le connaître si ce n’est quelques hommes dans la fleur de l’âge qui devait penser qu’il était déjà mort. L’errance avait alors réellement commencée. Peut être se croyait-il libre en sortant de son cachot mais en réalité, il avait simplement troqué sa prison pour une autre juste un peu plus grande.

Il avait dompté la bête au prix de lourds sacrifices, d’erreur… Et aujourd’hui il était, avant même d’être un vampire, un chasseur, un homme forgé d’expérience souvent néfaste, un loup qui n’avait plus de meute et qui ne voulait même pas créer la sienne. Pas par bonté d’âme finalement, ni même par « idéal ». Peut être juste qu’à présent, Yui ne savait plus sociabiliser ou ne s’en sentait plus capable. Il avait été un chien pendant tout un siècle et pas beaucoup plus pendant quelques temps après. Alors l’évolution était peut être trop difficile.

◈ Ils ont essayé d'avoir ta peau.

Un résumé simple et honnête qui sort Yui de ses pensés un peu sombre. Son regard pourpré en revient à celui indéniablement étranger de Shinnosuke et pendant un instant, le silence se fait. Oui, ils avaient essayé de le tuer. Normal… Outre le massacre qu’il avait fait à sa libération, Yui était devenu quelqu’un « de l’autre camp ». Le genre dont on se dit « c’est l’ennemi » tout en ayant l’idée absurde de se dire aussi « l’ennemi est bête. Il croit que l’ennemi c’est nous… Alors que c’est lui ! ». En sommes ? Pathétique.

Il avait dû apprendre à survivre seul. L’Ordre, probablement incertaine de sa survie au départ avait finalement dût entendre parler de lui mais à ce moment là, comment admettre devant tous qu’ils l’avaient laissé croupir ? Alors on lui avait donné un surnom plutôt qu’un nom. On l’avait traité d’usurpateur, de profanateur pour utiliser le nom d’un ancien membre de l’Ordre mort dans l’honneur au combat. Au moins ne lui avaient-ils pas prit ça sans doute. Mais le chemin que Yui avait alors décidé de suivre n’était pas « bon » pour leurs plans. La chasse utile. Quelle blague, à la réflexion…

Puis Shinnosuke le sort à nouveau de sa léthargie. C’était pas bon ça… Il avait l’impression que le vampire endormait sa vigilance. Sans doute un effet de sa blessure et de l’énergie qu’il utilisait pour se soigner.

◈ Je suis conservateur de musée et vendeur d'art à des particuliers.

Sur le coup, Yui arque un sourcil l’air de dire « oui, hé bien ? ».

◈ Je me penche souvent sur ce genre de vieille symbolique... Ce sceau est apparu dans des peintures, sur des sculptures, sur des gravures... Et celles-ci ont échappées à l'Ordre sans qu'il ne s'en aperçoive particulièrement. Comme quoi, ils n'ont pas des yeux partout... Tu es un peu leur œuvre d'art de la honte. Tu leur as tout aussi bien échappé que ce que je vends à mes clients...

La main du chasseur remonte jusqu’à l’artefact autour de son cou. Il le tripote un instant, songeur… Au moins, il comprenait déjà mieux comment Shinnosuke avait fait pour le reconnaître. Habituellement, Yui reconnaissait plutôt les très vieux vampires grâce à lui mais dit comme ça…

◈ Je vois. Je ne sais pas pourquoi je l’ai gardé.

Sûrement pour se souvenir de l’homme qu’il avait été, les soirs où il bataillait un peu avec la bête qui sommeillait en lui.

◈ À la vérité, tout être vivant à le droit de vivre. Et si l'Ordre est en si bons termes avec le Conseil, c'est qu'on ne peut nier qu'il aide vraiment à conserver une bonne balance dans la chaîne de la vie. Or... Considérer un frère comme une abomination pour quelque chose qu'il ne contrôle pas -car je doute que tu te sois fait mordre intentionnellement- est dégoûtant. C'est un peu comme ceux qui prônent la paix et qui, pour y arriver, sortent les armes de destruction massive : ridicule, inutile et inhumain. Bien sûr, je ne suis qu'un vampire... tu peux toujours me rire au nez. Il n'en reste pas moins que tu as été victime d'injustice...

Yui ne dit rien, n’ajoute rien, ne bouge pas non plus, si ce n’est de ses épaules qui s’affaissent légèrement. De toute sa vie, il avait croisé trop peu de personnes ayant ce genre de discours. Le vampire pouvait sans doute les comptes sur les doigts d’une seule main. En fait à sa connaissance, il n’y en avait que deux. La première était membre de l’Ordre et bien qu’il semble rejoindre cette pensée, ce n’était pas suffisant pour un soulèvement. La seconde… Elle était devant lui, son profil mit en valeur par la nuit d’automne qui les enveloppait.

◈ Et de fait, tu es devenu un de ces fous qui voudrait tout éliminer sur son passage sans pour autant être satisfait si ça arrive un jour. La vérité ? C'est que tu commenceras à réaliser un jour que tu prends goût à la tuerie. Et ça, c'est plus bas que n'importe quel vampire qui se nourrit uniquement pour survivre.

