C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   Mar 7 Aoû - 16:01


Le 20 novembre à 8 h 03

Daisuke n'était pas sorti de chez lui pendant une semaine, et il lui fallait au moins ça pour se remettre de ce qu'il s'était passé. N'importe quel chasseur expérimenté aurait jugé son attitude de puéril, complètement passée, mais il se trouvait que le jeune homme était blessé, et qu'il ne voulait pas bouger avant d'être complètement remis. Il avait passé des heures sur son ordinateur, sur Requiem, à rechercher le vampire qui avait pu l'agresser. Finalement, il était presque sûr de l'identité de celui-ci, notamment grâce à une photo trouvée sur le site internet : et si c'était le cas, ce vampire lui avait donné un faux nom. Il avait cherché à se renseigner parmi les chasseurs et avait rencontré une certitude : il ne fallait pas qu'il recherche Hiraiwa Shiro.

Le jeune homme se dirigea soudainement jusqu'à la salle de bain, histoire de voir à quoi il ressemblait : ses cheveux étaient plus emmêlés qu'au naturel, et sur sa joue, la trace de l'oreiller se voyait nettement. Sa peau était pâle, vraiment et, sur ce, il enleva doucement le bandage qui lui nouait la main gauche. Depuis qu'il avait assaisonné sa coupure avait la potion conseillée par Chinoise-san, il n'était pas allé voir de médecin. Pas seulement parce qu'il ne voulait pas, mais aussi tout simplement parce que...il n'avait pas envie. Il fallait le comprendre, le Daisuke, sortir...c'était devenu une espèce de phobie. S'il le faisait là, c'était juste parce que son père lui avait envoyé un sms en capitale, l'invectivant de se bouger le fion. Au niveau de sa vie professionnelle, Daisuke avait posé un congé, lui qui ne le faisait jamais, avait un peu discuté avec son patron au téléphone, lui disant que les événements de l'autre jour lui avaient vraiment fait peur. Et il y avait de quoi : officiellement, c'était une fusillade qu'il y avait eue en sa présence, n'importe quel homme pouvait croire que cela traumatisait.

Sa main droite s'immobilisa sur la brosse à cheveux, qu'il passa lentement sur ceux-ci, pas correctement, le rendant encore un peu plus hérisson qu'avant. Ses cernes avaient battus des records déjà établis avant sa naissance, et il évita de s'appuyer avec la main gauche : au bout de dix jours, elle lui faisait toujours horriblement mal. Il se souvenait de l'autre vampire qu'il avait rencontré, ce Hidemi. Sans aucun doute, lui n'était pas comme cela, il l'avait peut-être mordu, mais Daisuke avait eu l'impression qu'il avait été près à se tirer une balle, après. Les jeunes vampires étaient-ils donc tous comme cela avant de commencer à déconner ? Le chasseur enfila des bottines, paré à affronter le froid qui régnait dehors. Pour une fois qu'il ne sortait pas le soir...

En fait, pour cette histoire de chasse, il avait dû contacter ce type à moitié con, Moriyama Natsuki ; oh, bien sûr, il ne doutait pas que celui-ci avait énormément d'expérience, il n'empêchait que pour Daisuke, ce brave garçon était simplement con. Il se foutrait sûrement de sa gueule, surtout lorsqu'il verrait le pansement et son regard à moitié mort de trouille. C'était aussi pour cela qu'il valait mieux que la rencontre ait lieu le matin : le soir, n'importe quel mort vivant risquait de lui sauter dessus, là, ils étaient sûrement au chaud dans un coin bien protégé du soleil...par ailleurs, Daisuke devait demander à quelqu'un de l'Ordre s'il avait moyen de trouver des livres sur les vampires, et lesquels étaient les plus sûrs. Il n'était peut-être qu'un gros kikoolol aux yeux de « Nino » et de Moriyama, les deux cassos du forum, mais il n'empêchait qu'il voulait continuer de vivre.

Après avoir foutu sur son dos un sac à dos contenant un matériel assez divers et désinfecté une nouvelle fois la blessure – mais pourquoi diable commençait-elle à s'infecter maintenant ? – il prit la route. Comme s'il s'agissait de quelque chose d'inévitable et totalement imprévisible, il était en retard : en cours de chemin, il s'aperçut qu'il avait totalement oublié de fermer l'appartement à clé. Il courut donc le faire et, une fois devant, constata qu'il était bel et bien fermé...il se rappela soudainement qu'il fallait qu'il dépose son dernier chèque de paie à la banque...le temps de remplir un bordereau, de nettoyer une ou deux casseroles parce qu'elles puaient le moisi et de foutre le désinfectant dans son sac, Daisuke avait au moins accumulé une dizaine de minutes de retard, par rapport à l'heure choisie dans le mp, ce qui, somme toute, est assez peu, sachant qu'il en gratta quelques unes en courant le long du chemin.

Pendant le trajet dans le métro, il enleva au moins six fois son bandage et passant du désinfectant chacune de ces fois, grimaçant à chaque fois que l'antiseptique touchait un peu sa peau. Finalement, il parvint à Chiyoda assez rapidement. Il s'agissait du quartier politique de Tokyô, et Moriyama et lui avaient rendez-vous dans un lieu pas vraiment commun...c'était lui qui en avait convenu, d'ailleurs, car c'était la fin du mois, qu'il n'avait plus des masses d'argent, et surtout qu'il n'avait pas envie de beaucoup réfléchir. D'ailleurs, en s'arrêtant devant la devanture du Cybercafé, il se désinfecta une nouvelle fois la paume de la main, puis, remit le pansement qui était devenu sale à force d'être enlevé et remis. Il s'arrêta devant l'accueil sortit le prix du sandwich en petites pièces et lança un regard exténué au vendeur.

« Il y a pas un type du nom de Moriyama qui est venu ici avant moi ? Genre grande gueule. Je suis censé le rencontrer...ça fonctionne comment, ce genre d'endroit ? On va dans un box ? »

Sur ce, Daisuke se rappela qu'à part la main, il avait totalement omis de se doucher : tant pis, il ferait ça en rentrant, et puis bon...voilà quoi. Cette rencontre avec Hiraiwa Shiro n'était pas prête à s'effacer de sa mémoire. Il faudrait d'ailleurs qu'il en discute avec cet type de l'Ordre, pour négocier le fait qu'il soit placé en retrait, dans la chasse, à un poste comme sniper. Le silence se fit.

« Bon ? »

Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   Mer 8 Aoû - 9:31




De la neige. Vous le croyiez ça ? On était le vingt novembre et il y avait déjà quelques flocons qui leur tombaient dessus. C’étaient là les premiers ce mois-ci mais nul doute que l’hiver qui arrivait s’annonçait pas mal rude avec son lot de neige et de températures basses. Lorsqu’il avait quitté le temple, le thermostat indiquait qu’on avoisinait les trois degrés Celsius, plus ou moins… Pas énorme quoi. De quoi justifier qu’il ait froid avec son blouson en cuir et ses jeans craqués en tout cas. Mais bon, la doudoune et les après-ski, c’était tellement moins cool…

Toujours était-il que s’il marchait ainsi assez rapidement jusqu’au cyber café @dotcom, c’est qu’on lui avait donné rendez-vous. Rien de galant non… Enfin il avait jamais vu la tronche du mec qui lui avait demandé de se pointer mais vu comme ils se causaient sur le forum des chasseurs, ça promettait d’être potentiellement « ambiance ambiance ». En tout cas, Moritaka –Daisuke de son p’tit nom- lui avait donné rendez-vous de plutôt bonne heure. Lui qui lui semblait parfois plutôt amorphe semblait avoir finalement trouvé l’énergie nécessaire de se lever plus ou moins avec le soleil.

De son côté : aucun problème. Faut dire que la vie au temple ne lui permettait que peu d’heures de sommeil mais Natsuki avait apprit à faire avec très peu de sommeil, tant que celui-ci était réparateur. En moyenne, par nuit, il s’octroyait quatre heures. Cinq quand c’était grasse mat’ ! Mais fallait pas jouer les étonner ou trouver ça dur… C’était une question d’habitude et il ne se sentait pas spécialement en manque de sommeil même si parfois, en fin de journée, son corps lui rappelait qu’à presque quarante ans, il était peut être temps de le ménager. Pas vieux non… Mais dans le milieu des chasseurs, il pouvait facilement faire office de vétéran non ?

Ouais… Finalement, la rouille allait venir plus tôt que tard et finalement, au bout du compte, la « dernière chasse » se rapprochait de plus en plus. Ho il n’était pas fataliste et ça n’allait pas l’empêcher d’arpenter les rues encore longtemps ! Mais Natsuki était réaliste. Il avait une activité « professionnelle » dans laquelle on ne faisait généralement pas de vieux os et atteindre l’âge de la retraite était quand même peu courant, surtout quand on était membre de l’Ordre. Pas qu’il pense que les chasseurs de Tenkyû vivaient moins longtemps parce qu’ils avaient un truc en moins que les indépendants, pas du tout ! C’est juste que lorsqu’on appartient à un ensemble très définit, s’arrêter est plus difficile que lorsqu’on est son propre maître.

Bref…

Natsuki finit par entre dans le café, observant les longues banquettes grenat qui s’étirant et les ordinateurs qui trônaient. Quoi qu’il ne soit pas le plus familier qui soit avec la technologie, Natsuki ne la boudait pas et de fait, il ne se sentait pas vraiment dépaysé ni vieillit par le lieu que Daisuke avait choisit. D’un billet sortit d’une poche, Natsuki paie pour une heure de clavardage, réclamant en même temps un café bien noir et finalement, il va se poser un peu à l’écart. De toute façon, à cette heure et par ce temps, un dimanche matin, y avait juste personne quoi. Ou presque. Dans l’autre coin, de l’autre côté de la salle, deux jeunes rigolaient, casque sur les oreilles, le clic de leurs souris se faisant entendre de manière quasi frénétique. Deux « geeks » qui avaient dût passer la nuit là sur un jeu en réseau quelconque…

Son café arrive rapidement, Natsuki retire sa veste en cuir puis remonte légèrement ses manches sur ses bras tatoués avant de poser les doigts sur le clavier. Il avait cinq petites minutes d’avance alors autant profiter de l’heure qu’il avait payé non ? Pas question d’aller d’ici sur le forum de Requiem par contre… Il l’avait déjà fait quand ça urgeait mais de manière générale il kiffait pas trop, craignant… Il ne savait trop quoi. Mais comme tous les chasseurs, il avait un peu la hantise de se voir retirer l’accès du forum… C'est-à-dire que c’était quand même leur meilleure arme, mine de rien… Et même s’il faisait le con sur le forum et qu’il avait déjà prit un bannissement temporaire ou quoi, Natsuki respectait la base de données de Requiem et « les grandes instances » qui avaient conçues cette même base de données devaient bien le savoir non… ?

Bon peu importe, Natsuki se connecte sur un site d’informations, parce que mine de rien, il se tenait au courant et doucement mais sûrement, il se gave des dernières nouvelles, laissant légèrement filer l’heure. Lorsqu’il réalise, d’un petit regard dans le coin inférieur droit de l’écran, que l’heure du rendez-vous est déjà passée de presque dix minutes, le membre de l’Ordre fronce les sourcils, peu jouasse… Un rapide regard à sa montre lui confirme que l’ordinateur était bien à l’heure… Mais que Daisuke était en retard, lui ! Et désolé mais il était pas le roi de la patience ni celui des cons ! Du coup, Natsuki se lève, déjà prêt à mettre les bouts. Quoi ? Seulement dix minutes de retard ? Oui et alors ? Ce Moritaka, il le connaissait ni d’Eve nu d’Adam, ils se parlaient mal et il était potentiellement en train de lui poser un lapin alors il allait pas attendre trois plombes quoi. Quand au temps qu’il lui restait, hé bien il venait de se délogger, le crédit allait lui rester jusqu’à la fin du mois. Qui sait si d’ici là il n’en aurait pas l’utilité ?

