C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Ton ami, c'est moi...(ou pas ?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Ton ami, c'est moi...(ou pas ?)   Mer 8 Aoû - 14:02


Le 22/11/2011 à 01:22
Nouvelle nuit qui tombait dans les rues dans les rues de Tokyo, nouveau jour qui disparaissait, laissant derrière lui d’innombrables néons lumineux éclairer la ville. Nouvelle sortie pour Hidemi et nouveau rendez vous avec son père. Encore des instructions, des reproches, des souhaits formulés, une chasse organisée provoquant une poursuite jusqu'au quartier coréen. Un instant d'indépendance puis...des problèmes. Décidément, le quotidien n'était pas des plus palpitant dû à la répétitivité de ses journées. Un ennui mortel ponctué néanmoins de quelques rencontres qui ne déboucheraient sûrement pas sur une relation durable. C'était sûrement à cause de la méfiance dont le jeune vampire faisait preuve. A croire qu'il était maudit. A chaque sortie, quelque chose n'allait pas. Une fois tabassé, une autre fois suivit par une meute d'ados trop confiants. Il se demandait ce qu'il avait fait à Dieu pour mériter cela. Cependant, Hidemi était déterminé à profiter malgré de l'instant présent, peu importe les obstacles qu'il devait franchir. Il avait enfilé sa veste fétiche pour rencontrer son père, peut être que cette dernière allait lui porter chance ? Le vampire ne comptait pas trop sur un bout de tissu au final. Après cette fameuse chasse, le jeune allait se balader seul, comme très souvent. Hidemi ne s'en plaignait pas vraiment, tout ce qu'il voulait, c'était passer une journée sans encombres...sans soucis.

Apparemment, la tranquillité n'était pas encore pour ce jour là, ni la chance qu'aurait pu apporter la veste porte bonheur. Désespérant. Tokyo était une grande ville non ? Le centre ville s'étendait sur une bonne zone non ? Alors pourquoi ? Oui pourquoi ? Encore des problèmes qui se profilaient à l'horizon. Des problèmes qui avaient prit la forme de cette fameuse bande de gigolos, celle qui n'arrêtait pas d'ennuyer le vampire. Hidemi les avait aperçu au loin qu'il avait déjà poussé un soupir en changeant de trottoir. A croire qu'ils avaient un détecteur Hidemique parce que la troupe s'était dirigée vers lui, pressant le pas, l'air déterminé. Pas de sourire courtois bien sûr. Ils étaient même plutôt furax. Ils n'avaient pas dû digérer leur dernière rencontre en la présence de Tachibana. Seul point positif, c'était que ce dernier ne répondait pas présent. Lui au moins, il n'aurait pas de problèmes et c'était déjà ça. Hidemi s'en estimait heureux.

La meute était arrivée à son niveau et s'était bien arrêtée devant lui. Le chef, un sacré hématome à la mâchoire affichait un air peu commode, grognant comme un chien enragé privé de son os. Il toisait le vampire qui gardait le silence pour sa part. Le type lui avait fait signe de le suivre sans faire d'histoire, l'emmenant dans une ruelle. Après un moment bien silencieux, un bruit de coup se fit entendre suivit de ricanements.

- Alors ? Tu n'as pas ton garde du corps cette fois princesse ? Il devrait habiter dans le coin non ? C'est dommage pour toi car tu ne t'en sortiras pas cette fois !

Mais pourquoi autant de violence gratuite ? La rancœur, Hidemi pouvait la comprendre par rapport à ce qui s'était passé quelques avant...mais il ne saisissait pas la première démarche, la première rencontre suivie de la course poursuite entre lui et le gang. Le vampire n'avait vraiment rien fait. Il ne les avait ni abordé ni même ne leur avait adressé un regard. Alors pourquoi encore une fois ? Mais il avait beau se poser la question, cela n'allait pas le tirer d'affaire. hidemi avait gardé le silence.

- OH ! Dis quelque chose ! Je te parle !

Mais rien, le jeune était concentré et ne bronchait pas. Tandis que les autres commençaient à s'agiter autour de lui, il épiait la première occasion pour s'enfuir. Il avait vu cette possibilité et avait prit les jambes à son cou poursuivit par les quatre ou cinq personnes qui composaient le gang. Hidemi courait sans relâche, espérant les semer. Cela avait duré un moment d'ailleurs mais toutes choses devaient avoir une fin et un type baraqué avait surpris le vampire au détour d'une rue. un bon coup dans la mâchoire et Hidemi avait été cueilli facilement par ses poursuivants. Sale journée encore.

L'être à crocs était désormais fait prisonnier, dans une ruelle non loin de là où il avait été choppé. Il avait les jambes et les mains liées par des chaînes, sûrement récupérées dans le chantier en travaux situé pas bien loin lui non plus. Hidemi avait beau se déchainer, il n'arrivait pas à se débarrasser de ses liens. Il avait beau avoir plus de forces qu'à la normale, il ne pouvait pas non plus rompre des chaînes aussi facilement. il ne cessait de se tortiller ce qui faisait bien rire le chef de la bande.

- Ah ah ah ! Tu es pitoyable ! Mais ça ce n'est rien comparé à ce qui t'attend !

Là dessus, il fit un signe de tête et l'un des membres se rapprocha, mettant un violent coup de pied dans l'estomac du pauvre vampire qui poussa un gémissement. Il tenta de répliquer en envoyant ses jambes dans celles de son bourreau qui en tomba par terre, subjugué. Le chef se mit à sourire en massant doucement sa mâchoire encore endolorie.