Ca tombe un peu durement mais Yui ne réagit pas, semblant peut être à nouveau un peu léthargique. C’était peut être vrai… C’était peut être faux… Il se sentait comme le poussin noir au milieu de la jolie portée. Il n’avait pas sa place dans ce monde qui semblait pourtant en faire à tout le monde. Mais il ne voulait pas mourir tout de suite non plus. Une partie de lui réclamait une lourde vengeance pour tout ce qu’il avait subit.

Shinnosuke passe rapidement près de lui et si Yui se crispe presque violemment, il n’a en revanche aucun signe de menace. Son regard ne va même pas jusqu’à la haute et souple silhouette aux proportions des plus généreuses qui un bref instant, il faut l’admettre, lui font repenser à cette idée d’avoir un peu de « chaleur humaine ». Façon de parler évidemment.

◈ Tu trouveras ici des herbes médicinales pour te soigner, ainsi que des baumes et des compresses. Disons qu'il est plus sage de s'aider lorsqu'on le peut... Il y a aussi du sang de la banque de sang de l'hôpital du coin sur l'étagère supérieure. Tu pourras récupérer juste assez pour aller chasser par la suite.

◈ Non !

Cette fois par contre, Yui était bel et bien sortit de sa léthargie. Il entend la suite mais il n’a réellement imprimé que cette partie. D’un seul mouvement, ignorant la douleur de son ventre qui commençait à peine à cicatriser, Yui s’était remit debout, fixant avec une sauvagerie renouvelée l’autre vampire. Boire à une pochette ? Il ne voulait pas lui donner un chat errant tant qu’il y était ?! Lui aussi pensait pouvoir le nourrir à la sauvette en le gardant confiné dans un espace clos ?!

◈ J’irais à cette maison dès que la plaie arrêtera de saigner ! J’y suis presque !

Et il avait l’instinct de survie alors même sans ce vieil homme coupable, Yui aurait probablement mordu quelqu’un cette nuit. Il lui fallait des forces et il n’était pas assez aimable pour mourir afin de respecter un idéal qu’il ne possédait en réalité pas. Il n’était pas du côté de l’humanité. Trop peu s’en rendaient compte. Yui avait des principes oui… Mais comme il était seul, il pouvait donner à ses règles le sens qu’il lui plaisait, peu importe qu’on les comprenne ou bien pas.

Puis Shinnosuke lui parle de l’accueillir à nouveau si besoin était et de sources chaudes qui font déglutir Yui d’envie. Il était cassé, fourbu, fatigué nerveusement… Sans doute qu’il aurait adoré mettre le monde sur pause pendant une nuit. Juste une nuit.

Finalement il acquiesce, venant poser son dos contre un mur, se sentant légèrement étourdit. Il fallait qu’il se calme là, il le savait. Fichu caractère un peu trop sanguin…

◈ Tu devrais me laisser maintenant. Je partirais dès la tombée de la nuit demain…

Pas de merci non. Disons que Shinnosuke devait bien savoir qu’il ne pouvait pas le dire n’est ce pas ? Néanmoins…

◈ Je te le revaudrais à l’avenir.

Et quant il faisait une promesse du genre, il s’y tenait. Parce que quoi qu’on en dise, l’homme d’honneur qu’il avait été n’était pas mort, lui…


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Samurai's Heart ☩

Âge : 408 ans ▬ 37 ans
Allégeance : Au Conseil et à la société vampirique
Messages : 90
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Byung Hun
MessageSujet: Re: You're still welcome ► Ninomiya Yui   Sam 3 Mar - 4:05


Un fin sourire peut-être pas aussi joyeux qu'il aurait dût l'être étire les lèvres d'un Shinnosuke qui, loin d'être surpris par cette question, l'attendait un peu, pour être sincère. Vrai. À la façon dont il avait de s'exprimer sur le sujet, on eût dit qu'il était prêt à mourir dans à peine une petite centaine d'années, ce qui était loin d'être le cas, soyons francs. Il aimait la vie et la croquait à pleines dents... alors pourquoi se montrer si pessimiste ? Non... ce n'était pas une façon comme une autre de voir la vie en noir. Comme ces gens qui se plaignaient à longueur de journée que la vie était dure et dangereuse. Shinnosuke était tout simplement réaliste. Et sa réalité, c'était que la mort pouvait survenir n'importe où, pour peu qu'un chasseur se trouve sur place. Comme présentement... Pouvait-on vraiment lui reprocher ce genre de pensées alors que Yui Ninomiya se tenait devant lui ?

Néanmoins, le chasseur ne semblait plus aussi sûr de lui et dominant qu'un peu plus tôt. Pas qu'il eût perdu de sa superbe... Mais l'effet qu'il donnait était nettement différent. Les épaules un peu affaissée, cet air légèrement lointain, ce regard beaucoup moins vif et alerte... Shinnosuke glisse lentement sa langue contre ses lèvres, récupérant là des saveurs qui n'appartenaient probablement qu'à lui, mais qu'il ne pouvait goûter, ce sens manquant à la panoplie qu'il avait surdéveloppé suite à son vampirisme.