Toute fois, il s’est à peine lever, terminant sa tasse de café devenu tiède qu’il voit un… Gosse ouais. Bon il exagérait mais il avait le look un peu hirsute des mômes pour qui le réveil a été difficile. Lui manquait plus que la marque de l’oreiller ou les demi-cernes de… Ouais non en fait les cernes il les avait. Un peu débraillé, le regard pas très vif –à son avis, mais il jugeait souvent assez mal le physique des gens- et s’il était arrivé un peu au pas de course, le dit pas semblait légèrement traînant à présent. Moritaka ? Oui bon, il se permettait de se poser la question vu le relatif désert humain du cybercafé. Le gamin semble chercher quelque chose… Lui probablement… Et Natsuki s’exclame :

๑ Hey ! Moritaka !

Et comme il réagit, il ajoute :

๑ Ramène ton gros cul ! T’es à la bourre, t’as cru qu’on avait rencard et que tu devais te faire désirer ou quoi ?!

Oui bon, Natsuki était à la ville comme sur le forum Requiem hein ! Plein de tact et de poésie ! En tout cas, se laissant retomber sur sa banquette, il demande sur un ton qui ne souffrait pas trop la réplique :

๑ Commande-moi un autre café noir, j’ai bu l’autre en t’attendant. Tu branlais quoi ? Me dit pas que tu te faisais belle parce que si c’est le cas, j’veux pas voir ta tronche au naturel hein…

Quoi ? Daisuke avait l’air plus ou moins malade alors bon… En plus ça faisait un moment qu’il avait pas trop ramené sa grande gueule sur le forum. Lui il l’avait eu uniquement par MP parce que Moritaka lui avait demandé ce rendez-vous pour parler d’une chasse particulière dont il ne connaissait encore rien. Sauf que si Natsuki jouait les grand moralisateur et surtout je-m’en-foutiste, il ne laissait pas non plus les autres dans la merde quoi. Surtout quand ça concernait les vampires. Du coup il était venu et puisque Daisuke était là, à présent, il allait même pouvoir l’écouter. Il jugerait ensuite de l’intérêt de ce rendez-vous.

๑ Prends moi une brioche aussi, j’ai la dalle en fait.

Profiteur ? Un peu !



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   Mer 8 Aoû - 15:47


En entendant cette voix, la première réaction de Daisuke fut de se retourner soudainement histoire de voir qui lui avait adressé la parole...bon, évidemment, cela ne faisait aucun doute qu'il s'agissait de ce Moriyama, mais il préférait toujours vérifier, ne serait-ce que pour voir à quoi pouvait bien ressembler sa tête. Un type plus vieux que lui, c'était sûr, il verrait à quoi il ressemblerait plus de plus près, pour le moment, il se concentrait sur sa voix, se disant également qu'il était heureux d'être enfin arrivé car, à l'extérieur, il faisait de plus en plus froid. Donc...il fallait qu'il apporte un café...et vu qu'il était en retard, la voix ne semblait pas trop lui donner le choix. Daisuke compta à nouveau nerveusement les petites pièces qui lui restaient et les donna au compte-goutte au mec qui était à l'entrée. Un café noir...il secoua la tête lorsqu'il entendit l'énième pique – ciel, si tout leur rendez-vous ressemblait à ça, il en avait déjà marre – à son égard et le souhait d'avoir une brioche. Regardant les misérables cinq yens qui lui restaient, il se dit que Moriyama pouvait déjà s'estimer heureux d'avoir un café noir, aussi s'approcha-t-il de lui avec son sandwich salé – il était déjà réveillé depuis au moins deux heures, lui aurait plutôt eu besoin d'un rendez-vous chez le psy, pas d'un café et posa la tasse en face de son « rencard ».

« J'ai plus que cinq yens en monnaie, pas de brioche. »

Évidemment, il lui restait toujours le chèque qu'il avait déposé à la banque en venant, mais de là à ce qu'il soit versé dans son compte, il pouvait au moins compter un ou deux jours...pendant ce temps, il faudrait qu'il se retienne un peu pour ce qui était d'acheter de la bouffe, fraude le métro et ne touche pas à sa petite réserve personnelle cachée au fond de son appartement. Celle-là était là pour lui permettre d'acheter du matériel de chasse. Bref, il fit glisser la tasse vers Natsuki, sortant le sandwich de son emballage et commençant à le mâchouiller. Si la main gauche et son bandage au nœud grossièrement fait le tint un main, elle se reposa bien vite sur la table, après une sale grimace. Il finit de mâcher et ouvrit la bouche ; manquait plus que le brun se foute de sa gueule car il parlait la bouche pleine.

« Euh...ouais, donc, j'suis Moritaka Daisuke. Désolé pour mon apparence...un peu négligée, c'est pas le cas normalement. Je suis en congé maladie, là. »

Il resserra un peu le poing droit face sur le sandwich. Évoque ce congé maladie n'était pas très facile. S'il évoquait le vampire, on se foutrait sûrement de lui, mais...autant le faire. Il savait qu'on ne donnerait jamais la chasse à une telle bête et que, par conséquent, il était dans la merde jusqu'au cou. Par ailleurs, il fallait bien que ça sorte, parce que sinon, il ne finirait jamais de ruminer cette histoire : alors, tournant discrètement la tête pour inspecter l'endroit – c'était bon, les seules âmes qui vivaient ici semblaient trop occupées pour pouvoir intercepter leur conversation.

« Bon...je me suis fait attraper par un d'entre eux totalement par hasard. Je bossais et il semblait chercher des victimes. J'ai appelé d'autres chasseurs entre temps et j'ai eu le temps de m'enfuir mais il a dit que la prochaine fois, il me viderait. »

Natsuki ne semblait pas vraiment être la bonne personne pour parler de tout ça, mais il fallait que ça sorte. Il tremblait nerveusement comme il n'avait jamais tremblé, et ses yeux allaient de l'homme en face de lui à son poignet, puis, tentaient de détailler presque avidement l'endroit dans lequel il était. C'était propre sans être pour le moins flambant de pierrailles. Une modeste pièce avec deux ou trois posters « geeks », publicités pour quelques conventions ayant lieu le plus souvent dans le quartier d'Ikebukuro et, près du bureau près de l'entrée, quelques petites annonces diverses de vente et des flyers. Que l'endroit était calme le matin...

« Mais je ne suis pas venu pour chasser celui-ci. Il m'a donné un faux nom, je crois et...d'après mes renseignements, je crois qu'il s'agit d'Hiraiwa Shiro...donc voilà. Mon paternel m'a demandé d'organiser d'une chasse, et comme vous êtes de l'ordre, vous êtes le mieux placé. Je ne suis pas un expert, donc j'ai voulu savoir votre avis...quel vampire aurait éventuellement dégénéré, tout ça...nous n'allons pas chasser n'importe qui, non plus, ce serait juste un meurtre, sinon. Connaissez-vous des chasseurs fiables, aussi ? Il semble que certains prennent plus ces vampires comme des affaires personnelles qu'autre chose...ah, et...il serait bien de ne pas trop ébruiter cette chasse sur Requiem, il y en a qui ne paraissent...pas très sérieux. »

Il pensait par exemple au type qui avait tenté de le draguer en le faisait dire ce qu'il aimait bien. Sur le coup, Daisuke n'allait pas tellement bien et il n'avait pas réagi comme il l'aurait dû, mais la prochaine fois, il le renverrait chier à la Natsuki sans aucun doute. Car s'il se battait parfois verbalement avec le type qui était en face de lui, il l'admirait un peu par sa façon de dire aussi franchement ce qu'il pensait.

« D'ailleurs, désolé d'être parfois aussi désagréable, sur Requiem. Je pensais que vous étiez un connard qui tire sur tout ce qui a des longues canines, au début. »

Sa main droite tripota un peu le pansement de son autre main, avant de se rappeler soudainement qu'il fallait qu'il la laisse en paix.

« Euh...ouais, encore...vous connaissez des médecins...euh...qui prennent en consultation pour rien ? J'ai plus d'argent jusqu'à dans deux jours... »



Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   Jeu 9 Aoû - 13:08




Natsuki avait la dalle. En se levant ce matin, comme bien souvent, il avait fait la grimace à l’idée d’ingurgiter quoi que ce soit… Mais en général, quelques heures plus tard et après quelques menues tâches dans le temps, il allait se poser le temps de prendre un petit déjeuner pas forcément ultra riche pour les papilles mais définitivement complet en source d’énergie pour la matinée. Et là… Là ben il avait fait un peu l’impasse et le café ça fait du bien mais ça remplit pas un estomac ! Du coup, lorsque Moritaka se pointe à sa table juste avec la tasse, s’annonçant trop pauvre pour une malheureuse brioche, non seulement Natsuki a un petit grognement de désapprobation mais en plus, son estomac gronde à son tour pour exprimer lui aussi son mécontentement !

La tasse vide et dont le fond est couvert d’un léger marc de café est repoussée sur le côté tandis que le membre de l’Ordre récupère la tasse pleine et fumante de ce liquide bien noir et sans sucre, pile comme il l’aimait. Avant, tel quel il trouvait ça amer… Et plutôt que de mettre un peu de sucre dedans, il lui arrivait de le couper avec une larme de whisky. Aujourd’hui non… De toute façon, s’il aimait bien se prendre une bière, un whisky ou un quelconque autre verre d’alcool, il en était rendu à une étape de sa vie où l’alcool à huit heure et des brouettes du matin et l’estomac vide c’était pas le truc le plus conseillé ni le plus attirant du monde. Bref… Tout ça pour dire qu’il avait son café et pas sa brioche quoi…

Natsuki a néanmoins un « merci » du bout des lèvres, quasi inaudible tant il marmonne et levant sa tasse à ses lèvres, il souffle brièvement dessus avant d’y tremper le bout des lèvres, profitant de ce que le liquide était chaud bouillant. Ca lui brûle même légèrement le bout de la langue mais son corps, lui, approuvait. Non : il ne faisait pas froid dans cet établissement. Mais c’était peut être juste psychologique à voir la neige tomber de manière paresseuse et si pas dense, néanmoins assez visible. Peut être aussi que Moritaka ramenait juste un peu de cet air froid venu du dehors. Ca allait se tasser.

Daisuke parle de son air négligé, de son congé maladie, tout ça… Et à voir le bandage rudimentaire qu’il avait à la main et la façon que le jeune homme avait de grimacer ou de tenter de ne pas s’en servir, Natsuki imaginait sans mal que la raison du dit congé se trouvait là.

๑ Ca va, de toute façon t’es pas mon genre, même pomponné.

Petite raillerie inutile mais bon, on ne se refait pas. En tout cas, aussi difficile d’abord et compliqué à contenter que soit Natsuki, il n’était pas un pur salopard. Un peu con, très macho, moqueur comme pas deux… Mais il ne riait pas du malheur des gens. Du moins, pas de celui qui impliquait des blessures du genre ou qui affectait réellement les personnes, ce qui semblait présentement être le cas.