- Mais c'est qu'elle a de la force la princesse !

un autre signe de tête se fit de la part du boss et cette fois ci, plusieurs vinrent s'acharner sur Hidemi. Le vampire hurla à l'aide. Il devait trouver quelqu'un, il avait besoin qu'on vienne lui prêter main forte. il avait mal et enchainé comme il l'était, il était impuissant. Pour une fois, il espérait que son père vampirique vienne. Il l’espérait fortement mais il avait quitté ce dernier depuis un moment, le temps que ce dernier règle une affaire. Le "combat" venait à peine de commencer mais le jeune ne voulait pas subir plus.

Il jeta un coup d’œil à droite à gauche, comme il le pu et aperçut une silhouette. il lança un appel déchirant, complètement désespéré. Le vampire hurlait après cette forme en qui il plaçait soudainement sa confiance ainsi que sa vie. Père vampirique ou pas, il s'en contenterait et en revaudrait beaucoup à cette personne si elle venait à son secours.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Ton ami, c'est moi...(ou pas ?)   Mer 8 Aoû - 15:12


Déjà novembre, et même déjà pratiquement la fin novembre... Ce n'est peut-être qu'une idée, mais on dirait bien que le temps semble s'être accéléré depuis quelques années. A moins que ce ne soit une simple illusion car le monde lui même semble vivre de plus en plus vite. Les humains inventent et disposent de technologie de pointe, les véhicules vont de plus en plus vite, comme si les humains voulait gagner une course contre le temps mais quoi qu'ils fassent, ils se retrouvent toujours en arrière. Qui peut réellement rivaliser avec le temps ? Ils ne veulent pas mourir ? Savent-ils au moins ce que ça fait qu'être immortel ? Bien sûr que non. Ne pas mourir est une chose fort plaisante aux premiers abords, mais quand on y est, le prix à payer semble bien trop élevé.

Takeru ne regrette pas, il a accepté, et si c'était à refaire, il accepterait encore, pour être avec Adam, pour avoir la possibilité de rencontrer les personnes qui sont aujourd'hui ses amis. Parfois, les rencontres sont éphémères, mais il arrive parfois que le hasard permet à ces deux créatures de se lier d'amitié. D'ordinaire, Takeru n'a rien à faire dans le quartier d'Okubo. Les coréens c'est pas tellement son truc, mais il faut avouer que pour certains business, ce n'est pas un mauvais quartier. En fait, ce soir, le vampire était venu en quête d'une décoration dans une petite boutique d'arts artisanaux dans une des ruelles adjacentes à l'artère principale. Il est parfois en business ici car il aime redécorer l'entrée du club ou même agrémenter un peu plus la salle de concert. Pas question d'en faire un nid coréen, Takeru aime à exposer de l'art d'un peu partout dans le monde. La provenance lui importe mais c'est surtout l’œuvre en lui même qui l'intéresse. Si bien qu'il pourrait craquer pour un paravent chinois en bois laqué qu'un Didgeridoo fait à la main ou un bâton de pluie chiné sur internet. Tant que c'est beau... Mais il ne se contente pas non plus d'art traditionnels. Il aime aussi les créations déjantées et moderne, si bien qu'il peut aussi ajouter un cercueil steampunk ou un crane tribal à sa décoration. Il aime le mélange des genres.

Sa trouvaille en poche (enfin façon de parler vu la taille de la « trouvaille »...) il se décide à rentrer. Il fait beau, Okubo n'est qu'à 15 min à pieds de la gare alors puisqu'il va porter ça directement au Miryô, autant profiter pour flâner un peu, doucement. La nuit est fraîche mais au moins il ne pleut pas, et en levant le nez vers le ciel, Takeru se dit même qu'en allant se poster quelque part où il y a beaucoup moins de lumière, il pourrait probablement admirer la voûte céleste et même qui sait, apercevoir plus d'étoiles qu'à l'accoutumé. Cependant, il n'a pas trop le temps en ce moment de traîner le nez dans les étoiles. A plus forte raison qu'au détour d'une ruelles, il entend du bruit... Et pas n'importe quel bruit. Des appels à l'aide. Manquait plus que ça. Takeru n'est ni un flic, ni un super héros, et si ces cris viennent d'un humain, il ne doit pas trop se dévoiler. Si c'est un vampire, c'est qu'il est en proie à des chasseurs et si ces chasseurs appartiennent à l'Ordre... Il risque de gros soucis. Mais pas question de fermer les oreilles à ce cri de détresse... Ca ne lui coûte rien, à priori du moins, d'aller jeter un regard voir ce qu'il se passe. Si il voit qu'il n'a rien à faire, et même si ça lui déchire le cœur, il pourra toujours rebrousser chemin et prétendre n'avoir rien vu ni entendu.

Cependant lorsqu'il voit la scène, lorsqu'il entend cet appel lui être directement adressé, il ne peut fermer les yeux et faire comme si de rien n'était. Alors... Posant son sachet sur le sol, car vu le prix de la chose, pas question de la casser... Il s'approche du petit groupe. Comment osent-ils s'en prendre à ce petit chéri, tout mignon. Là Takeru ne peut définitivement pas partir sans prêter main forte à ce petit chou !