Il a un moment de silence... avant de finalement constater sobrement, histoire de faire valoir son point comme quoi il pouvait chuter n'importe quand :

« T'héberger n'était pas non plus dans mes projets et me voilà pourtant dans un dojo éloigné de tous avec le Chasseur de Morts... »

Si ça ce n'était pas le genre de coïncidence qui pouvait lui valoir la vie, il se demandait ce que c'était... ! Puis, nouvelle question... toujours aussi intéressante, à ses yeux. Est-ce qu'il comptait réellement laisser le choix à son futur fils ? S'il allait lui demander son avis avant de le mordre ? Plusieurs de ses semblables auraient répondu « oui » avec autant d'empressement que d'hypocrisie, mais pas Shinnosuke. Il prend longuement le temps d'y réfléchir, ne quittant pas du regard l'éclat carmin qu'il percevait dans l'iris de Yui une seule seconde.

« Oui. », répond finalement le noble vampire, la voix assurée et le regard neutre. « Je le lui laisserai, car je veux d'un fils qui embrassera complètement le monde de la nuit. Je lui parlerai des beaux côtés de notre vie... mais aussi des mauvais, pour qu'il s'en fasse une idée exacte. Et si je n'hésiterai pas à trahir notre secret de cette façon, c'est parce que je l'aurai choisis. Tu vois, Yui... voilà trois cent ans et même plus que je cherche un élève. Et pourtant, je ne me suis arrêté sur aucun des humains que j'ai croisé. Lorsque je le choisirai, ce sera le bon... »

À coup sûr. Shinnosuke se faisait confiance pour choisir celui qui pourra non seulement porter sa croix... mais qui voudra aussi le faire. Fin de la discussion... car ils en reviennent à Yui et à ce qu'il représente, un sujet non moins intéressant qui capte complètement l'attention de Shinnosuke. Et lorsqu'il s'intéresse réellement à quelque chose, il perd toute notion du temps, son regard se faisant intense, ses pensées uniquement tournées vers ce sujet. C'est ce qui différencie un homme passionné des autres. Et pour sûr, Shinnosuke est fort intéressé par le sujet de la vie de Yui. C'était tout comme caresser du bout des doigts l'histoire d'une vieille toile médiévale. La seule qui pouvait encore la raconter, c'était cette toile... Tout comme l'art, Yui était le seul à connaître son histoire ou du moins, à la connaître de A à Z. C'était là une source de connaissance non négligeable.. si seulement il voulait bien la lui communiquer.

Malheureusement, bien que Yui semble un peu différent, peut-être légèrement sous ce charme charismatique que Shinnosuke sait posséder, il ne parle pas plus qu'il ne le faudrait. Le vampire a un moment d'hésitation... Il voulait savoir, poser d'autres questions. Mais... rien. Et la déception doit se lire sur son visage un court moment, avant que Yui n'ait cette réaction spontanée et exagérée à propos des pochettes de sang offertes. Shinnosuke arque un sourcil, son regard se posant sur une des pochettes posée sur la tablette supérieure de l'armoire. Eh bien... en voilà un qui avait de forts mauvais souvenirs reliés à ce genre de procédé, n'est-ce pas ?

« Je sais que ce n'est pas le meilleur sang... », commence lentement Shinnosuke, confus. « Mais, je ne te proposais pas non plus de t'empoisonner... Relaxe. Si tu veux aller chasser plutôt, libre à toi. Mais sois prudent. »

Eh bien... oui, le conseiller demandait carrément au Chasseur de Morts de prendre soin de lui. C'était le monde à l'envers, c'est clair et cette fois, même Shinnosuke se rend compte de l'absurdité de sa demande. Ou du moins, de l'air qu'elle devait avoir aux oreilles de Yui. Il en a un petit rire moqueur envers lui-même, qui ne s'éternise néanmoins pas. Et il ne retire pas ce qu'il vient de demander... Parce que après tout, il voulait tout de même le dire.

Puis, le voilà qui lui demande carrément de se casser. Et ça arrache un sourire un brin attendrit à un Shinnosuke qui appréciait bien ce caractère... de merde, n'ayons pas peur des mots ! Une promesse lui est faite, celle de lui devoir un service -encore une fois ?- et Shinno en lève les yeux au ciel. Il ne demandait rien... mais n'allait pas ternir l'honneur de Yui en refusant, naturellement. Il avait un peu plus de savoir vivre que ça... De fait, Shinnosuke fait un pas vers la porte de sortie, dans le but avoué de retourner chez lui... Mais quelque chose l'en empêche. Rien qui s'explique. Disons seulement que sous ses dehors très sauvages, il discernait autre chose en Yui. Un besoin... de chaleur humaine, disons le comme ça. C'était très peu précis comme sensation, moins encore que ça... Mais ça y ressemblait. Un besoin d'attention, celui que tous les hommes avaient de toute façon, qu'ils soient vampires ou pas.

Alors, il fait sa deuxième connerie de la journée, après avoir permis au Chasseur de Morts de s'abriter ici. Shinnosuke s'avance très lentement vers lui, comme il le ferait d'un petit animal sauvage et traqué. Il lève lentement ses mains de chaque côté de lui, à la hauteur de ses épaules, les coudes légèrement fléchis. Et ainsi placé, il montre la paume de ses mains à un Yui qui pourra constater qu'il n'est absolument pas armé... et c'était aussi un peu le geste universel pour montrer qu'on ne voulait pas de mal à quiconque, n'est-ce pas ? Shinnosuke ignore le petit grondement qui s'élève du côté de Yui, son regard doux posé sur le vampire, imperturbable. Et lorsqu'il est tout près, il glisse doucement le bout de ses doigts sur une joue, se penche... et dépose un baiser contre le front du Chasseur de Morts.

