C'est la fin de Requiem. Merci de prendre en compte le sujet dans les news.

 

 Meet me at dawn feat. Teruo & Ankô

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Meet me at dawn feat. Teruo & Ankô   Mar 30 Oct - 4:06



Un assassin en entrée ; un dictateur à la retraite en dessert
No idea de la date et heure, choisissez xD


Jillian avait effectué le genre de prouesse qui aurait probablement pu lui coûter la vie... Mais il l'avait fait déjà tellement souvent que ce n'était plus vraiment un secret pour lui ! Parfois, il faut ruser pour avoir ce que l'on veut. Et justement, quand on est un assassin, il faut constamment trouver un moyen de s'infiltrer ça et là sans se faire remarquer, histoire de bien parvenir à son but. C'est ce que Jillian avait fait ce soir et il en était plutôt pas mal fier. Les semelles souples de ses bottes beaucoup plus pratiques que les bottes de travail à cap renforcé qu'il portait constamment avaient été enfilées exprès pour être le plus discret possible. Son parfum habituel avait été relégué à la trappe et ses longs cheveux blonds sagement regroupé sur sa tête pour ne pas laisser leur parfum s'échapper de façon trop flagrante. Ses vêtements, propres, n'avaient toutefois pas été lavé avec un savon très odorant. Bref, quand on doit entrer par effraction chez un vieux vampire qui en avait déjà vu d'autres, il fallait s'armer de bon sens, ce dont Jillian manquait habituellement... mais jamais quand il faisait un boulot pour Ankô.

L'Américain était arrivé sur sa superbe moto, comme d'habitude et avait même eu le culot de la garer dans le stationnement de l'immeuble dans lequel vivait le vampire chez il devait aller. Mais ça, ça importait encore peu... Son casque avait été accroché à une des imposantes poignées et à présent, armé de gants antidérapants, Jillian entreprenait de grimper habilement au deuxième étage de l'édifice à partir de l'extérieur de celui-ci et ce, grâce au bord d'une première fenêtre, d'abord, puis à une petite échelle de secours pas descendue. Il grogne un peu, n'étant pas non plus le monsieur muscle du siècle même s'il avait une bonne force physique. Et finalement, il atterrit sur un petit balcon. De là, Jillian commence par analyser la situation. Était-il mieux de continuer sur cette voie ou pas ? Non. Parce que franchement, s'il se cassait le cou là-dessus, Ankô allait avoir raison de le maudire jusqu'en enfer. De fait, l'assassin sort un petit trousseau du parfait voleur pour crocheter la serrure de la porte du balcon. Il la glisse doucement pour l'ouvrir, puis s'infiltre sans faire un bruit. Il allait continuer par là !

Passant près d'un comptoir de cuisine, Jillian attrape un joli couteau qui attire son attention. Ce dernier est glissé sous ses vêtements. Désolé, mais c'était plus fort que lui... Finalement, toujours sans bruit, il sort de l'appartement, débouchant dans un couloir bien éclairé. Se rendre au bon étage est à présent un jeu d'enfant ! Toutefois, passer par les portes est fait rare pour Jillian et l'avoir fait une fois ce soir était suffisant ! De toute façon, à une telle hauteur, on ne s'attendrait jamais à voir un imbécile passer par la fenêtre : aussi bien jouer avec l'effet de surprise. Jillian se plante donc devant la bonne adresse. Son regard se pose sur une fenêtre en bout de couloir... et c'est par celle-ci qu'il sort. Le vent fouette fortement ses vêtements à cette altitude, mais le visage de l'assassin demeure impassible. Les avantages de la sociopathie, légère ou pas, quoiqu'on en dise. Ça lui procure une bonne petite bouffée d'adrénaline par contre et nul doute qu'une fois à l'intérieur, il allait jubiler un peu ! Mais pour l'heure, c'est le professionnel qui s'était pris de lui. Jillian procède lentement, avec précaution... Son pied dérape une fois, son coeur s'arrête... et finalement il reprend sa progression pour atteindre la fenêtre la plus près.