Oh, bien sûr, on lui demandera ce qu'il fout là, de se tirer, de se mêler de ses affaires...

« Qu'est-ce que tu veux sale bâtard ?! Tires-toi de là si tu veux pas t'en prendre plein la gueule aussi ! Petit con ! Mêles-toi de tes fesses ! »

Hum... Pensent-ils sérieusement que ce genre d'ordre à deux yens feront réagir un mec comme Takeru qui arbore des tatouages sans se soucier d'être assimilé à la mafia locale ? Non... En fait à peine le premier tente-t-il de venir lui coller un coup de coûter que ce dernier se retrouve avec coup de pieds où il ne faut pas... Pour un mec. Ça fait longtemps qu'il n'avait pas eu à se battre... En fait... Pratiquement un an... Ne considérant pas sa rencontre avec Natsuki comme un combat... Quoique. Il y a peut-être eu « cette » fois là aussi... Mais qu'importe, pas de combat contre une bande d'abrutis depuis longtemps... Résumons ça ainsi... Takeru a très bien compris qu'il s'agissait de simple humain crétins. Ils ne sont visiblement pas lourdement armés, ne se souciant pas de rameuter les voisins, ce ne sont pas des chasseurs, et la cible ne semble pas le plus dangereux de leur espèce, si tant est qu'il s'agisse d'un humain... A cet instant précis, Takeru ne remarque rien et ne s'attarde pas sur ce détail. Une pensée : Maîtriser ces abrutis sans leur prendre la vie. Ça débarrasserait la terre de petits cons mais il n'a nul droit de vie ou de mort sur qui que ce soit. Tuer pour tuer appartient à une autre époque et sa vie à lui n'est pas en danger et vu sa nature, celle de la victime non plus, du moins pour le moment.

Quelques coups bien placés, il se laisse aussi toucher, mais pas trop, pour ne pas éveiller les soupçons. Ils sont cinq, il est seul, même s'il sait se battre, ce n'est pas sensé être un surhomme. Même Jackie Chan doit s’entraîner des heures à des chorégraphies millimétrées pour ses scènes de combats... alors.... Jouons la prudence. Sortant son téléphone de sa poche, Takeru tente de miser sur la ruse plutôt que sur la violence.

« Savez-vous ce qu'il en coûte de s'en prendre à un agent de police ? J'ai appelé les renforts en entendant les cris de l'autre bout de la ruelle... Ils ne devraient pas tarder... Sans compter l'ajout de flagrant délit d'agression et coup et blessure, voire tentative de meurtre... Vous êtes faits comme des rats... »

Ah ça... Peut-être que la ruse marchera, peut-être qu'ils mordront à l’hameçon et détaleront comme des lapins. Peut-être même qu'ils réfléchiront à deux fois avant de s'en prendre à un innocent.

« On vous a à l’œil depuis un bon bout de temps les mecs... Et vous venez de tomber dans le piège... On vous tombera dessus chaque fois que vous tenterez de martyriser quelqu'un. »

Coup de chance peut-être, une sirène de flic se fait entendre un peu plus loin et semble se rapprocher de leur position. C'est vraiment un coup de chance, qui appui le coup de bluff du vampire... « Trop tard... » Takeru affiche un vrai sourire cynique, comme si tout faisait partit d'un plan élaboré depuis un moment. Il faut avouer que pour le moment, sa priorité est de maîtriser ces imbéciles, alors il ne se préoccupe pas trop de la victime, mais il se permet tout de même un coup d’œil de temps en temps voir s'il va bien. Il aura tout le temps après, de s'en inquiéter.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Ton ami, c'est moi...(ou pas ?)   Jeu 9 Aoû - 20:38


Hidemi avait eu raison d'appeler la silhouette. Cette dernière s'était approchée et se trouvait appartenir à un homme qui semblait sûr de lui. Il s'était avancé et avait attaqué la meute, apparemment désireux de venir à son aide. Le jeune vampire à ce moment là s'était tut. Ses yeux avaient fixé cet inconnu, observant le moindre de ses mouvements. Il semblait assez fort mais avait néanmoins quelques défauts au vu des quelques coups qu'il s'était prit. Hidemi l'avait prit naturellement pour un être humain bien sympathique qui avait assez de courage pour faire face à tout une bande de jeunes gens aboyeurs. Le jeune à crocs était resté à terre, incapable de se redresser, obligé d'assister à la scène.

Il avait sentit le bluff lorsque l'homme parlait de la police. En le regardant de plus près, il arborait un style qui ne correspondait pas vraiment à un policier...où du moins c'est ce qu'avait pensé Hidemi. En général, les policiers ne possédaient pas ce genre de coupe de cheveux même en civil. Du moins, c'était ce qu'il avait constaté avec le quelques personnes exerçant le métier qu'il avait connu. Il avait conscience qu'il ne devait pas faire d'un cas une généralité. Il n'était pas sûr de sa supposition et aurait pu se tromper. Mais policier ou pas, le coup avait fonctionné et la bande s'était enfuie. A la bonne heure ! Le vampire n'aurait pas aimé rester plus longtemps entres les griffes de ces abrutis vulgaires. D'autant plus que son père pompeur de sang ne devait pas avoir fini son affaire, sinon il serait déjà là...ou pas.

