C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Dim 22 Jan - 7:16


Le 08 octobre 2011 à 23h50
La façade avant du McDonald's


De petits pas martelaient à intervalle réguliers l'asphalte d'une rue plutôt déserte. C'était un peu normal, aux vues de l'heure. Les lumières de la ville étaient tout ce qui restait pour éclairer ces allées peu peuplées et alors que Junya avançait avec précaution dans la nuit, il songeait aux recommandations de Natsuki... avant de grogner, un peu frustré contre l'homme ! Il l'avait rencontré quelques jours plus tôt et s'il lui avait laissé un souvenir impérissable et, surtout, plutôt agréable pour lui qui s'éprenait facilement des badboys de son genre, il était présentement source de petites frayeurs à cause de ses paroles peu avenantes face à la nuit de Tôkyô ! C'était tout ce que Junya retenait à ce moment précis et ce n'était pas pour l'enchanter ! Il lui semblait que chaque son, soudainement, était une bonne raison de sursauter et ça, ça ne lui ressemblait décidément pas !

Le jeune homme avait donc décidé, tout simplement, de se diriger vers un lieu rassurant. Et quoi de mieux que de la nourriture réconfortante ?! C'est donc la raison de sa présence devant le McDonald's du quartier le moins bien fréquenté de toute la ville. Qu'est-ce qu'il foutait encore une fois les deux pieds dans un pétrin éminant ? Eh bien... son boulot ! Junya avait pour ambition ce soir, non pas de traquer la Bête du Xiang, ce meurtrier sans foi ni âme qui avait d'ailleurs frappé encore ces derniers jours, mais plutôt d'enquêter sur une mort mystérieuse dont il avait entendu parler. Une jeune femme, une prostituée, qui avait été étranglée, puis laissée pour morte. Pas de relation sexuelle avait le meurtre, pas de preuves pour réussir à arrêter qui que ce soit... mais surtout, deux autres assassinats identiques s'étant déroulés sur une période d'un peu moins d'une année. Comment les meurtres pouvaient-ils être reliés ? Mis à part leur métier que les victimes avaient en commun et le mode opératoire, elles avaient toutes trois été retrouvées parées d'un magnifique kimono qu'elles n'auraient pu se procurer elles-mêmes...

Intriguant, n'est-ce pas ? C'était ce sur quoi son prochain article allait porter et ce soir, il avait eu droit au témoignage d'une collègue de la dernière victime, un vrai petit coup de chance ! Ainsi donc, malgré tout, ça allait très bien pour Junya ce soir... et lorsqu'il met les deux pieds dans le McDonald's, c'est le coeur chantant ! Il offre d'ailleurs un grand sourire à la serveuse blasée qui vient lui répondre, commandant une grande portion de frites... et c'est tout ! Il était absolument fanatique des frites de ce restaurant rapide et s'il ne s'en permettait pas trop souvent, histoire de garder la ligne, rien ne l'empêchait de se faire plaisir une fois de temps en temps ! Ensuite, il verrait pour retourner chez lui... et s'il avait trop la frousse, peut-être pour appeler des renforts ! Junya avait toujours eu plus d'un tour dans son sac et c'était d'autant plus vrai ces dernières années, quoi ! Il n'avait pas peur de braver le danger, non plus, bien qu'il ne se sur-estime jamais... ! Et ça lui sert bien, quoi qu'on en dise...

Le jeune homme fini par sortir du fastfood, le contenant de frites bien chaudes entre les mains. Son appareil photo pend par le cordon de sécurité à un de ses poignets et il jongle un peu avec le cellulaire qu'il avait sortit pour appeler un ami avant de le glisser dans une des poches de sa veste. Oui bon... après les frites ! Là, il était fort occupé ! Du coup, il pioche une frite divinement bien salée entre le pouce et l'index de la main droite, la croquant à belles dents pour la séparer en deux avant de glisser immédiatement le second bout entre ses lèvres en coeur. Un petit soupire de contentement franchit d'ailleurs le seuil de celles-ci alors qu'il se régale. Jusqu'à ce que soudainement, près de lui, une ombre s'élève... et qu'il sursaute, le regard agrandit par la frayeur. Une de ses mains se faufile jusqu'à son sac, dans laquel il serre sa nouvelle bombe poivre à s'en faire blanchir les jointures...

JUNYA Je peux vous aider ?!

Le ton est un peu abrupte même si Junya ne peut probablement avoir une voix grondante que lorsqu'il est réellement en colère, ce qui est loin d'être le cas présentement. C'est surtout la peur qui parle... mais il ne laisse assurément pas sa voix trembler sous le coup de celle-ci ! Un peu de retenue, pardi... C'est ce qui lui avait déjà sauvé la mise quelques fois auparavant !

Après avoir pris une petite inspiration, Jun fait seulement un pas vers l'arrière, observant avec intérêt l'homme qui lui faisait face. Eh bien ça... pour avoir l'air louche, celui-là en avait tout l'air, sans vouloir vexer qui que ce soit ici. D'ailleurs, déjà un peu plus rassuré parce qu'il était tout de même près de la porte du restaurant, Junya fini par gentiment reprocher :

JUNYA Vous m'avez fait peur... Vous êtes sortit de nulle part, c'est dingue ! Et ce bandeau n'est pas là pour rassurer les gens, c'est clair... Mais j'aime le look !

Jun prend le parti d'en rire un peu, faisant un petit clin d'oeil au blond, puisque l'étranger s'était visiblement permis cette fantaisie en plus de coiffer ses cheveux en crête de coq ! Le journaliste en herbe était sensible aux originaux qui savaient tout de même bien prendre soin d'eux et il en avait assurément un devant lui présentement ! Et à tendances badboys, même si ce n'était pas du niveau de Natsuki, attention... ! Décidément, il avait bien de la chance, ces derniers temps !

JUNYA Excusez le ton que j'ai employé. Mais, hem... Je peux vraiment vous aider ?

Puis, pointant la porte d'entrée du McDonald's, le jeune homme assure :

JUNYA Ils ont les meilleures frites en ville, tout gras et américain que ce soit, juré. Vaut juste mieux ne pas se le permettre plus d'une fois par mois. Vous devriez peut-être vous résigner à entrer plutôt que de squatter la terrasse !

Dans un petit rire, Junya tourne ses frites vers l'homme pour l'inviter à en prendre une. Il essayait peut-être de faire ami-ami là où il ne fallait pas... mais soit !




Dernière édition par Murakami Junya le Dim 6 Mai - 3:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 432
Allégeance : Conseil
Messages : 26
Pseudo : Pandaa
Avatar : Reita [The GazettE]
MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Mar 24 Jan - 10:04



Arakawa. Katsuo n’aimait pas ce quartier. Laissé à l’abandon, il était également le repère de quelques vampires indépendants parmi les plus belliqueux à son avis.

Ce qu’il faisait alors dans le quartier ? Hé bien parfois, il fallait se remonter un peu les manches n’est ce pas ? Surtout quand on appartenait au Grand Conseil. Alors voilà, Katsuo s’était tapé le luxe –ou pas- d’aller à Arakawa faire une petite ronde. C’était d’autant plus nécessaire à son avis qu’un des membres du conseil avait été assassiné moins d’une semaine avant ce jour. De qui est ce que c’était le fait ? Hé bien… Il y avait plusieurs rumeurs au sein de la communauté vampirique. La plus vivace parlait évidemment de la « Bête du Xiang ».

Ca c’était une drôle d’épine dans leur pied… Un vampire à demi sauvage qui traînait dans les rues de Tôkyô et qui, d’après l’Ordre de Tenkyû –sujet délicat pour Katsuo- n’avait aucune espèce d’allégeance. Katsuo avait beau le dire et le répéter à longueur de temps, il fallait croire que ça ne servait à rien : les jeunes vampires étaient relâchés trop tôt.

Quoi qu’il en soit, Katsuo doutait que ce soit ce vampire là qui soit à l’origine de l’attaque. Certes, il avait bonne foi en la plupart des rumeurs qui était sur le dos de la Bête mais malgré ses airs sauvages, il avait plus circonscrit ses attaques et bien que ses meurtres soient plutôt du genre spectaculaire, il était néanmoins plutôt discret. Enfin… Si l’on peut dire. Il se comprenait.

Le sort de la Bête était à présent clair pour la communauté et le Conseil : il devait mourir. Pour autant… Pour autant donc, Katsuo cherchait la source du meurtre du conseiller ailleurs. Dans une autre rumeur peut être ? Voilà que « Le Tueur de Morts » revenait sur le tapis et c’était inquiétant en soit. Pour être honnête, Katsuo prêtait une grande attention à cette rumeur pour la simple et bonne raison que tout portait à croire qu’elle était plus véridique que beaucoup ne voulait le croire.

Son problème ? D’après toutes les sources d’informations qu’il possédait après ce chasseur de vampire qui appartenait lui-même à leur communauté, ce dernier n’hésitait pas à attaquer les jeunes pour attirer leurs géniteurs. Et son inquiétude allait vers son propre fils, évidemment… Il n’était pas prêt à prendre le risque de voir Ryu mis en danger par un fanatique qui s’était rallié aux ennemis. Parce que oui, pour Katsuo, que ce chasseur vampire soit chasseur indépendant ou membre secret de l’Ordre, c’était pareil. Il n’acceptait l’alliance avec ces derniers que du bout des lèvres alors il n’allait sûrement pas rejeter cette possibilité même si elle faisait un peu trop « théorie du complot » pour être vraie.

De fait voilà. Il était à Arakawa et il tournait dans le secteur depuis presque deux heures sans avoir trouvé grand-chose. Le nom de « Chasseur de Morts » faisait peur malgré tout en général et personne ou presque n’était sans doute assez fou pour aller chercher des informations tout en sachant de qui il s’agissait. Personne sauf lui quoi. Et il n’avait pas réellement l’intention de « discuter » avec ce vampire là. Le tuer était la seule solution, d’après Katsuo, même si d’une certaine manière, ce vampire inconnu ne menaçait pas leur secret. Mais il les menaçait eux directement et bien qu’il fallait assurer soit même sa propre survie, il devenait une vraie menace pour le Conseil et donc pour la communauté toute entière.

Les pas de Katsuo le menaient donc ainsi plus ou moins au hasard. Il avait tourné un long moment dans les allées vides du marcher de Nippori, songeant sans vraiment s’y attarder à ce qu’il devait avoir de joli. Katsuo l’avait déjà vu sur photographie ou carte postale… Mais il n’y avait bien sûr jamais mit les pieds. Ryu lui en avait déjà parlé en revanche et ça n’avait fait qu’attiser son envie de le voir. C’était chose faite ce soir même si tout était fermé… Et quelque part, c’était un peu dommage. C’était comme se balader sur la plage la nuit venue. Très romantique d’après certains oui… Mais bon, l’intérêt était vite très limité.

Le voilà qui passe néanmoins dans un secteur un peu plus animé quoi que pas non plus très dense en population. Le McDonald’s. Un fast-food et si Katsuo était le genre à vivre avec son temps, y avait des choses comme ça qu’il appréhendait encore assez mal. Ok, il n’allait pas mentir hein ! Il était déjà venu s’arrêter dans un de ces restaus qui faisait dans le rapide. C’était pas dégeu même si ce n’était pas bon non plus à ce qu’on disait et encore pas bien cher sans doute. Disons que c’était bien quand on était pressé quoi. Lui avait généralement son temps et de toute façon, il n’avait plus de sens du goût pour quoi que ce soit d’autre que le sang, ça résolvait le problème.

Katsuo tourne à l’angle de l’établissement pour arriver à hauteur de la façade, silencieux, et c’est à ce moment qu’il manque de percuter une petite silhouette. Bon ok, c’était pas top de dire « petite silhouette » parce que grosso merdo, ce japonais là faisait sa taille. Et oui : c’était bien un japonais malgré son look très fashion et ses yeux fardés. Un joli brin de garçon qui faisait un peu tâche dans le paysage d’Arakawa en fait.

Quoi qu’il en soit, Katsuo semblait lui avoir fait peur. Le jeune homme avait manqué d’en lâcher le petit contenant de frites qu’il avait à la main. L’autre était partit vivement jusqu’à son sac et Katsuo imaginait sans mal le genre d’objet de protection qu’il pouvait contenir. Corne de brume portable, bombe au poivre, taser… Disons que les humains étaient très imaginatifs quant il s’agissait de leur sécurité. Pas que ce soit toujours très utile pour lutter contre des êtres de son genre mais… Bref.

Le blond avait mangé avant de partir et le repas avait été frugal. Il fallait parce que son but premier avait quand même été de débusquer un très ancien vampire –probablement plus vieux que lui si on remontait la légende du surnom- pour le tuer… Hors on ne se bat pas l’estomac vide. Surtout quand se sustenter était si porteur de conséquence que pour les vampires.

    ◈ Je peux vous aider ?!


Non… Mais Katsuo ne dit rien. Parce que vu la tête du garçon, la question était plus rhétorique qu’autre chose. Et puis de toute façon, le type commence vraisemblablement déjà à se remettre de sa frayeur. Il avait vraiment cru qu’il allait lui sauter dessus ? C’était un peu vexant pour être honnête mais en même temps, c’était sans doute aussi le quartier qui voulait ça. Sauf que si c’était pour flipper après tout le monde, fallait aller acheter ses frites ailleurs hein…

    ◈ Vous m'avez fait peur... Vous êtes sortit de nulle part, c'est dingue ! Et ce bandeau n'est pas là pour rassurer les gens, c'est clair... Mais j'aime le look !


De nulle part… C’était une façon de voir les choses. Et à l’allusion de son bandeau, Katsuo vient rapidement effleurer ce dernier du bout de ses doigts, frôlant ainsi au travers du tissu un petit centimètre de la blessure qui se trouvait en dessous. C’est vrai, ça faisait partit du « look » mais c’était aussi et surtout une petite frustration personnelle. Il n’avait jamais su la faire cicatriser… C’était sans doute plus psychologique qu’autre chose à présent… Mais tant pis. Il apprenait avec la lenteur d’un escargot à faire avec.

    ◈ Excusez le ton que j'ai employé. Mais, hem... Je peux vraiment vous aider ?