« Les vampires ne sont pas tous pareils. », murmure lentement Shinnosuke. « Je ne te veux toujours aucun mal, moi, quoi qu'on ait pu te faire. »

Puis, sur ce, il recule doucement comme il était arrivé avant de faire volte-face, se dirigeant vers l'entrée. Mais, plutôt que de la franchir, il s'appuie contre le chambranle, dos à Yui, un bras relevé contre le montant en bois. Son regard se perd sur la jolie vision que lui offre son jardin, ainsi paré de ses couleurs automnales.

« Tu t'arrêtes encore parfois pour observer la beauté du monde ? », demande l'homme, la mine grave. « Elle n'est pas partout, comme on aimerait le prétendre. Mais elle existe. »

Il tourne lentement la tête vers Yui, les muscles de son dos saillant à ce mouvement. Son regard est interrogateur.. et il est clair que même si la question semblait innocente, voire peu intéressante, il attendait la réponse.


_________________


~ Hioki Shinnosuke ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 760, mort à 27
Allégeance : Aucune
Messages : 31
Pseudo : Pandaa
Avatar : Satoshi {Girugämesh}
MessageSujet: Re: You're still welcome ► Ninomiya Yui   Mer 7 Mar - 14:18




◈ T'héberger n'était pas non plus dans mes projets et me voilà pourtant dans un dojo éloigné de tous avec le Chasseur de Morts...

Dis comme ça… C’est sûr que c’était pas super vendeur dans l’espoir d’une longue vie prospère. En même temps, il semblait être clair qu’aucun d’entre eux ne sauteraient sur l’autre pour lui faire passer l’arme à gauche. La confiance n’y était peut être pas mais pour l’heure, chacun semblait respecter cette trêve qui ne serait sans aucun doute que très éphémère. Ils avaient choisit deux routes complètement opposées alors même que peut être, leurs idéaux premiers en tant qu’êtres humains se seraient peut être rejoint.

Finalement, il y a un « oui » ferme et définitif de Shinnosuke suite à sa question. Celle de savoir si oui ou non, le vampire proposerait à l’humain qu’il visait de devenir un vampire à son tour ou bien pas. Le genre de choix qu’on offrait peu… Il en savait quelque chose évidemment. Mais au fond, Shinnosuke devait être comme lui non ? Combien de vampires pouvaient se vanter d’avoir désiré et demandé cette condition, même parmi ceux qui étaient fort aises de cette situation aujourd’hui ?

◈ Je le lui laisserai, car je veux d'un fils qui embrassera complètement le monde de la nuit. Je lui parlerai des beaux côtés de notre vie... mais aussi des mauvais, pour qu'il s'en fasse une idée exacte. Et si je n'hésiterai pas à trahir notre secret de cette façon, c'est parce que je l'aurai choisis.

Yui écoute, pensif… Et il a envie de poser une nouvelle question mais Shinnosuke le prend de vitesse, reprenant d’emblée la parole pour ajouter :

◈ Tu vois, Yui... voilà trois cent ans et même plus que je cherche un élève. Et pourtant, je ne me suis arrêté sur aucun des humains que j'ai croisé. Lorsque je le choisirai, ce sera le bon... ».

Voilà qui rendait sa question encore plus intéressante sans doute… Et d’ailleurs, Yui n’hésite donc pas à la poser :

◈ Et après toute cette si longue attente, après tous ces espoirs, après lui avoir tout révélé… Si après tout ça, l’humain que tu choisis refuse ?

Il le tuera ? Il tuera l’être qu’il avait élu après des siècles de recherche ? Comme ça, sans sourciller ? Ou il le laissera vivre ? Tout en sachant que le conseil désapprouverait hautement et condamnerait par la suite cet humain à la mort ?

◈ En fait, tu n’as pas l’impression que tu lui proposerais de choisir entre la vie et la mort… ?

Et dans ces conditions, comment vouer du respect et de l’admiration au vampire qui nous engendrait ? C’était un choix qui n’en était pas réellement un pour qui aimait la vie et désirait en jouir.

La situation s’envenime par la suite à propos de ces pochettes de sang. Il était hors de question pour Yui de planter ses crocs là dedans ! C’était dégradant, humiliant ! Enfin… Peut être pas à ce point mais il se comprenait ! C’était presque pire, dans son esprit, que de trouver un rat pour s’en nourrir et là encore, il savait de quoi il parlait !

◈ Je sais que ce n'est pas le meilleur sang... Mais, je ne te proposais pas non plus de t'empoisonner... Relaxe. Si tu veux aller chasser plutôt, libre à toi. Mais sois prudent.

Yui feule presque en direction de Shinnosuke, presque comme s’il était prêt à lui sauter à la gorge pour peu qu’il insiste. Non, jamais. A moins d’être sur le point de mourir s’il ne le faisait pas, Yui ne boirait plus jamais d’une autre manière que celle qui était « naturelle » aux vampires.