Le jeune, une fois l'émotion du moment passée, se mit à grimacer fortement en tentant vainement de se défaire de ses liens. Gamins ou pas, ces gigolos lui avaient foutu des coups super violents et il les avaient senti passer. Ils devaient sûrement avoir un certain niveau d'expérience en baston pour avoir autant de forces. Et puis, à un contre cinq, il ne pouvait rien faire. Il avait mal. On avait beau parler des vampires et de leur capacités régénératrices, il n'était cependant pas insensible à la douleur et ne s'en privait pas pour le montrer. Hidemi n'était pas du genre à jouer au monsieur indestructible qui cachait ses émotions. Il était actuellement plutôt le contraire, quelqu'un d'assez sensible et n'hésitait pas à faire part de ses émotions. D'un coup d’œil, son sauveur pouvait voir qu'il avait passé un sale moment. Cependant, même si le vampire montrait qu'il avait mal, il n'allait pas se plaindre pendant trois heures. Cela ne servirait strictement à rien. Il y avait des limites tout de même et il comptait bien épargner ce chevalier servant de couinements en tout genre. Il se rappelait de la remarque que le chasseur lui avait fait quelques jours plus tôt. Il devait arrêter de pleurer.

Hidemi adressa tout d'abord un regard reconnaissant vers ce mystérieux inconnu et fit un hochement de tête respectueux. Il pensa alors qu'il lui devrait beaucoup, qu'il lui revaudrait ça. N'empêche, ce n'était pas rien ce que ce sauveur avait fait là. Il aurait pu être blessé ou même avoir sa vie sérieusement mise en danger. Le vampire secoua à nouveau ses chaines, désireux de se redresser.

- Merci beaucoup, merci infiniment ! Je ne sais pas comment vous remercier. Un peu plus et je crevais.

Le jeune posa alors des regards autour de lui. La sirène s'était éloignée...peut être que ces tarés allaient revenir encore plus nombreux, avec des armes pour se venger. Cette idée fit frémir Hidemi. Décidément, il était vraiment un aimant à problème et il mettait toujours les gens qu'il rencontrait dans la mouise. Vraiment maudit. Il fallait faire quelque chose. Il n'allait pas non plus se retirer dans les montagnes pour vivre comme un moine bouddhiste, dans l'espoir de trouver la paix intérieure ! Il devait par exemple apprendre à se battre vraiment ou au minimum se défendre et gagner aussi confiance en lui. Cela lui serait vraiment utile pour la suite, d'autant plus qu'il savait qu'il allait rencontrer d'autres problèmes, sûrement plus sérieux. Il avait beau penser à cela, pour l'instant il était encore à terre et ce n'était pas ce genre de méditation sur son avenir qui allait le détacher. Il s'agita encore une fois et poussa un soupir assez long avant d'adresser un nouveau regard à l'inconnu qui ne l'avait pas abandonné.

- Je vais encore vous demander un service mais...est ce que vous pouvez m'aider à enlever tout ça ? Je n'y arriverais jamais seul...

En s'approchant, son sauveur pourrait voir ses poignets assez abimés par le frottement qu'avaient provoqué les chaines. Il s'était pas mal débattu et y avait mit toute sa force ou presque pour pouvoir rompre ses liens. Mais Hidemi n'y prêtait pas vraiment attention, il avait été nourri il y a peu grâce à son père vampirique et certainement que ses blessures commençaient déjà à se régénérer. Il espérait juste que l'inconnu ne le remarquerait pas pour éviter toutes questions embarrassantes. Il avait eu sa dose de problèmes pour la journée, il n'avait pas non plus besoin qu'un humain en vienne à découvrir qu'il était un vampire.

D'ailleurs, en parlant d'humain...celui ci était il vraiment humain ? Avec le recul, un humain face à une telle situation n'aurait_il pas demandé du renfort plutôt que de s'attaquer seul à une bande de malfrats ? Il prétendait être policier mais...n'aurait-il pas présenté une arme en cas de riposte dangereuses ? Cependant, si il était vampire...il ne se serait pas prit plusieurs coups...ou alors jouait-il la comédie ? Hidemi devenait-il tout simplement parano à se poser trop de questions de ce genre ? Il en avait déjà mal au crâne d'ailleurs.

Le vampire secoua sa tête pour arrêter cette profonde réflexion (profonde à son sens) et se concentra plutôt sur sa situation, lui saucissonné et étendu à terre. Il n'avait pas à se casser la tête de cette manière. Il attendit donc sa libération pour se présenter ensuite.

- Je m'appelle Hidemi et je vous revaudrais ça ! Comment ? Je ne sais pas mais je trouverais bien un moyen le moment venu...

Il adressa un charmant sourire à son sauveur. Il était vraiment content que ce dernier soit venu à son secours. Beaucoup aurait rebroussé chemin en se disant qu'il avait sûrement cherché les problèmes et qu'il devait les assumer seul. Une chance qu'il soit passé par là...Tiens ? Pour une fois Hidemi aurait eu de la chance en cette journée ? Pourquoi pas...autant trouver quelque chose de positif, même dans la pire des situations...en espérant qu'il ne vivrait pas pire.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Ton ami, c'est moi...(ou pas ?)   Jeu 23 Aoû - 10:00


D'où puisse provenir un appel de secours, Takeru ne peut pas rester sourd à ce genre de choses. Ce pourrait-être un piège de chasseurs, il tomberait dans le panneau. Méfiant tout de même, il prend le temps de juger un peu tout de même le degrés de danger avant de se jeter tête baisser dans la baston. D'autant que son passé militaire lui reste et remonte à la surface dans certaines conditions. Là ce n'est pas la guerre, il faut juste donner une bonne correction à des gosses en mal de sensation forte, et accessoirement, sauver une vie. Pas la mer à boire. Pas pour une créature de la nuit en tout cas, tant que ce sont des humains non entraînés et non expérimentés qui sont en face de lui.