L'Américain y lance un petit regard. Cuisine, probablement à moitié vide vu l'homme qui vivait ici. Pas vraiment un homme, d'ailleurs, mais plutôt une créature de la nuit. Avec douceur, il ouvre la fenêtre, puis glisse sa longue silhouette mince par la petite ouverture ainsi pratiquée. Il ne se laisse pas tomber au sol, y mettant plutôt un pied à la fois, pas désireux du tout d'attirer si rapidement l'attention. La fenêtre est leeentement refermée, puis Jillian se dirige doucement dans l'appartement, ses yeux se faisant peu à peu à l'obscurité des lieux. Il se glisse dans le salon, éclairé par une petite lumière d'ambiance pas désagréable... Et alors que des pas fluides arrivent rapidement vers lui, Jillian se pose devant un modèle réduit de moto. Lorsque la silhouette assez impressionnante du vampire arrive dans le salon, l'assassin a un long sifflement d'admiration.

« Harley-Davidson Dyna Wide Glide FXDWG, style Chopper. De l'année, si je ne m'abuse... », commence lentement Jillian, tout en tournant la tête vers le vampire. Nouveau sifflement... « On avait omis de me dire que le type qui vivait ici avait une passion mordante pour les motos et un regard de braise. Malheureusement, je touche pas aux vampires, bel inconnu. »

Jillian se tourne complètement vers le vampire, se doutant bien que le danger guettait. Mais au moins avait-il sûrement réussi à piquer la curiosité de l'homme. Non pas avec cette simili drague un peu abusée, mais plutôt en affirmant tout de suite qu'il connaissait son appartenance au monde de la nuit. Jillian soupire tout en dénouant ses longs cheveux, les laissant cascader sur ses épaules vêtues de son manteau de biker en cuir. Il glisse les élastiques autour de son poignet tout jetant un nouveau coup d'oeil au salon. Ce modèle réduit n'était pas le seul !

« Tu possèdes une moto ? », demande soudainement le blond, vivement emballé. « J'espère ! C'est triste de frimer quand on a plusieurs siècles. La mienne m'attend dans le stationnement. Rien à voir avec une Harley, par contre. Suzuki GSX-R1000. Une des meilleures motos de course sur le marché présentement, quand même ! »

Et il n'en était pas peu fier. Sous l'excitation -sûrement aidée par le coup d'adrénaline qu'il avait pressenti-, son accent américain ressort de façon beaucoup plus prononcé. Il étire brièvement sa longue silhouette avant d'avoir une petite exclamation en se souvenant...

« C'est vrai ! Tu veux sûrement savoir pourquoi je squatte ton salon. », s'exclame Jillian.

Son regard se fait malicieux alors qu'il laisse s'échapper un petit rire canin.

« Sôzokunin Ankô est prêt à te rencontrer... »

Eh bien oui. Avec Ankô, les nouvelles allaient souvent vite... pas nécessairement dans le sens espéré ! De fait, ce type n'avait même pas eu besoin de lever le petit doigt que l'information avait fait son petit bonhomme de chemin...


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Meet me at dawn feat. Teruo & Ankô   Jeu 1 Nov - 22:30


Les journées et les nuits de Teruo avaient bien été occupé ces temps-ci entre son enquête avec Sasara, ses visites fréquentes à Eun Chae ou encore sa mini fête improvisée qui avait gagné l'étiquette de ratée en raison du débordement d'un vampire et de quelques humains. Il fallait ajouter à tous ceci sa nouvelle mission : Sôzokunin Anko, un vampire de plus d'un millénaire.