Le gamin regarde autour de lui comme s’il craignait qu’on les surprenne et Natsuki se contente de le regarder lui. Il n’allait pas le traiter de parano, lui-même en avait franchement l’air de temps en temps… En tout cas, sa relative patience est récompensée lorsque Daisuke lui explique finalement plus ou moins ce qui s’était produit. Et à le voir blêmir le long de son court monologue, il avait prit un sacré choc dans la gueule qu’une blessure mal soignée et douloureuse devait accentuer. Le truc qui l’énervait c’était qu’il savait jamais trop s’il devait croire un chasseur indépendant, surtout quand il ne le connaissait pas en fait. Au fond, Moritaka aurait tout aussi bien pu tenter de se faire la personne qu’il fallait pas… Et elles étaient devenues nombreuses dernièrement même si pour certaines d’entre elles, ça lui donnait envie de gerber. Un exemple ? La bête du Xiang. Makoto de son p’tit nom. Forcément, quelques infos supplémentaires commençaient à percer vu qu’on savait où trouver ce fils de pute maintenant.

Natsuki ne pose pas de question le temps que Moritaka poursuive, ce qu’il fait plutôt vite. Et forcément, le nom d’Hiraiwa le fait tiquer hein… Encore un autre beau, de fils de pute. L’Ordre était plus que mitigée à son sujet. C’est que ce connard savait un peu mieux camoufler ses méfaits que ses petits copains en règle générale. Est-ce que Natsuki l’avait déjà vu lui-même ? Non, et l’envie n’y était pas. Il avait vu une photo, en avait entendu parler… Mais en même temps, s’il avait effectivement déjà « bavardé » avec plusieurs membres du Grand Conseil et d’autres Conseils, il aurait bien dit qu’il aurait préféré s’abstenir. Pourtant, lui-même ne considérait pas tous les vampires comme nuisibles… Mais les années avaient forgés une certaine rancune et après qu’il ait dût en finir avec un membre de l’Ordre renégat dernièrement, Natsuki se sentait encore plus amer. Ca allait passer… Comme à chaque fois… Ca prendrait juste un peu plus de temps, comme à chaque fois ça aussi. Tuer un des siens n’était jamais une chose facile, même lorsque c’était nécessaire pour éviter que la sécurité de tous les chasseurs –indépendants comprit- ne soit compromise.

Arrêtant une seconde Daisuke dans son discours, Natsuki demande :

๑ On va arrêter le vouvoiement ok ? Ca me donne mal au crâne…

Natsuki avait peut être des valeurs ancestrales mais il était aussi très peu versé dans la politesse à outrance ou même minimale. Sauf avec les gens contre qui il avait « vraiment » une dent. Et mine de rien, ce gamin, à part le charrier sur internet, il avait rien contre lui.

๑ Je connais quelques chasseurs sur qui tu peux assurément compter mais pour convaincre les meilleurs d’entre eux tu vas devoir ramer sec…

Natsuki fait une pause le temps d’avaler une grande gorgée de son café avant de reprendre :

๑ Les Ninomiya sont de très bons chasseurs entraînés par l’Ordre même si la sœur est indépendante à présent. Tu as aussi Matsukura qui est revenu des Etats-Unis, c’est un gros con, il parle mal, écrit mal… Mais c’est un très grand chasseur et il a toute ma confiance. Watanabe marchera avec toi tant que tu ne bafoueras pas ses valeurs mais si tu t’en tiens à un code que moi je respecterais, il devrait pas faire d’histoire. Il a un gamin en apprenti qui paraît il promet une très belle relève mais je ne le connais absolument pas, je peux pas dire.

Nouvelle pause le temps d’une nouvelle gorgée de café pendant qu’il réfléchit avant que Natsuki poursuive sa liste avec des noms qui évoquaient des choses plus floues pour lui :

๑ Duroy, le padre étranger… je suppose qu’on peut lui faire confiance. Le Vatican a probablement moins de brebis galeuse que le reste du monde réunit. Chinoise-san a un beau palmarès derrière elle-même si ça semble être une pétasse aussi. Elle s’est battue en Chine où ça rigole pas trop et doit avoir les compétences. Pour la confiance… Ben là c’est comme le gamin de Watanabe, je la connais pas.

Il avait quelques autres noms à donner mais il allait pas dresser une liste de cinquante noms que Daisuke n’allait pas retenir de toute façon et du coup :

๑ Si d’autres noms t’intéressent, je peux t’envoyer une liste par MP sur Requiem à l’occasion.

De toute façon lui-même préférait savoir que les mômes chassaient en meute. C’était plus sécuritaire, avouez…

Le jeune chasseur s’excuse pour un truc… Natsuki lève les yeux au ciel et finalement :

๑ Laisse tomber. Ca me gène pas qu’on me cherche un peu et je fais pareil. Mais c’est pour secouer tout le monde aussi. Bref… On s’en branle.

Son regard va à la main blessée de Daisuke et Natsuki étant la sienne pour venir soulever légèrement les bords du bandage improvisé. Il était pas couvert par une quelconque assurance santé via son boulot ? Bref…

๑ C’est moche…

Ouais… Il était pas du genre à s’apitoyer mais il savait au moins reconnaître ça.

๑ Namioka Seiji. Cherche-le dans l’annuaire, va le voir. Il a l’habitude de s’occuper des chasseurs blessés. T’es pas obligé de payer sur le coup, tu peux même payer en plusieurs fois et ça peut te prendre toute une vie qu’il te prendra quand même en charge.

Pratique, hein ?

๑ N’ébruite pas trop son nom évidemment.

Fallait pas que les vampires tombent dessus et leur enlève un précieux soutien quoi ! En tout cas, pour en revenir à la chasse qu’il prévoyait de faire et les vampires qu’ils pourraient chasser :

๑ Je vais pas te dresser une liste de cible à abattre. Par contre je peux t’en dresser une de liste à ne pas abattre… Non seulement parce qu’ils sont dangereux mais parce qu’en plus, à les attaquer, on risque de gros problème et que l’Ordre se mettra potentiellement devant vous.

On n’allait pas reparler de la guéguerre entre les indépendants et l’Ordre mais bon…

๑ M’est avis que tu devrais attendre d’avoir à nouveau complètement recouvré l’autonomie de tes deux mains avant de faire quoi que ce soit.

Et parce que Natsuki n’était pas né de la dernière pluie :

๑ Il t’a traumatisé à ce point, Hiraiwa ? Qu’est ce qu’y s’est passé exactement ?

Mine de rien, ça l’intéressait aussi d’en apprendre plus sur ce gars.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   Jeu 9 Aoû - 18:25


Ben heureusement qu'il n'était pas son genre, ce serait même le comble, sinon. Jusqu'à présent, Daisuke n'avait jamais attiré plus que cela par un garçon ou une fille, mais c'était plus parce qu'il s'en fichait totalement qu'autre chose. Oh, bien sûr, il n'était pas insensible aux beautés de sa classe, lorsqu'il ne séchait pas encore les cours, mais bon...il avait clairement d'autres préoccupations. Son père ne lui avait jamais laissé beaucoup de temps pour autre chose que l'entraînement. En ce qui concernait le vouvoiement, Daisuke hocha la tête, un peu interloqué. Il s'attendait à ce que Natsuki le vanne, ou quelque chose comme ça, vu comment il était sur Requiem...qu'en apercevant le bandage, il le traite d'incapable...il eut un petit sourire heureux en voyant que ce n'était pas le cas. Il refusait souvent de reconnaître, mais cette fois, son père avait raison : Moriyama était un pro, et il avait bien fait de lui demander ce rendez-vous.

Il faillit sortir un petit papier pour prendre correctement les notes, mais l'entendant dire qu'il allait lui envoyer un mp sur Requiem, il se retint. Plusieurs noms et la liste de possibilités qu'il vienne se gravèrent tout de même dans sa tête...Chinoise-san, comme l'appelait Moriyama avait l'air d'une bonne personne, malgré le fait qu'elle ait causé inconsciemment l'infection de sa blessure – mais bon, ça, c'était plutôt de la faute de Dai' qu'autre chose. Elle semblait accessible, c'était tout de même elle qui avait proposé aux chasseurs de se rassembler...Pour les autres, il n'en avait que trop peu entendu parler, il enverrait des mps et ensuite, selon les réponses, il aviserait probablement. Quant à la date de la chasse...oui, il faudrait qu'il attende un peu.

Pendant que Natsuki parlait, Daisuke ouvrit son sac pour tout de même sortir un bout de papier et un stylo, ne serait-ce que pour noter le nom du médecin. Il aurait certainement eu l'information de son père si toutefois il lui avait demandé, mais il ne voulait pas se ridiculiser plus encore...

« Ouais, je veux bien la liste par mp...Ce sera plus facile, j'pense et vous...'fin tu n'es pas un annuaire ambulant, j'suppose. »

Il se gratta la tête de sa main droite, assez embarrassé d'avoir pris ce type pour un connard alors qu'en fait, c'était juste sa manière d'être. Il avait même laissé l'autre homme lui toucher la main et oui, c'était moche. À l'origine, il ne s'agissait que d'une simple coupure due à un malheureux éclat de verre, mais suite à l'absence de soins et de la potion incorporée à même la chaire fraîche, ça donnait quelque chose de pas très beau, et encore, Daisuke pouvait s'estimer heureux : s'il l'avait tordu, Hiraiwa ne lui avait pas brisé ce poignet-là.

« Ok, j'ai noté le nom. Et ouais, je veux bien, pour les gens à pas abattre...Même si je me doute du nom de certains, genre les Kuromiyas...Dire que y'a encore des idiots pour avoir voulu planifier de les dézinguer, y'a pas trop longtemps. »

Quant à l'autonomie de ses deux mains, cela lui semblait évident. Il n'allait pas chasser le vampire en étant manchot, ses précédentes expériences lui avaient déjà montré que même en forme, le vampire avait toujours au moins cent ans d'avant devant lui...alors s'il était blessé, il n'imaginait pas. Bon, évidemment, cela impliquait qu'il allait de voir se prendre en main et faire soigner ses blessures, mais bon, tant pis. Et puis il recommencerait de travailler dès qu'il serait guéri, et ça, il approuvait. Daisuke sourit une nouvelle fois, soulignant avec insistance le nom du médecin, comme un rappel à lui-même : il allait falloir qu'il se prenne un peu en main.

« Ha...Alors...ouais, j'vais tout raconter du début, c'est vrai qu'on pourrait croire que je suis volontairement allé chercher un gros poisson mais non, c'est pas mon genre. J'serais plutôt du genre à filer la queue entre les jambes, moi...donc voilà...J'travaille au Monsoon Café. »

Sur le coup, il mordit à nouveau dans le sandwich, et, regardant le chasseur, prit bien son temps pour le mâcher. Une fois qu'il eut fini sa dure mission, il reprit son histoire.