Attitude charmante, clin d’œil sympathique… Il ne devait vraiment pas être du quartier celui là. Les gens étaient rarement aussi enclins à aider un inconnu à presque minuit dans ce secteur. Katsuo hoche donc simplement la tête de gauche à droite. Il doutait que ce genre de gamin ait pu entendre parler de celui qu’il cherchait…

    ◈ Non. Merci. Je cherche une personne mais je crois que je ne la trouverais pas ce soir.


Hey… Il allait pas faire dans la réponse minimaliste et impolie hein ! Katsuo avait un minimum le sens du contact ! Il était prof quoi !

    ◈ Ils ont les meilleures frites en ville, tout gras et américain que ce soit, juré. Vaut juste mieux ne pas se le permettre plus d'une fois par mois. Vous devriez peut-être vous résigner à entrer plutôt que de squatter la terrasse !


Katsuo a un regard pour le McDo alors que le garçon lui en parle, observant l’intérieur plutôt désert, heure tardive oblige. Et quant le contenant de frite lui est présenté, il lève simplement une main pour refuser poliment, offrant néanmoins un petit sourire au jeune homme, s’inclinant légèrement pour le remercier.

    ◈ Merci, je n’ai pas faim.


Il y a un moment d’hésitation fort bref avant qu’il ne demande finalement :

    ◈ Vous habitez dans le secteur ? Ce n’est pas un peu dangereux à cette heure-ci ?


Bien sûr que si… Mais la politesse voulait qu’on ne le dise pas de cette manière quoi ! Et pour le rassurer quant à ses intentions, Katsuo ajoute :

    ◈ Désolé, je me sens concerné, la grande majorité de mes élèves doivent avoir votre âge.


Ce n’était pas un mensonge… Tout aussi détaché Katsuo soit-il de la cause humaine, il avait un peu d’affection pour eux malgré tout, pour leur désire d’apprendre, pour l’éphémère de leur existence.

    ◈ Je vous proposerais bien de vous raccompagner, où que vous alliez mais…


Katsuo indique d’un index le sac du jeune, souriant.

    ◈ J’ai un peu peur de ce que vous pourriez sortir de là dedans sitôt que nous serions dans une ruelle moins bien éclairée qu’ici.


Et toujours sur le ton de la plaisanterie :

    ◈ C’est que peut être, vous êtes un véritable psychopathe qui aborde les gens en tentant de les amadouer avec des frites pour mieux les attaquer par derrière… !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Mer 8 Fév - 5:08


Junya a un petit sourire amical, bien que toujours mitigé alors que l'homme lève la main pour caresser du bout des doigts le bandeau qu'il venait tout juste de désigner. Oui, oui ! C'est bien de ce bandeau-là qu'il parlait ! Quelle drôle de réaction. Le petit air qu'affiche pendant quelques secondes l'inconnu semble presque rêveur, comme s'il venait de découvrir le dit bout de tissu recouvrant son nez ainsi qu'une petite partie de son visage. Pour autant, ce n'était peut-être que Junya qui se faisait des idées, mais ça rendait l'individu un peu moins inquiétant, ce qui était toujours une bonne chose en soit, surtout quand on traînait à de telles heures dans ce genre de quartier ! Et bon sang, Junya avait peut-être une bonne dose de culot, mais aussitôt que ça se corsait réellement et pas juste dans son imagination, il perdait ce qui lui restait de courage ! Au moins lui en restait-il habituellement assez pour qu'il tente de se sortir des situations désespérées, même s'il tremblait de peur...

Le jeune homme se contente donc de rester près de l'étranger, ne disant jamais non lorsque venait le temps d'échanger un peu, inconnu ou pas. Il était sociable de nature, c'est clair et ne crachait pas sur ce genre d'opportunité... surtout lorsque l'individu en question semblait intéressant et entouré d'une aura mystérieuse ! Il n'y avait rien de mieux pour piquer la curiosité naturelle de Jun !

KATSUO Non. Merci. Je cherche une personne mais je crois que je ne la trouverais pas ce soir.

Oh, dommage... Mais en effet, Jun ne peut qu'afficher un petit air désolé, ne connaissant réellement pas beaucoup de gens dans ce quartier. De fait, il ne pouvait réellement pas aider cet homme, au moins avait-il visé juste. C'était quand même hallucinant... Lui n'aurait pas posé un lapin à un homme si intéressant ! Et s'il ne le dit pas directement, pas fou non plus, Junya assure néanmoins :

JUNYA Alors honte à cette personne qui vous a posé un lapin ! C'est elle qui devrait vous chercher, plutôt.

Il rit doucement, glissant le bout de ses doigts contre ses lèvres avant d'en revenir à ses frites. Il en pioche une sans vraiment y regarder, la mangeant du bout des lèvres, plus par gourmandise que par réelle envie, finalement. De toute façon, puisque l'homme ne semblait pas en vouloir, hein ! D'ailleurs, Jun ne peut que remarquer ses bonnes manières, presque distinguées et ça lui fait tout drôle de tomber sur un tel individu dans ce quartier plus que louche ! Il n'en a que davantage de jolis sourires pour Katsuo, ne minaudant pas, mais lui faisant de toute évidence de jolies manières tout de même. Ah non... le flirt, il le gardait pour le beau ténébreux rencontré quelques jours plus tôt !

Néanmoins, Jun grimace un peu alors que l'homme lui parle de danger, pas très fan de la tournure de la phrase ! Et ça doit paraître qu'il n'est pas vraiment fan...

KATSUO Désolé, je me sens concerné, la grande majorité de mes élèves doivent avoir votre âge.

Cette fois, le journaliste en chef a un petit « oh ! » étonné. Alors cet homme était enseignant ? Excusez-le, mais il avait un peu de mal à le croire ! Peut-être semblait-il plus vieux que lui, mais pas comme s'il avait masse années de différence d'avec sa petite personne non plus ! Pourtant, il avait des élèves de son âge, environ ! Quelle drôle de rencontre. Il savait que cet homme n'était pas comme tous les autres. C'est qu'il commençait à avoir le flair pour ça... Journalisme oblige !

Jun est d'ailleurs sur le point de lui faire remarquer que c'est fort particuliers, mais avant qu'il n'ait le temps d'ouvrir la bouche, l'autre reprend la parole, le faisant doucement rigoler.

KATSUO Je vous proposerais bien de vous raccompagner, où que vous alliez mais… J’ai un peu peur de ce que vous pourriez sortir de là dedans sitôt que nous serions dans une ruelle moins bien éclairée qu’ici.
JUNYA Allons donc !

Jun rigole en avalant une autre frite, s'approchant de l'étranger pour... s'asseoir sur une table d'extérieur près de lui ! Eh... pas qu'il voulait s'établir, mais la conversation était agréablement surprenante et du coup, Junya voulait en profiter un petit peu avant de devoir s'en aller !

KATSUO C’est que peut être, vous êtes un véritable psychopathe qui aborde les gens en tentant de les amadouer avec des frites pour mieux les attaquer par derrière… !

Ah, mais assurément ! De fait, amusé, Junya hoche vivement la tête de haut en bas ! De toute façon, il était clair que l'homme blaguait seulement. Il fallait être fou pour le prendre pour un psychopathe ! Lui qui faisait à peine 50 kilos mouillé, fallait pas non plus croire qu'il pourrait tuer des gens à la chaîne ! Bon okay... C'est vrai que l'histoire nous avait appris que parfois, ça ne voulait strictement rien dire, mais Junya trouvait que pour sa part, c'était absolument pas crédible.

De fait, croisant les jambes et avalant une autre de ces délicieuses frites, le jeune homme assure :

JUNYA J'ai renvoyé un type qui avait les mains trop baladeuses à coup de bombe poivre, il y a deux jours. Bon... ce que l'histoire dit pas c'est que ses petits copains se sont pointés et que je dois ma bonne santé à un badboy sortit de nulle part. En fait, ma vie ressemble à un film !

Il rigole doucement à nouveau tout en faisant un petit clin d'oeil à l'homme, amusé. Il ne lui répond néanmoins pas à savoir s'il habitait dans le coin. Certes, Jun était d'humeur légère, mais pas stupide non plus... Il savait fort bien que dans les rues de Tôkyô, surtout à cette heure, on ne sait jamais vraiment à qui on a affaire.

JUNYA Ainsi, vous êtes enseignant... C'est fascinant ! Je vous donnais à peine cinq ans de plus que moi. Mais je suppose que les études pour enseigner à l'université sont assez longues et pénibles... J'y suis présentement. Enfin, à l'université, pas pour devenir enseignant!Donc vous avez probablement visé juste pour l'âge.

Jun quitte l'inconnu du regard une seconde, replaçant son sac à côté de lui sur la table qu'il occupait. Il réajuste la sangle le retenant, puis en revient au blondinet, curieux. D'ailleurs, son regard doit renvoyer ce sentiment un moment. Vrai qu'il semblait incroyablement jeune, mais il s'exprimait avec un respect qu'on ne connaît généralement pas à cet âge ! Eh, il savait lui, il fréquentait plein de jeunes et lui-même n'avait pas cette façon de parler... Bon, bien sûr, ce n'était qu'apparences, car il était vraisemblablement au moins dans le début de sa trentaine... non ? Le demander aurait malheureusement été indiscret, aussi Junya s'abstient-il de le faire.

Ce n'est pas pour autant qu'il se tait ! La vraie petite pipelette qu'il est a mis le grappin sur cet inconnu pour quelques minutes encore, qu'on se le tienne pour dit !

JUNYA Qu'enseignez-vous au juste ? J'aime bien les devinettes et je vous aurais bien demandé de me laisser trouver tout seul, mais présentement, je sèche totalement ! Mes professeurs ne vous ressemblent pas du tout, en tout cas... !

Ah ça non, sûrement pas... Sinon, il se ferait vraiment un plaisir d'aller en cours ! Puis, finalement, parce qu'il voulait mettre un nom sur ce visage fort mystérieux, Junya fait les présentations comme il se doit !

JUNYA Au fait, je m'appelle Junya. Et comment dois-je vous appeler... ? Je vous retiens, là ? Non parce que je sais que c'est fort impoli de ma part et que vous êtes peut-être en train de vous demander comment faire pour échapper à la petite pie que je suis ! Si c'est le cas, vous pouvez partir, je serai seulement un peu déçu, mais je promet de ne pas vous poursuivre avec ma bombe poivre et ma folie psychotique !

Sur ce, Jun fronce légèrement le nez tout en souriant, faisant une petite bouille fort espiègle. Il devait faire terriblement peur, présentement !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 432
Allégeance : Conseil
Messages : 26
Pseudo : Pandaa
Avatar : Reita [The GazettE]
MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Lun 13 Fév - 15:00




◈ Alors honte à cette personne qui vous a posé un lapin ! C'est elle qui devrait vous chercher, plutôt.

En fait, sur le principe, Katsuo préférait encore que ce ne soit pas le cas… C'est-à-dire que quitte à rencontrer la Bête du Xiang, il préférait encore avoir l’avantage d’une certaine surprise. Et puis être dans les cibles en vu de la Bête, ça aurait signifié que celle-ci avait de sombre plan en tête en arrivant à Tôkyô et de fait, s’aurait été comprendre que le Grand Conseil était bien trop lent à prendre une décision.

Néanmoins, l’animal ne semblait pas décidé à se montrer plus belliqueux qu’il ne le fallait à sa survie. Des cadavres certes… Mais humains. A ce qu’il en savait, on avait à lui imputer aucune mort vampirique même si forcément, en l’absence de cadavre, les statistiques étaient souvent floues dans ce cas précis.

Quoi qu’il en soit, il ne dément pas, évidemment. Il a plutôt un rapide sourire, plutôt paisible, peu troublé finalement par la situation même s’il ne s’était pas forcément attendu à tailler un bout de bavette ce soir, dans ce quartier et avec un si charmant jeune homme. Charmant jeune homme qui, sans réellement chercher à jouer de ses atouts se pose néanmoins tout à son avantage et Katsuo a un second sourire bref.

Disons que ça le changeait un peu de ce à quoi Ryu pouvait bien l’habituer hein ! Son fils était plutôt tête en l’air pour ce genre de truc. Il tâchait ses vêtements, les élimait ou les accrochait… Ca le faisait soupirer plus souvent qu’à son tour mais il ne pouvait pas le prendre par la main pour tout alors… Tant pis… ! Et puis disons qu’il avait pas mal d’étudiants, ou plutôt « pas mal d’étudiantes » qui avaient prit pour habitude de venir lui mettre sous le nez leurs goûts vestimentaires, leurs talents au maquillage etc etc… Alors il n’était pas à plaindre en matière de jolie beauté à observer.

Mais jamais à toucher. N‘en avait-il pas déjà eu envie ? Si, sûrement. De manière fugace, parfois… Mais jamais assez pour se jeter à l’eau. Il n’était pas proche de l’espèce humaine au point de succomber à son éphémérité. Katsuo faisait généralement preuve de sagesse et la jeunesse humaine était peut être tentante, elle n’était généralement plus très intéressante lorsqu’on en avait gratté le vernis.

Pour en revenir au jeune homme… Loin de s’offusquer de ses quelques mots, il semble gagner en assurance, se faisait plus mobile, rieur, souriant… Et quand il va finalement se poser à une table extérieure, Katsuo l’observe avec un léger amusement. Non vraiment ? Il l’invitait à bavarder là ?

Entre deux frites, il continu de se faire… Insouciant d’une certaine manière. Du moins, c’était comme ça qu’il apparaissait à Katsuo et il y avait fort à parier que son analyse se tenait au simple fait que l’humain en face de lui avait l’innocence qu’apportait l’ignorance.

◈ J'ai renvoyé un type qui avait les mains trop baladeuses à coup de bombe poivre, il y a deux jours. Bon... ce que l'histoire dit pas c'est que ses petits copains se sont pointés et que je dois ma bonne santé à un badboy sortit de nulle part. En fait, ma vie ressemble à un film !

Bon… Insouciance et ignorance ne rimaient pas forcément avec la douceur H24 hein ! Encore que visiblement, il avait eu recours à l’aide de quelqu’un d’autre malgré tout. Pas étonnant vu son gabarit. D’accord, d’accord… Ca ne voulait pas dire grand-chose et lui-même n’avait pas un gabarit à tout casser sur le papier… Mais disons que la société actuelle et celle qui l’avait vu naître n’avaient rien en commun, ok ?