Il se calme néanmoins doucement, laissant ses muscles tendus et douloureux se mettre à nouveau un peu au repos. Etre prudent ? Yui hausse les épaules. C’était un peu bizarre comme conseil non ? Il s’inquiétait ? Sérieusement ? Yui n’avait plus entendu ce genre de chose depuis plus de sept siècles et ça sonnait très étrangement à ses oreilles. De fait, laissant la colère de côté, il se contente à présent d’observer l’autre vampire dans la semi pénombre que ses pupilles vampiriques discernent presque comme en plein jour.

Il devrait partir. Peut être même qu’il devrait aller jusqu’à la maison de ce vieil homme dont Shinnosuke lui avait parlé pour boire jusqu’à la lie et passer la nuit ainsi que la journée du lendemain à l’abri, là bas.

Au lieu de ça, il reste là. Et l’autre vampire ne bouge pas non plus. Du moins, pas tout de suite. C’était un affrontement silencieux très particulier où aucun des adversaires ne cherchait réellement à gagner. Yui voulait survivre, Shinnosuke voulait… Aucune idée. Le chasseur ignorait tout de ce qui pouvait bien se passer dans la tête du coréen. Il était juste là, avec toute sa superbe et sa découpe superbe dans le clair de lune. C’était presque indécent de perfection.

Au moins, quand Yui fait comprendre de manière plus ou moins subtile à Shinnosuke que se barrer pourrait être une grande idée, ce dernier comprend très bien le message et semble effectivement être sur le point de mettre les bouts. Pourtant, au milieu de son élan, le vampire s’arrête pour se retourner à nouveau vers lui et les pupilles écarlates de Yui s’étrécissent, fixant Shinnosuke avec méfiance comme le loup acculé qu’il était devant non pas un chasseur mais un autre loup, chef d’une autre meute.

Le voilà qui avance, paume levé vers lui dans un signe de vain apaisement. Vain parce que ça n’empêche pas Yui de gronder et peu importe s’il peut réellement avoir l’air d’un animal sauvage à ce moment là. Il n’est pas armé, il avance doucement… Et pourtant, Shinnosuke reste une menace. Outre ses capacités toutes vampiriques, Yui ne pouvait nier qu’à juger leurs deux gabarits, il avait l’air d’une vraie crevette se défendant d’un ours.

Yui ne bouge cependant pas, pétrifié pour une raison qu’il ignore et son trouble est grand lorsqu’une main passe à hauteur de son visage, effleurant sa joue… Plus grand encore lorsqu’un baiser tiède est déposé sur son front… Si son cœur avait pu battre, nul doute qu’il l’aurait fait si fort que sa poitrine en aurait explosé. C’était… Imprévu, complètement en dehors de tout ce qu’il avait pu connaître ces derniers siècles. Il y avait cette sensation qui restait douce contre son front, l’odeur d’un parfum musqué qui ne pouvait appartenir qu’à Shinnosuke… Et cette sensation au fond du ventre qui lui tordait tout autant l’estomac qu’elle le déstabilisait en de nombreux vertiges.

◈ Les vampires ne sont pas tous pareils. Je ne te veux toujours aucun mal, moi, quoi qu'on ait pu te faire.

Yui ne bouge pas… Ne serait-ce même que d’un cheveu. Il ne prend pas la parole non plus et s’il avait été humain, il aurait retenu sa respiration. Non, de toute évidence, tous les vampires n’étaient pas identiques. Certains étaient fous et devant lui, il avait le roi de ceux-là. Parce qu’il fallait sacrément l’être pour oser ce genre d’action non ? Yui n’avait pas été invitant pour ce genre d’acte de tendresse, il en était tout à fait certain ! Pourtant, il n’aurait pas pu nier non plus que comme tout être qui vit sur cette planète, il en avait déjà ressentit le besoin. Est-ce qu’il avait été, à un moment ou à un autre, transparent à ce point aux yeux de Shinnosuke… ?

Le temps de cette réflexion et l’autre vampire s’est déjà mit à reculer, passant doucement mais sûrement hors de sa portée. Yui n’a cependant toujours pas bougé et son regard est posé de façon tout à fait indéfinissable sur Shinnosuke, tentant de trouver une logique à ce comportement qui semblait bien n’en avoir aucun.

Shinnosuke va jusqu’à la porte, s’y arrête… Il lui tourne même le dos comme s’il avait pensé n’avoir absolument rien à craindre. Et au fond, il avait sûrement raison. Yui était si chamboulé, malgré son apparente immobilité qu’il ne songeait même pas à profiter de cette occasion pour attaquer le vampire installer dans le chambranle de la porte. On aurait dit une peinture d’ailleurs… Ou une photo. Celle d’un grand magasine de mode. Quelque chose de poétique avec le dojo traditionnel, le jardin qui l’était tout autant en toile de fond et la présence presque surréaliste de cet apollon coréen dont l’épiderme chaud et coloré brillait des reflets argentés de la lune.

Certains avaient tout pour eux… Et sans aucun doute possible, Shinnosuke faisait partit de ceux là. Peut être même qu’à penser ça, pendant une fugitive seconde, Yui se sent honteux de son état misérable. De ses côtes saillantes, des cicatrices qui le marbrait, de son mètre soixante-huit seulement… Ca ne dure pas longtemps mais oui, il y avait songé. Et penser à son apparence et à ce qu’il pouvait déplaire ne lui était pas arrivé depuis si longtemps que Yui aurait presque eu envie de se cacher.