« Je sais plus quelle heure il était, mais il faisait nuit. J'étais de service pour une fois, vu que l'un de mes collègues était malade, et j'ai renversé un plat sur un client, faut me comprendre, j'ai pas trop l'habitude. Le patron est venu suite aux plaintes du client, on s'est excusés, mais c'était pas assez, alors bon, j'ai proposé de lui filer un autre pantalon. J'avais déjà deux ou trois doutes, là, mais je l'ai fait tout de même pour l'éloigner des autres, desfois que si mon intuition était bonne, il fasse un ravage dans le resto. Une fois dans le vestiaire, j'suis allé cherché deux ou trois potions de...ouais...Chinoise-san dans mon casier et j'ai composé le numéro d'urgence de mon père pour qu'il puisse me localiser, vu que lorsque je lui ai filé un pantalon de serveur, le vampire a montré ses canines. Là...j'ai...j'ai tiré deux balles dans la fenêtre. J'ai voulu me défendre, aussi, mais...il s'est rapproché de moi...il jouait... », Daisuke était terrifié. Se rappeler de Hiraiwa était un peu horrible, mais il souhaitait restituer le récit en intégralité.

« Je ne comprends pas comment il a pu avoir le désir de manger au Monsoon, surtout que...ils ne vengent pas...il planifie sûrement quelque chose de pas bon...enfin bref. Il a dit qu'il voulait faire un...jeu avec moi...mais les chasseurs sont arrivés avant et j'ai brisé deux fioles de manière à handicaper sa vue et à ce qu'il y ait beaucoup de brouillard avant qu'il me foute un coup dans la tête. Et puis j'ai fui...j'ai pris appui sur le rebord de la fenêtre mais...voilà...il y avait encore un bout de verre. Je suis arrivé dans un endroit avec du monde et là, j'ai enlevé le bout de verre et j'ai sorti l'autre potion de Chinoise-san, comme tu l'appelles...tu sais, celle qui est censé dégoûter un vampire...ben...en fait, j'étais tellement terrifié que j'ai pas pensé aux conséquences. J'm'en suis foutu sur le cou et sur ma plaie, vu que ça saignait. Comme un idiot. Et puis il est arrivé, il m'avait suivi grâce à l'odeur un sang. Là, il a dit qu'il s'appelait Fujiwara Eiichiro, mais dans ce cas, c'est le portrait craché de Hiraiwa...Bref...j'étais terrorisé, et il m'a pris en otage, en quelque sorte...un chasseur lui a tiré dessus, ça s'est cicatrisé tout de suite et il...il m'a pris en bouclier, pis...pis ensuite, il a trouvé le portable et m'a forcé à l'étendre. Enfin, il m'a lâché. Ça ne devait plus l'amuser, il m'a juste dit « la prochaine fois, je n'aurais aucune pitié ». Voilà, c'est tout... »

Mais c'était déjà pas mal et Moritaka devait retenir ses tremblements pour pouvoir articuler clairement. À la réflexion, si certaines phrases n'étaient pas tout à fait clair, c'était parce que ses idées avaient éclos toutes en même temps. Il fixait Moriyama de son regard noir, toujours un peu sous le choc, tenant ce qui lui restait de sandwich de sa main droite. Plus qu'un médecin, il lui aurait fallu un bon psy...

« Sinon, ouais...vous..euh...tu as des infos sur d'autres chasseurs qui y auraient été confronté ? Ha...et ça serait possible que ça s'ébruite pas trop ? Y'a quelques années, j'ai rencontré une dénommée Miyûjin Sari, et depuis, Aizara me casse les burnes parce qu'il croit que je vais en faire une fixette et risquer de m'y attaquer tout seul...n'a-t-on pas idée...moi, je pense qu'il veut plutôt se garder cette nana pour lui. »

Il regarda le sandwich, enfin plutôt le papier...

« Dis, tu n'aurais pas de la monnaie qui te resterait ? J'ai encore faim...et je me lève pour te chercher ta brioche. »


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   Mar 14 Aoû - 10:19





Non effectivement, Natsuki n’avait pas vocation « d’annuaire ambulant ». Déjà là, il se sentait pas tellement concerné parce qu’il n’était pas certain que Daisuke lui ai demandé son aide « à lui ». De toute façon, en dehors de quelques grosses battues, Natsuki avait peu de temps à allouer aux autres chasseurs. Pas par manque de volonté non… Mais il avait beaucoup à faire rien qu’à s’occuper de ses propres oilles venues apprendre à voler à Tôkyô après avoir été nourries et éduquées à Nikkô. Certains étaient trop fougueux, d’autres nerveux… Et puis il y avait ceux que la pratique de ce qu’ils connaissaient déjà finissait par quasiment traumatisés la première fois… Finalement, il y avait ceux dont ce n’était pas le premier séjour ici et qui généralement étaient des bons contacts avec lesquels il aimait à patrouiller quelques nuits. Bref… Tout ça pour dire qu’il avait un emploi du temps que le premier ministre lui-même ne lui aurait pas envié.

Natsuki jette un œil rapide aux notes brèves de Daisuke et quand il lui parle de la liste des « VIPs » de l’Ordre, en quelques sortes, il a un hochement positif de la tête. Pour être honnête, même si ça le faisait chier, il préférait encore ça… Parce que ça évitait plus de problèmes qu’autre chose… néanmoins, parce qu’on ne changeait pas un homme :

๑ En fait je vais te dire de t’adresser à Ninomiya Kenzô sur le forum. En plus il est modo… Il devrait te donner ce que tu demandes si tu t’adresses à lui.

Pour ce qui était des Kuromiya… Natsuki garde le silence un moment, observant le liquide noir dans sa tasse. Elle était déjà pour ainsi dire vide, elle aussi.

๑ Les Kuromiya sont en effet en haut de la liste. A moins qu’on ne les tue ensemble mais c’est un sacré coup de poker parce que le monde vampirique réagirait probablement très mal à cette agression. Je ne parle même pas de la difficulté qu’on aurait à les atteindre…

Fallait être lucide et même lui n’avait pas très très envie de se frotter à ceux là… Pas plus qu’à certains autres dont il tairait le nom pour son orgueil plus grand que lui mais bref… Il y avait des vampires dans cette ville qui, même quand on avait son expérience et ses compétences, savaient nous mettre drôlement la pression.

๑ De toute façon, dans le cas des Kuromiya, ils sont sages. Tu les as déjà croisé ?

Lui oui… Et s’il n’aimait ni l’un ni l’autre, il appréciait le caractère précieux du père. En ce qui concernait le fils, disons qu’il aurait bien aimé lui faire ravaler ses regards noirs avant de tordre le cou à son chat de gouttière pour lui faire les pieds… Sale matou qui se prenait pour un dragon crachant des flammes…

Daisuke commence ensuite son récit… Et la première information qu’il a pour lui c’est de lui donner le nom de l’endroit où il travail. Super… C’était important ? En tout cas, Natsuki connaissait le Monsoon Cafe. Justement, Kuromiya Sensui déjeunait là bas une fois par semaine pour ce qu’il en savait. Enfin peu importe… Peu importe parce que Daisuke est lancé et que visiblement, il n’avait attendu que cette demande de l’ouvrir pour déverser… Un flot continu de paroles, ne s’arrêtant quasiment que pour reprendre un peu sa respiration. Dire que Natsuki trouvait que Junya parlait trop… Le journaliste en herbe aurait trouvé son maître ! Daisuke parlait avec à la fois crainte et passion, donnant des tas et des tas d’informations inutiles qui en finissaient presque par noyer le plus important. Franchement, l’aîné des deux commence à sentir la migraine lui poindre et s’il n’interrompt pas Daisuke, c’est qu’il étouffe quelques jurons dans sa dernière gorgée de café. Bon sang… Il avait raté sa vocation lui… Il aurait dût faire commentateur sportif genre… Un truc qui lui laisserait beaucoup, beaucoup, BEAUCOUP de temps pour meubler sans jamais réellement venir à l’essentiel.

Oui ok, Natsuki exagérait. Mais c’est qu’il avait toujours eu du mal à se concentrer sur ce genre de discours. Et encore, heureusement que Daisuke avait un relativement bon japonais et qu’il n’articulait pas s’il avait deux pomme-de-terre coincées entre les molaires…

A parler autant, racontant dans le moindre détail ce qui s’était produit, Daisuke semblait carrément revivre les évènements, à demi terrifié, n’osant même pas, consciemment ou pas, le regarder dans les yeux. Ce genre de peur, il en était coutumier. Pas par expérience personnelle mais parce que des jeunes recrues, il y en avait plein les temples de Tenkyû. Et parfois, on était pas à l’abri d’une immense frayeur, même quand on était un grand chasseur… Y avait qu’à voir Kenzô qui avait été si abattu lorsque sa sœur cadette s’était faite empaler sur sa propre lame par un vampire. Ce dernier était mort, tué par la jeune femme… Mais Natsuki avait vu la détresse dans le regard de son ami et pendant un long moment, au-delà de la convalescence de la jeune femme, Kenzô avait eu peur oui. Des vampires. Pas de ceux qui auraient pu l’agresser lui… Mais de ceux qui auraient pu croiser la route de Sora. Ce n’était pas le même genre de peur non… Mais elle était tout aussi intense. Bref…

L’histoire de Daisuke se termine sur un relatif silence… Et Natsuki ne commente pas pendant un long moment… Avant de dédramatiser en grognant :

๑ On t’a jamais apprit à synthétiser à l’école ?

Parce qu’il y avait des choses à prendre mais surtout beaucoup à laisser hein ! En tout cas…

๑ Je rapporterais l’incident… Mais tant qu’il ne tue pas pour la gratuité de l’acte de manière avérée, on ne pourra rien faire.

Shiro était membre du Grand Conseil et plus encore, il était connu pour seconder Sasara. Autant dire qu’il était presque intouchable et qu’il lui faudra faire un très sérieux écart de conduite pour se mériter un rapport disciplinaire de l’Ordre. Certes… Le vampire n’en aurait probablement rien à secouer de se faire remonter les bretelles par eux. Tout au plus serait il frustré qu’ils se le permettent… Mais voilà. En revanche, Shiro n’était pas connu pour sa quantité d’amis et d’allié, plus encore au sein des différents Conseils… De fait, chaque erreur était à empiler avec patience. Arriverait un jour où il en agacerait plus d’un. Ce jour là… Si Daisuke et lui étaient toujours vivant –on pouvait leur espérer une longue vie à tous les deux- ils en reparleraient.

Quoi qu’il en soit, fixant un moment les pupilles encore un rien dilatées par la peur, Natsuki s’entend conseiller :

๑ Jette toi sur une barre de chocolat. Ca te fera du bien.

Haaa… ! Les biens faits du chocolat. Ca prêtait peut être à rire, dit comme ça, mais Natsuki était très sérieux ! C’était bon pour se détendre même s’il fallait plutôt le laisser fondre sur la langue que l’avaler en deux bouchées sans en sentir le goût.

๑ Une tisane aussi…

Bon, voilà pour les remèdes de grand-mère… Maintenant, fallait aussi dire :

๑ Entraîne-toi, chasse plus à ta mesure, évite les vampires lorsque tu as un doute voir carrément lorsque tu ne les connais pas. File et observe, renseigne-toi avant de leur tomber dessus. L’attaque c’est seulement 30% du boulot de chasseur.

D’où l’importance du réseau qu’était Requiem et l’outil formidable qu’il représentait. Bien des vampires auraient aimé le détruire… Y avoir simplement accès leur aurait peu servit même si eux même auraient pu apprécier glaner des informations, en donner sur leurs ennemis ou aiguiller sur des mauvaises pistes parfois… Mais globalement, c’était plus une arme braqué sur eux que quelque chose qu’ils pouvaient convoiter pour leur propre intérêt.