Par contre, il fallait avouer qu'il n'était pas simple à contacter le vieux. En effet les vampires de quelques siècles, il y avait toujours moyens de mettre la main dessus à travers de vieux contacts amicales et autres mais quand il s'agissait d'un vampire de plus d'un millénaire, c'était carrément mission impossible de retracer sa trace. Comment dire ? Il avait plus d'ennemis que d'amis on dirait et ses principaux connaissances avaient dû mourir durant la guerre d'il ya quelques siècles, qui élimina une grande majorité des vieux vampires. Bref, ce n'était que des suppositions par contre les faits étaient là : il était impossible de trouver la demeure ou un moyen de contacter cet homme. Et Teruo était bien obligé de le contacter car sans adresse, ni information, il n'ira pas bien loin dans sa visite surprise.

Pire, il avait dû s'abaisser jusqu'à faire une annonce publique comme quoi il serait intéressé par une petite discussion avec ce vampire-là. Effectivement, à chaque bar et devant une grande assemblée de vampires, il disait qu'il avait pour projet de rencontrer le grand Anko pour une discussion amicale évidemment, par curiosité, en bon messager du conseil de Tokyo qui veut bien rapporter la raison de la présence de ce vieux dans Tokyo.

Cette nuit avait été longue et pour une fois, il était heureux de rentrer chez lui et d'avoir à se poser tranquillement. Il avait surement quelques paperasses à écrire, à remplir ou à cacheter mais il verra tout ceci plus tard.

Il entre donc dans son beau appartement et s'étira longuement à la rentrée. Après quelques minutes, il bloqua net tous gestes. Il avait l'impression que quelque chose clochait dans l'air. Certes, il avait demandé à ce que sa pièce soit nettoyée mais que personne n'y traine à son arrivée. Ainsi logiquement, une odeur de détergent et les fragments de parfums des femmes de ménages pouvaient flotter mais il y avait autre chose. Teruo ne saurait dire exactement ce qui était gênant.

Serait-il TRES fatigué sans s'en rendre compte ?

Lentement, sans un bruit, il s'avança dans l'appartement. Puis d'un coup, il accéléra le pas. Non,il y avait une toute autre odeur bien différente et encore trop récente et plus il approchait d'un point et plus l'odeur se faisait plus intense - quoique pas très imposante -.

Ce qu'il vit le surprit énormément. Il y avait là un homme aux cheveux blonds ... Quelqu'un était rentré dans sa demeure sans sa permission et sans lui avertir ? Réflexion faite, personne à la réception ne lui avait dit que quelqu'un s'était invité dans son appartement et il était difficile de franchir cette petite sécurité sans avoir une bonne raison - invitation, locataire ... -.

L'inconnu profita de l'effet de surprise pour déboussoler d'avantage Teruo avec ses références de motos. Ce dernier était partagé entre l'envie de tuer l'intrus et l'envie de partager et papoter sur - peut être - une passion commune. Finalement son instinct l'emporta et il préférait garder cet homme là comme futur repas. ou alors le balancer hors de chez lui une fois que le vampire aurait eu toutes ses réponses comme par où ce fou était rentré ?

Mais toutes ces envies de meurtre s'achevèrent lorsque ce garçon prononça un mot magique : Anko. Ce vampire était prêt à le rencontrer et pour ceci, il avait envoyé un messager.

- Demain soir me conviendrait ... mais avant de partir, dites moi par où vous êtes entrés ?

C'était bien plus fort que lui ... il avait besoin de protéger son territoire. Cette possessivité était un de ses caractéristiques.

Quant à la date ... il voulait avoir du temps pour préparer plus ou moins sa rencontre, informer la Grande Fondatrice de la rencontre et autres préparatifs de ce genre.

- Et le lieu de rencontre, vous le choisissez ou je le choisis ?

Il ignorait volontairement les précédentes remarques ou questions posées par l'inconnu sur le nombre de moto du vampire. Teruo restait discret sur sa possession de moto pour la simple raison que dans la tour, on ne référençait qu'une seule moto. Le reste était dans sa résidence secondaire, et cette résidence là était juste ... impénétrable.




Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Meet me at dawn feat. Teruo & Ankô   Lun 5 Nov - 15:42


Aaah... C'était d'un ennui ! Jillian pousse un loooong soupir tout en étirant sa très grande silhouette. Franchement, il avait l'habitude, mais à chaque fois, ça l'énervait un peu cette propension qu'avaient les vampires à cesser de s'intéresser à lui dès que le nom d'Ankô était donné. Comme s'il n'était que le larbin de monsieur. Bon... C'était un peu le cas, fallait pas se leurrer. Mais, il était plus que ça, quand même ! Si ces idiots avaient vu comment ça se passait dans le confort de leur petit... foyer luxueux, ils auraient compris ! Or, ils n'y avaient pas accès. Jillian, si. Ça lui donnait déjà un avantage convoité par plusieurs. Et personne ne pouvait essayer de lui tirer les vers du nez par la force, parce que c'était bien connu : toucher au calice d'un vampire, c'était de la folie. Et plus ce vampire était vieux et puissant, plus c'était fou. Alors, mieux valait laisser Jillian tranquille. C'est un peu la raison pour laquelle il circulait très librement parmi les vampires... sans trop forcer la note. Parce qu'il se doutait qu'un jour, un imbécile allait pointer le bout de son nez et se ficher du nom Sôzokunin. Et si ça arrivait, Jill ne serait plus là pour le voir souffrir entre les mains délicates d'Ankô.

Toutefois, celui-là travaillait pour le Conseil vampirique de Tôkyô. Il savait ce qui en était des idiots qui osaient poser la patte sur un calice et même s'il ne savait pas encore que c'était ce que Jillian était, il le saurait avant que le blond ne parte, histoire de mettre les choses au clair. Bref, de fait, l'assassin s'en permet un peu.

« Ce que t'es mal élevé ! Et c'est comme ça pour la majorité des vieux vampires, hein. Comme si vous aviez oublié toute civilité. Sauf avec les vôtres, bien sûr. Vous êtes « tellement » importants. Parce que attention, vous sucer du sang et vous vivez vieux, ouuuh... », se moque ouvertement Jillian, tout en croisant les bras sur son torse. « Mais plus vous êtes vieux, plus vous êtes bêtes, alors vous devriez pas vous en vanter trop. Sauf Ankô. Comme quoi... »

Eh bien oui, Jillian avait été piqué dans sa petite fierté. Oh, il n'était pas en colère et n'en avait pas l'air ! Il lui en fallait bien plus que ça pour le mettre en colère et étonnamment, c'est Ankô qui avait le mieux réussi à faire ça dans les débuts de leur « fréquentation ». En tout cas, Jillian passe près de Shigeru, histoire de sortir du salon. Ce faisant, pour éviter toute mauvaise surprise, il balaie ses cheveux blonds derrière son épaule, découvrant un cou où la cicatrice de morsure fréquente apparaissait nettement. Calice. Pas touche.

« Prépare ton petit chez toi pour recevoir Ankô immédiatement. Il est prêt, lui, alors faudra faire avec. », assure Jillian tout en sortant son cellulaire. Il s'arrête près du vampire, l'observant une seconde en longueur avant de constater : « La Corée nous a quand même ramené de belles choses. »

Il ne savait pas que le vampire n'était pas très chaud à l'évocation de ses racines coréennes, désolé... Quant à la façon dont il était entré, il sourire malicieux étire les lèvres joliment charnues de Jillian. Ah ça... C'était le plus drôle ! Les vampires considéraient tellement les humains comme des bons à rien que ça allait lui scier les jambes, non ?

« Par la fenêtre de la cuisine. Si tu me crois pas, vas voir. Je suis sûr que tu vas percevoir mon parfum dessus, même si j'ai essayé d'émettre le moins d'odeur possible. », assure Jillian, faisant un petit clin d'oeil à la bête. « Mais je dévoile pas mes trucs, tss... Et si tu permets, je vais sortir par la porte cette fois. Le vent est fort à cette altitude, c'est pas sympa. »

De fait... eh bien, il avait répondu à toutes les interrogations de Shigeru, non ? Alors sur ce, après avoir tapoté deux secondes l'épaule de l'homme comme pour lui conférer un courage dont il aura besoin -c'était toujours très impressionnant pour des vampires de rencontrer Sôzokunin Ankô... un peu comme des hommes seraient chamboulés de rencontrer Hitler himself-, Jillian se dirige vers la porte d'entrée... ouvre... a un « oh » surpris et referme.