Se prendre des coups fait partit du stratagème de camouflage. Trop sûr de lui, trop invulnérable, ça attire l'attention. Là, donner une leçon à ces idiots comme s'il était humain, ne devrait à priori ne pas mettre la puce à l'oreille. Son Père désapprouverait assurément, n'aimant pas la bagarre, mais en voyant en plus le visage trop chou de la victime, ça aurait vraiment été un crime de passer son chemin en le laissant à son triste sort...

Heureusement, son mensonge avait pris, et la chance étant de son côté, les lumières ainsi que les sirènes familières avaient aussi joué en sa faveur. Les voyant tous détaler comme des lapins, il peut à présent s'occuper du jeune homme qui malgré les marques, ne semblait pas trop mal en point.
L'entendre le remercier, Takeru hoche un peu la tête, comme si ce n'était pas la peine de le remercier, après tout, c'est normal d'aider son prochain, non ? Les gens ne sont en général pas si généreux ou désintéressés, mais pour ce grand ténébreux, c'est tout naturel.

« Il n'y a pas de quoi. Je n'allais justement pas laisser quelqu'un crever sans rien faire. »

Le libérer de ses chaînes, l'aider à se relever et s'assurer qu'il va bien. Takeru ignore ce qu'il s'est passé et pourquoi cette bande d'abrutis s'en prenait à ce jeune homme mais il se doute que ce n'était qu'un acte stupide et gratuit. Ce petit " ange " semble tout de même avoir mal, ce qui est naturel. Pour le moment, il faut avouer que Takeru n'a pas percuté qu'il s'agissait d'une créature semblable à lui, mais il n'empêche qu'il soutient si besoin le jeune homme, pour qu'il se tienne debout.
Encore des remerciements, il ne va pas le contredire. Pour l'heure, Takeru non plus n'a pas d'idée précise de comment il pourrait se faire " rembourser " de cette dette et en réalité, il s'en fiche. Pas vraiment un bon samaritain, il est des choses qu'il ne peut malgré tout pas laisser faire. C'est comme ça. Sans doute a-t-il vu trop d'horreurs dans son passés à la guerre pour juste fermer les yeux sur la souffrance de qui ne le mérite pas. Bien sûr, il ne sait rien de ce jeune homme, mais s'il commence à se méfier de tout le monde, il ne ferait plus rien de bon vis à vis des autres.

Takeru n'est pas infirmier ni médecin, mais il sait soigner les blessures légères. Examinant les poignets et le visage, les plaies semblent moins graves que ce que l'on aurait pu penser à voir l'acharnement des autres sur ce jeune homme. Les poignets sont marqués aussi mais, ils devraient l'être plus sans doute, vu la force qu'à utilisé Hidemi pour tenter de se libérer. Mais pour le moment, à part un léger plissement des yeux, il n'en parle pas. Ce n'est pas impossible de croiser des vampires, surtout la nuit, ce n'est toutefois pas une raison pour faire des conclusions hâtives.

« Vous devriez vous faire examiner par un médecin, mais j'imagine que cela ne vous tente pas. Que diriez vous de venir à mon club pour boire un verre ? Ou préférez vous que je vous raccompagne quelque part ? »

Il préfère s'assurer que tout aille bien pour le jeune homme, mais si ce dernier ne désire pas d'avantage sa compagnie, il ne va pas insister. C'est la deuxième fois qu'il vient au secours d'un choupi, le dernier était Hayate. Il n'a plus de nouvelles de lui. Au fond, ça l'attriste un peu, espérant que ce petit ange va bien, où qu'il soit. Peut-être que l'histoire se répète, d'une certaine façon. Aider un jeune homme en situation critique, pour ne plus jamais le revoir ensuite. C'est aussi à cause de ce genre de rencontres furtives, que Takeru a plus de mal à s'attacher et s'intéresser aux autres, mais parfois, il y a un petit quelque chose, qui lui donne envie de connaître un peu plus la personne. Il ignore pourquoi, mais Hidemi fait partit de ces personnes.

« Oh, j'en oublie de me présenter à mon tour. Je suis Takeru, j'ai un club d'Hosts pas loin mais on peut y être tranquille juste pour se reposer et discuter. Si cela vous tente bien sûr. »

Il ne forcera personne à venir chez lui, entrer dans son club. Chacun est libre de faire ce qu'il veut. Tout dépend à présent de la décision du jeune homme.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Ton ami, c'est moi...(ou pas ?)   Mer 29 Aoû - 13:27


Même si le jeune vampire semblait s'attirer toute la poisse du monde (en l'occurrence des tarés qui frappaient tout ce qui bouge), il pouvait s'estimer heureux de rencontrer de temps à autre des personnes tout à fait correctes, du moins en apparence. Le genre de personne qui acceptait de s'arrêter comme ce type, et de l'aider à le sortir de cette délicate situation. Inutile de faire tout un discours pour expliquer que rencontrer de tels individus faisait un bien fou à Hidemi. Ce dernier chercherait un bon moyen pour lui témoigner sa reconnaissance, peu importe si cet homme le lui demandait ou non.