◈ Tu t'arrêtes encore parfois pour observer la beauté du monde ? Elle n'est pas partout, comme on aimerait le prétendre. Mais elle existe.

Etrange et déroutant que Shinnosuke lui pose cette question à cet instant précis non ? Est-ce qu’à nouveau, il savait ce à quoi il pouvait bien penser ? Heureusement que Yui n’était pas paranoïaque sans quoi il aurait commencé à avoir des doutes sur les dons de télépathie de l’autre vampire.

◈ Je n’ai pas le temps.

Et, pour être tout à fait honnête puisque le moment ne se prêtait pas au mensonge :

◈ Je n’y ai plus goût.

Il avait oublié les belles choses, même les plus simples. En fait, c’était plus facile de faire « avec ce qu’on avait » sans voir toutes les tentations du monde et ses beautés. Pas le temps, pas l’envie… Et si certains pensaient qu’on ne pouvait pas se détourner de ce genre de choses, Yui était la preuve même que si : c’était possible. Mais aussi…

◈ De toute façon, elle se flétrit. Les hommes détruisent tout… Même quand ils créent, le magnifique tend à mourir. Si c’est l’éphémère qui rend les choses belles, alors plus un vampire vieillit, plus il est hideux.

Il n’était pas réellement question de physique, c’était très métaphorique que tout ça.

◈ Les vampires sont synthétiques.

Constatation finale de sa précédente remarque.

◈ C’est pour ça que tu t’intéresse à l’art ?

Yui n’était pas ignare merci… Et il était un minimum renseigné !

◈ Un jour, elle disparaitra elle aussi. Il naît tant de pseudos artistes. Combien laisseront leur emprunte tu crois ?

Et finalement, après un petit haussement d’épaules :

◈ Peut être que c’est la mort d’une chose qui l’embellit réellement. C’est triste de penser que toi et moi, nous ne seront que poussière…


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ Samurai's Heart ☩

Âge : 408 ans ▬ 37 ans
Allégeance : Au Conseil et à la société vampirique
Messages : 90
Pseudo : Kurika
Avatar : Lee Byung Hun
MessageSujet: Re: You're still welcome ► Ninomiya Yui   Dim 1 Avr - 4:58


Shinnosuke n'est pas pressé alors que pourtant, se réfugier le plus rapidement possible dans le confort de son foyer aurait probablement été plus sage pour l'heure. Ainsi n'ignore-t-il pas les questions de Yui à propos de sa façon de procéder face à un potentiel fils vampirique... Mais n'y répond-t-il pas dans l'immédiat non plus, les événements qui suivent ne s'y prêtant absolument pas. Et pour cause, ce baiser... C'était pure folie et, maintenant appuyé contre le cadre de la sortie du dojo, Shinnosuke pourrait presque s'en maudire, réalisant bien l'étendue du drame que ça aurait pu provoquer. Pourtant, il ne regrettait rien. C'était complètement idiot, mais Shinnosuke aimait céder à ses désirs, très souvent. « Trop » souvent ? Et ce baiser en avait été un.

La peau fraîche du vampire blessé contre ses lèvres, il aurait presque pu la goûter, lui semblait-il. Certes, ce n'était qu'une sensation, mais elle voulait dire beaucoup pour le vampire tant elle était insolite. Shinnosuke savait qu'il s'enhardissait à avancer dans un sentier accidenté, voire complètement impraticable. Il n'y avait pas été invité et pourtant, il savait qu'il risquait de s'y enfoncer autant qu'il le pourrait. Yui allait fort probablement partir pour ne plus jamais revenir après cette nuit et, malgré tout, il valait mieux que cette histoire de fou même pas encore entamée finisse de cette façon. Prématurément. Néanmoins, sur les lèvres du grand vampire se lit momentanément un fin sourire. Eh... Il devait être le seul à avoir survécu au Chasseur de Morts. Et à ce point... c'était certain !

Puéril ? Peut-être. Shinnosuke lance un petit regard par-dessus son épaule à Yui qui semble vouloir reprendre la parole. Non, bien sûr que non... Ce n'était pas puéril. C'était plutôt l’exaltation de savoir qu'on allait survivre à une mort imminente. Shinnosuke n'était pas le dernier des incompétents. Il savait se défendre et même se battre, ce qui était fort différent l'un de l'autre. Néanmoins, le Chasseur de Mort avait déjà forcer plusieurs anciens samouraï à courber l'échine devant lui, retournant à la poussière comme s'ils n'avaient jamais tenus un katana entre leurs mains puissantes. Il y avait de quoi se remettre en question, tout aussi doué au combat soit-on. Ce qui l'effrayait davantage, toutefois, c'était probablement l'idée que Yui se battait à tous les jours qui leurs étaient donnés... Lui ne faisait que se pratiquer dans son dojo, souvent seul... Ça n'avait rien de comparable. Il était un vieux guerrier usé et rouillé.

Et ce vieux guerrier faisait face à un démon. Le démon ouvre la bouche et, en quelques mots, Shinnosuke comprend ce qu'il veut dire.