« Mauvaise porte. Vraiment chouette, ta salle de bain. », assure l'homme tout en faisant demi-tour.

Et sur ce, il trouve enfin la bonne porte ! Bon, restait plus qu'à contacter Ankô... ce que Jillian fait en posant son cellulaire contre son oreille, s'éloignant rapidement pour atteindre l'ascenseur, histoire que Shigeru n'entende pas leur conversation.


Revenir en haut Aller en bas


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Meet me at dawn feat. Teruo & Ankô   Mar 20 Nov - 19:12


Dans un premier temps, Teruo garda le silence face aux âneries du blondinet et se promit d'en faire une bouchée dans une prochaine rencontre - après cette rencontre avec Anko évidemment-. Par contre, il était loin de se douter que ce type allait dévoiler son cou et révéler sa condition de calice. Le Coréen refoulé voyait clairement les cicatrices et comprit très vite sa situation : ne pas toucher au calice. Surtout que ce calice-là était celui d'un vampire d'un millénaire.

Si Jillian détestait l'attitude hautain et arrogant des vampires vis-à-vis des humains, autant dire de même pour Teruo : il détestait l'attitude des calices de puissants vampires. En l'occurrence, celui-là était un de ces rares spécimens qu'il valait mieux toucher avec les yeux plutôt qu'avec les crocs ou les mains à moins que l'on soit suicidaire ou très fort. Or, Teruo n'était ni l'un ni l'autre !

Ainsi, c'était une situation inconfortable pour l'un et pour l'autre.

Le blond finit par sortir son portable - sûrement pour contacter définitivement Anko, ce qui était le cas - et fit une remarque des plus désagréables pour Teruo. Certes il avait l'aspect d'un Coréen mais il était sur le sol nippone, avait eu son éducation ici et surtout ! il avait été éduqué par des parents japonais et non coréens ! Il se considérait plus japonais que coréen et il se sentait plus attaché au Japon qu'à la Corée, ce dernier étant un pays inconnu pour lui. Alors que le Japon ... Il la connaissait tellement ! Il en avait vu deux trois recoins du monde mais rien n'égalait sa ville natale.

Il était nationaliste. Et il en était fier.

Il aurait pu insister sur cet aspect de sa personnalité mais il ne disait rien. Il se contenta de serrer les dents, tout en étant crispé. Il devait se calmer... d'urgence ! Il avait un calice devant lui et non un simple messager humain ultra doué dans l'infiltration des demeures vampires !

Enfin pour encore bien le stresser, Anko s'invitait MAINTENANT. Il n'avait pas eu le temps de se préparer ou de préparer son appartement correctement. Il n'était pas bordélique et un cadavre pourri ne trainait pas mais disonsqu'il était toujours bon de passer un petit coup avant l'arrivée de quelqu'un non ?


Heureusement l'intrus eu la bonne idée d'embrayer sur une autre question de Teruo : son entrée. La réponse créa un véritable blocage en Teruo et ses yeux se baladaient de la tête blonde à sa fenêtre. Non ... il n'aurait pas pu ! Humain, calice ou pas .... il fallait être fou de faire une telle chose sur une telle attitude.

L'humain sortit en faisant un petit commentaire sur la salle de bain et finit par partir. Définitivement.

Teruo mit sa main sur son visage et écouta attentivement les pas de l'humain s'éloigner. Une fois loin, très loin, il laissa sa rage s'exprimer et il écrasa tout bonnement un de ses meubles. Il aurait voulu balancer quelque chose contre cette maudite fenêtre ou casser des murs - l'excuse de la nouvelle déco passerait pour les voisins- mais Anko allait s'amener d'un moment ou un autre.