Daisuke lui demande d’être discret, Natsuki a un petit mouvement d’épaules pour toute réponse. Ouais ouais, il allait la fermer. De toute façon, l’intérêt était franchement moyen… Juste pour se moquer ? A la limite ouais, ça pouvait lui ressembler. Alors disons qu’il le ferait juste pas. Quant à Aizara, un membre de l’Ordre qu’il connaissait assez mal mais dont le nom lui était connu du fait de son rôle de modérateur, il pousse un soupire.

๑ Ouais, le chasseur hypocondriaque qui ose pas sortir de chez lui. Franchement, qu’est ce que tu t’emmerdes à donner de l’importance à ce qu’il dit ?

Illustrant son propos :

๑ Tu crois que je reçois que des MPs d’amour ?

Ho ça non ! Mais il en avait… Tellement rien à carrer ! Parfois, pour le sport, il répondait histoire d’agacer encore plus ! Le plus souvent, il se contentait d’effacer les messages dans sa boîte et de ne plus y penser. Certains parvenaient à user un peu de sa corde de patience mais comme on dit : c’est pas au vieux singe qu’on apprend à faire la grimace.

Moritaka lui réclame ensuite de la monnaie… Pour s’acheter un truc à bouffer en plus de sa brioche et Natsuki demande :

๑ Tu crois que je vais te payer à bouffer ?

Le môme avait pas de quoi lui acheter une brioche alors si là il voulait l’acheter « en plus » d’un truc pour lui, c’est qu’il comptait vraiment dessus hein !!

๑ Ca va faut pas rêver tout fort hein… Si tu voulais des chandelles et des violons, fallait choisir un autre endroit.

En tout cas, une chose était certaine, pour en revenir à leur sujet d’origine :

๑ Lorsque tu tombes de cheval, soit tu remontes et t’affronte ta peur, soit tu arrêtes l’équitation. Ben là c’est pareil.

Et parce que Natsuki n’avait pas pour habitude de se brider, il ajoute même :

๑ En ce qui me concerne, je préfère que tu prennes ta retraite plutôt que d’être un potentiel boulet lors d’une battue avec des chasseurs qui eux, son réellement compétents et avec la maîtrise de leurs émotions.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   Ven 24 Aoû - 23:07


Ninomiya Kenzô ? Ce type ne lui disait rien de très bon, même s'il fallait l'avouer, il pensait exactement la même chose de Moriyama avant. Il s'agissait probablement d'une très – trop – grande gueule sévissant pour leur grand malheur à tous sur Requiem. Il se doutait que ce « Ninomiya-san » fasse attention à lui, mais ne savait-on jamais...bon, d'abord, il allait attendre que sa « blessure » guérisse, et surtout qu'il se calme légèrement. Il avait juste une agression à digérer, et dieu savait à quel point il avait du mal avec tout ce bazar-là.

En ce qui concernait les Kuromiya, non, il ne les avait jamais rencontré. Bien sûr, il en avait entendu parler, que ce soit en bien et en mal, et avait suivi avidement les échanges sur Requiem, lorsqu'il s'agissait de battues les concernant ou des choses du genre. Au final, il avait retenu la leçon que voilà : il ne fallait pas s'attaquer à ce couple. Non seulement ils étaient fort, mais en plus, leur influence était telle qu'ils ne feraient que se mettre le monde vampirique à dos...et cela, Daisuke n'y tenait pas beaucoup, il avait assez de Hiraiwa. Les paroles de Moriyama-san n'avaient fait que confirmer ce qu'il savait déjà. Était-ce inquiétant qu'il y ait des vampires dans ce monde, tellement craints que, s'ils faisaient une bêtise, personne ne puisse les inquiéter ?

Et ouais, son discours avait été long et parfois rempli de blancs. Il était tellement craintif que, bon, cela se sentait pas mal...en même temps, il se tripotait la main, grimaçant au fur et à mesure qu'il accomplissait cette action. Daisuke était tout de même un tout petit peu hypocondriaque. La plaie n'était pas non plus très étendue ni profond, il avait enlevé le bout de verre assez vite, et aucun morceau ne subsistait à l'intérieur. Bon, la plaie avait peut-être commencé à s'infecter, mais c'était surtout dans sa tête. Le traumatisme de son tête à tête avec le vampire restait vraiment et malheureusement très actif, et Daisuke n'arrivait à le surmonter.

En ce qui concernait le soudain conseil de Natsuki, Daisuke fit mine de regagner tout autour de lui, puis, battit des bras l'air, soupirant. S'il n'avait plus assez d'argent pour acheter une misérable petite brioche, nul doute qu'il n'en aurait plus du tout en ce qui concernait le chocolat. De même que le thé, quoi qu'il en avait pas mal, chez lui. Il allait se foutre de la tête de son aîné, comme quoi il n'avait pas besoin de lui dire ce qu'il savait déjà – et puis cheveux rouges avait son orgueil, non mais oh – car il le prenait généralement un peu mal. En ce qui concernait les autres conseils, Daisuke reconnaissait que Moriyama-san avait plus que raison...il ne se concentrait que trop sur la chasse et trop peu sur tout ce qui était avant, du fait de son envie de tout faire le plus vite possible.

« Ben d'habitude, je ne chasse qu'en meute, mon père m'appelle et...ben j'exécute juste les ordres, c'pour ça que j'ai pas trop l'habitude. »

Il se permit un petit rire en ce qui concernait ce membre très particulier de l'Ordre, et hocha la tête. Il n'était donc pas la seule cible d'Aizara, à croire qu'il se plaisait de se foutre les gens à dos. De temps en temps, il faisait exprès d'enquêter sur le vampire femelle avec lequel ce crétin n'arrêtait pas de lui faire chier, juste pour l'emmerder convenablement. Oh, bien sûr, il ne la traçait pas ni rien, il se contentait juste de lui envoyer un petit mp, lui disait que ce souvenir le lancinait et qu'il voulait absolument revoir la belle. La dernière fois, il s'était pris un ban de deux jours, mais avait bien rigolé suite à cette aventure. Un de ces jours, cela lui ferait une bonne anecdote à raconter autour d'une partie de cartes à des amis.

« Vous...tu vas pas me payer à bouffer ? Allez, s'il te plaît, je t'ai payé un café, sois pas radin ! »

Avec les glucides apportés par le sandwich, sa verve habituelle revenait quelque peu. Il écouta les conseils suivants, une main collée au front, comme si sa tête pesait horriblement lourd, et puis soupira. Il ne pouvait pas arrêter la chasse, et puis il avait toujours été un boulet. Ce n'était pas quelque chose qui changerait.

« Mais je maîtrise mes émotions ! Me prend pas pour un noob, non plus, c'est juste qu'il me faut...disons une semaine de congé pour pouvoir avaler tout ça ! Et après, je serai de nouveau d'attaque, tu peux comprendre ? En ce qui concerne les Kuromiya, t'avais posé la question...non, jamais rencontrés, j'ai lu qu'ils avaient un bar ou un truc comme ça, mais ce sont pas mes oignons. Et tant qu'ils foutent pas le bordel, voilà, j'ai un boulot, donc bon, autre chose à foutre que rencontrer ces précieux. »

Il soupira. Comment faire comprendre à Moriyama que le problème n'était pas les vampires, mais juste Hiraiwa ? Oh, il savait ! Il allait parler de sa rencontre avec Hidemi, comme quoi, il n'y avait que ce gros lard qui ait laissé des séquelles dans son organisme. Et pourtant, il lui avait fait moins de mal.

« Pour l'équitation, tu tombes, et tu te mets à détester tous les chevaux ! Là, c'est pas le cas, c'est juste d'Hiraiwa, que j'ai peur, et je sais qu'il, enfin je crois, qu'il a d'autre occupation que me foutre les ch'tons. La preuve, enfin de le rencontrer, t'as un vampire, un jeune, quoi, il m'a sauté dessus et il m'a mordu. J'ai pas peur d'lui aujourd'hui, quoi ! Donc t'en fais pas, j'ai juste besoin de repos, et je serais pas un boulet comme peut l'être Aizara dans mes chasses...»

Daisuke souffla, d'autant qu'il ne lui restait plus de son sandwich. Il regarda du coin de l'oeil la tasse de Moriyama, laquelle avait l'air drôlement vide également. Il ne pourrait même pas la piquer et boire ce qu'il y avait à l'intérieur à ses risques et périls.

« Fin bref, ouais, j'ai compris la leçon. Je guéris et je pense au reste après. Tu pourrais tout de même pas me filer un peu de fric, rien que pour acheter une barre de chocolat à ce type ? Tu dis que ça va me remettre d'aplomb...s'il te plaît ! »

Il prit ses aises sur sa chaise – au fil de la discussion, le brave Moritaka avait quasiment oublié sa blessure si grave à la main.

« Et arrête de me parler de retraite comme si je n'étais qu'un petit vieux. Ne viens surtout pas imaginer que je fais ce boulot pour le plaisir. Il s'agit juste d'une tradition familiale et mon père veut garder. Personnellement, j'en ai rien à foutre, des valeurs de toute cette joyeuse bande, et j'suis même persuadé qu'il y a plus que les humains assassinent et tuent plus que les vampires. »

Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   Jeu 6 Sep - 14:39





๑ Ben d'habitude, je ne chasse qu'en meute, mon père m'appelle et...ben j'exécute juste les ordres, c'pour ça que j'ai pas trop l'habitude.

Natsuki arque un sourcil devant cette façon de dire les choses. « Chasser en meute... ». Daisuke se prenait pour un clebs ou quoi ? En tout cas, même s'il aurait pu le deviner tout seul, Daisuke n'était donc pas le chef de sa « meute ». C'était plutôt le père de celui-ci qui gérait les opérations et pour être honnête, Natsuki ne remettait pas l'homme du tout. Parce qu'il devait bien s'appeler « Moritaka » non ?

๑ Et lui, il chasse ou il t'envoi juste ? Il a chassé déjà au moins ?

Natsuki était familier avec le principe des mentors ou des « chasseurs » qui étaient trop vieux voir handicapé pour sortir eux mêmes. Certains restaient malgré tout indispensables, pour diverses raisons. Parce qu'ils fournissaient grassement Requiem ou parce qu'ils avaient des sens techniques très aiguisés... Mais c'était toujours délicat parce qu'en général, s'ils étaient là sans avoir jamais été chasseur actif à l'origine, c'est qu'ils n'avaient jamais réellement pu se défouler. Et quoi qu'on en dise, les chasseurs avaient souvent beaucoup de crimes perpétrés par les vampires qu'ils voulaient venger. Bref... Tout ça pour dire qu'il se méfiait de ceux qui envoyaient les jeunes au casse-pipe. D'ailleurs :

๑ Pourquoi c'est pas lui qui te console là ?

Parce que bon... Fallait pas être diplômé de Todai pour savoir que Natsuki n'était pas le mec le plus qualifié pour rassurer ou quoi... Ca avait jamais été très son domaine que de calmer les gros chagrins et lui était partisant du fait qu'une bonne bière en bonne compagnie guérissait tout, même les plus grosses blessures. Dans ce cas là, fallait juste augmenter le degré d'alcool voir la quantité ingurgitée. Pas ce qu'il y avait de plus sain, il savait bien... Mais qu'est ce qu'il pouvait bien dire à Daisuke de toute façon ? En lui donnant l'adresse d'un médecin, il avait fait de son mieux non ? C'était tout ce qu'il pouvait faire pour lui. Quant à ses blessures psychologique... Hé bien là, on entrait dans un domaine que Natsuki ne connaissait pas du tout et il avait plutôt des raisonnements « gros sabots » qui n'auraient peut être pas convenu à quelqu'un dans la situation du jeune chasseur.