La première chose que Hidemi avait fait en se redressant, c'était observer ses poignets, histoire de constater l'état dans lequel ils étaient. Ça aurait pu être pire, les blessures étaient plutôt légères malgré l'acharnement du jeune pour tenter de se libérer. D'ailleurs il avait conscience que ce détail pouvait interpeller son sauveur alors il n'avait pas exhibé ses blessures plus longtemps que cela. Si il était un humain, il se poserait des questions mais pas plus que cela. Si son sauveur s'avérait être un vampire, il l'aurait peut être déjà identifié en temps que tel. Cependant, ce dernier ne disait rien. Peut être doutait-il encore ou n'avait pas comprit la véritable identité de Hidemi. Qu'importe, le jeune vampire avait caché ses poignets, baissant les manches de sa veste, le tout en adressant un sourire charmant, tentative pour masquer son action.

Il n'avait pas besoin de médecin et il n'en avait pas envie. Ses blessures allaient disparaitre en un rien de temps, surtout que son dernier repas était assez récent. Et puis, il n'avait pas envie que ce phénomène soit repéré par un médecin. Ce dernier risquerait de le faire prisonnier pour faire des expériences sur lui. Un pouvoir d'auto-guérison, c'était sûrement quelque chose d'extraordinaire pour un être humain. Pire encore, son côté vampirique serait rapidement découvert. Rien que cette idée faisait presque frémir Hidemi. Il ne serait même pas étonné si cette situation lui arrivait, malchanceux comme il était. Mais bon, il devait se ressaisir plutôt que d'imaginer multiples péripéties. En cet instant, il était face à ce bienfaiteur, pas à un médecin psychopathe. D'ailleurs ce dernier l'invitait à boire quelque chose, bonne idée. Le vampire, même si il n'avait plus vraiment de notion de goûts, était enthousiaste. Il agissait pour la forme et il n'avait pas envie de rentrer. Il hocha vivement la tête.

- Je ne peux qu'accepter votre proposition, je veux bien passer un peu de temps en votre compagnie. Ça me changera de ces types...

Il faisait à la fois référence à ces guignols qui l'avaient attaché mais aussi à son père vampirique...père qui n'était toujours pas là. Décidément, elle était bien longue cette course, ou alors il était déjà là mais il se contentait de l'observer comme bien souvent. A croire que c'était l'un de ses passes temps de le laisser quelques minutes puis de revenir discrètement pour l'espionner dans ses moindres faits et gestes. Si il était là, peut être qu'il n'était pas intervenu en voyant son nouveau camarade agir pour l'aider. Mais...pourquoi attendre ? Il n'était pas sûr qu'un seul être humain allait faire fuir toute une bande de tarés surexcités. Comment pouvait-il savoir que Hidemi ne risquait plus rien une fois son sauveur arrivé ? Le connaissait-il en fait ? Il est vrai que son père vampirique avait beaucoup de contacts, mais tout de même...laisser son fils se faire tabasser aussi longtemps, c'était rude... Bizarre tout ça. Bref. Le jeune vampire avait secoué la tête, chassant de son esprit la présence de son père vampirique. Il se concentrait plutôt sur...Takeru. Ça y est ! Il connaissait son nom !

- Takeru...enchanté !!

Il l'avait dit sur un ton assez joyeux, démontrant l'intérêt qu'il lui portait déjà. Le tout accompagné d'un sourire.

- Je veux bien aller voir votre club ! Je ne suis jamais allé dans ce genre de lieu, ce sera une bonne occasion. Et puis si c'est pour discuter et se reposer, pas de soucis. C'est vrai que j'ai pas eu une journée très sereine.

Bref, un gros oui de la part de Hidemi. Il n'était que heureux d'accompagner Takeru et de voir son club. Cela lui permettait de faire déjà un peu plus connaissance. Et puis connaitre les circonstances dans lesquelles une personne vivait était un bon moyen pour mieux la cerner. Un club d'hosts...il en avait souvent entendu parler de ce genre d'endroits. Mais il ne s'était jamais rendu là bas. Ce serait mentir que d'affirmer qu'il n'était pas curieux de voir tout ça de ses propres yeux.

- C'est bien payé d'être host ? Moi je suis serveur dans un petit resto ouvert de nuit.

Métier qui lui permettait d'avoir des sous pour s'offrir ce qu'il désirait. Pour ce qui était de son logement, c'était son père vampirique qui s'occupait du loyer. Hidemi était hébergé par son père et lui donnait une partie de son argent pour alléger un peu son porte monnaie. Là c'était juste une question de politesse. C'était la moindre des choses de soutenir financièrement la personne qui l’accueillait, affinités ou pas. Cependant, il pensait à l'avenir et au jour où il pourrait aller et venir comme bon lui semblait. Il ne voulait pas rester dans le même appartement que son paternel indéfiniment. Le plus tôt serait le mieux et Hidemi commençait déjà à chercher un travail mieux payé pour mettre de l'argent de côté.