◈ Souhaitons-vous un happy end alors.

Même si en traînant dans le quartier, ce garçon là cherchait peut être plutôt une fin un peu plus dramatique…

◈ Ainsi, vous êtes enseignant... C'est fascinant ! Je vous donnais à peine cinq ans de plus que moi. Mais je suppose que les études pour enseigner à l'université sont assez longues et pénibles... J'y suis présentement. Enfin, à l'université, pas pour devenir enseignant!Donc vous avez probablement visé juste pour l'âge.

Certes… Katsuo finit par s’assoir devant son compagnon, le dos droit, son attitude un peu stricte malgré lui toujours de sortie…

◈ J’ai une trentaine d’années.

C’était un double mensonge puisqu’il était mort à vingt-sept ans et qu’il en avait aujourd’hui plus de quatre cent… Mais c’était pas vraiment le genre d’information qu’on balançait pêle-mêle. Et s’il répond, quoi qu’en restant flou, c’est qu’on était beaucoup moins rien curieux quand on avait des éléments de réponses que lorsqu’on avait rien du tout. C’était l’expérience qui la lui avait enseignée celle-là…

Parce qu’il n’était pas idiot hein… Il avait bien déchiffré, dans ce regard souligné de khôl, la curiosité qui animait l’étudiant qui lui faisait face. Il y luisait également une certaine espièglerie et beaucoup trop de perspicacité pour qu’il s’amuse à essayer de le mener en bateau, ce qui n’était de toute façon déjà pas son genre à la base.

◈ Des études de quoi ? J’enseigne l’histoire et je dirige quelques conférences sur l’archéologie.

Voilà, au moins, il devait avoir répondu aux questions les plus pressantes non ? Et il obligeait plutôt le jeune homme à lui parler de lui qu’à s’intéresser à sa petite personne, ce qui n’était pas un si mauvais calcule n’est ce pas ?

Quant au fait qu’il ne ressemblait pas aux professeurs de ce garçon… Disons qu’il voulait bien le croire quoi ! A son avis, ils n’avaient pas le même bagage du tout hein !

◈ Je sais vivre avec mon époque.

Ou pas, à en croire Ryu de temps en temps. Disons qu’il essayait quoi ! Et c’était plus dur qu’on ne le supposait de s’acclimater, génération après génération.

◈ Au fait, je m'appelle Junya. Et comment dois-je vous appeler... ?

◈ Katsuo. Nakajima Katsuo.

Pourquoi mentir ? De toute façon, en ayant dévoilé le fait qu’il donnait des conférences, s’aurait été stupide.

◈ Je vous retiens, là ? Non parce que je sais que c'est fort impoli de ma part et que vous êtes peut-être en train de vous demander comment faire pour échapper à la petite pie que je suis ! Si c'est le cas, vous pouvez partir, je serai seulement un peu déçu, mais je promets de ne pas vous poursuivre avec ma bombe poivre et ma folie psychotique !

Flot de paroles et Katsuo reste une minute silencieux, le temps d’absorber un peu le tout, ayant malgré tout un petit sourire tranquille pour « Junya » qu’il avait salué d’un petit mouvement de tête poli. Un joli prénom pour un charmant jeune homme.

Katsuo vient chercher, dans sa veste, une carte de visite de son université sur laquelle, outre son nom et son e-mail –il n’y avait pas de numéro de téléphone non- se trouvait les heures de ses cours et conférences, au verso. C’était l’université qui les donnait hein… Lui il ne s’amusait pas à ça ! En tout cas, il la tend à Junya pour la lui donner et lui prouver tout en même temps qu’il n’avait pas essayé de la lui faire à l’envers quoi !

◈ Vous ne me retenez pas. Je n'ai rien de vraiment prévu ce soir. Mon fils doit m'attendre à la maison, c'est ma seule obligation ce soir.

Bon, l'histoire ne disait pas que "son fils" était probablement aujourd'hui plus âgé que Junya hein !

◈ Et qu’est ce que vous cherchiez dans le secteur, vous ? C’est dangereux à cette heure-ci. Et les frites sont peut être très bonnes, je doute qu’on fasse beaucoup de chemin pour elles.

Il n’était pas idiot non plus hein, merci bien… Puis notant l’habillement moderne mais probablement peu chaud, il ajoute :

◈ Vous allez attraper froid…

Et avec amusement :

◈ Ou bien vous cherchiez les embêtements juste pour remettre la patte sur votre badboy vengeur ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Sam 18 Fév - 4:15


KATSUO Souhaitons-vous un happy end alors.

Junya arques les sourcils, tout surpris de cette aisance déconcertante avec laquelle Katsuo s'exprime à propos d'un sujet souvent tabou. Mais surtout, de la rapidité avec laquelle il en vient à la conclusion que le badboy en question lui avait drôlement plût. C'était vraiment aussi facile que ça à comprendre ?! Junya a un rire franc tout en dégageant du bout des doigts de la main qui ne sert pas à piocher dans les frites une mèche qui lui tombe devant le regard. C'était tout de même amusant de voir à quel point de parfaits étrangers pouvaient parfois le percer à jour... Mais dans le fond, Jun n'était pas non plus assez bête pour croire qu'il était autre chose qu'un livre ouvert ! Lorsqu'on veut une information, on n'a généralement qu'à le guider vers le sujet désiré et le tour est joué ! De toute façon, il n'avait rien à cacher... n'est-ce pas ?

Puis, Junya songe soudainement au fait que la phrase devait avoir un tout autre sens... Soit juste une fin heureuse pour lui, vu les tuiles qui lui tombaient sur la tête ! C'est vrai qu'il s'attirait souvent des ennuis, mais ce n'était pas injustifié, non plus. Disons que ce n'était pas du tout la même chose que quelqu'un contre qui le destin s'acharnait. Lui les cherchait, ses problèmes ! Aussi ne se plaignait-il pas et acceptait-il d'être parfois dans de fâcheuses situations... Tant qu'il pouvait s'en sortir d'une manière ou d'une autre sans trop de dommages !

Avant de revenir piger une nouvelle frite, Junya explique donc sa soudaine hilarité, le tout avec un joli sourire.

JUNYA J'ai cru que vous me souhaitiez une fin heureuse avec mon preux chevalier en cuir et blue jeans ! Je vous trouvais drôlement vite en affaires, professeur !

Le journaliste en herbe a un petit clin d'oeil pour son interlocuteur avant de finalement s'attaquer à une nouvelle frite, non sans se désintéresser de l'homme. Celui-ci prend justement place sur l'une des chaises en plastiques de la terrasse du fastfood. Mais à voir son dos droit et sa posture stricte, on eût dit qu'il venait de prendre le siège du premier ministre du pays ! Amusant comme parfois, le look ne faisait absolument pas la personne... Et si Junya avait souvent été témoin de ce genre de drôleries, cette fois c'était différent. Parce que entre ce qu'il voyait et ce que l'enseignant était, c'était tout un autre monde !

KATSUO J’ai une trentaine d’années.

Lentement, Junya opine, sans demander plus de précisions, bien qu'il soit rongé par la curiosité ! Après tout, une trentaine d'années, c'est drôlement vague... Il pouvait avoir trente et un ans, ce qui serait encore logique d'après ce qu'il voyait, pour peu qu'on ait un brin d'imagination... Mais il pouvait aussi en avoir trente-neuf et là, c'était fort différent ! Néanmoins, une question lui est soudainement adressée et Junya semble retrouver tout son entrain. Il n'était peut-être pas le garçon le plus intelligent de sa classe, mais il était assidue dans ses études et aimait ce qu'il faisait.

Aussi, lorsque l'homme lui demande ce qu'il fait après lui avoir avoué que lui-même est professeur d'histoire et d'archéologie -intéressant !-, Jun répond avec entrain :

JUNYA J'étudie en journalisme, mais j'ai déjà commencé à écrire quelques articles que je vends à des magazines certes pas très connus... mais il y a un début à tout ! J'ai décidé que si je voulais avoir une belle carrière, je devais doubler les efforts avant même d'avoir obtenu mon diplôme.

Puis, après une affirmation à propos de sa modernité à laquelle Junya opine sans même hésiter, l'homme se présente. Nakajima Katsuo... Joli ! Le jeune homme s'incline légèrement, histoire de saluer avec une certaine politesse l'enseignant. Finalement, après un court moment de silence, une carte lui est tendue. Avec curiosité, Junya la saisit, puis la regarde un long moment, observant les informations qui s'y trouvaient. Il la tourne, histoire d'en lire l'endos, puis il en revient à Katsuo. C'était intéressant d'y voir toutes les heures des conférences... Il n'était absolument pas calé dans le domaine de prédilection du professeur, mais ça ne voulait pas dire pour autant qu'il ne pouvait pas s'y intéresser un minimum ! Le temps d'une soirée, quoi...

Le jeune homme songe même un moment à la possibilité d'aller à une de ces conférences, mais Katsuo reprend la parole, le distrayant de cette option un moment.

KATSUO Vous ne me retenez pas. Je n'ai rien de vraiment prévu ce soir. Mon fils doit m'attendre à la maison, c'est ma seule obligation ce soir.

Un petit « oh ! » surpris franchit le seuil des lèvres d'un Junya qui ne s'était vraiment pas attendu à ça. En fait... C'était un peu con, mais il avait peut-être rêvassé un petit peu ! Et qui ne le ferait pas devant un si joli enseignant ? Oui, aussi honteux que ça puisse paraître, le fait que cet homme soit enseignant jouait pour beaucoup. C'était le cliché du fantasme écolier, n'est-ce pas ? Bah, ce n'était pas important qu'il ait fort probablement une femme ! Pas pour son petit fantasme perso, quoi ! Ce n'est pas comme s'il avait songé à y mettre la main, loin de là ! De toute façon, l'homme change déjà de sujet, lui demandant ce que lui-même faisait dans ce secteur tout sauf rassurant à cette heure de la nuit. Junya a un petit clin d'oeil pour l'homme, amusé. Eh, il n'était pas aussi facilement effrayé, non !

KATSUO Vous allez attraper froid… Ou bien vous cherchiez les embêtements juste pour remettre la patte sur votre badboy vengeur ?

Nouvelle exclamation surprise, cette fois rapidement suivie d'un petit rire amusé alors que Junya lèe les yeux au ciel. Un sourire malicieux sur les lèvres, il déclare non sans oublier de rougir un minimum :

JUNYA Oh, Natsuki ? Il doit avoir à faire ailleurs... Il travaille dans un temple, à Nikkô. Étrange pour un badboy, j'en conviens ! Néanmoins, si me mettre dans des situations impossibles le faisait inévitablement arriver, nul doute que je n'hésiterais pas une seule seconde pour me jeter dans la gueule du loup ! Malheureusement, c'est une très mauvaise idée... !

Nouveau petit rire qu'il étouffe cette fois d'une main fine à la manucure impeccable, gracieuseté du salon de beauté dans lequel il travaille en tant que réceptionniste ! Un petit sourire mutin au visage, Junya fini par se relever, faisant quelques pas vers Katsuo pour venir s'asseoir sur une chaise près de lui.

JUNYA Mais, vous ne savez pas... Peut-être que j'habite dans le coin ! Non, sincèrement, je suis à la recherche de... la Bête du Xiang, qu'on m'a dit ! En fait, je ne savais pas qu'il avait un surnom, mais c'est un meurtrier. Vous en avez sûrement entendu parler... Il déchiquette le cou de ses victime. C'est un peu glauque... mais ça ferait un très bon article. Ça fait des jours que je cherche des informations, mais tout ce que j'ai eu, c'est ce surnom. Enfin... et aussi, en prime, une histoire d'un vieux monsieur un peu toqué qui prétend que c'est un loup-garou ! Quelle histoire, oui... !

Junya pousse un long soupir avant de revenir piocher une frite qu'il mâche pensivement. Et une fois avalée, il reprend la parole, imperturbable.

JUNYA Ne répétez pas tout ce que Tsuki m'a dit. Je sais que c'est dangereux... Mais qui ne tente rien n'a rien ! Et puis, je ne m'aventure pas non plus dans les plus sombres quartiers. Si je le dois, je n'aurai qu'à demandé à un ami de m'accompagner !

Puis, changeant de sujet et de fait, étant un peu plus souriant, Junya demande :

JUNYA Quel âge a votre fils ? J'aime beaucoup les enfants... ! Adolescent, j'ai souvent joué au babysitter pour mes oncles et mes tantes. On n'y croit pas facilement et pourtant, les enfants en ont beaucoup à nous apprendre...

Parlant d'apprentissage, Jun a un nouveau regard pour la petite carte qu'il tient toujours dans sa main, entre sa paume et le petit contenant de frites. Il la prend, l'observe, puis la range soigneusement dans un des petits compartiments de son sac.

JUNYA J'aimerais bien aller à une de vos conférences. Elles sont ouvertes à tous ou il faut être un professionnel ou un de vos élèves pour y aller ?

Après tout... il y aurait peut-être matière à en faire un petit article sans prétention ??


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 432
Allégeance : Conseil
Messages : 26
Pseudo : Pandaa
Avatar : Reita [The GazettE]
MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Jeu 23 Fév - 13:23



◈ J'ai cru que vous me souhaitiez une fin heureuse avec mon preux chevalier en cuir et blue jeans ! Je vous trouvais drôlement vite en affaires, professeur !

Katsuo reste un peu perplexe une seconde… Effectivement, ce n’était pas du tout ce à quoi il avait pensé… Et de manière générale, il ne se serait pas forcément permit de penser aux choses sous cet angle bien que la féminité qui se dégageait de Junya aurait amené facilement à ce genre de pensés clichés…

◈ J'étudie en journalisme, mais j'ai déjà commencé à écrire quelques articles que je vends à des magazines certes pas très connus... mais il y a un début à tout ! J'ai décidé que si je voulais avoir une belle carrière, je devais doubler les efforts avant même d'avoir obtenu mon diplôme.

Ha oui… Ceci expliquait probablement cela. Peut être même que si on avait demandé à Katsuo de deviner, il aurait trouvé le domaine d’étude de ce garçon. Enfin… En toute honnêteté non, probablement pas. C’était une simple façon subtile de signaler qu’à présent que cette information lui avait été dévoilée, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure.