« Ta vie est insipide. », convient le vampire, sans vouloir vexer pour autant. D'ailleurs, il a le ton de la simple constatation. « Malgré les combats, la vision perpétuelle de la mort, tout est sans éclat... Mais dis-moi, as-tu perdu le goût à la vie à force de trop vivre, parce que l'éphémère est le seul attrait ? Je crois plutôt qu'on te l'a arraché... »

Un doux soupir franchit le seuil des lèvres de Shinnosuke,semblable à la brise légère alors même qu'il ne voyage aucun souffle de vie. Le vampire se tourne lentement vers Yui, sans pour autant amorcer un geste vers le chasseur. Il se contente de l'observer, attentif à ce qui est dit et a été dit, mais pas pour autant d'accord.

« Dis-moi que je ne suis pas épanouis. Prouve-le-moi ensuite. Mais, tu ne réussiras pas, malgré mes quatre siècles. », continue Shinnosuke sur un ton paisible. « Chaque homme est seul à choisir son destin. Ses buts. Ses rêves. Et lorsqu'un d'entre eux est accomplit, c'est à lui de se renouveler. De faire revivre sa beauté fanée comme le phénix qui renaît de ses cendres. De nombreux obstacles se dressent toujours devant tout un chacun, mais voilà ce qui donne de son goût à la vie. Ce n'est pas la mort... C'est de se battre contre elle. »

Il entrouvre les lèvres, comme pour continuer, mais les referme lentement, hochant la tête de gauche à droite. Les mots manquaient à Shinnosuke. Il tentait de faire comprendre à Yui une partie de sa vie. Ce qu'elle avait de beau. Mais comment démontrer à celui qui rêve d'exterminer jusqu'au dernier de votre race ce qui fait de celle-ci une merveille de ce monde ? Non... Au fil de ses pensées, Shinnosuke réalise que ce n'est pas là qu'est cette merveille à laquelle il songe. Pas en chaque vampire. Yui ne peut l'apercevoir, car elle n'y est pas pour une raison simple...

« Presque tous les vampires que je connais sont morts avant même que tu ne songe à les tuer. »

Shinnosuke bouge finalement de son poste d'observation, faisant quelques pas dans la pièce sans jamais s'approcher de Yui, apparemment songeur. Il semblait évoquer une terrible tragédie, mais non... absolument pas ! Au contraire, il réalisait tout doucement que cet art qu'il avait développé, celui de voir en la vie les mille couleurs qu'elle avait à offrir, il était un des rares vampires à l'avoir compris. Se renouveler... Un nom lui venait en tête. Kuromiya Sensui. Voilà un des siens qui avait tout saisit. On le voyait rarement stagner au même endroit. C'est de cette façon que Kuromiya avait réussi à combattre l'ennui. Et au contraire, l'aigri « Ketsueki », gérant du Love Hotel le plus fréquenté de la ville, n'était-il pas en train de mourir, lui aussi ?

Finalement, Shinnosuke demande tout simplement à Yui :

« Mais ne vois-tu pas que moi, je suis vivant ? »

Le membre du Conseil vampirique incline doucement l'échine devant le vampire blessé, lui offrant en même temps un sourire chaleureux.

« C'est peut-être une conversation trop philosophique pour un homme qui a besoin de sommeil. Je te laisse te reposer et te soigner, Yui. »

Et sur ce, il sort du dojo. Néanmoins, après avoir descendu les petits escaliers qui menaient au sentier de pierres qui lui débouchait tout près de sa maison et après avoir fait quelques pas sur ce même sentier, il se retourne, se souvenant de leur conversation précédente.

« Eh... », appelle doucement Shinnosuke. Et ce n'est que lorsqu'il a l'attention de Yui qu'il reprend la parole. « Je ne suis pas de ces hommes qui imposent leurs choix. Si le jeune homme que j'ai choisis ne manifeste pas l'envie d'être un des nôtres, alors il ne le sera pas. Je lui souhaiterai une belle vie et passerai mon chemin. »

Ça n'allait pas arriver dix fois... Shinnosuke allait poser cette question une seule fois, peu importe le nombre d'années pendant lesquelles il foulera encore cette terre...


_________________


~ Hioki Shinnosuke ~


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 760, mort à 27
Allégeance : Aucune
Messages : 31
Pseudo : Pandaa
Avatar : Satoshi {Girugämesh}
MessageSujet: Re: You're still welcome ► Ninomiya Yui   Jeu 5 Avr - 13:57



◈ Ta vie est insipide.

Yui ne répond pas à ce qu’il prend pour une provocation gratuite. De toute façon, il n’avait pas d’énergie à perdre en se disputant et puis ce simulacre de baiser l’avait un peu privé de ses capacités pour le moment. Le temps qu’il se remette du choc sûrement… En tout cas, s’il avait répondu, il aurait rappelé à Shinnosuke qu’il ne « vivait » pas, justement. Et c’était là tout un pan du problème.

◈ Malgré les combats, la vision perpétuelle de la mort, tout est sans éclat... Mais dis-moi, as-tu perdu le goût à la vie à force de trop vivre, parce que l'éphémère est le seul attrait ? Je crois plutôt qu'on te l'a arraché...