Peut être que le fait de mentionner son travail de nuit mettrait la puce à l'oreille de Takeru mais Hidemi ne pensait pas à cela. Il parlait normalement, au fil de la conversation, trop content de discuter avec lui.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Ton ami, c'est moi...(ou pas ?)   Jeu 15 Nov - 13:06


Spoiler:
 

Heureusement que toutes les poisses ne tombent pas toujours sur les mêmes personnes. Enfin si ça arrive, mais en ce cas on se demande encore quel intérêt à vivre non ? Certains pourraient parler de lâcheté, que la vie est précieuse, et blablabla... Mais c'est souvent les gens qui n'ont pas de soucis, qui font le plus la morale. Peuvent-ils réellement comprendre ? Ont-ils déjà pu ressentir ou comprendre réellement ce que ressentent les gens dans ces situations là ? Pas sûr.

Mais fort heureusement, Hidemi n'est pas de ces infortunés de la vie qui n'ont que des mauvaises choses. Takeru n'est probablement pas le premier à entrer dans la vie du jeune vampire, à lui prêter main forte, et il ne sera sans doute pas le dernier non plus. Hidemi est en quelque sorte chanceux. Son heure n'est pas encore venue, et visiblement il arrive toujours quelque chose à temps pour le sauver.
Takeru n'est pas de ces gens qui aident pour la récompense, mais éventuellement pour se défouler, ou simplement parce qu'ils estiment que c'est normal. Il fait attention de ne pas se dévoiler non plus, quand ça arrive.

Là il préfère s'occuper de ce petit chat perdu, qui semble bien frêle mais qui a tout de même résisté à un lynchage en règle. Rien que ça, ça met la puce à l'oreille du grand ténébreux. Des blessures à peine visibles, mais des douleurs apparemment bien présentes ?
Le visage du jeune homme n'est pas sans déplaire au vampire. Il faut avouer qu'il a un certain penchant pour les « choupis ». Bien entendu qu'il ne va pas créer d'avantage d'ennuis au jeune homme, d'autant que si on découvre la nature vampirique, même lui sera en danger. Déjà que les chasseurs sont un peu trop nombreux à son goût, ça deviendrait l'enfer si chaque branquignole en manque de défoulement s'improvisait chasseur dans le seul but de casser du vampire. Takeru peut comprendre la rancœur des chasseurs et la prudences des membres de l'Ordre. Mais tuer par simple plaisir, ça... Il a du mal, bien qu'il sait que les vampires de ce genre sont assez légion... Il suffit de voir Akatsuki...

Une petite invitation, lui doit quand même rentrer au club voir si tout va bien et apporter ce pourquoi il était sortit, et puis ça fera un peu de pub aussi. Si ce beau gosse veut devenir host, Takeru veillera sur lui, ou serveur ? Enfin il y a de quoi faire au Miryô.

Un petit sourire, le ténébreux indique la direction à suivre, ils ne sont qu'à quelques minutes, alors ça ne devrait pas être bien long. Ce petit bout de chou a l'air de ne pas avoir froid aux yeux en tout cas. Timide, il n'a pas l'air. Et en fait Takeru se sent un peu attiré par cette fraîcheur. Pas qu'il ai envie de mettre Hidemi dans son lit, c'est plutôt une sorte de fascination ou d'appréciation de ce franc parler. En général il rencontre des gens qui sont timides et n'ont pas vraiment le verbe facile à la première rencontre. Il est lui même de ce genre là, pas très bavard, pas du tout même en fait.

Ça il semble vraiment plein de vie, à croire que l'âge des vampires joue beaucoup sur leur vivacité. Plus ils sont vieux, et moins ils semble rayonner d'énergie. C'est sans doute la logique même, mais bon.

« Moi de même, Hidemi. »

Le jeune homme semble vraiment curieux, très curieux et intéressé, et ça amuse le musicien quand même. N'ayant pas envie de lui mentir, il va dire honnêtement ce qu'il pense de ce métier.

« Ça ne paie bien que si on ne travaille bien, et satisfaire les attentes des clientes n'est pas une chose facile, d'autant qu'il est conseiller de ne pas céder à la plus grande attente de celles-ci. Devenir un prince charmant, sans céder à l'appel de la couette, tout en restant disponible en dehors des heures de travail au club, savoir charmer et dire les choses qu'il faut. Beaucoup ne sont pas à la hauteur car les filles de maintenant ne demandent pas forcement de grandes discutions. Les meilleurs hosts qui se trouvent dans les meilleurs clubs n'ont pas spécialement un tiroir caisse à la place du cœur et de la tête, ils sont aussi très attentionnés, organisés et cultivés en plus d'être beaux. Ce n'est pas un métier facile.
Serveur c'est une bonne chose mais si un jour tu veux quelque chose de plus... attractif... n'hésites pas à passer. »


Un petit resto de nuit, sans doute un resto de curry ou un izakaya, rares sont les restaurants ouverts tard, sauf peut-être dans les quelques coins où la ville ne dort jamais.

Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Ton ami, c'est moi...(ou pas ?)   Mar 18 Déc - 15:29


Spoiler:
 

Même si la discussion pouvait sembler assez banale pour beaucoup de personnes, pour le jeune vampire qu'était Hidemi, c'était super agréable et intéressant. Qui ne prèterait pas l'oreille aux paroles de son sauveur ? En fait, même si il ne le connaissait pas vraiment, Takeru était son héros. Et cela était un argument suffisant pour s'attacher à lui. Tout passait rapidement désormais. Absolument tout et même la douleur qui tenaillait le petit japonais quelques instants plus tôt. Les marques de moins en moins visibles, d'ici quelques heures à peine, il n'y aurait plus rien. Comme si rien ne s'était passé. Au détail près qu'Hidemi avait fait connaissance avec quelqu'un qu'il semblait apprécier déjà. Au risque de passer pour quelqu'un d'encombrant ou de collant, dans un coin de sa tête, il prenait la ferme décision de faire partie de la vie de Takeru. Bizarre ? Pas pour lui en tout cas. Être dans l'entourage de son sauveur lui permettrait de mieux éponger sa dette. Oui, il lui en devait une bien belle désormais.