Daisuke insiste pour qu'il lui paie un truc... Et Natsuki lève vivement une main pour, depuis l'autre côté de la table, lui donner une bonne petite claque sur la tempe. Pas le genre « sympa » qu'on mettrait à un gosse... Parce que Natsuki ne possédait probablement pas assez de douceur naturelle pour ça... Plutôt une claque amicale mais que Daisuke avait dû sentir passer quoi. Ayant ainsi bien récupérer toute son attention, Natsuki fait à Daisuke un beau doigt d'honneur.

๑ Insiste encore et tu devras voir un dentiste en plus du médecin.

Parce qu'il allait lui dégager toutes les dents de devant, au minimum ! Et pouf, plus de viennoiseries mais plutôt de la soupe à tous les repas pour le triste sir.

En ce qui concernait le délais que Daisuke demandait pour se remettre tout à fait de ses « émotions », Natsuki a un nouveau haussement d'épaules, comme si ça n'avait eu aucune importance, ce qui était un peu le cas. Lui même avait parfois besoin de réconfort, quoi qu'il en dise. Mais c'était moins long que Daisuke ! Peut être aussi parce qu'il avait plus de bouteille. Après la mort de Yu Hee, n'était-il pas allé se réfugier chez Junya, juste pour obtenir du jeune homme la tendresse et l'affection dont il avait besoin ? Sentir sa peau douce sous ses doigts, l'entendre soupirer sous ses caresses... Se prouver, finalement, que si ces mains pouvaient tuer, elles pouvaient également donner du plaisir. Ca avait un petit quelque chose de glauque... Mais sa vie était faite ainsi et de toute façon, si ça n'avait pas été lui, s'aurait été quelqu'un d'autre. Natsuki s'assumait entièrement.

๑ Le Bloody Sunday oui. Et tu peux bien les appeler « les précieux » mais niveau dangerosité, je les classe au dessus de ton vieux pote Shiro.

Enfin... Fallait temporiser :

๑ Shiro est obligé de suivre un minimum la ligne de conduite du Conseil puisqu'il en fait partit. Les Kuromiya sont clairement en dehors du système et le Conseil peine à avoir une empreinte sur eux. Il faut être vraiment stupide pour les insulter tout en tremblant devant Shiro.

Ok, lui aussi il les moquait allègrement, bien souvent ! Mais il le faisait avec tous les vampires quoi ! Et pas que ! En plus, Natsukie gardait à l'esprit qu'il ne fallait pas les sous-estimer, qu'il s'agisse des Kuromiya ou de Shiro ou de n'importe quel autre vampire.

Daisuke continu de se justifier... Puis lui admet au passage qu'il a été mordu par un vampire, ce qui forcément lui fait fort froncer les sourcils à Natsuki qui occulte tout le reste -ramassi de blabla pour lui qui bavardait peu.

๑ Attends... Quoi ? Lequel ? Tu l'as laissé en vie alors ? Il t'a beaucoup mordu ? Putain, pourquoi tu commences pas par là, t'es couillon ou quoi ?!

C'était quand même plus important que ce Shiro de merde qui faisait mumuse quoi ! Lui si un vampire le mordait, il n'aurait de cesse de le pourchasser jusqu'à ce que mort s'en suive... Parce qu'il savait que chez les vampires, la morsure c'était quand même un symbole de domination ! Après tout, la morsure avait trois effets... La mort, l'affiliation et la transformation en calice. Trois asservissements plus ou moins fort quoi. Daisuke ne réalisait ceci dit vraisemblablement pas.

๑ Enfin quoi, tu trembles à l'idée de mourir mais pas à l'idée d'être le pion d'un vampire ? Putain, je sais que la morsure ça fait bander mais là ça ta carrément pomper tout le sang hors du cerveau quoi !

Le pire c'est que Daisuke en revient au fric... Et Natsuki saisit sa tasse de café pour la lui balancer à la tronche !

๑ P'tit con de merde !

Du coup, à ce qui suit, Natsuki se montre plein de méprit. Chasser par « tradition familiale » alors qu'on en avait pas envie, c'était quand même la pire raison de chasser d'après lui. C'était comme montrer son cul à tous les autres chasseurs et en fait, c'était risquer de devenir le vrai boulet du groupe. Etre chasseur sans chasser par conviction... C'était vraiment être un danger public. Pour soit comme pour les autres. Un mort en sursit.

๑ Alors sort-toi les doigts du cul et arrête le métier. Affronte ton vieux complexe du paternel et quitte les chemins des chasseurs.

C'était sans appel de son point de vue...

๑ Y a une véritable vocation qui fournit un grand instinct de survie dans notre profession. Si tu le fais par dépit, de toute façon tu te feras avoir jeune. Alors épargne moi tes pleurnicheries. Bordel, il te manque une paire de nichon et tu seras une vraie nana, regarde toi...

Bon ok, Natsuki avait des méthode un peu électrochoc mais fallait ce qu'il fallait hein... Finalement se penchant légèrement vers Daisuke et avec beaucoup de sérieux, il lui demande :

๑ T'as pas l'impression d'être juste de la viande à te vendre comme ça à ton père ?

Tocard...



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   Mer 12 Sep - 13:51


Il était vrai que les rapports entre père et fils Moritaka pouvaient paraître franchement étrange pour toutes personnes en dehors de leur famille. En réalité, comme Natsuki avait l'air d'en douter, le père était aussi sur le terrain, en indépendant. Il était juste plus doué, plus discret que le fils. Il le contactait en fait souvent pour qu'ils se joignent à eux, accomplisse des missions en leur compagnie – c'était avec cette joyeuse bande qu'il s'était fait cette cicatrice à la hanche, mais n'en parlons plus – Daisuke allait devoir expliquer bien des choses à Moriyama-san et, du coup, se frotta doucement le front, ne sachant plus trop par où commencer tout cela. Il n'allait pas raconter l'histoire du divorce, non ? Vu la réaction de l'autre chasseur lorsqu'il avait raconté une trop longue histoire, Daisuke se disait qu'il ne valait effectivement peut-être mieux pas. Ou alors très brièvement, mais il n'avait pas vraiment envie de parler de sa mère et du fait qu'il avait été confié à son père. Et ça tombait bien, Moriyama changea lui-même de sujet.

Daisuke commençait à se gratte la joue, un peu embarrassé de se confier à un mec comme ça. Natsuki ne faisait pas partie de ses doudous tire-larme de prédilection, et à l'origine, il n'était venu le voir que pour préparer une chasse ordonnée par son paternel. La situation n'avait dérivée que...à cause d'il ne savait quel élément. Peut-être parce qu'il se plaignait tout le temps, en fait. Alors qu'il insistait pour avoir à bouffer, la réaction de Moriyama ne se fit pas tarder et, un peu choqué, Daisuke se colla au fond de sa chaise, main sur la joue, regard déviant sur les ordinateurs comme s'il désirait s'enfoncer dans un autre univers. Tout de même, le nourrir, ne serait-ce qu'un tout petit peu, cela ne cassait pas trois pas à un canard, non ? L'un dans l'autre, cela finit tout de même par faire rager notre petit chasseur qui leva la tête distraitement, feignant de snobber un peu son compagnon, lequel s'en foutrait probablement, mais t'en qu'à faire...Il écouta vaguement ce qu'il lui dit sur Shiro, sur les Kuromiya, mais il ne lui semblait pas qu'il n'y a de choses qu'il ne connaissait déjà...Moriyama le prenait à ce point-là pour un con ?

Toujours au fond de sa chaise, il fut par contre assez choqué lorsque l'autre chasseur s'emporta au sujet de Hidemi...oh..ohh...c'était Hidemi qui l'avait mordu, il n'y avait pas besoin de s'inquiéter ! Et puis Daisuke avait lu quelques livres sur le sujet, notamment à propos de la formation des calices : ils ne le devenaient pas avec simplement une petite morsure. L'autre vampire totalement bariolé – et barré, aussi – lui avait seulement prélevé une ou deux gorgées de sang. On ne pouvait pas vraiment dire qu'il était désormais dépendant de sa personne, ou alors le mal qu'il ressentait à son poignet était drôlement délocalisé. Bref, Natsuki s'emportait visiblement pour rien. Daisuke jouerait bien le jeu pour le calmer, mais pour le moment, il...Ha, il savait, il allait lui montrer ce qu'il avait posté sur Requiem à ce point. Ils étaient dans un Cybercafé, non ? Il avait donc accès à son compte, et tout ce qui allait avec. Daisuke pourrait donc lui montrer le post précis qu'il avait rédigé sur la fiche d'Hidemi et lui dire qu'il pensait que ce n'était pas très important, puisque personne ne lui avait envoyé de mp.

En tout cas, le cas Hidemi n'avait pas plus l'air de le marquer. Surtout que cela n'avait pas eu lieu au cours d'une chasse, en fait, et que Daisuke se sentait un peu coupable de lui avoir foutu quelques coups de pieds alors qu'il ne savait même pas encore qu'il était ce qu'il est.

« Zen...je suis pas de la viande à perdre, calme tes hormones, mec ! Mon père est actif à la chasse, il reste pas dans son coin, et puis...je suis doué au tir, ce serait bête de perdre un effectif, finalement. Regarde, j'vous avais prévenu avant, pour la morsure, personne n'a réagi, j'l'avais écrit sur sa fiche ! »

Rapidement, il se leva de sa place pour se diriger vers l'ordinateur à leur droite, l'allumant et se connectant vite fait à son compte. Le jeune homme, ces derniers temps, était très distrait sur ce qui concernait les chasseurs. Il regardait de temps à autre les nouveaux messages, mais dernièrement, dans cet espèce de délire paranoïaque qu'il le caractérisait depuis qu'il avait rencontré Shiro, il évitait toute chose qui soit en rapport avec les chasseurs.

« Ninomiya Kenzô, trahison ? »

Ce fut plus un murmure qui sortit de sa bouche à ce moment-là. Rempli de curiosité, il n'alla pas sur la fiche de Hidemi qu'il avait à l'origine mentionnée, mais...sur ce topic. Après tout, il pourrait faire marche-arrière, non ? Arrivant sur les derniers posts du sujet, Daisuke put juste lire quelque chose à propos des morts de personnes de l'Ordre et de chasseurs indépendants. Affolé, il remonta à toute victime ce dont ce modérateur parlait et...une espèce de grimâce de dégoût le prit, tandis qu'il comprenait la triste réalité.

« Yu...Hee...est...morte..... »

Le pire restait sans doute à venir, la jeune fille ayant été exécutée par Moriyama. Daisuke se tourna lentement vers son « compagnon », les larmes presque aux yeux, essayant de se souvenir momentanément des instants qu'ils avaient pu vivre ensemble, Yu Hee et lui. Pas grand chose, certes, mais il se souvenait juste de cette fugace envie de vivre.

« Elle....elle voulait vivre et elle est morte...je...non...et elle a été assassinée...sous prétexte qu'elle avait causé la mort d'autres en vendant des informations...Yu...Hee... »

La page de Requiem resta allumée, en accès libre, tandis que Moritaka Daisuke se tournait lentement, trop lentement vers Natsuki, les yeux embués et les poings serrés. Il ne savait plus quoi faire, maintenant qu'il venait d'apprendre cette nouvelle. Il n'avait même pas envie de se jeter sur Natsuki pour lui faire subir il ne savait quoi, ce serait tellement puéril, et l'autre chasseur avait peut-être souffert tout autant que lui de souffrir de bourreau.