Toujours un silence pour le moins résolu du côté de Yui. Il n’était pas braqué… Mais pas vraiment enclin à en rajouter. Disons qu’à mesure que le temps s’égrenait, il récupérait un peu de cette attitude un brin sauvage et animal qui lui appartenait. En tout cas, pour ce qui était de son goût de vivre… Le coréen –quoi qu’on en dise- n’avait probablement pas tort. Peut être qu’il n’avait pas perdu le goût de vivre mais qu’on le lui avait prit. Après tout, à lui, on n’avait pas demandé la « permission » avant de le vampiriser.

◈ Dis-moi que je ne suis pas épanoui. Prouve-le-moi ensuite. Mais, tu ne réussiras pas, malgré mes quatre siècles.

En même temps… Yui ne connaissait pas vraiment Shinnosuke non plus. S’aurait été difficile de prétendre. Et de toute façon, on ne prêchait sans doute pas un convaincu. Le chasseur avait mieux à faire que de convaincre un vampire du fait qu’il se sentait vide.

◈ Chaque homme est seul à choisir son destin. Ses buts. Ses rêves. Et lorsqu'un d'entre eux est accomplit, c'est à lui de se renouveler. De faire revivre sa beauté fanée comme le phénix qui renaît de ses cendres. De nombreux obstacles se dressent toujours devant tout un chacun, mais voilà ce qui donne de son goût à la vie. Ce n'est pas la mort... C'est de se battre contre elle.

Mais pour le coup, il ne lui apprenait pas grand-chose… Enfin… Bien sûr, leur point de vu était différent. Mais au sujet des objectifs de « vie », Yui savait qu’il avait besoin d’en avoir un. D’ailleurs, il en possédait bel et bien un ! Certes, il pouvait sembler des plus improbables… Le genre de but jugé inatteignable… Mais finalement, pourquoi pas ? Ses aspirations étaient elles moins louables juste parce que plus difficilement réalisables ?

◈ Presque tous les vampires que je connais sont morts avant même que tu ne songe à les tuer.

Littéralement parlant ou métaphoriquement parlant ? Parce que là, Shinnosuke commençait à se faire peu clair pour Yui qui n’avait pas trop l’habitude de tenir ce genre de conversation, surtout dans une situation semblable. Ho, il était loin d’être un imbécile finit hein… Yui était lettré, en témoignait les nombreux récits de lui que l’Ordre devait toujours posséder. Mais il n’avait pas forcément suivit toutes les évolutions quoi. Rien qu’au niveau de l’écriture, lorsqu’il devait en user, il se heurtait parfois à un mur… Forcément, ses kanji étaient très vieux, nombreux… Et certains kana n’avaient plus l’usage aujourd’hui. Il était un vieux personnage qui avait du mal à amadouer l’évolution du monde dans certains de ses aspects.

◈ Mais ne vois-tu pas que moi, je suis vivant ?

Yui a pour Shinnosuke un regard blasé. Bon, de toute évidence, le vampire parlait plutôt d’un point de vue métaphorique. Mais peu importe le point de vue, Yui ne le partageait pas non. « Vivant ». L’art ne montait-il pas à la tête de Shinnosuke… ?

◈ C'est peut-être une conversation trop philosophique pour un homme qui a besoin de sommeil. Je te laisse te reposer et te soigner, Yui.

Shinnosuke s’incline, poli… Et peut être même respectueux. Yui gronde quelque chose d’incompréhensible, se renfrognant tout seul dans son coin. Peut être qu’il était moins sur la défensive mais il n’en restait pas moins sauvage, sans doute. En fait, la planète de Shinnosuke venait un peu de percuter de plein la sienne. C’était… Très étrange. Désagréable… Et chaud, en même temps. C’était surtout inexplicable pour Yui. L’homme n’agissait pas comme il l’aurait dût et en fait, lui-même n’était pas cohérent avec ses agissements habituels.

Le coréen tourne les talons, s’éloignant dans le silence que lui permettait sa condition de vampire mine de rien et Yui se laisse à nouveau tomber au sol, assit. Il est pensif… Puis se laisse tomber en arrière, grimaçant alors que sa blessure tire un peu. Sa main toujours posée dessus, fixant le plafond, il se reconcentre sur sa plaie lorsque :

◈ Je ne suis pas de ces hommes qui imposent leurs choix. Si le jeune homme que j'ai choisis ne manifeste pas l'envie d'être un des nôtres, alors il ne le sera pas. Je lui souhaiterai une belle vie et passerai mon chemin.

Menteur. Voilà également ce que Yui pense à cet instant précis, sans en dire néanmoins plus. Il reste à observer le plafond tout en tâchant de repousser loin de lui tout ce qui avait bien pu se produire dans les dernières minutes.

Shinnosuke n’avait pas l’air d’être le genre d’homme à se parjurer c’est certain… Mais ça allait contre tout ce qu’il connaissait que ce genre de comportement alors pour le moment, même s’il pouvait peut être le croire, Yui fait comme si ce n’était pas le cas.

Le vampire ferme les yeux, restant concentré sur son environnement mais mettant la majeure partie de son énergie dans ses soins. Demain, il partirait. Et il ne reviendrait jamais jamais. La présence de Shinnosuke ne lui faisait vraiment pas, de toute évidence ! Et il se sentait… Horriblement faible !


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: You're still welcome ► Ninomiya Yui   




Revenir en haut Aller en bas
 

You're still welcome ► Ninomiya Yui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Nikkô :: Les Résidences :: Maison de Hioki Shinnosuke-