Ca expliquait aussi sans doute pourquoi Junya était ici à une heure pareille. Les journalistes avaient vraisemblablement un instant de survie beaucoup moins développé que celui des autres êtres humains. Et pourtant, Dieu seul sait que ces derniers n’étaient pas les plus fournis en la matière ! En tout cas, Jun suivait les traces de ses prédécesseurs, fonçant vraisemblablement tête baissée pour dénicher le scoop qui lui permettrait d’avoir la première page plutôt que la rubrique du cœur ou un minuscule encart en page huit…

En tout cas, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il était motivé. C’était une attitude que Katsuo jugeait positive et qu’il avait lui-même tendance à encouragé. De fait, il a un petit signe de tête en direction de l’étudiant pour approuver sa vision des choses même si ça ne concernait que la forme. Parce que le fond…

Le jeune homme continu d’être volubile, expressif devant ce qu’il lui raconte… Il récupère sa carte professionnelle, semblant s’y intéresser sérieusement…

◈ Oh, Natsuki ? Il doit avoir à faire ailleurs... Il travaille dans un temple, à Nikkô. Étrange pour un badboy, j'en conviens ! Néanmoins, si…

La suite se perd un peu pour être honnête. Pas que le prénom de l’homme l’ait spécialement interpellé au départ… Mais « il travail dans un temple, à Nikkô », ça c’était déjà plus le genre d’information sur laquelle il butait. Et comme de fait, Katsuo repasse dans sa tête les quelques membres de l’Ordre qu’il connait. Avec en tête de file… Hé bien oui… Un Natsuki qui pouvait allègrement correspondre à la description qu’en faisait Junya. Et ce n’était pas réellement le grand amour entre eux…

Le jeune homme se lève… Mais seulement pour venir se rassoir de manière à être un peu plus proche de lui et Katsuo rebranche un peu avec la réalité et le moment présent. Junya se met alors à parler de son prochain article et Katsuo se ferme plus ou moins. La Bête du Xiang. Ce gamin allait finir les viscères à l’air dans une ruelle sombre à ce rythme. Il n’avait vraiment aucune idée de ce après quoi il courrait, ce qui rendait sa « chasse au scoop » plus dangereuse encore qu’il ne le supposait. Déjà qu’il n’aurait probablement jamais pu se défendre en connaissant la vérité… Alors là…

Junya lui assure ensuite, en quelque sorte, qu’il n’a pas besoin d’être mit au parfum niveau dangerosité de ses actions. « Tsuki » lui avait déjà fait la morale. Et vu comme il connaissait le chasseur, Katsuo pouvait relativement imaginer le genre de discours.

◈ Quel âge a votre fils ? J'aime beaucoup les enfants... ! Adolescent, j'ai souvent joué au baby-sitter pour mes oncles et mes tantes. On n'y croit pas facilement et pourtant, les enfants en ont beaucoup à nous apprendre...

« La trentaine » aurait à nouveau été une réponse correcte. Mais bon, là du coup, elle devenait un peu impossible. Alors il pouvait simplement répondre « une dizaine », ce qui finalement n’était pas réellement un mensonge. Néanmoins, une autre question fuse :

◈ J'aimerais bien aller à une de vos conférences. Elles sont ouvertes à tous ou il faut être un professionnel ou un de vos élèves pour y aller ?

Katsuo a un sourire et, prenant le temps de répondre à cette dernière question pour réfléchir à la première, il assure :

◈ Les conférences sont ouvertes au public. Pas les cours. Il faut simplement savoir se surveiller pour ne pas déranger les autres. Et s’il est bienvenu de poser des questions, il faut éviter de demander des évidences pour qui maîtrise le sujet, pour ne pas retarder la conférence en lui donnant des airs de cours élémentaire. C’est frustrant pour le maître de conférences mais aussi pour ceux qui y assistent. Mieux vaut éventuellement attendre la fin si ce n’est pas urgent.

Ceci étant dit, Katsuo s’apprête à ajouter quelque chose, dans le but avoué de répondre à Jun au sujet de Ryu, sans pour autant lui dire la vérité… Mais son regard se pose sur un homme qui vient dans leur direction, blouson en cuir sur le dos, basket aux pieds, jean troué, cheveux long et frisotant…

◈ Le monde est petit…

Natsuki himself qui, le nez penché sur son portable ne semble même pas les avoir encore vu. Ceci dit, il finit par relever la tête alors qu’il paraissait se diriger droit sur l’entrée du McDo et ça aurait put être assez comique de savoir lire dans les pensées à cet instant précis.

Le regard du membre de l’Ordre passe de Junya à lui… Puis de lui à Junya… Avant de revenir sur lui, sourcils froncés. Qu’imaginait-il à cet instant précis ? Sûrement pas que Katsuo comptait en faire son repas vu la situation. Pensait-il que Junya « savait » ?

Il y a encore un bref moment d’attente avant que Katsuo n’ouvre finalement la bouche :

◈ Bonsoir Moriyama-san, nous parlions justement de vous, je crois.

C’était évident à voir Junya… Mais Natsuki ne fait que gronder, ne desserrant même pas la mâchoire, lui envoyant un regard un brin sauvage avant d’en envoyer un plus ou moins indéchiffrable en direction de Junya… Et poursuivant son chemin, il entre directement dans le fast-food, continuant de grommeler.

S’il s’était attendu à ça ! Katsuo tourne la tête vers Junya puis finalement il se lève, repoussant sa chaise pour qu’elle glisse correctement sous la table d’extérieur.

◈ Je pense que je devrais rentrer.

Son regard va rapidement à Natsuki qui est vraisemblablement en train de passer lui-même commande… Puis revient à Junya avant d’admettre ce que le jeune homme devait déjà avoir très bien comprit !

◈ Nous nous connaissons. Je n’étais juste pas très sûr en vous écoutant.

Et autre réalité :

◈ Nous sommes un peu en froid, lui et moi. Vous devriez y aller.

Sur ce, Katsuo s’incline poliment en direction de Junya, prêt à tourner les talons. Franchement, ce petit journaleux aimait les défis hein… Moriyama Natsuki… Non mais quelle idée !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Sam 25 Fév - 6:20


Jambes croisées, regard ancré sur son interlocuteur, Junya écoute attentivement le professeur Nakajima lui dire de... se taire pendant sa conférence. Certes, c'est dit en des termes beaucoup plus recherchés et moins directs, mais c'est tout de même dit et ça soutire une petite grimace à un Junya qui certes, est bonne pâte, mais n'aime pas trop se faire demander le silence. Il est sur le point de répondre à l'homme qu'il n'est pas de ce genre là, bien que fatalement, journaliste oblige, il aurait pu en effet avoir mille et unes questions pendant la conférence et n'aurait pas été gêné de les poser. Néanmoins, maintenant qu'il était mis au courant, il n'aurait qu'à attraper Katsuo au détour d'un couloir pour l'interroger jusqu'à ce que mort cérébrale s'en suive ! Ainsi, il n'allait pas « déranger » ceux qui assistaient à la conférence en tant que professionnels. Bon deal, n'est-ce pas ?

Probablement, mais il ne saura jamais si Nakajima-san était prêt à répondre à ses question après coup, parce que l'homme a une bien drôle de réflexion.

KATSUO Le monde est petit…

Junya relève le nez, surpris, tout en répondant avec entrains :

JUNYA Ah... Celui que vous cherch...

Mais, il ne fini pas sa phrase, car alors qu'il tourne la tête, le regard du journaliste en herbe tombe sur... Natsuki ! Sérieusement ? Oui, le monde était effectivement petit ! Et il l'était d'autant plus que visiblement, peu importe de quelle façon c'était possible, Katsuo connaissait lui aussi Natsuki ! Sinon, il n'aurait assurément pas eu cette réflexion ! Mais, déjà, Junya n'a d'yeux que pour son beau badboy. Sans vraiment s'en apercevoir, il replace une mèche de cheveux ici, efface le pli de son jeans déjà bien léché contre sa peau là, redresser un peu le menton et se pose le dos plus droit... Pas question d'apparaître n'importe comment devant son prince charmant en cuir et blue jean, c'est clair ! De fait, alors que Natsuki relève finalement les yeux vers yeux, Jun lui offre un charmant sourire en battant de façon toute sophistiquée des cils.

Natsuki passe près d'eux... Katsuo le salut de son nom de famille... et voilà que le beau badboy entre dans le McDonalds dans un petit grognement. Jun arque les sourcils... mais ne se départit pas de son beau sourire, amusé ! D'ailleurs, il assure sur le ton du compliment :

JUNYA Mais quel caractère de cochon !

Tellement ! Natsuki était vraiment un cas à part entière... et Jun espérait avoir assez d'une vie pour apprendre à l'apprivoiser, ce pour quoi même présentement il avait bon espoir ! Katsuo se lève néanmoins et Junya en fait autant, en revenant à l'enseignant, tout sourire. En tout cas, Natsuki n'avait pas été très poli et du coup, il se sentait un peu obligé de rattraper le coup, ce qu'il n'est pas intimidé de faire !

KATSUO Je pense que je devrais rentrer. Nous nous connaissons. Je n’étais juste pas très sûr en vous écoutant.

Jun rigole doucement. Quelle coïncidence, tout de même ! Tout le ramenait à Natsuki ces derniers temps et le jeune homme était bien prêt à y voir un signe du destin s'il le fallait ! Cependant, à la suite, il comprend un peu mieux pourquoi Natsu avait agit de la sorte, soit de façon aussi peu polie.

KATSUO Nous sommes un peu en froid, lui et moi. Vous devriez y aller.
JUNYA Ah...

L'étudiant a un petit regard consterné pour la jolie silhouette qui attend -probablement impatiemment- qu'on lui donne sa commande. Il ne voyait vraiment pas Natsuki pardonner facilement et de fait, s'ils étaient « un peu » en froid, ça risquait de durer longtemps, non ? Surtout aux vues de la façon dont le bel homme avait levé le nez sur le professeur. Finalement, dans un petit soupir, Jun en revient à Katsuo, s'inclinant poliment devant lui, un nouveau sourire aux lèvres.

JUNYA Je vois ! Je n'aimerais clairement pas être en froid avec Natsu, moi... Il sait se faire polaire, visiblement ! Quoi qu'il en soit, portez-vous bien, Nakajima-sensei. J'irai à une de vos conférences et promis, si vous m'accordez un petit entrevue, je serai muet comme une carpe pendant la présentation !

Il a une nouvelle petite courbette devant l'homme avant de finalement s'éloigner rapidement vers l'entrée du McDo, laissant tomber son emballage de frites vide dans une poubelle près de la porte avant de s'y engouffrer. Le jeune homme se tourne une dernière fois vers Katsuo pour lui faire un petit geste de la main avant de se diriger vers le comptoir, assuré malgré tout. Natsuki allait probablement lui faire sa petite crise de bouderie avant de s'en remettre, un truc dans le genre. En tout cas, s'il avait bien cerné le personnage ! Mais, il est vrai qu'il ne savait pas du tout de quelle nature était ses différends avec Katsuo. Le problème était peut-être pire qu'il ne le pensait... Mais dans le fond, ça ne le concernait encore que peu ! Natsuki n'était pas -encore- son homme !

Jun se glisse près de la jolie et courte silhouette, une de ses mains se posant comme une fleur sur l'épaule de Natsuki alors qu'il se penche très légèrement pour... déposer un baiser sur sa joue légèrement rugueuse de barbe !

JUNYA Bonsoir, toi... Visiblement, j'ai un très bon karma ces derniers temps pour que le destin te mette constamment sur ma route. Où as-tu laissé la jolie Feiran ?

Junya s'appuie contre le comptoir sans quitter Natsuki d'une semelle, se mettant légèrement à son avantage sans trop en faire pour autant, histoire de ne pas avoir l'air d'un prostitué, quoi !! Il avait souvent vu des jeunes hommes un peu comme lui qui en avait fort à montrer et qui, justement, montrait tout d'un coup... C'était horriblement agaçant et, surtout, très vulgaire ! C'était d'ailleurs généralement plus la gente féminine qu'on méprisait pour ce genre de comportement... Mais Junya aurait pu y être sujet ! Peu importait pour le moment. Il se comportait encore assez décemment pour qu'on ne leur lance pas trop de regards en coin. De toute façon, la place était pour ainsi dire vide.

Restait à savoir si les problèmes de Natsuki avec Katsuo étaient assez grave pour qu'il lui fasse vraiment la gueule...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Sam 3 Mar - 13:03



Natsuki n’en revenait pas. Pour être honnête, sa soirée avait déjà été une « sale soirée » à la base. Alors il se serait volontiers passé d’un évènement du genre. De quoi il parlait ? Simple… Mais du coup, mieux vaut sans doute remonter un peu en arrière pour savoir à quel point sa journée avait été pourrit. D’ailleurs, ça avait même commencé au levé. Franchement, aujourd’hui avait été un de ces jours où, une fois terminé, on se dit qu’on n’aurait décidément pas dû se lever…

Feiran avait petite mine ces derniers jours. Enfin, c’est ce qu’il semblait à Natsuki pour le coup. Elle se traînait un peu, rechignait à entrer dans la mêlée et aboyait plus qu’elle ne sautait sur ses adversaires. En fait, elle semblait bien décider à se préserver coûte que coûte et Natsuki craignait qu’elle n’ait gardé un traumatisme de sa dernière blessure peut être. Non, il ne se serait débarrassé de Feiran pour rien au monde. Pas même si elle était devenue d’une couardise sans limite. Mais il était inquiet, fatalement.

Du coup, ce matin, ça avait été « vétérinaire » en premier lieu. De fait, imaginez la tête de Natsuki quand ce dernier lui avait apprit que Fei’, sa brave chienne… Allait avoir des petits… Ben… En tout cas, au moins un ! Natsuki avait un peu regardé le véto comme s’il lui avait annoncé que les petits hommes vert étaient sur le point de débarquer mais bon… L’un dans l’autre, ce type connaissait son taff hein. Du coup ben… Voilà, rien à ajouter. Feiran allait être « maman ». Pas question de l’emmener avec lui en ballade ces prochains temps donc. Non seulement la chienne se refuserait instinctivement à se mettre en danger mais en plus lui-même devait reconnaître qu’il ne saurait pas quoi faire et qu’il se sentirait coupable si pour lui sauver la vie tout de même, Feiran sacrifiait son petit à naître.