- Petit salaud ! Je suis Japonais et non à un chien Coréen ou à une autre nationalité à la con !

C'était les rares moments où il abandonnait toute civilité et beau langage.

Finalement, il se relève et commence à récupérer les débris pour les balancer dans sa chambre à couché inutilisé qu'il ferma à clé, clé qui fut jeter dans un des nombreux petits vases de l'appartement.

Accueillir un vampire n'était pas compliqué : il suffisait juste d'être rassasié et amener quelques amis vampires.
Mais nous étions dans le cas d'un vampire qui se veut discret, par conséquent à part bien s'habiller, il n'y avait rien à faire si ?

Il verrait bien.


Revenir en haut Aller en bas


avatar



☩ ☩

Âge : 1582
Messages : 17
Pseudo : Pandaa
Avatar : Syouta (Amaranyx)
MessageSujet: Re: Meet me at dawn feat. Teruo & Ankô   Jeu 22 Nov - 21:26




Ankô avait… Rendez-vous, même si les circonstances du dit rendez-vous étaient très, très particulières. Il savait déjà que son retour au Japon ferait couler beaucoup d’encre et parler bien du monde. Et même s’il avait été assez discret pour vivre dans l’ombre jusque là, faisant fort peu parler de lui, la rumeur de son retour avait déjà couru dans toutes les artères de la ville. Tout ce qu’il pouvait faire à présent, c’était attendre que les choses se tassent en espérant que ce serait rapide. Il n’aimait pas tellement qu’on lui accorde trop d’importance, surtout après les circonstances dans lesquelles il était partit.

De fait, lorsqu’on lui avait rapporté que le messager du Grand Conseil faisait circuler le bruit qu’il voulait le rencontrer, Ankô avait décidé de saisir le taureau par les cornes. Il voulait se tenir loin de personnalités comme Sasara pour qui il éprouvait encore une vive rancœur. Ho certes, il était doux comme un agneau depuis son retour… Mais il était de notoriété publique qu’Ankô avait toujours eu beaucoup d’orgueil et pas toujours autant d’énergie pour le contenir. De fait, plutôt que de risquer une certaine vexation, il restait dans son coin. Mais ce soir était différent.

C’était un jeune loup de son point de vue, ce messager. Pas encore quatre siècles… Certes, il ne s’agissait plus d’un enfant dans le monde de la nuit mais Ankô avait quatre fois son âge… Alors forcément, ça creusait un certain fossé difficile à combler entre eux.

Quoi qu’il en soit, s’il avait décidé de le voir c’est qu’il ne pourrait pas tenir le Grand Conseil et ses serviteurs dévoués à distance bien longtemps. Un jour ils se feraient plus insistants et son silence serait potentiellement perçu comme une menace ou, en tout cas, une opposition. De même, Ankô devrait faire avec cet Ordre de Tenkyû qui traînait en ville depuis leur position mère à Nikkô. Les choses avaient bien changées… Et afin de ne pas avoir l’air de déterrer de vieilles haches de guerre, le vieux vampire qui l’était n’allait pas ouvrir la bouche pour les commenter.

Pendant que Jillian s’était occupé de prévenir leur hôte que leur rendez-vous se ferrait « maintenant », lui attendait dans la voiture. Il aurait pu venir à pied mais Ankô boudait les apparitions publiques. Il avait encore peu bavardé avec les vampires de cette ville et sa dernière vraie conversation remontait à quelques jours lorsqu’il avait rejoint Fûma Kôtaro pour s’entretenir, là encore, du passé. A croire que si cinq cent ans avaient passé, tous les esprits y étaient encore. Mais c’était compréhensible. Ankô savait très bien qui il avait été… Outre un empereur nippon, il avait surtout été un des grands acteurs de la guerre vampirique. Il avait été le chef de guerre d’une faction qui aujourd’hui passait pour cruelle mais qu’aujourd’hui encore avec philosophie quoi que tempérance, il estimait lui-même tout simplement ambitieuse.