« C'est vrai...c'est vrai que c'était une traîtresse ? Je l'avais rencontrée avant qu'elle ne meure, on est allé boire un verre, je...je voulais l'emmener dans mon lit. Elle était comme moi, elle disait qu'elle non plus n'avait pas eu le choix de faire ce métier. Ce...c'est tellement irréaliste, je peux pas le croire. Elle était comment, avant sa mort ? Elle pleurait, elle disait qu'elle voulait vivre ? »

Ce qui était plus dur que tout, c'était que Daisuke ne savait pas vraiment s'il devait la venger. Et à travers qui se venger ? Moriyama n'était qu'un pion de l'Ordre. À la limite, Ninomiya était même mieux placé que lui, il n'y en avait pas à en douter.

« Moi aussi je risque d'être tué, puisque j'ai laissé fuir Fujiwara ? »

Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   Lun 8 Oct - 14:20




Daisuke était… Un vrai gosse. Et s’il ne l’avait pas encore remarqué, Natsuki avait beau avoir quelques bons côtés friendly qu’il tentait de bien cacher, il n’avait pas du tout l’instinct paternel… Ni maternel d’ailleurs ! Du coup, aller moucher les gamins parce qu’ils pleurnichent, c’était pas son activité de prédilection et l’éclaireur avait déjà fort hâte que ce rendez-vous se termine. Ca ne s’était pas « si mal » passé que ça jusque là… Mais plus ça allait, moins il gardait patience et Daisuke lui-même ne le portait pas plus qu’il ne le fallait dans son cœur, sans aucun doute. Fallait être logique : Natsuki savait qu’il tapait sévèrement sur le système de beaucoup de chasseurs sur Requiem avec son comportement… Mais qu’on se le tienne pour dit : l’inverse était vrai aussi. Du coup, pour les types comme Daisuke, lui il était LE casse-couille. Mais pour Natsuki, ils étaient MILLE clampins quoi…

Daisuke récupère sa session sur l’ordinateur, ouvrant sur Requiem –avec son propre passe cette fois- et s’en vient sur la page de Fujiwara Hidemi, confirmant qu’il avait parlé de morsure. Du moins, c’était sur cette page qu’il avait vraisemblablement prévu d’aller. Est-ce que Natsuki avait vu ? Oui, il avait forcément dût passer. Néanmoins, fallait reconnaître qu’il avait prit ça pour une façon de parler…

๑ Moi aussi on me dit que je mords souvent et c’est pas pour ça que je le fais pour de vrai…

Désolé mais parfois fallait être un peu plus explicite ! Surtout pour une partie de sa mauvaise foi… ! Ensuite, continuant de surfer de manière un peu distraite, Daisuke tombe sur l’annonce que Kenzô avait fait. Il existait ce genre d’annonce chaque fois qu’un traître de Tenkyû était éliminé. Juste pour prévenir son entourage proche des raisons histoire qu’ils ne soient pas trop surprit. Enfin… Bien sûr la surprise était souvent là quand même fallait pas se leurrer… Et elle était souvent mauvaise. Daisuke clique, Natsuki reste silencieux, pensif. Mettre fin aux jours de Yu Hee avait été ce genre d’action qui le rendait malade envers les vampires. Il n’était pas assassin dans l’âme et même si le rituel de l’Ordre n’était pas barbare et que Yu Hee s’y était plié, ça lui mettait la rage au ventre.

Elle avait quoi, cette gamine ? Vingt cinq ans grand maximum ? Un regard inexpressif sur un visage de poupée. On aurait pas vraiment dit une femme, Natsuki la charriait souvent à ce sujet… Et sous ses airs fragiles, elle avait trahit la cause, contribuant à la mort de plusieurs chasseurs, qu’ils soient de l’Ordre ou indépendants. Bien sûr, elle avait causé la mort de plusieurs vampires aussi, vendant simplement ses informations au « plus offrant ». Mais on était en période de guerre et l’Ordre avait des ennemis dans tous les camps… Comme des alliés. Alors ils ne pouvaient pas permettre qu’on trahisse ainsi tous leurs secrets.

Daisuke constate la mort de la jeune femme, visiblement dégoûté, écœuré… Et forcément, Natsuki ne sait pas encore si c’est « dans le bon sens » ou bien pas, pour peu qu’il puisse y avoir un bon sens. On voyait souvent juste devant notre nez et on balayait généralement simplement devant notre porte sans songer aux autres. Le comportement typique de l’égoïste qui voulait le beurre, l’argent du beurre et la crémière sans songer au fait que ça pouvait se retourner non seulement contre lui mais contre tous les autres. Daisuke avait ce genre de comportement, de toute évidence. Ca le surprenait un peu, d’ailleurs.

Natsuki reste de marbre, fixant Daisuke qui se retourne vers lui, poings serrés, mâchoire crispée… Lui énonçant un truc absurde. « Elle voulait vivre ». Dans ce moment, personne ne voulait réellement mourir. Pas même les « suicidaires ». C’était une échappatoire. Ils voulaient vivre mais comme ça ne marchait pas, ils cherchaient à endiguer la douleur. Point.

Puis Daisuke lui demande si ce qui est écrit est vrai… Avant de lui donner, une fois n’est pas coutume, trop d’informations ! En plus, connaissant Yu Hee comme il pouvait la connaître de part leur appartenance commune à l’Ordre, « l’emmener dans son lit » aurait été la plus grande de toutes les épreuves que Daisuke aurait pu vouloir franchir… Enfin ce que lui en disait…

Est-ce qu’elle avait pleuré ? Dit quelque chose ?

๑ Non. Elle s’est pliée au rite des nôtres après avoir reconnu son implication dans de nombreuses affaires. Est-ce qu’elle voulait vivre ? Sûrement. Mais toutes les victimes innocentes qu’elle a mené à la mort voulaient vivre, elles aussi.

De fait, très sérieux parce que Natsuki n’en avait peut être pas l’air mais il avait cette histoire profondément sur le cœur, il demande :

๑ Tu aurais trouvé ça tout aussi injuste si ça avait été ton père qui avait trouvé la mort par sa faute ? Et qui te dis que Shiro ne t’es pas tombé dessus parce qu’elle lui avait donné des informations, finalement ?

Ils ne savaient pas exactement le contenu des informations que Yu Hee avait pu transmettre. La jeune femme était restée fidèle à elle-même : stoïque. Bon en revanche, peu de chance que cette histoire avec Shiro ait un lien, Natsuki en avait bien conscience… C’était simplement un exemple parce qu’au fond, ça aurait pu, voilà tout.

๑ C’était elle ou nous tous, Daisuke. Si tu as un problème avec ça c’est que tu n’as pas comprit le monde dans lequel nous vivions. Elle, au contraire, elle l’avait très bien comprit et en tirait le partit le plus avantageux pour elle.

Ce n’était pas tant une critique qu’une constatation. Yu Hee avait tiré son épingle du jeu… Elle s’était doucement mais sûrement enrichit et ils avaient mit le temps avant de faire sortir le lapin du terrier. Quel gâchis…

Daisuke pose ensuite des questions de Fujiwara… Ou plus précisément sur lui en fait. Sur les incidences qu’aurait eues ses actions et Natsuki soupire en se laissant aller sur sa banquette. Les gens ne comprenaient rien à l’Ordre…

๑ Sur les actions brutes, l’Ordre ne juge que les siens. Et si nous nous sommes effectivement déjà levé contre des chasseurs indépendants, ce n’était JAMAIS parce qu’ils avaient laissé fuir un vampire mais plutôt parce qu’ils essayaient d’en tuer un dont l’existence était importante pour notre société.

Natsuki prend une pause avant de signaler :

๑ Toi qui parlais d’aimer la vie, dit toi que l’Ordre se donne pour objectif de la préserver. Nous faisons sans aucun doute moins de morts que les chasseurs indépendants. Nous tuons les vampires violents ou qui n’ont aucun lien avec la société. Nous protégeons les autres.

Donc non : pas la moindre raison pour que Daisuke se fasse tuer parce qu’il avait laissé s’enfuir un vampire que Natsuki ne connaissait même pas. L’aîné des deux vient jouer distraitement avec un fil qui dépasse d’un trou sur son jean, pensif… En fait, ils étaient pas nombreux les types (ou les nanas ouais) qui comprenait leurs motivations hein ?

๑ Pour que certains vivent, d’autres doivent mourir… Et ce sont les chasseurs indépendants qui ont forcé cette vérité à exister. Qui sait ce qu’on aurait pu faire si on avait communiqué paisiblement dès le départ avec les vampires ?

Natsuki avait beau avoir l’air très marginal par rapport aux valeurs de l’Ordre, il y croyait néanmoins réellement et si les années et l’expérience entachaient parfois certaines de ses convictions, ça ne durait jamais.

๑ J’irais mettre une fleur sur sa tombe pour toi, si tu veux.

Comme le voulait la tradition, Yu Hee avait été enterrée parmi les siens, au cœur des temples très privés de Tenkû, à Nikkô…

Ils respectaient leurs morts, fussent-ils des traîtres...




_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   Dim 4 Nov - 20:23


L'état d'esprit actuel de Daisuke n'était pas vraiment au top, et c'était normal. L'annonce de la mort de Yu Hee, plus que celle que c'était Natsuki qui l'avait tuée – même s'il continuait de lui en vouloir un peu quelque part – continuait à le marquer. C'était une douleur qui n'allait pas disparaître en dix minutes, et il récupérerait certainement une semaine plus tard, le temps de faire son deuil. Yu Hee avait beau avoir été une traîtresse, une manipulatrice et une vendeuse d'information, pour lui, elle restait cette jeune femme accrocheuse qu'il avait rencontré à la fin de son service. La conversation qu'il avait eu avec elle, les pensées et les idées qu'il avait pu avoir, il les gardait soigneusement en lui. Il n'avait pas pensé au victimes, il n'avait pas pensé aux civils qui auraient pu vivre mais qui avaient été tués par les vampires épargnés. Ni aux chasseurs. Tout d'un coup, Daisuke pensa qu'il était un gros égoïste et rentra légèrement la tête dans les épaules...lui qui ne pensait qu'au plan cul...

Concernant son père, il fit mine de ne pas entendre les paroles de Natsuki, trop occupé à compter les miettes devant lui. Il savait que ce dernier n'avait certainement pas eu le choix de la tuer...et pour son père, il...il ne savait pas trop quoi penser. Il lui venait parfois à penser qu'il aimerait que son père ne revienne pas de ses chasses, mais...était-ce vraiment ce qu'il voulait ? N'était-il pas attaché à lui, au fond, même si leur lien était dur à définir ? Embarrassé et comme un enfant pris en faute, il se gratta nerveusement la tête, puis frotta la blessure causée par Shiro, ne lui occasionnant qu'une grimace de plus.

« Oui... », marmonna-t-il pendant que Natsuki continuait inlassablement son sermon.

C'en était assez, il avait compris, il avait même trop compris. Et pourquoi choisissait-il aussi mal les filles ? Pourquoi cela ne marchait avec aucune d'entre elle ? D'autre part, ce n'était pas la première fois qu'un être cher dans l'entourage de Daisuke mourrait – il y avait bien eu le cas de ses grand-parents – mais la première fois qu'il s'agissait d'une personne aussi jeune que lui et avait laquelle il avait fait connaissance. Oh, il y avait bien eu un ou deux chasseurs qui s'étaient faits tués, mais la plupart de temps, il ne connaissait même pas leur nom...alors, leur vouer de l'importance...c'était une autre histoire. Stressé, il souffla, essayant de retenir le moindre petit détail de la pièce pour se déstresser.