Ensuite, il avait dût se taper un aller et retour à Nikkô pour aller chercher quelques jeunes mous du genou qui devaient venir renforcer leur groupuscule dans la capitale. Et y avait pas pire pour Natsuki que de jouer au grand chef scout avec une bande de moutards endoctrinés. D’accord, d’accord, ils étaient dans le même rang et avaient un idéal plus ou moins commun au départ. N’empêche que lui il n’était pas un gamin tout juste formé et qui n’avait qu’une envie : se faire bien voir de la hiérarchie. Et ces gamins lui ciraient les pompes à lui aussi hein… Pathétique d’après lui.

D’habitude, c’était pas lui qui se chargeait de ce genre de réception de bébés. Mais là, concours de circonstances oblige, il avait fallu. La poisse. Donc entre cet aller et retour, l’installation dans le temple, les indications de premier ordre, les consignes des lieux et les réponses aux questions, sa journée avait filé en un éclair.

Pour ne rien arranger, Natsuki avait passé la journée à se faire agresser par les meubles… La poignée de porte qui lui sautait sur le coude, le coin de table basse qui s’écrasait contre ses orteils, une porte de placard qui prenait son crâne d’assaut au le meuble de l’entrée qui se jetait sur son genou… Journée de merde, ouais.

De fait, rien d’étonnant à ce que la soirée ait suivit de la même façon. Ca avait commencé avec un informateur qui avait joué à cache cache, puis avec un jeunot chez les vampires qui l’avait prit pour une victime et qu’il avait fallu calmer à grand coup de tatane et finalement, de couteau dans le cœur… Du coup, maman vampire –hé ouais, une gonzesse- était arrivée sur ces entrefaites et si Natsuki n’aimait pas cogner sur les dames, il savait se raviser quand la dame en question avait une droite plus dangereuse que celle de Mike Tyson himself.

Que l’Ordre ne s’énerve pas parce qu’il avait dût tuer ces deux là sinon il allait leur péter un câble aussi sec… Si le fils avait été un véritable avorton absolument pas prêt à se battre contre un membre de l’ordre, cette conne qui lui servait de mère était salement plus coriace… Elle lui avait laissé de longues traces de griffures dans le cou et sur ses mains et nul doute que bien des ecchymoses devaient avoir apparues sur son corps depuis la bagarre. Il avait mal partout, était fourbu… Mais entier au moins. Et même si ses côtes étaient un peu douloureuses, elles ne semblaient pas cassées ni même fêlées.

En gros, il avait bien mérité de se poser tranquille pour le reste de sa soirée. C’est pour ça qu’il s’était dirigé vers le McDo le plus proche histoire de se poser en se remplissant la panse avant de prendre le chemin de chez lui. Il n’était pas pressé parce que bon, fallait pas oublier les quatre ou cinq bambins qui avaient débarqué et qui voudraient sûrement se taper la discute à propos de leur premier jour. Donc soit il se prenait le temps de décompresser avant d’y avoir droit, soit il leur répondait d’une manière qui aurait fait rougir de gêne Satan lui-même…

Il envoyait un texto quand même à l’Ordre pour prévenir de la disparition des deux vampires lorsque se sentant épié, il avait relevé la tête. Et comme quoi le monde était vraiment petit, il y avait à une table extérieure deux tête qu’il connaissait. Mais pas du tout dans les mêmes circonstances…

Junya d’abord, le gamin qui avait faillit se faire violer au Yoyogi, toujours aussi bien mit en valeur par des fringues qui soulignaient ses airs féminins… Il semblait frais, parfumé, savamment maquillé, radieux même…

Et puis ce bâtard de Nakajima qui siégeait au conseil de Tôkyô. Le Grand Conseil vampirique en fait. Nakajima était de ceux qui voyaient d’un mauvais œil la présence de l’Ordre si près de leurs affaires et il l’avait déjà fait savoir à de nombreuses reprises. Résultat, Katsuo et lui s’étaient déjà prit le chou à plusieurs reprises. Ils se connaissaient bien. Natsuki avait même connu la « naissance » de son fils. Bref…

Qu’est ce qu’ils foutaient ensemble ces deux là ? En plus, une seconde à peine plus tôt, Junya avait l’air d’être en train de ronronner après lui, assit si près du vampire que s’en était quasi indécent. Ouais, avec Natsuki, l’indécence avait cours quand ça lui faisait…

Junya draguait tout ce qui bougeait ? Ca avait pas tellement l’air… Mais sa fierté était piquée quand même. Est-ce qu’il savait à qui il parlait ? Ils avaient l’air de se connaître à être si proche non… ? Junya savait pour les vampires ? Est-ce qu’il la lui avait faite à l’envers la dernière fois ?

◈ Bonsoir Moriyama-san, nous parlions justement de vous, je crois.

Natsuki, qui avait remit ses mains dans ses poches ne se donne même pas la peine de sortir le superbe doigt d’honneur qu’il lui aurait pourtant bien réservé. Putain de journée de merde qui n’était toujours pas finit. Même quand il voulait bouffer tranquillement, le sort continuait de s’acharner. Il avait un putain de karma, c’est ça ?

En tout cas, Natsuki ne reste pas bavarder avec ce « couple » de joyeux drilles. Il n’allait pas « sauver » Jun une seconde fois, surtout que ce dernier semblait très bien savoir ce qu’il faisait… Du coup, il entre plutôt directement dans le McDo. Le but ? Commander et bouffer si c’était possible. Mais il a à peine le temps de passer commande au comptoir désert que la courte mais désirable silhouette de Junya vient se poser à sa hauteur. Une main finement manucurée se pose sur son épaule et y jetant un coup d’œil rapide, Natsuki a un grognement. Rien qu’à voir les ongles court mais sur ces doigts presque féminins, il avait l’impression que les griffures dans son cou et sur ses mains le brûlaient un peu plus fort. Au secours, il lui fallait une bonne douche aussi !

Un baiser est déposé sur sa joue et si Natsuki ne se dégage pas un peu plus violemment c’est que la nana qui a prit sa commande revient avec une partie de celle-ci qu’elle commence à déposer sur son plateau. Et comme elle les regarde avec une vague surprise, il s’énerve un peu :

◈ Quoi ? T’as un problème ? Tu te souviens plus de ma commande ?

La femme rougit, n’osant même pas bafouiller avant d’aller chercher le reste de sa commande pendant que Natsuki jette un regard plutôt noir à Junya qui, ainsi posé contre le comptoir semblait vraiment vouloir se faire appel au crime vivant.

◈ Bonsoir, toi... Visiblement, j'ai un très bon karma ces derniers temps pour que le destin te mette constamment sur ma route. Où as-tu laissé la jolie Feiran ?

Grognement très Natsuki-esque alors qu’il constate :

◈ Et moi j’ai un karma de merde.

Justement ce qu’il se disait un peu plus tôt. Et laissant le sujet de Feiran sur le côté parce qu’il était trop grognon pour parler de sa chienne pour le moment, il ajoute sur un ton des plus sarcastique :

◈ Pourquoi tu ne vas pas continuer de compter fleurette à Nakajima ?

Sa commande lui est donnée et Natsuki –qui avait déjà payé- saisit son plateau pour aller jusqu’à une table vide, en retrait au fond du restaurant histoire d’éviter les oreilles indiscrètes. Junya reste sur ses talons évidemment et l’homme se laisse tomber sur une chaise, venant défaire le papier de sa paille pour planter cette dernière dans son gobelet de coca. Natsuki en avale une longue gorgée avant de se défaire de son blouson en cuir, remontant un peu les manches de son pull miteux sur ses avant bras avant de commencer à défaire les emballages et saler ses frites.

◈ C’est bien, tu m’as bien mené en bateau en fait.

Franchement, il l’avait super mauvaise.

◈ Tu es au courant alors. Tu cherchais pas vraiment la Bête du Xiang en vrai. Enfin si peut être, mais pas pour un article quoi. Tu es quoi ? Un chasseur façon Mata Hari ?

Certes, il en disait peut être beaucoup de l’avis de quelqu’un qui sait… Mais du point de vue d’une personne qui ignore, ce qu’il disait ne signifiait pas grand-chose finalement…

◈ Nakajima a un fils, c’est pas la peine d’espérer.

Lui il parlait de se faire vampiriser, évidemment. En même temps, il comprenait que Junya veuille graver dans le marbre sa beauté et sa jeunesse mais… Putain quoi, il était vénère… Et jaloux un peu quand même ! Beaucoup… ! Puis jetant un regard à Junya en face de lui, il se fait un peu brusque alors qu’il demande :

◈ Hé bien ? Tu vas rester là à me regarder bouffer ?

Son regard va jusqu’à la baie vitrée par laquelle il ne voit plus Katsuo…

◈ Ton prince charmant s’est barré sans toi ? Ou alors tu travails juste pour lui histoire de tirer un truc de moi ? Non mais quel trouduc ce défiguré de mes deux…



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Sam 3 Mar - 16:27


Okay... finalement son propre karma n'était peut-être pas si bon. Parce que tout idéaliste que soit Junya, il n'allait pas non plus prétendre que Natsuki semblait frais comme un gardon. En fait, il semblait plutôt démonté et puisqu'on parlait bien de Natsu, il n'était pas trop étonnant qu'il le manifeste en étant on ne peut plus bougon. Ainsi donc, l'homme semblait lui en vouloir énormément et Jun se demande un moment si sa prise de bec avec Katsuo n'est pas un peu futile... et que l'homme l'utilise plutôt pour avoir une raison plus ou moins décente de gronder un peu. Enfin, c'est ce qu'il pense tout d'abord. De fait, Junya pousse un petit soupir, sans pour autant commenter. Juste... un peu halluciné, quoi ! Mais dans le fond, il en faudrait plus que ça pour que Natsuki l'ennuie.

En tout cas, l'homme est vraiment de mauvaise humeur... Rien qu'à la manière dont il envoie promener la caissière du McDo, Junya le comprend très bien ! Il offre un petit sourire désolé à la jeune femme qui, visiblement, semble un peu chamboulée, mais ne s'excuse pas... Il l'aurait fait pour Natsuki, mais pas envers quelqu'un qui les dévisage parce qu'il avait osé s'approcher d'un peu trop près du beau gardien de temple ! Junya s'assumait et était pour la liberté à ce niveau-là, c'est clair... De fait, il se contente ensuite de suivre un Natsuki qui... continue de gronder après s'être plaint de son propre karma.

NATSUKI Pourquoi tu ne vas pas continuer de compter fleurette à Nakajima ?

Hein... ? Jun suit Natsu jusqu'à la table choisie à l'écart du reste du McDo. Il hésite... puis finalement s'installe sur la chaise juste à côté du bel homme, son regard posé sur le plateau de celui-ci avant d'en revenir au beau visage crispé. Il retire sa veste en cuir, Jun la prenant automatiquement pour venir la glisser contre le dossier de sa propre chaise. Oui, il était le genre parfaite petite ménagère et n'en avait même pas conscience... Tout pour facilité la vie de son homme ! Bien sûr, celui-là ne l'était pas... encore ! Oui, Junya était du genre optimiste la majorité du temps, ce qui n'était pas plus mal en voyant le nuage noir empli d'électricité qui était posé près de lui, hein.

Natsuki commence à préparer sa nourriture... et raconte encore des trucs qui dépassent complètement un Jun qui va finir par s'irriter à la fin !

NATSUKI C’est bien, tu m’as bien mené en bateau en fait.
JUNYA Mais, tu te fais vraiment des scénarios chinois, toi ! Je...

Pas le temps de continuer, Jun est interrompu et ça le fait légèrement gronder alors que doucement, la pression monte. Certes, elle n'allait assurément pas monter très haut, mais il n'allait pas se laisser ridiculiser de la sorte ! Visiblement, Natsuki était convaincu qu'il draguait le premier venu et ça, c'était inacceptable ! Il était un jeune homme respectable, bon sang !

NATSUKI Tu es au courant alors. Tu cherchais pas vraiment la Bête du Xiang en vrai. Enfin si peut être, mais pas pour un article quoi. Tu es quoi ? Un chasseur façon Mata Hari ?

Cette fois, Junya est... perplexe. Il ne comprenait pas du tout pourquoi Natsuki lui parlait de chasse, mais sincèrement, il était déçu... et ça devait paraître un minimum. Il avait l'air d'être le genre de mec à aller chasser ? Natsuki n'avait vraiment pas su voir qui il était, c'était déplorable... Et puis, qu'est-ce que ça avait à voir dans l'histoire, sincèrement ? De toute façon, l'homme continue sur sa lancée comme un peu plus tôt, prétendant qu'il faisait du pied à Katsuo Nakajima et pire, que l'autre homme l'utilisait pour.. avoir des renseignements sur Natsuki ?!

JUNYA Tu es en plein délire paranoïaque... Et oui, je vais rester là pour te regarder bouffer.

Et c'était dit sur le ton de l'homme qui sait, pas sur celui de l'insulte. C'était clair que Natsu était en train de paranoïer... Jun ne croyait juste pas qu'il était ce type d'homme. Comme quoi... ! Le jeune homme prend une profonde inspiration. Son regard va à nouveau jusqu'au plateau et... et un petit cri jaillit d'entre ses lèvres, cri qu'il étouffe d'une main ! Vif comme l'éclair, Junya fouille déjà dans son sac pour en sortir... une petite trousse de premier soin. Très petite, en fait et qui ne ressemblait pas à ça puisqu'il avait mis le nécessaire dans une trousse à maquillage en tissu. Eh... c'est pas parce que c'est un truc utile que ça doit être laid, quoi !

La raison de son soudain empressement, c'est que sur les bras de Natsuki, il y a des griffures de fou... Et pas d'animaux, aurait-on dit, ce qui arrache un petit frisson désagréable à l'étudiant. Il pose la trousse à maquillage sur la table, puis sort une lingette de gaze qu'il retire rapidement de son emballage.