Mais le monde n’avait pas été prêt. Peut être qu’il ne le serait jamais. Et même lui devait vraisemblablement se faire une raison.

Son cellulaire vibre et Ankô répond, restant silencieux tandis que la voix de Jillian n’attend de toute façon pas qu’il lui dise qu’il l’écoute. Shigeru Teruo était avertit qu’il venait… Au ton de la voix de Jillian, tout cela le laissait un peu boudeur… Sans doute que sa propre rencontre avec le messager n’avait pas été à la hauteur de ses espérances. Pour sa part, Ankô espérait que l’un comme l’autre puisse trouver un terrain d’entente sans quoi bien sûr : ils auraient un problème.

Bien sûr, pour être certain d’éviter l’accident diplomatique, Ankô aurait mieux fait de contacter le Grande Fondatrice elle-même. Ou bien son bras droit, puisqu’ils avaient des affinités communes. Hiraiwa Shiro… Mais… Ankô n’avait pas non plus envie de jouer le jeu des politiques vampiriques.

Sa courte et fine silhouette s’extraie de la voiture et tandis qu’il traverse la rue, la longiligne silhouette de Jillian passe à côté de lui. Pas en regard et pourtant, la main d’Ankô se lève de manière quasi imperceptible afin que du bout des doigts, il touche l’épiderme chaud de vie de son calice. Quand on vivait un peu replié sur soit même comme il le faisait depuis des siècles, l’utilisation d’un calice était presque nécessaire. Mais qu’importe.

Ankô entre dans le bloc appartement puis grimpe les marches qui le mènent jusqu’à l’appartement de celui qu’il vient voir. Son pas est léger, aucune marche ne semble plier sous son poids plume et c’est toujours avec ce même silence qu’il se pose devant la porte de Shigeru. Il attend un instant, un brin maussade, n’étant pas non plus dans les dispositions les plus enviables pour cette rencontre. Finalement il lève la main, ferme le poing… Et frappe de trois coups brefs avant de rester planté devant la porte. Disons qu’il avait plus de manière que Jillian, sûrement… Mais l’assassin était tout un personnage en soit.

La porte finit par s’ouvrir sur une silhouette fort haute et plutôt massive quand on y regarde bien. Un regard un rien sévère… Probablement pas réellement voulu mais les traits du visage de l’homme étaient ainsi fait. Il était… Coréen. Décidément, Ankô ne bavardait qu’avec des étrangers portant des noms japonais en ce moment.

Il y a un petit instant pendant lequel ils se regardent en chien de faïence avant qu’Ankô ne se présente, sans fioritures :

❖ Sôzokunin Ankô.

Pas de bonsoir ni de « comment allez-vous ». Ils n’étaient pas là pour se faire des politesses même s’ils seraient toujours civilisés. D’ailleurs, Ankô a beau ne pas saluer l’homme, il s’incline légèrement. Pas trop… Toujours avec cette retenue impériale qu’il avait toujours eu et dont il ne se départirait probablement jamais.

❖ Je crois savoir que vous me chercher. Mais j’apprécierais mieux d’en parler à l’intérieur.

Disons que camper dans le couloir n’était pas son rêve de gosse. Malgré tout, il prévient :

❖ Pardonnez mes méthodes pour ce soir. Il se trouve que je ne suis pas encore tout à fait disposé à rencontrer quelques uns de nos confrères… Ainsi donc, la dernière minute m’assure que nous serons seuls.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


Invité

☩ Invité ☩

MessageSujet: Re: Meet me at dawn feat. Teruo & Ankô   Sam 1 Déc - 15:46


Teruo se décida donc à attendre près de l'une de ses grandes et larges fenêtres. Là où un humain aurait déjà cligné des yeux ou aurait fait un quelconque mouvement pour se dégourdir les jambes, lui restait toujours figé. Oui, dans ces moments-là, il se sentait plus ou moins bien car il n'avait pas à faire semblant d'agir comme un humain quoique, cette performance devenait de plus en plus dure au fil des siècles. Si au départ, il se souvenait parfaitement de ses besoins humains antérieurs, maintenant c'était un souvenir un peu trop flou et surtout, bouger inutilement était plus embêtant qu'autre chose.