Le mobilier était en bois, les ordinateurs posés dessus n'étaient pas très high tech, mais ils n'avaient pas la stature colossale des premières machines non plus. Daisuke s'y connaissait, il aimait tout ce qui concernait les technologies et, même si cela n'avait rien à voir, il avait commencé à construire quelques petites bombes. C'était pas facile. Regard en l'air ; le plafond avait tout d'un plafond ordinaire. Peint en blanc, la peinture commençait toutefois à être légèrement écaillée à certains endroits. De la pièce, l'on pouvait retenir ces grandes affiches promotionnelles annonçant, au choix, un jeu célèbre, un film à venir ou un nouveau manga. Il pouvait même voir une affiche pour AKB48, même ça ne l'étonnait même plus, elles devenaient omniprésentes, en ce moment. Entendant le mot tombe, il sortit soudainement de sa rêverie et tenta de se concentrer à nouveau.

« Oui...je veux bien. Je comprends ce que vous avez dû faire, hein. C'est juste que je me suis monté des petites histoires dans ma tête, j'aurais pas dû. Mettez-y...mets-y une bouteille de Ricard...c'est un trait d'humour, elle comprendra. J'ai voulu la saouler pour pouvoir me la faire et...ben ça n'a pas marcher. Je suis sûr que ça la fera rire. »

Il sourit difficilement au chasseur devant lui. Il l'avait peut-être tuée, mais au moins, il respectait son corps, et ça, il appréciait. Il inclina la tête doucement la tête devant Moriyama pour lui montrer qu'il appréciait vraiment ce qu'il faisait et bailla. Il voulait changer de sujet, et par la même occasion, changer ses idées...de quoi parlaient-ils donc lorsqu'il avait découvert la mort de Yu Hee ? Ce seul moment lui semblait bien lointain, désormais...

« Je...je disais quoi tout à l'heure ? Je suis allé sur l'ordinateur pour montrer un truc...Ha oui...le gentil vampire, Fujiwara Hidemi. »

Prenant sur lui, il se remit à tapoter sur le clavier, retrouvant la page relative au profil de ce vampire....et retrouva toutes les choses qu'il avait déduit de leur précédente rencontre. En effet, Hidemi ne semblait pas être un vampire très dangereux. Il lui semblait même...que si ce type ne faisait pas un peu attention, il se ferait brûler par le soleil. Avec la transformation, le petit pois normalement ancré dans sa cervelle semblait s'être définitivement barré.

« Alors...là-dedans, je dis que...Hidemi est en pleine dépression...c'est vrai, quand je l'ai rencontré, il semblait préférer se tuer plutôt que rester un vampire, c'était la première fois que je rencontrais quelqu'un comme ça, ça m'a vraiment marqué. Dans ces cas-là, on fait quoi...on les tue pour les soulager de leur peine ? Il m'a vraiment fait pitié ce type, et c'est pour ça que j'ai rien fait quand il m'a mordu, d'ailleurs... j'pense pas qu'il soit dangereux...par contre, j'pense qu'il a peur de son père vampirique, si celui-ci arrive à le manipuler suffisamment, il devrait devenir un bon gros Hannibal...même si c'est pas l'cas pour l'instant. »

Il se gratta de nouveau la plaie. Que dire d'autre sur Hidemi ? Le vampire était tellement un looser qu'il...ouais, dire ça... !

« En fait, il était tellement mort de soif que j'ai dû attirer une meute de chien près de lui pour qu'il finisse de boire. C'est tout. Et il m'a laissé partir en papotant avec moi comme si je le connaissais depuis quelques années. L'était bizarre, ce type, heureusement que c'est un vampire, au moins, c'est pas un pervers sexuel. Paraît qu'il y en a des comme ça... »

Il rit doucement même si la situation n'était pas vraiment appropriée. Quoiqu'il arrive, il y avait toujours cet irrésistible tentation de faire des blagues de merde. Et l'on pouvait dire que celle-là était franchement de mauvais goût.

« Et comment ça...euh...ça fait bander, une morsure ? Ben...c'est vrai que c'est agréable, genre comme un peu de Marie-Jeanne au ptit dej, mais à ce point ? »

Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 39
Allégeance : L'Ordre de Tenkyû
Messages : 100
Pseudo : Pandaa
Avatar : Kaoru [Dir en grey]
MessageSujet: Re: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   Jeu 8 Nov - 11:45





La conversation commençait à prendre trop de longueurs pour un Natsuki qui n’avait pas l’habitude d’être diplomate. Ni celle de consoler les petits garçons perdus. Même quand il y mettait du sien et qu’il tentait de se faire compréhensif il frôlait le zéro niveau résultat et parfois même –souvent en réalité- il obtenait pire que mieux ! Ha… Y a des fois où il avait franchement l’impression de pas trop être adapté à la société moderne… Mais en général, il se l’expliquait par la propension des gens à vouloir se voiler la face ou, tout du moins, à vouloir voir et entendre ce qu’ils voulaient. Quand la réalité est hideuse, on lui met un masque, voilà tout.

Daisuke semblait osciller entre plusieurs états d’âme, ça se voit sur son visage ou dans son regard et Natsuki à un brin de malaise dans cette situation, remuant une seconde sur sa banquette. En fait, on lui aurait mit un enfant à bout de bras qui pleurait en lui demandant de deviner si c’était parce qu’il avait faim, froid, mal, besoin qu’on lui vide la couche… Ca lui aurait fait le même effet : il savait pas. Ni quoi dire ni quoi faire. Et du coup, la situation devenait inconfortable même pour lui qui avait plutôt tendance à se faire son trou en jouant des coudes d’habitude.

Au sujet de la bouteille de Ricard ben… Au-delà du fait qu’il allait se faire regarder mal par l’ordre (mais ça il s’en foutait un peu, ce serait pas une première fallait l’admettre) Natsuki fait remarquer :

❖ Et c’est moi qui vais la payer en plus ?

Mouais… Il finit par hausser les épaules. Il allait le faire ouais, même s’il comprenait pas trop. Façon, ça semblait être une private joke entre Yu Hee et ce mec. Natsuki avait du mal à songer à Yu Hee comme une fille capable de plaisanter mais… Ok. Après tout…

❖ Ca va, je le ferais.

Bon, quelque part, il culpabilisait un peu de ce qu’il avait dût faire hein… Fallait pas croire, il l’avait sur la conscience. Tuer les êtres humains, il était pas taillé pour ça. Il avait l’air d’en avoir les épaules et d’une certaine façon, c’était le cas… Mais il le prenait carrément dans la gueule pour une bonne période. Il n’aimait pas ça, haïssait devoir le faire… Mais fallait que quelqu’un s’en occupe et même s’il ne le dirait pas de cette façon, Natsuki préférait éviter de traumatiser une jeune recrue en lui laissant la sale besogne.

Daisuke se reprend plus ou moins, en revenant à son histoire de « gentil vampire ». Et ça lui fait penser :

❖ Ha ouais… Casper.

Bon certes, le gentil fantôme avait troqué sa robe toute blanche pour un jeu de canines bien aiguisées… Mais l’idée était là après cette façon de formuler les choses hein ! Des questions tombent, consécutives aux impressions que Casper avait laissé sur Daisuke et Natsuki pousse un petit soupire.

❖ Tu t’adresse à un membre de l’Ordre. Tenkyû ne tue pas au hasard et tente de limiter la casse. Par contre, on fait clairement pas de baby-sitting.

Natsuki se laisse retomber dans le fond de sa banquette, un peu avachit, poursuivant :

❖ S’il n’accepte pas sa condition de vampire et qu’il se laisse crever, c’est pas ton problème. Ceci dit, si ça l’engage à agresser le premier venu qui va lui passer sous les crocs lorsqu’il est dans cet état, il faut régler le problème, c’est clair.

Il y a un petit moment de silence et finalement, après avoir réfléchit un peu à la question du père vampirique de ce type, il ajoute :

❖ Tu sais qui c’est le père de Casper ? Et l’âge de la fiche c’est le bon ? Parce qu’il devrait être débrouillard en théorie maintenant. Pas indépendant mais débrouillard. Qu’il se trouve un nouveau mentor. Et alors tue le père.

Ca se faisait… C’était pas conseillé parce qu’à une soixante d’année Casper ne devait pas être réellement indépendant mais bon…

❖ Il est sevré et il doit plus faire pipi sur le tapis alors il devrait se trouver du soutient ailleurs sans trop de problème. S’il y arrive pas, supprime-le. Mais la situation en l’état peut pas perdurer.

Ouais, pour lui c’était un peu la solution de la dernière chance. Y en avait peut être d’autres, il en savait rien et voulait pas trop savoir pour être juste… Mais en même temps s’il avait été à la place de Daisuke il aurait tué ce vampire avant même qu’il pose ses dents longues sur sa peau !

❖ Ne laisse pas un vampire y goûter une fois… Ils comprennent généralement pas le concept de l’unique…

Et tentaient parfois de se resservir sans invitation… Ensuite une question hyper absurde tombe (à son avis !) et Natsuki s’indigne :

❖ Putain mais tu m’as prit pour ton père ? Je vais pas faire ton éducation sexuelle puis t’apprendre à pisser loin !

Natsuki ronchonne, pour la forme… Mais finalement, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, il décide de répondre. Ca va, c’était pas la lune que de répondre à cette question et de toute façon, la réponse lui était connue, du moins dans la théorie !

❖ Ca peut. Ca dépend de la durée de la morsure. Ca le fera pas s’il te déchiquette la jugulaire évidement… Mais la morsure détend et procure du plaisir pour éviter que les cibles ne se débattent et ne blessent. T’as pas idée des forces qu’un simple citoyen lambda peut déployer par instinct de survie…

Et mine de rien, cette parade qu’avait offert « mère nature » à la race vampirique était… Fascinante. Il n’avait jamais testé la morsure pour sa part et malgré la part de curiosité, Natsuki n’aurait tenté l’expérience pour rien au monde.

❖ C’est d’ailleurs pour ça que les calices entrent en état de manque quand ils ne sont plus mordus. Ils en meurent même s’ils en sont privés.

Et ça aussi c’était fascinant, quoi que particulièrement morbide à son avis… bref. Natsuki finit par se remettre debout, rajustant sa veste et se passant une main rapide dans les cheveux.

❖ C’est tout ? Va falloir que je file. Mais je t’envoi les infos que t’as demandé par MP sur Requiem dans la soirée.

Puis après un petit grognement, il sort de sa poche un stylo bille, le grattant un peu sur une serviette en papier pour s’assurer qu’il marche avant de griffonner un numéro de téléphone sur la même serviette qu’il glisse devant Daisuke.

❖ Mon numéro. En cas de pépin. De « gros pépin ». Sinon t’oubli que tu le possède. Si tu m’appelle pour raconter de la merde je te démonte en kit de si nombreuses pièces que même Ikea voudra pas de toi, capiche ?

Sur ce… A moins que Daisuke ait un truc pertinent à dire… Il partait !



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]   




Revenir en haut Aller en bas
 

Mais quand arriveront donc neige et silence ? [pv Natsuki M.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Chiyoda :: Le Cybercafé @dotcom-