JUNYA Bon sang, Natsu... Qu'est-ce qui s'est passé ?? On dirait qu'un fou t'as sauté dessus pour te refaire le portrait ! Arrête de gigoter !

Et cette fois, le ton est impératif ! Il allait soigner l'homme, quoi qu'il en coûte ! De fait, avec douceur même si forcément, ça n'allait pas faire de bien, il commence à passer la lingette sur les plaies, histoire de bien désinfecter.

JUNYA Et je suppose que te dire d'aller à l'hôpital sera vains... Du coup, j'ai chez moi de quoi faire des bandages. Et arrête de bouger!

Junya relâche un moment la lingette, levant une main pour la glisser doucement sur la ligne de la mâchoire de Natsu. Il aperçoit de fait les griffures dans le cou de l'homme et un petit gémissement troublé et inquiet le prend. Qu'est-ce qui s'était passé, pour l'amour de Bouddha ? Il fallait néanmoins régler un autre problème. Et de fait, Jun s'étire un peu le cou pour... déposer doucement ses lèvres contre celles du gardien. Caressant doucement celles de l'homme d'un mouvement léger et à peine appuyé, il murmure tout à la fois :

JUNYA Tu es vraiment trop bête à propos de Nakajima...

Il s'éloigne juste assez pour revenir nettoyer les sales blessures, poussant un petit soupir dépassé. Vraiment... quelle soirée, soudainement. Il allait finir par croire que c'était Natsuki qui lui amenait les dangers et les émotions fortes, pas le contraire !

JUNYA Je ne draguais pas Nakajima. Je l'ai rencontré à l'instant et on a juste commencé à parler. Et je sais qu'il a un gamin. Mais si tu en avais un, Natsuki, ça ne m'empêcherait pas de te charmer, alors ne prétend pas de mes réactions. D'ailleurs, tu m'as très mal cerné si tu penses que je suis un chasseur ! Quelle idée absurde ! Je ne serais pas capable de faire mal à un rat alors imagine un faisan ou un cerf ! Non vraiment, c'est la meilleure qu'on m'a servie ! Qu'est-ce qui t'a fait croire ça ? Nakajima était un partenaire de chasse ?

Avant qu'ils se prennent le chou, quoi...

JUNYA De plus, tu flippes pour rien. Enfin, presque pour rien parce que dans le fond, la petite crise de jalousie me plaît fort bien. C'est sexy. Je n'ai pas pu m'empêcher de te lancer des fleurs alors que tu es un peu venu sur le sujet. Si j'avais voulu draguer Nakajima, je ne lui aurais pas vanté un autre homme, qu'est-ce que tu crois ?

Puis, levant une main, le jeune homme... donne une petite claque à l'arrière du crâne de Natsu !

JUNYA Et ça, c'est pour croire que je saute sur tout ce qui bouge ! Non, mais quelle idée... Idiot !

Parce qu'il avait sa petite fierté, hein... Et là, elle avait été un petit peu bafouée. Pas question de laisser l'homme lui faire ce genre de plan sans le réprimander ! Des histoires pour qu'il s'y remette, ça...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Ven 9 Mar - 12:09




Natsuki avait tiqué un peu lorsque Jun avait récupéré sa veste qui de fait, plutôt que de finir en vrac derrière et sous ses fesses termine soigneusement posé contre le dossier d’une chaise. Enfin peu importe… Là il avait la dalle et il était contrarié. Et encore, dire qu’il était contrarié était sans aucun doute encore en dessous de la vérité pour le coup. En plus, cette vieille sorcière juste avant qu’il n’arrive ici ne l’avait pas du tout aidé à se détendre et l’adrénaline qui lui courrait encore dans les veines l’empêchait de ne serait-ce qu’envisager sérieusement de se calmer.

Jun lui parle de scénario chinois mais Natsuki ne l’écoute pas, continuant de se plaindre, de gronder, de se répandre en gestes saccadés et un peu brusque. Il n’avait jamais été un modèle de douceur quoi qu’il sache en user quand les circonstances l’exigeaient.

En tout cas, Jun semblait passer d’un état à un autre d’un claquement de doigts au fur et à mesure de ses paroles. Est-ce qu’il feignait ? Il n’en avait pas l’air mais pour être honnête, Natsuki n’aurait pas su dire. C’est qu’il savait être sacrément buté et bon sang ! Voilà qu’il trouvait Junya avec un vampire ! Et pas n’importe lequel quoi ! C’était sans parler de l’endroit hein… Arakawa… Le genre d’endroit où Jun n’aurait jamais dût se trouver, peu importe l’heure. D’ailleurs en fait, Nakajima lui-même n’aurait pas dût être là. Qu’est ce qu’il pouvait bien faire dans le coin lui aussi ?

◈ Tu es en plein délire paranoïaque... Et oui, je vais rester là pour te regarder bouffer.

Natsuki a un énième grognement, comme si ça avait valu mille mot avant d’ouvrir une sauce pomme frite qu’il répand sur le dessus de sa boîte de sandwich avant de venir y plonger généreusement ses frites, les engloutissant ensuite bien rapidement ! Dieu, c’était chaud tout comme il en avait besoin et c’était bon. Merde à tous les biens pensant qui faisaient des morales de six pieds de long à qui aimait manger au McDo hein… Avec la vie qu’il avait, de toute façon, les chances pour que ce soit ce qui le tue étaient néantiques.

En tout cas, Junya semblait être aussi buté que lui pour le coup parce qu’effectivement, il paraissait tout disposé à faire le pied de grue là. Enfin… Il était pas debout mais tout ça pour dire qu’il allait prendre racine à sa table, vraisemblablement.

Est-ce qu’il jouait de paranoïa aussi ? Pas impossible… Mais ne dit-on pas qu’il vaut mieux prévenir que guérir ? Et la probabilité que Junya soit la Mata Hari de Katsuo était réelle de son point de vue… Un peu capilotracté peut être… Mais réelle. Et c’était bien dommage hein ! Lui qui pensait avoir eu une jolie chance en tombant sur ce joli minois ! Mais il aurait dût se souvenir que tout ce qui brille n’est pas toujours de l’or…

Pourtant… A regarder Junya, il avait vraiment l’air de ne pas suivre du tout ce qu’il disait. Ca fait quand même douter Natsuki qui quoi que très borné n’était pas non plus parfaitement aveugle. Mais fallait pas croire… Des très bons acteurs, il en avait vu des tas malgré tout. Mais que du coup, pendant un bref instant, il réalise que si ça se trouve, Junya n’est même plus humain.

◈ Bon sang, Natsu... Qu'est-ce qui s'est passé ?? On dirait qu'un fou t'as sauté dessus pour te refaire le portrait ! Arrête de gigoter !

Hein… ? Natsuki rebranche, observant Junya qui tout à coup sort… Des trucs… De son sac. Il tente un instant de se soustraire à la soudaine frénésie infirmière qui se prend de Junya mais ce dernier a déjà sortit tout le nécessaire pour désinfecter un peu ses plaies. Il n’a même pas le temps d’ouvrir la bouche que Junya à commencé à passer ses lingettes sur ses mains blessées. Les griffures étaient parfois assez profondes et s’arrêtait net au niveau des poignets. Ses vêtements l’avait protégé en partie… Enfin… Ouais. Dans son cou, certaines griffures avait fait couler un peu plus de sang et il sentait son t-shirt et ses cheveux coller un peu au sang qui avait déjà bien commencé à sécher. Très glam…

Natsuki n’était pas super fier hein… Il aurait préféré qu’elle laisse deux fois plus de bleus que ces griffures… Il aurait pu faire croire à un combat sur le ring. Mais là… ? Il répond le premier truc qui lui passe par la tête :

◈ J’ai amoché le fils d’une vraie furie sur le ring. Elle m’a sauté dessus comme une putain de sorcière.

Il grogne encore mais… Se laisse faire alors que Junya lui parle d’hôpital, de bandage et de ne pas bouger… Lui continu de manger de sa main libre, suivant vaguement l’action, se plaignant un peu à coup de grognement quand la gaze posée sur sa main lui renvoi une sensation douloureuse et brûlante…

◈ T’es en train d’essayer de m’emmener chez toi là ?

Du coup, son petit instinct parano se réveil même s’il se fait déjà beaucoup plus timide qu’au départ. Il l’avait toujours dit, lui, que ce qui le perdrait, c’était son goût pour les jolies choses. Et on avait beau lui dire qu’il disait ça mais que dans la réalité, il serait plus vigilant, il suffisait d’observer la scène pour se rendre compte qu’une jolie poupée dans le genre de Junya pouvait doucement mais sûrement endormir une grosse partie de sa vigilance…

Néanmoins, tout ce qui lui reste de pensées cohérentes se meurt d’un seul coup alors que Junya vient sans crier gare poser ses lèvres sur les siennes dans un baiser chaste qui n’est pour autant pas rempli d’innocence. Natsuki n’y répond que du bout des lèvres, mais ce n’est pas par bouderie. Plutôt par incompréhension. Et puis fallait pas oublier qu’il en était encore à se demander si on la lui faisait pas à l’envers.

◈ Tu es vraiment trop bête à propos de Nakajima...

Hein ?

◈ Je ne draguais pas Nakajima. Je l'ai rencontré à l'instant et on a juste commencé à parler. Et je sais qu'il a un gamin. Mais si tu en avais un, Natsuki, ça ne m'empêcherait pas de te charmer, alors ne prétend pas de mes réactions. D'ailleurs, tu m'as très mal cerné si tu penses que je suis un chasseur ! Quelle idée absurde ! Je ne serais pas capable de faire mal à un rat alors imagine un faisan ou un cerf ! Non vraiment, c'est la meilleure qu'on m'a servie ! Qu'est-ce qui t'a fait croire ça ? Nakajima était un partenaire de chasse ?

Natsuki reste sans rien dire, observant à nouveau Jun qui s’est écarté pour reprendre ses soins, cette fois dans son cou. Cette fois, Natsuki avance cependant une main pour aller la poser sur le poignet de Jun, son index et son majeur délicatement posé dans l’intérieur du poignet pour… Sentir l’afflux sanguin et de fait, les battements de cœur.

Il les sent très rapidement et de fait, Natsuki relâche le poignet de Junya, ne sachant plus trop quoi penser. En tout cas, au sujet du fils de Nakajima…

◈ C’est parce que tu ne connais pas le fils en question. D’ailleurs, tu ne sais pas du tout qui est Nakajima Katsuo.

Natsuki hoche ensuite vaguement la tête de gauche à droite au sujet du « partenaire de chasse ». Il manquerait plus que ça. Encore que… Lorsque l’Ordre et le Grand Conseil s’alliaient parfois, ça arrivait, bien que ça reste extrêmement rare.

◈ Pas vraiment.

C’est tout sauf clair mais Natsuki n’en dit pas plus. De toute façon, à moins de mentir de manière éhontée, toutes les réponses qu’il pourrait bien apporter à Junya ne lui ferait poser que plus de question jusqu’à ce qu’il se retrouve devant un véritable mur de silence qui ne serait agréable ni pour lui, ni pour Natsuki.

◈ De plus, tu flippes pour rien. Enfin, presque pour rien parce que dans le fond, la petite crise de jalousie me plaît fort bien. C'est sexy. Je n'ai pas pu m'empêcher de te lancer des fleurs alors que tu es un peu venu sur le sujet. Si j'avais voulu draguer Nakajima, je ne lui aurais pas vanté un autre homme, qu'est-ce que tu crois ?

Natsuki hausse les épaules, stipulant :

◈ Comment veux-tu que je sache de quoi vous avez parlé ?

Et pour ce qui est de la crise de jalousie, ça le fait juste se renfrogner un peu. Certes, il y avait aussi eu une bonne part de jalousie dans son comportement et dans sa réaction… Mais Junya n’était pas obligé de le dire comme ça quoi ! Puis tandis que Natsuki saisit son hamburger pour mordre dedans, il a une exclamation étouffée et indignée quand Jun lui donne une claque sur l’arrière du crâne !

◈ Non mais ça va pas ?

◈ Et ça, c'est pour croire que je saute sur tout ce qui bouge ! Non, mais quelle idée... Idiot !

Mais ! Natsuki lève les yeux au ciel… Mais alors que Jun retourne sur sa chaise, il étire la jambe pour venir saisir le pied de cette dernière avant de tirer dessus pour rapprocher le joli jeune homme. Une gorgée de coca pour faire passer sa bouchée et il affirme, sur un sujet un peu moins brûlant :

◈ Tu n’écoutes jamais ce qu’on te dit je vois. C’est quoi ton problème pour te retrouver à Arakawa au milieu de la nuit ?

Parce que fallait être tordu à son avis hein !

◈ Tu vas t’attirer des ennuis. D’ailleurs, à l’avenir je te conseil d’éviter Nakajima. Tu vas peut être pas me croire mais de nous deux, il est le moins fréquentable et le plus dangereux.

Il a un regard ferme et résolu pour Junya histoire d’appuyer convenablement ses dires et finalement, après un petit soupire, il recommence à manger avant de changer de sujet, n’ayant ni l’envie ni l’intention de répondre aux questions trop nombreuses d’un journaliste en herbe.

◈ Fei’ va avoir des petits. Enfin… Au moins un quoi.

Pour ça qu’elle était pas avec lui, sa bonne vieille Feiran.

◈ Du coup j’évite de l’emmener dans des coins mauvais pour elle.

Et puis bon, quand même, parce que mine de rien ça l’intéresse :

◈ Et toi ? Pourquoi t’es dans le secteur alors finalement ? Tu cours toujours après les désaxés chinois ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Sam 31 Mar - 17:42


Plusieurs auraient probablement soupiré d'agacement devant le comportement bougon qui habitait entièrement Natsuki dans le moment présent. Et pourtant, Junya avait envie de soupirer... de contentement ! En fait, rien ne semblait pouvoir ternir l'image qu'il se faisait de l'homme. Certes, il avait un sale caractère, mais en plus de lui donner du mordant, le jeune homme était convaincu que sous sa dure carapace se cachait un homme bien. Sinon, il ne s'inquiéterait pas constamment pour lui alors qu'ils se connaissent à peine, n'est-ce pas ? Si, si... Il était certain que c'était une part d'inquiétude que l'homme le rabroue sans cesse à propos de ses fréquentations nocturnes ! Et c'était terriblement mignon, quand même !! De fait, Jun ne se laisse pas aller à l'agacement, au contraire. Il offre un petit sourire à Natsuki, profondément amusé par le comportement du beau ténébreux.