Quelqu'un donna trois coups à la porte et Teruo se dirigea vers la porte sans tarder. Aurait-il dû sursauter ? Devrait-il être extrêmement excité à l'idée de rencontrer un vampire d'un millénaire ? Comment dire, il était curieux certes mais ce vampire n'était pas là pour prendre le thé ou parler amicalement, c'était juste une rencontre "professionnelle" où il fallait juste poser les questions nécessaires et se dire adieux ensuite durablement.

Il ouvrit donc sa maudite porte et, grande surprise pour Teruo, il dû baisser un peu la tête pour voir le vampire. La taille de ce dernier surprit énormément ce faux Japonais. Il se rappela bien vite qu'à l'époque, dépasser un mètre soixante dix n'était pas une chose commune d'ailleurs lui-même avait été considéré comme un trop "grand" homme durant sa vie humaine. Malgré tout, ces vingt centimètres de différences avec un millénaire d'écart en âge mettaient mal à l'aise Teruo.

Il ne s'imaginait pas le vampire comme ça ... quoiqu'on pouvait sentir sa force et son grand âge.

Il se présenta en s'inclinant légèrement. Teruo fit de même, en accentuant un peu plus sa courbe. Ce n'est pas vraiment un signe de soumission mais plus un signe de respect. Il faisait toujours ce petit rituel pour les vampires les plus vieux de cette époque-là, histoire de bien commencer les conversations dont certaines promettaient des mauvaises surprises.

- Shigeru Teruo.


Ensuite le vieux vampire exposa les raisons de cette visite de dernière minute et Teruo ne fit qu'hocher sans critiquer. Cela ne servait à rien lors d'une première rencontre et à priori, il n'avait rien de prévu ce soir donc bon... il n'avait rien "dérangé".

- Je vous prie, entrez et faites comme chez vous. Par contre si je puis me permettre, dites à votre messager d'utiliser les moyens habituels pour se déplacer ... ce qu'il a fait été dangereux et pourrait attirer trop d'attention.

Franchement dangereux dans le sens où Teruo aurait pu attaquer sans pitié un tel intrus dans SON domaine et surtout dangereux si jamais quelqu'un avait remarqué un petit homme blond escalader une telle tour. Il n'aurait pas interdit l'accès aux personnes qui voulaient le voir ... Il n'était pas chochotte.

- J'accepte les invitations à n'importe quelle heure, soyez en sûr. Autrement, désirez-vous quelque chose pendant que nous discuterons ?

Pour une raison inconnue, certains vampires arrivaient encore à vouloir des mets humains, comme si rester immobile ou ne rien faire était inconcevable pour eux. Bref, il s'assurait que tout allait bien et garder un ton calme, mielleux ... Il n'y avait là aucune offense ni aucune menace mais seulement quelques vérités pour éviter des désagréments futurs inutiles.

Tout en parlant, il guida Anko dans l'appartement jusqu'à arriver dans le salon et désigna un des fauteuils pour l'inviter à ce soir. Il ne s'assiéra qu'une fois que l'ex-Empereur se serait assis. Même si Teruo était chez lui, quand il avait un invité, il préférait suivre les désirs de ce dernier plutôt qu'imposer ses propres désirs.

Par contre, par où commencer ? Il fallait qu'il y réfléchisse vite ! Maudite visite de dernière minute finalement, il n'avait pas eu le temps de préparer son entrée ou ses questions.


Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé

☩ ☩

MessageSujet: Re: Meet me at dawn feat. Teruo & Ankô   




Revenir en haut Aller en bas
 

Meet me at dawn feat. Teruo & Ankô

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Shibuya :: Les Résidences :: Appartement de Shigeru Teruo-