Son sourire ne le quittait pas. En fait, il rayonnait de joie ce qui ne lui était pas arrivé depuis un moment. Hidemi n'en avait pas vraiment conscience sur le coup. Il n'allait pas s'arrêter sur son comportement à cet instant. Non, il était concentré sur Takeru, rien d'autre. Il ne pouvait qu'être admiratif devant cet homme qui semblait vraiment charmant. Peut être était-ce un jugement trop hâtif, mais c'était Hidemi tout craché. S'attacher aux gens rapidement, avoir facilement confiance en eux, il avait du mal à s'en empêcher. Et ce malgré le fait que ça lui avait joué de nombreux mauvais tours. Mais peut être que cette fois ci, il était tombé sur quelqu'un de vraiment bien, tant extérieurement qu'intérieurement. En plus, pour une fois, le jeune vampire le sentait. Il ne pourrait pas l'expliquer, mais son instinct lui disait qu'il n'avait rien à craindre. Selon lui, Takeru dégageait une aura reposante. Que de compliments, que d'éloges !

Attentif aux explications du héros, il essayait de se projetter en tant que host. Hidemi était quelqu'un de sérieux dans son travail, du genre bosseur. Alors si il fallait bien travailler, il n'y aurait sûrement pas de problèmes. Après...de là à devenir un prince charmant...il n'était pas convaincu d'y arriver. Il fallait dire que le nippon n'avait pas une longue liste de copines. En fait, il n'avait jamais eu l'occasion d'entamer une relation sérieuse. Il en avait des filles dans son entourage...quand il était encore humain. Depuis sa vampirisation, le malheureux avait perdu tout contact avec ses amis du moment pour se retrouver seul, ou avoir quelques connaissances de ci de là, sans pour autant connaitre de grandes amitiés ou l'amour. Les filles lui disaient souvent qu'il était gentil, plein de vie et positif, ce qui était plaisant. Mais la question quant à savoir si il était capable d'obtenir ce job se posait. Hidemi n'avait pas entièrement confiance en lui sur ce sujet. Sans oublier le fait qu'il était un jeune vampire et qu'il avait faim rapidement. Ce serait malheureux de sauter au cou d'une des clientes...adieu le chiffre d'affaire. Adieu le job. C'était même risqué en fait. Il devrait bosser après la chasse avec son père.

Serveur, il s'y connaissait par contre. normal, cela faisait un moment qu'il gagnait un peu d'argent avec ce boulot. Mais depuis quelques temps il pensait changer de restaurant, changer de décor. C'était une occasion en or qui se présentait. En plus, il bosserait pour Takeru. Le vampire aurait ainsi encore plus d'occasions de le voir. Remontant ses manches, oubliant de cacher le reste de marques sur ses poignets, il parut dans ses pensées, ce dernier se posant beaucoup de questions. Il passa sa main dans ses cheveux. Il fallait parler affaire.

- En fait, je voudrais changer de lieu de travail et ça m'intéresserait. Mais je ne pense pas avoir les conditions requises pour être host, du moins pas maintenant. Si il y a possibilité de commencer serveur ce serait bien.

Takeru pouvait l'interroger là dessus, sur ses potentielles craintes, Hidemi lui répondrait volontiers, tout en évitant de lui avouer sa nature vampirique. Il ne savait pas qui il avait en face et par les temps qui courent, il valait mieux garder cela secret. Mais c'était compter sans la maladresse d'Hidemi qui, trop heureux de se faire un ami, donnait des indices gros comme des éléphants. Le pire c'est qu'il ne s'en rendait pas compte. Un autre vampire l'identifierait sûrement, un simple humain...le trouverait bizarre. Il continuait la discussion.

- Et niveau horaires ce serait le soir plutôt, même bosser toute la nuit ne me pose pas de problèmes. J'ai juste mon père qui me lâche pas avant une activité en début de soirée.

En gros, ça faisait "Je peux bosser qu'après la chasse à l'humaiiiin". Mais pour Hidemi, c'était plutôt discret. Il avait reprit confiance en lui et débitait ses paroles avec une assurance étonnante par rapport à quelques minutes auparavant, tandis qu'il se faisait attaquer.

- Je voudrais savoir aussi comment vous recrutez. De manière classique avec un entretien ? Ou autre chose ? Cela me ferait vraiment plaisir de travailler pour vous !

Sa manière de s'exprimer reflétait sa motivation et la joie que lui procurait l'idée de bosser là bas. Hidemi faisait tout son possible pour plaire à Takeru et être embauché. Après serait-ce suffisant ? En tout cas, la discussion était telle que le chemin jusqu'au club paraissait court. L'enseigne lumineuse faisait déjà son apparition. Ils allaient pouvoir se détendre tout les deux. Un repos bien mérité.


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: Ton ami, c'est moi...(ou pas ?)   




Revenir en haut Aller en bas
 

Ton ami, c'est moi...(ou pas ?)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shinjuku :: Le Quartier Okubo-