En tout cas mis à part cet état particulièrement bourru dans lequel s'était enfermé Natsuki, il semblait... nerveux ? Était-ce vraiment le mot ? En tout cas, il était préoccupé et semblait réfléchir à mille trucs à la fois. Et semblait toujours se méfier de lui, ce qui inquiétait un peu Junya malgré tout. Il n'avait pas, de mémoire, fait quelque chose qui pouvait porter à confusion sur ses intentions, n'est-ce pas ? Et même si c'était le cas, ils ne faisaient que flirter... S'il le fallait, Natsu pouvait toujours lui demander s'il était sincère ou pas... Mais étrangement, ça ne semblait pas être le genre de l'homme de s'inquiéter de ce genre de chose. Donc... C'était un peu mélangeant parce que Junya ne voyait pas du tout le problème, dans le cas présent !

De toute façon, voilà qu'il était bien trop occupé a soigner les plaies de Natsuki qui, visiblement, n'avait pas cru bon de les désinfecter avant d'aller manger un morceau.

NATSUKI J’ai amoché le fils d’une vraie furie sur le ring. Elle m’a sauté dessus comme une putain de sorcière.

Quelle histoire... fort étonnante. D'ailleurs, Jun a un petit regard en biais pour Natsuki, pas certain de savoir s'il pouvait vraiment le croire. En tout cas, il semblait sincère lorsqu'il l'avait grogné -oui, grogné, pas « dit »-, mais malgré tout, c'était un peu fantastique. Depuis quand les mères assistaient-elles à ce genre de petites joyeusetés ? Bon, en même temps, Jun devait admettre qu'il ne savait pas du tout comment les combats de rue se passaient. D'ailleurs, il pourrait peut-être faire un petit reportage là-dessus, tiens ! Il demanderait à Natsuki de l'y accompagner un soir !

Quoi qu'il en soit, malgré les protestations implicites de l'homme, Jun continue de s'occuper de ses plaies. Furie maternelle ou pas, il allait s'assurer qu'il n'y ait pas d'infection et que ça guérisse bien et rapidement ! Et pendant ce temps, il a droit à une nouvelle vague de suspicion made in Natsuki...

NATSUKI T’es en train d’essayer de m’emmener chez toi là ?

L'homme attrape son poignet et Jun arque un sourcil, surpris. Pour lui, l'attitude de Natsu est tout bonnement incompréhensible... Et est-ce qu'on peut vraiment le lui reprocher ?

JUNYA Oui, j'essaie de t'inviter, du moins. Tu as peur que je te viole ?

Le ton était tout sauf sérieux, naturellement ! Ce n'était pas une blague non plus, par contre... Disons que pour le coup, il était un peu ironique, quoi ! Et encore là, il ne pouvait pas se le reprocher, bon sang. Néanmoins, ça fini par attirer un petit sourire sur ses lèvres. Ce type était vraiment un drôle de moineau... ! Par contre, pas très différent des autres mâles alpha qu'on peut rencontrer ici, il se laisse rapidement calmer par un baiser volé à la vite et du coup, amusé, Jun lui fait un petit clin d'oeil. Voilà comment il détendait son homme et ce n'était qu'un aperçu ! Rieur, le jeune homme glisse une main sur la joue de Natsuki avant de lever les yeux au ciel.

Puis, il commence à ranger ses instruments d'infirmier en herbe, satisfait de ce qu'il avait fait. Les bandages, ce serait chez lui et uniquement si nécessaire. Il était quand même un peu partisan du « ça cicatrise plus vite a l'air libre ». Néanmoins, avec un mec comme Natsu qui ne fait attention à rien... C'était souvent une autre paire de manche ! Pendant ce temps, l'homme... attrape son poignet. Heu... ok ? Jun arque un sourcil, surpris, sur le point de lui demander ce qu'il fichait encore une fois. Mais voilà qu'il le relâche comme si de rien n'était et en fait... avec un petit air plus détendu sur le visage, peut-être ? Cette discussion lui échappait vraiment trop...

Puis, voilà que Natsuki recommence à parler de Nakajima. Ben voyons... Il l'avait vraiment en travers de la gorge, hein... Junya soupire tout en se penchant un peu pour poser sa tête contre l'épaule de l'homme, près du creux de son cou. Il ferme un moment les yeux tout en assurant :

JUNYA Je m'en fiche, de Nakajima. Je vais aller voir sa conférence pour voir si je peux en tirer un article intéressant et ça finira là. Qu'est-ce qu'il t'a fait pour que tu veuilles autant me mettre en garde contre lui ? Tu peux me le dire, tu sais... Ça me convaincra peut-être même de ne pas aller à cette fichue conférence.

S'il ne fallait que cette promesse pour que Natsuki lui explique une bonne fois pour toute de quoi il en retournait ! Quand à la suite...

NATSUKI Comment veux-tu que je sache de quoi vous avez parlé ?
JUNYA Eh bien, en me le demandant, tiens...

Jun a un petit rire tout en relevant un peu la tête pour voir Natsuki, tout de même amusé par la tournure des événements et le ton grognon très naturel de l'autre homme. Il attrape une frite, en mange une moitié, puis glisse le reste entre les lèvres du joli badboy alors que ce dernier recommence à lui faire la morale à propos du quartier louche dans lequel il se trouvait à cette heure... et encore à propos de Nakajima ! Jun soupire, se redressant complètement pour reprendre sa place sur sa chaise.

Jun pousse donc un petit soupir tout en glissant une main dans sa crinière savamment coiffée, histoire de replacer quelques mèches ça et là. Il hausse finalement les épaules et assure :

JUNYA J'ai encore ma bombe poivre... C'est que le temps a filé trop vite, vraiment. T'inquiète pas... Je gère. Et visiblement, tu arrives toujours au bon moment !

Ce n'était pas vraiment une excuse, mais ça le faisait rigoler. De toute façon, ce qui suit est infiniment plus intéressant...

NATSUKI Fei’ va avoir des petits. Enfin… Au moins un quoi. Du coup j’évite de l’emmener dans des coins mauvais pour elle.

Jun a une petite exclamation surprise, mais ravie, camouflant un moment sa bouche entrouverte d'une main fine. La jolie chienne -un peu inquiétante, mais Jun l'aimait déjà de toute façon !- de Natsuki allait avoir des chiots ! Il imaginait bien Natsuki entouré de petits chiens tous adorables... Il DEVAIT voir ça ! Vivement intéressé, le jeune homme demande, curieux :

JUNYA Tu vas en garder au moins un, dis-moi ? Les autres, j'espère que tu comptes au moins essayer de les faire adopter. C'est ta responsabilité ! Ces chiots ne vont pas naître pour aller à l'abattoir... !

Oui, il était à fond dans les droits des animaux. Enfin... on faisait plus « à fond » que Junya, mais disons qu'il n'accepterait pas de voir des animaux souffrir inutilement ! D'ailleurs...

JUNYA C'est dommage que je n'aie pas droit au chien... Et de toute façon, je ne crois pas que j'aurais le temps d'élever un chien. Mais avec une Feiran Jr. près de moi, tu arrêterais peut-être de me dire où je dois aller et quand je dois y aller !

Le jeune homme rigole, faisant un petit clin d'oeil malicieux à Natsuki. Au moins le beau ténébreux était-il déjà conscient des risques que prenaient sa chienne en l'accompagnant et faisait exprès pour la préserver pendant ce temps ! C'était mignon comme tout, quoi qu'on en dise ! Bien sûr, Natsu ne pouvait néanmoins pas lâcher l'affaire... et de fait...

NATSUKI Et toi ? Pourquoi t’es dans le secteur alors finalement ? Tu cours toujours après les désaxés chinois ?

Jun pousse un petit soupir, mais est néanmoins bien fier de pouvoir répondre par la négative, cette fois, puisque l'homme semblait prendre à coeur le fait qu'il courait après le « désaxé chinois ».

JUNYA Non, même pas ! Tu as entendu parler de cette affaire de la prostituée qui s'est fait assassinée quelques jours plus tôt ? Parée d'un somptueux kimono, étranglée avec une corde de piano... J'ai remarqué une certaine corrélation avec d'autres cas plus anciens et ça m'intéresse vivement.

Il réalise que Natsuki va sûrement protester à nouveau et de fait, Jun lève une main, posant un index contre les lèvres de l'homme, un petit sourire malicieux aux lèvres.

JUNYA Chut, chut. À te voir, je t'imagine mal t'intéresser à quelqu'un qui panique dès qu'il voit deux gouttes de sang. Donc malgré tout, tu trouves peut-être que je suis complètement idiot et insensé, maaaais... Je suis certain que tu trouve ça un brin intéressant aussi. T'as pas besoin de l'admettre !

Jun rigole, montrant d'un signe de tête le plateau de Natsuki.

JUNYA Maintenant que j'ai essayé de me blanchir de je-ne-sais-même-pas-quoi à tes yeux, tu finis ça vite et tu me suis ? Oui, j'essaie de t'entraîner chez moi encore une fois. Mais c'est supposé être davantage dangereux pour moi, il me semble !

Parce que non, il ne croyait toujours pas pouvoir violer le bel homme... !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Mar 3 Avr - 15:19




Y avait des gens que rien ne décourageait. Et ce genre de personne, fallait les voir en action pour le croire. Présentement, c’était ce que Natsuki faisait. Junya était là, papillonnant tout autour de lui, s’occupant des longues griffures que la vampire lui avait laissé en souvenir, bavardant, expliquant… Et ni ses grognements, ni son air bougon ne semblaient pouvoir venir à bout de son envie de rester en sa compagnie. Au fond, c’était quand même pas mal déroutant…

Petite infirmière perso au milieu d’un McDonald’s, Junya y allait avec à la fois douceur et fermeté. Ca piquait… Mais Natsuki ne dit rien ! Certes, il pouvait se faire très douillet quand on s’occupait de lui mais là, ça va quoi… L’adrénaline courrait encore un peu, sa colère vis-à-vis de Nakajima, ses doutes à propos de Jun même s’ils étaient plutôt dissipés à présent. Disons qu’il était à fleur de peau et finalement, c’était plutôt compréhensible non… ?

◈ Oui, j'essaie de t'inviter, du moins. Tu as peur que je te viole ?

Natsuki se redresse dans une posture un peu plus droite sur sa chaise, passablement piqué à cette question. Non mais ho ? Il avait l’air d’être le genre d’homme qu’on pouvait attaquer facilement comme ça ? En plus… Pour que ce soit un viol, faut-il encore que Natsuki ne soit pas consentant hein… Et Junya ne lui inspirait curieusement pas trop l’envie de se débattre beaucoup. Pour autant, il n’en oubliait pas qu’il avait tout de même affaire à une créature fragile, ignorante –pas dans le sens péjoratif du terme- et… Fouineuse.

Et puis de façon générale, c’était sûrement pas bon plan. Il savait pas trop… Disons que ce soir, tout était un peu confus et qu’il était dans un de ces soirs où la paranoïa gagnait un peu. Il ne pensait plus vraiment que Jun puisse être un calice ou quoi que ce soit du genre… Mais de là à aller chez lui… En plus excusez le mais bon, après ce baiser aussi soudain qu’inattendu, lui pensait pas trop à monter pour se tailler le bout de gras devant un thé hein. De toute façon, le thé c’était pas son truc… Et pourtant quand on vit dans un temple, on en boit jusqu’à l’écœurement croyez le. A croire qu’il y avait une fontaine à thé quelque part dans les fondations de ces fichus temples !

Bref… Junya revient minauder, câliner… Se posant contre lui sans aucuns scrupules… Et il tort de se priver puisque sans y réfléchir de trop, Natsuki vient passer un bras autour de ses hanches, continuant de manger de son autre main. C’est qu’il avait l’estomac dans les talons hein ! Des menus comme il en avait devant lui, Natsuki aurait pu en bouffer au moins trois ! C’est qu’il fallait récupérer l’énergie dépensée !

◈ Je m'en fiche, de Nakajima. Je vais aller voir sa conférence pour voir si je peux en tirer un article intéressant et ça finira là. Qu'est-ce qu'il t'a fait pour que tu veuilles autant me mettre en garde contre lui ? Tu peux me le dire, tu sais... Ça me convaincra peut-être même de ne pas aller à cette fichue conférence.

Natsuki gronde un peu, entre deux frites, quand Junya parle d’aller à l’une de ses conférences. Ca le dépassait toujours que l’Ordre ne lui demande pas de se retirer de cet emploi où il était sans cesse mit en présence d’une foule d’humain, souvent jeune mais pas que. C’était un peu comme agiter de la bouffe sous le nez d’un type qui pouvait se mettre à crever de faim sans crier gare ça non ?

Mine de rien, Jun sait bien mener sa barque… Parce qu’il doit se douter que Natsuki ne répondra pas à sa question sur le principe… Et du coup, il essai de la lui faire un peu à l’envers avec un pseudo chantage affectif. Du coup, tournant la tête vers Junya et poussant un soupire à pierre fendre, Natsuki vient lâcher, sur le ton de la conversation :

◈ Nakajima est un vampire. Et moi je chasse les vampires.

Puis, à la suite il ajoute, ne faisant donc pas très sérieux bien qu’en réalité, tout ça le soit un minimum :

◈ Peut être que je devrais chercher ton chinois fou ? Ha oui non, c’est vrai… Je chasse les vampires, pas les loups-garous.

A nouveau, Natsuki vient lever les yeux au ciel, laissant Jun lui piquer une frite alors qu’il finit d’engloutir –littéralement- ce qui lui reste de sandwich.

◈ J'ai encore ma bombe poivre... C'est que le temps a filé trop vite, vraiment. T'inquiète pas... Je gère. Et visiblement, tu arrives toujours au bon moment !

Jun s’écarte un peu, lui laissant plus de latitude pour finir de manger, laissant l’odeur de bouffe venir remplacer son parfum fleurit. Natsuki hausse les épaules pour ce qui était « d’arriver au bon moment ». On pouvait dire ça… Mais disons que s’il pouvait éviter de se taper avec Nakajima… Ca l’arrangeait. Parce que bon, il savait un peu à qui il avait à faire quand même et ses chances de l’emporter dans un combat égal ne crevaient pas le plafond.

Puis forcément, comme tous les hommes fragiles et délicats dans le genre de Jun, ce dernier s’extasie devant la maternité de sa bonne Feiran… Quoi d’autre ? Jun semble soudainement tout droit sortit d’un de ces manga pour fille avec son air béat et son exclamation joyeuse ! Ne lui manquerait plus que le fond couvert de fleur et les petits cœurs dans les yeux ! Dommage que les personnages de manga soient rarement aussi sexy notez bien…

◈ Tu vas en garder au moins un, dis-moi ? Les autres, j'espère que tu comptes au moins essayer de les faire adopter. C'est ta responsabilité ! Ces chiots ne vont pas naître pour aller à l'abattoir... !

Ho, pitié… ! Mais Junya poursuit :

◈ C'est dommage que je n'aie pas droit au chien... Et de toute façon, je ne crois pas que j'aurais le temps d'élever un chien. Mais avec une Feiran Jr. près de moi, tu arrêterais peut-être de me dire où je dois aller et quand je dois y aller !

Natsuki attrape son gobelet de boisson, venant prendre la paille entre ses lèvres et avalant plusieurs bonnes gorgées avant de répondre à cet élan d’enthousiasme qui, au fond soyons sincère, était plutôt mignon :

◈ Le véto pense qu’il y en aura peut être qu’un. Mais sinon, deux ou trois max vu la bête. Je vais en garder un ouais. Les autres iront sans doute aux temples à Nikkô.

Pas question qu’il noie les p’tits ou qu’il les donne à n’importe qui hein… Par contre du coup, il songeait à faire ligaturer les trompes de sa jolie Feiran, au cas où… Il savait pas encore trop. Disons qu’il allait y réfléchir pendant la gestation de la chienne.

◈ Tu as entendu parler de cette affaire de la prostituée qui s'est fait assassinée quelques jours plus tôt ? Parée d'un somptueux kimono, étranglée avec une corde de piano... J'ai remarqué une certaine corrélation avec d'autres cas plus anciens et ça m'intéresse vivement.

Natsuki arque un sourcil… Mais acquiesce. Oui, il en avait entendu parler. Au moins un truc qui n’était pas à foutre sur le dos d’un vampire pour ce qu’il en savait. Néanmoins :

◈ T’as jamais envie de faire un article sur un truc qui soit pas morbide ?

Parce qu’entre la Bête du Xiang et un potentiel serial killer… C’était pas le genre de boulot dont on pouvait vraiment parler lors d’un dîner en famille ou entre amis nan ?

Avant qu’il ait pu en dire plus cependant, un index fin et soigneusement manucuré vient se poser sur ses lèvres à nouveau, Natsuki arque un sourcil un rien perplexe.

◈ Chut, chut. À te voir, je t'imagine mal t'intéresser à quelqu'un qui panique dès qu'il voit deux gouttes de sang. Donc malgré tout, tu trouves peut-être que je suis complètement idiot et insensé, maaaais... Je suis certain que tu trouve ça un brin intéressant aussi. T'as pas besoin de l'admettre !

Heu… Oui… En même temps, Natsuki était aussi un peu dans le mood du mâle alpha de base. C'est-à-dire qu’en ce qui le concernait, Junya aurait pu être très intéressant aussi dans le trip du « sois beau et tais toi ». Enfin… Dans un premier temps disons. Parce qu’il fallait rendre à César ce qui lui appartenait : Jun avait une personnalité à la fois intéressante et attachante, probablement.

◈ Maintenant que j'ai essayé de me blanchir de je-ne-sais-même-pas-quoi à tes yeux, tu finis ça vite et tu me suis ? Oui, j'essaie de t'entraîner chez moi encore une fois. Mais c'est supposé être davantage dangereux pour moi, il me semble !

Natsuki fait silence un moment, les deux yeux toujours posés sur Junya… Et finalement il se lève, reposant sur son plateau tout ce qui pouvait avoir glissé à côté. L’homme réenfile son blouson en cuir puis vient prendre le plateau pour le porter à une poubelle. Il rejoint ensuite Junya, expliquant :

◈ Je te raccompagne. Mais je ne monte pas.

Et avant que le gamin ait pu répliquer, Natsuki vient lui mettre une pichenette sur le front.

◈ Invite pas comme ça les mecs comme moi à venir chez toi. T’es bandant et trop naïf, ça attire les prédateurs. Et quand il s’agit de chasse à la gazelle, tous les hommes sont des prédateurs. Moi comprit.

Ben ouais… Il allait pas se cacher du fait que Jun lui faisait de l’effet… De toute façon, le journaliste en herbe avait sûrement assez de caractère et de confiance en lui pour en avoir déjà la certitude alors nier aurait été stupide.

◈ J’ai pas le temps pour un gentil garçon qui se fourre toujours dans les problèmes. Je suis un homme pas mal occupé.

Il trouvait ça chiant de se tirer une balle dans le pied mais il n’allait pas accepter de se faire courtiser de cette façon puis sauter sur Jun pour que le jeune homme réalise dans quelques jours que sur le papier, les mecs dans son genre c’est très excitant mais au jour le jour, c’est invivable. Autant de part son emploi du temps que de ses secrets que de son caractère, il pouvait le reconnaître, franchement merdique.

Natsuki vient néanmoins donner une bonne tape sur les fesses de Jun, un petit sourire moqueur aux lèvres, histoire de l’encourager à avancer pour qu’il ouvre la marche. Lui il savait pas trop où Jun créchait hein…

◈ Mais on se reverra si tu veux, à l’occase. Et puis tu viendras voir les p’tits de Feiran quoi.

Ha, et aussi, pour jouer franc jeu :

◈ J’aime pas trop faire la conversation à un journaleux…

Disons qu’il voulait éviter une conversation malencontreuse sur l’oreiller quoi… Il était pas bavard mais Jun savait bien mener son jeu…


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar



☩ La Fouine ☩

Âge : 21 ans
Allégeance : Pardon...?
Messages : 74
Pseudo : Kurika
Avatar : Rui {Vistlip}
MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   Dim 6 Mai - 3:13


Certes, Natsuki grogne un peu, semble très bougon et ne laisse sûrement pas sa place sur les petits regards noirs et perçants lorsque Junya y va peut-être un peu trop fort, mais pourtant, il ne se plaint pas comme le jeune homme l'eût cru. C'était peut-être juste une question de fierté, parce que le journaliste en herbe était certain que le beau badboy était de ces mâles alpha typiques qui prennent des coups sans broncher, mais qui n'arrête pas de se plaindre qu'ils souffrent le martyr lorsque vient le temps de se faire soigner. De vrais enfants, quoi ! Pourtant ce soir, Natsuki ne semble pas du tout être dans ce genre d'état d'âme et de fait, Junya en profite pour nettoyer un peu mieux les plaies que s'il avait été pressé. Il n'est néanmoins pas mécontent lorsqu'il range finalement son petit trousseau de la parfaite infirmière, n'étant pas un grand fan des blessures en tout genre.

Et si Natsuki n'est pas sage uniquement par fierté, il n'en reste pas moins que Junya réussi à piquer cette dernière et plus qu'il ne l'aurait cru ! Ça arrache tout de même un petit rire au jeune homme parce que bon... Il blaguait, quoi ! Il savait bien que le viol n'était pas une option pour Natsuki et lui-même n'avait étrangement pas peur qu'une de leurs rencontres se déroule de cette façon... même pas que ce soit lui la victime, en fait. Doucement, sans cesser de rire légèrement, Jun glisse le dos de ses doigts contre une tempe de l'homme, se sentant confortable même en étant aussi tactile avec quelqu'un qu'il ne connaissait que peu. Il devait avoir l'air un peu bizarre aux yeux de Natsuki, mais de toute façon, l'homme ne se plaignait pas beaucoup, ce qui encourageait assurément l'étudiant ! Déjà qu'à la base, Jun n'avait pas besoin de grand chose pour être motivé, là c'était tout simplement mieux qu'il l'aurait cru !

D'ailleurs, parlant motivation, voilà que Natsuki glisse un bras autour de sa taille lorsqu'il se rapproche comme si c'était la chose la plus ordinaire du monde. Comme quoi, ils désiraient tous les deux à peu près la même chose, n'est-ce pas ? Enfin... Oui ! Le joli badboy n'en était peut-être pas à des sentiments amoureux -le petit coeur de Jun battait bien fort, lui !-, mais s'il n'allait pas inconsciemment dans cette direction, pourquoi ne pas se faire plus entreprenant ? Il l'avait même un peu repoussé parfois ! Ce n'était assurément pas parce qu'il ne lui plaisait pas. Jun ne voulait même pas entendre cette possibilité. Comme quoi, ça sert d'avoir confiance en nos charmes, néanmoins. Pour preuve, ce bras joliment tatoué enroulé autour de sa taille. D'ailleurs, ronronnant, Junya complimente un peu, histoire de bien faire les choses... mais aussi parce qu'il avait été très saisit en découvrant les magnifiques tatouages colorés qui courraient partout sur l'épiderme de l'homme !

« J'adore tes tatouages... Tu en as plusieurs autres ? », demande l'étudiant en journalisme tout en se relevant. Et ça ne prend pas beaucoup de temps pour qu'il lève les yeux au ciel alors que Natsuki lui explique très posément que Katsuo est un vampire... Puis que le meurtrier sur lequel il voulait écrire un article était un loup-garou, pour reprendre les paroles du vieil homme qu'il avait interviewer. « Ce que tu es idiot quand tu t'y met... »

Néanmoins, ça soutire un petit rire au jeune homme qui revient papillonner autour de l'homme sans lui répondre tout d'abord, juste histoire qu'il ait fini de se débarrasser de ses déchets. Puis, lorsqu'il revient vers lui, Jun le prend de court pour rapidement reprendre la parole. Oui, il était une pure petite pie, mais il s'affirmait absolument ! D'ailleurs, ils faisaient un duo étourdissants avec Fubuki à ce niveau, parfois. Surtout lorsque ça faisait longtemps qu'ils s'étaient vu ! Certes, son cousin était plus flegmatique que lui, plus hautain, mais ça ne les empêchait pas d'avoir de bonnes conversations parfois !

« C'est une bonne idée d'amener les chiots au temple. Je n'y aurais même pas pensé. », assure Junya, très sérieusement. Il était contre le mal fait aux animaux ! Il ne portait jamais de vrai cuir, de vraie fourrure et n'utilisait surtout pas des produits testés sur nos amis à poil ! « Tu me présenteras le nouveau venu dans la famille, alors ! J'ai bien hâte de voir ce à quoi ça ressemble, un Feiran miniature ! »

Quant à ses choix d'articles, ah ça ! Junya pousse un soupir à en fendre les pierres tout en venant glisser une main dans celle de Natsuki, sans gêne aucune malgré les quelques regards des rares clients tardifs qui leur sont lancés. Avant il s'arrêtait à ça... Mais ce Jun-là n'existait plus !

« Et si, si... Je fais souvent des articles pas morbides du tout. En fait, j'en ai même encore jamais fait un vraiment morbide, pour être franc... », avoue Jun, tout en affichant un air qui rendait évident son découragement face à la situation ! « Mais qu'est-ce que tu veux ? C'est ce que les gens veulent lire. Et puis, ça ne me dérange pas... Ça met un peu de piquant dans ma vie. Enfin... Pour le moment, ça a été mon sauvetage qui fut le plus palpitant... »

Celui par Natsuki, bien sûr ! Bref... L'homme lui assure qu'il le raccompagne, mais pas question de monter à l'étage et Jun lève les yeux au ciel. C'est d'ailleurs à son tour de gronder un peu -mais à peine !- lorsque Natsu lui met une pichenette sur le front ! Il fini néanmoins par le rigoler doucement, s'approchant imperceptiblement du gardien des temples alors que ce dernier continue néanmoins à complimenter. Il n'avait jamais pris un cours pour décourager les garçons un peu trop collants, celui-là, hein... De fait, le commentaire passé sur ses attributs n'était peut-être pas très classe et surtout, assez trash, mais il en fait tout de même ronronner Junya de bonheur ! Ce dernier fait un petit clin d'oeil à Natsuki, ne semblait pas vraiment faire attention à ses recommandations !

L'homme lui explique avec un grand sérieux qu'il est un homme occupé n'ayant pas de temps pour lui et ses plans un peu trop risqués. Une nouvelle fois, l'étudiant en journalisme roule les yeux avant de donner un petit coup dans les côtes de Natsu, rien de bien poussé.

« Arrête de dire n'importe quoi. Tu... », commence Junya.

Mais la fin de celle-ci se termine sur une note plus aiguë de surprise alors que le badboy lui met la main aux fesses, carrément !! Et pas rien qu'un peu, quoi ! Jun aurait dût se frustré, mais ça lui soutire un rire presque moqueur. C'est ça, oui... Natsu allait savoir rester loin, bien sûr. Et justement, comme Junya a cette pensée, voilà que l'homme... convient déjà de quelques rencontres futures. Oh, il ne jouait pas selon les règles, celui-là, mais ça lui plaisait assurément ! De fait, Jun attrape à nouveau la main de Natsuki, histoire de l'entraîner à sa suite, direction son minuscule appartement.

« Très bien. », assure tout d'abord simplement le jeune homme. « Ainsi donc, tu serais assez intéressant pour que je te fasse connaître au monde entier aussi ! Ou du moins, aux lecteurs du journal du matin. Mais, pour tes beaux yeux, je veux bien ne jamais utiliser nos conversations pour faire mes articles. De toute façon, j'ai assez de ressources pour me débrouiller tout seul. »

Et il allait respecter sa promesse. De fait, Jun tourne la tête vers l'homme qui est toujours un peu derrière lui, faisant un petit clin d'oeil en sa direction.

« On va bien s'entendre. Arrête d'en douter. »

Sur ce, Jun se tait, un petit sourire victorieux sur les lèvres. Oui, décidément... il était tombé amoureux !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki   




Revenir en haut Aller en bas
 

Shady Stranger feat. Nakajima Katsuo & Moriyama Natsuki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Arakawa :: Le McDonald's-